Vacances de Noël - partie 2

816Report
Vacances de Noël - partie 2

Les pensées qui tournaient dans ma tête ont été interrompues par Nancy sautant sur le lit, faisant danser ses seins alors qu'elle atterrissait à quatre pattes et demandant "Qu'est-ce que vous chuchotez tous les deux par ici."

"Oh, je disais juste à Hut combien de personnes savent quel crétin il est." dit Kathy.

"Ouais, c'est vrai. J'ai passé le mot partout." dit Nancy. Elle a commencé à se blottir sous les couvertures et a fini comme Kathy de mon autre côté, blottie contre mon bras avec ses cheveux sur mon épaule et ses seins pressés contre mon côté. Elle s'est un peu réarrangée pour que son sein droit repose essentiellement sur ma poitrine. Elle a levé la main et a tiré mon menton vers elle et m'a donné un petit baiser sur mes lèvres et a dit "Tu sais, nous sommes tes plus grands fans. Nous sommes tes groupies, tu sais. Je parie que peu de gars peuvent dire ça de leur soeur et cousine." Elle tira à nouveau mon menton et cette fois m'embrassa plus longtemps et je sentis sa langue chercher la mienne. Je n'ai pas pu lui résister et nous nous sommes embrassés profondément. Sœur ou pas sœur, nous nous sommes embrassés profondément. J'ai senti mon pénis s'engorger sous la cuisse de Kathy. Elle le sentit aussi et abaissa légèrement sa jambe et la laissa libre.

Danni a demandé "Etes-vous les gars pour la nuit? Puis-je éteindre les lumières?"

Nancy a dit "Je pense que oui."

Danni a éteint les lumières et j'ai entendu une fenêtre s'ouvrir. Danni a dit "Je vais ouvrir un peu la fenêtre pour que ça refroidisse ici. Je dors mieux avec ça frais." Au fur et à mesure que mes yeux s'habituaient à l'obscurité, je pus voir Danni revenir de l'autre côté du lit - son lit - et enlever son peignoir. Je pouvais juste voir sa silhouette alors qu'elle rampait sous les couvertures. "Bonne nuit, vous trois. Ne m'empêchez pas de dormir." dit-elle avec un petit rire.

J'ai dit "Je ne peux pas dormir sur le dos, ou du moins je ne peux pas dormir sur le dos. Quelque chose doit céder ici." Nancy et Kathy se sont légèrement écartées de moi pour que je puisse bouger. J'ai roulé sur le côté gauche, face à Kathy. "Cela fonctionnera probablement." J'ai dit. Kathy s'est glissée contre moi sur le dos et a tiré mon bras droit sur son abdomen. J'ai relevé mon genou droit pour que ma cuisse soit en travers d'elle au niveau de la hanche. "Est-ce que ça te va ou est-ce que c'est inconfortable ?" J'ai demandé.

Elle a dit "Ça va. Je te ferai savoir si ce n'est pas le cas."

J'ai senti Nancy se déplacer derrière moi et j'ai senti son bras venir sur moi. Elle se blottit face à mon dos, un bras drapé autour de moi. Je pouvais sentir ses seins contre mon dos et son souffle contre ma nuque. Il faisait encore assez chaud dans la pièce pour que les couvertures soient baissées au niveau de la taille lorsque je commençai à m'assoupir. Quand je me suis réveillé quelque temps plus tard, j'étais toujours sur mon côté gauche. L'air sur mon visage était beaucoup plus frais et j'ai réalisé que les couvertures étaient remontées autour de mes épaules. Nancy et Kathy semblaient être encore plus proches de moi que lorsque je m'endormais, comme si c'était possible. Je sentais leur peau contre la mienne. Cela réchauffait mon âme. La prochaine fois que je me suis réveillé, j'étais sur le dos et ils étaient à moitié sur moi et à moitié de chaque côté. Leurs jambes étaient entrelacées avec les miennes et j'ai senti une main prendre mon scrotum comme si on tenait un très petit chaton. Qui était-ce qui me tenait ainsi ? Je pensais que c'était Kathy, mais comme je ne pouvais pas bouger mes bras pour vérifier, c'était une supposition. Une fois que j'ai pensé à mes bras, j'ai réalisé qu'ils s'étaient endormis. Je pouvais à peine sentir mes propres mains. Je me suis rendormi en me demandant si des membres pouvaient mourir d'un manque de sang.

Soudain, j'étais réveillé et me suis retrouvé sur mon côté gauche face à Kathy. Elle m'embrassait sur le visage tout en tenant mon pénis dans ses mains. Elle ne le caressait que légèrement. Quand elle a vu que j'étais réveillé, elle a chuchoté "Désolé de t'avoir réveillé. Je ne pouvais tout simplement pas garder mes mains pour moi."

Je pouvais sentir Nancy contre mon dos mais j'avais l'impression qu'elle était dos au mien. J'ai embrassé Kathy en retour et lui ai chuchoté "Je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée, Kathy." Elle écarta un peu son visage du mien et me regarda dans les yeux.

"Pourquoi?" elle a demandé.

"Allez, Kathy. Tu es ma cousine. Et s'il se passe quelque chose ?" J'ai demandé.

Kathy a demandé "Qu'est-ce qui pourrait arriver?"

"Je ne serai pas responsable de ruiner ta vie et la mienne, Kathy." Je lui ai dit.

"Quoi, tu crois ? Je suis vierge ou quelque chose comme ça ? Seigneur, je prends la pilule depuis quelques années. Pareil avec Nancy." Elle m'a réprimandé dans un murmure. "Tu as dit à Nancy que tant que nous nous sentions à l'aise avec ça, tu pensais que c'était OK pour nous d'être ensemble comme ça."

J'ai chuchoté "Merde, vous parlez de tout, n'est-ce pas? En plus, je parlais de nous couchant ensemble - pas de sexe."

Je sentis Nancy bouger derrière moi puis l'entendis me murmurer à l'oreille "Oui, on parle de tout. Tu peux parier là-dessus." Sa main était sur mon côté, le frottant doucement. "Avez-vous un problème avec ça?"

« Non, mais ça me désavantage, n'est-ce pas ? demandai-je doucement.

Kathy a dit "Comme il se doit, cousin."

"Vous les gars, occupez-vous de vos affaires tranquillement avant de réveiller Danni." Nancy a chuchoté "Alors tu ne devrais probablement pas discuter avec Kathy, Hut." Sur ce, je la sentis bouger pour finir avec son dos contre le mien à nouveau.

"Vous avez entendu le patron, Hut." murmura Kathy.

"Qu'attends tu de moi exactement?" J'ai demandé à Kathy.

"Mon Dieu, est-ce que tu recommences ton acte de crétin, Hut ?" elle me demanda.

Je l'ai embrassée sur ses lèvres en passant mon bras droit autour d'elle et en attirant son corps contre le mien. Sa main sur mon pénis était coincée entre nous alors que je déplaçais lentement ma main dans son dos jusqu'à ce que j'aie sa fesse dans ma main. Je le serrai doucement plusieurs fois alors que nous terminions le baiser. Quand j'ai retiré mes lèvres des siennes, elle a sorti sa main gauche coincée d'entre nous et a attrapé l'arrière de ma tête, attirant à nouveau mes lèvres vers les siennes pour un baiser plus long et approfondi. J'ai rencontré sa langue avec la mienne et nous nous sommes embrassés longuement. J'ai senti mon pénis devenir aussi dur que possible contre son abdomen.

Elle retira ses lèvres des miennes et murmura "Je veux que tu me touches" en retirant ma main de ses fesses et en la plaçant sur son pubis. Je la touchai légèrement alors qu'elle soulevait son genou gauche pour écarter ses cuisses. J'ai sondé sa chatte déjà humide avec plusieurs doigts et elle m'a embrassé plus fort que jamais. Après quelques minutes, elle a accroché sa jambe derrière mes jambes et m'a tiré plus près. Se penchant vers le bas, elle a tenu mon pénis alors qu'elle se déplaçait vers la cible et m'a pris à l'intérieur d'elle. Elle poussa un long soupir puis commença à se frotter doucement contre moi. Elle m'a embrassé rudement, la langue sondant profondément dans ma bouche et j'ai sondé tout de suite.

Je n'arrivais pas à croire que j'étais en train de baiser ma cousine très baisable, et dans un lit où dormaient ma sœur et sa colocataire. En fait, elle me baisait pour être tout à fait exact. Elle a commencé à moudre plus vite mais de façon spasmodique alors que son souffle venait dans un pantalon et que tout son corps tremblait et tremblait. Au moins, elle n'était pas une hurleuse. Lorsque le tremblement s'est calmé, elle m'a embrassé à nouveau et a dit "C'était aussi bon que nous en rêvions."

"Qu'est-ce que Nancy va dire ?" J'ai chuchoté.

"Elle sait déjà. Nous avons convenu que j'ai eu le premier coup à notre plan de longue date" Murmura-t-elle alors qu'elle se penchait sur le côté du lit et enlevait une serviette sur le sol. Elle, ou peut-être eux, avaient prévu cela. Elle a glissé de moi et s'est séchée un peu puis a mis la serviette sur le lit sous mon pénis en disant "Maintenant c'est ton tour" et a commencé à caresser mon pénis avec un rythme lent, doux mais régulier. Je pouvais dire que je ne tiendrais pas longtemps et bien sûr que non. J'ai senti le pouls de mon pénis et mon scrotum s'étirer et Kathy a continué à me caresser mais a dirigé mon sperme sur la serviette sur le lit. Quand j'ai fini de pomper, elle a doucement frotté sa main sur la tête de mon pénis dans le sperme qui s'y trouvait avant d'essuyer sa main sur la serviette. Puis elle a tiré le bout de la serviette et a trait mon pénis dessus.

Je sentis Nancy bouger derrière moi. Sa main était sur mon côté et elle s'est tirée pour que son visage soit près de mon oreille et a chuchoté « Pouvez-vous tous les deux vous rendormir maintenant ? Je n'étais pas si sûr que je pourrais - je me sentais assez bien éveillé maintenant.

Kathy m'a embrassé sur la joue puis m'a chuchoté à l'oreille "Tu veux aller prendre une douche avec moi ?" J'ai hoché la tête et elle est sortie du lit, suivie de moi. Attrapant quelques serviettes et une barre de savon, nous nous sommes glissés par la porte et l'avons refermée derrière nous. Presque silencieusement, nous descendîmes nus jusqu'à la salle de bain et nous nous assurâmes que la porte ne faisait aucun bruit tandis que nous nous glissions à l'intérieur. Kathy m'a tendu sa serviette et a dit "Je dois faire pipi".

J'ai dit "je vais trouver l'eau chaude" et je suis allé dans la salle de douche après avoir déposé nos serviettes sur le banc. Sur l'unité de douche la plus éloignée de la porte, j'ai placé le savon sur l'étagère, j'ai allumé deux pommeaux de douche adjacents et j'ai attendu que Kathy et l'eau chaude arrivent alors que je faisais pipi dans le siphon de sol. Elle entra dans la salle de douche à peu près au même moment où l'eau chaude commençait à jaillir de la douche. Elle s'est glissée sous l'une des douches, a tendu la main et m'a tirée sous l'autre.

Elle a dit "Oh, dommage, pas de débarbouillettes. Nous n'aurons qu'à utiliser nos mains" alors qu'elle ramassait le savon, le frottait entre ses mains, puis frottait le savon et sa main vide sur ma poitrine. Je lui ai pris le savon et j'ai commencé à le frotter tout autour et sous ses seins et son abdomen. Ses seins étaient juste assez gros pour s'affaisser un peu et se soulever gentiment en réponse à mes mains en dessous puis redescendre une fois relâchés. Nous étions tous les deux savonneux quand elle leva la main et me serra autour de mon cou, m'attirant vers elle dans une étreinte étroite. "J'espère que vous n'avez aucun regret parce que je n'en ai pas", a-t-elle dit.

J'enroulai mes bras autour de son bas du dos et la serrai contre moi. « Non, je ne pense pas » répondis-je. J'ai senti un picotement dans mon aine alors que mon pénis recommençait à s'engorger.

Elle l'a senti aussi et elle s'est dégagée de moi et a dit "Il n'en a pas encore assez?" Elle s'est savonné les mains et a commencé à masser mon pénis et mon scrotum et a été récompensée par une érection croissante. Elle m'a déplacé pour rincer le savon sur moi puis a essayé de mettre mon pénis dans sa chatte debout contre moi mais ça n'a pas marché. Elle a dit "Mes jambes ne sont pas assez longues pour le faire debout. Allongez-vous sur le sol, nous le ferons sous les douches. Comme j'étais allongée sur le carrelage, heureusement que les douches l'ont réchauffé, elle a ajusté les deux douches un peu plus chaudes puis s'est mise à califourchon sur moi, assise sur mon pénis tout en le guidant vers sa cible avec sa main. Elle était accroupie au-dessus de moi, les pieds sur le carrelage et a dit "Tu restes immobile et je m'en occupe " Elle a commencé à pomper de haut en bas sur moi à un rythme régulier sous le jet chaud des douches. " Tu vas venir en moi cette fois. " J'avais une main sur chaque sein merveilleux, elle commençait respirer fort à cause de l'effort, et je me suis sentie me rapprocher de son objectif. J'ai arqué mon dos, me suis aplati et j'ai commencé à conduire mes hanches pour rencontrer ses coups avec les miens. Elle a commencé à haleter et à trembler alors que ses coups devenaient plus irréguliers pendant quelques instants. Puis elle s'est récupérée et a commencé à pousser avec encore plus de but jusqu'à ce que je commence à frissonner sous elle. Elle s'est allongée sur moi, passant de ses pieds à ses genoux, puis s'est allongée de tout son long sur moi en déplaçant ses hanches de haut en bas. doucement comme si elle me finissait. "Je t'aime, Hut. Je l'ai toujours fait et je le ferai toujours. Mon amour a commencé comme un amour pour un cousin, puis s'est transformé en un amour lubrique. Maintenant, je t'aime comme un amant, mais je sais que tu ne pourras jamais être à moi."

"Je t'aime aussi, Kathy. Je n'avais jamais réalisé à quel point je t'aimais jusqu'à cette semaine" dis-je. Elle a cessé de bouger et nous sommes restés immobiles pendant quelques minutes.

J'ai failli m'assoupir sous l'eau chaude avec un corps brûlant allongé sur moi. Si le sol avait été plus confortable, je l'aurais probablement fait. J'ai déplacé mes mains pour caresser le dos de Kathy des épaules aux fesses encore et encore. Au bout de quelques minutes, elle leva la tête de mon épaule et m'embrassa à nouveau avec une langue profonde et pénétrante. "J'aimerais pouvoir te ramener à la maison avec moi. Je t'enfermerais dans mon placard et ne te laisserais sortir que pour faire l'amour avec moi" dit-elle.

"Je serais probablement un peu mûr après quelques jours, tu ne penses pas ?" J'ai demandé.

"Eh bien, nous aurions évidemment besoin de faire l'amour sous la douche au moins tous les jours." Elle rit de sa réponse réfléchie.

J'ai serré ses fesses et j'ai dit "Je dois me lever. Ce sol commence à faire mal." Elle s'écarta de moi, s'assurant que ses seins traînaient droit sur mon visage, puis se leva. J'ai réussi à me lever avec un petit effort. Le temps que je me remette sur pied, Kathy était en train d'enlever les éclaboussures de ses jambes.

Après avoir éteint les douches, j'ai titubé jusqu'à la porte et le banc où j'avais déposé nos serviettes, suivi de Kathy. Je lui en ai donné un et j'ai commencé à me sécher avec l'autre.

Je lui ai encore posé des questions sur Nancy. "Tu es sûr que Nancy va être d'accord avec ça ? Mais il est un peu tard pour s'en inquiéter, je suppose."

Elle a répondu "Oui, ce serait trop tard s'il devait y avoir un problème. Mais il n'y en aura pas."

"OK" J'ai dit "Vous êtes le patron."

"Et ne l'oublie pas non plus." Elle a répondu.

Alors que nous retournions tranquillement dans la pièce, Danni s'agita un peu. Je me reculai sous les couvertures et m'allongeai sur le dos. Kathy s'est glissée à côté et était de nouveau contre moi avec ses cheveux mouillés sur mon épaule et mon bras - tout comme lorsque nous nous sommes couchés la veille. Les fenêtres commençaient à montrer un peu de lumière alors j'ai pensé qu'il devait être bien plus de 7h30. Nous étions simplement allongés là, fixant le plafond alors que les doigts de ma main gauche faisaient des petits cercles sur le côté de son corps. Je me sentais très contente, de retour sous les couvertures avec un corps chaud et doux contre moi. Presque comme si elle faisait écho à mes pensées, Nancy, allongée sur le côté face à moi, s'est avancée jusqu'à ce qu'elle soit contre moi. Elle tendit la main et me tapota la cuisse puis se détendit. Maintenant j'étais doublement content.

"Réveillez-vous!" J'ai entendu. Je me suis réveillé en sursaut et j'ai regardé autour de moi pour voir Nancy debout dans sa chemise de nuit avec les cheveux mouillés. Danni et Kathy étaient introuvables. Mon réveil à deux pieds attrapa les couvertures et me les enleva. "Allez, lève-toi. Il y a des endroits où je veux emmener Kathy et il est déjà plus de neuf heures."

"OK OK" J'ai dit "Où sont-ils?"

"Toujours sous la douche" dit-elle en sortant son sèche-cheveux. Je me tournai pour m'asseoir sur le côté du lit puis me levai. Nancy m'a regardé dans le miroir et a dit "Jolis cheveux !" Je me suis approché et j'ai jeté un coup d'œil et elle avait raison. Bien que mes cheveux aient été assez courts, ils étaient tous de travers, pointant par endroits, aplatis par endroits.

"La seule façon de résoudre ce problème est d'aller le mouiller." J'ai dit.

Elle a dit "Eh bien, allez-y et mouillez-vous - il y a des lavabos, des toilettes et des douches. Faites votre choix, Hut."

"Je veux te parler, Nancy" J'ai dit "Pendant qu'ils sont partis."

"Quoi, petit frère, qu'as-tu en tête ?" Elle a demandé.

Je l'ai regardée dans les yeux et j'ai dit "Qu'est-ce que tu en penses ?"

« Tu ne vas pas rendre ça plus compliqué que ça ne doit l'être, n'est-ce pas, Hut ? » Elle a demandé.

« Merde, Nancy, je viens de baiser ma cousine - deux fois ! ai-je lâché.

"Je sais" dit-elle "Qu'en est-il? Écoutez, Hut. Nous parlons juste de nous amuser un peu, un peu d'amusement avec quelqu'un dont nous sommes très proches."

"Ouais, fermer est une belle façon de le dire." Je suis rentré.

"Tu sais ce que je veux dire. Nous sommes tous les deux amoureux de toi depuis que nous avons sept ou huit ans, tu en as cinq ou six. Nous avons rêvé de ce jour."

"Ouais, mais nous sommes assez vieux pour savoir mieux maintenant." ai-je répliqué.

Elle m'a tiré dessus avec "Savoir quoi de mieux ? Savoir que le sexe est merveilleux? Que c'est amusant? Que cela nous rapproche plus que jamais? Que cela ne doit blesser personne? Que nous pouvons simplement profiter du corps de l'autre sans problème si nous vouloir?"

J'étais là, nue, et j'ai senti ma tête commencer à tourner. En reculant, je trouvai le lit et m'assis dessus, les coudes sur les genoux, la tête dans les mains. Je me frottais la tête quand j'ai entendu la porte s'ouvrir et Danni et Kathy sont entrés en bavardant.

J'ai entendu Kathy dire "Danni comprend maintenant, Nancy"

J'ai demandé "Comprend quoi?"

Danni a dit "Je comprends à quel point ta sœur et ta cousine se sentent proches de toi et à quel point elles t'aiment, Hut. Tu es probablement un gars chanceux, Hut."

"Ouais, de la chance." répétai-je, pas si sûr d'y croire.

Kathy s'est approchée de moi et a pris ma tête et l'a tirée contre son ventre nu. "C'est bon, Hut. C'est bon. Je pensais qu'un mec apprécierait juste de s'envoyer en l'air. Je ne pensais pas que ça te fâcherait."

"Peut-être que je ne suis pas n'importe quel gars."

"Je sais que tu ne l'es pas. Je ne ressentirais pas ce que je ressens pour toi si je pensais que tu n'étais qu'un autre type arrogant et excité qui veut s'envoyer en l'air et qui ne se soucie pas de la façon dont il l'a fait."

Elle a tiré ma tête de son ventre, a penché mon visage vers elle et m'a embrassé sur le nez. "C'est bon, Hut. Tu sais que tu as apprécié chaque minute. Moi aussi. En fait, c'était la meilleure baise que j'aie jamais eue et être avec toi en a fait la meilleure."

J'avais toujours l'impression d'être dans un brouillard, comme si je ne pouvais pas toucher le sol, mais j'ai commencé à voir que peut-être qu'elle avait raison. Peut-être que ce n'était pas si mal d'aimer votre cousin et d'être aimé en retour et de profiter pleinement du corps de l'autre. Ou peut-être que j'étais un connard malade et dément pour penser de cette façon. Je ne pouvais tout simplement pas faire le tri.

"Eh bien, nous devons nous habiller et y aller, les filles." Nancy leur a dit.

Danni se débarrassa de sa robe de chambre et resta là nue alors qu'elle reprenait ses vêtements propres. Kathy était déjà nue et a commencé à fouiller dans son sac pour trouver quelque chose à porter. Nancy, toujours organisée, avait déjà rangé ses vêtements et n'avait qu'à enlever sa chemise de nuit et se glisser dans les affaires propres qu'elle avait si soigneusement placées sur le lit. Avant qu'elle ne le fasse, elle serra mon cou, tirant ma tête vers son abdomen haut sous ses seins. Mon visage était tourné vers ma droite alors qu'elle me serrait contre moi et son sein gauche était littéralement dans mes yeux. J'ai penché ma tête en arrière et l'ai embrassée, puis j'ai dit "Je vais bien, Nancy. Je vais bien. Vous m'avez pris complètement au dépourvu pendant ce voyage."

"Eh bien, nous ne pensions pas que vous voudriez venir ici si nous vous disions 'Hé, viens nous voir. Nous voulons te baiser.' Donc ça devait être une surprise." Dit-elle.

"Nous?" J'ai demandé.

« Tu ne penses pas que je vais laisser Kathy être la seule à réaliser notre fantasme, n'est-ce pas ? Elle a demandé.

« Alors c'était le plan depuis le début ? Kathy avait prévu d'être ici depuis le début ? J'ai demandé.

"Qu'est-ce que c'est - vingt questions? Ouais. C'était notre plan. Ouais, Kathy avait prévu d'être ici. J'ai dit ça parce que je voulais voir comment tu réagirais. Comment tu te comporterais. Et quand j'ai découvert que Danni était va rester, je devais la sentir pour voir comment elle réagirait. Elle a expliqué.

Danni a ajouté "Ouais, quand j'y repense, ça semble assez drôle maintenant. Nancy était en pleine expédition de pêche. J'étais tellement naïf mais maintenant je comprends."

« Maintenant, habille-toi, Hut. Nancy a commandé.

Sans m'embarrasser de sous-vêtements, j'ai enfilé mon jean, mon t-shirt, mes chaussures et ma veste et j'ai demandé à Nancy si elle me laisserait assez de temps pour aller me brosser les dents et prendre une fuite. Elle a répondu "Je souhaite vraiment que vous le fassiez."

Je me suis donc occupé de mes affaires dans la salle de bain et au moment où je suis retourné dans la chambre, ils étaient tous prêts à déménager. J'ai été traîné dans diverses activités de poussins presque toute la journée jusqu'à ce que nous nous retrouvions à la taverne hors campus pour quelque chose à manger et à boire vers 16h30. Juste avant que nous commandions, Nancy m'a dit "Allons garer la voiture sur le campus et revenons à pied pour ne pas avoir à nous soucier de notre consommation d'alcool."

J'ai dit "OK" et je me suis levé pour la suivre jusqu'à la porte. Nous sommes retournés au campus et nous nous sommes garés devant leur dortoir, puis nous avons commencé à marcher vers la taverne.

Pendant que nous marchions, Nancy passa mon bras droit autour de ses épaules et se blottit contre moi. Quand elle a penché sa tête près de moi et que j'ai penché mon visage près de ses cheveux, je pouvais encore sentir ce qu'elle avait utilisé quand elle l'avait lavé ce matin-là. J'ai en quelque sorte frotté mon nez dans les cheveux sur le dessus de sa tête et elle m'a demandé "Venez-vous simplement essuyer votre nez sur mes cheveux?"

J'ai dit "Non, je le sentais juste. Je peux encore sentir ce avec quoi tu l'as lavé ce matin. Ça sent bon."

"Je plaisantais, petit frère. Te souviens-tu quand tu prétendais que tu essuyais ton nez sur Lynette, Kathy et moi? Tu ferais ça, puis nous te poursuivrions jusqu'à ce que nous te rattrapions , et vous forcer à vous rendre. Vous en souvenez-vous ?" Elle a demandé.

"Ouais, je le sais. Maintenant que tu me le rappelles, je me souviens que c'était l'une de mes choses préférées à faire parce que quand je te laissais m'attraper, au moins l'un de vous s'asseyait sur moi pour me tenir pour les autres. C'était amusant ." J'ai répondu.

Feignant le choc, elle a dit "Pourquoi espèce de petit pervers. Tu as aimé qu'on s'assoit sur toi, n'est-ce pas ?"

Je lui ai dit "Ouais, surtout après que Lynette ait commencé à avoir des seins. J'ai toujours essayé de m'arranger pour qu'elle m'attrape en premier. J'adorais être face à elle assise sur le ventre, me penchant sur moi pour tendre les bras. Ses seins avaient raison sur mon visage quand elle a fait ça."

« Pourquoi tu étais un sale petit garçon, n'est-ce pas ? Dit-elle. "Je n'avais jamais réalisé à quel point tu étais sale."

"Ouais, comme si tu n'aimais pas me le faire aussi. Je me souviens quand Lynette était devenue trop grande pour chasser son petit frère que ça ne te dérangeait pas de frotter tes seins contre mon visage quand tu m'avais par terre. Et tu as commencé à grandir ' em quand je n'avais que huit ans et que tu en avais dix ou quelque chose comme ça." J'ai répondu.

Elle a agi avec indignation et a insisté "Je n'ai jamais fait cela exprès".

J'ai juste dit "Conneries. Tu l'as fait et tu le sais."

"Eh bien, peut-être un peu." Elle a admis.

"C'est un mensonge." J'ai tenu bon.

"Bon ok." Elle finit par admettre. "C'était plutôt amusant à l'époque. C'est encore plus amusant maintenant, tu sais?"

"Pas question que tu puisses me traiter de pervers, Sis." J'ai dit.

"OK, petit frère." Et sur ce, elle se tourna vers moi, nous arrêtant net sur le trottoir. Elle jeta ses bras autour de mon cou et nous rassembla pour un long baiser pénétrant. Je l'ai embrassée en retour et j'ai senti mon pénis s'engorger dans mon jean. Il s'est coincé en haut de ma jambe gauche et j'ai dû bouger un peu ma jambe pour le lâcher. Nancy m'a regardé perplexe. "Je n'arrive toujours pas à comprendre comment les gars se promènent avec ce truc entre les jambes" finissant par un rire. Nous avons continué notre promenade jusqu'à la taverne. Quand nous sommes arrivés, mon érection dans mon jean, sans sous-vêtement, était très évidente.

Alors que nous approchions du stand, Kathy a vu mon érection et a demandé "Eh bien, qu'est-ce que vous faisiez tous les deux?"

"Je revenais juste, Kathy, quand Nancy a pensé qu'il était essentiel qu'elle examine mes amygdales avec sa langue." J'ai répondu.

"Kathy, Hut m'a dit qu'il avait l'habitude d'apprécier quand nous le pourchassions et le battions." dit Nancy.

J'ai dit "Non, dis-lui la partie que j'ai vraiment dit que j'aimais."

"Eh bien, d'accord, il dit qu'il a aimé la partie où l'un de nous le tenait et avait nos seins dans son visage." dit Nancy.

"Je n'en avais aucune idée," répondit Kathy "mais quelques fois quand j'étais assise sur lui, j'aurais pu jurer qu'il bandait."

"OK, OK, c'en est assez de mes aventures pré-pubertaires de la chair." J'ai dit. "J'ai besoin d'une bière!"

Danni a dit "Nancy, nous avons rencontré ce Steve, je ne me souviens plus de son nom de famille, qui joue de la trompette dans ce groupe de jazz. Ils jouent ce soir au Jazz Spot et Kathy et moi voulons y aller. Tu viens avec nous ? "

Nancy réfléchit un moment puis dit "Non. Je suis un peu fatiguée. Ces deux-là n'arrêtaient pas de me réveiller la nuit dernière et je n'ai pas assez dormi. Je pense que je vais passer la musique. Je veux juste prendre quelque chose pour manger puis repartir."

« Veux-tu aller avec eux, Hut ? elle a demandé.

J'ai réfléchi brièvement et j'ai dit "Non. Je ne pense pas."

Nous avons bu quelques bières, mangé de la nourriture grasse de taverne et avons terminé vers sept heures environ. Danni a dit "Je pense que Steve a dit que son groupe allait jouer à huit heures. Je pense que nous ferions mieux d'y aller, Kathy, si nous voulons des sièges décents."

Kathy a dit "Je suis juste derrière vous. Hé vous deux, ne faites rien que je ne ferais pas." En se levant, ils sont allés payer leur facture et se sont dirigés vers l'air froid du soir.

Nancy a déclaré "Cela laisse un assez large éventail d'options."

Je n'écoutais pas vraiment et j'ai dit "Quoi?"

Nancy a répété "Elle a dit de ne rien faire qu'elle ne ferait pas. Cela nous laisse une grande variété de choses que nous pouvons faire."

« Ouais, je suppose que oui. J'ai été d'accord.

Nancy a dit "Raccompagnez-moi dans ma chambre, s'il vous plaît petit frère."

Je me suis levé du banc, je me suis incliné profondément et j'ai dit "Votre souhait est mon ordre, ma chérie."

Elle a dit "Je m'en souviendrai."

J'ai payé notre facture et nous nous sommes esquivés dans l'air froid pour retourner au dortoir. Nancy a essentiellement rampé à l'intérieur de ma veste non zippée et a dit "Tu as chaud."

J'ai dit "C'est la bière et la graisse." Nous avons fait le reste du chemin en silence, deux personnes appuyées l'une sur l'autre, deux personnes se souciant l'une de l'autre. De retour à l'entrée du dortoir, j'ai fait un grand spectacle en ouvrant la porte extérieure avec ma clé empruntée et en m'inclinant devant elle alors que je tirais la porte pour qu'elle passe. "Après toi, princesse." J'ai dit.

"Ouais, c'est vrai" fut tout ce qu'elle dit alors qu'elle franchissait la porte. Je la suivis dans les escaliers puis dans sa chambre où elle sortit sa clé et ouvrit la porte. Alors qu'elle jetait sa veste sur le lit, elle a dit "Allons prendre une douche, Hut."

J'ai dit "Ça me va. L'eau chaude me fera du bien après cette promenade froide." Et j'ai commencé à me déshabiller ce qui, puisque je n'avais qu'un jean, un T-shirt et des baskets, m'a pris environ quarante-cinq secondes.

Nancy a jeté un coup d'œil à mon pénis et à mon scrotum froids et ratatinés et s'est mise à rire. J'ai dit "Pas juste!" et me suis couvert de mes mains. "La douche chaude s'occupera de ça !" Pendant ce temps, Nancy s'était déshabillée et enfilait sa chemise de nuit. Je l'ai arrêtée en tendant la main et en attrapant ses seins par derrière.

Elle a sursauté et a dit "Merde, tes mains sont froides! Ne me touche plus tant que tu ne les auras pas réchauffées, et je veux dire un tas." J'ai mis mon meilleur air boudeur et elle a dit "Allez petit garçon. Allons prendre des douches" et a ouvert la voie hors de la pièce et dans le couloir. Dans la salle de bain, je laissai tomber ma serviette sur le banc et me dirigeai vers la salle de douche. Continuez avec l'eau chaude et comptez le temps qu'il faut pour y arriver. Une fois qu'il faisait chaud, j'ai ajouté suffisamment de froid pour éliminer la brûlure et j'ai ouvert une deuxième douche adjacente.

J'ai vu Nancy à la porte alors qu'elle enlevait sa chemise de nuit par-dessus sa tête et la laissait tomber sur le banc à côté des serviettes. Elle se dirigea vers la douche où je profitais de l'eau chaude qui coulait sur ma tête et sur mon corps. De derrière moi, elle a tendu la main et a pris mon pénis et mon scrotum à deux mains. "Est-ce qu'ils vont mieux ?" Elle a demandé.

J'ai dit "J'ai l'impression qu'ils se détendent un peu. Cela peut prendre quelques minutes pour les convaincre qu'ils peuvent sortir en toute sécurité."

J'ai pris le savon et la débarbouillette de Nancy et j'ai fait bien mousser la débarbouillette avant de dire "Tiens, viens la et je vais te laver le dos". Nancy a fait semblant de se pavaner les deux marches vers moi et de se retourner, sa main s'arrêtant sur mon pénis alors qu'elle se tournait. J'ai commencé à frotter la nuque et le haut de ses épaules, en descendant soigneusement son dos jusqu'à ses fesses où j'ai passé quelques minutes, frottant avec le gant de toilette tout en massant à main nue, il glissait sans effort sur son savon peau lissée. Je me suis penché et j'ai frotté les deux jambes jusqu'à ses pieds et j'ai dit "Donnez-moi votre pied." Elle s'est tenue à l'étagère et a levé son pied gauche, le tendant vers moi derrière elle. Je l'ai bien lavé, la faisant se tortiller un peu à cause de sa nature chatouilleuse. "Autre pied" dis-je et elle changea de pied pour que je puisse accorder à son pied droit toute l'attention que j'avais prodiguée à son pied gauche. Quand j'ai eu fini, je me suis levé alors qu'elle posait son pied. J'ai passé mes deux mains autour d'elle par derrière et je l'ai attirée contre moi.

Mon pénis qui s'engorgeait rapidement était dans sa fente et elle a dit "On dirait qu'il s'est un peu relâché."

"Frotter le corps d'une belle femme a tendance à faire ça, tu sais." J'ai répondu.

« Tu penses vraiment que je suis belle ? Demanda-t-elle en se retournant dans mes bras.

"Avec tes seins écrasés sur ma poitrine, que penses-tu que je vais dire. C'est probablement soudoyer le juge, tu sais." J'ai dit. "Mais oui, je te considère comme belle. Je pense que toutes les femmes de ma famille sont belles - ça doit être de bons gènes ou quelque chose comme ça."

"Tu es adorable, pour un méchant petit frère." Dit-elle. « Est-ce que je vais finir de me laver ou dois-je le faire ?

J'ai dit "Attendez pour plus de savon" en faisant mousser à nouveau le gant de toilette. Dès que j'ai eu une mousse élaborée, j'ai recommencé par le haut, en lavant le devant de son corps. Ses seins ont attiré mon attention pendant quelques minutes alors que je lavais doucement dessus, dessous et autour d'eux, les déplaçant à volonté jusqu'à ce que ses mamelons soient très dressés sous mes doigts. Ensuite, j'ai descendu pour laver entre ses jambes, m'attardant sur sa chatte pour un frottement long mais doux. Travaillant mes doigts à plusieurs reprises à travers ses poils pubiens foncés, j'ai fait une petite corne de cheveux avec la mousse. J'ai dit "Regardez, vous avez développé un pénis!"

Elle baissa les yeux et rit "Pas très gros" dit-elle. J'avais déjà complètement lavé ses jambes alors j'ai commencé à remonter jusqu'à elle. Elle a dit "OK, je suis propre, je pense. Maintenant, c'est ton tour" et avec ça, elle m'a pris le gant de toilette pour le savonner une fois de plus. Une fois qu'elle fut convaincue qu'il y avait suffisamment de mousse bouillante sur le gant de toilette, elle commença à laver mon cou tout autour, puis ma poitrine et mon dos, me tournant avec une main ferme sur ma hanche. Sur mon dos, son frottement ressemblait plus à un massage qu'à un gommage. J'avais l'impression que j'allais fondre. Elle a soigneusement lavé mon pénis et mon scrotum en érection, y passant beaucoup plus de temps que jamais. Puis elle m'a retournée, m'a lavé les fesses, puis elle a commencé à travailler sur mes jambes jusqu'à mes pieds où elle a frotté chaque pied et chaque orteil avec une attaque délibérée sur chacun. Elle se leva et posa le gant de toilette sur l'étagère et me serra de nouveau dans ses bras, attirant son corps savonneux contre le mien.

Nos peaux étaient chaudes et glissantes l'une contre l'autre dans une étreinte alors que nous nous tenions là sous la douche, nous tenant l'un l'autre. Je nous séparai doucement et me tournai vers la douche pour me rincer. J'ai tiré Nancy sous le spray et j'ai commencé à la frotter partout avec mes mains pour m'assurer que le savon était bien rincé. Quand sa peau était parfaitement propre, elle faisait face au spray et, debout devant elle, j'ai fait courir mes mains de haut en bas de chaque côté de son corps, de l'épaule à la hanche, plusieurs fois, puis j'ai commencé à l'embrasser dans le cou. Elle s'est penchée sur mes baisers comme un chat se penche sur un grattement sur le côté de son visage. J'ai commencé à descendre, laissant une traînée de baisers mouillés invisibles sur elle alors que je me déplaçais vers le sud. Une pause momentanée à ses beaux seins suspendus pour sucer chaque mamelon pendant un laps de temps approprié avant de continuer vers le sud, en travaillant mon visage sous l'un de ses seins pour le sentir allongé sur le côté de mon visage pendant que je l'embrassais là. Après un arrêt momentané, j'ai continué vers le sud jusqu'à son nombril, où je l'ai vérifié avec ma langue. Quand je me suis déplacé vers le haut de ses poils pubiens, j'étais presque tout en bas et je ne pouvais pas descendre beaucoup plus bas dans cette position.

Alors je me suis assis sur le sol de la douche et j'ai tendu le cou pour continuer à descendre, à travers son buisson substantiel jusqu'au prix que je cherchais. Nancy fléchit un peu les jambes et se tenait au-dessus de moi alors que je tenais ses fesses pour éviter de tomber à la renverse. Trouvant sa chatte avec mes lèvres et ma langue, je la lapai comme un chien assoiffé lape à l'eau. Travaillant aussi profondément que possible, puis encerclant les lèvres avant de sonder aussi profondément que possible. Nancy était accroupie de plus en plus bas, se pressant contre ma bouche et mon menton jusqu'à ce qu'elle me repousse sur le sol et s'assied sur le haut de ma poitrine pour broyer sa chatte dans ma bouche et mon menton. Maintenant, j'étais capable d'atteindre et de tenir un sein doux et assez gros dans chaque main, en travaillant doucement les mamelons du bout des doigts tout en continuant à travailler sa chatte avec ma langue. Alors que Nancy secouait ses hanches, j'ai continué

Nancy a commencé à murmurer puis à trembler avec des respirations haletantes jusqu'à ce que son orgasme se calme. I had slowed my tongue down to moving in soft slow sweeps while simply holding each breast in a hand. She scooted down my body until she collapsed on top of me, face to face. She had a very strange smile on her face as she croaked out "Damn, where did you learn how to do that so damn good, baby brother?"

I said "Remember Jeannie Miller - I dated her in eleventh grade. She wouldn't fuck my dick but she sure enjoyed fucking my face. I guess I got a pretty fair amount of practice on her."

"Why that little slut. She always acted so prim and proper." Nancy said "What did the little prude slut do for you in return?"

"She jacked me off on a pretty regular basis." I said "So it was a pretty fair exchange, I guess."

"No simple jack matches what you just gave me. No way." She said "Let's get back to the room and I'll show you what I think is a fair trade."

She struggled to her feet and held out her hand for me. I managed to get up without pulling her over. We quickly dried, collected our stuff and headed back to the room. Nancy didn't bother pulling her sleep shirt on for the walk back. Once in the room, I hung up my towel before Nancy pushed me over to and onto the bed on my back. She began kising me, all over my face, chest, and abdomen before getting most of my penis in her mouth. Up and down on it she went. My hips were beginning to move involuntarily to meet her motion. I felt like I was going to cum but I didn't want to yet. I pulled her face to face with me and pulled her mouth to mine. Our tongues took turns exploring each other's mouth as deeply as they could reach. My hands were all over her back, lightly strokely up and down her spine then squeezing her butt before continuing the light caresses up and down her back. As we continued to kiss deeply, Nancy began to move her hips. She reached down with one hand and held my penis up so it could spear her pussy as she sat on it. She broke the kiss off and pushed herself up to sit up straight on my hips. She began to move in a front to back rocking motion, faster and faster, the movement causing her breasts to swing back and forth.

I said "I always loved your tits. They're so beautiful." As I reached up to hold them in my hands. She continued rocking, moving even faster until I could stand it no longer and came. When I came she began shuddering and trembling before laying down on my chest while some slight spasms still shook her.

I softly told her "I love you, Nancy."

She replied "I love you, Hut."

I asked "Now that both you and Kathy have fulfilled your childhood dream to fuck your brother or, in her case, her cousin until he couldn't see straight, does that mean you'll now throw me away like a piece of used Kleenex?"

Nancy moved her hips slightly on me and said "You're not getting off that easy, Hut. I mean it was a good fuck - I see what Kathy was talking about, but I don't see any need to toss you away, as you say. I think you'll come in handy so maybe I'll keep you close by." With that, she reached down to where she had tossed her sleep shirt, pulled it to her, and stuffed it between her legs as she eased off of me and laid beside me on the bed.

"You won't be wearing that for a while, I guess." I observed.

"No, not till it's had a pass through the washer." She replied.

We were asleep when Kathy and Danni crept in quietly trying to not wake us but I did wake up. We were still lying naked on top of the covers, Nancy's leg across me just below my hips.

Kathy took a look at us and asked softly "Did you two have a good time tonight" with a wry look on her face.

Without moving, Nancy murmured a soft "Uh huh" by way of answer. I laid there with my eyes closed running my fingertips softly up and down Nancy's back as Kathy and Danni quietly moved about and in and out of the room getting ready for bed.

When Kathy climbed naked onto the bed, she tried to pull the covers down, but of course with the two of use lying on top of them it was a no go. Kathy said "I hate to bother you two, but I need to get under the covers."

I gently shook Nancy awake and told her "We need to get under the covers." It didn't look like she actually woke up, but she crawled off of me to stand next to the bed and I rolled over and off also. Kathy flipped the covers back and scooted under them.

"Well, come on" she said.

I climbed back in followed by Nancy who immediately resumed her position up against me, arm across my chest, head on my arm, and her leg across me at the hips. I think she fell back immediately to sleep. Kathy scooted over on the other side, facing away from me with her back up against my side. I worked my arm under her head so that I could actually reach her tits and softly stroked them with my fingertips as Kathy and I drifted off asleep in the dark room. I didn't even hear or feel Danni crawl in bed over on the far side.

When I woke up in the morning, I was lying on my right side facing Kathy with my arm around her. She was facing me, her body just a few scant inches away from mine. I gently pulled her toward me and she scooted over until we were against each other from head to foot, our legs intertwined. Nancy was on my other side, facing away from me, her butt up against my side with her upper body angled slightly away from me.

As I laid there, warmly ensconced between my sister and cousin, I wondered at the situation. Was incest such as ours between mutually consenting adults bad? I knew it was very bad in most folks eyes, but was it really bad? Was it worse than a casual one night stand with someone you met at a bar? Or was it better? At least in our case there was love, deep love grown over our whole lives involved rather than just a physical fucking without love or caring. That seemed like it made it better than a one night stand with a stranger.

Kathy began to wake and stir around a bit. I kissed her on her forehead and she kind of jumped upright. "I need to pee" she said as she almost leapt out of the bed, leaving the covers half down the bed.

Danni sat up and said "What?"

I just told her Kathy had to make a bathroom run and I was right behind her as I climbed out of bed and headed for the door. As I pushed my way through the bathroom door, Kathy was just coming out of a stall and heading for the sinks on the other side. I relieved myself then headed over there, too. She was leaned over the sink splashing water on her face. When she saw me washing my hands at the sink next to her she turned her head and said "I bet you and Nancy had a much better time than I did last night plus you don't have a hangover. I feel like I've been hit by a tractor a couple of times."

I suggested that she drink some water and try a hot shower since it always seemed to work for me. She asked "Would you mind getting my towel, washcloth, and soap and stuff?"

I told her "No problem" and headed for the door. Back to the room I went and found Danni and Nancy waking up. Danni was sitting up, naked, covered only to her knees with the sheet. She made no move to cover up or anything. Nancy was still lying down but her eyes were open and she was looking around as I came in. I got Kathy's towel and stuff, grabbed one for me, and headed back out. Back in the bathroom I heard the shower running so I looped around to the shower room, dropped the towels on the bench and headed in. Kathy was standing under the spray from a shower head with steam billowing from it. I handed Kathy her washcloth, soap and a bottle of shampoo I'd grabbed off the dresser and then turned on a shower head, adjusted the temperature to something just this side of scalding, and ducked into the spray. "Can I use your soap?" J'ai demandé.

"Sure, go ahead."

I began to soap myself up as I asked "Do you think what we've been doing is OK?"

"What, cousin? Fucking each other blind?"

"Well, yeah, that's one way of putting it, I guess."

"Are you OK with it?" She asked?

"Yes, I guess so, yes, I guess I am." I replied. "It just seems a bit bizarre."

"It's not bizarre to enjoy each others' company, enjoy each others' bodies, have a fun time. We're not hurting anyone else, Hut. Just think of it as a very enjoyable play time."

"OK, I'll do that."

That day was spent touring antique malls and such until we ended up back at the usual tavern just off campus after parking the car back at the dorm and putting the girls' several discovered "treasures" up in their dorm room. We had a few beers and some dinner there before heading back to the room. On the way, the three girls were walking in a cluster of giggling and talking with me following along just behind them. Watching Nancy and Kathy walking and talking just ahead of me, my shyness about it washed away, I was feeling a strong desire to fuck them. There was no thought at all as to their being my sister and cousin, just raw animal desire to copulate.

Back in the dorm the girls dug their purchases out of the bags and began chattering about them. Danni had purchased a light colored sun dress with a large floral pattern from one of the thrift stores we browsed through and was anxious to model it for us. She peeled off her sweat shirt, jeans, and underpants, slipped into the dress over her head, and worked it into place. The front and back were both cut fairly low and the narrow shoulder straps sat nicely on her shoulders. With nothing on under the dress Danni's triangle of dark pubic was faintly visible whenever the front of the dress was near her body. Without a bra, her breasts were obviously moving around freely behind the top of it. When she bent over she asked "How's this?" With the front of the dress hanging slightly away from her body her breasts were clearly visible, hanging slightly away from her body. I felt myself engorging.

Nancy laughed and told Danni "Nice view. You'll be popular out in the quad in the spring with that look."

Danni laughed and then turned her side to us. With the way the sides of the dress were cut under her arms, it was fairly obvious that she wasn't wearing a bra, particulary when she pushed the left shoulder strap off her shoulder and let the dress hang lower on that side. The top of the dress barely concealed her left nipple. Then she said "How about this?" as she pushed the right strap off her shoulder and let the entire dress hang lower. With both straps around her upper arms the dress top slipped low enough to show both nipples, or at least a good portion of both. "Too much?" Danni asked.

Kathy said "Yeah, probably" as she chuckled. She continued "Where's that top I bought" as she rummaged in the sacks. She pulled out a white top, unbuttoned it, pulled her sweatshirt off over her head, put the top on and buttoned it up. The top was thin enough that her dark nipples showed clearly through the fabric. She first buttoned it all the way to the neck and moved around in it, showing it off like a model. Her breasts skittered around behind the cloth as she moved and I had to shift around a bit to set my engorging penis free to come up in my jeans. Kathy said "Too many buttons" and began undoing them from the top as she looked at herself in the mirror. When she'd unbuttoned two she turned around and said "How's that?"

I said "A couple more."

Nancy said "The male perspective, of course" making Danni and Kathy laugh. With two more buttons undone the shirt was open to well below the top of her breasts.

Moving around a bit, she gave a nice show but said "Maybe another one" as she undid another button. Now there were only two buttons still doing their job and the blouse gaped open down to her upper abdomen. She asked "Hut, how's this?" and she moved around causing first one breast and then the other to be exposed in the gap as they swung slightly and the blouse shifted around.

I said "Yeah, that's the look" causing them all to laugh.

Kathy walked over to me, slouching on the foot of the bed and pushed me back and grabbed my crotch with her hand. She announced "Yeah, he's hard. I guess that look works pretty well" and all three of them roared in laughter.

Nancy said "It's much better to get the male perspective when you're trying on clothes, isn't it?" and they all laughed some more.

I stood up and said "I'm done, heading for the showers" as I pulled my T-shirt off over my head and undid my jeans. As I pulled them down and my full erection came free of them they all chuckled at me but I ignored them, got my towel and soap and headed out the door. In the shower room, I turned on one of the heads and waited for the hot water to arrive. When the water heated up I adjusted it then stepped under the spray. I was standing there under the spray, letting the hot water cascade over me from my head on down when I heard them chattering as they came into the showers. They turned on the unit's other three shower heads and quickly adjusted the temp to suit them and stepped into the spray.

I started to lather up my hair with my bar soap when Danni said "What did I tell you about using that on your hair?" She came around to me and shoved my head under the spray to rinse it out. Squirting some shampoo in her hand she began to work a lather up in my hair. Watching ber breasts move in concert with her arms reaching up ensured that I was as hard as possible. She put one hand on my shoulder and pulled me to turn me around then was working the lather up on the back and top of my head.

Nancy looked at my erection and said "You've got more than the lather worked up there, Danni." Danni kind of peeked around me and looked down at my fully engorged penis.

She said "Like that takes any doing." They all three laughed. I felt Danni's hands move off of my head and onto my shoulders as she slid them down. Past my shoulders she reached around to my chest with her suds slicked hands andslid them downward. By now her chest was up against my back as she reached lower and said "This hair needs washing, too." With the suds on her hands she worked up some lather in my pubic hair to chuckles from Nancy and Kathy. She stopped working the hair and then had my scrotum in one slippery hand and my penis in the other as she began to massage them both. Switching from a general massaging to a definite pumping action she began to jack me in a concerted way. I could feel her chest moving up and down and around on my back as she did so and that only heightened my pleasure. Both Nancy and Kathy had stopped what the were doing and were watching. Nancy came over to my side of the shower unit and, pressed up against my side, reached up with her arm and pulled my face to hers for a kiss. With our tongues probing each other as deeply as possible I felt my excitement level rising quickly until I could feel my scrotum drawing up just before my penis pulsated and I came. Danni slowed her pumping action to just a gentle movement before rubbing the head of it with her other hand and then standing up.

Danni moved back to her own shower head as Nancy and I broke off the kiss. Nancy patted me on the butt and she stepped around to her shower leaving me standing there with a fading erection but a very satisfied feelng. I turned toward my shower and began rinsing my hair out. When I'd cleared the shampoo and opened my eyes I saw Danni under her shower with her washcloth in left hand on her right breast and her right hand down between her legs. Her eyes were closed as she gently and obviously masturbated right there under the hot water. I continued to wash up, watching her out of the corner of my eye until I saw her begin to tremble and, with a quiet little murmer, reach orgasm there in the shower with us. Both her hands slowed their movements until the were still then she opened her eyes and as they rolled back a little she let out an audible sigh. Nancy said "All better, Danni?" Until then, as I watched Danni masturbating, I'd forgotten all about Nancy and Kathy.

Danni replied quietly and simply "Oh yeah."

Kathy and Danni finished up before Nancy and I and headed over to their towels, dried off, and left the bathroom. With just Nancy and me left in the shower room I told her "I was kinda' surprised by that from Danni."

Nancy told me "She's had sex with only one guy from high school - a jock - who's idea of making love was to put on a condom, shove it in her for about ninety seconds, and then get off without a thought to her pleasure. Plus she's not on the pill or anything."

I said "Oh, that's too bad."

Nancy continued "So she's not gonna' want any guy sticking his dick in her but she had an interesting reaction when when Kathy and I were talking."

"About what?" J'ai demandé.

"About our fun in the shower. Kathy remembers that Jeannie Miller and she thought it was pretty funny about her not wanting to fuck your dick but loving to fuck your face." she said.

"Damn, you guys talk about everything. What do you mean by an interesting reaction?"

"Just a funny look like she was embarrassed by it a little at first and then real interested in it. Since she hasn't had any experience with a guy that puts the girl first, I think she must've thought it sounded real nice." Nancy said. "Maybe you could show her what it could be like to be with a nice guy instead of a jerk."

"Are you telling me to eat her, too?" J'ai demandé.

"No, I'm not telling you anything. I just think she might really enjoy it."

"I just don't want her to think that I was trying to do something she didn't want me to do."

"Oh, trust me. I don't think she'd mind at all. She was really intrigued when I was telling Kathy about how deep my orgasm was." Nancy said.

I said "OK, I'll take that under advisement. She's real nice - I'd love to make her feel good."

We finished up in the shower and headed back to the room after drying off and brushing our teeth. Back in the room, Danni and Kathy had finished drying their hair and were getting into bed. Kathy was nude while Danni had her robe on. Before she climbed into bed, Danni removed her robe and dropped it on the floor by the bed. She was naked underneath. She scooted under the covers and rolled over onto her side, facing the side of the bed away from Kathy. Nancy began to brush out her wet hair and I climbed into bed toward the middle, next to Kathy. When Nancy finished with her hair she came over to the bed and began to crawl in under the covers next to me. She scooted up against me and arranged her breasts as they squashed themselves up against me. Without any attempt to be furtive about it, she sat up part way hanging her breasts right in my face as she reached down with her right hand to grasp my scrotum.

I said "I don't know if I'm up for that again right now."

She said "We'll see about that" as she moved around to cause her breasts to hit my face and drag across it from side to side. I reached up and guided a breast to my mouth and began to suckle it like a baby. She began to stroke my penis and it responded to her touch by engorging slightly. I switched to the other breast and as I was licking the nipple I saw that Kathy was lying on her side facing us, unabashedly watching us. I rolled over onto my side, forcing Nancy onto her back and began licking and kissing her breasts. Each nipple got its own suckling repeatedly as I moved around, trying not to miss any part of her chest. I slowly worked my way down her body, scooting my own toward the foot of the bed until my face was in her muff. Rubbing my face in it I enhaled the fresh smell of just washed woman then moved down further to attack her pussy with my tongue and lips. She rocked her hips up to press against my chin as I worked my tongue, probing as deeply as I could then licking around the lips.

Supporting myself on my elbows under her thighs I reached up around her legs to take a breast in each hand, lifting them from where they hung slightly toward and off the sides of her chest and massaging them gently as I continued with my tongue. Nancy began to rock her hips up an down as her level of arousal climbed higher and higher. She began to breathe faster, more like a pant as a trembling began to shake her body while I continued to tongue her and massage her breasts. She rolled her hips up into my face harder than before and the trembling overtook her as she moaned and rubbed my head with her hands. When her trembling subsided I crawled up next to her on the side away from Kathy and kissed her on the cheek as I gently held her left breast with my right hand. Nancy laid there for a few moments before raising up and pushing me over onto my back. I quickly turned back on my side toward her and pushed her onto her back then moved on top of her, working my knees in between her thighs. She wrapped her legs around my back as I leaned over her, supporting my upper body on my elbows and suckling first one breast and then the other. I looked over and saw that Kathy was still watching us but she had one hand on a breast and the other between her legs working on herself. Nancy reached up and pulled my head up until she could kiss me, probing my mouth with her tongue. I probed back while she reached down, took my penis in one hand and guided it toward her pussy. I followed her lead and pushed gently into her. As we continued to kiss our hips moved slowly in time with each other as we thrust together and became like one. I wrapped my arms behind and around her neck and held her as closely as possible while she was holding me captive with her legs wrapped around my back, squeezing me to her. We continued on slowly, gently enjoying the consummate pleasure of the moment until I felt myself about to come. I increased the speed of my thrusts for only a few, meeting her thrusts with more energy until my orgasm swept over me. My entire body trembled on top of her and I couldn't hold in my quiet moan of release stifled by Nancy's mouth on mine and her tongue in my mouth. I stopped and laid still on top of her, supporting my weight on my knees and elbows while Nancy moved her hips gently against me. We continued our unbroken kiss for several moments longer before Nancy pushed me to roll off of her toward the middle of the bed, away from Kathy.

Kathy began to protest but Nancy touched her own lips with her index finger then touched it to Kathy's lips in a silent order to shush up. She sat up to pull the covers up over all three of us and laid back down. I felt totally spent and used up but very content as I drifted off to sleep with my arm across Nancy's body.

I woke up suddenly in nearly total darkness and realized that Nancy was licking my ear and whispering "Hut" ever so quietly. My eyes adjusted to the darkness and I could see her outline as she gently pushed my shoulder toward Danni across the bed.

Nancy pushed on my shoulder gently but with some insistance. I whispered "What am I supposed to do? Crawl over there and assault a sleeping girl?"

Nancy whispered back "Just touch her gently and see what happens. You can do it." and then she pushed my shoulder again. I crept over the several feet to where Danni lay on her stomach and wondered what to do. I tried caressing her back with my fingertips using as light a touch as I was capable of. Letting my fingers softly move from shoulder to her butt and thighs and back again repeatedly and I was rewarded with a soft murmer and a little movement of her hips. I leaned up over her and softly kissed her on her back up between her shoulder blades and moved gently down her back kissing and caressing with my tongue as I went with my head down toward her feet. When I got to her butt I let my tongue flick in and out of her crack as I continued to work my way toward her legs. At the juncture of her thighs and butt I moved to her thighs, kissing and licking first one then the other and felt some more movement from Danni as her legs moved apart a little bit. I began to work my face and head between her thighs, licking and kissing as I went and felt her thighs move apart more. When I'd progressed as far as I could with lying on her stomach I reached with my right hand and gently pulled on her hip, trying to get her to roll toward me. She responded by rolling toward me so that she was on her right side, facing away from me and I was lying facing her head down on my left side with my head in between her thighs which had a pretty good grip on it. I moved my head a little and Danni raised her left leg, scooting her foot up to support holding her left thigh up away from her right thigh. I worked my way in between her legs nearer and nearer to my target as I licked and kissed the inside of her soft thighs. As my mouth reached her pussy I was reaching around in front of her with my right hand and gently worked my fingers through her pubic hair down to the front of her lips. I began to lick around the lips of her pussy while gently fingering her from the front, searching for her clit. As my fingers found it, I began probing with my tongue while gently working my thumb and index finger around her clit. I found it quite comfortable lying there using her right thigh as a pillow as I licked, kissed and sucked my way toward her clit.

As I neared her clit with my lips, I moved my right hand up to hold her left breast. It was almost a perfectly sized handful and I gently massaged it as I continued my assault on her pussy with my lips and tongue. When I reached her clit I began to alternately lick around it and suck on it until I felt Danni begin to move around, her hips in particular. The nipple (she had relatively large nipples considering the size of her breasts) on her left breast was erect and a hard as a stone between my finger and I gently worked my fingertips around and on it. As I was sucking on her cl

Articles similaires

Alors, que veux-tu faire ?

C'était notre rendez-vous habituel du samedi soir. John et moi-même, nos meilleurs amis Tammy et Roger, et le frère de Roger, Brad, passons tous les samedis soirs à essayer un nouveau restaurant. Ce soir, c'était un nouvel endroit italien et nous avons passé un moment merveilleux. Après être revenus chez nous après le dîner, nous étions assis à essayer de penser à quelque chose à faire. Normalement, nous louions une vidéo, mais il pleuvait à verse, donc personne ne voulait repartir, et il n'y avait pas de bons films à la télé. « Alors, que veux-tu faire ? » Jean a demandé. Je ne...

1.3K Des vues

Likes 0

Mon chien et moi

+J'ai créé un compte ici pour raconter une histoire vraie de ce qui s'est passé il y a quelques années. Je l'ai fait uniquement pour raconter une histoire, mais si vous le souhaitez, je peux en écrire davantage+. Tout a commencé le jour de mon 12e anniversaire. Mon père sait que je veux un chiot depuis toujours, alors le jour de mon anniversaire, il m'a offert un adorable petit chiot golden retriever. Il avait environ 2 mois à l'époque et était TELLEMENT MIGNON ! Quoi qu'il en soit, je ne vais pas vous ennuyer avec les détails. Environ un an et demi...

688 Des vues

Likes 0

Lust in Translation, (ou Playboy et le dieu Slime).

Dans le fil CAW 24, Pars001 a demandé : Peut-il aussi avoir un thème de mystère de science-fiction ou de romance extraterrestre? Après tout, je suis étrange Ma réponse était : Que diriez-vous des négociations de traité entre la race extraterrestre et les humains. Le traité final doit être consommé par le sexe entre un extraterrestre et un humain. Pour des points supplémentaires, dites-le du point de vue humain et extraterrestre. BTW : Ce n'est pas une idée entièrement originale. Je devais essayer celui-ci. — Le président a regardé la page Web, sa couleur bleue sursaturée lui faisait mal aux yeux, mais c'était...

712 Des vues

Likes 0

Esclaves sexuels kidnappés_ (1)

Le visage de Sara était couvert de larmes et on pouvait voir l'expression douloureuse sur son visage. Elle était allongée ligotée sur le sol de sa maison. Elle avait un bâillon dans la bouche, le gardant ouvert. Elle était encore habillée. Ses bras étaient relevés très haut derrière elle. Ses poignets avaient été étroitement liés, fixés avec une lourde corde de chanvre. Une barre d'écartement était attachée entre ses genoux; il mesurait plus d'un mètre de long, la gardant ouverte et écartée. Une corde était attachée à chaque cheville, l'autre extrémité attachée à ses poignets liés. La corde avait été tendue...

694 Des vues

Likes 0

BEV LA FEMME DE L'HÔTEL

BEV LA FEMME DE L'HÔTEL Il y a des années, j'ai travaillé dans le nettoyage d'un hôtel local. C'était juste avant que je rencontre Barry et j'étais encore excitée même à l'époque. Je suis passé par une phase de port de bas et de bretelles et je le fais encore maintenant quand nous allons nous balancer et pour lui dans la chambre. Je vais raconter autant que je peux depuis le matin, cela s'est passé dans un hôtel 5 étoiles en Australie. .................................................. .................................................. ................................................ Aujourd'hui était une journée lente et ennuyeuse, peu de chambres étaient occupées, il ne faudrait donc...

641 Des vues

Likes 0

Annie et le loup

Ma vie n'a jamais été particulièrement facile, mes parents sont morts dans un accident de voiture alors que j'avais seulement trois ans, donc je ne comprenais pas complètement les perdre, mais cela ne rendait pas plus facile de ne pas les avoir. J'ai fini par être confiée aux soins de ma grand-mère, une femme d'environ 90 ans, elle a fait de son mieux pour m'élever et je n'ai pas demandé grand-chose, alors quand il s'agissait de vêtements, j'ai eu des robes simples, volumineuses et un peu trapues. Les robes volumineuses m'offraient un avantage : cacher mon corps. Je n'ai jamais été...

340 Des vues

Likes 0

...

195 Des vues

Likes 0

Obsession vidéo amateur partie 2

J'étais devenu de plus en plus obsédé par le visionnage de ces films et j'ai découvert que je regardais furtivement une montre à chaque occasion, cela incluait de les regarder à la maison même lorsque la femme (Tracy) était là. La vie à la maison n'était pas excitante, j'avais été assez occupée par le travail et je n'étais normalement pas à la maison jusqu'à tard, le résultat de cela était à peu près que Tracy et moi n'avions pas passé beaucoup de temps ensemble, et même si nous nous entendions bien , nous n'avons pas pu passer autant de temps de...

2K Des vues

Likes 0

Maître agréable

Quelques semaines plus tard, je me suis réveillé tôt pour aider mes sœurs à préparer le petit-déjeuner. Je me retournai pour voir Maître Arik me fixer. Je clignai rapidement des yeux, sentant mon cœur battre sauvagement à la surprise de le voir réveillé. Il sourit lentement alors que je m'asseyais; les couvertures exposant mes seins et mes mamelons durcissant à l'air frais. Il tendit la main et roula doucement mes mamelons entre ses doigts. « Viens ici, dit-il d'une voix rauque. Je me suis rapproché un peu plus et il m'a fait signe de chevaucher son corps couché. J'ai soulevé une...

1.9K Des vues

Likes 0

Il y a un loup dans la bergerie...

*la non-fiction* C'était le premier jour de cours. Je n'étais pas nerveux; c'est une école technique de nerd, donc je me sentais bien. Je m'appelle TK, et je n'étais en aucun cas préparé pour les cours ce semestre ... bien sûr, j'ai étudié et réussi la classe mais j'ai échoué au test le plus important .... Dans mon deuxième cours, j'ai vu ce mec grand, en quelque sorte heurté par lui, qui ne se souciait pas vraiment de son existence. ...homme Si je n'étais pas amoureuse de lui, je sais que j'étais amoureuse de sa démarche... ses vêtements, à peu près...

1.3K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.