L'île, chapitre 20

823Report
L'île, chapitre 20

Chapitre 20

Après avoir retrouvé le groupe au bord du lac, nous sommes tous retournés au camp, fatigués et heureux. Le plaisir de Janie avec Christopher l'avait laissée excitée et insatisfaite, alors j'ai passé ma dernière énergie à la baiser avant de me coucher, en la divertissant avec des histoires de mes dernières rencontres sexuelles avec Alyssa et Alison. J'ai suggéré qu'elle pourrait avoir besoin d'avoir une conversation avec Madison; la fille était un peu précoce pour son propre bien. Elle m'a surpris en admettant que rien n'était ressorti du voyage de chasse avec l'équipe de hockey sur gazon. Ils n'avaient pas attrapé de cochon et n'avaient pas eu de "célébration" du genre que Janie recherchait. "Tu es sûr qu'ils aiment les femmes ?" demanda-t-elle plaintivement, rebondissant sur ma bite avec enthousiasme.

"Pas de question," lui assurai-je. «Ils ne devaient pas être d'humeur après une chasse infructueuse. Réessayez demain et les choses pourraient être différentes. Nous avons culminé ensemble dans une union délicieuse, puis nous nous sommes endormis heureux dans les bras l'un de l'autre.

Le matin suivant se leva nuageux et venteux. Il semblait que la pluie était en route. Après le petit-déjeuner et une baignade matinale, j'ai demandé à certains des lève-tôt d'aider à sécuriser et à couvrir nos provisions afin qu'elles ne soient pas mouillées. La douche s'est avérée assez minime et c'était presque agréable. Les enfants et quelques adultes ont gambadé sous l'averse tant qu'elle a duré. Bientôt, cependant, la rafale passa et le soleil brillait plus fort que jamais.

Janie et les chasseurs sont repartis pour tenter leur chance d'obtenir un autre cochon. J'espérais pour elle qu'elle avait aussi de la chatte pendant qu'elle était sortie (en plus, je voulais entendre l'histoire pendant que je la baisais ce soir). J'ai parcouru la plage sans but, donnant un coup de main pendant qu'Horace et les hippies terminaient le poulailler et plaçaient nos volailles à l'intérieur. J'ai nourri les chèvres, qui semblaient s'être bien adaptées à la vie du camp. J'étais amusée et un peu touchée de voir un groupe de femmes autour de Dkembe. Rien ne déclenche l'instinct maternel comme un homme souffrant d'une perte comme la sienne. J'étais heureux que les membres de notre communauté se soutiennent tellement les uns les autres. En fait, je me demandais pourquoi nous semblions n'avoir aucune pomme pourrie sur la plage. Il semblait défier toutes les probabilités du comportement humain. Nous devrions avoir un trou du cul symbolique, n'est-ce pas ? Comme d'habitude, cependant, mon cerveau semblait ne pas vouloir considérer très longtemps des sujets désagréables, et cette voie de pensée a été coupée assez rapidement en interne.

Stu s'est approché de moi et m'a demandé si j'entendrais une idée en l'absence de Janie.

"Bien sûr," dis-je. "Qu'est-ce que tu as en tête ?"

"Tu te souviens de la plage de l'autre côté de l'île, où nous avons trouvé ce filet ?" J'ai hoché la tête. « Eh bien, nous avons réfléchi. C'est un peu étouffant d'être si coincé avec tous ces enfants et d'autres personnes autour. Seul un hippie pourrait considérer cette plage comme "boutonnée", pensai-je avec amusement. "Et si nous désignions l'autre plage comme une zone" vêtements facultatifs "? De cette façon, nous pourrions être plus à l'aise et ne pas avoir à nous soucier d'offenser qui que ce soit.

"Je n'ai aucun problème avec ça," dis-je. «Je ne pense pas que Janie s'en souciera non plus. Vous devrez probablement supporter l'espionnage des enfants, mais je suppose qu'ils s'y habitueront assez rapidement. Les adultes sont ceux qui ont tendance à avoir des problèmes avec la nudité. Pourquoi ne faites-vous pas une sorte de pancarte, et nous pourrons parler de la poster quand les chasseurs reviendront plus tard ? »

"Juste", a déclaré Stu en me donnant un coup de poing. Il retourna vers son équipage pour leur annoncer la nouvelle. J'ai ri, me demandant si tout le monde finirait par graviter autour de la plage nudiste à la fin. Nous pourrions finir par devenir une colonie de nudistes après tout ! Janie se sentirait comme chez elle.

J'ai remarqué plus loin sur la plage que les pom-pom girls s'étaient organisées et semblaient avoir leur propre séance d'exercice et d'encouragement. Ils ont dû être inspirés par nos cours de Tae Kwon Do, pensai-je. J'ai envisagé d'errer et de regarder, mais je ne voulais pas les rendre gênés ou qu'ils me considèrent comme un pervers (bien que j'admette librement que je le suis). Peut-être qu'ils donneraient une exposition plus tard et que nous pourrions tous regarder. Cette pensée fit légèrement remuer ma queue.

Mes fantasmes ont été interrompus par Tran, qui est apparu silencieusement à mes côtés, me faisant sursauter. "Tu viens aider ma fille ?" demanda-t-elle dans son pidgin anglais.

« Est-elle blessée ? ai-je demandé, alarmé.

"Non non. Elle a besoin d'aide. Mlle Janie dit que je vous demande. Tu es bon pour l'aider. Je dois lui apprendre et tu m'aides.

J'étais perplexe quant à ce qu'elle voulait dire, mais si Janie lui avait dit de me demander, ça devait aller. Je me demandais si elle voulait une formation médicale. C'était une infirmière ou quoi ? Elle m'a conduit sur le chemin devant la piscine, puis autour de la pente du plus grand pic vers le sud-est. Nous suivions une piste rudimentaire qui avait été battue hors de la jungle, et j'ai réalisé que nous nous dirigions vers les sources chaudes. Essayant de déterminer exactement ce que Tran voulait de moi, j'ai demandé : « Alors, êtes-vous dans le domaine médical ?

"Non. Je fais des massages. Je travaille à DC mais nous déménageons maintenant en Corée. Ma sœur a ouvert un nouvel endroit à Séoul. Elle a quitté Ho Chi Minh-Ville et veut que je vienne.

J'imaginais qu'elle voulait des conseils de type chiropratique et craignais d'être déçue par mon manque de connaissances. Les médecins réguliers n'ont pas reçu de formation en manipulation ces jours-ci, juste les ostéopathes. J'ouvrais la bouche pour le lui dire, quand nous avons tourné un coin et sommes arrivés aux sources chaudes.

Rien ne sortit de ma bouche, mais elle resta néanmoins ouverte. Tran et sa fille avaient disposé une rangée de coussins de siège recouverts d'une serviette dans une table de massage de fortune. Il y avait deux seaux à côté de l'eau et un autre vide allongé sur le côté. Diverses bouteilles et pots se tenaient autour des seaux, et derrière eux était assis Truk, vêtu d'une fine robe de coton blanc.

Elle a souri et s'est inclinée quand elle m'a vu, et je lui ai rendu le salut, complètement perplexe. J'ai regardé Tran d'un air interrogateur, et elle m'a fait signe d'aller à la « table ». «Truk doit apprendre le massage correctement. Elle va travailler dans le salon de ma sœur quand nous arrivons à Séoul. Si nous arrivons à Séoul », corrigea-t-elle avec un petit froncement de sourcils. « Elle a besoin d'apprendre sur l'homme. Mlle Janie dit que vous êtes bonne pour l'entraînement. Elle l'a fait, n'est-ce pas ? J'ai commencé à avoir une idée de ce que cela pourrait impliquer, mais je me suis dit que je ne sauterais pas aux conclusions.

"C'est ce que tu veux faire ?" J'ai demandé à la fille. Elle hocha la tête "oui" timidement. "Et tu es d'accord avec ça ?" dis-je à sa mère.

"Oui oui!" elle a insisté. « Elle doit apprendre. La femme n'est pas bonne pour l'entraînement.

"OK je suppose. Que voulez-vous que je fasse?"

"Allongez-vous sur le ventre." Elle me tendit une serviette et montra les coussins. « Enlevez vos vêtements et allongez-vous ici. Je la fixai avec des yeux ronds pendant une minute, puis haussai les épaules et me retournai, me déshabillant rapidement et enroulant la serviette autour de ma taille. Je m'allongeai, me demandant ce qui allait se passer ensuite. J'ai entendu les deux parler en vietnamien à feu rapide, et quelques coups de seaux et de bocaux. Il y eut une pause, puis de l'eau chaude et parfumée commença à couler sur mon dos. Ils ont dû prendre des herbes ou quelque chose comme ça et les placer dans de l'eau de source dans le seau. C'était merveilleux et un soupir m'a échappé. L'eau a commencé à ma tête et est allée jusqu'à mes pieds. D'autres vietnamiens pimentaient l'air, et j'ai ensuite senti un chiffon savonneux laver mon dos. C'était un peu agressif, mais pas douloureux. Cela ressemblait à une bonne exfoliation. Le frottement a descendu le bas de mon dos, puis la serviette a été tirée vers le bas et mes fesses frottées tout aussi soigneusement. La serviette a été replacée sur mes fesses, puis elle a commencé sur mes cuisses, remontant progressivement jusqu'à mes pieds. Le chiffon a disparu et de petits doigts ont commencé à s'enfoncer dans la plante de mon pied, qui était maintenant tout savonneux. Utilisant ses jointures et ses paumes, ainsi que ses doigts, elle a touché tous les points de pression de mon pied. J'essayais de ne pas crier, mais c'était assez douloureux. J'ai réussi à me limiter à de légers torsions alors que le massage en profondeur passait à mon autre pied. C'était tout aussi brutal de l'autre côté, et j'ai serré les dents et j'ai attendu. Elle a terminé avec les pieds, et je me suis détendu progressivement, réalisant que cela m'avait fait du bien.

"Maintenant, retournez-vous", m'a-t-on dit. Je l'ai fait et j'ai été stupéfait de voir Truk complètement nu, la robe soigneusement pliée sur le côté. Elle était une toute petite chose, environ 5'2", probablement moins de 100 livres. Elle avait de petits seins, essentiellement des bosses bronzées avec de gros mamelons bruns sur les pointes, et une légère gerbe de pubis droits et noirs sur son monticule.

"Hé!" dis-je sans inquiétude. "Quel âge a-t-elle? Est-ce correct?"

"Elle a 14 ans", a répondu Tran. « Elle est prête à commencer à travailler. C'est comme ça qu'on fait les choses. Soyez une bonne aide et restez tranquille.

Ne sachant pas exactement quoi faire d'autre, j'ai fermé ma bouche et fermé les yeux. Autant que je voulais lorgner le jeune corps de Truk, je ne pouvais tout simplement pas le faire avec sa mère debout juste à côté de moi. Bientôt, plus d'eau chaude a trempé mon corps et le chiffon savonneux a commencé à frotter mes jambes, remontant. Les mains ont exercé leur magie sur mes mollets, puis sont remontées jusqu'à mes cuisses. La pensée de cette jeune fille asiatique nue caressant mes cuisses à quelques centimètres de ma bite m'a fait grandir en un rien de temps. J'étais content d'avoir une serviette qui me couvrait, mais j'ai dû l'ajuster légèrement pour qu'elle ne soit pas si visiblement couverte de tentes. Les deux échangèrent encore quelques mots dans leur langue, et la fille gloussa légèrement. J'espérais que ce n'était pas à mes dépens. Elle a terminé mes cuisses, les derniers coups de ses mains savonneuses effleurant légèrement mon sac à dos et me donnant des frissons. Je savais que la serviette devait maintenant être suffisamment retroussée pour qu'elle fixe mon scrotum. Mon esprit a essayé d'être embarrassé, mais mon corps était plutôt content de l'idée, et je ne pouvais pas m'empêcher d'avoir un frisson en l'imaginant en train de regarder mes couilles alors que sa mère était assise à quelques mètres. Toute cette situation, aussi surréaliste soit-elle, me rendait incroyablement excitée.

Malheureusement, les mains se sont retirées et j'ai entendu des cliquetis et des bruits d'eau bruissant. Bientôt, une autre cascade d'eau de source chaude s'est déversée sur mes cheveux, et Truk a commencé à me faire un shampoing, me donnant un merveilleux massage du cuir chevelu dans le processus. Il y avait quelque chose de très sensuel à demander à quelqu'un d'autre de me laver les cheveux, et j'avais la chair de poule à cause de cette sensation. Elle a massé mes tempes, puis a commencé à laver mes épaules. J'ai ouvert les yeux juste assez pour regarder ses petits seins tremblants pendant qu'elle travaillait, les mamelons épais à la gomme à crayon semblant si appétissants que ma bouche a commencé à saliver. J'ai jeté mes yeux sur son visage et j'ai été gêné de la voir me regarder, sachant qu'elle m'avait surpris en train de la regarder. Un petit sourire ornait ses lèvres, alors je suppose que cela ne la dérangeait pas.

Ses doigts fantastiques ont parcouru ma poitrine, ses doigts parcourant lentement les poils de ma poitrine. Elle a dit quelque chose à sa mère en vietnamien, et sa mère a répondu. Je suppose qu'elle n'était pas habituée à voir des poils sur les hommes, n'ayant peut-être vu que des hommes asiatiques jusqu'à présent. Les mains magiques se sont déplacées plus au sud, et j'ai été ravi de la voir se pencher plus loin sur moi, son petit ventre dressé juste au-dessus de mon visage alors qu'elle atteignait mon ventre. Le chiffon savonneux est retourné dans le seau une fois de plus, et la prochaine chose que j'ai su, la serviette a été emportée, mettant mon érection à nu. Un autre seau d'eau chaude tomba en cascade sur mon aine et je sursautai de surprise. Mes mains bougeaient instinctivement pour me couvrir, mais je les forçai à redescendre, ne voulant pas avoir l'air d'une prude. Si cela ne la dérangeait pas de vérifier ma bite et que sa mère n'était pas dérangée, je ne le serais pas non plus.

Bientôt la délicieuse sensation de doigts savonneux traversant mon pubis me galvanisa. La petite coquine a lentement caressé mes régions inférieures, touchant à peine mon pénis de temps en temps, comme par erreur. Après ce qui a semblé être une heure de suspense, elle a finalement commencé à laver ma bite, caressant lentement la hampe avec ses petites mains. Elle s'est frayé un chemin autour de mes couilles, les a roulées, puis a glissé sa main savonnée dans ma fente, savonnant mon trou du cul et lavant soigneusement la zone. J'étais sur le point d'exploser, ma virilité palpitait au rythme de mon pouls rapide et mon souffle s'accélérait, quand elle s'arrêta et versa un autre seau d'eau sur moi, lavant le savon.

« Retourne-toi », dit-elle d'une voix calme.

Je l'ai fait, déçu que mon lavage de saucisse soit terminé. Je ne m'embêtais plus avec la serviette; ce navire avait navigué. Elle se dirigea vers sa collection de bouteilles et en choisit une dans l'un des seaux. De l'huile de noix de coco chaude a jailli sur mon dos et de puissants petits doigts ont commencé à l'appliquer sur ma peau. Je fermai les yeux, appréciant l'incroyable massage alors qu'elle dénouait chaque muscle de mon dos avec ses mains talentueuses.

La fille a ensuite commencé sur mes paumes, creusant dans les petits muscles de ma main avec le bout de ses doigts. Après en avoir fait un, elle a remonté le bras et travaillé les plis de mon épaule, puis a commencé sur l'autre main et le bras. Au moment où elle avait fini avec la deuxième épaule, je me sentais comme un torchon mou, j'étais tellement détendu.

Une autre giclée d'huile a atterri sur mes fesses, et elle a attaqué mes fessiers avec enthousiasme, me pétrissant comme de la pâte. Bientôt, les doigts dansants se frayèrent un chemin à nouveau dans mon cul, caressant doucement mon anus et frottant l'huile dans la chair sensible avec un soin presque atroce. J'ai gémi doucement et Tran a dit quelque chose à sa fille en vietnamien. Plus d'huile a jailli sur mes jambes, et elle est allée travailler d'abord sur la plante de mes pieds, beaucoup plus douce cette fois, puis sur les muscles de mes mollets. Ses pouces s'enfoncèrent fermement dans les tissus tendus mais avec un toucher assez léger pour ne pas ressentir de douleur. Elle s'est déplacée vers mes cuisses, et encore une fois ses doigts mobiles ont frôlé mon scrotum à plusieurs reprises alors qu'elle dénouait mes ischio-jambiers. Ma bite suintait maintenant sur la serviette humide sous moi, et je transpirais alors que j'essayais de garder le contrôle.

Elle a terminé ma moitié arrière et a de nouveau demandé que je me retourne. J'ai roulé sur le dos, laissant mon énorme érection s'effondrer. Je l'ai regardée, les yeux écarquillés, et elle a jeté un coup d'œil à sa mère et a dit quelque chose dans leur langue qui a fait rire Tran et lui a répondu de la même manière. Cette fois, elle a commencé par mes tibias, versant plus d'huile chaude sur moi et faisant remonter ses pouces de chaque côté de mes tibias jusqu'à ce qu'elle atteigne mes quadriceps. J'ai regardé cette chérie de 14 ans pétrir avec diligence les muscles épais de mes cuisses, tout en fixant ma bite rigide, à quelques centimètres de son visage. Le bout de sa petite langue rose dépassait de sa bouche ouverte, et j'imaginais cette langue caressant ma queue avec le même soin qu'elle prenait avec mes jambes. Plus de liquide pré-éjaculatoire coulait, scintillant sur ma tête de bite presque violette.

Elle a terminé avec les jambes et s'est glissée à côté de ma tête. Faisant gicler un peu d'huile parfumée sur ses mains, elle les a frottées ensemble, puis a commencé sur mon visage, caressant doucement les plans de mes joues et de mon front, puis ma mâchoire et mon cou. Les caresses légères me donnaient à nouveau la chair de poule et je gardais les yeux fermés pour profiter pleinement de la sensation. Bientôt, ses mains qui pétrissaient en rythme étaient sur ma poitrine, et un autre coup d'huile m'a fait rouvrir les yeux. Ses petits seins étaient juste au-dessus de mon visage, les mamelons effleurant presque mes lèvres alors qu'ils se balançaient d'avant en arrière au rythme des longs coups de ses mains le long de mes côtes.

Elle a giclé une autre goutte de liquide chaud sur mon ventre et a commencé à travailler cette partie de moi, se rapprochant de mon aine. J'étais dans une agonie d'anticipation maintenant, ma bite avait besoin d'attention. Je ne savais pas jusqu'où cela allait aller, mais j'espérais plus. Le massage s'arrêta momentanément et je retins mon souffle en attendant de voir ce qui allait se passer. Je n'ai pas été déçu; un autre jet d'huile chaude a tiré directement sur ma bite, et ses petits doigts ont encerclé mon arbre et ont commencé à caresser mes tissus les plus sensibles avec de légers coups.

« Oh, mon Dieu, oui ! » Je gémis involontairement alors qu'elle me donnait enfin ce dont j'avais besoin. Elle pétrit soigneusement ma viande douloureuse, un doigt massant le gland et mélangeant mes fluides dégoulinants avec l'huile chaude. Ces petites mains ont caressé ma bite de plus en plus vite, puis se sont déplacées vers mes couilles, faisant rouler les orbes engorgés d'avant en arrière pendant qu'elle travaillait l'huile parfumée dans mon sac. Elle s'arrêta un instant et dit quelque chose à sa mère. Ils ont conversé pendant un moment, puis Tran a dit: "Vous voulez une fin heureuse, n'est-ce pas?"

"Oui bien sûr!" J'ai crié. "Ne t'arrête pas maintenant !"

J'ai ouvert les yeux et j'ai eu droit à la vue de la chatte béante de Truk juste devant mon visage. Je pouvais sentir son cooze sublime, l'arôme se mêlant au parfum de la noix de coco dans une combinaison enivrante qui me fit saliver à nouveau. Elle a repris ses soins sur mon johnson, une main travaillant mes noix tandis que l'autre caressait mon arbre de plus en plus vigoureusement. Elle appréciait évidemment cela, car son petit con était bien juteux, les gouttes claires de son propre lubrifiant brillant de manière séduisante sur ses lèvres fines et brunes. J'expirai sur sa chatte, une bouffée d'air chaud qui la fit sursauter un peu de surprise. Elle a continué à me branler, mais s'est maintenant installée un peu plus bas pour que son pubis clairsemé effleure maintenant mes lèvres. Je ne savais pas si cela faisait partie du programme standard, ou si elle cherchait juste un peu plus de stimulation pour elle-même, mais je m'en fichais. J'ai tiré la langue, entrant en contact avec sa fente étroite et la goûtant pour la première fois. Elle était divine, un mélange de saveur métallique et d'une douceur presque comme la fraise. Elle haleta lorsque ma langue sonda sa petite fente dégoulinante, explorant les tissus ridés de ses lèvres et de son clitoris, et son pompage sur ma verge augmenta en vitesse. Je n'allais pas durer beaucoup plus longtemps, et j'ai inhalé son parfum sexuel une fois de plus, puis j'ai enfoncé ma langue profondément dans son ouverture vaginale serrée. Elle grogna, s'installant plus bas sur mon visage alors qu'elle travaillait frénétiquement mon boner avec un mouvement de torsion qui me fit bientôt gicler une charge massive directement dans son visage en surplomb.

Nous avons continué notre quasi-69 alors que mes jets de sperme ont éclaté l'un après l'autre, dribblant sur sa main ralentissant et descendant sur mes noix tremblantes. D'après les gémissements étouffés des siens et le flot de doux nectar qui remplissait ma bouche, elle avait atteint son propre paroxysme en même temps.

Finalement, sa main en mouvement s'immobilisa, et nous poussâmes tous les deux profondément, reprenant nos respirations respectives. Tran a commencé à haranguer la fille en vietnamien, les phrases rapides semblant plus aiguës et plus en colère qu'auparavant. La fille semblait embarrassée, et est rapidement descendue de moi et a commencé à essuyer la flaque de sperme sur mes genoux avec une autre serviette.

"Je lui dis qu'elle n'est pas censée te faire plaisir", a déclaré Tran en s'excusant. "C'est censé être à propos du plaisir de l'homme, pas d'elle. Elle est encore jeune et pas professionnelle. Elle a lancé une autre tirade qui a fait rougir la pauvre fille et s'est penchée de honte alors qu'elle finissait de me nettoyer.

« Hé, j'ai bien aimé », ai-je protesté. "C'est moi qui ai commencé ça. Elle est tellement belle et me faisait me sentir si bien que je voulais partager un peu cet amour. Ce n'est pas sa faute. Si j'ai enfreint les règles, blâmez-moi. Je me tournai vers la fille, qui paraissait maintenant un peu moins contrariée. "Merci Truk. C'était le meilleur massage que j'ai jamais eu. Je penserai à toi chaque fois que je sentirai une odeur de noix de coco maintenant.

Elle rigola, sa bonne humeur revint.

« Tu aimes la noix de coco ? » a demandé Tran.

« Je l'ai toujours fait », ai-je répondu. "Maintenant, je pense que je l'aime encore plus."

"Vous prenez une bouteille d'huile", m'a-t-elle dit en me tendant l'article.

"Je ne veux pas prendre ton huile de massage," dis-je. "Tu n'en auras pas besoin ?"

"J'en fais déjà plus", a-t-elle déclaré. «J'ai beaucoup de séchage de noix de coco pour pouvoir presser l'huile. Prends ça, insista-t-elle en me mettant la bouteille dans les mains.

« Merci », dis-je, surpris. Je pouvais certainement penser à plusieurs utilisations pour ce truc, et la vision de moi le frottant dans le cul de Janie en vue d'un bon alésage a fait un peu trembler mon peter mou malgré son entraînement récent. Je gémis et m'assis, et Truk plongea rapidement une petite tasse dans le seau d'eau froide qu'elle avait à portée de main et la porta à mes lèvres.

"Tu bois pour ne pas avoir le vertige", a dit sa mère. "Vous perdez beaucoup de liquide corporel, vous devez en récupérer."

J'ai bu de l'eau fraîche, appréciant la vue des seins serrés et du buisson clairsemé et pelucheux de ma jeune massothérapeute sexy pendant qu'elle me servait. Cela s'annonçait comme une super journée !


À suivre….

Articles similaires

Miel à vendre partie 2

Miel à vendre 2 Je tenais le chèque à Jeb, mais il n'arrivait pas à le prendre et j'ai commencé à craindre qu'il ne renonce à l'affaire. Jeb se gratta les couilles et renifla ses doigts ; l'odeur a dû rencontrer son approbation parce qu'il m'a regardé, a roulé l'allumette dans sa bouche de l'autre côté et a dit. J'ai eu quelques stip-a-lations à ajouter à cet accord. Dit-il en essayant d'avoir l'air d'un avocat. « Quel genre de stipulations ? » Je l'ai regardé avec méfiance. Eh bien, il s'arrêta, tu vas prendre ma jeune et je vais vouloir la voir au moins...

2.2K Des vues

Likes 0

Le lit conjugal

Elle a été mariée jeune. Elle avait quinze ans lorsqu'elle épousa un homme de trente-cinq ans, son nom était Rohan. Elle avait peur de lui, et il était excité par elle. Elle était petite, avait des courbes bien placées. Ses seins étaient assez gros pour son corps et étaient souvent affichés bien en évidence en haut de son corsage. Elle s'appelait Anna. Anna n'avait pas peur de son futur mari au début, mais tout a changé lors de leur nuit de noces. Elle se tenait dans sa robe alors qu'il la regardait. Inspecter chaque centimètre de son corps. Elle frissonna, aucun...

2.2K Des vues

Likes 0

Heather et Ava emménagent

Il est tard quand je franchis la porte. Heather a son bras autour de la taille de sa fille Ava. Ils se tiennent dans le hall vêtus uniquement d'une de mes chemises. Ava est une belle jeune femme, tout comme sa mère Heather. « Nous vous avons manqué ? me dit Heather avec un sourire complice. Vous pariez que je l'ai fait, dis-je en les rencontrant à mi-chemin. Heather pousse ses lèvres pour un baiser, que j'ai rencontré. Ava commence à embrasser le cou de Heather. Les mains d'Ava glissent entre nous, l'une me caressant tandis que l'autre frotte la chatte...

2K Des vues

Likes 0

Action ou Vérité : Édition Voisins

Action ou Vérité : Édition Voisins Personnages: Famille noire - Les Johnson Mari : Thomas 40 ans, 6', 200 lbs, bite de 12 pouces Épouse : Jasmine 35 ans, 5' 7 150 livres, poitrine 44DD, taille 34 pouces, butin 48 pouces. Fille : Kelly 14 ans, 5' 2, 95 livres, bonnet 32C, taille 18 pouces, butin 28 pouces. Fils : Marcus 15 ans, 6' 3, 195 livres, bite de 12 pouces Grand-mère Pam 64 ans, 5' 8, 240 livres, 44F de poitrine, 52 pouces de butin Famille blanche : les Smith Père : Jim 38 ans, 5' 11, 175 livres, bite...

2.1K Des vues

Likes 0

Plaisirs d'été, première partie

J'aurais 12 ans le dernier jour avant les vacances d'été. J'avais hâte de passer beaucoup de temps dans notre ranch et de profiter des collines et des journées d'été paresseuses avec ma nouvelle amie Janet. Janet et moi nous étions rencontrés la dernière semaine d'école. Nous avons frappé si tout de suite. C'était une belle blonde, mesurant 1,50 m avec un corps qui ne voulait tout simplement pas s'arrêter. J'avais découvert que regarder d'autres filles commençait vraiment à m'exciter et je pensais qu'elle serait cette personne spéciale dans laquelle je pourrais vraiment entrer. Nous avions passé quelques nuits chez nous mais...

2K Des vues

Likes 0

Ce réveillon spécial du nouvel an_(0)

« Lucy et Stace seront bientôt là, tu veux boire un verre ? dit Amanda Sans trop d'hésitation, j'ai accepté et lui ai pris un grand verre de Baileys, Amanda était magnifique, pour être honnête. Elle mesurait environ 5 4' mais d'après la hauteur supplémentaire des talons qu'elle portait ce soir, elle avait l'air d'un 5 8' facile. Elle portait une courte robe blanche qui était principalement transparente et suffisamment courte pour que, si elle se penchait, on puisse clairement voir ses sous-vêtements qui, ce soir, étaient un string à imprimé léopard. Elle avait les cheveux roux morts qui étaient parfaitement...

2.2K Des vues

Likes 0

Une soirée de sorcière

Les démons y tourbillonnent et les esprits tourbillonnent. Ils chantent leurs chansons à Halloween. « Venez vous amuser », crient-ils. Mais nous ne voulons pas y aller, alors nous courons de toutes nos forces Et oh nous n'irons pas à l'intérieur de la maison hantée ce soir -Jack Prelutsky, La maison hantée *** Ce qui s'est passé dans cette ville le soir d'Halloween était secret et les enfants n'ont jamais été autorisés à le savoir. Les parents ont envoyé leurs petits dans les villes voisines pour des tours ou des friandises, et les adolescents ont fait des pèlerinages ailleurs dans le...

2K Des vues

Likes 0

Une nouvelle maîtresse 2

J'ai savouré le goût du sperme de Maîtresse Natasha dans ma bouche tout le chemin du retour. Ma femme dormait quand je suis rentré à la maison et je me suis glissé dans le lit à côté d'elle sans me laver ni me rincer la bouche. J'ai gardé ma routine hebdomadaire comme toujours, sauf les deux fois où ma femme et moi avons baisé, j'ai attendu qu'elle me crie dessus pour jouir en elle (juste pour rester obéissante à Maîtresse Natasha). Bien sûr, je ne pouvais penser qu'à Natasha toute la journée et toute la nuit pendant toute une semaine. Jeudi...

1.8K Des vues

Likes 0

Nerd fils et maman

Nerd fils et maman Une maman et son fils Nerdy, une histoire en quatre parties de devenir une salope de sperme. Janet Bigs était une veuve de 38 ans, elle avait les cheveux roux, une paire de seins 38E et un cul qu'elle gardait serré en s'entraînant trois jours par semaine. Janet était une MILF. Son fils Wally était un petit garçon pour son âge, mais étant en deuxième année au lycée, il lui restait encore plusieurs années à grandir. Wally était le cerveau de la classe, alors les enfants lui demandaient toujours de l'aide pour leurs devoirs. Il a essayé...

1.8K Des vues

Likes 0

Oh, Ollie Présentation

Mon meilleur ami, Oliver, était le genre de gars dont n'importe quelle fille deviendrait folle. Puisqu'il était un joueur clé dans l'équipe d'athlétisme de notre école, il avait facilement le corps pour faire baver les filles, mais ce n'est pas ce qui retenait leur attention. Oliver était gentil, mais pas un push-over, intelligent, mais pas un je-sais-tout, protecteur, mais pas jaloux, et juste une personne formidable dans l'ensemble. Ses yeux noisette étaient toujours remplis d'émotion et il savait toujours quoi dire. C'est ce qui a fait revenir les filles. Moi, d'un autre côté, je n'étais pas le genre de fille avec...

1.4K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.