Errer

172Report
Errer

Je n'ai jamais été quelqu'un de très sociable. Je n'ai jamais fait partie des personnes invitées à toutes les fêtes bruyantes. Je ressemble plus au gars qui vit en face de ces gens et souhaite qu'ils le gardent. J'ai cependant envie de me promener tard dans la nuit, et parfois je rejoins une fête juste pour avoir quelque chose à faire.

C'était un jeudi, un vendredi si on voulait être technique, puisqu'il était minuit passé. Je me promenais dans un quartier près de ma chambre de dortoir. La seule lumière était fournie par les lampadaires et la demi-lune dans le ciel. La façon dont le quartier était aménagé, tous les appartements faisaient face à l'autoroute, et comme je marchais sur une route normale, je passais devant les arrière-cours des autres. Dans l'une des arrière-cours, il y avait un groupe de trois filles rassemblées autour d'un foyer.

"Heeey", a crié l'un d'eux. Au milieu du foyer se trouvait un narguilé, et l'un d'eux inhalait.

Je ne suis surtout pas une personne sociale parce que je suis très passive. Je ne suis jamais sorti et j'ai cherché des amis. Mais quand une chance se présente à moi, je la prends toujours.

"Hé," dis-je. Je me dirigeai vers eux, les mains dans les poches. La cour était petite. Il y avait une porte coulissante en verre qui entrait dans la maison, puis un foyer, puis l'herbe montait en pente jusqu'à la route sur laquelle je marchais. Les trois filles étaient toutes assises en tailleur autour du narguilé. Je m'assis à côté de la fille qui m'avait interpellé.

Ils étaient tous habillés, mais la fille qui a appelé était une bombe. Short en jean blanc dont les poches sortaient sous l'ourlet. Débardeur bleu ciel qui descendait juste au-dessus de son piercing au nombril, avec une parka blanche dessus. La parka avait l'air chère. Il avait aussi l'air chaud, ce qui était bien. Ce n'était que l'automne, mais je ne pouvais pas imaginer que le reste de ses vêtements la protégeait du froid. Ses cheveux étaient longs, bouclés et brun chocolat. C'était un beau contraste avec la parka blanche. Son visage était clair, son maquillage bien fait. Son nez pointé vers le haut, donnant l'impression de snobisme. Ses yeux étaient de la même couleur que ses cheveux.

J'ai compris qu'elle me demandait où j'allais.

« Umm… nulle part en particulier. J'aime me promener la nuit. »

"Tu devrais venir avec nous !" dit-elle. "Nous sommes sur le point d'aller au centre-ville."

"Euh, bien sûr."

"Je suis Faon."

"Je suis Dave. Sympa de vous rencontrer les gars."

Les deux autres filles ont pris cela comme signal pour se présenter.

"Robinet"

"Lacé"

Robin était mignon. Lacey ne l'était pas. Si Faon était une bombe, Robin était… accessible. Elle n'avait pas la même beauté de superstar, mais j'aurais parlé à Robin sur Fawn si je les avais vus tous les deux au centre commercial. Lacey n'était pas non plus accessible, mais pour le contraire de pourquoi Fawn l'était. Si vous voyiez Lacey au centre commercial, elle lirait seule à une table dans l'aire de restauration, et vous ne prendriez pas cela comme une invitation.

Lacey portait une robe à fleurs qui ressemblait à un coussin de canapé. C'était bon marché. Je ne connaissais rien à la mode, et même je savais que c'était mauvais. Ce n'était pas sa faute, forcément. Tous les vêtements sexy - robes de cocktail moulantes et minishorts en jean - étaient tous confectionnés en petites tailles. J'arrêterai d'essayer de danser autour de ça; Lacey était grosse. Elle avait deux mentons, donc ce n'était pas aussi grave que ça aurait pu l'être. C'était une sale blonde, un plus dans mon livre. Elle avait le genre de sourire qui donnait l'impression qu'elle le pensait sincèrement. Mais cela n'a pas changé le fait que ses bras étaient aussi gros que mes cuisses.

Robin portait un short en jean bleu qui arrivait juste au-dessus du genou. Elle portait une chemise de groupe avec un motif gris foncé d'un tourne-disque de la vieille école fait de cœur et de veines. Eh bien, probablement une chemise de groupe. Le nom sous le tourne-disque n'était personne dont j'avais jamais entendu parler. Au-dessus de la chemise du groupe se trouvait une chemise à carreaux rouge et noire qui était bien trop grande pour elle. Je ne pouvais pas voir ses mains. C'était adorable. C'est elle qui avait pris une bouffée de narguilé quand je suis arrivé.

Elle m'a surpris en train de la regarder et m'a fait un clin d'œil paresseux. Ses yeux étaient bleu électrique. Son nez était un peu trop gros et ne correspondait pas au reste de son visage. Ses cheveux semblaient avoir été teints, mais bien teints. Rouge foncé, presque marron. Long et bouclé.

Elle a essayé de me donner une chance de fumer, mais j'ai fait signe de la main.

"Tu n'en veux pas ?"

"Euh ... non, pas vraiment du genre fumeur."

"Dommage." Elle pouvait bouder comme personne que je n'avais jamais vu. Et ses lèvres étaient tout aussi belles au bout du narguilé, aspirant la fumée.

Faon prit ensuite le contrôle de la conversation. Me questionnant sur ma majeure (sociologie), mon cours préféré (tir à l'arc) et se plaignant de sa mauvaise chance avec les professeurs. J'ai fait de mon mieux pour répondre en nature et maintenir la conversation. J'ai appris que Fawn et Robin étaient juniors, et Lacey était en deuxième année, comme moi. Lacey et Fawn ont partagé deux classes, et Fawn et Robin ont partagé un ex.

"Oh, et il avait la bite la plus grosse et la plus noire", a déclaré Robin.

"Il a fait!" Faon rit. "J'avais peur de me faire couper en deux à chaque fois que nous le faisions !"

J'étais un peu mal à l'aise à ce moment-là. Je les ai laissés se remémorer et j'ai parlé à Lacey. Ma mineure était le cinéma et elle a fini par en savoir plus que ce à quoi je m'attendais sur les techniques cinématographiques. Elle aimait Quentin Tarantino plus que moi. Nous avons dit à quel point c'était génial que Breaking Bad ne se soit pas vendu et a mis fin à la série alors qu'elle était encore bonne. Et puis il était temps de partir.

La voiture de Robin était le camion le plus gros et le plus noir dans lequel j'aie jamais monté. Nous aurions pu faire entrer tout le monde que je connaissais à l'université dans le lit du camion, bien que ce ne soit peut-être pas aussi impressionnant que cela puisse paraître. Robin était un mauvais conducteur. Le club n'était qu'à cinq kilomètres de leur quartier, mais je craignais pour la vie des autres conducteurs tout au long du trajet. Elle semblait penser que le droit de passage revenait à celui qui était le plus grand, et c'était toujours elle. Ou peut-être qu'elle était juste défoncée. Peu importe.

Il était une heure du matin. quand nous sommes entrés dans la danse du jour de Sha Toe. (Essayez de le dire à haute voix.) J'étais le nouveau meilleur ami de la direction, j'arrivais avec trois filles, et ils nous ont laissé faire la queue. Le truc du club était qu'il avait deux zones de danse séparées, avec une barrière insonorisée transparente entre elles, et une musique différente jouant de chaque côté. Vous pouviez regarder l'autre côté du club être horriblement décalé pour vous, car ils étaient sur un rythme différent. Ils ont changé le thème de chaque côté, mais ce soir, l'un était ce que j'appellerais la techno, et l'autre était ce que j'appellerais le rap.

Fawn et Robin étaient toujours sur le narguilé, et m'ont immédiatement traîné du côté du rap et ont commencé à se battre pour moi. J'ai vu Lacey s'asseoir à une table vide, également côté rap, et commencer à jouer avec son téléphone. Mais ensuite j'étais… distrait.

Je ne l'avais pas vu avant parce que nous étions tous assis, mais Robin avait un cul. Oh mon Dieu. Dès que nous avons marché sur le sol, elle s'est frottée contre moi. Je tenais ses hanches et ma bite était dure comme de la pierre. Mais j'avais à peine commencé à en profiter avant que Faon ne la repousse.

"Hé! Je l'ai trouvé, j'ai des dibs ! Elle a ri et a posé son cul sur moi. Elle s'est penchée et a commencé à twerker. J'avais été twerké avant, mais tous l'avaient fait brutalement et rapidement. Elle était lente et frottait juste dans le bon sens de haut en bas. C'était comme faire un lapdance debout. J'ai gémi et j'avais peur d'arriver sur la piste de danse.

"Tu ne l'as jamais appelé !" Robin a appuyé sur le bas de son dos, et se penchant sur elle, m'a embrassé sur la bouche, à pleine langue. Elle avait un goût de fumée et de luxure.

Je n'étais pas le seul à en avoir sur la piste de danse. Pas de loin. Mais j'étais le mec le plus petit et le plus blanc. Je pèse cent cinquante livres, mais une grande partie de mes muscles est dans le bas du corps, donc je ne pourrais même pas dire que j'étais chamois. J'ai vu des gars me regarder, se demandant ce que j'avais qu'ils n'avaient pas. Je suppose que parfois tu as de la chance.

Robin posa ma main sur sa poitrine. J'ai senti ses seins à travers la chemise à fines bandes. Pas question qu'elle porte un soutien-gorge. Je l'ai caressée et l'ai embrassée durement. Fawn broyait toujours doucement et lentement sur ma bite. Ça faisait presque mal, comme j'étais dur.

Faon s'est rendu compte qu'elle ne gagnait pas, alors elle s'est redressée et m'a fait face. Robin a cessé de m'embrasser pendant une seconde, mais ma main est restée où elle était. L'autre était à sa ceinture, commençant à passer sous sa chemise. Sa peau était chaude.

"Daaave." Elle faisait presque aussi bien la moue que Robin. "Dites-lui que j'ai des dibs." Robin recula, se tenant à côté de Faon, et se joignit à elle pour faire la moue.

« Non, Dave, dis à ce connard de descendre. T'es la mienne." Je commençais à avoir l'impression que ce n'était pas vraiment à propos de moi. C'était juste un concours entre eux dont j'étais le prix. Cependant, je n'avais pas assez de sang dans mon cerveau pour m'en plaindre.

« Eh bien. Je pense que… techniquement, Faon m'a vu en premier. Si j'avais eu des cerveaux, je leur aurais dit que les dibs devaient se mériter.

"Daaave. Je ne peux pas te croire. M'embrasser comme ça puis me quitter.

"Désolé, petite amie, Dave sait qui est le meilleur." Elle a tiré la langue à Robin. Juste à ce moment-là, un autre gars a pris Robin par la main et a commencé à danser avec elle.

"Quo- ! A plus tard les gars !" Condamner.

"Eh bien, Dave, tu m'as pour toi tout seul," souffla Faon en battant des cils. D'accord. La musique a repris et elle a recommencé à twerker. Je fis courir mes mains sur le devant de ses cuisses et nous nous déplaçâmes à l'unisson. J'ai glissé mes pouces dans son pantalon. Poussé plus bas et sentit une petite touffe de cheveux. Elle sursauta et posa ses mains sur mes poignets, mais ne ralentit pas. J'ai sorti un peu mes pouces. Puis l'abandonna complètement et la pelota. Oh mon Dieu. Ses seins étaient au minimum des bonnets C et elle ne portait pas non plus de soutien-gorge. Ses mains ont tiré les miennes vers le bas. Déplacé sur son ventre. Revenons à ses cuisses. Dieu, je voulais juste la toucher partout.

Nous nous sommes déplacés vers le mur et je me suis appuyé dessus. Elle s'appuya sur moi, plus vite et plus fort maintenant. Je l'ai tirée vers le haut et autour de moi, je l'ai embrassée, j'ai serré fort son cul, je l'ai giflé. Je pouvais la sentir gémir contre ma bouche quand la claque arriva.

"Hey..." elle retint son souffle. "Peut-être que tu te calmes un peu, mon grand." Je la pris par l'épaule et la retournai pour qu'elle soit dos au mur au lieu du mien. J'ai enfoncé ma main dans le dos de son pantalon, j'ai senti son cul nu. Pas de culotte. Sa main était sur mon coude et elle s'est tue.

Je la poussai contre moi, plaçant mon autre main sur le bas de son dos et embrassai son cou. Mordre son cou. Ce petit gémissement à nouveau, et je lui ai serré le cul. Je lui ai attrapé la main et l'ai accompagnée jusqu'à la salle de bain. Il y en avait trois dans le club. Tous mixtes et petits, tous fermés à clé, et tous avaient un gars avec une clé à l'extérieur qui vous a mis à la porte au bout de dix minutes. Des salles de bains pour baiser, en gros.

J'ai donné de l'argent au videur à l'extérieur et lui ai dit de ne pas nous mettre à la porte avant que vingt minutes ne se soient écoulées. Il a hoché la tête, nous a enfermés.

Calme. Ils les avaient aussi insonorisés. Faon avait l'air un peu effrayée, pas aussi haute qu'elle l'était plus tôt.

« Hé, Dave… tu sais qu'on était juste en train de déconner, n'est-ce pas ? Juste taquiner?

Je n'ai rien dit. Pendant quelques secondes. J'étais trop excité pour penser correctement.

Puis, "Bien sûr, duh." Je lui souris. "Mais tu m'as un peu trop excité là-bas, j'avais juste besoin de venir ici pour en branler un."

"Ha. Oh d'accord."

"Ça te dérange de twerker sur moi juste un peu plus longtemps ?"

Toujours soulagée que je sois d'accord avec les taquineries, elle se retourna joyeusement. J'ai souris.

"Sympa et lent cette fois."

Elle hocha la tête et recula. Penchée jusqu'à ce que son cul soit la partie la plus haute d'elle. Je pouvais voir la sueur dans le bas de son dos. La danse est un travail.

Elle l'a pris gentiment et lentement. J'ai gardé mes mains amicales, juste sur ses hanches. Finalement, elle s'est détendue et nous nous sommes déplacés à l'unisson, comme avant. Je reculai d'un demi-pas et gardai une main sur elle pour qu'elle ne tombe pas. Elle essaya de se redresser.

"Non, reste là, attends juste une seconde."

J'ai décompressé et laissé tomber mon pantalon jusqu'à mes chevilles, je suis sorti, puis je me suis écrasé contre elle dans mon boxer. J'étais sûr qu'elle pouvait sentir la différence, mais elle a continué. Je ne savais pas combien de temps cela avait duré, je ne savais pas quand vingt minutes seraient écoulées. Mais la seule chose entre son cul et ma bite était deux minces morceaux de tissu, et je prenais tout ce que je pouvais du temps qu'il me restait.

Je la poussai contre le mur, me frottant contre elle. J'ai tiré sur ses poignets pour qu'ils se croisent sur le devant de son corps et soient coincés devant elle. J'ai mis une de mes mains à l'endroit où ses poignets se sont croisés et je les ai tenus fermement dans les miens. J'ai mordu son cou et baissé mon boxer avec ma main libre. Un morceau de tissu fin.

"Dave," gémit-elle. "Dave, Dave." J'ai dû résister à l'envie de dire quoi.

J'ai déboutonné son pantalon et mis mes mains sur le devant. Rapidement, sans essayer de me faufiler comme avant. Brusquement, elle a cessé de bouger contre moi et a commencé à se débattre, essayant de libérer ses poignets, mais n'a rien dit. Je mets mon majeur en elle. Elle était mouillée, mouillant la petite touffe de poils pubiens qu'elle n'avait pas rasée.

"C'est bon, ne t'arrête pas", a-t-elle chuchoté, et j'ai pris cela comme signal pour un deuxième doigt. Elle me battait toujours, écartant ses poignets, et je pouvais à peine m'accrocher. Mais la façon dont elle s'est déplacée contre moi tout en se débattant m'a excité encore plus que le twerk, et elle a poussé de hauts souffles grinçants pendant que je la doigtais.

Elle a brisé la prise que j'avais sur ses poignets et s'est retournée, essayant de me glisser. Je l'ai plaquée contre le mur. Elle était si douce. Je pouvais sentir son parfum et un peu de sueur de danse. Je poussai ses bras vers le haut, puis descendis, tirant finalement son short autour de ses chevilles. Elle ne me repoussait pas, elle tenait juste fermement mon dos. Je l'ai doigtée pendant qu'elle embrassait mon cou.

J'attrapai ses cheveux, tirant sa tête vers le haut et l'embrassai rudement sur les lèvres, forçant ma langue dans sa bouche. Elle gémit contre moi et me frotta la main.

J'ai sorti ma main et j'ai serré son cul fermement, puis j'ai déplacé mon autre main vers le haut de son dos. Je l'ai soulevée comme ça et je l'ai posée par terre, les jambes écartées, mais les pieds toujours rapprochés par son short.

J'ai forcé ma bite dans sa bouche et elle a bâillonné. Je l'ai pelotée à travers la chemise tout en appuyant sur l'arrière de sa tête. Ses doux yeux bruns me regardaient, à la fois énervés et excités. Sa langue s'est déplacée sur ma bite comme une experte et après le premier bâillon surpris, elle l'a pris comme une championne. J'étais presque prêt à venir maintenant, mais je ne pouvais pas encore.

Je lui ai arraché la tête de ma bite en lui tirant les cheveux. Elle semblait réticente à le laisser partir, et sa langue a fini par sortir de sa bouche. Ses cheveux étaient en désordre, et avec la langue sortie, elle avait l'air enjouée et excitée.

J'avais besoin d'une minute pour que mon érection se calme, alors j'ai décidé de la manger dehors. Je l'ai poussée en avant et j'ai levé ses jambes, puis j'ai baissé la tête et sorti ma propre langue. Je n'avais pas trop d'expérience, mais elle avait un goût incroyable et cela m'a poussé à bout. Ma langue était partout à la fois, se déplaçant raide le long de ses lèvres, effleurant doucement son clitoris et allant aussi profondément que possible pour la goûter. Elle s'est débattue sous moi en hurlant. Ses mains étaient dans mes cheveux, me forçant à descendre et ses hanches se levaient pour me rencontrer.

Je reculai un instant et la fis supplier.

« Dave, tu continues, connard. J'y suis presque... » Ses yeux étaient grands ouverts, les pupilles dilatées. Ses cheveux étaient toujours en désordre et l'excitation désespérée dans sa voix était parfaite. J'ai mordu ses cuisses, faisant glisser mes dents vers le bas et elle a sursauté. Ma bouche revint vers elle juste à temps pour goûter sa jouissance.

Ma bite était prête à partir et plus trop prête à partir. J'ai relevé sa chemise pour la première fois et j'ai apprécié la vue de ses mamelons. Juste un peu plus grosse qu'un quart, avec quelques grains de beauté sur son sein droit. J'ai tâtonné son sein gauche et j'ai tordu le mamelon. Elle cria encore, toujours allumée. J'ai mis ma bite et j'ai commencé à baiser fort et vite.

Elle a choisi ce moment pour recommencer à se battre. Elle a poussé sur ma cuisse droite et ma poitrine, essayant de me forcer à sortir. J'ai attrapé ses deux mains et les ai soulevées au-dessus de sa tête pendant que je la baisais. Nous avons croisé les yeux et elle s'est mordu la lèvre. J'ai souri, et sur ce, je lui ai dit qu'à ce moment-là, je pouvais lui faire ce que je voulais.

Elle était chaude contre moi et son sperme était mouillé sur ma bite. Elle était lisse et plus serrée que n'importe qui que j'ai jamais baisé. Je me suis dit que je l'avais déjà fait jouir, alors j'ai mouillé plus vite et beaucoup plus fort que d'habitude. Elle ferma les yeux et grogna chaque fois que je pénétrai en elle. Je lui ai mordu le cou, fort. Elle a recommencé à se cabrer, ses hanches venant à ma rencontre à chaque fois.

Les yeux toujours fermés, elle murmura : « Daaaaave. Daaaaave. Puuuuck. Je pouvais sentir la chaleur monter dans ma bite et je l'ai retenue pendant environ vingt secondes avant-

"Auuaaargh." Relâchez, mon Dieu, putain oui. Elle n'arrêtait pas de bouger contre moi, les yeux fermés. Je suis resté dans la poignée et le sol en cercles lents. A mon tour de twerk. Je quittai son cou et m'approchai de son oreille. J'ai mordu le lobe, doucement. Je suis toujours très doux après mon arrivée, peut-être en surcompensant la rudesse. Hum.

"Ouais, tu aimes ça, n'est-ce pas, Faon." Elle est venue, les ongles s'enfonçant dans mon dos.

« Ouais… » murmura-t-elle, totalement détendue.

Nous sommes sortis de là. Le videur m'a arrêté, main tendue mais souriant.

"Ça fait plus de vingt minutes, mais quand je suis arrivé, tu semblais un peu au milieu de quelque chose."

Faon rougit. J'ai donné un peu plus d'argent au gars et lui ai dit de passer une bonne nuit.

Faon et moi sommes sortis, et elle a envoyé un texto à ses amis que nous étions prêts à partir.

Elle frotta sa main sur l'entrejambe de son pantalon. "Tu n'aurais pas dû entrer en moi..."

"Pardon." Je ne l'étais pas.

"Quoi qu'il en soit... je n'ai jamais eu ton numéro, c'était quoi ?"

"Je sais où tu habites. Je passerai si je veux te revoir. J'ai vérifié mon téléphone, puis je l'ai remis dans ma poche. C'était surtout un geste de fin de conversation, car l'heure exacte n'était pas importante si tard dans la nuit. J'ai commencé à m'éloigner.

"Hé, on peut te raccompagner à la maison !"

"Je dois finir ma promenade, mais merci !" Je me retournai à demi pour lui faire signe et la vis me regarder fixement en se mordant la lèvre.

Articles similaires

La vengeance est à moi

J'ai rencontré Sue il y a quelques années, elle avait la chance d'avoir une excellente silhouette et à l'âge de 36 ans, elle s'était bien gardée, j'aime beaucoup d'hommes qui ont essayé de sortir avec elle, mais elle n'en avait rien, disant toujours qu'elle avait une amie régulière avec qui elle sortait et je n'avais aucune chance. J'ai trouvé intéressant qu'elle n'ait jamais amené son amie à aucune de nos sorties de club de célibataires, et en tant qu'organisatrice, j'ai pu voir beaucoup de nos partenaires membres, mais jamais Gaynors. Sue était une allumeuse sexuelle, elle savourait l'opportunité de me faire...

1.1K Des vues

Likes 0

Devenir la reine du bal ; chapitre 3

Chapitre 3 Le lendemain matin, je me suis réveillé au son de cette chanson rock discordante qui sortait de mon téléphone. J'étais encore un peu groggy car je ne m'étais endormi que tard à cause de ma séance de masturbation géniale. Levant lentement la tête, j'ai attrapé le téléphone et j'ai éteint l'alarme. Bâillant, j'ai balancé mes jambes du lit et me suis dirigée vers ma commode. Eh bien, pensai-je, il est temps de voir quel genre de tenue je peux trouver qui ne donnera pas à Beth une crise cardiaque. En fouillant dans les choses pendant un moment, j'en ai...

1K Des vues

Likes 0

La complexité de deux jumeaux

Descriptions des personnages : Jamie & Naomi : 15 ans. Sein 36B. Hauteur 5 6. Cheveux blonds. Yeux bleu pâle. Lillian « Lily » : 18 ans. Sein 34C. Hauteur 5 7. Cheveux bruns. Yeux marrons. « J'ai vu Lily embrasser son petit ami », m'avait dit Naomi. — Alors, ai-je haussé les épaules. Même si nous étions des jumeaux identiques, j'étais le garçon manqué, ce qui signifiait que je n'avais pas l'intention d'écouter ses potins. Je pensais juste- ma sœur a arrêté de parler au milieu de sa phrase. J'ai regardé à temps juste pour attraper son bond. Elle avait l'avantage...

951 Des vues

Likes 0

Obsession vidéo amateur partie 2

J'étais devenu de plus en plus obsédé par le visionnage de ces films et j'ai découvert que je regardais furtivement une montre à chaque occasion, cela incluait de les regarder à la maison même lorsque la femme (Tracy) était là. La vie à la maison n'était pas excitante, j'avais été assez occupée par le travail et je n'étais normalement pas à la maison jusqu'à tard, le résultat de cela était à peu près que Tracy et moi n'avions pas passé beaucoup de temps ensemble, et même si nous nous entendions bien , nous n'avons pas pu passer autant de temps de...

736 Des vues

Likes 0

Oh, Ollie Présentation

Mon meilleur ami, Oliver, était le genre de gars dont n'importe quelle fille deviendrait folle. Puisqu'il était un joueur clé dans l'équipe d'athlétisme de notre école, il avait facilement le corps pour faire baver les filles, mais ce n'est pas ce qui retenait leur attention. Oliver était gentil, mais pas un push-over, intelligent, mais pas un je-sais-tout, protecteur, mais pas jaloux, et juste une personne formidable dans l'ensemble. Ses yeux noisette étaient toujours remplis d'émotion et il savait toujours quoi dire. C'est ce qui a fait revenir les filles. Moi, d'un autre côté, je n'étais pas le genre de fille avec...

279 Des vues

Likes 0

Melissa enseigne la classe et se fait instruire

Cette journée n'allait pas être amusante. Comment Melissa a-t-elle été choisie pour enseigner ce cours ? Une collègue était tombée malade à la dernière minute et elle devait le remplacer. Il y avait d'autres personnes qui connaissaient l'entreprise mieux qu'elle. Elle allait juste devoir sourire et le supporter car la décision avait déjà été prise. Melissa avait été choisie pour donner une conférence sur son entreprise à un groupe de recrues potentielles du lycée local. Melissa est arrivée à l'école bien plus tôt qu'elle ne l'aurait dû pour s'assurer qu'elle pouvait aménager la salle à son goût. Elle a été autorisée à...

1.5K Des vues

Likes 0

Un tour à l'épicerie

[b][/b] vous êtes une femme mariée de 23 ans, enceinte de 7 mois et à l'épicerie. L'apparence est des cheveux blonds légèrement bouclés, des yeux bleus, des seins DD, 5 pieds de haut avec un ventre de femme enceinte très rond. Un chemisier blanc boutonné, une jupe crayon noire et des talons aiguilles noirs. les critiques sont les bienvenues, soyez gentils s'il vous plaît et merci! Quoi qu'il en soit, profitez-en! ;) Vous entrez dans l'épicerie après une longue journée de travail au bureau ; vous êtes fatigué, vous avez mal aux pieds et le pire de tout... vos seins ont...

1.1K Des vues

Likes 0

La luxure partie 2

Partie 2 En rentrant de la salle de gym, je pouvais remarquer l'humidité qui sortait de ma chatte. J'étais vraiment excité parce que finalement, des choses comme ça ne me semblaient plus aussi mal. Savoir que mon mari approuvait tout ce que je faisais était un énorme plaisir pour moi. Quand je suis rentré chez moi, il n'y avait personne. Je suis monté à l'étage, je suis monté sur le lit et j'ai regardé les deux vidéos que j'avais dans mon téléphone. Les deux étaient extrêmement explicites et m'ont rendu si chaud que j'ai dû sortir mon vibromasseur et me masturber...

1.1K Des vues

Likes 0

La salope de crack - II_(0)

Le lendemain, Laura avait de nouveau besoin de crack. Son petit-ami avait appelé ce matin-là pour lui faire savoir qu'il était attaché à Chicago et qu'il ne serait pas à la maison avant plusieurs jours. Elle lui avait dit de rentrer à la maison dès qu'il le pourrait car elle avait besoin de plus d'épicerie. Elle n'avait pas encore avoué son habitude à son petit ami parce qu'elle avait peur de le perdre s'il l'apprenait. Cependant, elle ne savait pas combien de temps elle pourrait encore le tromper. Après qu'il ait raccroché, elle a appelé son dealer pour avoir du crack...

1K Des vues

Likes 0

Le collectionneur en ligne

Le collecteur J'ai pressé le tissu dans son petit visage mignon. Mon pouce m'a piqué, hier j'avais mordu un petit bout de peau à côté de mon ongle et maintenant le chloroforme me piquait. Elle n'était pas encore sortie. Elle se débattait toujours, mais plus de toute sa force. Une protestation étouffée vint de derrière le chiffon. Ses yeux me regardaient avec peur. Me suppliant, me suppliant de la laisser partir. Je caresse une mèche de cheveux de son front. - N'aie pas peur, chérie, dis-je. « Juste souffle. Prenez encore quelques respirations profondes. Je sais que le chloroforme ne fonctionne pas...

1.1K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.