Reine Yavara: Chapitre 12

183Report
Reine Yavara: Chapitre 12

Chapitre douze

PRESTIRA

Yavara était de bonne humeur, ayant reçu le message ce matin que Brock et Elena étaient bien vivants. D'après ce que le petit Zander avait risqué de mettre sur le parchemin, j'ai compris qu'il avait mis en place des plans pour trouver un Froktora. J'aimais Brock, vraiment, et les Terdini étaient réputés pour leur force et leur taille, mais c'était tout simplement un trop petit clan. Les Protaki étaient la plus grande tribu des Pins, mais même eux pâlissaient en nombre par rapport aux hordes de la Toundra. Les dix tribus de The Tundra (bien nommées "The Ten" puisque les orcs sont tellement créatifs) seraient scandalisées si quelqu'un d'autre que l'un des leurs s'appelait Froktora. Même alors, leur haine l'un pour l'autre était si profonde que le simple fait de nommer l'un d'eux candidat pouvait déclencher une guerre. Pourtant, c'était mieux qu'un rejet pur et simple, ce que je craignais que Yavara obtienne si elle présentait Brock aux Dix. Une guerre pouvait se terminer rapidement avec quelques morts clés, mais l'embarras politique durait toute une vie. Yavara avait fait preuve d'un certain sens politique lorsqu'elle avait lancé la mission de sauvetage, mais elle avait encore beaucoup à apprendre. Sa loyauté féroce envers ses amis était sa plus grande faiblesse et serait utilisée contre elle. J'ai donc classé ses amis en « actifs » et « passifs », en pesant les avantages et les risques que chacun apportait. Zander était certainement un atout, et je pensais en être un aussi. Brock n'était pas encore un handicap, mais il en était à la limite, et Elena…. Elena Straltaira était une bombe à retardement. S'il y avait un avantage pour le ranger capricieux, c'était de garder Yavara centré. Car j'avais vu une ombre de ce que Yavara pouvait être sans son ancrage moral, et c'était terrifiant.

Je me suis secoué de ma contemplation et me suis concentré sur la tâche à accomplir. Rien de tout cela n'aurait d'importance si nous ne pouvions pas obtenir un prêt du roi Dreus, et pour ce faire, Yavara devrait une fois de plus compter sur son sens politique brut. Alors que le soleil brûlait la puanteur du poisson mort dans l'air, je l'ai entraînée au mieux de mes capacités.

« Nous devons faire attention à nos mots, Yavara. Il voudra être traité comme au-dessus de vous. Vous ne pouvez pas permettre que cela se produise, mais vous ne pouvez pas lui manquer de respect, sinon il sera obligé de sauver la face. expliquai-je à Yavara tandis que nous marchions le long des quais. Le capuchon de ma robe blanche couvrait mon visage, le symbole de la Sainte Mère cousu dessus. Yavara portait une tenue de prêtresse similaire, la capuche couvrant la moitié supérieure de son propre visage. Même les gangs sauvages respectaient le travail de l'église, et attaquer les prêtresses serait une violation du droit de la rue. Nous avons voyagé incognito pour deux raisons : premièrement, parce que même si nous étions sur les quais, où les fidèles d'Alkandran ne manquaient pas, la sécurité de Yavara n'était toujours pas garantie ; et deux, à cause de l'optique. Maintenant que le monde savait qui était Yavara, sa réputation devait être nourrie comme un enfant malade. Si tout le monde savait que Yavara était allée voir Drake Titus pour demander de l'aide, cela la ferait paraître faible, et bien que les sujets de Yavara puissent ignorer de nombreux traits indésirables chez leur Reine des Ténèbres, la faiblesse n'en faisait pas partie.

"Alors, je devrais lui montrer du respect, mais utiliser un langage subtil qui lui dit que je suis meilleur que lui, sans lui manquer complètement de respect?" Yavara a demandé: «Je suis confus; cet homme est le chef du gang le plus notoire de la ville, et je suis censé lui parler dans sa propre cour ? »

"Ne parlez pas bas." J'ai expliqué: "Utilisez simplement les préfixes d'un égal, mais assurez-vous qu'il vous appelle" reine "."

"Je suppose que ce ne sera pas aussi simple que de lui sucer la bite et de lui promettre de l'argent." Yavara grommela.

J'ai reniflé. « Non, cette situation demande plus de tact que cela. Réfléchissez simplement à vos questions si vous en avez, je vous guiderai à travers cela.

« Connaissez-vous Titus ?

"J'ai été proche de sa mère de sang, Gloria Titus, pendant un certain temps." J'ai dit alors que nous tournions le coin: «Elle a traversé la mer jusqu'à Hektinar pour chasser les idoles païennes, comme elle était du genre à le faire. C'est l'endroit là-bas. Nous sommes arrivés à une grande porte de chargement, avec une petite porte piétonne intégrée. J'ai frappé trois fois. La fenêtre s'ouvrit et deux yeux noirs nous fixèrent.

« Quelles affaires avez-vous ici, mes sœurs ? » demanda l'orque.

"Nous sommes ici pour parler avec Drake Titus." J'ai répondu.

« Qu'est-ce que deux sœurs de l'église ont à faire avec monsieur Titus ? Il a grogné.

"Ses affaires, et pas les vôtres." J'ai répondu. La fenêtre nous a claqué au nez.

"Joli." Yavara m'a sifflé.

"Attends. Titus dirige une opération de contrebande sous le temple de la ville. Il sera curieux de savoir pourquoi nous sommes ici.

La fenêtre s'ouvrit à nouveau et l'orque parla. "Titus va te voir maintenant."

Je souris à Yavara.

Espèce de petite garce suffisante. Elle a répondu par télépathie.

Nous avons franchi la porte et nos oreilles ont été immédiatement agressées par une musique assourdissante. Des flashs éclairaient la pièce sombre avec une lumière stroboscopique, donnant l'impression que la foule dansante se déplaçait rapidement. Des cages étaient suspendues au plafond où des danseurs nus de différentes races tournoyaient au rythme de la musique, leur sueur dégoulinant de leur corps, se jetant de leurs cheveux en bataille. Les gens baisaient au milieu de la piste de danse avec un abandon sauvage, leurs mouvements synchronisés avec le rythme, leurs visages d'animaux. L'orc nous a guidés le long du périmètre, séparant la foule comme il l'a fait.

Cet endroit est putain d'incroyable ! La voix stridente de Yavara résonna dans ma tête.

Cela fait de notre petit spectacle au bar un jeu d'enfant. J'ai l'habitude.

L'orc nous a guidés vers une porte sur le côté de la pièce avec "V.I.P." grossièrement peint dessus. "Ouvrez vos robes et mettez vos mains en l'air." Il a commandé.

Yavara et moi nous sommes conformés et avons enduré sa recherche approfondie et impartiale de nous. Nos capuches sont restées sur nos visages, et heureusement l'orc n'a pas daigné blasphémer en nous les faisant enlever.

« Vous pouvez parler à Titus, mes sœurs. L'orc ouvrit la porte et nous fit signe de passer avant de la claquer derrière nous. Mes yeux ont été accueillis par une autre scène de dépravation. Des masses de chair pâle se tordaient ensemble comme une bête de sexe palpitante, ce sont de nombreux gémissements et cris formant un bourdonnement discordant. La pièce était mal éclairée par des torches brûlant des flammes rouges, donnant à l'orgie une lueur infernale. Chaque membre de l'orgie avait la peau aussi blanche que la neige, les cheveux aussi noirs que du jais, des iris cramoisis découvrant des pupilles félines et des lèvres rouge sang s'écartant pour exposer des crocs blancs. S'il y avait un avantage au vampirisme, c'était la jeunesse et la beauté éternelles, car toutes les femmes étaient sculpturales et voluptueuses, et tous les hommes étaient grands, maigres et forts. Leurs traits gothiques étaient sensuellement prédateurs et se concentraient sur l'odeur du sang frais.

"Sœurs!" Un homme appelé jovialement du centre de tout cela. Je n'avais pas à deviner que c'était Drake Titus; la chaise extravagante, la parure de bijoux et les deux femmes léchant sa bite avec adoration étaient toutes les preuves dont j'avais besoin. Gloria serait fière de son bébé de sang. Prenant une profonde inspiration, j'ai traversé la débauche, regardant les membres errants se retirer devant mon chemin. Je n'étais pas un télékinésie extrêmement adepte, mais je pouvais faire sauter le toit d'un bâtiment et exposer tout le monde au soleil de midi. J'avais délibérément choisi l'heure de notre arrivée. Je m'arrêtai à dix pas de Titus, me méfiant des yeux affamés et des crocs acérés qui se cachaient à ma périphérie.

"Enlevez vos cagoules, mes sœurs." Titus ordonna : « J'ai besoin de voir les yeux des gens avec qui j'ai affaire.

Yavara m'a jeté un coup d'œil et j'ai hoché la tête. Ensemble, nous avons retiré nos capuchons. Il n'y avait pas de halètement pour accompagner la révélation de la Reine Noire, car les vampires n'étaient pas enclins à de telles exclamations humaines. Il n'y eut qu'un silence soudain dans les réjouissances, rendant la pièce suffisamment silencieuse pour entendre une mouche tomber. Pour sa part, Yavara ne semblait pas le moins du monde de mauvaise humeur. Elle tenait la tête haute et fière, sans broncher devant Drake Titus.

"La Reine des Ténèbres elle-même vient chez moi !" Titus s'exclama : « J'aurais aimé que vous m'ayez prévenu à l'avance, Votre Altesse ; Je me serais rendu présentable.

"Tu es bien comme tu es." dit Yavara avec ironie, ses yeux parcourant la longueur de sa queue. Titus sourit en retour à Yavara, même si je pouvais voir qu'il regardait simplement son cou.

"Et qu'est-ce qui amène la royauté dans mes humbles chambres?" demanda Titus.

"Nous avons une proposition pour toi, Titus." lui dis-je, n'aimant pas la lueur dans ses yeux rouges. Ils se tournèrent vers moi, mais la lueur manquante ne diminua pas.

« Prestira Rasloraca. Ma mère a toujours eu des mots choisis pour toi. Il pencha la tête, son sourire glissant vers un sourire en coin. "Quel genre de proposition l'infâme avare d'Ardeni a-t-il en tête ?"

"C'est ma proposition, Titus," dit Yavara, "je te demande de me rejoindre à Alkandra."

"Pourquoi devrais-je le faire?" Titus a ri: "J'ai des richesses au-delà de mon imagination, j'ai du sang frais tous les soirs et j'ai de nouvelles filles chaque semaine." Titus a giflé les fesses des deux femmes qui le servaient. "Ivanka et Tiffany, dites "bonjour" à la reine Yavara Alkandi et Prestira Rasloraca."

"Salut Yavara, salut Prestira." Ils ont dit de manière séduisante, fixant sans vergogne nos gorges. Alors que j'étais presque absorbé par la compulsion de baisser le menton, Yavara a osé incliner légèrement le sien vers le haut. Elle pensait que c'était amusant.

"Reine Yavara." corrigea Yavara, souriant aux femmes.

"Je suis désolé, Votre Altesse," rit Titus en ramenant la tête de sa fille vers le bas. Mordre des fils et des filles privilégiés apporte des complications indésirables, vous comprenez. Maintenant, votre proposition ressemble à une demande de fidélité, et au cas où vous ne l'auriez pas remarqué, " Titus fit un geste autour de lui, " j'aime bien être le patron. Qu'est-ce que j'aurais à gagner à m'incliner devant vous ?

"Richesse, terres et titres à Alkandra." Yavara a répondu

"J'ai des richesses, j'ai des terres et je n'ai aucune utilité pour les titres." Le sourire de Titus s'élargit, ses crocs brillant dans la lumière rouge. "Sais-tu ce que je veux, reine Yavara ?"

"Quoi?" elle a demandé.

"Tu."

"C'est hors de question !" criai-je en serrant le poing, sentant l'air autour de moi, les poutres en bois des chevrons du plafond, les joints qui maintenaient le mur au toit. Un grincement presque imperceptible retentit d'en haut, mais Titus l'entendit. Il inclina la tête vers le haut, puis me regarda, intrépide.

"C'est mon état." Il a dit en haussant les épaules : « Je ne jetterai mes richesses et mes armes derrière vos bannières que si je sais que mon peuple sera bien représenté. Sinon, je risque beaucoup pour l'inconnu, et je ne mets pas d'argent derrière de mauvais investissements. Si la reine Yavara partage mon sang, je saurai que ses intérêts et les miens sont alignés.

« Ce n'est pas une condition que nous pouvons accepter. Je suis désolé de vous avoir fait perdre votre temps. dis-je en me retournant pour partir. Yavara posa une main sur mon épaule.

« Comment ça, Titus ? Elle a demandé : « Le vampirisme, qu'est-ce que ça fait ? Parlez honnêtement.

"Ce n'est pas terrible. Si vous avez un approvisionnement en sang fiable, vous remarquez à peine les fringales. Vous n'avez pas besoin de dormir, vous avez une énergie illimitée et vos sens sont aiguisés. Sans parler de la jeunesse éternelle et de la beauté, cependant, je vois que vous vous débrouillez bien tous les deux dans ce département. dit Titus avec beaucoup de charme. Si nous étions des jeunes filles, nous aurions peut-être rougi.

Yavara, n'y pense même pas. dis-je dans son esprit.

Nous avons besoin de lui, Prestira. Il n'y a pas d'autre chemin.

Tu sacrifierais tout si tu faisais ça. Vous ne marcherez plus jamais à la lumière du jour et les plaisirs de la vie s'estomperont dans le besoin omniprésent de se nourrir. Finalement, tout votre être en sera consumé. La mort est préférable.

"Je vous remercie pour l'offre, mais ce n'est pas celle que je peux accepter." dit Yavara.

« Je peux faire des concessions. Titus sourit amicalement.

"Comme?" demanda Yavara.

"Je vais prendre Prestira à la place."

"Moi?!" J'ai presque craché.

"Tu as l'oreille de la reine, et tu es l'un des êtres les plus puissants sur terre. Je vous concéderais comme une alternative viable.

Tu as raison, sortons d'ici. Yavara a dit: "Je suis désolé, Titus, mais tu en demandes trop."

"Je peux faire une dernière concession !" cria Titus tandis que nous nous retournions.

"Vous semblez être d'humeur assez généreuse aujourd'hui." J'ai souri par-dessus mon épaule : "Quelle est ta dernière concession ?"

« Marcheurs d'un jour. Je fais de vous deux des promeneurs d'un jour, mais il faut que ce soit vous deux.

"Je ne sais pas ce qu'est un "promeneur d'un jour", Titus, explique-moi s'il te plaît." Yavara a demandé.

« Un promeneur d'un jour, répondit Titus en se tordant les lèvres, c'est une demi-mesure. Vous ne conservez aucun des avantages du vampirisme, mais tant que vous restez dans votre forme naturelle, vous évitez également les… effets secondaires. Le nom est en quelque sorte un terme péjoratif, mais je suis sûr que vous y ajouterez du prestige. Titus se tourna vers sa gauche et cria : « Brutus, viens ici ! De l'autre côté de la pièce, un homme simple d'âge moyen sortit lourdement de derrière le bar, posant un verre qu'il était en train de polir. "Brutus est un promeneur de jour", a expliqué Titus, "nous avions besoin de quelqu'un qui puisse faire des courses d'alcool pendant la journée."

Le petit homme chauve marchait maladroitement dans l'orgie, trébuchant parfois sur des membres qui avaient été cruellement placés sur son chemin. Il gardait les yeux baissés, comme il se doit, car les belles bêtes qui l'entouraient le regardaient avec un mépris non masqué. J'avais le sentiment que Brutus avait eu le même choix que Yavara, et il avait mal choisi aux yeux des vampires. Il s'est arrêté devant nous, n'osant pas lever la tête, les épaules inclinées par des décennies de défaite.

"C'est un promeneur de jour?" demanda Yavara, se baissant pour connecter les yeux à Brutus. Il a détourné le regard et j'ai ressenti une pointe de pitié pour lui.

"Pathétique, n'est-ce pas ?" Titus soupira.

Yavara prit la tête de Brutus dans ses mains et força doucement son regard vers le sien. "Brutus," dit-elle avec une gentillesse sans entraves, "peux-tu me montrer ce que signifie être un promeneur d'un jour?"

Brutus jeta un coup d'œil craintif à son maître.

Titus roula des yeux. « Brutus, la reine Yavara va prendre le contrôle de votre esprit maintenant. Essayez de ne pas vous chier.

Yavara s'est concentré sur l'esprit de Brutus et a immédiatement tiré dessus. Il trébucha en avant, se rattrapa, puis se redressa. Par l'angle fier de son dos et l'absence de peur dans ses yeux, je savais que Yavara avait le contrôle.

"Comment vous sentez-vous?" J'ai demandé à Yavara dans le corps de Brutus.

"Comme un gros gars avec un problème d'alcool et beaucoup de regrets." Yavara fronça les sourcils. Elle tira la ceinture de Brutus vers l'extérieur et regarda le contenu de son pantalon. Elle haussa les sourcils. "Mais je suppose qu'il a ça pour lui."

"Alors, où l'élément vampire entre-t-il en jeu ici?" J'ai demandé à Titus.

"Yavara, tu devrais sentir une partie de l'esprit de Brutus qui est en sommeil. Cela devrait ressembler à un muscle que vous n'utilisez pas, comme si votre bras s'endormait et que vous perdiez la fonction de vos doigts. Comprenez-vous ce que je dis ? demanda Titus.

« Ouais, je le sens. Dois-je juste… le fléchir ? Yavara a demandé par la voix de Brutus.

"Poursuivre." Tite a répondu.

Le corps de Brutus a radicalement changé. Sa peau est devenue pâle, ses cheveux sont devenus noirs, il a grandi de près d'un pied de taille et est devenu maigre et dur là où il était doux et gros. Yavara clignait des yeux rouges, les pupilles fendues se dilatant.

"Ouah." Elle haleta.

« C'est plutôt cool, non ? » Titus eut un sourire narquois.

« Yavara, comment ça va ? » Je lui ai demandé.

"Je me sens si vivant! Le pouvoir… oh, le pouvoir ! J'ai l'impression que je pourrais déchirer un homme en deux ! Et ma libido est juste... wow.

"Et l'envie ?" J'ai demandé.

"Personne dont je m'occupe ne souffre de la fringale, pas même Brutus." dit résolument Titus. Je soupçonnais que cela avait plus à voir avec le fait qu'Ardeni Dreus était un buffet à volonté d'un vampire qu'avec toute bienveillance de la part de Titus, mais un bon chef s'attribue toujours le mérite des bonnes choses, même si elles ne sont pas de son fait.

Yavara réduisit Brutus à sa forme inférieure, puis retourna complètement dans son corps. Brutus cligna bêtement des yeux pendant une seconde, les yeux vides, tout son être dépourvu de la gloire qu'il venait d'exprimer. Il retourna au bar et reprit le nettoyage des verres.

"J'accepte ces conditions." dit Yavara.

« Et toi Prestira ?

Je regardai nerveusement Yavara, ses yeux oranges brillants d'excitation. « Amusons-nous ! » semblaient-ils dire. Je lui fis un sourire. "J'accepte."

"Super!" S'exclama Titus en tapotant les sièges à côté de lui, "Venez vous asseoir ici et nous vous mettrons des crocs."

Les filles de Titus s'écartèrent tandis que Yavara et moi nous asseyions à côté de lui. « Qui commence ? »

« Je le ferai, Titus. Si quelque chose ne va pas, ce devrait être sur moi. répondis-je, ma voix tremblant légèrement.

"Oh, tu as un côté noble après tout, Prestira. Rassurez-vous, rien ne se passera mal. Asseyez-vous et détendez-vous." Titus m'a chuchoté à l'oreille.

Les mains fortes de Titus ont doucement tiré la robe de mes épaules, la laissant tomber sur les pentes de mes seins. Je sentis son souffle sur mon cou, si froid, comme un froid hivernal caressant ma gorge. Il y avait une intimité dans son toucher qui frôle le sexuel et le prédateur, et j'ai failli me faner sous lui. Sa morsure était indolore. J'ai senti une agréable faiblesse s'infiltrer de la source, comme un chatouillement dans la chair. Puis ça a diminué, et j'ai ressenti… de la peur.

Mon cœur battait plus vite. Un gémissement s'échappa de mes lèvres. Mon cœur battait plus vite. Le froid coulait dans mon cou. Mon cœur battait plus vite. Il s'est propagé vers l'extérieur, comme de la glace se déplaçant de manière gélatineuse dans mes veines, comme si j'en étais infecté. Mon cœur battait plus vite. Ça coulait dans ma poitrine. Mon cœur battait plus vite. Cela s'est accumulé dans mon cœur. Mon cœur battait plus lentement. Mes muscles tendus se détendirent. Mon cœur battait plus lentement. J'étais si faible. Mon cœur battait plus lentement. Ma tête était si lourde. Mon cœur battait plus lentement. Tout était si froid. Mon cœur battait plus lentement. Je suis tombé contre Titus. Mon rythme cardiaque s'est arrêté.

Mon coeur bat. Mon cœur battait plus vite. Plus vite, plus vite, plus vite. Je suis fort! Je peux sentir le sang se précipiter à travers moi, déferler comme un torrent à l'intérieur ! Sang. Sang. J'ai besoin de sang ! Il y a une femme ; elle a du sang ! Je me précipite et prends la femme, penchant son cou pour présenter la veine pulsante. Je peux le voir à travers sa peau; Je peux le sentir! J'enfonce mes crocs en elle et aspire à travers les capillaires. Elle gémit. Je m'en fiche. Continuez à vous nourrir. Continuez à boire du sang. Si bon. Sang-sang-sang. Je sens la vie se précipiter en moi, électrisant chaque muscle, chaque nerf et chaque neurone. Je suis puissant, je suis la vie à sa limite, brûlant, brûlant de l'intérieur ! La femme s'effondre dans mes bras, et je m'abats sur elle comme un amant, comme un tueur. Il y a des bras forts sur moi, qui m'éloignent. Je grince et gronde à des visages inconnus alors qu'ils me séparent de ma proie. Qui sont-ils pour prendre ce qui est à moi ? Cet homme me parle. Il n'a pas de sang pour moi. Je le reconnais. Tite. Il s'appelle Drake Titus. Que dit-il? "Comment?" "Comment vous sentez-vous?" Il sourit. Je baisse les yeux vers la femme. Elle est bercée dans les bras de Tiffany et elle est toujours en vie. « Prestira ? » dit Titus. C'est mon nom ? Prestira ? Oui, c'est mon nom. Je m'appelle Prestira. Je m'appelle Prestira Rasloraca, je suis une sorcière et je suis amoureuse de Zander Fredeon. Et je suis l'ami de Yavara. Yavara. La femme dans les bras de Tiffany n'est pas Yavara. Yavara est assis à côté de Titus. Elle a peur de moi. Mes souvenirs me reviennent. Je reprends le contrôle. Je reviens de l'éternel maintenant et vis à nouveau dans l'univers du passé et du futur.

« Prestira, comment vous sentez-vous ? » demanda Titus.

"…Vivant." lui dis-je après réflexion, toujours hébété. Je me regardai. Ma peau n'était que légèrement plus pâle qu'avant et mes cheveux étaient toujours noirs. C'était là que s'arrêtaient les similitudes, car le corps sous moi était méconnaissable. Mes petits seins s'étaient gonflés en dômes pressants, mon modeste derrière bombé en globes séduisants, et l'écart entre mes cuisses s'était réduit à néant. Des muscles souples roulaient sous ma chair soyeuse, des ombres dissimulant des stries et des cordes lorsque je bougeais ma main. Mes vêtements étaient en lambeaux sur le sol, mais je n'éprouvais aucune honte à ma nudité. Pourquoi un prédateur au sommet d'une grâce et d'une beauté aussi terribles s'inquiéterait-il de quelque chose d'aussi bénin que la pudeur ?

"Je peux voir ça." Titus gloussa : « C'est assez pressé, n'est-ce pas ?

Je regardai ma proie et ressentis une vague d'horreur. "Vous avez dit que l'envie ne serait pas là!"

"J'ai dit qu'il ne serait pas là tant que vous étiez dans votre état naturel. Plus longtemps vous resterez sans sang, pire ce sera lorsque vous vous transformerez. Alors, assurez-vous de vous nourrir si vous prévoyez de changer, sinon vous mordez la chose la plus proche de vous.

"Est-ce qu'elle ira bien?" demandai-je en examinant la fille pâle. Tiffany semblait réticente à me laisser la voir. Elle tenait la femme près de sa poitrine, l'enveloppant dans des bras protecteurs.

"Julia est la future fille de Tiffany et doit supporter les épreuves de l'initiation. Ne t'inquiète pas, elle a vécu bien pire que toi. Titus agita une main dédaigneuse, puis cria : « Pratok, fais venir Angela !

L'orc fit venir une autre femme légèrement vêtue. Ivanka s'est immédiatement précipitée vers Angela et l'a serrée dans ses bras. Après avoir chuchoté quelques mots d'encouragement et échangé des baisers souriants, elle a présenté sa future fille de sang à la Reine des Ténèbres. La mâchoire d'Angela tomba quand elle vit à qui elle s'apprêtait à dîner. Elle a tenté une révérence avec la petite jupe qu'elle avait, et Ivanka l'a réprimandée avec adoration pour l'avoir fait.

« Êtes-vous prête, ma reine ? demanda Titus, tirant la robe de Yavara sur son épaule pour exposer la longueur brillante de son cou de bronze. Yavara me regarda, regardant mon corps avec admiration. Mon Dieu, tu as l'air tellement sexy en ce moment.

Et tu as l'air absolument délicieux. répondis-je sardoniquement en léchant un croc. À travers la robe de Yavara, à travers sa chair même, j'ai vu son cœur s'accélérer, pulsant la vie vers les vaisseaux qui se préparaient entre ses jambes. J'ai souri. On dirait que quelqu'un a un fétiche vampire. Ah, avoir à nouveau treize ans…

Ne me juge pas, putain. Yavara a fait la moue, et je pense que c'est plus un fétichisme des vores qu'autre chose. L'idée que tu me manges vivant, que tu me suces jusqu'à ce que je ne sois plus qu'une carapace ratatinée sur le sol… Yavara roula des yeux et frissonna visiblement.

Tu es tellement tordu. répondis-je, incapable de détacher mes yeux de la veine qui pulsait dans sa gorge. Oh, ça avait l'air si bon.

Prestira ? Yavara me lança un regard interrogateur, puis sa bouche se tordit sournoisement. Elle inclina son cou en un arc et tira ses doigts taquins le long de sa longueur. Je bavais pratiquement. Tu sais… Elle m'a réprimandé, si tu devenais ma mère de sang, cela ajouterait une toute nouvelle dimension à notre jeu d'inceste.

Ce serait, n'est-ce pas ? Je souris et vis Yavara rougir à la vue de mes crocs. C'était comme regarder une pêche mouillée de rosée, et il a fallu toute ma volonté pour ne pas sauter sur la Reine des Ténèbres et la sucer à sec.

« Tite ? Yavara a demandé, ses yeux à moitié fermés par le désir, "Est-ce que Prestira peut le faire?"

"Si c'est ce que tu veux." Titus eut l'air un peu déçu : « Tu seras toujours dans ma lignée, et c'est ce qui m'importe. Prestira, vous voulez seulement lui injecter d'un croc pour en faire une promeneuse d'un jour. Exercez-vous sur vous-même.

J'ai mordu mon avant-bras, notant qu'il n'y avait aucune douleur, et j'ai injecté le venin des deux crocs jusqu'à ce que je trouve comment les contrôler individuellement. J'ai tiré de mon bras et j'ai regardé la blessure guérir instantanément. Puis j'ai regardé Yavara. Elle me fit un petit sourire, pencha la tête et tira ses cheveux sur le côté, me donnant un angle parfait avec sa veine. Je m'avançai devant elle, faisant courir un doigt avide sur sa longueur bleue, la regardant se remplir de sang à mon contact. Mon souffle caressa son cou, et elle frissonna d'anticipation et du froid de mes poumons. J'embrassai l'endroit que j'allais perforer, les lèvres rouge sang humides de ma salivation. Elle haleta, puis retint son souffle. J'enfonçai mes crocs dans son cou et suçai profondément, goûtant le sang divin de la Reine des Ténèbres, la concoction d'elfe, de succube et d'orque qui nageaient tous dans ses veines. Oh, quel mélange c'était. Je pouvais sentir mes pupilles se dilater alors que son plasma narcotique me traversait, puis j'ai injecté mon venin, versant le contenu de mes glandes vampiriques profondément dans son cœur. Elle gémit, gémissant comme je l'avais fait dans l'euphorie engourdissante du froid de la mort. Puis, elle était partie.

Les yeux de Yavara s'ouvrirent, des iris cramoisis brûlant derrière des pupilles fendues dilatées. Elle aspira désespérément des lèvres rouge sang, vives contre sa chair de porcelaine. Comme un serpent en mue, elle se tordit sur le sol, se débarrassant de ses vêtements pour révéler le corps en dessous. Elle se redressa, ses yeux se concentrant sur la fille humaine devant nous. Avec une rapidité qui démentait l'œil nu, Yavara se précipita sur sa proie, tourna la tête de la fille sur le côté et enfouit ses crocs. Angela gémit, pâlit, puis s'effondra dans les bras de Yavara. Doucement, Yavara la posa sur le sol, rassasiant sa faim rapace, sa gorge avalant. Elle a abandonné Angela avec beaucoup plus de grâce que je n'en avais eu avec Julia, posant la fille inconsciente dans les bras de sa future mère de sang. Puis elle se leva, sa poitrine se soulevant, ses yeux hagards, son beau corps baigné dans la lumière rouge de la torche. La pièce entière était obsédée, observant chacun de ses mouvements.

Titus frappa dans ses mains : « Frères et sœurs, fils et filles, je vous présente, notre reine !

Ils se sont alors tous agenouillés, des centaines d'entre eux se sont mis à genoux sans faire de bruit. Yavara regardait ses nouveaux sujets avec des yeux mégalomanes, ce regard qui m'effrayait autant qu'il m'excitait. Puis elle s'est tournée vers moi, et de son visage de vampirique gothique, j'ai vu le Yavara que je connaissais percer avec un sourire sauvage.

"Je ne sais pas pourquoi vous avez tous arrêté l'orgie. Baisons !" dit-elle, et sauta dans la foule. Yavara a été immédiatement prise par deux hommes, leurs bras puissants la soulevant entre eux avant qu'ils ne pénètrent dans les deux trous. Elle laissa échapper un rugissement animal, puis enfonça ses nouveaux crocs dans le cou de l'homme qui lui prenait le front, la soif de sang se mêlant à son pendant charnel. Tiffany et Ivanka ont rampé vers moi, leurs langues léchant leurs lèvres rouge sang alors que leurs culs pleins se balançaient derrière elles.

"Tu es ma sœur maintenant, Prestira." Tiffany a roucoulé en rampant sur mon corps.

"Notre sœur de sang pour toujours." Ivanka sourit alors que sa main se glissait entre mes jambes.

Les deux sœurs ont enfoncé leurs crocs dans mes seins tout en suçant mon mamelon. Le venin s'est infiltré en moi, un picotement agréable s'infiltrant depuis le point d'injection. Je descendis au sol, mes mains se remplissant de leurs cheveux, tirant leurs visages plus profondément. Les doigts d'Ivanka ont écarté ma fente et ont poussé vers l'intérieur, me fouillant curieusement, trouvant mes points faibles. Ma tête tomba en arrière sur la chaise et un ronronnement s'échappa de mes lèvres. Les doigts de Tiffany rejoignirent ceux de sa sœur à l'intérieur de moi, leurs pouces luttant l'un contre l'autre sur mon clitoris, forçant mes jambes à s'ouvrir largement.

"C'est bon de voir que mes filles s'entendent bien avec leur nouvelle sœur." Titus alors qu'il marchait entre eux. Bienvenue dans la famille, Prestira.

Et maintenant tu communiques avec moi par télépathie ? J'ai demandé.

Nous sommes désormais liés par le sang, et le sang n'a pas besoin d'une bouche pour parler. Titus m'écarta les jambes.

Mais tu as besoin d'une bouche pour goûter, papa. Je souris, prenant sa tête entre mes mains et le guidant vers le bas. Il perça des pétales avec ses crocs, injectant directement dans mon érogénéité avant de tirer sa langue à travers ma fente. J'ai haleté jusqu'au plafond, léchant mes lèvres, inondé de la splendeur de la langue et des crocs qui m'a agressé si tendrement. Tiffany et Ivanka ont fait mousser mes mamelons, leurs lèvres les attirant vers des points rouges, leurs crocs enfoncés sous la chair, une pénétration de prédation, mais une invasion sensuelle. La langue de Titus a remplacé les doigts de ses filles, et elles ont déplacé leurs doigts plus bas, caressant mon pont nerveux, puis pénétrant mon anus. J'ai crié, me délectant de la nouvelle élasticité de mon trou sale alors que mes sœurs de sang tournaient leurs index l'une autour de l'autre, me remuant, m'étirant. De plus en plus profondément, ils m'exploraient, un contraste avec l'exploration sensuelle de leur père, dont la langue dessinait de si délicieux motifs contre mon plafond. Mes talons enfoncés dans le sol, mon bassin surélevé et mes sourcils froncés au-dessus de mes yeux tombants, s'obscurcissant dans ma brume de délice charnel. Les sentiments mélangés tourmentaient mes profondeurs, l'intensité faisant se tenir les cordes de mon cou alors que je serrais les dents, les muscles fléchissant, les entrailles se crispant, luttant contre l'extase qui faisait rage, faisait rage, faisait rage en moi ! Tout mon dos s'est élevé à partir de la nuque, s'arquant dans les airs, amenant les visages allaitants de Tiffany et Ivanka avec moi. Leurs expressions étaient voraces, leurs bouches dévorantes implacables, leurs doigts fouisseurs s'enroulant contre mes murs pour m'ouvrir, chantant une douce douleur profondément dans mes intestins. Titus se leva aussi, me regardant des plis évasés qui enveloppaient son nez, ma perle engorgée pressée contre son extrémité. Je suis venu avec un frisson, me délectant des sensations accrues de mon nouveau corps, sentant le plaisir courir sans relâche à travers moi. Lorsque le sentiment s'est dissipé, j'ai regardé mes nouveaux parents avec des yeux aussi voraces que les leurs. J'étais insatiable.

Titus a retiré sa bouche de moi et a rempli ses mains de mon cul. Il a tenu mes jambes écartées, a aligné son tir et s'est enfoncé jusqu'à la garde. J'ai grogné d'approbation, mes dents dénudées dans une grimace de prédateur, ma chatte faisant rouler ses muscles sur toute sa longueur. J'ai arraché Tiffany de ma poitrine et l'ai pressée dans un baiser passionné, nos langues se tordant au combat, nos crocs mordant nos bouches de succion. Elle a crié dans ma bouche quand elle a été prise par derrière, son agresseur s'enfonçant dans son anus. J'ai apaisé sa fente vacante avec des doigts explorateurs, trouvant les secrets de ses profondeurs, la déverrouillant. Elle tremblait et tournoyait sur moi, glissant au rythme de l'homme derrière elle, son ventre luisant d'effort, ses joues pâles roses. Ivanka a poursuivi son exploration de mon anus jusqu'à ce qu'elle soit violemment arrachée, son cri de joie résonnant dans la masse des corps, puis soudainement assourdi alors que les trois trous étaient limés simultanément.

Tiffany et moi nous séparâmes de notre baiser, nous regardant fixement dans les yeux, respirant le souffle de l'autre. Son expression était celle d'une excitation alarmée, ses lèvres rouges ouvertes de plaisir tordu et ses yeux écarquillés. Mes yeux tombèrent sur la longueur palpitante de son artère pulmonaire, et elle inclina le cou pour le présenter. La faim et le sexe, la gourmandise et la luxure ; dans ce monde, ces instincts les plus bas ne faisaient qu'un. Mon pouce traça ses lèvres rouges avant d'incliner sa tête vers le haut et d'enfoncer mes crocs. J'ai senti Tiffany convulser autour de mes doigts, portée à de nouveaux sommets par le poison que j'ai injecté dans son cœur. Ses pupilles se dilataient, son regard devenait flou, et elle se pressait contre moi avec une langueur ivre, écrasant les dômes de nos seins, nos tétons se poignardant agréablement l'un contre l'autre. Je la laissai dériver dans son euphorie et lui retirai ma main alors qu'elle faisait de même avec moi. En suçant mes doigts, je concentrai mon attention sur mon nouveau papa.

Titus m'a tiré du sol et a amené mon corps contre le sien, me transportant dans les airs. Nos visages se rencontrèrent, nos langues s'entremêlèrent, et nous complétâmes le baiser vampirique par une morsure mutuelle. Je formai contre lui le ventre contre le ventre, la poitrine contre la poitrine, poussé plus près par l'entraînement implacable de ses hanches, sa bite un piston en moi, abusant parfaitement de la chair rose tendre à l'intérieur. J'ai rompu le baiser quand j'ai senti une langue humide encerclant mes rayons. I looked behind me to see a female vampire rimming me as she prepared another man with her hand. Grinning a mischievous, open-mouthed smile, she lathered my puckered sphincter with exaggerated rotations of her tongue before she gently spread my cheeks, and burrowed inside. I moaned, caught between the abuse of my cunt and the celebration of my anus, a duality of pleasures that tore at my mind. Her full red lips kissed my rim and sucked, then the fangs sunk in, and the venom she injected turned my rectum into a relaxed sheath, aching for the sword. She gave me a knowing wink, and when she was satisfied with her work, she brought her male friend over, parted from my swollen rim with a smack, and guiding the head of his cock to my ass. She raised an inquisitive eyebrow, and I nodded.

I curved by back as the man’s cock drove to the hilt, pressing along Titus inside me, rubbing the division of my holes. They lowered me between them with my legs hooked in their elbows, forcing me into an airborne squat. It allowed me to take them to a depth I hadn’t known, and trapped between their pressing bodies of hard muscle and masculine heat, I was ravaged without mercy. Their cocks traveled through me simultaneously, pressing together, squeezing the thin membrane that separated my two holes as though they were trying to tear me open. My eyes were wide open and twitching, my mouth agape but silent. When I finally found my voice, it was a hoarse gasp, pleading for reprieve and continuation all at once. The man sodomizing me pulled my hair back and sank his fangs into my neck, and I closed my eyes and surrendered, surrendered to the helplessness of my situation, surrendered to the onslaught within, the pain and pleasure, a violation so intimate and so complete that I could do naught but scream. Up and down, up and down; I was hoisted with their retreat, and sent plunging with their advance, pierced with the full force of their lust, driven to mania and beyond. When I came, I did so with a whimper, sobbing against Titus’s chest, thanking him with every breath.

But they didn’t stop. Oh god, they didn’t stop! I panted like a bitch as I stared into my blood-father’s red eyes, my own rapturous and wide, his imperious and controlling. Arrogance usually begotten my ire and sexual competitiveness, but Titus was so deserving of his pride that I could only plead for more. And like a good daddy, he acquiesced his spoiled brat. Titus surged into me, pushing against my cervix with every thrust, blasting aching pleasure deep into my womb. The man in my ass held me by the cheeks and spread me wide, forcing me to impale myself with the merciless inevitably of gravity, over and over and over! So deep, so deep they were! Never had I felt men with such potency move with such graceful violence. I was destroyed between their pressing bodies, turned into a mindless piece of fuck that jiggled from breast and ass, clenched from belly and pelvis, and opened wide for the men who ravaged me, offering my sanctity for plunder and my filth for conquest, and thanking them for their violation.

Saliva began to flow from the corners of my mouth, primal screams sounding, all pretense long abandoned. My back arched from the man behind me, my belly pressing into Titus’s abdomen, my breasts presented for him to squeeze until it hurt. My eyes rolled into my head, my voice choked breathless sobs, and at the pinnacle of my heinous rapture, they sunk their fangs into opposite sides of my neck, and erupted into my loins. With one last spasm, I twisted ferociously, sending all three of us sprawling into a heap. We breathed heavily for a moment, recovering our minds and bodies.

“Well…” I said with lingering astonishment, my pulse beating in my ears, “…that was the best sex I’ve ever had.”

“I’m telling Zander you said that.” Titus panted next to me.

“Oh, please do. I love it when he gets jealous.” I smiled back.

“Fresh blood!” Pratok’s voice announced from the door. I turned around to see the orc push in five human women. The room became noticeably quieter as heads turned and nostrils flared. The blood lust began to rise within me, and my vision focused inexorably on their blue veins. So beautiful…

“Ladies!” Titus exclaimed companionably, withdrawing himself from me, “What brings such lovely treats into my humble home?”

“Is it true that Queen Yavara is here?” One girl asked excitedly.

“Why, yes it!” Titus put his arm around the woman, “Would you like to meet the queen?”

“Oh my god, can I?” She squealed, oblivious to the danger she was in.

“My queen, you have guests!”

Yavara was in the center of the orgy, more than living up to the reputation of the Dark Queen. She’d made herself a throne of men, and had adorned herself with a crown of women. She eased a vampire’s crotch from her face, licked the glaze from her lips, and regarded her guests with a different kind of hunger. “Hello.” She smiled broadly, displaying her fangs.

“Queen Yavara?! You’re a-a-a-a-”

"Oui." Yavara stood up, her living garments falling gracefully from her, her holes evacuated and left yawning and red. She walked over to the women, her hips swaying seductively back and forth, her perfect breasts bobbing gently. She took the quivering spokeswoman by the hips, and pressed their pelvises together. After a life of having to crane her neck, I daresay Yavara enjoyed looking down at someone for a change.

“And what can I do for you?” Yavara asked, touching noses with the woman.

“We just… we just wanted to see you.” The woman managed from a very small voice.

“And here I am.” Yavara said with a magnanimous gesture, keeping the woman held tightly to her. “If you frequent this club, you knew what was behind that door. You walked into the den of vampires, just to see me? I’m flattered girl, what’s your name?”

“Patricia.” Patricia whimpered.

Oh, this is too perfect. Yavara’s telepathic voice laughed into my head.

Be gentle with her, Yavara. I gave her a stern look. She’s innocent. Foolish, but innocent.

Foolish innocence can be so much fun, and I’ve always liked to play with my food. Yavara winked.

You’re very funny.

What made you think I was joking? Yavara turned her gaze back to Patricia. Read the room, Prestira.

The vampires had moved like smoke through the dark corners of the room, encircling the women. Now they pressed in with the lethargy of a cat before a trapped mouse. The girls huddled together, their nervousness turning to terror. One girl broke from the pack, and with contained panic, marched straight for the door. Titus blocked her way.

“Where are you going, Delicious?” He asked with a sardonic smile.

“Let me go!” The woman demanded of his chest, her voice trembling, “The law says you have to let me go!”

“Does it?” Titus’s grinned broadened. He rested his hands on her shoulders, and she withered under his touch, “Let me tell you a secret about the law, Delicious. Like everything in Ardeni, it only works for those who pay for it, and I’ve paid handsomely. Et vous? Unfitting shoes, secondhand clothes, and cheap perfume; have you paid the law its due?”

“You let Julia and Angela go.” The woman was crying, “They said you would do the same for us!”

Titus tilted her face to his. “They lied to you, Delicious. Julia and Angela have a quota to fill, and -truly I am sorry about this-, but you were just numbers to them. They were never your friends.”

The woman’s voice cracked. “I can help you! Let me join you and I’ll give you everyone I know!”

“I never take offers born from fear, Delicious. My descendants must be willing family. And if I’m being terribly honest, I quite like Julia and Angela’s bone structure; I’m not one to waste beauty.” Titus sighed, “But you, Delicious, underneath your makeup and youth, are quite plain, and I have no desire to perpetuate mediocrity. The prize sow is put to breeding, but the rest of the cattle…” Titus’s thumb gently massaged the woman’s neck.

Yavara, you can stop this!

This is a test. Yavara examined Patricia’s throat, How can I lead these people if I denounce their very nature? If I am to reign over a land of beasts, then I must make myself one in more than just flesh.

Beasts know mercy.

Mercy can be a strength, and it can be a weakness. What good will mercy do if it cripples me? Yavara’s fingers traced the line of Patricia’s collar, You saw how they treat Brutus. If I don’t want them to think of me as a half-measure, then I must show my commitment two-fold.

Only a tyrant makes themselves the worst of their people to retain power.

You let me condemn innocent men, but this is where you draw the line?

Those men tried to kill me. This woman only wanted to see you. She came in here thinking you would keep her safe.

She came here to be eaten. She would’ve been sent regardless of our presence. Yavara’s red eyes glinted, And frankly, Prestira, I don’t have to listen to you.

What will Elena think? J'ai demandé.

Yavara gave me a look that made my blood run cold, then she relented a smile. Did you actually think I would kill her? Yavara turned back to Patricia. “You’re a pretty little thing, Patricia,” Yavara said, “If you’re such a fan, you’ll be delighted to know we have room in my kingdom for pretty little things. Would you like to join me?”

The vampires’ attention quickly diverted from their prey to the queen and her prospective daughter.

“Join you?” Patricia gasped, bending into Yavara’s embrace despite her fear.

“Yes Patricia. But you see, Alkandra is a realm of beasts, and you’re just a human. Not that there’s anything wrong with being a human, humans will certainly be welcome to visit and trade, but to be a citizen of Alkandra, you must be a beast. Now, I can think of only one way you can become a citizen of Alkandra.”

“You want to make me a vampire?” Patricia asked softly. It was hard to discern if she was terrified or curious. Or hopeful.

“Do you want to be my blood-daughter, Princess Patricia?” Yavara touched her brow with the girl’s.

“I don’t… I’m not…”

“Shh.” Yavara put a finger to Patricia’s lips, “The moment you walked through that door, you were destined to become one of two things: food, or family. I’m offering you the latter.”

“But…”

“Is death preferable to love?” Yavara asked gently, stroking Patricia’s hair, “For I offer you a mother’s love with a full heart. Do you doubt me?”

“No.” Patricia gulped, “But my mother, and my father; what about my family?!”

“Look around you, Patricia,” Titus said from the door, “this is your family now.” He gave Yavara a look, and she returned it with an imperceptible nod. No half-measures. Patricia would not be given the same option we were. Yavara returned her gaze to Patricia, and I saw in it the same adoration Tiffany had shown to Julia, and Ivanka had shown to Angela.

“I have gone through drastic changes in my life.” Yavara brushed Patricia’s bangs from her face, “In the last week alone, I’ve become two different species, lost my virtue, my country and my family. But my losses are dwarfed by my gains, and the greatest gift has been that of myself. The hardest part of change is the fear. You don’t have to be afraid with me. I understand.”

Patricia stared rapturously in Yavara’s blood-red gaze, lost in the depths, soothed by the words and the way they were spoken. Yavara held the woman’s head in her hands. “Will you be mine, Patricia?”

"Oui." Patricia said with a gasp, “Take me… Mother.”

Yavara grinned delightedly, her fangs shining red in the torchlight. With a single swipe of her fingernail, she sliced Patricia’s dress down the back. The fabric billowed off the girl, exposing her slender nubile nudity. She crossed her arms over her bare breasts, and shuddered. Yavara moved like silk behind Patricia, her sensual fingers outlining the girl’s body, coercing her to lower her guard, and wilt with slackened limbs into the tender shell of her mother’s embrace. Her eyes were possessed of desire, rolling upward into her head. With a sigh, she tilted her neck, and licked her lips. Yavara kissed the vein, then bit. Patricia whimpered, and folded in on herself. Even from across the room, I could hear her heart slow, then stop.

Patricia’s red eyes flashed open. Her teenage form transformed into a vision of statuesque beauty, her features gothic and vivid. She shot from Yavara’s arms, grabbed Delicious, and buried her fangs deep. I watched solemnly as Delicious grew pale, her terrified cry sputtering into a whimper, then a groan. Her heart drummed softly, then out of rhythm, then barely at all. I looked at Yavara, but she wouldn’t meet my gaze. I didn’t blame her for letting it happen, but I was disappointed. Then, as Delicious’s last heartbeats sounded, Yavara strode to her daughter, and pulled her off her meal. The room went silent, only the sound of Delicious’s rasping breaths sounding. I could feel the stares of the vampires like a weight, their eyes speaking with more gravity than their mouths ever could. Interloper. Imposter. Liar. Yavara didn’t even flinch, but held her head in defiance of their glares. One of the captured women burst into tears, and soon, all three were groveling at her feet, thanking her with every breath.

“Thank me?” Yavara asked, looking down at the prostrators, “If you think two days’ grace to make peace with your god is worth my thanks, then I accept.”

“W-w-w-w-what?” One of them stuttered.

“My people will be preparing for a long voyage, and they will need sustenance along the way.” Yavara rolled the unconscious Delicious over with her foot, “It would be gluttonous for my daughter to take for herself what should be shared with everyone.”

“B-b-b-but…”

“It’s very hard to find vampire food in the ocean.” Yavara grinned down, “Stupid girls don’t just flop onto the deck like spawning salmon. You have to bring them with you.” And if their shackles were to be improperly nailed to the boards, and they were to make a daring escape during the noon hours, well, that would just be poor luck wouldn’t it?

These things happen on expeditions. One must always factor lost goods into the accounting. I smiled inwardly, Thank you, Yavara.

They’re innocent.

“P-p-p-please!” The woman cried again.

“Someone gag this stuttering hog.” Yavara said with a contemptuous curl of her lips, “I’m sick of hearing her squeal.”

The women were grabbed and hauled away kicking and screaming, then gagged with red balls, and forced into stockades near the far wall. I guessed Yavara wasn’t the only one who liked to play with her food. After the stockade arms clanged, and the shackles clicked, there was another expectant silence. Only this one wasn’t the silence of judgement, but the awaiting of a proclamation, of some signal for action. If the vampires had any doubts about their queen before, they had none now.

Yavara rolled her eyes, and with the annoyed inflection only a rich teenage daughter could muster, she sighed, “Does the world need to stop every time I sneeze? Bien? What are you all staring at me for? Go back to fucking each other.” And with a rumble of laughter and a few shouts, they did. The room was once again filled with the moans and screams of perversion, the smells of sex and the sight of writhing flesh, and for Yavara, it seemed like her natural habitat. She took her new daughter from behind, and brought her into a sensual embrace.

“Vampirism suits you Patricia, you’re quite the beauty.” Yavara said as her hands wandered along Patricia’s waist.

“Thank you, Mother.” Patricia hissed as she leaned her head back to accept Yavara’s kiss. Yavara smiled as she withdrew from the kiss.

“Are you a virgin, Patricia?” Yavara asked.

"Oui."

“This is going to be an interesting night for you.” Yavara guided her new daughter over to me, “This is Prestira, your blood-grandmother.”

“Prestira Rasloraca?” Patricia smiled down at me, “I hardly recognized you.”

“Vampirism does interesting things to us all.” I smiled up at her, taking her by the delicate points of her hips.

“No,” Patricia smirked, running her fingers through my hair as she pressed her bald slit into my face, “it’s just that the last time I saw you, you looked like a glazed doughnut bursting with vanilla filling.”

“Well, aren’t you a little tart?” I sniffed her, and my mouth watered with her virgin aroma.

“With cherry and chocolate filling.” Yavara chuckled, kneeling behind Patricia and spreading her full cheeks. I could tell by the sudden widening of Patricia’s eyes that Yavara had decided to taste her daughter’s chocolate center, and I could tell by the flush of Patricia’s cheeks that Yavara had already licked her clean. Patricia’s petals opened and oozed the nectar of her pleasure, and I lowered my lips to taste it. Her hands gripped our heads, her back arched and her chest jutted forth, and she moaned the loss of her innocence to the ceiling as her mother and grandmother explored her depths with invading tongues, tenderly and wetly corrupting her with every lick. I sucked her delicate folds into my mouth, snaked my tongue along her ceiling, and found her spot. She clamped down on me when I did so, and I heard Yavara moan her muffled approval as her daughter’s anus sucked her tongue deeper. Patricia could only cry out, her legs turning to jelly by the prowess of our mouths, our sucking lips turning her outward, our invading tongues pushing deeper. She balanced precariously atop her perch, rocking this way and that to the whims of sensation, almost like she was trying to escape the pleasure we bore into her. It was no use. Yavara and I pressed deeper, enveloping our face with jiggling thigh and supple glutes, smelling the tang of lust, tasting the sweet filth of her ascension. We watched her with wild merciless eyes, watched her face contort into profound awe, her brows furrowing with realization as she looked into my eyes. Her grip on our hair tightened, her insides spasmed and convulsed, and with a shudder and a whimper, she came. She flooded my mouth, and I let it drip down my chin, down my neck, roll along the slopes of my breasts, and dribble from the points my nipples. Yavara held my hand between her daughter’s trembling thighs, and we shared the moment of Patricia’s awakening. Then, she dismounted and disappeared into the crowd on shaking legs.

“A ‘goodbye’ would’ve been nice.” I frowned at Yavara as I licked my lips.

“She was left speechless.” Yavara sniggered, wiping glaze from her lips to suck from her finger, “She told me telepathically, and I quote, ‘I love you mom, but you don’t have a penis, so I’m leaving.’”

“A girl after your own heart.” I chuckled, noticing with wandering eyes that a group had formed around us, all six of them men. By Yavara’s account, I was sure it was a favorable mix of genders.

“The apple doesn’t fall far from the tree.” Yavara grinned back, and with a motion she beckoned our audience to participate. A second later, I was indulging in the sin of gluttony, filling every hole with man. They drove into me like they wanted to meet in the middle, and I adored them for their enthusiasm. My back was wrenched into an arch, my chest was forced forward, and my head forced back so that I could take the full brunt of a man’s passion down my stretched gullet. I clamped my legs desperately around the man bucking beneath me, and reached back to spread my cheeks wide for the man excavating my anus. I heard Yavara scream unmuted from her mouth, and looked down to see she was no longer filling her throat. No, Yavara had taken a second man into her ass, as she was one to do, and she bucked and heaved against both, testing the elasticity of her vampiric rectum. By the pleasured sounds of their groans, I could tell she was a tight fit. The man beneath her set a frenetic pace, and the two men in her ass dared to match it. I tried to find a connection with her through the haze of my own violent pleasure, but in her mind, there was only one rational thought: Eat ass. She grabbed the man I was sucking, pried his glutes open, and drove her tongue all the way in. A second later, she found his prostate; I could tell by the way he tried to borrow a hole into the back of my head. I took him generously into my throat, spit leaking from slurping lips, eyes staring with a begging glint. More. Give me more. He gave me everything. When Yavara’s tongue milked his organ to bursting, my lips and throat extracted the milk from its spout. Then he hobbled away on shaky legs to collapse at the perimeter, one more notch on Yavara’s bedpost, one more casualty of her brand of sex.

“Feed me, Mommy.” Yavara whispered, her expression possessed with ecstasy. Our fangs bit into each other’s cheeks as out lips and tongues entwined in a lecherous embrace. We passed the man’s cum between our mouths, mingling it with the delicious filth Yavara bore on her palate. Then we began to ascend from within, and our kiss bespoke our climax, losing all precision, becoming hedonistic, sloppy, desperate. My body was compelled upward with the feeling, pressing to Yavara’s, and she rose with me until our breasts were pressed against each other, our bodies curving up to a mutual peak. Our lovers found the same rhythms, and Yavara and I lurched together on the waves of our penetration, feeling together the depths of our depravity, the limitless lows we would stoop to for each other. For with her, I had no limits, and I’d never known greater pleasures than the perversions Yavara could orchestrate. I screamed into her mouth, and she screamed into mine, our breath rich with cum, pussy, and ass; our tones that of mindless joy. The men roared with cathartic release, and filled us to capacity, their nectar burning into our ruined depths deliciously. They extracted themselves with all the care and reverence they hadn’t showed during the act, and we were left to be tended by the women.

“Well, hello you.” I smiled tiredly as I felt a familiar tongue circling my rim. It was the woman from earlier, and it seemed she’d developed a taste for a very specific part of me. She didn’t answer my greeting, but only grinned as she tenderly cleaned my raw and abused anus. I moaned, and made a pillow of Yavara’s breasts.

“I love you, you know.” Yavara said.

“I love you too.” I mumbled, offering an affectionate kiss to one nipple, then nuzzling tiredly into her bosom.

“Do you really?”

I looked up at her, and smiled. “Of course. I’m old enough to know the difference between infatuation and the real thing. But just because I love you, doesn’t mean I’m in love with you.” She looked confused, and I could only laugh. “I forget how young you are sometimes.”

“Don’t be a bitch.” Yavara flicked my nose, “I’m having a minor crisis here.”

“It’s easy to tell the difference. Do you feel the same way about me, as you do Elena?” J'ai demandé.

Yavara inclined her head, then nodded. I raised my eyebrows, feeling a little color rise in my cheeks. “You do?” I said, unable to keep the surprise out of my voice.

“Just to a lesser a degree.” Yavara’s face fell, “And I kind of feel that way about Brock. And…” Yavara looked uneasily at me, “…and Zander.” She pouted her lips. “I’m sorry.”

How could I be angry at that face? I crinkled my nose against the giggle in my mouth, and touched foreheads with Yavara. “You’re the Dark Queen. Your love knows no bounds,” I licked her nose, “nor no depths. I will always be your lover, Yavara, as will Zander, but our hearts are made differently than yours. Only one can have mine,” I smiled ruefully, “and I’m afraid it’s been taken.”

Yavara nodded, understanding. What she shared with Elena, she would share with many others, even if it wasn’t reciprocated. I hoped for both their sakes that Elena’s transformation had made her more open.

“I’m hungry, Mommy.” Yavara said, licking her fangs.

“I’ve got what my baby needs.” I moaned indulgently, opening my legs so that Yavara could join the vampire already there. God, she was good with that tongue of hers.

“I mean I’m hungry.” Yavara said, and drew her eyes across the room. The four women in the stockades were the subject of much amusement. Vampires didn’t have the natural aphrodisiac the other prominent man-eaters, the succubi, had, but they were a potent group of lovers. Couple that with blood-loss and the after effects of trauma, and you get four very receptive victims. It was rape, there was no doubt about it, but the horror would be delayed, saved for nights of lying awake, staring at the ceiling and wondering. For now, there was only the carnal delights of the body, and a mind surrendered to death. I shuddered to think of who I’d become in a similar situation. An animal just like them. ‘Fuck me! Fuck me until I fucking die!’ One of them screamed in terrible euphoria.

“Come to think of it, I’m rather famished myself.” I muttered. I took Yavara by the hand and walked with her to the feeding stockades. The four unfortunate sows were bent over, their manacled hands and heads poking from the boards, their bellies distended as if pregnant. Enemas, it seemed. Four vampire women were having a contest to see who could make their human pop first. Morbidly curious (and taking notes for further self-discovery), I walked behind the sows to see that each of their pussies was occupied with a vampire’s fist. The human girls mewled and moaned, their legs shaking, their clenched anuses dilating with pressure. Poor Delicious was crying out with wanton abandon, rubbing e

Articles similaires

École d'été Partie 8

Partie 8 - Cindy et Daryl progressent Cindy tremblait presque, elle était tellement excitée de parler à Daryl de sa conversation avec sa mère. Merde, elle était maintenant sous pilule ! Son rendez-vous chez le médecin consistait en un coup d'œil rapide et une sensation de ses seins et de son vagin et elle prenait la pilule ! Maintenant, elle serait à l'abri d'une grossesse et Daryl pourrait filmer ses affaires où il voulait. Il serait tellement heureux. Daryl quant à lui était tout aussi excité. Bien qu'il ait été embarrassé de voir sa mère le voir jouir, en particulier sur...

802 Des vues

Likes 0

Il y a un loup dans la bergerie...

*la non-fiction* C'était le premier jour de cours. Je n'étais pas nerveux; c'est une école technique de nerd, donc je me sentais bien. Je m'appelle TK, et je n'étais en aucun cas préparé pour les cours ce semestre ... bien sûr, j'ai étudié et réussi la classe mais j'ai échoué au test le plus important .... Dans mon deuxième cours, j'ai vu ce mec grand, en quelque sorte heurté par lui, qui ne se souciait pas vraiment de son existence. ...homme Si je n'étais pas amoureuse de lui, je sais que j'étais amoureuse de sa démarche... ses vêtements, à peu près...

362 Des vues

Likes 0

Barbe sort

L'aventure de Barb Chapitre 1 Barb avait été élevée dans une maison d'église. Au début de son adolescence, elle a entendu les histoires de certains des enfants avec qui elle allait à l'école sur le sexe. Coq, sexe oral, MST et bien sûr les bébés. Elle n'y a pas beaucoup réfléchi. Elle était issue d'une famille religieuse et bien sûr, elle n'aurait jamais eu de relations sexuelles avant le mariage. Au cours de son adolescence, elle a remarqué l'augmentation de ses sens lorsqu'il s'agissait de regarder et d'être avec des garçons et des hommes. Sa sexualité s'éveillait. Elle remarqua leur odeur...

322 Des vues

Likes 0

Petit Daniel

Intro : cette histoire est basée sur des événements réels, mais les lieux ont été modifiés pour la protection des autres. Je m'appelle Tommy et je mesure environ 5 pi 3 po pour 145 livres et, à mon avis, pas gay mais totalement bi. J'ai 16 ans maintenant et cette histoire parle d'événements réels qui se sont produits quand j'avais 14 ans. N'importe comment à l'histoire. Quand j'avais 12 ans, ma mère est décédée et mon père a recommencé à sortir ensemble et apparemment il avait mauvais goût envers les filles parce qu'elles étaient soit A : laides comme l'enfer, B : Chaudes comme...

329 Des vues

Likes 0

Les garçons riches aiment 17

J'ai décidé d'écrire le reste de mon histoire, veuillez noter que mon histoire ne concerne pas uniquement le sexe en disant que cette partie contient du sexe et que la personne qui a écrit ce commentaire dit qu'elle se fait passer pour moi et harvey quand il se branle ! Quand Harvey et moi avons fait face à la classe, nous avons écouté pendant environ 20 minutes, puis Harvey a tapoté sur son bureau pour attirer mon attention. Je l'ai regardé et il se frottait lui-même à travers son jean. J'ai tendu la main avec ma tête et j'ai chuchoté besoin...

221 Des vues

Likes 0

Le lit conjugal

Elle a été mariée jeune. Elle avait quinze ans lorsqu'elle épousa un homme de trente-cinq ans, son nom était Rohan. Elle avait peur de lui, et il était excité par elle. Elle était petite, avait des courbes bien placées. Ses seins étaient assez gros pour son corps et étaient souvent affichés bien en évidence en haut de son corsage. Elle s'appelait Anna. Anna n'avait pas peur de son futur mari au début, mais tout a changé lors de leur nuit de noces. Elle se tenait dans sa robe alors qu'il la regardait. Inspecter chaque centimètre de son corps. Elle frissonna, aucun...

1.2K Des vues

Likes 0

Fin de l'école

C'était la fin de l'école, la fin d'une vie, la fin d'une époque. Le temps intermédiaire où la petite écolière se transformait en la femme qu'elle voulait être Randy et moi avions joué pendant des mois et j'étais profondément amoureux, mais en même temps inquiet d'être tombé trop amoureux de lui. Randy avait plus de quelques années de plus que moi, je venais d'avoir dix-sept ans. Il avait tout ce que les autres petits garçons n'avaient pas de voitures, de vélos, d'argent, de cartes de crédit et une magnifique bite coupée de sept pouces et demi que j'aimais…. nous étions en...

1.2K Des vues

Likes 0

Devenir la reine du bal ; chapitre 3

Chapitre 3 Le lendemain matin, je me suis réveillé au son de cette chanson rock discordante qui sortait de mon téléphone. J'étais encore un peu groggy car je ne m'étais endormi que tard à cause de ma séance de masturbation géniale. Levant lentement la tête, j'ai attrapé le téléphone et j'ai éteint l'alarme. Bâillant, j'ai balancé mes jambes du lit et me suis dirigée vers ma commode. Eh bien, pensai-je, il est temps de voir quel genre de tenue je peux trouver qui ne donnera pas à Beth une crise cardiaque. En fouillant dans les choses pendant un moment, j'en ai...

1.2K Des vues

Likes 0

Ma famille 7 réécrit

Ma famille 7 Réécrire. Nous avons quitté ma tante Jenny vers dix heures le lendemain matin. Elle m'a laissé conduire pour qu'elle puisse me sucer la bite en chemin. Elle m'a dit que j'allais lui manquer et espérait que je viendrais visiter ses vacances de Noël et amener Ester. Je voudrais encore manger sa belle chatte. Je lui ai assuré que j'essaierais, au moins pendant trois ou quatre jours. Quand nous avons dépassé l'un des gros semi-remorques alors qu'elle me faisait une pipe, le gars a failli sortir de la route en essayant de regarder. Quand je suis venu, elle a...

943 Des vues

Likes 0

Plaisirs d'été, première partie

J'aurais 12 ans le dernier jour avant les vacances d'été. J'avais hâte de passer beaucoup de temps dans notre ranch et de profiter des collines et des journées d'été paresseuses avec ma nouvelle amie Janet. Janet et moi nous étions rencontrés la dernière semaine d'école. Nous avons frappé si tout de suite. C'était une belle blonde, mesurant 1,50 m avec un corps qui ne voulait tout simplement pas s'arrêter. J'avais découvert que regarder d'autres filles commençait vraiment à m'exciter et je pensais qu'elle serait cette personne spéciale dans laquelle je pourrais vraiment entrer. Nous avions passé quelques nuits chez nous mais...

992 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.