Mon nouveau frère Zane

96Report
Mon nouveau frère Zane

L'école était sur le point de finir. C'était l'été de ma première année de lycée, et les examens finaux arrivaient juste après le bal. Le bal était une autre histoire, donc je vais sauter les détails là-bas. J'étais sur le point d'avoir 17 ans en juin, donc de loin l'un des plus jeunes de la classe, même si je n'en avais pas l'air. Je suis grand avec des cheveux blonds, des yeux bleus doux et un grand sourire. Et un bronzage. Je vis dans la Floride ensoleillée et chaude, donc c'est une évidence, je suppose. Mon nom est Tyler.
J'ai deux petites sœurs, toutes deux beaucoup plus jeunes que moi. Papa a perdu son emploi très tôt, et ils n'ont tout simplement pas eu le temps de… eh bien, de toute façon, il s'agit de choses autres que mes parents aiment la vie. Si vous voulez cela, je suppose que demandez à quelqu'un d'autre que leur fils d'écrire à ce sujet…
Chaque gars veut secrètement un petit frère. Pas seulement parce qu'elles sont adorables et la clé pour avoir des rendez-vous incroyables, ou parce qu'elles sont beaucoup plus faciles que les sœurs, mais simplement parce que l'esclavage devient légal et je suppose que c'est quelqu'un avec qui traîner. Je veux dire, qui d'autre est ton ami le plus proche ? Bon cela dit, je n'en avais pas.
Alors me voilà, assis ici, en terminale, ma vie change, et mes parents nous font dîner dans un restaurant chic. Cela arrive rarement. Quelque chose de grand doit être sur le point de se produire.
Mon père se redresse un peu, nous regarde tous les enfants, puis maman, puis nous regarde. « Ta mère et moi avons parlé… », dit-il, puis prend une gorgée de vin rouge. "Nous avons décidé que nous avons toujours voulu un autre garçon, surtout parce que nous avons deux belles filles, et nous avons passé un si bon moment à élever Tyler," il me tapote le bras et je le regarde curieusement, "que nous... eh bien, nous pensons nous pouvons adopter un garçon. Il s'appelle Zane.
Mes petites sœurs deviennent toutes étourdies et que sais-je encore. Je veux dire, hé, ils pensent au petit frère comme à un bébé. Je pense très bien, un bébé, ou pire, un enfant avec de gros problèmes psychologiques. Je veux dire, c'est ma dernière année qui approche. Un frère c'est gentil mais quand même...
Après une longue conversation au dîner, mes pensées se sont un peu ouvertes. Il s'avère que Zane a 15 ans, environ un an de moins que moi, et vit à quelques heures d'ici. Nous le rencontrons ce week-end, chez qui il viendra séjourner quelques jours chez nous. Il s'avère que mes parents ont fait un travail sérieux sous le radar.


Donc, le week-end arrive enfin, et nous nous présentons à Orlando. Il est en famille d'accueil et les parents ont l'air gentils. La maison est une belle victorienne de deux étages. Ces gens doivent être fous d'accueillir des adolescents...
Nous restons là dans le hall, attendant qu'il descende. Je vois une main courir le long de la balustrade du balcon, mais pas grand-chose d'autre. Puis les jambes. Wow, ce gamin doit être grand, comme moi. Jambes, jambes, entrejambe… ok dépêche-toi je ne peux pas regarder ça toute la journée mon frère… torse, poitrine… ces enfants en forme… tête… wow c'est des cheveux hirsutes… Zane.
Il saute de la troisième marche et atterrit juste devant moi. "SALUT!" dit-il avec un énorme sourire. Nous clignons tous les deux des yeux puis nous fixons. Woah, ce gamin a sérieusement l'air de pouvoir être mon frère...
"On se ressemble un peu..." dit-il, puis il tend la main. "Et bien Salut! Je suis Zane. Vous devez être Tyler. J'ai un peu traqué votre facebook.
Je ris et lui serrai la main. Mec marrant…. La famille a tous dit bonjour, et nous nous sommes assis dans le salon formel et avons pris un thé sucré. Zane et moi avons fini par parler le plus, probablement parce que nous nous sommes assis sur le même canapé, tandis que les parents adoptifs parlaient avec une dame agent ou quelque chose comme ça et mes sœurs jouaient avec la petite fille Hannah des parents adoptifs. Ouais déroutant, je sais. Beaucoup de bavardages. Il s'avère, cependant, qu'il resterait avec nous dans le cadre d'une sorte de «course d'essai» pré-arrangée pour voir comment il s'intégrait à la famille. Ma mère et sa mère adoptive faisaient partie de la même équipe d'encouragement au lycée, alors nous devons tirer les ficelles.
Le trajet en voiture de trois heures pour rentrer à la maison était assez normal, en fait. Comme je l'ai dit, mes sœurs étaient heureuses d'avoir un garçon mignon dans la voiture avec elles, en particulier un nouveau «grand frère», et j'avais en fait un ami. Nous avons parlé de sport, il a joué au football et au baseball ; la musique, nous avons tout adoré tous les deux; et l'école.
Notre maison est un style colonial de deux étages sur trois acres. C'est assez grand, 5 chambres et 5 salles de bain. Bien que nous ayons une chambre d'amis, il a été décidé qu'il resterait avec moi pour la semaine, ou les premières nuits au moins, juste pour être plus à l'aise.


Nous nous retirons tous les deux à l'étage dans ma chambre après le long après-midi, le dîner et la course autour du chat à l'arrière. Zane s'assoit sur le bord de ma couchette du bas, alors j'attrape ma chaise d'ordinateur, pose mes pieds sur le bureau et allume ma lampe à lave pour un éclairage doux.
"Alors..." Zane s'interrompt, soudain un peu nerveux, semble-t-il. "N-peu importe..." dit-il en baissant la tête.
"Qu'est-ce que tu as en tête, mon pote?" je demande en roulant un peu plus près. "Vous pouvez rester dans la chambre d'amis si vous n'êtes pas à l'aise."
Il secoue la tête, la grosse vadrouille blonde sale fouettant l'air. "Non non... ce n'est pas ça. Juste… je n'ai… jamais eu de grand frère… ou qui que ce soit vraiment… »
Je glisse lentement de la chaise et sur le lit à côté de lui et mets mon bras autour de lui. "Eh bien, tu sais," je murmure en tapotant son épaule. Il relève un peu la tête pour me regarder avec ces tristes petits yeux verts.
"Je n'ai jamais eu de copine..."
Malgré mes efforts, je ne peux pas réprimer le sourire stupide sur mon visage.
« Ne riez pas. C'est… je… je ne peux tout simplement pas… »
"Mon pote," dis-je en secouant la tête et en riant un peu, "sérieusement. C'est bon. Je n'ai eu ma première petite amie que l'été dernier.
Il me regarde confus. "Mais tu es chaud !" il laisse échapper, puis devient tout écarquillé comme s'il venait d'exposer un secret national. « Oh… euh… je veux dire… »
« Mec ! » Je dis à tous les surfeurs et je lui donne un coup de poing ludique dans le bras, "chaud comme une bouteille de fusée le 4 juillet !"
Il se détend un peu, alors on parle des filles. Il se fait tard, et étant le gars typique de 15 ans qu'il est, ses pensées deviennent de plus en plus sexuelles à mesure qu'il s'ouvre.
« Hé, alors… je n'arrête pas de recevoir… comme… parfois quand… puis-je demander quelque chose de personnel ? » il lâche juste au milieu d'une conversation sur ce qu'est l'actrice la plus chaude en ce moment.
« Euh… bien sûr ? » dis-je en me reculant.
"Tu as déjà l'impression que..." il croise les jambes et ajuste son short. Je vois où cela mène, alors qu'il essaie désespérément d'ajuster son short. « Comme… tu sais… » Dit-il en me regardant presque.
« Gaffe maladroite ? Je ris. Il me sourit timidement.
"Peut-être…"
"Désolé si je t'excite autant." Je cligne de l'œil. "Eh bien ouais mec, ça arrive. En classe, au cinéma, entre amis… vous l'appelez, ça apparaît. Il hoche la tête. Quelques instants passent alors que je l'observe, me demandant ce qu'il pense. Dans la pénombre, je le vois trembler. Je passe mon bras autour de lui et le tire contre moi. « Hé, c'était à peu près des frères, ou ça va bientôt l'être. Tu peux me parler de tout, mec.
Il s'assoit tranquillement, puis acquiesce. "Je me demande juste si je suis normal", dit-il à peine audible. «Je veux dire, je sais que mes parents adoptifs m'aiment, ainsi que ta famille, mais… je suis seul depuis que j'ai six ans. Et je n'ai pas de petite amie, je ne sais pas comment en avoir une, je ne sais pas ce qui se passe avec mon corps et mes pensées… » Il laisse échapper un énorme soupir et je vois une petite larme couler sur son visage.
"Zane, ça va mon frère," je murmure en frottant doucement son bras. "Tu vas bien. Je veux dire, vous avez une famille ici. Ou bientôt. Tu trouveras une fille. Je serre son bras là où ses biceps ont commencé à se développer, "et hé, la puberté te fait du bien gamin !"
« Ouais… je suppose. Il dit alors me regarde. "Merci Ty." Il baisse à nouveau les yeux, réfléchissant visiblement. Je lui tapote le dos, lui faisant savoir que c'est bon. "Vous avez déjà..." commence-t-il, "Vous êtes-vous déjà demandé si vous êtes... si vous êtes assez grand... là-bas?"
Je ris et lui dis que la plupart des gars le font.
« Ouais juste… je me souviens d'être un petit enfant. Je suis tombé sur ce type plus âgé dans la maison, Chris, qui prenait une douche. Je veux dire, le sien était tellement plus gros, tu sais ? Je veux dire, suis-je gay pour avoir pensé à ça ? Je ne peux pas être gay. Je veux dire, vous ne m'adopteriez pas si j'étais gay. Et je ne pouvais pas aimer les filles. Mais je pense à lui, et comment le mien se compare maintenant, et je ne suis pas gay Ty, je jure que je ne le suis pas, mais comme… ugh ! Que se passe-t-il, Ty ? » crie-t-il en s'effondrant contre moi.
Je reste assis un moment en silence. "Eh bien, pour commencer, je pense que vous êtes probablement beaucoup plus grand maintenant que vous l'étiez alors, et la plupart des gars se demandent comment ils se comparent aux autres. Alors bonne nouvelle, vous êtes normal là-bas. Et je veux dire, certains gars passent par une étape où ils se demandent comment sont les autres gars, puis ils s'en remettent. C'est juste une étape. Je pense que tu vas bien mec.
J'ai pensé qu'il demanderait. Il a fait. Il voulait savoir si j'avais déjà eu ce stade. Je l'ai fait. J'y suis encore un peu, en fait, mais beaucoup moins que quand j'étais plus jeune. Beaucoup moins que l'an dernier.
« Alors, quelle taille dois-je faire ? » demande-t-il en me regardant curieusement.
« Je ne sais pas… je suis genre 7 ans ? » dis-je en haussant les épaules.
"Oh bien moi aussi !" Il sourit. "J'étais juste inquiet en regardant ça… euhhh…"
Je commence à rire. "Tu parles trop petit pervers !"
Il hausse les épaules. "Hé, la plupart des mecs ne regardent pas ça ? Je pensais que tu étais censé le faire, mais pas avec d'autres personnes. Il attrape à nouveau son entrejambe, essayant manifestement désespérément de m'empêcher de remarquer son érection, ce qu'il rend encore plus évident.
Finalement, j'abandonne et je me contente de serrer mon short de basket, révélant ma légère érection que j'avais cachée jusqu'à présent. Toutes ces discussions sur les woodies, le porno et les filles m'avaient finalement rendu dur. Il baissa les yeux, quelque peu surpris. Je ne sais pas ce qui était le plus choquant, le fait que je l'ai montré ou que je l'aie simplement gardé caché pendant qui sait combien de temps.
Zane recommença à se tortiller. "Je... je dois faire pipi", a-t-il dit dans le pire mensonge que j'aie jamais entendu. J'ai pointé la porte à gauche du lit, la salle de bain. Il est entré.
Quelques minutes plus tard, je frappe à la porte. "Tu t'amuses là-dedans, mon pote ?" Je ris. Il y a un bruit de brouillage et un rapide "uh-huh". Je tourne le bouton. Il a oublié de le verrouiller.
Assis là, sur les toilettes, mon futur petit frère tente d'enfiler un short de sport fin par-dessus son érection furieuse et échoue. C'est évident qu'il s'est branlé. Je m'appuie contre le cadre de la porte. Il ne pensait vraiment pas que son nouveau grand frère était stupide, n'est-ce pas ? Il baissa la tête, complètement honteux. Je m'avançai et m'agenouillai devant lui. Ses yeux me regardent, tristes. Je lui tapote l'épaule, puis je sors. Il suit quelques minutes plus tard.
"Tu n'es pas en colère, n'est-ce pas Ty?" Dit-il en se tenant devant moi pendant que je m'assois sur mon lit.
Ce gamin est adorable, et le fait qu'il soit sur le point de me piquer avec cette énorme gaffe rend la situation embarrassante encore plus drôle. « Non Zane, c'étaient des adolescents. Tout le monde le fait.
Il hoche la tête. « Tu veux le faire avec moi ? » dit-il doucement, la voix tremblante. "Je veux un peu voir…" sa voix tremblante s'estompe.
J'attrape son pantalon et le tire. "Ceux-ci ne cachent évidemment rien du tout," dis-je sarcastiquement. Sa bite rebondit, enfin libre. C'est gros. Presque aussi grand que le mien.
Le pauvre gars est timide au début, puis passe son chemin. Il attrape lentement mon entrejambe à travers mon short. « Puis-je… puis-je le sentir ?
Ses doigts tirent lentement sur l'élastique alors que sa main se glisse dans mon boxer. Je le sens chatouiller le bout de mon monstre en cage. Ma main cherche la sienne. Je le trouve et il laisse échapper un profond soupir.
Mon pantalon est alors arraché et il commence à traire ma bite durement. Je me cogne dans sa main à quelques reprises alors que je sens ses balles suspendues étonnamment basses. Ils ne sont pas énormes, accrochez-vous juste très bas. Je m'allonge sur le lit et il saute sur moi. Sa bite broie la mienne.
"Beaucoup de viol?" Je ris et attrape son mégot rebondi. Il est en très bonne forme après tant de courses.
Je peux voir son sourire à travers la faible lumière. Il roule et commence à frotter de haut en bas sur ma virilité palpitante. Je commence à frotter le sien.
« Vous connaissez des trucs ? Je n'ai jamais fait ça… » dit-il en s'asseyant un peu.
Je réfléchis un instant, puis commence à bouger ma main un peu différemment, ajoute un peu de salive et continue encore. Il n'a jamais pensé à cracher auparavant, apparemment, ce que je trouve étrange. Un peu de lubrifiant fait l'affaire comme d'habitude, et bientôt il gémit et pousse ses hanches. Bonus de point de grand frère : apprenez au petit frère comment se branler correctement.
Il se redresse et me regarde curieusement. Je demande ce qu'il pense. Il sourit juste et me chevauche, nos bites se touchant. Je baisse les yeux, et il a du mal à les aligner, ou semble les frotter ensemble. Je réalise alors qu'il essaie de voir lequel est le plus grand. Comme je l'ai dit, les mines sont un peu plus grosses d'environ un quart de pouce. Il me regarde. "Vous gagnez." Il se recouche, vaincu.
"Je sais quelque chose pour lequel tu pourrais me battre" dis-je en me retournant un peu pour le regarder. Il me regarde, soudain excité. "Pouvez-vous tirer?" Je demande quand il ne peut plus attendre pour un nouveau jeu.
"Tirer?" demande-t-il, un sourire curieux se dessinant sur son visage.
Nous commençons à nous branler tous les deux. Je lui ai dit de me copier, mais dites-moi s'il avait envie de jouir. Je ne vais pas mentir, c'est plutôt chaud d'avoir quelqu'un qui te regarde te branler. Quoi qu'il en soit, je commence donc à frotter lentement, puis je crache sur ma main et je frotte un peu plus vite. Je serre un peu le haut, en frottant juste la partie la plus haute. Puis le bas. Puis caresse mes couilles avec ma main droite, switch, et frotte la gauche.
« Woah, c'est cool ! » se dit-il après avoir changé de main. Je secoue juste la tête. Ce gosse fou. Il me regarde et commence à aller plus vite comme moi. Il se tortille.
Je regarde. "Souviens-toi, ne jouis pas ! Dis-moi si tu es proche, je te dirai quoi faire.
Il arrête. "Oh ouais… je suis proche."
Je tends la main et serre le haut de sa bite. Il enfonce ses fesses dans le matelas, retenant l'orgasme. "Attends…" dis-je, attendant que ses couilles verrouillées et chargées se détendent. Ils font. « Ok, recommencez », ordonne-je, et je recommence à me frotter.
« Attends… alors on ne jouit pas ? Je pensais que c'était la meilleure partie? Il demande complètement perdu.
Je ris juste et lui dis que ça s'appelle de la bordure. Fondamentalement, vous retardez l'orgasme quelques fois, le laissant s'accumuler. Un peu comme pomper un pistolet à eau. Plus vous le pompez, plus vous pouvez gicler.
Je jure que si ce gamin s'éclairait plus, la pièce serait devenue plus lumineuse. "Oooohhhhh !!!" Il a dit: "J'ai compris!" puis a commencé à pomper furieusement sur sa bite. J'ai continué à avancer à un rythme normal, essayant de ne pas rire de son adorable visage, me concentrant complètement sur sa virilité, mordant sa lèvre en toute concentration.
"Tu descends broski !" Il gloussa. « Je suis parti quelques jours. J'ai presque touché mon nombril la dernière fois que je suis allé aussi longtemps !
Je finis par renifler en retenant un rire. "Oh crois moi, ça ira plus loin."
Je me suis arrêté, j'ai pressé un peu le bout, puis j'ai recommencé. Il m'a copié. Nous sommes restés allongés là pendant un moment à faire cela, à la fois en miroir l'un de l'autre et en essayant différentes positions de suspension. Finalement, nous avons convenu que c'était plutôt cool de se faire branler par une autre personne, alors nous nous sommes concentrés l'un sur l'autre pour changer.
Après environ trois minutes à se branler, je lâchai le sien pour me concentrer sur moi-même. C'était l'heure de notre concours de tir.
"Prêt gamin ?" J'ai demandé. Il hocha la tête et sourit.
"Putain ouais !"
Nous commençons tous les deux à pomper furieusement. J'ai compté. 1…2…3…


Dire que c'était le plus grand orgasme de sa vie serait comme comparer le Titanic à un canoë. Alors que j'étais allongé là, ma bite pulsant des flots de sperme chaud et gluant, j'ai compté ses spasmes. 1…2…3… Il resta là, sous le choc, lorsqu'un coup de feu frappa son visage, coulant jusqu'à ses lèvres.
Ses mains ont cessé de bouger, alors j'ai tendu la main et j'ai lentement serré sa bite alors qu'elle libérait tout ce sperme accumulé en environ 5 coups, puis quelques jets pulsés. Quand il a finalement commencé à respirer, c'était profond et lourd. Il s'essuya la bouche avec sa main, puis se lécha curieusement la lèvre.
« HM… a un goût… un peu… différent. Il haletait. "Mais WAOUH!" il m'a regardé. J'avais tiré dans ma poitrine. "Waouh. Tu es comme un putain de super imbibeur, mon frère ! »
J'avais tiré un peu plus en volume, étant un peu plus âgé, mais il m'a probablement tiré dessus en termes de distance. (Cependant, je détiens toujours le record. 12 tirs de sperme en streaming, le deuxième atterrissant à 6 pieds devant nous, au fait. Oui, c'est possible. NON, je n'ai pas bougé le reste du week-end) Quoi qu'il en soit, cette fois il a gagné.
Après un moment ou deux pour reprendre son souffle, il m'a regardé et a dit wow environ une douzaine de fois en quelques minutes. Je suis juste allongé là en souriant. Les points Bro ont quadruplé, apprenez à l'enfant à tirer ET à tirer.
« Tu en as déjà goûté ? » Demanda-t-il, s'asseyant et essayant de contenir la mare de sperme sur son ventre.
J'ai haussé les épaules. J'ai eu une fois. C'était correct, mais pas assez bon pour réessayer. Je lui ai dit que s'il avait fini de manger le sien, nous pourrions aller nous doucher ensemble pour gagner du temps.


Nous sommes entrés dans la douche chaude. Il était environ trois heures du matin, et après l'orgasme massif, nous étions tous les deux assez fatigués.
J'ai savonné son dos, puis j'ai décidé que je le laverais et qu'il pourrait me laver. J'ai tiré un peu sur sa bite quand je suis arrivé, en disant "Bon travail soldat!" puis s'écarta pour le laisser rincer la mousse.
Lui, lavant le mien, a commenté qu'il s'agissait d'un "monstre nucléaire".
Nous avons décidé que le temps de liaison était bon pour commencer, alors nous nous sommes juste blottis dans la couchette du bas et nous nous sommes endormis, agréables et propres. Au fait, câlin sage, c'était plus un câlin de frère à frère. Pas comme un câlin romantique. Nous n'étions pas nus ou quoi que ce soit.
Six mois plus tard, et après de nombreuses autres « soirées pyjama d'essai », Zane est officiellement mon petit frère. C'est maintenant ma dernière année. Nous avons tous les deux des copines, en fait nous sortons avec deux sœurs… c'est bizarre comment c'est arrivé… et je me prépare à aller à l'université dans quelques mois. Il y a beaucoup d'autres histoires, mais celles-ci sont pour une autre fois. J'espère que tu as apprécié. Nous l'avons fait tous les deux. Plus tard!

PS, revenez de temps en temps. Peut-être que je vais le dire à un autre. Le collège est assez fou…

Articles similaires

La vengeance est à moi

J'ai rencontré Sue il y a quelques années, elle avait la chance d'avoir une excellente silhouette et à l'âge de 36 ans, elle s'était bien gardée, j'aime beaucoup d'hommes qui ont essayé de sortir avec elle, mais elle n'en avait rien, disant toujours qu'elle avait une amie régulière avec qui elle sortait et je n'avais aucune chance. J'ai trouvé intéressant qu'elle n'ait jamais amené son amie à aucune de nos sorties de club de célibataires, et en tant qu'organisatrice, j'ai pu voir beaucoup de nos partenaires membres, mais jamais Gaynors. Sue était une allumeuse sexuelle, elle savourait l'opportunité de me faire...

1.1K Des vues

Likes 0

Devenir la reine du bal ; chapitre 3

Chapitre 3 Le lendemain matin, je me suis réveillé au son de cette chanson rock discordante qui sortait de mon téléphone. J'étais encore un peu groggy car je ne m'étais endormi que tard à cause de ma séance de masturbation géniale. Levant lentement la tête, j'ai attrapé le téléphone et j'ai éteint l'alarme. Bâillant, j'ai balancé mes jambes du lit et me suis dirigée vers ma commode. Eh bien, pensai-je, il est temps de voir quel genre de tenue je peux trouver qui ne donnera pas à Beth une crise cardiaque. En fouillant dans les choses pendant un moment, j'en ai...

1K Des vues

Likes 0

La complexité de deux jumeaux

Descriptions des personnages : Jamie & Naomi : 15 ans. Sein 36B. Hauteur 5 6. Cheveux blonds. Yeux bleu pâle. Lillian « Lily » : 18 ans. Sein 34C. Hauteur 5 7. Cheveux bruns. Yeux marrons. « J'ai vu Lily embrasser son petit ami », m'avait dit Naomi. — Alors, ai-je haussé les épaules. Même si nous étions des jumeaux identiques, j'étais le garçon manqué, ce qui signifiait que je n'avais pas l'intention d'écouter ses potins. Je pensais juste- ma sœur a arrêté de parler au milieu de sa phrase. J'ai regardé à temps juste pour attraper son bond. Elle avait l'avantage...

951 Des vues

Likes 0

Obsession vidéo amateur partie 2

J'étais devenu de plus en plus obsédé par le visionnage de ces films et j'ai découvert que je regardais furtivement une montre à chaque occasion, cela incluait de les regarder à la maison même lorsque la femme (Tracy) était là. La vie à la maison n'était pas excitante, j'avais été assez occupée par le travail et je n'étais normalement pas à la maison jusqu'à tard, le résultat de cela était à peu près que Tracy et moi n'avions pas passé beaucoup de temps ensemble, et même si nous nous entendions bien , nous n'avons pas pu passer autant de temps de...

736 Des vues

Likes 0

Oh, Ollie Présentation

Mon meilleur ami, Oliver, était le genre de gars dont n'importe quelle fille deviendrait folle. Puisqu'il était un joueur clé dans l'équipe d'athlétisme de notre école, il avait facilement le corps pour faire baver les filles, mais ce n'est pas ce qui retenait leur attention. Oliver était gentil, mais pas un push-over, intelligent, mais pas un je-sais-tout, protecteur, mais pas jaloux, et juste une personne formidable dans l'ensemble. Ses yeux noisette étaient toujours remplis d'émotion et il savait toujours quoi dire. C'est ce qui a fait revenir les filles. Moi, d'un autre côté, je n'étais pas le genre de fille avec...

279 Des vues

Likes 0

Melissa enseigne la classe et se fait instruire

Cette journée n'allait pas être amusante. Comment Melissa a-t-elle été choisie pour enseigner ce cours ? Une collègue était tombée malade à la dernière minute et elle devait le remplacer. Il y avait d'autres personnes qui connaissaient l'entreprise mieux qu'elle. Elle allait juste devoir sourire et le supporter car la décision avait déjà été prise. Melissa avait été choisie pour donner une conférence sur son entreprise à un groupe de recrues potentielles du lycée local. Melissa est arrivée à l'école bien plus tôt qu'elle ne l'aurait dû pour s'assurer qu'elle pouvait aménager la salle à son goût. Elle a été autorisée à...

1.5K Des vues

Likes 0

La luxure partie 2

Partie 2 En rentrant de la salle de gym, je pouvais remarquer l'humidité qui sortait de ma chatte. J'étais vraiment excité parce que finalement, des choses comme ça ne me semblaient plus aussi mal. Savoir que mon mari approuvait tout ce que je faisais était un énorme plaisir pour moi. Quand je suis rentré chez moi, il n'y avait personne. Je suis monté à l'étage, je suis monté sur le lit et j'ai regardé les deux vidéos que j'avais dans mon téléphone. Les deux étaient extrêmement explicites et m'ont rendu si chaud que j'ai dû sortir mon vibromasseur et me masturber...

1.1K Des vues

Likes 0

La salope de crack - II_(0)

Le lendemain, Laura avait de nouveau besoin de crack. Son petit-ami avait appelé ce matin-là pour lui faire savoir qu'il était attaché à Chicago et qu'il ne serait pas à la maison avant plusieurs jours. Elle lui avait dit de rentrer à la maison dès qu'il le pourrait car elle avait besoin de plus d'épicerie. Elle n'avait pas encore avoué son habitude à son petit ami parce qu'elle avait peur de le perdre s'il l'apprenait. Cependant, elle ne savait pas combien de temps elle pourrait encore le tromper. Après qu'il ait raccroché, elle a appelé son dealer pour avoir du crack...

1K Des vues

Likes 0

Le collectionneur en ligne

Le collecteur J'ai pressé le tissu dans son petit visage mignon. Mon pouce m'a piqué, hier j'avais mordu un petit bout de peau à côté de mon ongle et maintenant le chloroforme me piquait. Elle n'était pas encore sortie. Elle se débattait toujours, mais plus de toute sa force. Une protestation étouffée vint de derrière le chiffon. Ses yeux me regardaient avec peur. Me suppliant, me suppliant de la laisser partir. Je caresse une mèche de cheveux de son front. - N'aie pas peur, chérie, dis-je. « Juste souffle. Prenez encore quelques respirations profondes. Je sais que le chloroforme ne fonctionne pas...

1.1K Des vues

Likes 0

Angel : Détruit par papa - parties 1 et 2

Partie 1 Je ne pense pas que je surmonterai jamais le moment d'humiliation où mon père est sorti dans le jardin et m'a vu attaché au chien de la famille, sa grosse queue brillante collée solidement dans mon cul. Ce n'était pas du tout mon intention de me faire enculer par le chien. Le fantasme que j'avais en tête impliquait la piqûre dure du chien dans ma chatte vierge, pas mon trou du cul vierge ! Mais sans personne autour pour m'aider et le chien, sa piqûre volontaire a trouvé le mauvais trou, malheureusement pour moi. Mon père était de toute...

1.1K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.