The Son of Lust Chapitre 19: Incitatif à la formation coquine de la sœur

548Report
The Son of Lust Chapitre 19: Incitatif à la formation coquine de la sœur

Le fils de la luxure

Chapitre dix-neuf : Incitation à la formation coquine d'une sœur

Par mypenname3000

Droits d'auteur 2020

Remarque : Cette histoire a été commandée par Ultrasound 7 et m'a permis de la partager avec vous. Cela peut contenir des scénarios et des actes que je n'écrirais pas normalement. Il y aura un fort thème esclave sexuel/domination. J'empêcherai cela de violer n'importe quel canon établi dans le monde et j'ai développé la mythologie qui anime cette histoire.

Kurtis – Ankush, le royaume de Naith

J'ai eu deux semaines pour être bon pour le combat.

Le lendemain, après avoir bien dormi avec mes femmes, je me suis senti revigoré. Prêt à s'entraîner. J'ai marché sur le sable de la petite place ; Les sables d'entraînement personnels de la princesse Lavhi. C'était à environ trente pieds de chaque côté avec un passage couvert tout autour où mes femmes regardaient.

"Bonne chance, Maître," gémit Lavhi. Elle était allongée sur le côté, un gode bourdonnant dans sa chatte. Les princesses rakshasa avaient un sourire rêveur sur les lèvres. Elle avait l'air d'être au paradis.

"Je peux le faire," dis-je, portant mon armure pour la première fois. Mon bras gauche était tellement alourdi. J'avais un brassard autour de mon avant-bras, un couter autour de mon coude et un épaulière sur mon épaule avec un gardbrace pour couvrir le haut de mon bras. Ça et le kilt en cotte de mailles, c'était tout ce que je portais. Ma poitrine était nue au soleil et aux attaques des autres.

"Vous avez l'air sexy dans une armure de gladiateur, Maître", a déclaré la princesse Naryu.

"D'accord," dit Pyrriah. « Juste du combat. Nous allons évaluer à quel point vous êtes bon.

"Ouais, ouais," dis-je, balançant mon épée d'entraînement en bois devant moi. Il avait la forme et l'équilibre de mon tulwar. "Je suis prêt."

"Nous verrons", a déclaré Korvan, le capitaine de la garde de la princesse Lavhi. Eh bien, c'était mon capitaine de garde, je suppose. Je possédais tous ses esclaves. Le borgne me sourit puis se précipita, brandissant sa lame de bois, une épée droite.

Nos armes s'entrechoquèrent. L'entraînement que Pyrriah m'a donné sur le Treasure Box m'est revenu. J'ai fait face à l'homme avec confiance. Je pourrais faire ça. Je pourrais triompher de ce connard. J'ai attaqué en lui lançant ma lame.

Il a bloqué et paré. L'homme était bon, mais il n'avait pas le talent de Pyrriah. Et elle m'avait appris. Je souris et renvoyai des coups. Ma confiance gonflait et gonflait à chaque instant. je prévaudrais. Je triompherais de cette suceuse de bite.

J'ai repoussé son attaque. Il plissa son bon œil. Son audace avait disparu. Il me prenait au sérieux maintenant. Je pourrais certainement le faire. Je me suis jeté sur lui. Il a fait tomber mon épée sur le côté puis a fait quelque chose auquel je ne m'attendais pas.

Alors qu'il se retirait, il a enfoncé les orteils de son pied chaussé de sandales dans le sol, puis m'a envoyé du sable au visage. J'ai haleté alors qu'il pulvérisait sur mes traits. Il s'est accroché à mes lèvres et est entré dans ma bouche. Mais pire, c'était dans mes yeux.

"Putain de Dieu !" haletai-je en clignant des yeux. Mes yeux me font mal. Ma vision s'est brouillée. Je ne pouvais rien voir. La colère m'envahit. Il a triché-

Son épée s'abattit sur ma poitrine. La douleur a éclaté à l'endroit où il m'a frappé. J'ai haleté et je suis retombé sur le sable. J'ai eu une respiration sifflante pendant que je frottais le sable de mes yeux. Des larmes coulèrent sur mes joues alors que je clignais des yeux sur la dernière prise.

"Ca c'était quoi?" demandai-je. "Tu dois tricher ?"

"Pas de règles dans l'arène", a déclaré le garde.

"Il a raison, Maître", a déclaré la princesse Naryu. « Frapper du sable au visage en fait partie.

"Merde," gémis-je.

"Vous devez faire mieux", a déclaré Pyrriah. "Si Korvan t'avait pris au sérieux dès le départ, il t'aurait vaincu avant."

"Quoi?" murmurai-je en me levant.

"Vous avez besoin d'encouragements." Pyrriah plaça sa tête contre mon oreille et murmura.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Lasla

Kurtis regarda notre sœur en état de choc. Sa mâchoire tomba. Je ne l'avais jamais vu aussi abasourdi auparavant. Je me tortillai, la curiosité débordant en moi. J'ai jeté un coup d'œil à ma sœur alors qu'elle quittait le sable. Elle m'a rejoint.

"Qu'as-tu chuchoté ?" Je lui ai demandé. "S'il vous plaît, s'il vous plaît dites-moi."

"Qu'il n'obtiendrait aucune chatte de nous s'il ne pouvait pas battre Korvan."

J'ai éclaté de rires méchants. "C'est tellement méchant."

Elle haussa les épaules. « Il veut faire cette idiotie. Je ne le laisserai pas se faire tuer, alors je dois faire ce que je peux pour le garder en vie.

« Et les esclaves sexuelles ?

« Je vais les arrêter », promit Pyrriah.

Je l'ai crue. Il y avait quelque chose de sérieux en Pyrriah qui n'avait jamais été en elle. Ce fer dans ses yeux et sa colonne vertébrale. Ce combat apportait une partie d'elle qui avait longtemps été enfouie en elle. Cela la rendait si différente de moi. Je ne pouvais pas me battre. Je ne pouvais pas entrer dans l'arène.

Je ne pouvais pas défier notre frère comme elle l'a fait.

Qu'est-ce qui la rendait différente de moi ? Était-ce nos mères ? Ça devait être ça. Même si nous nous semblions identiques, à l'exception de la couleur de nos cheveux, nous avions des mères différentes. Cela a dû nous affecter. C'était facile de penser que nous étions des triplés, mais j'étais vraiment leur demi-sœur.

Le bras de Pyrriah s'enroula autour de ma taille. Elle m'attira contre elle comme si elle pouvait sentir la douleur que je ressentais. J'appuyai ma tête contre son épaule et souris. J'étais tellement réconforté par son toucher. Sa main a glissé de haut en bas sur mon côté. Elle a trouvé mon sein, l'a malaxé.

Ma chatte est devenue humide.

"Ce n'est vraiment, vraiment pas juste," marmonna notre frère. Il avait le sable hors de ses yeux et était prêt à commencer. "Je peux te sentir allumer Lasla."

"Je peux avoir une chatte", a déclaré Pyrriah. "C'est toi qui a besoin de t'améliorer."

Cette fois, il était clair que Korvan n'a pas tenu le coup dès le départ, mais notre frère a été incroyable. Il a dansé autour du sable. Il a repoussé les épées, coulant. C'était presque beau. Le soleil brillait sur sa poitrine musclée. Il avait l'air si sexy dans son armure qui ne couvrait que son bras gauche.

Ma chatte est devenue plus chaude. Notre frère le sentait, le pauvre. Mais c'était parfois comme ça que la vie fonctionnait. Les chattes de la femme sont toutes belles et juteuses. Qu'alliez-vous faire à ce sujet ? Mon con était en feu. Juste dégoulinant d'une telle excitation.

J'ai haleté et j'ai crié et j'ai encouragé mon frère.

La sueur coulait de leurs corps. Les deux hommes étaient beaux, mais mon frère était magnifique. Leurs lames s'échangeaient des coups fracassants. Ma chatte se serra alors que j'attendais de voir qui gagnerait, Pyrriah massant mon sein tout le temps.

C'était tellement méchant de sa part. Je l'ai aimé.

Je léchai mes lèvres, la chaleur dégoulinant de mes cuisses. Kurtis balança son arme quelques fois puis il avait désarmé son adversaire. J'ai applaudi quand il a fait trébucher le combattant borgne et l'a assommé. Il y atterrit lourdement. Il haletait, fixant mon frère.

« Tu l'as fait ! » criai-je.

"Oui, je l'ai fait", a déclaré Kurtis.

"D'accord, vous avez gagné ce combat", a déclaré Pyrriah. « Vous pouvez profiter de la chatte de Lasla. Une baise et ensuite tu dois reprendre l'entraînement.

J'ai poussé un cri de joie et me suis précipité vers mon frère juste là sur le sable. Korvan roula sur lui-même, frottant sa cuisse à l'endroit où il avait été touché. Je m'en foutais. Je viens d'atteindre mon frère et j'ai attaqué la ceinture tenant son kilt en cotte de mailles.

Il est tombé de lui avec un hochet et sa grosse bite a jailli. Je gémis en le voyant. Je voulais le sucer, mais il devait reprendre son entraînement. Je me retournai et m'agenouillai sur le sol où Korvan était allongé. Je tortillais ma croupe, la chatte imbibant de crème mon buisson noir.

« Baise-moi ! » Je gémis, si désireux d'être pris dans la lumière du soleil pendant que notre famille et nos esclaves nous regardaient.

"Merde," grogna-t-il et tomba à genoux derrière moi. Sa queue a frappé ma croupe. Je frissonnai de plaisir au contact de sa bite sur ma chair.

Puis, mieux encore, ma sœur s'est agenouillée devant moi. Le buisson rouge trempé de Pyrriah apparut devant mon visage alors que ses cuisses s'ouvraient en ciseaux. Ma langue dansait sur mes lèvres. J'ai plongé ma tête vers sa chatte, me frottant contre ses boucles humides. J'ai embrassé sa chatte piquante.

Je l'ai léchée. Je la lapai de faim. Ma langue a survolé ses plis. J'adorais dévorer la chatte de ma soeur. C'était la meilleure chatte du monde. La sienne et celle de ma mère. Ma mère et mes filles me manquaient. Je fermai les yeux contre ce désir.

Je les reverrais.

Kurtis pressa sa bite dans mon buisson. Il n'a pas perdu de temps pour trouver mes lèvres et ma poussée dégoulinantes. Sa bite s'est enfoncée dans ma chatte. Je gémis au frisson incestueux d'être rempli par la bite de mon frère. C'était tellement incroyable.

Alors j'ai enfoncé ma langue dans la chatte juteuse de ma sœur. Alors que mon frère fonçait jusqu'à la garde dans ma chatte, j'ai envahi la sienne. Elle gémit, serrant ses cuisses autour de mon visage et tenant mes lèvres sur sa chatte. Je l'ai léchée. Lape sur elle.

« La grosse bite de Las », gémit notre frère. Il s'est enfoncé dans mon con. Il s'enfonça profondément et durement dans ma chatte.

Je frissonnai, aimant cette bite qui claquait en moi. C'était incroyable de le voir remplir ma chatte pendant que je léchais la chatte de notre sœur. J'ai dévoré la chatte de Pyrriah avec faim. Elle gémit, ses seins ronds s'agitant.

"Mmm, c'est ça," gémit mon frère. Il a pompé ma chatte. "Mange, mange cette chatte."

"Quand est-ce que Lasla ne mange pas de chatte?" gémit Pyrria. "Ooh, elle a sa langue au fond de moi."

"Bien!" grogna notre frère.

Ma chatte se resserra sur sa queue. Je le tenais fermement alors qu'il s'enfonçait encore et encore dans ma chatte. J'ai remué mes hanches autour de sa bite. Je tremblais, me délectant de ce plaisir. C'était fantastique. Le délice incestueux a gonflé mon orgasme. J'en aurais un si grand. Juste une puissante explosion de sperme.

Ma chatte se resserra autour de lui, augmentant cette friction. Je me délectais de la chaleur qui gonflait en moi. J'aurais une telle explosion de bonheur. Juste une énorme bouffée d'extase qui me submergeait. C'était fantastique. Je frissonnai, me dirigeant vers ce moment orgasmique.

"Oui oui oui!" J'ai gémi dans la chatte de ma sœur.

J'ai effleuré ma langue jusqu'à son clitoris. J'ai allaité son bourgeon. Elle haleta, enfonçant sa chatte dans ma bouche. Elle a étalé sa chair brûlante contre mes lèvres affamées. Son clitoris a glissé de mes lèvres, mais je l'ai trouvé et je me suis raccroché.

Elle gémit : « Lasla !

"Mmm, fais-la jouir!" grogna Kurtis alors qu'il pilonnait ma chatte, ses couilles frappant mon buisson. Il m'a enfoncé fort et vite. Il s'est enfoui en moi encore et encore. C'était tellement génial de le sentir s'enfoncer en moi. Il s'est enfoui dans ma chatte avec une telle puissance.

« Oh, mon Dieu, oui ! » Je gémis, me serrant contre lui. "C'est ça. C'est tellement bien. Je vais exploser !"

J'ai sucé fort la chatte de ma sœur.

Elle a serré ses cuisses autour de mon visage. Elle m'a serré fort. Je l'ai aimé. Je l'ai allaitée avec faim. Ma langue dansait autour de ses bosses. C'était super. Je frissonnai, ma chatte se serrant si fort autour de la bite de mon frère. C'était génial. Étonnante.

Il s'est enfoui en moi encore et encore. J'ai adoré chaque instant. J'ai savouré chaque dernière seconde de la grosse bite de Kurtis qui s'enfonçait en moi. Il m'excitait de toute sa passion virile. Je fermai les yeux, la pression montait et montait en moi.

Pyrriah résista. Des jus acidulés jaillirent dans ma bouche.

J'ai léché l'eau de ma soeur. J'ai lavé tout ce merveilleux foutre qui a jailli dans ma bouche. Mon corps tremblait. Je gémis, la chaleur me parcourant. Je frissonnai, ma chatte se serrant contre la bite de mon frère. Cette chaleur s'est propagée à travers m arraché.

Je suis venu.

J'ai léché la chatte de ma sœur alors que le plaisir se précipitait dans mon corps. Ma chatte s'est contractée autour de la bite de Kurtis. Je poussai un cri en léchant la crème de Pyrriah. Le plaisir jaillit de moi et balaya mon corps.

"Oh, mon dieu, oui!" J'ai gémi. « Jouis en moi, Kurtis !

« Jouis dans notre sœur ! Pyrriah haleta, son corps tremblant, ses seins tremblant.

"Oui!" grogna Kurtis, sa bite s'enfonçant jusqu'à la garde dans ma chatte convulsive. "Putain de Dieu !"

Son foutre a tiré dans ma chatte. Il a pompé ma chatte pleine de son foutre. Je gémis, ma chatte ondulant et se tordant autour de sa bite. Le plaisir coulait dans mon esprit. Je me suis noyé dans le plaisir alors que son sperme arrosait ma chatte. C'était incroyable.

J'ai lapé la délicieuse crème de Pyrriah pendant que Kurtis renversait le dernier de son sperme dans ma chatte. Je tremblais là, mon orgasme atteignant les merveilleux sommets de l'extase. Je frissonnai en plongeant dans le bonheur.

"Merde," dit Kurtis. « Je suppose… je suppose que je dois reprendre l'entraînement. De cette façon, je peux gagner un peu plus de chatte, hein, Pyrriah ? »

"Oh, oui," dit-elle. "Dès que vous aurez vaincu Korvan et deux de ses gardes sans vous blesser, vous aurez plus de chatte, mon frère."

"Quoi?" Il haletait. "Trois?"

"Vous voulez gagner le Trial of Steel ou non", a déclaré Pyrriah. « Je ne te laisse pas y aller à moins que tu sois assez bon. Donc, trois hommes. Ensuite, vous aurez la chatte. Je le pense, Kurtis. Vous avez besoin de motivation. C'est la seule chose qui fonctionnera avec vous.

« Illth a du sperme vérolé », marmonna-t-il. "Trois? Je ne peux pas en battre trois.

"Bien sûr que tu peux," ronronna Pyrriah. « Parce que tu auras une chatte délicieuse et merveilleuse si tu le fais. Comment ça sonne?"

"Merde," grogna-t-il. « Merde, d'accord. Faisons cela!"

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

kurtis

J'ai enfilé mon kilt en cotte de mailles, puis j'ai repris mon tulwar d'entraînement. Cette fois, Korvan est venu vers moi avec deux de ses autres gardes sur moi. Je jetai un coup d'œil à mes femmes. Lasla avait toujours l'air heureuse de son orgasme tandis que Pyrriah avait cette lueur dure comme du fer dans ses yeux.

Merde, elle était vraiment sérieuse. Trois d'entre eux, hein. Eh bien, je n'aurais qu'à le faire. Rien d'autre à faire à ce sujet. J'ai roulé mes épaules et j'ai fait face aux hommes alors qu'ils venaient vers moi. Ils se sont dispersés puis ils m'ont encerclé.

Qu'est-ce que j'ai fait ?

Ils ont grogné et m'ont chargé. J'ai bloqué le swing de Korvan, puis j'ai esquivé le swing dur de Shak. J'ai dansé vers la droite, évitant de justesse le coup de Thov. Ils étaient autour de moi. Me balançant de tous les côtés.

J'ai tordu. Paré. J'ai eu du mal à penser.

FISSURE!

Korvan m'a frappé dans le dos. J'ai trébuché en avant en grognant. J'ai allongé mon dos.

« Encore », cria Pyrriah.

Les trois se sont remis en place. J'ai roulé mes épaules. Ils se sont précipités sur moi. Je devais me rappeler d'utiliser mon armure. Parez avec mon côté gauche. Et je ne pouvais pas les laisser me contourner. Comment faire ça? J'ai lancé du sable à Thov. Il leva un bras protecteur. Les deux autres sont intervenus.

"Putain de Dieu !" J'ai juré et j'ai reculé. Les épées taillaient l'air devant moi. J'ai bloqué l'épée de Korvan avec mon brassard. Et je me suis balancé pour lui porter un coup de grâce seulement pour que la lame de Shak apparaisse sous mon bras oscillant et me frappe au côté.

J'ai grogné.

"De nouveau!" aboya Pyrria.

Ils se sont précipités sur moi. J'ai balancé Shak. Il a bloqué. Puis j'ai pivoté et donné un coup dur à Korvan. Il l'a pris sur son bras blindé et m'a donné un coup de pied. J'ai sauté en arrière et j'ai couru droit dans l'épée de Thov, l'extrémité émoussée claquant dans mon rein.

La douleur éclata.

"De nouveau!"

Il m'était impossible de les surveiller tous les trois. Alors que j'en attaquais un, les deux autres touchaient mes angles morts.

"De nouveau!"

J'avais mal alors que je me lançais dans une attaque violente. J'ai dû en tuer un pour égaliser les chances. Thov a bloqué les trois premiers coups sûrs alors que les deux autres se précipitaient pour attaquer. J'ai juré et j'ai attrapé le coup de Shak sur mon épée et j'ai levé mon bras gauche pour bloquer celui de Korvan.

La poussée de Thov frappa ma poitrine.

"De nouveau!"

Ils m'ont envahi.

"De nouveau!"

Ils m'ont attaqué de tous côtés.

"De nouveau!"

J'ai fait tout ce que j'ai pu.

"De nouveau!"

J'ai essayé différentes tactiques.

"De nouveau!"

J'avais besoin d'avoir une chatte. Cela faisait deux heures. J'avais mal partout, la sueur coulait sur mon visage et me piquait les yeux. J'ai dû les battre. Je devais juste le faire.

"De nouveau!"

Je ne voulais pas passer toute la nuit sans avoir de con.

"De nouveau!"

Mais ils étaient trop bons. Trop vite. Je ne pouvais tout simplement pas en tuer un. Et je devais le faire. Pyrria avait raison. Je devais être meilleur. Tharaka était la championne et son frère était un troll. Si je voulais gagner, je devais être meilleur.

"De nouveau!"

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Lasla

Ça avait été une longue, longue semaine. Une semaine sans se faire baiser par Kurtis.

Tout le harem était excité. Nous nous accrochions tous aux draps, attendant que Kurtis batte les trois. Nous avons supplié Pyrriah de nous laisser le baiser, mais elle a dit non à chaque fois, nous regardant avec ce feu qui brûlait en elle.

Ma chatte me faisait mal. Les godes ne suffisaient pas. Peu importe combien de fois Pyrriah ou Mère Azuliana ou Princesse Naryu ou Néphi m'ont baisé avec un gode-ceinture vibrant, ce n'était tout simplement pas suffisant. Ma chatte avait envie de la bite de mon frère. Son sperme. J'étais une fille de Las.

Ne pas être baisé par mon frère aussi longtemps était une torture.

Je gémis en le regardant se battre. Il s'était amélioré. Il lui a fallu trois jours pour vaincre l'un d'eux. Et puis il ne pouvait pas répéter ce succès pendant deux jours de plus. Maintenant, il était doué pour en retirer un, mais il se laissait toujours ouvert.

Hier, il s'était approché de peu, n'atteignant que Korvan, mais terminer Thov avait donné à Korvan l'occasion d'éliminer Kurtis quelques instants plus tard. Pourtant, il allait tellement mieux. Son corps devient de plus en plus fort.

"Ce n'est pas naturel", a marmonné Thov l'autre jour. Il ne savait pas que j'écoutais. « Il se muscle rapidement. Et il se remet des coups sans aucune magie de guérison.

Juste la preuve que mon frère était un demi-dieu.

C'était le huitième jour de sa formation. Il avait passé sept nuits sans coucher avec nous. Sept nuits sans glisser dans ma chatte ou celle de Pyrriah. Pas même sa mère ou un autre esclave sexuel. Je frissonnai, j'avais besoin de lui pour gagner.

« Kurtis ! » J'ai applaudi, rebondissant de haut en bas alors que le cinquième combat de la journée commençait.

« Tu peux le faire », gémit Mère Azuliana. Elle se frotta la chatte à travers la fente de sa ceinture de chasteté.

"Maître! Maître!" gémit la princesse Naryu. « S'il vous plaît, s'il vous plaît, gagnez. S'il te plaît!"

Même Néphi semblait être à son point de rupture. Seule Pyrriah se tenait les bras croisés, les yeux plongés dans le combat. Kurtis se précipita pour attaquer le flanc droit, Shak cette fois. Il avait trouvé le plus de succès avec cette fonction.

Ma chatte se serra alors qu'il renversait l'épée de Shak et frappait ses tripes. Alors Kurtis se retourna et para le coup de Korvan avec un claquement de leurs épées en bois. Un instant plus tard, il bloqua l'attaque de Thov avec son bras blindé. Son pied a fustigé, donnant un coup de pied à Korvan dans le genou. Il haleta et tomba. Kurtis attrapa le bras armé de Thov et le repoussa.

Son tulwar a pris Thov aux tripes.

"Oui, oui, oui," gémis-je avec une chaleur fébrile. Kurtis se retourna tandis que Korvan reprenait ses pieds.

Un contre un. Il pourrait faire ça. Ma chatte se serrait à chaque cliquetis de leurs épées. Trois échanges rapides, puis Kurtis enfonça sa lame dans l'estomac de Korvan. Mon frère s'est mis en position de garde et...

Et...

"OUI!" cria de toutes ses femmes. Ensuite, nous le pressions.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

kurtis

Mes femmes m'ont envahi.

Pyrriah était à leur tête, Lasla à ses côtés. Ma mère-dragon, Néphi, et la princesse Naryu se bousculaient pour obtenir ma bite tandis que la princesse Lavhi tremblait alors qu'elle était allongée sur le côté, perdue dans le bonheur du vibromasseur qui bourdonnait en elle.

"Frère!" Pyrriah gémit puis se jeta sur moi. Ses jambes s'enroulèrent autour de ma taille. La force de son impact m'a fait reculer. Je trébuchai et tombai au sol, atterrissant sur le sable réchauffé par le soleil. Sa langue s'enfonça dans ma bouche tandis que ses mains...

Ses mains relâchèrent ma ceinture puis enfoncèrent ma jupe en cotte de mailles. Elle a pêché ma bite et m'a caressé. J'ai frissonné quand elle m'a pressé contre sa chatte, puis elle a claqué ma bite.

Chatte.

Chatte merveilleuse, glorieuse, incroyable, serrée et incestueuse. Je gémis alors que sa chatte m'engloutit en un instant. Ma bite palpitait dans sa chatte. Cela faisait une semaine – une semaine !

Elle rompit le baiser et se leva, ses seins rebondissant devant elle. Elle fléchit ses cuisses toniques, ses seins se soulevant de haut en bas. Elle gémit en me savourant. Puis Lasla était assise sur mon visage, laissant tomber son manchon à fourrure noire sur mes lèvres.

"Si je ne peux pas avoir ta bite, j'aurai ta bouche !" cria-t-elle.

"Ça me va", gémis-je, goûtant la chatte pour la première fois depuis tant de jours.

Chatte épicée, succulente et fraternelle.

J'ai léché et lapé sa chatte pendant que Pyrriah travaillait sa chatte de haut en bas sur ma bite. Elle me chevauchait avec une passion si fébrile. Je gémis, savourant la sensation de sa chatte qui montait et descendait ma bite. C'était incroyable à apprécier.

Je haletai, mes yeux se fermant. Ce plaisir me traversa. c'était incroyable de profiter. J'aime chaque instant. J'ai savouré chaque dernière seconde d'elle plongeant sa chatte dans ma bite, massant ma hampe. Je gémis dans la chatte épicée de Lasla, mon cœur battant dans ma poitrine.

"Dieux," gémis-je et enfonçai ma langue dans la chatte de ma sœur.

Lasla haleta alors que je tourbillonnais en elle. Je pouvais sentir leur chaleur fébrile. Ils n'étaient pas les seuls à s'être vu refuser l'enlèvement au cours des sept derniers jours. Oui, ils s'étaient rencontrés, mais c'était ma bite dont ils avaient vraiment envie. Mes sœurs avaient besoin de ma bite.

Et j'avais besoin de leurs chattes.

J'ai fait tourbillonner ma langue dans la chatte de Lasla, buvant sa crème qui coulait dans ma bouche. Ma bite palpitait alors que Pyrriah me chevauchait rapidement, sa chatte se resserrant alors qu'elle glissait vers le haut. Elle me tenait dans sa poigne serrée. C'était incroyable. Formidable. J'ai adoré chaque seconde.

Elle remua sa chatte autour de ma bite, faisant tourner ses hanches. Je gémis, mes couilles se resserrant. La douleur construite et construite au bout de ma bite. J'aurais une énorme explosion de sperme. Je voudrais juste arroser sa chatte avec mon foutre.

"Oui, oui, oui", gémit Lasla. "C'est tellement bien. Dieux, je vais jaillir tellement de crème.

"Mmm, inonde sa bouche !" haleta Pyrria. « Noyez notre frère dans de la crème pour chatte. Il suffit de faire jaillir tout ce jus de chatte dans sa bouche.

"Oui!" ai-je grogné.

Je passai ma langue dans ses plis, effleurant son clitoris, sentant son plaisir monter. Ma bite palpitait pendant que mon autre sœur me chevauchait. Ma jumelle a travaillé sa chatte de haut en bas sur ma bite avec une telle force. Sa chatte se serra contre moi. C'était incroyable à ressentir. Je gémis, me précipitant vers ce moment où j'exploserais.

Mes couilles me faisaient mal. Le soulagement était à portée de main.

Lasla a posé son manchon fourré sur mon visage, ses fesses se crispant devant mes yeux. Je gémis, caressant ses cuisses alors que ma langue caressait sa chair brûlante. Pyrriah a claqué sa chatte sur ma bite, sa chatte en avalant chaque centimètre.

"Dieux," gémis-je, si proche.

Ma langue s'enfonça dans la chatte de Lasla, remuant en elle tandis que ma bite palpitait dans la chatte de Pyrriah. Les deux orgasmes de ma sœur gonflaient jusqu'à leur libération. Ils jouiraient au même moment si je le chronométrais correctement. Alors que Pyrriah claquait ma bite, j'ai aspiré le clitoris de Lasla dans ma bouche.

Ils ont explosé.

La crème pour chatte a jailli dans ma bouche. J'ai bu la merveilleuse inondation de Lasla. J'ai avalé la passion de ma sœur pendant que la chatte de ma jumelle se tordait autour de ma bite. Elle m'a sucé de cette façon merveilleuse. Pussy était incroyable. Exceptionnel.

« LA BITE PUISSANTE DE LAS ! J'ai rugi et j'ai explosé.

Je suis venu et je suis venu et je suis venu.

Sperme tiré de ma bite. Jet après jet de sperme inondé de moi. Je grognai alors que j'avais enfin cette libération. La douleur dans mes couilles s'est atténuée lorsque j'ai arrosé la chatte de ma sœur. J'ai pompé charge après charge de sperme en elle. J'ai savouré chaque instant. Mon corps tremblait. J'ai eu des spasmes au sol.

"Oh, dieux, oui," gémit Pyrriah. « Inondez-moi. Pompez tout ce sperme dans ma chatte! Oui oui!"

« La grosse bite de Las ! » Lasla gémit. "Oh, Kurtis, me faire bouffer la chatte était incroyable. Je vous aime!"

"Je t'aime!" haleta mon autre sœur.

Je grognai, buvant de la crème pour la chatte et éjaculant encore et encore. Le plaisir a claqué dans mon esprit. Des étincelles jaillirent dans mes pensées. Je gémis, savourant chaque instant de ce bonheur. Chaque dernière seconde de cette inondation ravissante. C'était incroyable à apprécier. Un délice incroyable. J'en ai savouré chaque seconde.

J'ai tiré tellement de sperme sur ma sœur. J'ai arrosé sa chatte avec chaque goutte de sperme que j'avais dans mes couilles. Je gémis, buvant le délice épicé de Lasla tout en me demandant si mes couilles finiraient par s'assécher. Je gémis et frissonnai, atteignant le sommet de mon extase.

« Dieux, oui ! Je gémis, sa chatte m'assèche enfin.

"Oh, oui, oui," gémit Lasla. « Oh, c'est tellement bon. Mon tour."

"Non!" Pyrriah haleta. « Il a battu trois hommes en même temps une seule fois. Il n'a pas de chatte jusqu'à ce qu'il les batte dix fois de suite sans en avoir.

"Quoi?" J'ai haleté,.

"De nouveau!" gémit-elle. « Tu vas le faire.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Pyrria

Deux jours plus tard, mon frère a de nouveau atteint le délice de la chatte. C'est alors que j'ai su que nous avions une chance. Il n'y avait aucune garantie, mais au moins il n'était pas impuissant. Se voir refuser la chatte l'avait motivé comme rien d'autre ne pouvait le faire.

Je verrais mon frère protégé coûte que coûte. C'était mon destin. Ce besoin de me battre à ses côtés brûlait en moi.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

kurtis

Toute ma pratique était descendue à ce moment. Le match.

Je me tenais dans l'antichambre, les escaliers menant à l'arène devant moi. Lasla effectuait les dernières vérifications sur mon armure. Ma sœur avait un air nerveux sur le visage, ses cheveux noirs se balançant sur ses traits pâles. Je portais un kilt en cotte de mailles qui descendait jusqu'aux genoux et une épaulière sur mon épaule gauche. Des plaques d'armure sont descendues sur ce bras, me protégeant. Ma poitrine était nue et huilée. J'avais encore plus de muscles que sur l'île. J'avais passé les deux dernières semaines à m'entraîner, à peine obtenir une chatte jusqu'à ces derniers jours.

J'étais aussi doué que Pyrriah pouvait le faire.

Ma sœur portait quelque chose de semblable à moi, ses cheveux roux tirés en queue de cheval. Elle avait une bande de cotte de mailles autour de ses seins et sa jupe était plus courte que la mienne, couvrant à peine sa croupe. Elle avait la même protection d'épaule et de bras gauche, laissant son bras armé libre pour balancer son tulwar.

« Il est temps », ronronna la princesse Naryu. Elle s'agenouilla devant l'escalier, nue, sa peau brun foncé couverte de la même huile que Pyrriah et moi. À côté d'elle, la princesse Lavhi était ligotée et bâillonnée, des vibromasseurs dans la chatte et le trou du cul lui donnant la dose dont elle avait envie.

"Bonne chance", gémit Lasla. « Que les convoitises de notre père te protègent. Ses yeux bleus étaient encore emplis de doute. "Je vous aime tous les deux!"

Lasla jeta ses bras autour de Pyrriah et moi, nous entraînant dans un baiser incestueux à trois. Les lèvres de mes deux sœurs étaient sur les miennes. Les cris de la foule s'amenuisent devant cette merveilleuse sensation. J'ai fermé les yeux, aimant mes femmes.

je prévaudrais. Je devais le croire. Je devais avoir autant de confiance que lorsque j'ai enfoncé ma bite dans la chatte de la reine Athirmi. Je pourrais faire ça. Ma sœur m'avait formé. Elle était la meilleure qui soit. Rien ne m'empêcherait de réussir.

Rien.

J'ai rompu le baiser, et ma mère dragon était là. Elle avait son collier et sa ceinture de chasteté, l'empêchant de se transformer en dragon. Je ne me permettrais pas qu'elle se précipite pour me sauver. J'ai dû le faire moi-même.

Je pris son visage en coupe et regardai dans ses yeux bleus.

"Je comprends pourquoi vous faites cela, Maître," dit-elle. "Tu vas gagner. Prenez l'orque. C'est une femme. Vous la maîtriserez d'une manière ou d'une autre.

J'ai hoché la tête et embrassé ma mère. Ses lèvres avaient un goût si doux. Je gémis en savourant le baiser. Puis je me suis éloigné d'elle et je me suis tourné vers Néphi. Mon sphinx ronronna en léchant mes lèvres, sa langue frôlant le bout de mon nez.

« Botte le cul de la pute, Maître, » gémit-elle. « Tu m'as apprivoisé. Quel orc peut se comparer à un sphinx.

"Tellement vrai."

"Elle a raison", a déclaré la princesse Naryu. « Regardez ce que vous avez fait à mon cousin, Maître. Mais tu dois y aller. Si vous passez plus de temps ici, ce sera un forfait.

Je hochai la tête et inspirai profondément. Puis j'ai pris la main de ma sœur jumelle. Alors que je sentais la chaleur de son emprise, tout semblait si bien. En contrôle. C'était comme si elle était née pour se battre à mes côtés. C'était pourquoi elle avait ses pouvoirs.

Ensemble, nous avons monté les escaliers de pierre et nous sommes sortis dans le colisée.

Le son était assourdissant. Les rugissements des Naithans déferlaient autour de nous. La plupart des humains remplissaient les gradins, plus les citoyens étaient pauvres, plus ils étaient assis haut. Les rakshasas étaient dans la loge royale. La reine Athirmi regardait avec son groupe d'étranges esclaves. On aurait dit que sa lamia était entre ses cuisses tandis que ses jumeaux s'agenouillaient pour lui lécher les pieds.

La reine savait comment surveiller le plaisir.

L'arène était un ovale de sable. Au fond, Tharaka et son frère troll apparurent. Le père du troll avait violé la mère de Tharaka. Si la femme avait survécu en portant un troll. Ils faisaient partie des races les plus brutales engendrées par mon père.

Les trolls et les ogres étaient des créatures viles. Les femmes ne devraient pas être brutalisées par des monstres. Il faut les aimer et leur donner des plaisirs. Leurs corps ont maîtrisé jusqu'à ce qu'ils tremblent de gelée et supplient d'être baisés et élevés.

« Ne pense pas au sexe, dit Pyrriah. « Nous nous battrons pour nos vies.

"Je pense toujours au sexe", lui ai-je dit.

"Je sais." Elle a changé. « Lasla et moi pouvons le sentir. Ça nous fait penser au sexe.

"Imagine juste à quel point je vais te baiser une fois que nous aurons gagné."

"Nous n'avons pas encore gagné", a-t-elle déclaré. "Ne sois pas arrogant, Kurtis."

Nous nous sommes arrêtés au tiers du chemin dans l'arène. Tharaka et Solja ont fait de même. Elle portait une armure semblable à la mienne, bien que la sienne ait un filigrane d'or qui reflétait la lumière du soleil. Elle a sorti une lourde épée, pas le mince tulwar que je tenais. Solja ne portait qu'un pagne, pas même une chaîne. Il se tenait droit, son corps boisé plein d'ombres escarpées. Il sourit, tenant un ram-dao dans une main. C'était une lame en forme de couperet, lourde et censée être maniée à deux mains. Il pourrait couper un cheval en deux avec ça.

La reine se leva, sa tête celle d'un tigre. La lamia n'arrêtait pas de lui lécher la chatte, ses robes violettes, garnies d'or, tombant sur la tête de la catgirl. Athyrmi nous a interrogés. Je me tendis, attendant que l'ordre de me battre soit donné. Mon cœur battait de plus en plus vite.

"Deux nouveaux challengers sont venus vaincre mes champions", a rugi la reine. Je pouvais sentir le plaisir monter et monter en elle alors que la lamia léchait cette chatte royale. « Ils sont venus de loin dans notre ville pour gagner ma faveur. Kurtis de Coral Isle et sa sœur, Pyrriah Firehair !

Quelques acclamations ont éclaté, mais il y avait plus de huées.

« Tharaka et son frère n'ont jamais été vaincus dans les arènes », s'écria la reine Athirmi. « Kurtis et sa sœur peuvent-ils surmonter l'épreuve de l'acier ? »

La foule a hurlé, "NOOOOOOOOO!"

Je souris, me tendis, me préparant. Les cheveux roux de Pyrriah scintillaient déjà avec son visage fougueux. Comment a-t-elle eu ça ? Cela vient-il de notre mère ? Bien que la plupart des dragons crachaient du feu, Mère respirait de la vapeur. Une de ses mères hermaphrodites avait été naïade.

Je devais me concentrer.

« Que le plus rusé et le plus vicieux gagne ! rugit la reine.

Tharaka et son frère se sont précipités sur nous, les seins de l'orc se soulevant dans sa cotte de mailles. C'étaient deux triangles de métal retenus par des lanières de cuir qui couvraient ses gros seins verts. Ses cheveux épais et noirs balayés derrière elle. Le soleil brillait sur les piercings en os ornant ses oreilles et son visage. Elle grogna en levant sa lourde épée au-dessus de sa tête.

Je me précipitai et lançai mon tulwar en un coup de fouet vers elle. Elle glissa jusqu'à s'arrêter et bloqua avec son épée. Nos armes ont claqué. De la poussière de sable s'élevait autour de nos pieds. Elle me sourit et se mit en position de garde. Je lui correspondais, mes pieds plantés comme Pyrriah me l'avait appris.

Tharaka a attaqué, un coup sec pour me trancher la gorge. J'ai paré et riposté, la forçant à battre en retraite et à claquer ma lame sur le côté. Solja est passée à côté de moi pour combattre ma sœur alors que mon mince tulwar fouettait les airs dans un flou d'argent.

La confiance a grandi en moi alors que Tharaka se retirait. Ses yeux sombres se plissent. J'ai appuyé sur l'attaque alors qu'elle bloquait et parait. Je l'ai ramenée pas à pas. Des étincelles éclataient à chaque fois que nos armes s'entrechoquaient. Les impacts ont secoué la lame.

J'ai coupé.

Plonger.

Piraté.

Cela se passait bien mieux que je ne le pensais. Je la dominais. Je ne tarderais pas à l'avoir à ma merci. Ses yeux se concentrèrent intensément, regardant ma lame alors que je coupais sa poitrine. Elle para, recula d'un pas et...

Elle m'étudiait. Elle faisait attention à mes attaques. Je ne l'avais pas sur la défensive comme je le pensais. Elle m'examinait. Je recherche une faiblesse dans ma technique. Une ouverture qu'elle pourrait exploiter.

Je me suis enfoncé et son épée s'est estompée, battant ma lame de côté puis se précipitant vers ma gorge.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Pyrria

J'ai plongé sur le côté.

Le ram-dao du troll a percuté le sable où je me tenais. Je suis venu et j'ai tourné. He swung that cleaver blade right for my head, already recovered from his hard attack. I ducked it. Wind whipped over me from its passage.

He was immensely strong. To wield that blade one-handed was a threat. It gave him more dexterity than wielding it with two. And the reach of his longer weapon and his greater height would make it hard for me to close the distance and hurt him.

Worse, he swung his weapon fast.

It was counterintuitive, but the longer a weapon was, the faster its tip traveled. The length lets it slice over more surface area. I was no scholar—I didn't understand the math—but I just knew the reality of what I faced.

The knowledge burned in me.

I had to be faster. Smarter.

He swung his weapon. The tip of his blade blurred as it swept across the battlefield. He recovered fast from such brutal swings. I couldn't close the distance enough to get in an attack before I would be vulnerable to his next slash.

I had to disrupt his form. Had to create a distraction.

I began using my weapon to deflect. I couldn't block the powerful sword, it would slash through my tulwar and cut me in half, but I could knock it to the side. Make it miss me. I studied him, looking for weaknesses in his technique.

“Going to dance?” Il a demandé. “Or fight?”

“You should know that every girl loves to dance,” I purred and flicked his sword to the side then darted to the right, my ponytail flying behind me.

“We'll see how you dance when my cock is ramming into your ass!”

“Only one man gets to enjoy my ass,” she said. “A better man than you.”

“But not a bigger man!” he roared and swung his weapon at me.

I found my opening.

As he swung, I kicked sand into his face. The dusty grains splashed across his gnarled features. He cursed and stumbled back. I darted in to slash open his belly. My sword swung in a blurring arc for his guts.

His foot kicked out even faster.

I didn't even see it until the last heartbeat. His toe struck my solar plexus. The air exploded for my lungs as the force threw me back. I flew a dozen feet and landed on the sand with a groaning impact. I coughed and wheezed.

He rushed at me.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Lasla

I winced for Pyrriah. Then I gasped in fear as the troll rushed at her.

I turned to my step-mother. “I have to release you!”

"Non!" Her voice was iron. “Only Kurtis can. My daughter has talents that she has yet to even unveil. You'll see.”

I bit my lip and turned to see the troll raising his weapon to cut my sister in half. She had to unveil them now.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Kurtis

Tharaka attacked with skill, but I was blocking. Parrying. It was no longer that one-sided battle. We danced around each other on the sands, kicking up the dust as we moved around each other. Our blades clattered and clanged.

She got beneath my guard, cutting for my side.

I raised my left wrist and blocked it with my bracer. The metal rang, the steel band knocking back her sword. I thrust at her. She jumped back and slashed at the air before us. I breathed heavily, more than just oil gleaming on my skin now. Sweat poured down my brown from my hair.

She kicked sand up at my face. I spun around to let it spray over my back and slashed in at her, barreling in. She caught my blade in a block, our weapons binding. We were pushing on each other. She had a gorgeous figure. Tall and strong. The muscles rippled in her arms and lush thighs.

But I had grown strong, too.

“Las's cock!” I growled and threw her back.

She stumbled from me. I kicked out my foot and hooked the back of her ankle. She growled something in orcish as she fell on her back. Her boobs heaved in her chainmail top. I darted in and planted my boot on her right wrist, pinning her sword arm to the sand. I thrust my sword at her throat.

“Yield!” ai-je grogné.

She grinned at me.

I pushed the point of my throat against her throat. “Yield, or I will—”

“OOOOOAAAAGGGHHHHH!”

Her roar thundered from her. Every muscle in her body bulged, even the ones in her face. Her arm flexed beneath my boot and threw me back. I hit the ground hard, dusty sand bursting around me. I rolled and scrambled to my feet.

Her eyes had a red, murderous glint to them. She snarled like a beast, foam flecking on her lips. I knew what this was. I had heard all the stories of my hero Thrak.

She was a berserker!

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Pyrriah

The sword slammed down at me.

My hair burned bright. I rolled to the side and kicked up. The sword slammed past me and hit the ground. I thrust my blade into his stomach. It penetrated through the woody flesh. I stared up at him and twisted the weapon in his guts.

“You won't beat me with that puny thing,” Solja growled, his breath spilling hot over me. “I won't allow you to take away my chance for vengeance.”

“Vengeance?” J'ai demandé. I cut my blade up. “Sorry, but you're already dead.” I ripped my sword free and expected to see his guts spill out.

Instead, his wounds healed. Regenerated.

“I'll win,” he said.

I swallowed as I stared at that. Regeneration?

I groaned. Of course, he was a troll. C'était mauvais. I struggled to pay for time. “Why are you telling me this? Trying to weaken my resolve. Get me to surrender so you can have your vengeance?”

He laughed and headed butted me.

The blow slammed me back down. Light flashed across my vision. I hid the ground hard on my back, groaning from the blow. He kicked me, sending me tumbling. I groaned as I lay there on the ground. He advanced on me.

“My vengeance against the naga won't be stopped by you!” roared the troll.

His sword slammed down at me.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Kurtis

Before I could thrust my sword into Tharaka's gullet, she battered it aside. Her hands shot up and grabbed my shoulders. Her head slammed into mine. Stars burst across my vision. I stumbled back and crashed onto my ass, my chainmail kilt rustling around my lefts.

“Gods,” I breathed, my head throbbing. Fuzzy ripples ran over my mind.

The orc bellowed and gained her feet. The berserker loomed over me, the sun falling behind her head, casting her maddened rages into fierce shadows. I cursed and thrust my sword right for her unarmored guts.

She grabbed my blade with her left hand. Her fingers squeezed about it, blood welling between her digits. Then she yanked hard on my weapon. I gasped, gripping it with all my strength. She hauled me to my feet as I struggled to hold onto it. She marched back, dragging me across the sand.

My hand slipped.

She ripped the sword from my grasp and threw it to the side. Then she lunged in at me, foam flexing on her lips. I dodged her first punch, backpedaling. My body remembered hot to move even as my mind grappled with what to do.

How did Faoril tame Thrak when he raged? Sexe. That was the only way to stop a berserk orc. You had to make them cum. I threw out my lust into her as she rushed in at me, her hair streaming behind her.

“Gods, I am going to fuck you—”

Her fist slammed into my stomach. The air whooshed from my lungs and exploded out of my lips. I bent over. Her elbow slammed into the back of my head, driving me to my knees. I wheezed, struggling to breathe.

I had to flood her with—

Her knee slammed into my forehead. My head snapped back, pain bursting in my neck. I groaned, dust rising around me. The crowd roared with excitement as I realized I lay sprawled on the sands. The orc fell on me.

Murder and fury brimmed in her dark eyes as she drew back her fist to pummel my head into gelatin.

Had I made a mistake?

À suivre...

Articles similaires

Céder à ma soeur: Partie 1

Je lis des histoires ici depuis un moment, mais j'ai décidé d'en poster une. Faites-moi savoir ce que vous en pensez. les commentaires décident s'il y a même une deuxième partie. Eh bien, tout d'abord, je m'appelle Jake. J'ai 18 ans et j'ai les cheveux bruns avec les yeux marrons. Je mesure 6 pieds et suis musclé. J'ai une bite respectable de 7 pouces. Je suis actuellement célibataire, ma copine et moi venons de rompre. Elle me trompait avec un autre gars. Eh bien, de toute façon, c'est comme ça que j'ai fini là où je suis maintenant. Vous voyez, j'ai...

526 Des vues

Likes 0

Esclave des Amazones

Se faire capturer, c'est nul. Cela a tendance à impliquer des choses comme vous pisser de terreur, tandis que des Amazones terrifiantes tiennent leurs lances à mort sur votre pomme d'Adam, vous laissant trop peur pour avaler. Se faire faire prisonnier, c'est chiant. Cela implique des marches menottées interminables et des coups de fouet cruels chaque fois que vous trébuchez ou vacillez. Être vendu en esclavage craint. Cela implique de se tenir nu sous le soleil brûlant, pendant que les Amazones marmonnent et se moquent de vous, tandis que votre gorge se dessèche et qu'une fine couche de poussière vous recouvre...

580 Des vues

Likes 0

VENGEANCE! Étape 4 - Faire faillite

Après avoir eu Jessi, j'ai pensé qu'elle aurait été comme Shannon et en aurait parlé à quelqu'un, mais elle ne l'a pas fait. Elle était là le lendemain dans la peur qu'être seule à la maison ne soit pas sûre et en même temps elle craignait probablement de montrer des signes de faiblesse en ne venant pas et en révélant qu'elle était profondément affectée. Cependant, j'ai aimé ce qui s'est passé quand elle est revenue. Elle était timide et essayait d'agir comme elle-même, me couvrant complètement et m'ignorant comme toujours, ces gens ne savaient pas qu'elle avait peur de moi plutôt...

547 Des vues

Likes 0

L'esclavagiste obtient son souhait 15

L'esclavagiste obtient son souhait 15 Judy a gardé les yeux bien baissés alors que nous étions assis à ma table de cuisine en train de boire du café. Rachel et Reese étaient tous les deux à une réunion de Narcotiques Anonymes. Joey les avait conduits. Judy avait un collier autour du cou, des bottes à talons hauts et un plug anal de trois pouces de diamètre logé fermement dans son rectum. Je ne sais pas trop ce que je ressens à ce sujet, Judy, dis-je. «Je suis un peu confus à ce sujet aussi. Mais sachant ce que Tory a fait...

417 Des vues

Likes 0

MA FEMME ET HOMME NOIR

Ma femme et moi ne sommes jamais sortis avec une autre race que la nôtre et nous n'y avons jamais pensé. Ma femme ne supporte pas les hommes noirs. Elle pense qu'ils sont grossiers et dégoûtants un peu de la même façon je pense. Cependant, quand je regarde du porno sur satellite et que je viens à travers un black en train de désosser une nana blanche avec son énorme bite, je m'arrête pour regarder un peu. Je suis étonné de la taille de certaines de ces bites noires. Un jour j'ai vu un black chaud fille et j'ai dit à...

402 Des vues

Likes 0

Maître agréable

Quelques semaines plus tard, je me suis réveillé tôt pour aider mes sœurs à préparer le petit-déjeuner. Je me retournai pour voir Maître Arik me fixer. Je clignai rapidement des yeux, sentant mon cœur battre sauvagement à la surprise de le voir réveillé. Il sourit lentement alors que je m'asseyais; les couvertures exposant mes seins et mes mamelons durcissant à l'air frais. Il tendit la main et roula doucement mes mamelons entre ses doigts. « Viens ici, dit-il d'une voix rauque. Je me suis rapproché un peu plus et il m'a fait signe de chevaucher son corps couché. J'ai soulevé une...

301 Des vues

Likes 0

Actrice et moi (Pt 3 Trip West)

J'ai regardé l'avion rouler jusqu'à la piste et décoller. Je suis parti et je suis rentré chez moi les larmes aux yeux car elle me manquait déjà. J'ai cyclomoteur autour du chalet pour le reste de la journée. Elle a appelé plus tard dans la nuit pour dire qu'elle était arrivée à la maison saine et sauve. Nous avons discuté pendant une heure de son séjour de 2 semaines ici. Après qu'elle ait raccroché, je me suis senti un peu mieux et je suis allé me ​​coucher. L'été 82 est passé rapidement à l'automne, et nous avons parlé à plusieurs reprises...

634 Des vues

Likes 0

Chat érotique

Fille : Je promets que je reviendrai quand je pourrai et que la conversation ne sera peut-être pas aujourd'hui. Awe j'ai besoin de dormir mes parents viennent aujourd'hui et passent la nuit .. Et je sais que tu n'es pas là donc je vais t'écrire une petite chose visuelle que je veux faire l'amour le matin mais mon partenaire dort. Partenaire c'est vous ;) Homme : Ma bite est dure maintenant bébé.. Continue [b]girl : Nous sommes juste allongés dans notre lit et je suis nue depuis la veille. Vous portez un boxer. Je me réveille et je vois que tu me tournes le...

620 Des vues

Likes 0

École d'été Partie 8

Partie 8 - Cindy et Daryl progressent Cindy tremblait presque, elle était tellement excitée de parler à Daryl de sa conversation avec sa mère. Merde, elle était maintenant sous pilule ! Son rendez-vous chez le médecin consistait en un coup d'œil rapide et une sensation de ses seins et de son vagin et elle prenait la pilule ! Maintenant, elle serait à l'abri d'une grossesse et Daryl pourrait filmer ses affaires où il voulait. Il serait tellement heureux. Daryl quant à lui était tout aussi excité. Bien qu'il ait été embarrassé de voir sa mère le voir jouir, en particulier sur...

492 Des vues

Likes 0

Une nouvelle maîtresse 2

J'ai savouré le goût du sperme de Maîtresse Natasha dans ma bouche tout le chemin du retour. Ma femme dormait quand je suis rentré à la maison et je me suis glissé dans le lit à côté d'elle sans me laver ni me rincer la bouche. J'ai gardé ma routine hebdomadaire comme toujours, sauf les deux fois où ma femme et moi avons baisé, j'ai attendu qu'elle me crie dessus pour jouir en elle (juste pour rester obéissante à Maîtresse Natasha). Bien sûr, je ne pouvais penser qu'à Natasha toute la journée et toute la nuit pendant toute une semaine. Jeudi...

453 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.