Le collectionneur en ligne

139Report
Le collectionneur en ligne

Le collecteur

J'ai pressé le tissu dans son petit visage mignon. Mon pouce m'a piqué, hier j'avais mordu un petit bout de peau à côté de mon ongle et maintenant le chloroforme me piquait. Elle n'était pas encore sortie. Elle se débattait toujours, mais plus de toute sa force. Une protestation étouffée vint de derrière le chiffon. Ses yeux me regardaient avec peur. Me suppliant, me suppliant de la laisser partir.

Je caresse une mèche de cheveux de son front. - N'aie pas peur, chérie, dis-je. « Juste souffle. Prenez encore quelques respirations profondes. Je sais que le chloroforme ne fonctionne pas aussi magiquement et aussi rapidement que dans les films, mais si vous continuez à respirer, vous finirez par vous assommer.

Apparemment, je n'aurais pas dû dire ça, car elle a commencé à se débattre et à crier beaucoup plus.

« C'est tout ce que j'ai pour le moment, chéri. » dis-je. J'ai inspecté le tissu et je me suis assuré que l'intégralité de son nez et de sa bouche étaient couverts, puis j'ai soigneusement compté les cinq autres gouttes pendant que je les laissais tomber sur le tissu.

Ses yeux étaient vitreux et elle devenait de plus en plus faible. Sa lutte s'arrêta et je la laissai respirer un peu d'air frais. Elle n'avait pas besoin d'être complètement assommée. Avec cette ancienne drogue ce serait assez dangereux en fait. Tout ce que j'avais à faire était de la maîtriser et de la garder complaisante jusqu'à ce que j'aie réussi à la transférer dans ma clinique privée.

Elle était allongée sur le canapé. Complaisant et sans volonté. Sans esprit me regardant.

« Bonne fille », lui ai-je dit. « J'ai mis le chiffon sur son visage pour un autre compte de dix. » Elle ne semblait pas s'en soucier ni même le remarquer.

« Je suis désolée », dis-je à son visage engourdi, ses yeux roulant dans leurs orbites, sa tête penchée sur le côté. J'ai enlevé le chiffon et lui ai donné un petit bisou sur la bouche. "Tu es juste trop mignonne chérie, j'avais besoin de t'avoir pour ma collection."

Je l'ai rencontrée du côté des rencontres en ligne. Elle ne correspondait pas tout à fait au profil. Normalement, je choisissais une femme un peu plus âgée, solitaire et désespérée pour un petit ami, pour un homologue masculin qui les balayerait et résoudrait tous leurs problèmes, une sorte de femme pathétique en fait, qui ne manquerait pas et qui serait facilement cassable, une fois qu'elles réalisa que leur nouvelle vie serait bien meilleure que leurs tristes petites vies d'avant.

Mais cette fille était différente. Pour commencer, elle n'avait que 23 ans, elle était une femme d'affaires assez prospère, mais elle avait le visage le plus mignon, des cheveux roux bouclés, des joues roses pleines de taches de rousseur et une silhouette mince très athlétique, elle serait mieux décrite comme petite. Je l'avais harcelée pendant des semaines, faisant des allers-retours pour savoir si je devais la prendre ou non.

D'un côté, j'ai eu une bonne opération. J'avais des amis de haut niveau qui appréciaient ma collection autant que moi, et cela me procurait une immunité. Prendre celui-ci serait un risque, surtout l'emmener avec quelque chose d'aussi démodé que le chloroforme. C'était juste, quand je l'ai vue rentrer à la maison ce soir, portant ce manteau gris, cette culotte transparente brillante, ces talons hauts, son cœur rouge bouclé tordu en deux petits chignons. Peut-être que ce sont les petits pains qui m'ont convaincu, ou peut-être était-ce juste le fait qu'elle avait laissé la fenêtre ouverte puis s'était endormie sur le canapé. Je pouvais la voir allongée là, impuissante, loin au pays des rêves. C'était un jeu d'enfant de forcer la fenêtre et d'entrer dans sa maison. Le chiffon de chloroforme un peu devant son visage au début, ayant son souffle dans les vapeurs pendant son sommeil. Quand elle s'est réveillée, j'ai poussé le tissu contre son visage, la forçant à inspirer de plus en plus. Elle était déjà assez abasourdie par ce moment.

Et maintenant, elle était à moi. Presque au moins. J'ai pris son visage en coupe et j'ai poussé mes lèvres contre elle, enfonçant ma langue dans sa bouche. Les vapeurs chimiques du chloroforme s'attardaient toujours autour de sa peau. J'ai glissé ma main sous son haut, j'ai écarté son soutien-gorge et j'ai joué avec ses petits seins. Son mamelon durcit.

« Eh bien, eh bien », dis-je.

Elle marmonna quelque chose d'incohérent. Sa tête roule de gauche à droite. Elle essayait de reprendre conscience. Eh bien, elle pourrait essayer. Je la garderais groggy jusqu'à ce que nous rentrions à la maison. J'aurais dû la hisser par-dessus mon épaule et la mettre dans ma voiture, mais elle était juste incroyablement mignonne. Oh, les fantasmes que j'avais sur elle, les choses que je pourrais lui faire. Elle serait à moi, complètement. Je ne partagerais celui-ci avec aucun de mes amis. Je la garderais séparée des autres, personne ne saurait qu'elle faisait partie de ma collection.

Ma main touchait maintenant ses cuisses, le collant transparent lisse et doux entourant ses jambes. Mes doigts rampaient vers le haut jusqu'à ce que je trouve une petite tache humide entre ses jambes.

« Qu'est-ce que c'est ? » dis-je. « Est-ce que ma petite chérie est excitée ? »

« Nnnnoooo. » Dit-elle. Ses yeux clignaient, ses bras essayaient mollement de me repousser. « Waazzzz gooinn onnn ? » marmonna-t-elle, elle essaya de comprendre. Pauvre chose.

J'ai attrapé le chiffon qui avait glissé sur le sol et je l'ai de nouveau placé sur son nez et sa bouche. Compter soigneusement les gouttes de chloroforme qui sortaient de ma petite bouteille. Cinq, pas plus de cinq. J'ai rampé sur elle. Mes genoux de chaque côté de son corps mince et athlétique. Je me penche sur elle, ma bouche près de ses oreilles. Je pouvais moi-même sentir les fortes vapeurs chimiques du chloroforme.

« Vous vous sentez étourdi, tellement étourdi et rêveur et somnolent. Respirez simplement, sentez le chloroforme ramper dans vos longs cheveux et éblouir votre cerveau. Cédez, ça ne fait pas du bien de céder, de se détendre, de lâcher prise.

Je me suis assis droit. J'avais besoin de prendre l'air moi-même, mais cela en valait la peine. Alors que mon étourdissement s'estompait, je vis ses yeux, confus, regardant autour d'eux, à peine conscients. Une graine de doute a été plantée. Mes reins lancinaient, tout en m'agenouillant sur elle, je me frottai entre ses jambes.

Un rapide. me suis-je dit. Rapidement, je la transférerais à la clinique, puis je pourrais vivre tous les fantasmes que je voulais. J'ai relevé sa jupe, tiré sa culotte et ses collants de côté et avec mes doigts je l'ai sentie. Ses petites lèvres humides, frottant, trouvant l'entrée. Puis je me suis décompressé, j'ai mis le bout de ma bite contre la petite ouverture de sa vulve et me suis fié à l'intérieur. Elle était serrée et chaude. J'ai presque atteint l'orgasme, à ce moment-là. J'ai pris quelques respirations profondes et j'ai recommencé à pousser. Quelques légères protestations, la pauvre fille ne savait même pas ce qu'elle protestait. Son corps entier bougeait mollement de haut en bas avec moi la martelant. Elle devenait excitée, n'est-ce pas ? Ce n'est peut-être qu'un vœu pieux. J'étais peut-être mon imagination, ses gémissements étaient difficiles à différencier, mais j'aurais juré qu'elle gémit de plaisir. Qu'elle écarte un peu plus les jambes pour me faire de la place, qu'elle incline les hanches pour m'inviter à entrer.

Mes mains entourant ses minuscules fesses. J'ai tiré son petit corps mou sur ma bite. Un orgasme qui monte. Cela venait des profondeurs. C'était passé le point de non-retour, une vague de plaisir partant de mes orteils, remontant tout le long de ma colonne vertébrale, ma poitrine, mon cœur battant si plein d'amour qu'elle enchevêtrait mon cerveau. Et puis j'ai pompé sa petite chatte pleine de ma semence.

Il m'a fallu quelques instants avant de retrouver mon souffle, ma clarté de pensée. Maintenant que l'excitation écrasante était partie, j'ai réalisé la situation urgente dans laquelle nous nous trouvions. Elle avait besoin d'être ramenée à la maison.

Je l'ai aidée à se lever du canapé et je l'ai soutenue. Nous avons fait quelques pas, elle m'a résisté, mais elle n'a pas vraiment pu me repousser. Quelqu'un qui nous voit accidentellement pourrait penser qu'elle était une fille ivre et provocante et moi son petit ami dévoué. Ou tu sais peut-être père, à cause de la différence d'âge. Cela n'avait pas d'importance. Il faisait sombre dehors et je pouvais à peine voir la maison des voisins d'à côté. Je l'ai raccompagnée à ma voiture, je l'ai affalée sur le siège passager et je lui ai fait respirer un peu plus de chloroforme, puis j'ai commencé les deux heures de route pour la ramener à la maison.

***

Articles similaires

L'amour au deuxième regard

Remarque : Il s'agit d'une participation au concours non officiel du 1er mai 2010 sur le forum Sex Stories. Si le paragraphe d'ouverture vous semble familier, c'est pourquoi. Le léger brouillard ajoutait de l'humidité à l'air. La fraîcheur de la nuit s'enroula autour d'elle comme une serviette mouillée, envoyant un frisson le long de sa colonne vertébrale. Elle avait de la chance de connaître si bien la région, sinon elle aurait pu facilement se perdre. Elle regarda à travers les arbres la maison où il vivait, souriant légèrement à la seule bougie électrique allumée à la fenêtre de la cuisine. Elle savait qu'elle ne...

262 Des vues

Likes 0

Le lit conjugal

Elle a été mariée jeune. Elle avait quinze ans lorsqu'elle épousa un homme de trente-cinq ans, son nom était Rohan. Elle avait peur de lui, et il était excité par elle. Elle était petite, avait des courbes bien placées. Ses seins étaient assez gros pour son corps et étaient souvent affichés bien en évidence en haut de son corsage. Elle s'appelait Anna. Anna n'avait pas peur de son futur mari au début, mais tout a changé lors de leur nuit de noces. Elle se tenait dans sa robe alors qu'il la regardait. Inspecter chaque centimètre de son corps. Elle frissonna, aucun...

249 Des vues

Likes 0

Miel à vendre partie 2

Miel à vendre 2 Je tenais le chèque à Jeb, mais il n'arrivait pas à le prendre et j'ai commencé à craindre qu'il ne renonce à l'affaire. Jeb se gratta les couilles et renifla ses doigts ; l'odeur a dû rencontrer son approbation parce qu'il m'a regardé, a roulé l'allumette dans sa bouche de l'autre côté et a dit. J'ai eu quelques stip-a-lations à ajouter à cet accord. Dit-il en essayant d'avoir l'air d'un avocat. « Quel genre de stipulations ? » Je l'ai regardé avec méfiance. Eh bien, il s'arrêta, tu vas prendre ma jeune et je vais vouloir la voir au moins...

277 Des vues

Likes 0

Partage de Kate

« Voulez-vous un autre verre ? » Non merci mec, répondis-je avec un geste dédaigneux de la main. Je pense que j'ai fini pour la nuit. « Ah allez ! » Ryan a aiguillonné. Ne sois pas une chatte! J'ai juste ri et secoué la tête devant la persistance de mon ami. « Très bien », ai-je répondu dans la résolution. Mais seulement si Kate en a un aussi. Ryan pencha la tête en direction de sa petite amie qui était assise sur le canapé à côté de moi, ses jambes repliées sous son corps. Son expression révélait son désir que nous continuions tous les trois notre nuit à...

255 Des vues

Likes 0

Un tour à l'épicerie

[b][/b] vous êtes une femme mariée de 23 ans, enceinte de 7 mois et à l'épicerie. L'apparence est des cheveux blonds légèrement bouclés, des yeux bleus, des seins DD, 5 pieds de haut avec un ventre de femme enceinte très rond. Un chemisier blanc boutonné, une jupe crayon noire et des talons aiguilles noirs. les critiques sont les bienvenues, soyez gentils s'il vous plaît et merci! Quoi qu'il en soit, profitez-en! ;) Vous entrez dans l'épicerie après une longue journée de travail au bureau ; vous êtes fatigué, vous avez mal aux pieds et le pire de tout... vos seins ont...

247 Des vues

Likes 0

Fin de l'école

C'était la fin de l'école, la fin d'une vie, la fin d'une époque. Le temps intermédiaire où la petite écolière se transformait en la femme qu'elle voulait être Randy et moi avions joué pendant des mois et j'étais profondément amoureux, mais en même temps inquiet d'être tombé trop amoureux de lui. Randy avait plus de quelques années de plus que moi, je venais d'avoir dix-sept ans. Il avait tout ce que les autres petits garçons n'avaient pas de voitures, de vélos, d'argent, de cartes de crédit et une magnifique bite coupée de sept pouces et demi que j'aimais…. nous étions en...

222 Des vues

Likes 0

Mon Konstantine et moi -

Me revoilà donc, perdu dans mes pensées, excluant tout le monde. C'est l'une de ces humeurs qui s'insinuent si lentement, comme une nuit de champagne, une seule bougie et une liste de lecture qui pourrait donner envie à un tour de poignet lors d'un défilé arc-en-ciel de lui trancher les poignets. Au début, vous pensez que vous avez juste envie de champagne, juste parce qu'il a un goût si doux et que c'est la boisson de choix des toasts aux moments de célébration, alors comment pourrait-il être sombre. Et bien sûr, la bougie symbolise un sentiment de romance, de passion et...

247 Des vues

Likes 0

Le cocu - partie 2

Synopsis de la partie 1. Sandy et Ben étaient un couple marié très inexpérimenté. Tous deux venaient de familles religieuses très strictes. En raison de la dette de jeu de Ben, Sandy a dû baiser Rex, le bookmaker de Ben, pour le tirer d'affaire. Rex avait un énorme pénis, quelque chose que ni Ben ni Sandy n'avaient jamais vu auparavant. La bite de Rex a rendu Sandy folle, lui donnant des orgasmes que Ben ne pourrait jamais produire. Sandy aimait tellement baiser Rex qu'elle a insisté pour qu'à l'avenir elle soit autorisée à le baiser au moins deux fois par semaine...

267 Des vues

Likes 0

La luxure partie 2

Partie 2 En rentrant de la salle de gym, je pouvais remarquer l'humidité qui sortait de ma chatte. J'étais vraiment excité parce que finalement, des choses comme ça ne me semblaient plus aussi mal. Savoir que mon mari approuvait tout ce que je faisais était un énorme plaisir pour moi. Quand je suis rentré chez moi, il n'y avait personne. Je suis monté à l'étage, je suis monté sur le lit et j'ai regardé les deux vidéos que j'avais dans mon téléphone. Les deux étaient extrêmement explicites et m'ont rendu si chaud que j'ai dû sortir mon vibromasseur et me masturber...

249 Des vues

Likes 0

Les Chroniques d'Erica Bradson Chapitre 1

Un conte hardcore de Pervosuxx HARD PASSION : Les Chroniques d'Erica Bradson. Chapitre 1 Énorme changement ! Je m'appelle Erica Bradson, j'ai 48 ans et je suis mariée à mon mari Daniel depuis 23 ans. J'ai trois enfants, Emma l'aînée a 19 ans, mon fils Brian a 18 ans et mon plus jeune Peter a 14 ans. Nous avons toujours été considérés comme la famille parfaite, mon mari Daniel a travaillé dans une société pharmaceutique appelée Binarex Implants & Co, mon fille aînée Emma est partie à l'université à l'âge de 18 ans, mon fils Peter est au lycée à partir de...

239 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.