Remise en forme par Flash : Sherri

650Report
Remise en forme par Flash : Sherri

Sherri Kimbelsen se tenait silencieuse et complètement nue au garde-à-vous devant le bureau de Flash Johnson dans le gymnase vacant. La veille, elle avait officiellement terminé un programme de perte de poids de trois semaines qui lui avait permis de tonifier et de raffermir son corps et de perdre 25 livres. Pesant maintenant un svelte 113, la belle blonde plantureuse aux jambes tueuses attendait des instructions sur la suite.

Flash : « Mademoiselle. Kimbelsen, maintenant que votre programme est terminé, nous devons planifier un programme d'entraînements hebdomadaires pour garder votre corps en pleine forme. Bien sûr, nous devrions également commencer à percevoir vos frais d'adhésion à la salle de sport. Nous en reparlerons dans une minute. Tout d'abord, avez-vous déjà une promesse de don ? »

Sherri : "Oui, je le sais. Elle s'appelle Elena Kane.

Flash : "Eh bien, donnez-moi ses coordonnées."

Sherri : « Eh bien, elle travaille aussi au secrétariat. Elle est vraiment petite, seulement environ 4'10". Elle a les cheveux noirs; gros seins et oh… elle vient d'Hawaï.

Flash : "Je n'ai pas entendu un putain de poids dans tout ça !"

Sherri : "Elle a un très joli visage mais... elle pèse environ 180 livres."

Flash : « Génial ! Alors, elle est grosse comme de la merde ! Et un nain en plus ! Je t'ai dit qu'il y avait une exigence !

Sherri : « C'est la seule personne que j'ai pu trouver. S'il vous plaît, Elena est une très jolie fille, elle est juste un peu en surpoids.

La chaude blonde a commencé à avoir l'air malade. Elle ne voulait pas contrarier M. Johnson. Pas après tout ce qu'ils ont vécu ces trois dernières semaines. Il y avait aussi une sensation de nausée qui commençait à se former au creux de son estomac. M. Johnson a vu cela et a ressenti un peu d'empathie.

Flash : "Très bien Miss Kimbelsen, je vais vous donner des points pour avoir au moins obtenu une promesse de don. Je suis sûr que mes garçons et moi pouvons mettre cette petite garce en forme, mais tu m'en dois toujours une. Parlons maintenant de vos frais d'adhésion. Comme vous le savez, c'est aujourd'hui votre 22e jour consécutif de venir ici. Je facture 100 $ par jour pour mes services, ce qui signifie que vous me devez 2 200 $. »

Le visage de Sherri était choqué. Elle n'avait aucune idée que les frais de gym étaient si élevés. Elle essaya nerveusement de trouver un moyen de dire à M. Johnson qu'elle n'avait pas les fonds pour payer une telle somme, mais ne pouvait penser à rien d'autre qu'à l'honnête vérité du dieu.

Sherri : "Je suis désolé, M. Johnson, je n'ai tout simplement pas ce genre d'argent."

Flash : "Ouais, je m'en doutais."

M. Johnson est sorti de derrière son bureau. Il enleva sa chemise puis son short et était maintenant nu tout comme Sherri l'était. Elle le regarda se déshabiller sans aucun mouvement ni émotion. Ses dix pouces pendaient flasques devant lui comme un boa constrictor noir charnu.

Flash : "Descends-moi et suce-moi !"

Sherri s'accroupit consciencieusement sur ses orteils devant lui et mit son pénis dans sa bouche et commença à le sucer. Après trois semaines de programme, sucer un pénis noir n'était pas hors de la norme pour Sherri. Elle l'avait déjà fait non seulement avec M. Johnson, mais avec certains des autres hommes noirs qui travaillaient pour lui en tant qu'entraîneurs personnels.

Cela faisait partie de la façon dont Flash Johnson dirigeait sa salle de sport. Il a aidé des femmes blanches, parfois des femmes blanches mariées, à perdre du poids rapidement tout en se livrant à une activité sexuelle pendant leurs séances d'entraînement. C'était une pratique spécifique qui n'avait pas encore échoué et les femmes ont fini par avoir des expériences de vie différentes. Bien sûr, certaines d'entre elles finiraient par quitter leur mari et divorceraient. Certains sont même restés mariés mais ont également poursuivi le programme. Les faits étaient qu'ils avaient tous perdu le poids qu'ils avaient souhaité perdre, et Flash et son équipe ont eu toute la chatte blanche dont ils pouvaient rêver. Ce n'était pas leur problème que ces femmes soient aussi toutes devenues accros au coq noir.

Au début, la jeune bombe blonde avait résisté à la partie sexuelle du programme, mais comme il était connu pour le faire, le dur à cuire M. Johnson l'a brisée par l'intimidation. Il avait une façon grossière de faire faire aux femmes ce qu'il voulait et en ce moment, il enfonçait à nouveau sa bite dans la gorge de Sherri. Les lèvres et la langue de Sherri embrassaient, suçaient et peignaient le grand outil de baise en ébène de M. Johnson avec de grandes quantités de salive et une précision affamée inébranlable. Plus elle l'enfonçait dans sa gorge, plus elle bâillonnait de manière audible. Ce faisant, M. Johnson a commencé à dicter les conditions de l'avenir de Sherri.

Flash : "Mlle Kimbelsen, puisque vous êtes maintenant dans une forme irréprochable, nous allons réduire vos entraînements hebdomadaires à deux jours par semaine. Nous le ferons tous les mardis et jeudis à 16h précises. Ne soyez jamais en retard ou il y aura pénitence, et il ne peut y avoir AUCUNE annulation, compris ? »

Sherri a juste hoché la tête en signe d'affirmation ne voulant pas retirer sa bite de sa bouche affamée. Elle en avait un bon six pouces au fond de la gorge et était toujours bâillonnée en essayant de gorger profondément les dix pouces jusqu'aux couilles. Un exploit qu'elle n'avait pu faire avec aucune bite noire qu'elle avait prise dans sa bouche ces dernières semaines.

Flash : « Maintenant, en ce qui concerne l'argent que vous devez, quelqu'un de la salle de sport passera chez vous tous les lundis. Votre nom vient d'être signalé pour la collecte. Votre compte est maintenant dans le rouge. Comprendre? Donc, quelle que soit la bite noire qui se présente à ta porte le lundi, tu dois maintenant t'en occuper, tu me sens?

Sherri acquiesça encore une fois. Elle a pensé aux hommes noirs qui lui rendaient visite chaque semaine à sa résidence et à ce que ses voisins pourraient dire. Ce fut un bref moment d'inquiétude qui disparut rapidement de son esprit, et fut remplacé par les pensées de la quantité inconnue de bite noire qu'elle recevrait lors de ces visites. Sa chatte commençait aussi à réagir à ces pensées. Sentant ses excitations, M. Johnson s'est soudainement retiré complètement de sa bouche et l'a giflée sur le côté gauche de son visage avec sa bite, puis l'a repoussée aussi profondément que possible, puis l'a complètement retirée à nouveau.

Flash : « Maintenant, lève-toi et allonge-toi sur mon bureau ! Je vais finir dans ta douce chatte.

Sherri se leva et se pencha sur le bureau avec son cul en l'air. Quelques secondes plus tard, M. Johnson enfonçait son poignard à viande noire dans sa chatte rose serrée. A chaque fois, il avançait ; Le corps de Sherri poussait plus haut sur le bureau au point qu'elle était finalement sur la pointe des pieds.

Sherri : « Baise-moi ! Oh oui! Baise moi plus fort ! J'adore ta grosse bite noire dans ma chatte ! Ohhhhhh ! Ohhhhhh ! Putain ouais ! Ohhhhh!"

Flash : « Tu aimes ça hein ? Espèce de putain de Ho blanc ! Toutes les petites mères blanches baisent des salopes comme le coq noir au fond de leur merde !

Sherri : « Oui ! Ohhhhh oui ! Ahhhhh ! Ahhhhh ! je vais jouir! Oh mon Dieu! C'est tellement gros! Ahhhh !"

À cette seconde exacte, les jambes de Sherri se sont tendues et elle a attrapé les bords du bureau et elle est venue fort et fort. Elle a enduit la bite de M. Johnson avec environ une pinte de son jus de chatte. Avec cette lubrification supplémentaire, il a pu mettre tous ses dix pouces dans sa chatte. Il était maintenant en train de la baiser avec force et les sons de ses grosses boules noires poivrant les lèvres de sa chatte résonnaient sur les murs de la salle de gym avec des applaudissements bruyants.

Sherri : « OHHHH !!! OHHHH OUAAHHHHH ! OH PUTAIN ! OHHHH!!! C'EST PROFOND ! C'EST TELLEMENT PROFOND !!! PUTAIN MEEEEEE !!!!”

M. Johnson a commencé à souffler et à souffler, puis avec une poussée massive vers l'avant, il a giclé fort et profondément dans le ventre de Sherri. C'était tellement de sperme; c'était comme s'il reconstituait le litre de jus qu'elle avait expulsé plus tôt. Quand il a finalement cessé de jouir, M. Johnson l'a pompée lentement pendant encore trois minutes avant de finalement se retirer complètement et de la forcer à nouveau à s'agenouiller pour nettoyer sa queue.

Flash : « Ça y est, nettoyez tout ! Et quand vous avez terminé, vous allez faire 50 pompes et redressements assis, puis appelez ça un jour. J'attendrai la grosse fille de Kane ici ce week-end.

Sherri hocha simplement la tête d'un air penaud. Elle savait qu'elle avait des ennuis. Elle n'avait pas encore parlé à Elena du gymnase. Elle vient de mentir à M. Johnson parce qu'elle ne trouvait personne d'autre qui était viable, alors elle a juste laissé échapper le nom de la première fille qui lui est venue à l'esprit. On était maintenant jeudi et elle savait que son temps était compté.

Elle a fait ses exercices rapidement puis s'est rapidement habillée et a quitté le gymnase. Cet après-midi-là, Sherri est allée rendre visite à son amie Elena à l'appartement d'Elena. Les deux amis parlèrent surtout de travail pendant une bonne heure autour d'un thé avant que Sherri ne trouve enfin son courage et aborde le sujet de la salle de gym et de son programme. Experte, Sherri a fait son pitch.

Sherri : "Tu connais Elly, il y a un moyen d'améliorer les choses."

Eléna : "Ah ?"

Sherri a ensuite parlé à Elena de la salle de sport et de Flash Johnson. Elle a expliqué les séances d'entraînement en détail, mais elle a volontairement omis toutes les exigences sexuelles. Sherri avait besoin de vendre le programme de Flash et elle y parvenait très bien. Elena était encore un peu sceptique.

Eléna : « Je ne sais pas. Willowbrook n'est-il pas un mauvais quartier ? Je veux dire, il y a beaucoup de gangs noirs là-bas, n'est-ce pas ? »

Sherri : "Eh bien oui, mais je vous dis que cette salle de sport, ça vaut vraiment le coup. J'ai moi-même toujours pesé 25 livres de plus, et peu importe ce que je faisais, je ne pouvais tout simplement pas perdre le poids restant que je désirais tant. Ensuite, je suis allé au gymnase de Flash Johnson et en quelques semaines, je ressemblais à ça.

Elle se leva et tendit les bras en projection de sa silhouette en forme. Sherri était belle et avait l'air aussi en forme qu'un super-modèle. Partout où elle allait, les hommes la draguaient toujours. Elena n'a jamais vu Sherri sortir avec un homme, ce qui était un peu étrange, mais elle attirait toujours beaucoup d'attention. Elle se tenait à un grand modèle de 5'8 ", 113 livres. avec des mesures de 34-22-32, de longs cheveux blonds descendant à mi-chemin dans son dos et les jambes les plus longues mises en valeur par les types de talons hauts qu'elle semblait toujours porter. Sherri était une bombe pure et simple et elle habillait toujours le rôle, portant des jupes courtes et des chemisiers à décolleté à couper le souffle.

Elena : "Oh, je ne pense pas que je pourrais jamais te ressembler."

Sherri : "Arrêtez ! Tu es une très jolie fille. Je vous le dis, tout ce que vous avez à faire est de perdre du poids. Allez voir Flash. Il vous aidera. Après quelques mois de son programme, vous ne croirez même pas à quel point vous aurez fière allure. C'est un changement de vie. Je pense que tu devrais vraiment, vraiment y réfléchir.

Elena : "Eh bien, j'ai la pause de service qui approche. Je suppose que ça ne peut pas faire de mal d'aller vérifier.

Dans un effort pour garder une image fraîche parmi ses clients, l'entreprise qui gérait le pool de secrétariat a accordé aux dames employées avec elle une pause annuelle payée de cinq semaines. C'était un bel avantage qui n'était pas courant avec d'autres entreprises, mais cela a fait des merveilles pour les femmes qui travaillaient pour elles.

Sherri : "Bonne idée ! Cinq semaines de Flash, c'est exactement ce que vous pourriez utiliser. Je vous garantis que vous reviendrez une toute nouvelle femme.

Elena : "Je l'espère."

Sherri : "Alors tu vas aller à la gym, non ?"

Elena: "J'y pense."

Sherri : "Honnêtement, ma chérie, je ne pense pas qu'il y ait plus à penser."

Ils se levèrent de table et Sherri embrassa Elena sur le côté gauche de son visage haut sur sa joue. Elle se pencha alors près de son oreille gauche et murmura.

Sherri : "Je vous le dis, c'est la seule voie à suivre."

Le week-end s'est passé sans aucun lien avec la salle de sport. Sherri était nerveuse pendant tout ce temps en espérant qu'Elena avait suivi son conseil et s'était jointe. Faire en sorte qu'Elena rejoigne était impératif. Elle voulait l'appeler et essayer d'être plus convaincante, mais elle s'est dit qu'elle ferait beaucoup plus de mal que de bien en essayant de le vendre trop. Lundi, elle était une épave. Elle a à peine dormi. Elle est finalement sortie du lit vers 11h, s'est douchée et s'est habillée. Elle a mis une jolie petite paire de shorts en jean lavande serrés et un chemisier boutonné assorti qui était complètement ouvert à l'avant et noué au bas de celui-ci. Sous le chemisier, elle portait un petit soutien-gorge noir bien visible et elle enfila ses baskets maison. Elle ne portait pas de culotte.

Sherri ne connaissait M. Johnson que depuis quelques semaines, mais il lui avait prouvé pendant tout ce temps qu'il était un homme de parole. Aujourd'hui, c'était lundi et un homme noir, ou peut-être quelques hommes noirs, appellerait bientôt. Elle était nerveuse d'anticipation et sa chatte dégoulinait de façon chronique toute la journée. Mais, et si personne ne se montrait ? Serait-ce un signe qu'Elena n'avait pas rejoint la salle de sport ? Quelles seraient les répercussions? Flash Johnson n'avait jamais rien fait pour lui faire du mal physiquement, mais il y avait toujours cette menace persistante. Ses aboiements étaient toujours suffisants pour suffire sans aucune morsure.

Elle a agonisé sur le canapé de son salon à ce sujet toute la journée jusqu'à ce que sa sonnette retentisse finalement vers 19 heures. Elle se leva d'un bond et se regarda dans un miroir et se coiffa rapidement puis alla à la fenêtre pour regarder à l'extérieur. Sur son perron se tenaient à la fois OJ et TW, deux des sous-fifres de M. Johnson du gymnase. Sherri ouvrit la porte pour les laisser entrer tous les deux avec un grand sourire large mais faux sur son visage.

Sherri : "Salut les gars !"

Tony : "Peu importe cette merde de 'Salut' ! Vous savez pourquoi nous sommes ici, non ? »

Sherri les regarda entrer et referma la porte derrière eux. Elle baissa les yeux vers le sol avec embarras avant de lui répondre d'un air maussade.

Sherri : "Oui. Je dois de l'argent.

Tony : "Eh bien putain de salope, si tu sais pourquoi t'es habillé alors putain ? Nouvelle règle à partir d'aujourd'hui ; à partir de maintenant, tous les lundis, tu seras complètement nekkid ! Quand les négros se présentent en train de collectionner, nous ne voulons pas de putain de vêtements sur nos chiennes ! Cela signifie TOUT lundi ! Parce que tu vois, on ne tape pas sur une putain d'horloge ! Le dimanche soir, quand vous allez vous coucher, si vous portez même un chapeau, vous feriez mieux de vous réveiller à minuit et d'enlever cette merde ! Tu as perdu tous tes putains de privilèges vestimentaires du lundi ! »

Sherri : « Mais… et si je dois travailler un lundi ? Je veux dire, parfois ils me programment.

Tony : « Alors tu ferais mieux d'aller travailler nekkid ! Ou appelez malade ou une merde! Maintenant, enlevez tous ces putains de vêtements de mère tout de suite ! Allez…. allons-y!"

Sherri fronça un peu les sourcils mais elle obéit à sa demande et enleva tous ses vêtements, y compris ses baskets. Deux minutes plus tard, elle se tenait le cul complètement nu devant les deux hommes noirs massifs alors qu'ils se tenaient tous là dans le salon. Elle bougea nerveusement ses bras, voulant se couvrir du mieux qu'elle pouvait mais aussi effrayée de se faire gronder pour l'avoir fait. Finalement, elle a juste posé ses bras maladroitement à ses côtés.

Tony : « C'est mieux. Mais à en juger par ce petit visage renfrogné, je ne crois pas que vous compreniez la gravité de cette situation ici. Alors, laissez-moi vous demander ceci ; as-tu mangé quelque chose aujourd'hui ?

Sherri : "Quoi ?"

Tony : « Salope tu m'as entendu ! Avez-vous mangé quelque chose aujourd'hui ?

Sherri : "Eh bien, en fait non. Mon esprit a été occupé autrement.

Toni : « Bien ! Mets-toi à genoux alors ! Nous avons un régal pour vous ! Allez JO !"

Les deux hommes noirs ont commencé à enlever tous leurs vêtements alors que Sherri se mettait à genoux devant eux. Elle regarda leurs gros marteaux noirs se balancer entre leurs cuisses à mi-hauteur. Même semi-érigés, leurs pénis semblaient terriblement énormes. Instinctivement, Sherri a tendu la main vers la bite de TW mais il a repoussé sa main à sa grande surprise.

Tony: "Non salope pas encore! On va te donner quelque chose à mâcher d'abord ! Tu vois, on va tous les deux se retourner, et tu vas prendre ta jolie petite langue blanche et tu vas lécher nos deux putains de culs !

Une expression d'horreur passa sur son visage. Lui lécher le cul ? Dégoûtant! De tous les rapports sexuels auxquels elle avait participé pendant le programme depuis qu'elle avait rejoint le gymnase, les fellations et le sexe hétéro étaient tout ce qu'elle avait fait. Maintenant, on lui disait de mettre sa langue dans leurs culs et elle ne savait pas si elle pouvait le faire. TW s'est retourné et a collé son trou du cul puant juste à côté de son visage pendant qu'OJ la regardait avec un sourire idiot.

Tony : "Allez salope ! Baise ta langue là-dedans ! J'ai eu des frites et un gros mac hier soir, voyons si vous pouvez le goûter !

Sherri : "Beurk ! Ça pue!"

Tony : « Bien sûr que oui ! C'est un putain de connard de mère ! Maintenant, occupez-vous maintenant ! Je ne joue pas !"

Elle se pencha en avant et tira sans enthousiasme la langue avec ses yeux plissés et un regard dégoûté sur son visage. TW a tendu la main et a saisi l'arrière de sa tête et a poussé son visage avec force dans son anus et sa langue est entrée directement dans son trou. Il a tenu sa tête en place et son nez a été écrasé contre son cul poilu.

Tony : « Ah ouais ! C'est ça Salope ! Git profondément là-dedans! Pose tes mains sur mes joues et ouvre-la ! Nettoyez toute cette merde!

Sherri leva les mains et écarta les fesses de TW. C'était vraiment révoltant mais il n'y avait rien qu'elle puisse faire. Le goût était horrible mais il s'est amélioré au fur et à mesure qu'elle léchait et mouillait tout avec sa salive. C'était dégradant et horrible. Elle lécha son nœud de ballon puant pendant les cinq minutes suivantes.

Tony : « Ok, ça suffit ! Occupe-toi d'OJ maintenant !

Sherri glissa sur le sol sur ses genoux et Orville se retourna pour l'accueillir. Elle secoua la tête de dégoût pendant un moment, mais ensuite elle s'engagea et entra à fond et colla son visage entre les fesses d'OJ. L'odeur odieuse de merde et la saveur désagréable sont revenues, ce qui a de nouveau donné envie à Sherri de bâillonner. Pendant les dix minutes suivantes, Sherri a ensuite fait tourner son léchage entre les deux culs des hommes noirs. Cela a semblé une éternité et a duré jusqu'à ce que TW disparaisse brusquement dans la salle de bain et quand il est revenu, c'était avec une bouteille de rince-bouche. Il jeta la bouteille aux pieds de Sherri.

Tony : « Ok, ça suffit ! Rincez-vous la bouche !"

Elle prit joyeusement le rince-bouche et en prit une grande gorgée et l'agita dans sa bouche pendant quelques secondes. À ce stade, elle avait peur de se lever alors elle l'a simplement avalé.

Orville : "Merde G, je n'ai jamais eu de chienne qui me lèche le cul ! Cette chienne est méchante !

Tony: "Eh bien, si elle ne l'était pas, elle serait comme ça maintenant ! Aight, git sur ce canapé! Je suis en train de me donner un peu de cette chatte ! »

Sherri s'essuya la bouche avec son bras et alla s'allonger sur le canapé. Alors que TW s'approchait d'elle, elle leva ses jambes délicieusement longues dans les airs et fixa ses talons sur ses larges épaules. Il a enfoncé son index dans sa chatte et l'a déplacé un peu. C'était comme s'il vérifiait son huile.

Tony : « Ouaip ! Plus humide qu'un enfoiré ! »

TW a souri puis a poussé lentement quatre bons pouces de sa bite en elle. À la troisième poussée, il envoya complètement les neuf pouces et les y maintint environ trois secondes. Il a ensuite tiré complètement et a donné une fessée à l'extérieur de son vagin avec le bas de sa hampe avant de la repousser à pleine force cette fois-ci jusqu'à la garde. La bouche de Sherri s'ouvrit et pendant quelques secondes, elle ne fit aucun son. Puis elle a commencé à gémir.

Sherri : « Oh merde ! Putain ouais ! Oh, bébé, c'est si bon !"

Tony : « Allez JO ! Remplis sa bouche et ferme cette salope !

Orville s'est approché et a mis sa bite à la peau tachetée sur le visage de Sherri. Elle a pris environ deux pouces de ses dix pouces dans sa bouche et a commencé à sucer. Ils l'ont désossée de cette façon pendant les dix minutes suivantes avant de finalement changer de place. Sherri est venu deux fois au cours de ces dix minutes, puis une fois de plus après le changement. Quand ils ont changé à nouveau, ils l'ont mise à quatre pattes et ont pris sa bouche et sa chatte de cette façon. De plus en plus fort, ils ont pilonné la blonde sexy. Le premier à lui tirer dessus a été Orville. Il a peint son joli visage avec son sperme noir chaud et collant, l'aveuglant temporairement. TW est alors venu et a emboîté le pas avec un autre lot, ce qui a rendu l'essuyage futile.

Tony : "Maintenant on va baiser ce cul !"

Sherri : « Attendez… quoi ? Mon cul ?!?! ? »

Tony : « Merde ouais salope ! Vous aimez le jarret pour beaucoup plus que juste la chatte ! Vous avez encore un trou de paiement et cette agence de recouvrement en particulier ne laisse pas d'argent sur la table !

Sherri : "De l'argent sur la table ?"

Orville : "Ce que la brute essaie de dire, c'est de se pencher !"

Sherri n'avait jamais eu de pénis dans son trou du cul auparavant. Rien que d'y penser l'effrayait. Elle se pencha en travers du bras du canapé, posant provisoirement sur des oreillers de canapé empilés pour se soutenir et écarta les jambes contre le côté du canapé. TW a poussé la jambe droite de Sherri sur le bras du canapé et a craché dans sa main et a commencé à l'appliquer autour de son petit sphincter plissé. Son anus était serré et chaque fois que TW pressait son index contre son trou, il avait l'impression qu'il l'aspirait comme un oiseau le ferait avec un ver. TW a ensuite pris son outil couvert de jus de chatte et de sperme et a commencé à le travailler malgré tout.

Sherri : « Ohhhhhh ! Oh mon Dieu! Merde!" C'est trop grand! S'il te plaît. Ça fait mal! C'est trop grand! Vous ne pouvez pas l'intégrer ! Noooon ! Noooon ! S'il te plaît, arrête!"

TW a poursuivi son assaut de coq de monstre noir sur le petit anus blanc de Sherri. Le petit trou du cul serré essayait de rester intact, mais à chaque coup de la tête de bite charnue de TW, l'élasticité de ses joints toriques commençait à montrer une usure physique. Il a fallu quatre bonnes minutes et demie pour enfin entrer. Dix minutes plus tard, TW avait ses neuf pouces pleins battant dans et hors de son sphincter avec facilité, giflant ses grosses boules noires contre les lèvres de la chatte de Sherri à chaque poussée. Son comportement a changé et la peur d'avoir un gros pénis noir la baisant dans le cul a disparu.

Sherri : « Ahh-AHHHHHH !!! Oh putain ouais ! Baise mon cul ! AHHHHH !!!!!"

Tony: "Voyez salope, le mot" ne peut pas "n'existe pas quand il s'agit de bite noire."

TW a continué à claquer sa bite dans le trou du cul élargi de la blonde plantureuse. Orville a regardé avec un sourire sur son visage pendant qu'il tirait sur sa propre bite, la secouant au garde-à-vous. TW est allé encore cinq minutes avant de finalement se retirer et de pulvériser sa semence sur tout le dos de Sherri. Il a pompé sa bite contre le haut de la fissure du cul de Sherri pendant quelques minutes de plus en essayant de vider le dernier de son sperme.

Orville : "D'accord, négro, dégage ! Laisse-moi en prendre !

Les hommes se sont déplacés. Orville s'est mis derrière Sherri et a commencé à introduire sa bite dans son trou du cul béant. La bite d'OJ était légèrement plus grosse et plus large que celle de TW, ce qui signifiait que la cavité anale de Sherri était sur le point d'être ouverte un peu plus large. TW a rampé sur le canapé près du visage de Sherri pour qu'elle lèche sa bite propre. Avant longtemps, les sons de la chair giflant la chair et les cris de plaisir sexuel de Sherri résonnèrent à nouveau sur les murs alors qu'Orville martelait ses 10 pouces avec puissance et vigueur.

Sherri : « Oh oui ! Oui! Oui! Baise mon cul ! Putain ! Plus fort! Donnez-moi tout ce coq noir! Oh ouais! Ouais ! Oh putain !"

Finalement, Orville s'est tendu et est venu fort dans le trou du cul bien baisé de Sherri. La sensation était si paradisiaque que Sherri a également joui fort et a fini par s'écouler sur le bras du canapé. OJ s'est finalement retiré et Sherri l'a léché aussi.

Orville : "Maudit mec ! Cette chienne était une ultra baiseuse ! J'espère obtenir un autre morceau de dat bientôt!

Tony : « Oh on va faire rouler le train régulièrement sur cette Ho ! Salope à la semaine prochaine !"

Sur ce, ils s'habillèrent tous les deux et partirent. Sherri resta un moment sur le canapé. Elle a apprécié chaque instant de cette baise et n'a jamais pensé que prendre un pénis dans son trou du cul serait si excitant. Elle s'est finalement levée et est allée aux toilettes et a essayé d'enlever autant de sperme dans son cul qu'elle le pouvait. Peu importe combien elle essuyait, d'autres s'en écoulaient. Elle a finalement abandonné et a fini par aller se coucher.

Le lendemain, Sherri a dormi pendant la plus grande partie. Elle est finalement sortie du lit vers 16 heures. Alors qu'elle se promenait dans sa maison, son trou du cul était très douloureux. C'était comme s'il y avait encore quelque chose dedans. Mal à marcher, blessé à s'asseoir, elle a finalement attrapé son téléphone portable et est allée dans le canapé de son salon et s'est allongée sur le côté. La flaque de jus sexuel qui avait été faite la nuit précédente était maintenant sèche et il y avait une grande tache sur le bras du canapé et le coussin le plus proche. Elle a simplement retourné le coussin et a composé le numéro de M. Johnson.

Sherri : « Bonjour, M. Johnson. Je me demandais si mon amie Elena était venue ce week-end ?

Flash : « Ouais, elle est arrivée dimanche. Plus gros qu'un connard quand même. Ça va me prendre un moment, mais moi et les garçons allons baiser cette grosse salope ! J'ai entendu dire que tu l'avais dans le cul hier soir ?

Sherri : "Oh. Ouais. Je ne m'attendais pas à ça."

Flash : "Eh bien, maintenant qu'ils savent que vous pouvez le supporter, ils voudront le refaire. Si j'étais toi, j'irais me chercher un plug anal. Un gros putain. Tu portes un de ces enfoirés tout le temps, ton cul va s'y habituer.

Sherri : "D'accord, merci, M. Johnson."

Ils se sont dit au revoir et elle a raccroché. Sherri s'inquiétait de se prendre à nouveau des bites dans le cul. Elle a tendu la main et a senti son trou plissé douloureux avec ses doigts et il avait toujours l'impression qu'il était ouvert. Ce n'était pas béant comme la nuit précédente, mais c'était toujours ouvert, très tendre et suintant de sperme. Après s'être inquiétée pour le reste de la nuit, elle a décidé que s'ils allaient la baiser comme ça à l'avenir, elle ferait aussi bien de rendre les choses aussi confortables que possible. Elle ne voulait pas revivre ce genre de douleur même si cela était suivi de tout ce plaisir.

Elle a pris la décision d'aller dans un magasin de porno. M. Johnson lui avait parlé d'un endroit appelé The Fun Zone à quelques villes d'où elle vivait. C'était à vingt minutes en taxi. Le magasin était un petit trou dans le mur et, à 9h30, il y avait peu de clients. Sherri ne savait pas quoi chercher, alors elle s'est approchée du vendeur d'âge moyen au comptoir.

Sherri : « Pardon ? Je cherche quelque chose mais.... Oh, bon sang, c'est embarrassant..."

Commis : "Ça va ma chérie, j'ai tout entendu. Vous n'avez pas à être gêné.

Il sourit effrayant et quand il le fit, elle put voir sa dent de devant manquante. Sherri pouvait sentir ses yeux parcourir son corps, ce qui la rendait très mal à l'aise. Il était sordide et en surpoids, blanc, une barbe, avec de longs cheveux gras attachés en queue de cheval. Il ressemblait exactement au gars de la bande dessinée des Simpson. Elle était dégoûtée par lui et voulait simplement partir mais savait qu'elle ne pouvait pas avant d'avoir obtenu ce pour quoi elle était venue.

Sherri : "J'ai expérimenté le sexe anal. Je cherche quelque chose qui pourrait rendre les choses… vous savez… plus faciles et moins douloureuses.

Employé : "Eh bien, voyons, ça pourrait faire l'affaire."

Le greffier Mettez un plug anal en argent sur la table en métal. Il sourit à nouveau de cette manière louche et effrayante.

Sherri : « Je… hum. Je ne pense pas que ce sera assez grand.

Commis : « Pas assez grand ? Cette chose est standard et ouvrira la cavité anale d'un bon pouce et demi de diamètre.

Sherri : "Oh, j'ai oublié de te dire... Flash Johnson m'a envoyé."

Commis : « Oh je vois ! Tu es l'une des filles de Flash. Eh bien, eh bien… Oh, alors ça ici, ça ne va tout simplement pas. Tu vas avoir besoin d'une aide extrême !"

L'attitude du greffier a changé et le sourire effrayant a disparu. Lorsqu'il a vu Sherri entrer pour la première fois dans le magasin, il a identifié la jolie fille blonde comme une jeune fille récemment mariée qui cherchait à essayer quelque chose de nouveau avec son mari. Il savait maintenant qu'elle était l'une des putes blanches de Flash qui se faisait baiser régulièrement par de grosses bites noires, et qu'il devait être plus professionnel.

Employé : "Attendez une seconde, je sais exactement ce dont vous avez besoin."

Il fouilla dans l'arrière-boutique du comptoir pendant quelques minutes et finalement ressortit avec une boîte en carton qu'il ouvrit et posa le contenu sur le comptoir. Ils étaient noirs, en caoutchouc et en trois tailles différentes. Ils avaient chacun la forme d'une pelle, presque en forme de triangle en ce que le sommet était le point le plus fin et ressemblait à une tête de pénis, et au fur et à mesure que vous descendiez le long de la tige, la sonde s'élargissait. Juste après la partie la plus large du manche, il y avait une baisse complète de largeur qui ressemblait à la tige d'une bêche. Au-delà de cela, il y avait une partie circulaire plate qui se serrait contre votre cul après que toute la sonde ait été complètement insérée.

Greffier : « Ici, c'est un trois en un. C'est un ensemble d'entraînement au sexe anal. Vous portez chacun dans votre anus pendant deux bons jours chacun, en commençant par le plus petit et votre cavité anale commencera alors à s'habituer à avoir de gros objets dedans.

Sherri regarda les trois sondes anales en caoutchouc noir devant elle. Le premier mesurait six pouces de long et à son plus large avait deux pouces de diamètre. Le second mesurait huit pouces de long et à son plus large trois pouces de diamètre. Le dernier était cependant incroyablement grand. Il mesurait dix pouces de long et cinq pouces de large de diamètre à son point le plus large.

Greffier : "Maintenant, cette ceinture élastique ajustable passe autour de votre taille et s'attache au bas des sondes en les maintenant confortablement en place pendant que vous passez votre journée. Je vais jeter ce gros tube de lubrification gratuitement, y aura-t-il autre chose ? »

Sherri a regardé autour du magasin très rapidement, puis de nouveau vers le vendeur, puis a souri.

Sherri : "Non, je crois que ce sera tout."

Elle a payé le kit puis est partie. Sur le trajet du retour en taxi, elle a commencé à fantasmer sur ce que ça allait faire de porter l'une des sondes anales dans son cul toute la journée. Sa chatte a commencé à réagir à l'idée d'avoir son trou du cul ouvert à nouveau et elle devenait assez humide à cause de ces pensées. Il y avait aussi une étrange sensation de démangeaison dans son rectum qui la mettait mal à l'aise. Le genre de démangeaisons qui nécessitait un soulagement immédiat. Les cahots du trajet en taxi ne l'ont pas non plus aidée à oublier les démangeaisons, alors qu'elle rebondissait sur le siège arrière.

Sherri est finalement arrivée à la maison et avait hâte d'entrer dans la maison. Elle monta directement dans la chambre et tâtonna nerveusement pour ouvrir son nouvel achat. Une fois tout ouvert et éparpillé autour de son lit, elle lubrifia très généreusement la plus petite des trois sondes, puis la posa par terre. Puis, alors qu'elle enlevait ses sous-vêtements et remontait sa jupe autour de sa taille, elle s'accroupit au-dessus de la sonde lubrifiée et la laissa soigneusement entrer dans sa cavité anale. Son trou du cul douloureux s'est écarté vers l'extérieur et la douleur était comme si sa peau se déchirait. Serrant les dents, Sherri l'enfonça lentement dans l'espoir que le lubrifiant soignerait son trou du cul d'une manière ou d'une autre. Après avoir enfoncé le bout de la sonde, elle a poussé lentement son poids sur la sonde et a commencé à la baiser en essayant de la faire pénétrer plus profondément et finalement complètement.

Sherri : « Oh merde ! Ce truc est énorme !"

Chaque fois qu'elle glissait vers le bas sur la sonde, elle pouvait la sentir étirer son trou du cul de plus en plus large. C'était comme si elle essayait de prendre un cône de chantier orange dans le cul et la pression de celui-ci la faisait se sentir si rassasiée. Enfin, après vingt minutes de bachotage, elle sentit son cul dépasser la partie la plus épaisse et tomber au ras de la partie ronde et plate du bas. Les six pouces complets de la sonde étaient maintenant tous à l'intérieur de son cul et elle l'a attaché autour de sa taille avec la ceinture. Quand elle s'est levée et a marché, elle pouvait sentir la sonde frotter contre les parois de sa cavité anale et plus elle se déplaçait, plus elle se sentait bien.

Sherri a passé les cinq jours suivants à porter les sondes anales et son sphincter y répondait en restant dilaté et ouvert à chaque fois qu'une était retirée ou remplacée. Il a commencé à devenir plus facile d'ajouter et de retirer les sondes vers et depuis son rectum. Au troisième jour, elle avait décidé de ne plus porter de culotte car avec la sonde dans le cul, sa chatte était constamment mouillée. By the next Monday morning, Sherri had spent nearly 22 hours a day with at least one of the anal probes plugging her hinny hole. She remembered what TW had told her about clothing on Mondays and she made sure to stay completely naked the entire day. Around 6pm that night, TW arrived along with OJ and this time they had Curtis Struthers with them.

Tony: “Hey bitch! How it be?”

Orville: “All ready for some more nigga dick?”

Sherri: “Uh huh.”

TW grabbed Sherri and forcibly turned her around and then pushed her back down and bent her over. He pulled her ass cheeks apart and spread them as wide as he could.

Tony: “See dat? Two black bones a mother fuckin’ week ago and the bitch still be opened.”

Orville: “Shit, I’m going in nigga!”

OJ nudged TW aside with one hand and pulled his semi-erect dick out of his sweat pants with his other. Seconds later he was feeding his blotchy ten inches into Sherri’s gaping asshole. After a full week of anal probes, Sherri’s ass was better accepting and she took OJ’s cock completely in immediately balls deep to the hilt.

Sherri: “Oh fuck! Oh mon Dieu! Fuck my ass! Yeah!”

OJ pounded Sherri’s stink hole with hard and powerful thrusts peppering her pussy lips with slaps from his huge black balls again. Sherri bent over further to the floor to secure her balance. It took six minutes of pounding, but OJ finally pulled out and jacked his hot sticky seed all over Sherri’s back.

TW and Curtis were already naked by this point. TW then lifted up Sherri by her waist and walked her into the bedroom and threw her onto her bed. She turned around onto her back and TW lifted her legs high in the air. He then fed his black cock into her pussy which was drenched with sexual excitement.

Tony: “Damn this bitch is tight!”

Orville: “Yeah…yeah…yeah! Fuck that white Ho! Here bitch! Clean your ass off my cock!”

OJ stuffed his ass-juice glistened cock into Sherri’s mouth and she worked her mouth over it trying her best to clean it up. Meanwhile TW pounded her pussy sending her into orgasmic ecstasy. TW then pushed her legs up further and adjusted his fucking up a little higher. From behind TW, Curtis then pushed his wide nine inches into Sherri’s ass making her scream out.

Sherri: “AAAAAHHHHHHHH! Oh my god!”

The three of them then stuffed her three fuck holes air tight for the next ten minutes or so until TW tensed up and filled her cunt with his black cum. The next three hours was more of the same. Each man took turns in each of her holes, making sure to dump a cum load deep into all three at some point. Sherri herself came hard four more times as the three black men fucked her senseless in multiple positions.

Tony: “Bitch if we didn’t knock yo ass up today, then we never will!”

Curtis: “Sheet mon, dere be a black baby in dere real soon!”

OJ pulled his cock from Sherri’s mouth and painted her face with some more black cum making sure to drench her eyes and nostrils in the process. The three men then started to get dressed, leaving the well fucked blonde on her bed wiping the cum from her eyes.

Sherri was a sweaty cum stuffed mess again and she finally sat up when she heard them all leaving. ‘What if she was pregnant?’ she thought. How could she ever tell her parents? What about her two brothers? What would they say? It was at this point that Sherri felt that she would have to start taking some kind of birth control. She wasn’t ready for a baby period let alone a black one.

The next two Mondays was more of the same. One week she was gang banged by four of them when Nick Anvayney joined in on the crew. At one point she two cocks in her ass simultaneously which was a physical feat onto itself. Between the black cocks and the anal probes, Sherri’s asshole was perpetually stretched open. It had been four weeks now since Sherri spoke to her friend Elena. Each week she signed her pay check, cashed it and then mailed the majority of it to Mr. Johnson at the gym.

The extreme changes in Sherri’s life were now shaping her future. She missed work three Mondays and Tuesdays in a row which made the boss at the secretarial pool concerned. When she was in work, she stopped talking to co-workers and kept mostly to herself and her duties, mainly because she didn’t want anyone to know that she was still wearing the anal probes in her ass to keep her anal cavity opened.

At the gym on Tuesdays and Thursdays, Mr. Johnson wasn’t there during her workouts anymore. Slick Willie Williams was in charge of her weekly workouts now and aside from the blow job that she was required to give him at the beginning of each session, sex wasn’t part of her workouts anymore. Her body was saved for paying off her gym fees so it was a blowjob, weights and exercises, then all done each time. Sherri didn’t mind blowing Slick Willie who was in his late 40’s. His cock was only a thin 7-inches, and after being exposed the last month or so to cocks that were much bigger and girthier, she was able to take it with ease and make him cum faster than the others.

At home, she was taking estrogen and progesterone daily for birth control to combat her weekly Monday fuck days and all of the black sperm that was being splooged into her. Contact with family members and friends dwindled down to a bare minimum. The only person that she knew of that was going through the same experience as her was Elena and she didn’t want to call her because she was afraid that she might interrupt the program. Then that Sunday Sherri received a rogue phone call from Mr. Johnson. She hadn’t spoken to him since the day after her first Monday fucking.

Flash: “Hey bitch. Just calling to tell y’all that your new training times on Tuesdays and Thursdays will be at 2pm every week.”

Sherri: “What about Mondays?”

Flash: “Mondays what? Yo white ass is in arears remember? That shit doesn’t stop until you paid in full! So that particular collection agency will be collectin’ indefinitely!”

Il fit une pause pour un moment. Sherri thought about what he just said and how many Mondays she would have to endure TW and the rest of his clan. She shuddered at the thought of Monday sex, followed by Tuesday morning work, followed by Tuesday afternoon workouts. This was going to happen every single week and Sherri for the first time was thinking that her job might not be as important. Quitting would mean that she couldn’t pay the back or current gym arrears so it looked like there wasn’t a way out.

Flash: “Now, there IS a few ways to expediate all dat. If you’re interested.”

Sherri: “Expediate? I’m afraid I don’t understand.”

Flash: “Well, I know a lot of niggas. I know niggas who own clubs, niggas who have money, and I also know a ton of broke ass niggas that wouldn’t mind gettin’ a white piece if ya know what I mean. I know three ways dat you can quickly get me my money. They called; Train, Dance, or Auction.”

Mr. Johnson paused again this time for a response but Sherri didn’t answer. She was still confused but intrigued by what the alternatives to her status quo could be. She listened intently to his explanations.

Flash: “Okay I see by your silence you interested. First, I got Dance. I know this brother who runs a strip joint downtown called Juicy Jiggles. The offer is six nights a week, you shake your shit on the stage at JJ’s for a full year. Mondays and work-out days stay the same during this.”

She actually wouldn’t mind stripping. The only thing that makes this option unattractive was that she still would have to do Mondays. Il a continué.

Flash: “Second, I’ve got Train. Five times in a month’s time, I send every nigga I know to your house in a 24-hour period and you take care of them one by one. On this option, Mondays and workout days are rescinded.”

Sherri: “No Mondays? J'aime ça! Wait…. how many men each time?”

Flash: “Shit girl, I just said I know a lot of niggas! Could run close to a 100. Maybe even 150.”

Sherri: “A hundred and fifty! C'est beaucoup! What’s the last option?”

Flash: “The last one is Auction. I sell your debt to the highest bidder and whatever nigga buys your ass, you become his problem. Usually you become his escort and you end up doin’ whatever that motherfucker wants. Mondays and workouts are rescinded here too.”

Sherri: “You mean, become his slave?”

Flash: “Depends on the nigga! Shit I’ve seen bitches become wives and shit through this option! And these mother fuckers have some real dough! Could be worse alternatives. There is the probability dat you get a hardcore nigga too.”

Sherri’s heart sank. There was pluses and minuses with each option. The stripping one, and far more attractive option, was the only one that would require her to continue workouts and Mondays. The Train was the shortest in time served, but to Sherri that was just way too many sex partners. She’d be opening herself up to STD’s and diseases. The irony of getting banged just a few weeks ago by four black cocks amazingly was lost on her thinking here though.

Now, the escort option would get her away from the gym and Mr. Johnson. But it was a crapshoot on who would end up buying her ‘contract’. The way she was just told, there would be a 50 percent chance that she could end up in a worse situation. Still though, Mondays would be over with and she could easily end up in a better situation instead.

Flash: “Well Miss. Kimbelsen, I don’t have all day. What’s it gonna be?”

Sherri: “I guess I’ll take…I think I want the Auction.”

Flash: “Really? Ouah! I wasn’t expecting that choice. I mean, it’s more money in MY pocket, but alright! Come to the gym tomorrow night at 9pm. Mondays and workout days are now officially done. Wear a trench coat and heels and nothing else. And Miss Kimbelsen, if you don’t show…then everything you owe becomes doubled. You hear me?”

Sherri: “Yes. Je fais. I’ll be there. I just want to pay off what I owe.”

Flash: “Oh you will, and then some. After tomorrow night you and I will be squared away.”

They hung up the phone. Sherri sat there for a while and thought hard about the decision that she just made. There was no going back now. The more she thought about it, being an escort to just one man was the way to go. There was a hell of a lot of risk though. Risks that the pretty white blonde didn’t think of but soon found out.

The auction night finally came. Sherri showed up at the gym ten minutes early and was met by Mr. Johnson just inside the door. Inside, the gym was darkened except for one area in front of the locker room that had an elevated platform-like stage, and what looked like about a dozen chairs in front of it. The ‘stage’ area was all lit up and there was a large black curtain pulled behind it in front of the locker room doors.

Flash: “A little early I see. Good job Miss. Kimbelsen! There’s a couple of other girls in the locker room already. In a second, I want you to go join them. First, the ground rules! When this shit gets started and you come back out here, leave that fucking coat in the back! You can leave the shoes on but that’s it! When you git up on the stage, you take whatever direction that is told to you! And don’t fucking talk at all! Not one word, you hear me?”

Sherri: “Yes.”

Flash: “Good! Now git in the back with da other bitches!”

In the locker room, there were three other women and they were all hanging around completely naked. There was a very tall pale redhead with longer legs than Sherri had wearing just a pair of white heels standing against some lockers smoking a cigarette. Her name was Amber and she looked to be in her mid-twenties. She had a piece of masking tape on her left shoulder that read ‘Amber – Santa Barbara’.

In fact, the other women had masking tape on their shoulders too. Sitting down on a bench both with their legs crossed was a short young Oriental girl with short black hair, and next to her was an older woman with long light brown hair. The Oriental girl was named Jade from Osaka, Japan, and the other woman’s tape read ‘Claudia – Phoenix’. The brown-haired woman was also smoking a cigarette. When Sherri walked in, they all looked at her with blank looks on their faces.

Claudia: “Come on in honey. Get undressed and write your name and where you’re from on some tape over there. Better hurry because I believe they’re about to start.”

Sherri quickly took her robe off and was now completely naked except for her heels just like the others. She took the sharpie and tape and wrote ‘Sherri – San Diego’ on it and then affixed it to her left shoulder.

Sherri: “So anyone like know how this all goes? I mean, what exactly is gonna happen here tonight?”

Amber: “You’re being sold blondie! Nous sommes tous. There’s a couple of rich niggers out there that are gonna bid big money on each of us.”

Sherri: “So this is like some kind of sex trade? Like the ones I’ve seen on TV?”

Claudia: “It’s not as bad as all that honey. I’ve been through this before.”

Sherri: “Wait…before?”

Claudia: “Yes. I was ‘sold’ to a very old black man two years ago. Technically, I was loaned to him so that’s why I still owe Flash money. The old man was alone, in his 60’s, and he had heart disease. I was told to do whatever he wanted, which I did. It wasn’t a bad gig. He only wanted sex once a month and I cooked and cleaned for him daily. We didn’t leave the house often because of his afflictions. Then one day, a few weeks ago, he died suddenly of a heart attack. I was told to come back here and go through it all again. Yay for me, right?”

The older woman took another long drag of her cigarette then expelled out the smoke and it formed a big white cloud above her head. She looked to be about late thirties or even early forties, but truth be told she was only 33 years old. The cigarettes combined with the hard life that she was leading had withered her appearance a bit. She was still very pretty though.

Amber: “I just hope all these guys are from America. I really don’t want to end up overseas. I mean, it’d be alright for this little rice cake here, but…in fact…”

The tall redhead stopped mid-sentence and just shook her head and laughed as Jade looked up at her with an angry look on her face. Amber then walked by them all over to the locker room door and took a peek out into the gym.

Amber: “Oh shit! There IS a couple of foreign guys out there. One of them is wearing one of those long white Arab getups too! You know…. sheets and all. Merde! Damn, I hope he don’t buy me.”

Sherri started to get nervous about this whole thing. Overseas? Could she really end up having to go with some stranger out of the country? She walked over to the bench and sat down on the other side of Jade and crossed her legs. The tiny oriental woman was very cute and extremely young. Sherri didn’t find out until later that Jade was 19 years old but she could definitely pass for much younger.

Jade was a foreign exchange student from Osaka, Japan who came to America to attend Berkeley. Just like most of Mr. Johnson’s girls, she was introduced to the gym as a pledge from another girl who had already gone through the program. Yes Mr. Johnson had a very intricate racket going, far bigger than first appearances.

Sherri: “So how much do you all owe Mr. Johnson?”

Amber: “Does it really matter? Asshole put us all in debt and now we’re all royally fucked! If my Father ever finds out how many black men…how much black dick I’ve had sex with this past month he’s gonna kill me! That’s if I ever see him again. What’s the difference, I can’t ever go home again. Might as well end up with some black asshole from another country.”

She threw her cigarette on the floor and then stepped on it with her heel. She then walked back over to the lockers and sat down on a chair by them. Sherri looked back over towards Claudia’s direction. But before she could ask anything, Clevon Lawson, another one of Flash’s workers came in. Sherri hadn’t met him yet.

Clee: “Aight ladies, let’s see what we got here! Listen up, here’s how it all go tonight! When I point at you, you’re next! You go out, walk around a little and if one of them niggas asked you to do something….do it! When it’s done, you go with who ever bought you. Your belongings will be brought to you before you leave. DO NOT come back in here! Okay…...you! You’re first. Get your little China ass out there!”

Jade: “I’m from Japan.”

Clee: “Like it really fucking matters! Get yo little ass out dere!”

Jade got up and tentatively walked towards the door, and then finally disappeared out to the stage. They could hear the hoots and hollas coming from the gym as Jade showed them all of her naked wares. Of the four women on auction that night, Jade was the shortest, youngest, and she had the smallest breasts. Claudia was the oldest and most full-figured, and of course well experienced. Amber was the tallest, and probably the prettiest. Sherri fit somewhere in the middle of the four of them in all mentioned categories.

Amber: “Geez. Would you listen to them? Girl must be dancing her little heart out.”

Claudia: “Oh there isn’t any dancing. Not unless they ask for it. You’re just supposed to stand there and turn when you are told to. It’s not bad actually.”

Twenty minutes later Claudia was called to the stage. Then shortly afterwards Amber got the call. Sherri was last called and when she finally got out to the stage, she couldn’t believe how dark it was. She could barely see the men sitting in their chairs, but she could hear them laughing and talking amongst themselves. Then Mr. Johnson spoke on a microphone.

Flash: “This one here is brand new! 24 years old, a secretary from San Diego! Really likes it in the ass! Bidding starts at $5000. Hey Miss Kimbelsen bend over and spread your ass for them.”

Sherri turned around and then bent over and pulled her ass cheeks apart. Her asshole was still dilated a little due to the butt plug probes she’d been using. She was a bit upset that Mr. Johnson stated that she liked anal when truth be told, she was trying to get away from it. So much so that she was willing to be sold to the highest bidder in hopes of never having to do it again. She was too naïve. The next thing she heard was men from the crowd yelling out and making bids.

Man #1: “$5500.”

Man #2: “I need me some dat azz! $7500!”

Man #3: “Ten thousand!”

Man #2: “You giraffe foocker! Two more! I bid twelve grands!”

Man #3: “Man who the fuck you callin’ a giraffe fucker? Fuck you, nigga! 15 grands!”

As the two men argued a fourth voice from the back chimed in with an unheard-of bid which silenced them and got gasps from the other men in the gym.

Man #4: “Fifty thousand dollars.”

Sherri couldn’t believe what she just heard. $50,000 was ten times the money that Mr. Johnson opened her bid on. She stood there bent over with her ass cheeks still spread, looking back between her legs trying to see the faces of the men in the chairs but to no avail. It was just too dark.

Flash: “Going once? Going twice? Sold to the African Prince.”

A tall skinny African woman who looked to be in her forties came out from the darkness and then climbed up onto the stage. She was barefoot, and wearing an African style long dark orange skirt that went all the way down to the top of her ankles. The rest of her body was completely bare of clothing, wearing only a multi-flowered lei around her neck. The woman’s large black breasts hung down low below the lei, and her nipples were pierced with large silver rings and a chain was connected to both of the rings and both of her large pink nipples pointed down towards the floor.

The black woman had a collar and leash set and she affixed the collar around Sherri’s neck then quickly walked her from the stage. She led Sherri to the back door of the gym and outside to a long dark black limousine. The woman then removed the leash from the collar around Sherri’s neck.

Black Woman: “Get inside and wait. Go on now…do as I say.”

Sherri got into the limo and noticed that someone else was sitting in there. It was Jade, the young oriental girl from the locker room. Jade also had a collar around her neck. She had tears in her eyes.

Sherri: “What’s going on? Where are we going?”

Jade: “We’ve been purchased by Prince Masango Kaluba. We’re going to Africa.”

Sherri: “Africa!!! No!!!”

Sherri turned and tried to open the car door but it was locked. She tried banging on it too but to no avail. The limo then suddenly started to move and Sherri just put her face into her hands and began to cry. Jade hugged her as the darkened limo moved swiftly through the streets. They drove for a good forty minutes before arriving at LAX. The limo continued on through the airport out towards the private plane tarmac towards a small private plane that was apparently owned by the Prince. Once the limo stopped, the partition to the front powered down and the black woman who had led Sherri to the limo on a leash was sitting there in the passenger’s seat.

Black Woman: “Here are your robes. You may put them on. We shall be waitin’ here until the Prince boards the plane, then we shall board ourselves.”

Sherri: “Excuse me, but I can’t leave the country. I have a job and an apartment; I’ve got my family…”

Black Woman: “Dat is all done for now my dear. You have to pay off your debts to the Prince now.”

Jade: “So where exactly are you taking us? Where is the Prince from?”

Black Woman: “We are goin’ to Africa and that is all that you need to know.

They sat for the next ten minutes in silence before they were allowed to board the plane.

The End

Articles similaires

Miel à vendre partie 2

Miel à vendre 2 Je tenais le chèque à Jeb, mais il n'arrivait pas à le prendre et j'ai commencé à craindre qu'il ne renonce à l'affaire. Jeb se gratta les couilles et renifla ses doigts ; l'odeur a dû rencontrer son approbation parce qu'il m'a regardé, a roulé l'allumette dans sa bouche de l'autre côté et a dit. J'ai eu quelques stip-a-lations à ajouter à cet accord. Dit-il en essayant d'avoir l'air d'un avocat. « Quel genre de stipulations ? » Je l'ai regardé avec méfiance. Eh bien, il s'arrêta, tu vas prendre ma jeune et je vais vouloir la voir au moins...

2.2K Des vues

Likes 0

Action ou Vérité : Édition Voisins

Action ou Vérité : Édition Voisins Personnages: Famille noire - Les Johnson Mari : Thomas 40 ans, 6', 200 lbs, bite de 12 pouces Épouse : Jasmine 35 ans, 5' 7 150 livres, poitrine 44DD, taille 34 pouces, butin 48 pouces. Fille : Kelly 14 ans, 5' 2, 95 livres, bonnet 32C, taille 18 pouces, butin 28 pouces. Fils : Marcus 15 ans, 6' 3, 195 livres, bite de 12 pouces Grand-mère Pam 64 ans, 5' 8, 240 livres, 44F de poitrine, 52 pouces de butin Famille blanche : les Smith Père : Jim 38 ans, 5' 11, 175 livres, bite...

2.1K Des vues

Likes 0

Ce réveillon spécial du nouvel an_(0)

« Lucy et Stace seront bientôt là, tu veux boire un verre ? dit Amanda Sans trop d'hésitation, j'ai accepté et lui ai pris un grand verre de Baileys, Amanda était magnifique, pour être honnête. Elle mesurait environ 5 4' mais d'après la hauteur supplémentaire des talons qu'elle portait ce soir, elle avait l'air d'un 5 8' facile. Elle portait une courte robe blanche qui était principalement transparente et suffisamment courte pour que, si elle se penchait, on puisse clairement voir ses sous-vêtements qui, ce soir, étaient un string à imprimé léopard. Elle avait les cheveux roux morts qui étaient parfaitement...

2.2K Des vues

Likes 0

Une soirée de sorcière

Les démons y tourbillonnent et les esprits tourbillonnent. Ils chantent leurs chansons à Halloween. « Venez vous amuser », crient-ils. Mais nous ne voulons pas y aller, alors nous courons de toutes nos forces Et oh nous n'irons pas à l'intérieur de la maison hantée ce soir -Jack Prelutsky, La maison hantée *** Ce qui s'est passé dans cette ville le soir d'Halloween était secret et les enfants n'ont jamais été autorisés à le savoir. Les parents ont envoyé leurs petits dans les villes voisines pour des tours ou des friandises, et les adolescents ont fait des pèlerinages ailleurs dans le...

2K Des vues

Likes 0

Une nouvelle maîtresse 2

J'ai savouré le goût du sperme de Maîtresse Natasha dans ma bouche tout le chemin du retour. Ma femme dormait quand je suis rentré à la maison et je me suis glissé dans le lit à côté d'elle sans me laver ni me rincer la bouche. J'ai gardé ma routine hebdomadaire comme toujours, sauf les deux fois où ma femme et moi avons baisé, j'ai attendu qu'elle me crie dessus pour jouir en elle (juste pour rester obéissante à Maîtresse Natasha). Bien sûr, je ne pouvais penser qu'à Natasha toute la journée et toute la nuit pendant toute une semaine. Jeudi...

1.8K Des vues

Likes 0

Nerd fils et maman

Nerd fils et maman Une maman et son fils Nerdy, une histoire en quatre parties de devenir une salope de sperme. Janet Bigs était une veuve de 38 ans, elle avait les cheveux roux, une paire de seins 38E et un cul qu'elle gardait serré en s'entraînant trois jours par semaine. Janet était une MILF. Son fils Wally était un petit garçon pour son âge, mais étant en deuxième année au lycée, il lui restait encore plusieurs années à grandir. Wally était le cerveau de la classe, alors les enfants lui demandaient toujours de l'aide pour leurs devoirs. Il a essayé...

1.8K Des vues

Likes 0

Oh, Ollie Présentation

Mon meilleur ami, Oliver, était le genre de gars dont n'importe quelle fille deviendrait folle. Puisqu'il était un joueur clé dans l'équipe d'athlétisme de notre école, il avait facilement le corps pour faire baver les filles, mais ce n'est pas ce qui retenait leur attention. Oliver était gentil, mais pas un push-over, intelligent, mais pas un je-sais-tout, protecteur, mais pas jaloux, et juste une personne formidable dans l'ensemble. Ses yeux noisette étaient toujours remplis d'émotion et il savait toujours quoi dire. C'est ce qui a fait revenir les filles. Moi, d'un autre côté, je n'étais pas le genre de fille avec...

1.4K Des vues

Likes 0

Barbe sort

L'aventure de Barb Chapitre 1 Barb avait été élevée dans une maison d'église. Au début de son adolescence, elle a entendu les histoires de certains des enfants avec qui elle allait à l'école sur le sexe. Coq, sexe oral, MST et bien sûr les bébés. Elle n'y a pas beaucoup réfléchi. Elle était issue d'une famille religieuse et bien sûr, elle n'aurait jamais eu de relations sexuelles avant le mariage. Au cours de son adolescence, elle a remarqué l'augmentation de ses sens lorsqu'il s'agissait de regarder et d'être avec des garçons et des hommes. Sa sexualité s'éveillait. Elle remarqua leur odeur...

1.3K Des vues

Likes 0

Les dernières vacances d'été-Chapitre 2

Laissons ces deux amants tranquilles. J'ai dit. Venez, excusez le jeu de mots, rejoignez-nous sur la véranda quand vous aurez fini. Meg et moi nous sommes dirigés vers la cuisine pour préparer un pichet de Vodka Martinis à emporter sur la terrasse. Nous nous sommes assis ensemble sur le canapé. Eh bien, qu'en pensez-vous? J'ai commencé. Meg a eu un regard contemplatif sur son visage. Eh bien, c'était une surprise pour Matt. Il n'avait aucune idée de ce qui se passait. Il a résisté pendant une minute mais il a finalement compris. Je ne pense pas qu'il pensait que nous ferions...

1.3K Des vues

Likes 0

Les garçons riches aiment 17

J'ai décidé d'écrire le reste de mon histoire, veuillez noter que mon histoire ne concerne pas uniquement le sexe en disant que cette partie contient du sexe et que la personne qui a écrit ce commentaire dit qu'elle se fait passer pour moi et harvey quand il se branle ! Quand Harvey et moi avons fait face à la classe, nous avons écouté pendant environ 20 minutes, puis Harvey a tapoté sur son bureau pour attirer mon attention. Je l'ai regardé et il se frottait lui-même à travers son jean. J'ai tendu la main avec ma tête et j'ai chuchoté besoin...

1.2K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.