Mon Konstantine et moi - "Salut."

66Report
Mon Konstantine et moi -

Me revoilà donc, perdu dans mes pensées, excluant tout le monde. C'est l'une de ces humeurs qui s'insinuent si lentement, comme une nuit de champagne, une seule bougie et une liste de lecture qui pourrait donner envie à un tour de poignet lors d'un défilé arc-en-ciel de lui trancher les poignets. Au début, vous pensez que vous avez juste envie de champagne, juste parce qu'il a un goût si doux et que c'est la boisson de choix des toasts aux moments de célébration, alors comment pourrait-il être sombre. Et bien sûr, la bougie symbolise un sentiment de romance, de passion et même de méditation paisible et conservatrice. Et bien sûr, l'excuse de la playlist coïncide avec ce sentiment de besoin de musique qui reflète l'ambiance collective calme que vous contemplez. Et voilà, trois explications impressionnantes que vous, naturellement, sauf sans conteste. Mince.

C'est le type d'humeur sur laquelle vous vous épanouissez, attendez, même anticipez… et même si je ne le reconnais peut-être pas consciemment, je sais qu'à un moment donné, vous finirez par apparaître. Sera-ce ce soir ??? À ce stade, vous avez développé la capacité de ressentir ces phases… vous êtes impressionnant à cet égard. Cela commence à la fin et progresse, jusqu'à ce que la fin devienne le début. Ignorer vos appels, ne pas répondre aux messages envoyés… peu importe à quel point ils sont passionnés et érotiques… peu importe le fantasme que vous explorez actuellement avec vos doigts doux, curieux et expérimentés. Je résiste, même si ce n'est même pas une résistance, parce que ma volonté de m'adonner à vos nombreuses compétences a été bannie, exilée et m'a laissée à ma solitude. Bien sûr, cela ne me dérange pas… à ce moment-là, je suis exactement là où je veux être, donc t'ignorer n'est même pas une décision consciente… c'est simplement moi, être moi.

Alors que j'étais allongé là, perdu dans le scintillement de la bougie, le « Konstantine » de Something Corporate glissant dans toute la pièce, une obscurité obstruait le mur blanc qui, quelques instants plus tôt, avait servi de toile de fond à la flamme qui avait possédé toute pensée. Je ferme les yeux très fort et les ouvre pour te trouver là dans le tapis ouvert de la pièce. Je ferme à nouveau les yeux, plus fort, et les ouvre pour confirmer qu'il s'agit bien de vous. Il est. Votre expression est limitée, illisible, mais fluide. Tes yeux transpercent les miens alors que je te fixe, le même regard inébranlable. En vous approchant de moi, vous jetez un coup d'œil sur votre gauche et apercevez la bouteille de champagne posée sur ma table de chevet, la ramasser rapidement et prendre quatre peut-être quatre tirages et la poser pour continuer à perler avec de la condensation. Alors que vous vous tenez là, les jambes confortablement écartées, me regardant assis sur mon lit bas, j'inspire et respire le doux mélange de ce parfum familier de vous… celui qui inclut un soupçon de plaisir personnel antérieur… peut-être sur la voiture passer par-dessus… peut-être debout à ma porte sans être détecté, me regardant… il n'y a aucun moyen de le savoir, mais des pensées de possibilités obscurcissant ma tête commencent à me réveiller.

Je lève et glisse lentement mes mains de derrière vos genoux, jusqu'à l'arrière de vos cuisses, en remontant votre jupe, et je prends vos joues dans mes mains, en massant brièvement… puis en faisant glisser mes ongles dans la fente de vos fesses et dans votre intérieur cuisses, je te tire plus près pour que tu me tiennes debout à califourchon, ta culotte bleu foncé soyeuse et dégoulinante à moins d'un centimètre de mes lèvres. Je me demande si vous avez en fait choisi cette culotte en sachant que le jus collerait et me donnerait encore plus de gâchis à nettoyer… et peut-être que vous avez choisi cette couleur sombre pour refléter ce style de vie sombre et sinistre que vous êtes venu vivre depuis. notre première interaction… et je souris, la première fois depuis longtemps. C'est sur ce soir.

Saisissant ton cul, je tire ta culotte sombre et humide vers ma bouche et commence à masser ta chatte avec ma langue. Vous commencez immédiatement à retirer votre haut avec une rapidité pour révéler vos mamelons déjà dressés. Après avoir retiré ta culotte, je tends la main et commence à pincer tes mamelons et à saisir tes seins, sachant que tu aimes qu'ils soient manipulés brutalement et avec un but. Alors que votre chatte continue, d'une manière ou d'une autre, à devenir de plus en plus humide dans ma bouche, je me retire avec l'intention de vous faire attendre, languir, voire implorer l'orgasme dont vous avez tant envie ces dernières semaines.

Mais tu sais que je ne veux pas t'entendre supplier… non… parce que les mots ne pourraient jamais m'exprimer le besoin et le désir que tu as pour le plaisir que je te donne… tout en un seul mouvement, avant même que je puisse finir d'expirer de la langue que je venais de donner ta chatte, tu te mets à genoux pour retirer mon short et prends ma bite palpitante dans ta bouche ouverte, même apparemment affamée… en la ramenant à ta gorge et en tirant la langue pour donner une performance qui justifierait un bon baise hard.

Alors que ta tête monte et descend sur ma bite, la lubrification humide de ta bouche s'accumulant à la base de ma bite, je me tiens avec ma bite toujours dans ta bouche et amène tes yeux à regarder dans les miens et à pointer vers le coin de la pièce … et avec cela, vous glissez ma bite hors de votre bouche et commencez à vous lever, mais je secoue la tête, et vous me regardez avec des yeux curieux et même choqués… mais vous vous rassemblez rapidement et me souriez comme si c'était votre idée en premier lieu… et vous commencez à ramper, lentement et avec sens, à travers la pièce où se trouve ma commode.

Alors que vous atteignez la commode, la commode qui se tient devant vous sur vos mains et vos genoux, je vois une goutte de votre jus tomber de votre chatte mendiante… et vous tirez du tiroir du bas de la commode un foulard en soie et l'attachez autour de votre tête et à travers votre bouche ouverte. Alors que vous vous tournez vers moi, je vous fais signe avec un doigt de venir à moi, sachant que ce genre de traitement vous rend plus chaud que n'importe quel fantasme que vous pourriez imaginer. Allongé là sur mon dos, vous rampez lentement sur le lit avec le comportement le plus érotique que je connaisse, ça va être une bonne et longue nuit.

En rampant sur moi, vous abaissez vos doux tétons sur mon visage et abaissez votre chatte dégoulinante de chatte sur ma bite, et vous me trouvez plus dur que vous ne l'avez jamais ressenti. Alors que vous glissez sur ma bite, vous expirez profondément et fermez les yeux, pénétrant l'extase, et commencez à pomper de haut en bas, mordant l'écharpe dans votre bouche. Je m'assieds alors et tire tes jambes autour de moi et commence à me frotter fort dans ta chatte, tendant la main et tirant les extrémités supplémentaires de l'écharpe pour que ta tête se soulève et me donne une ouverture pour sucer, lécher et mordre ton cou.

À cela, vous commencez à gémir fort et commencez à grincer de plus en plus fort et à me regarder dans les yeux avec un regard suppliant… suppliant de vous laisser jouir, suppliant de vous laisser répandre votre jus sur ma bite, suppliant pour cet orgasme dont vous aviez besoin, envie, faim de… et j'acquiesce. Et alors que vous lâchez prise et que vous laissez échapper ce long cri étouffé, vous finissez par vous détendre et vous effondrer presque dans mes bras… mais nous n'avons pas fini. Je fais tourner ta jambe gauche et te jette sur tes bras et tes genoux, lève ton cul pour qu'il me regarde, attend, supplie… ça semble être le thème de ce soir et comment puis-je résister.

Alors j'ai enfoncé ma bite en toi… pas de douces caresses, pas d'apaisement… non, cette nuit est une nuit où je te baise jusqu'à ce que tu t'effondres, puis je te baise plus fort et plus longtemps encore. Je te baise par derrière avec ta tête penchée sur le côté Je me nourris de tes gémissements et de tes cris, je me perds dedans, et puis vient le sourire narquois… et je te claque le cul, fort, et la piqûre te fait hurler, mais tu continues à pousser ton cul vers moi, comme si je me suppliais de faire ce que je veux… alors je claque l'autre joue au son et la réaction à la première.

Et avec cela, je réalise qu'il est temps… et j'accélère le rythme, avec des poussées de plus en plus profondes… explorant des parties de vous jamais touchées et rencontrant des sons que vous n'avez jamais entendus… et alors que je me sens atteindre le point de non-retour, J'inspire profondément et vous donne une baise plus longue, plus profonde et plus ciblée… et à mesure que j'approche de mon orgasme, je laisse échapper un gémissement intense et fort et commence à lâcher chaque once de sperme à l'intérieur de vous… de plus en plus… vous remplissant jusqu'à ce que vous réfléchissiez il n'y a aucun moyen que ta chatte puisse tenir plus longtemps, je saisis ton cul… et commence à me détendre.

Après une minute ou deux qui semblent passer des heures, je retire enfin ma bite encore palpitante de ta chatte et expire profondément. Alors que tu te remets à quatre pattes, tu enlèves l'écharpe, me regarde, ferme tes yeux longuement et doucement, souris et te lève lentement… tu marches vers ma salle de bain, avec le mélange de nos jus dégoulinant de ta chatte, où une douche fumante nous attend...

Pensées de possibilités qui nous conduisent, nous consument la tête, tu regardes par-dessus ton épaule et tu me dis avec un sourire… « Salut.

Articles similaires

Fin de l'école

C'était la fin de l'école, la fin d'une vie, la fin d'une époque. Le temps intermédiaire où la petite écolière se transformait en la femme qu'elle voulait être Randy et moi avions joué pendant des mois et j'étais profondément amoureux, mais en même temps inquiet d'être tombé trop amoureux de lui. Randy avait plus de quelques années de plus que moi, je venais d'avoir dix-sept ans. Il avait tout ce que les autres petits garçons n'avaient pas de voitures, de vélos, d'argent, de cartes de crédit et une magnifique bite coupée de sept pouces et demi que j'aimais…. nous étions en...

1 Des vues

Likes 0

Le lit conjugal

Elle a été mariée jeune. Elle avait quinze ans lorsqu'elle épousa un homme de trente-cinq ans, son nom était Rohan. Elle avait peur de lui, et il était excité par elle. Elle était petite, avait des courbes bien placées. Ses seins étaient assez gros pour son corps et étaient souvent affichés bien en évidence en haut de son corsage. Elle s'appelait Anna. Anna n'avait pas peur de son futur mari au début, mais tout a changé lors de leur nuit de noces. Elle se tenait dans sa robe alors qu'il la regardait. Inspecter chaque centimètre de son corps. Elle frissonna, aucun...

61 Des vues

Likes 0

Melissa enseigne la classe et se fait instruire

Cette journée n'allait pas être amusante. Comment Melissa a-t-elle été choisie pour enseigner ce cours ? Une collègue était tombée malade à la dernière minute et elle devait le remplacer. Il y avait d'autres personnes qui connaissaient l'entreprise mieux qu'elle. Elle allait juste devoir sourire et le supporter car la décision avait déjà été prise. Melissa avait été choisie pour donner une conférence sur son entreprise à un groupe de recrues potentielles du lycée local. Melissa est arrivée à l'école bien plus tôt qu'elle ne l'aurait dû pour s'assurer qu'elle pouvait aménager la salle à son goût. Elle a été autorisée à...

134 Des vues

Likes 0

Un tour à l'épicerie

[b][/b] vous êtes une femme mariée de 23 ans, enceinte de 7 mois et à l'épicerie. L'apparence est des cheveux blonds légèrement bouclés, des yeux bleus, des seins DD, 5 pieds de haut avec un ventre de femme enceinte très rond. Un chemisier blanc boutonné, une jupe crayon noire et des talons aiguilles noirs. les critiques sont les bienvenues, soyez gentils s'il vous plaît et merci! Quoi qu'il en soit, profitez-en! ;) Vous entrez dans l'épicerie après une longue journée de travail au bureau ; vous êtes fatigué, vous avez mal aux pieds et le pire de tout... vos seins ont...

80 Des vues

Likes 0

Miel à vendre partie 2

Miel à vendre 2 Je tenais le chèque à Jeb, mais il n'arrivait pas à le prendre et j'ai commencé à craindre qu'il ne renonce à l'affaire. Jeb se gratta les couilles et renifla ses doigts ; l'odeur a dû rencontrer son approbation parce qu'il m'a regardé, a roulé l'allumette dans sa bouche de l'autre côté et a dit. J'ai eu quelques stip-a-lations à ajouter à cet accord. Dit-il en essayant d'avoir l'air d'un avocat. « Quel genre de stipulations ? » Je l'ai regardé avec méfiance. Eh bien, il s'arrêta, tu vas prendre ma jeune et je vais vouloir la voir au moins...

105 Des vues

Likes 0

Le cocu - partie 2

Synopsis de la partie 1. Sandy et Ben étaient un couple marié très inexpérimenté. Tous deux venaient de familles religieuses très strictes. En raison de la dette de jeu de Ben, Sandy a dû baiser Rex, le bookmaker de Ben, pour le tirer d'affaire. Rex avait un énorme pénis, quelque chose que ni Ben ni Sandy n'avaient jamais vu auparavant. La bite de Rex a rendu Sandy folle, lui donnant des orgasmes que Ben ne pourrait jamais produire. Sandy aimait tellement baiser Rex qu'elle a insisté pour qu'à l'avenir elle soit autorisée à le baiser au moins deux fois par semaine...

79 Des vues

Likes 0

L'amour au deuxième regard

Remarque : Il s'agit d'une participation au concours non officiel du 1er mai 2010 sur le forum Sex Stories. Si le paragraphe d'ouverture vous semble familier, c'est pourquoi. Le léger brouillard ajoutait de l'humidité à l'air. La fraîcheur de la nuit s'enroula autour d'elle comme une serviette mouillée, envoyant un frisson le long de sa colonne vertébrale. Elle avait de la chance de connaître si bien la région, sinon elle aurait pu facilement se perdre. Elle regarda à travers les arbres la maison où il vivait, souriant légèrement à la seule bougie électrique allumée à la fenêtre de la cuisine. Elle savait qu'elle ne...

100 Des vues

Likes 0

Partage de Kate

« Voulez-vous un autre verre ? » Non merci mec, répondis-je avec un geste dédaigneux de la main. Je pense que j'ai fini pour la nuit. « Ah allez ! » Ryan a aiguillonné. Ne sois pas une chatte! J'ai juste ri et secoué la tête devant la persistance de mon ami. « Très bien », ai-je répondu dans la résolution. Mais seulement si Kate en a un aussi. Ryan pencha la tête en direction de sa petite amie qui était assise sur le canapé à côté de moi, ses jambes repliées sous son corps. Son expression révélait son désir que nous continuions tous les trois notre nuit à...

93 Des vues

Likes 0

Les Chroniques d'Erica Bradson Chapitre 1

Un conte hardcore de Pervosuxx HARD PASSION : Les Chroniques d'Erica Bradson. Chapitre 1 Énorme changement ! Je m'appelle Erica Bradson, j'ai 48 ans et je suis mariée à mon mari Daniel depuis 23 ans. J'ai trois enfants, Emma l'aînée a 19 ans, mon fils Brian a 18 ans et mon plus jeune Peter a 14 ans. Nous avons toujours été considérés comme la famille parfaite, mon mari Daniel a travaillé dans une société pharmaceutique appelée Binarex Implants & Co, mon fille aînée Emma est partie à l'université à l'âge de 18 ans, mon fils Peter est au lycée à partir de...

20 Des vues

Likes 0

La luxure partie 2

Partie 2 En rentrant de la salle de gym, je pouvais remarquer l'humidité qui sortait de ma chatte. J'étais vraiment excité parce que finalement, des choses comme ça ne me semblaient plus aussi mal. Savoir que mon mari approuvait tout ce que je faisais était un énorme plaisir pour moi. Quand je suis rentré chez moi, il n'y avait personne. Je suis monté à l'étage, je suis monté sur le lit et j'ai regardé les deux vidéos que j'avais dans mon téléphone. Les deux étaient extrêmement explicites et m'ont rendu si chaud que j'ai dû sortir mon vibromasseur et me masturber...

55 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.