Miel à vendre partie 2

118Report
Miel à vendre partie 2

Miel à vendre 2

Je tenais le chèque à Jeb, mais il n'arrivait pas à le prendre et j'ai commencé à craindre qu'il ne renonce à l'affaire.

Jeb se gratta les couilles et renifla ses doigts ; l'odeur a dû rencontrer son approbation parce qu'il m'a regardé, a roulé l'allumette dans sa bouche de l'autre côté et a dit. "J'ai eu quelques stip-a-lations à ajouter à cet accord." Dit-il en essayant d'avoir l'air d'un avocat.

« Quel genre de stipulations ? » Je l'ai regardé avec méfiance.

"Eh bien," il s'arrêta, "tu vas prendre ma jeune et je vais vouloir la voir au moins une fois par mois, parce qu'elle va tellement me manquer. Tes parents ramènent-la ici ou tu paies pour que le bus Trailways me conduise à ta place.

Je pensais que je n'habitais qu'à environ une heure de là et que sa demande était raisonnable, mais je n'étais pas assez stupide pour croire qu'il demandait ces réunions par amour pour sa fille, il lui manquerait probablement sa chatte habituelle. et des fellations. Je ne sais pas combien de résistance Sugar lui opposerait concernant sa compensation pour la perte des fonctions de Honey, mais je parierais que Sugar n'allait pas y renoncer facilement.

"Alors tu veux que je ramène Honey à la maison tous les mois pour que tu puisses la baiser." ai-je déclaré.

Il m'a regardé avec une expression étonnée, puis il a laissé un sourire narquois glisser sur son visage et a mâché l'allumette, puis il a dit « Oui. »

Je lui ai souri en retour et lui ai dit : « Je n'ai pas de problème avec ça. Quoi d'autre?"

"Tu dois m'en donner un, oh ces téléphones coques sophistiqués pour qu'elle puisse appeler et parler à sa sœur et à moi."

« OK, mais je ne suis pas sûr que vous puissiez recevoir une réception ici. » J'ai sorti mon iphone de ma poche et j'ai été surpris de voir qu'il avait trois barres. "rien d'autre?"

« Non », et il m'a arraché le chèque des mains.

Sugar pleurait et serrait sa sœur dans ses bras. Il était clair qu'il y avait un lien étroit entre les deux filles. Honey semblait accepter son sort avec la même résignation qu'elle montrait d'avoir à baiser un inconnu. C'était ce que son père lui avait dit de faire, alors elle allait le faire.

Honey s'était vêtue d'une paire de jeans bleus coupés au fil qui étaient si serrés que la couture entre ses jambes divisait profondément sa chatte en deux. Elle portait également un T-shirt noir Grateful Dead et une paire de vieilles tongs en lambeaux. Sugar a remis à Honey un sac en papier avec ce que je supposais être les biens matériels de la jeune fille.

"OK, c'est lundi," dis-je à l'homme dégingandé. « Donc, je vais vous apporter votre téléphone portable avant le week-end. »

Jeb a chargé le gros chien jaune à l'arrière de ma voiture et a claqué la trappe. Le métayer avait mis une fine corde autour du cou du chien comme laisse de fortune. Le cabot n'avait pas de collier.

"Quel est son prénom?" J'ai demandé à l'homme vieilli.

« Boner », a-t-il répondu avec un sourire. « Ça va, ça va ? »

Tout le monde a fait ses adieux en larmes et Jeb m'a donné l'itinéraire pour sortir de là. Honey a rampé dans le Grand Cherokee et a passé sa main avec émerveillement sur les sièges en cuir alors que je mettais la Jeep noire en marche, s'éloignant lentement de la seule maison qu'elle ait jamais connue. Elle se retourna, s'agenouilla sur son siège et fit signe aux deux silhouettes perchées sur le vieux porche branlant.

Lorsque nous avons atteint la route goudronnée, je lui ai montré comment boucler sa ceinture de sécurité. Elle avait tiré sur la couture de son short dans une tentative futile d'obtenir un certain soulagement de la matière coupant dans sa chatte.

« Est-ce que ce short vous fait mal ? » lui ai-je demandé alors qu'elle se tortillait sur son siège.

Elle m'a regardé avec ses grands yeux verts et a hoché la tête.

"Si vous voulez, vous pouvez les enlever pour être plus à l'aise."

Elle m'a souri, a débouclé sa ceinture de sécurité, a rapidement enlevé le chiffon en jean de son corps et a commencé à frotter sa petite chatte glabre là où le tissu avait coupé un chemin rouge en colère à travers son chatte.

Je ne pouvais pas garder mes yeux sur cette précieuse petite chatte et ma bite a commencé à devenir inconfortablement serrée dans mon pantalon, alors j'ai tendu la main sur le siège arrière pour attraper une serviette que j'ai gardée dans la voiture pour m'essuyer les mains dans les rares occasions où je a dû inspecter l'équipement d'un fermier et je lui ai dit qu'elle pouvait se couvrir avec.

Elle m'a de nouveau souri et a dit: "Ça ne me dérange pas de rester nue, en plus c'est beaucoup mieux avec un short." À ce moment-là, j'ai réalisé que c'était la première fois qu'elle me parlait directement.

"Je suis sûr que ça va mieux, mais ton petit corps mignon me cause de l'inconfort maintenant."

Elle a souri, a débouclé sa ceinture de sécurité, s'est glissée à côté de moi et a enroulé sa petite main autour de ma bite à travers mon pantalon puis a dit: "Je peux réparer ça pour toi", et a atteint ma fermeture éclair.

"Ouah, jeune fille." dis-je un peu trop brusquement. "Ce n'est pas prudent de faire ce genre de choses pendant que je conduis. Retournez là-bas, bouclez votre ceinture de sécurité. Et drape cette serviette sur cette délicieuse petite chatte pour que je puisse nous ramener à la maison en un seul morceau.

Elle a arraché sa main de ma bite comme si elle était en feu, est rapidement revenue à sa place et a tâtonné avec sa ceinture de sécurité. Je pouvais voir sa lèvre inférieure trembler et une larme couler sur sa joue.

"Hé," dis-je alors que je tendais la main et essuyais avec amour la larme de sa joue. "Je suis désolé; Je ne voulais pas t'en vouloir. Vous n'avez rien fait de mal. Vous ne saviez tout simplement pas que nous ne devrions pas jouer pendant que je conduis. D'ACCORD?"

Elle me regarda et hocha la tête. Une autre larme s'échappa du coin de son œil et elle s'appuya contre la porte et se tut.

J'ai regardé dans le rétroviseur et j'ai remarqué Boner à l'arrière qui regardait calmement le paysage défiler.


Je reportai mon attention sur la route ; mes pensées se sont tournées vers ma femme et quelle serait sa réaction si j'amenais une "putain" de neuf ans et son "putain" chien à la maison avec moi. En fait, je n'étais pas trop inquiet pour la fille; J'étais plus inquiet pour le chien. Beth n'aime pas les chiens. Jamais. Elle ne m'a jamais dit pourquoi, mais elle a refusé de me laisser en acheter un pour la ferme. Quant à la fille, je sentais que puisque nous parlions de la possibilité d'adopter un enfant un jour, elle accueillerait Honey à bras ouverts. Même si je n'étais pas trop sûr de la façon dont elle prendrait le rôle de "pute".

Beth et moi sommes, faute d'un meilleur mot « échangistes ». Je baise un peu avec les connaissances de Beth, mais c'est elle, c'est la vraie salope de la famille. Elle a ma permission d'écarter les jambes chaque fois que le caprice la frappe et elle exerce cette option fréquemment. De temps en temps, nous rassemblons entre cinq et vingt hommes pour la gangbanger dans une stupeur sexuelle.

J'ai donc senti que j'avais toutes les raisons de croire que ma femme adopterait Honey comme une salope et peut-être même comme une fille temporaire. Du moins j'espérais que ce serait le cas. La réalité était que je volais par les poils de mes couilles et que j'étais probablement en train de foutre le bordel, mais puisque je suis déjà entré dans ce seau de merde, je peux aussi bien le suivre tout au long de mon mariage et espérer pour le mieux.

J'évaluais mes options pour savoir si je devais appeler ma femme ou non. J'ai finalement décidé que je devrais au moins lui donner une idée de ce à quoi s'attendre quand nous serons rentrés à la maison.

"Bonjour chéri,"

(Moi écoutant Beth)

"Oui, je suis à une trentaine de minutes de chez moi mais je dois faire une halte en chemin."

(mlt

"D'accord, mais j'ai quelque chose à te dire." J'ai continué.

(mlt

"Eh bien, je ramène quelqu'un à la maison avec moi."

(mlt

"C'est quelqu'un que je pense que vous aimerez beaucoup, mais j'aimerais que vous la saluiez et……."

(mlt

Oui, c'est une elle. Écoutez, je ne veux pas entrer dedans au téléphone. Viens avec moi là-dessus. Une fois sur place, mettons-la à l'aise et installons-la dans l'une des chambres d'hôtes et nous pourrons en reparler plus tard.

(mlt

Mon cœur, fais-moi confiance là-dessus. Accueillons-la et quand elle se couchera je lui expliquerai tout. Oui merci. Je t'aime aussi. À bientôt. Oh ouais, ajoutai-je rapidement. « Regardez votre langue, d'accord ? »

(mlt

Ok, ok, calme-toi, non, je ne critiquais pas ; Je voulais juste te préparer. Je t'aime aussi. Oui, au revoir."

Ma femme a une bouche de gouttière. Le vocabulaire de Beth se compose principalement de mots de quatre lettres et je ne voulais pas choquer Honey avec la langue de Beth. Je doutais sincèrement que Honey puisse ou serait choqué par n'importe quelle langue, mais je voulais tout de même faire attention

Nous avons roulé vers le sud jusqu'à Ray City. Ray City, Ga est une communauté assez petite qui se trouve juste au nord de la base de Moody Air Force, qui est juste au nord de Valdosta. Alors que nous passions devant le panneau indiquant les limites de la ville, j'ai aperçu un Wal-Mart et je me suis arrêté.

J'ai demandé à Honey de rester dans la voiture pendant que j'entrais et de lui acheter quelque chose à porter. J'ai pris les coupures avec moi pour juger de la taille à ne pas prendre et lui ai fait un bisou. Elle me sourit timidement et s'affala sur son siège.

Boner a aboyé deux fois pour me faire savoir qu'il voulait sortir.

J'ai rapidement choisi une jupe plissée bleu pâle avec des papillons dessus que je pensais convenir et un paquet de trois culottes. Alors que je me dirigeais vers la caisse, je suis passé devant l'île des fournitures pour animaux de compagnie et j'ai attrapé un petit sac de nourriture pour chiens pour Boner, j'ai payé les articles et je me suis précipité vers la voiture.

Quand je suis revenu dans le Cherokee, j'ai posé la nourriture pour chien sur le sol derrière son siège et lui ai tendu le sac en plastique bleu et blanc et lui ai dit de s'habiller.

Elle sortit le paquet de culottes du sac et me regarda avec de grands yeux. "Pour moi?" dit-elle avec excitation.

« Bien sûr, combien d'autres jolies demoiselles voyez-vous assises dans cette voiture ?

Elle déchira rapidement l'emballage en plastique et caressa les vêtements soyeux avec ses doigts, puis elle les pressa contre sa joue et gloussa.

"Là si doux." dit-elle avec étonnement.

"Eh bien," dis-je avec anticipation dans ma voix. « Mettez-les et voyez s'ils vous conviennent. »

Elle enleva la serviette et se glissa dans la culotte blanche.

« Oh, ils se sentent si bien. » Dit-elle en passant ses petits doigts sur le tissu. « Leur parfait. »

"Maintenant la jupe." ai-je proposé en le sortant du sac.

Elle me l'a pris et a glissé la jupe bleue sur ses jambes, la ceinture élastique serrait ses petites hanches et elle avait l'air de vouloir se lever dans la voiture et modeler ses nouveaux vêtements mais il n'y avait pas assez de place.

J'avais bien fait avec les tailles et Honey semblait heureuse. Elle n'arrivait toujours pas à se remettre de la culotte et sa jupe était autour de sa taille le reste du chemin du retour alors qu'elle les admirait. Inutile de dire que ma bite était dure comme un roc au moment où nous sommes arrivés.

Nous avons garé le Cherokee dans la grange et sommes sortis. J'ai ouvert la porte arrière et Boner est sorti de la voiture avant que je puisse attraper la corde. Je n'avais pas besoin de m'inquiéter car le cabot jaune s'est arrêté juste à l'extérieur du véhicule et a soulagé sa vessie. J'ai ramassé la corde et j'ai attendu qu'il finisse. Honey est venue et s'est tenue à côté de moi alors que ses yeux parcouraient avec émerveillement les portes ouvertes de la grange de notre immense maison.

Je suis dans l'assurance et je me suis très bien débrouillé ces dernières années. Bethany et moi venons de construire cette maison l'année dernière. C'était bien plus que ce dont nous avions besoin, mais nous avons commencé à « nous divertir » et avons décidé que pour l'instant nous ferions des folies et verrions comment fonctionnait cette ferme.

Nous n'avions pas mal pour l'argent. La dernière fois que j'ai vérifié, nous valions environ six millions et nous avions très peu de dettes. Même si j'étais encore dans la mi-trentaine, je n'avais en fait plus besoin de travailler, mais j'ai construit cette entreprise à partir de rien et maintenant elle fait partie intégrante de moi. J'ai confié les opérations quotidiennes de l'entreprise à une femme merveilleusement compétente, ma sœur. Personnellement, je ne gère que les comptes exclusifs et le smoozing politique que j'apprécie tant.

Je suis considéré comme un pilier de la communauté de Valdosta ainsi que de l'État de Géorgie et de nombreuses personnes puissantes et importantes me considèrent comme leur ami. Je suis également connu avec amour comme un pervers et un déviant sexuel parmi ces mêmes personnes. La plupart d'entre eux ont baisé ma femme plusieurs fois.

J'ai attaché Boner à un poteau dans la grange et j'ai rempli un seau d'eau et je l'ai placé à sa portée, mais pas assez près pour qu'il puisse enrouler la corde autour de lui et le retourner. J'ai sorti la nourriture pour chien de la voiture et j'en ai versé par terre parce que je n'avais rien pour la mettre. Boner a reniflé les granulés secs et m'a regardé comme pour dire "C'est quoi ce truc, bordel ?"

J'ai haussé les épaules et je lui ai dit : « Si tu as faim, tu le mangeras.

Prenant la main de Honey, nous nous sommes dirigés vers la maison. Beth se tenait sur la véranda qui entourait notre maison coloniale de quatorze pièces à deux étages. Nous avons monté les marches et j'ai embrassé ma femme sur la joue. Elle me regardait avec mille questions dans les yeux.

J'ai dit : « Beth, c'est Honey. Chérie, voici ma femme, Beth.

"Bonjour chéri. Je suis si heureux de vous rencontrer. Beth se pencha à la taille et tendit la main à Honey.

Honey prit la main offerte et rougit. "Je n'ai jamais rencontré une si belle femme comme toi auparavant."

Beth me regarda à nouveau. J'ai lu de la confusion dans ses yeux, mais elle s'est retournée vers la fillette de neuf ans et a dit. « Merci chérie, ta chérie.

Honey a répondu: "Oui."

J'ai ri et expliqué à ma femme complètement abasourdie que le nom de famille de Honey est Sweet. Chéri. Alors que le nom sortait de ma langue, je me suis dit : « ça ressemble à un nom de strip-teaseuse ».

Honey a répondu et s'est porté volontaire, "Et j'ai une sœur nommée Sugar"

« Beth, allons à l'intérieur et nettoyons Honey, puis nous pourrons dîner et la mettre au lit. » Je suggère.

Beth hocha la tête comme dans un brouillard.

"J'ai oublié, j'ai laissé les affaires de Honey dans la voiture. Chérie, emmène notre invitée aux toilettes et nettoie-la pendant que je récupère ses affaires.

Beth et Honey se tournèrent et entrèrent dans la maison. Je suis retourné à la grange et j'ai vérifié Boner. Je me suis excusé auprès de lui, lui faisant savoir qu'il serait attaché pour la nuit. Il m'a regardé comme s'il comprenait et qu'il pouvait y faire face. Je pense vraiment que c'était juste un vœu pieux de ma part; au moins, il n'avait pas commencé à aboyer.

J'ai récupéré le sac en papier avec les affaires de Honey, pris la culotte supplémentaire qu'elle avait placée sur le siège et les ai glissés dans le sac et je me suis dirigé vers la maison. En marchant, j'ai jeté un coup d'œil dans le sac en lambeaux et j'aurais aimé y avoir jeté un coup d'œil plus tôt. Il y avait deux t-shirts, une fine robe de soleil verte semblable à celle que sa sœur avait à l'arrière de la cabane et une paire de slips pour garçons avec plusieurs trous. Mais les choses les plus révélatrices étaient une vieille brosse à dents rose qui avait été usée à mi-chemin. Les poils dépassaient au hasard dans toutes les directions et il semblait que quelqu'un les utilisait pour nettoyer des pièces automobiles. Il y avait aussi un peigne en plastique auquel manquait la moitié de ses dents.

J'ai trouvé Beth dans la cuisine en train de préparer le dîner.

Alors que j'entrais, elle a sifflé à travers les dents serrées: "Qu'est-ce qui se passe ici, enculé?"

Même si je ne suce pas vraiment de bites, quand Bethany est en colère contre moi, elle m'appelle souvent comme ça. J'ai esquivé sa question et demandé si Honey prenait un bain. Elle a reconnu avec colère qu'elle l'était et a répété sa demande.

« Écoute, dis-je, c'est une petite fille qui reste avec nous un moment. Il n'y a pas assez de temps pour en discuter correctement en ce moment, c'est compliqué. Je promets que dès qu'elle se couchera, je lui expliquerai tout et nous pourrons décider ce qu'il faut faire, ensemble, ce soir, aussi longtemps qu'il le faudra.

Je pouvais dire qu'elle n'aimait pas ma réponse, mais j'ai décidé d'attendre que je puisse expliquer en détail.

Puis Beth s'est retournée et a dit: "Tu sais ce que cette petite fille m'a demandé Henry?"

Je secouais la tête.

« Elle m'a demandé où étaient les autres. Je lui ai demandé quelles autres personnes, puis elle a dit les autres personnes qui vivent dans cet hôtel. Quand je lui ai dit que ce n'était pas un hôtel, que c'était notre maison et que les seules personnes qui vivaient ici étaient toi et moi et tu sais ce qu'elle a dit alors ?

Encore une fois, j'ai indiqué que non.

"Connerie,"

"Honnêtement chéri, je n'ai aucune idée de ce qu'elle a dit." Je me suis défendu.

"Non," dit Beth avec irritation. « C'est ce que Honey a dit : « Merde ». Une fillette de neuf ans, assise dans une baignoire remplie de bulles de savon, m'a dit franchement que j'étais pleine de merde jusqu'au visage.

Ma femme m'a regardé avec ses mains sur ses hanches.

J'ai hoché la tête et lui ai dit. "Je le crois. Vous n'avez pas vu d'où elle venait. Et si je vous disais que tout ce qu'elle possède est dans ce sac en papier ? Je ne veux pas dire que c'est tout ce qu'elle a apporté avec elle, je parle de tout, partout, est dans ce sac. Ensuite, je le lui ai jeté.

Bethany jeta le contenu du sac sur le comptoir. La brosse à dents roula sur la pile de vêtements et tomba presque sur le sol mais elle l'attrapa.

Elle le brandit et l'inspecta. « Putain de putain de merde. » Puis elle fouilla dans les autres articles et découvrit les sous-vêtements et le peigne en lambeaux. "Baise-moi." proféra-t-elle dans sa barbe.

« Sa famille est très pauvre. Ce n'est pas étonnant qu'elle pense que c'est un hôtel.

Ma femme s'est lourdement assise sur l'une des chaises de la kitchenette tenant toujours la brosse à dents. Elle a levé les yeux vers moi et a commencé à parler quand Honey est entrée dans la cuisine en dégoulinant d'eau nue comme la veille sans feuilles de vigne.

"Je ne savais pas quelle serviette utiliser alors j'ai pensé que je ferais mieux de demander." demanda docilement la petite fille rousse.

Beth a bondi et a poussé la petite fille dans la salle de bain, pendant que je prenais la vadrouille du garde-manger et nettoyais les empreintes de pas aqueuses. J'avais tout d'un coup du mal à croire que j'avais baisé cette petite fille il y a moins de quatre heures et je ne me sentais pas très bien à ce sujet. Plus j'y pensais, plus il me semblait que j'avais fait une énorme erreur en l'amenant chez moi.

J'ai rangé la serpillière et j'ai rencontré Beth dans le couloir. Ses yeux étaient humides et elle avait l'air d'être sur le point de pleurer.

Elle m'a regardé et a dit. "Elle n'a jamais utilisé de dentifrice Henry seulement du bicarbonate de soude quand elle pouvait en obtenir."

J'ai attiré ma femme vers moi et je l'ai serrée fort pendant qu'elle continuait : « J'avais une nouvelle brosse à dents dans la pharmacie. Bethany a chuchoté dans ma poitrine. « Cette petite fille a pratiquement dansé autour de la salle de bain quand je le lui ai donné. Elle m'a dit qu'elle le nettoierait comme neuf quand elle en aurait fini avec. Quand j'ai dit que c'était à elle de garder, tu aurais pensé que je lui avais donné un collier de diamants. Puis j'ai jeté ce vieux morceau rose de brosse à dents de merde dans la poubelle. Sais-tu ce qu'elle a fait alors Henry ?

Je n'ai pas répondu.

Ma femme a continué son récit des dernières minutes. « Honey a pêché ce morceau de plastique sans valeur dans les ordures et l'a lavé et a dit qu'elle le rendrait à sa sœur qui l'avait obligée à l'emporter avec elle. Ils partageaient cette vieille brosse à dents enragé Henry……. Dans quoi tu nous as embarqués ? Ma femme de douze ans a dit alors qu'elle me regardait dans les yeux d'un air interrogateur.

Je la regardai et haussai les épaules. "Cela semblait être une si bonne idée à l'époque."

Ma femme a soupiré et m'a dit qu'elle avait préparé la chambre bleue pour que Honey puisse dormir. Puis elle est retournée dans la cuisine pour terminer le dîner.

Honey sortit de la salle de bain toujours nue mais cette fois elle était sèche. Elle me parlait avec enthousiasme de la nouvelle brosse à dents et du bain moussant. C'était le deuxième bain dont elle se souvenait avoir qui avait des bulles. J'écoutais à peine son bavardage excité alors que je lui prenais la main et la conduisais dans sa chambre.

— Merde, s'exclama-t-elle. "C'est beau. Puis-je m'asseoir sur le lit ?

"C'est ton lit." J'ai dit. "C'est ta chambre. Faites ce que vous voulez ici. Je préférerais cependant que vous n'y mettiez pas le feu ou quoi que ce soit.

"Oh, je ne ferais jamais ça." Dit-elle sérieusement, alors qu'elle rampait sur le lit queen size. "Mmmmm, c'est si doux." Elle s'allongea sur le lit à froufrous et bougea ses bras et ses jambes comme si elle faisait un ange des neiges. "Je n'ai jamais baisé sur un lit aussi doux auparavant." Et elle écarta largement les jambes. « Voulez-vous me baiser maintenant, monsieur ...... je ne connais pas votre nom monsieur. »

"C'est Henry Hastings, et pour ce qui est de la putain, attendons un peu avant de décider de le faire."

"D'accord", a-t-elle répondu, "mais je suis assez excitée si je ne baise pas au moins une fois par jour. Parfois, quand papa se saoule et que je ne trouve pas les chiens, je demande à ma sœur de manger ma chatte pour moi parce que je suis tellement excitée.

Surpris, je lui ai demandé. "Je pensais que Sugar n'aimait pas le sexe."

« Oh non, elle aime le sexe. Elle ne veut tout simplement pas baiser papa alors elle lui dit qu'elle n'aime pas ça. Elle dit que ce n'est pas bien de baiser ta famille.

"Eh bien, elle mange ta chatte et tu es parent." J'ai contesté.

"Eatin chatte n'est pas putain." Elle a clarifié.

J'ai souri à la simplicité de son raisonnement et je lui ai dit que j'irais chercher ses affaires.

Quand je suis revenu, elle était toujours sur le lit, les jambes écartées, jouant sans vergogne avec sa petite chatte. Alors que je jetais le sac marron sur son lit, elle me demanda avec émerveillement.

« Je prends toute cette pièce tout seul ? »

"Oui," dis-je, "C'est tout à toi, tout seul."

"Je n'ai jamais dormi tout seul avant." répondit-elle avec inquiétude en continuant à caresser sa petite fente. "Où dormez-vous?" Elle a demandé.

"Je dors avec ma femme au bout du couloir." J'ai clarifié. « Habille-toi pour aller au lit, puis descends dîner. » Puis je l'ai laissée en train de s'occuper de cette belle petite chatte chauve.



J'ai mis la table pour trois et nettoyé ce que j'ai pu pendant que Beth finissait le dîner. J'aurais aidé à cuisiner mais je suis nul. Je peux griller suffisamment pour pouvoir traverser un petit bar-B-Q mais c'est à peu près tout. Ma femme m'accuse d'être la seule personne qu'elle connaisse qui puisse brûler de l'eau.

Le miel entra dans la cuisine ; Je suppose qu'elle était prête à aller au lit. Elle portait un t-shirt Bob l'éponge jaune délavé qui ne lui allait pas jusqu'au nombril et une paire de sa nouvelle culotte. Pour une raison quelconque, elle a fait remonter la culotte «à la taille haute» afin que l'entrejambe soit relevée dans la fente de sa chatte et que les lèvres de sa chatte soient exposées à l'extérieur de la culotte.

Quand Beth a vu le préadolescent se tenir hardiment là, ses yeux se sont tournés vers moi. Je lui rendis le regard troublé qu'elle me lança avec un haussement d'épaules impuissant et un hochement de tête.

Ma femme est allée voir Honey et s'est occupée d'elle : « Tiens, laisse-moi t'aider avec ça. Une jeune femme ne porte pas sa culotte de cette façon. Dit-elle en enfonçant ses doigts dans chaque trou de jambe et en arrachant le matériau soyeux de la chatte humide de la fille.

"Mais je les aime comme ça." Honey gémit, "Ils se sentent bien quand je les serre bien." Et elle a rapidement attrapé le tissu entre ses jambes et l'a arraché jusqu'à ce que les lèvres de sa chatte sortent de chaque côté.

Les yeux écarquillés, Bethany trébucha en arrière et sentit distraitement ses doigts. Quand elle m'a vu la regarder avec surprise, elle est devenue rouge vif et s'est précipitée vers le poêle pour s'occuper de sa cuisine.

Je pris Honey par la main et la conduisis à travers la porte battante qui menait à la salle à manger et lui indiquai quel siège était le sien. Avant de monter sur sa chaise, elle caressa le siège du courage et s'émerveilla de sa texture. Je me tenais derrière elle en train de regarder son joli petit cul alors que la culotte était également remontée dans ses fesses comme un string. Il me semblait qu'il y avait une méthode à son affichage.

Elle m'a regardé avec ses grands yeux verts et m'a cloué. « Tu n'as pas encore dit à ta femme que je suis une pute, n'est-ce pas ?

— Ahhhhh, balbutiai-je en réalisant ce qu'elle faisait. "Non, je ne l'ai pas fait et j'apprécierais si tu me laissais lui dire à ma manière et à mon rythme, petit diable." Et je lui ai chatouillé les côtes et elle a crié de plaisir. « Maintenant, répare ta culotte et tiens-toi bien. » Je lui ai dit en souriant à ses pitreries. "Et au fait, tu n'es plus une pute, tu es peut-être ma petite salope mais tu n'es pas une pute."

Gloussant, elle sortit la culotte de son entrejambe et grimpa sur la chaise. Assise là dans cette grande chaise, elle m'a rappelé Lilly Tomlin dans Saturday Night Live il y a de nombreuses années.

"Que voulez-vous boire?" Je lui ai demandé.

Son sourire s'est évanoui et elle m'a regardé si je venais de l'espace.

"Nous avons du jus, du lait, du soda et de l'eau."

« Nous n'avons que de l'eau à la maison. Elle m'a dit.

« Eh bien, j'ai sondé, « qu'est-ce que vous aimez ? »

Elle haussa les épaules : « Un homme m'a acheté une fois un Yoo-hoo après que je l'ai sucé dans les toilettes d'une station-service. C'était délicieux, il n'avait pas mauvais goût non plus. Saviez-vous, a-t-elle poursuivi, que le sperme d'un homme plus âgé a meilleur goût que le sperme d'un homme plus jeune ?

"Non, je ne l'ai pas fait" répondis-je.

« Eh bien, c'est le cas. Ne me demandez pas pourquoi, mais les gars plus âgés ont plus le goût de la chatte et la chatte a un goût presque aussi bon que Yoo-hoo.

Beth entra dans la pièce et commença à mettre de la nourriture sur la table.

J'ai pris quatre verres et j'en ai rempli trois avec de la glace et de l'eau du réfrigérateur. Le quatrième, j'ai rempli de lait, ajouté du sirop de chocolat et fait de Honey un Yoo-hoo.

Quand j'ai mis le lait au chocolat devant elle, elle a tapé dans ses petites mains et s'est exclamée. "Être avec toi, c'est comme avoir Noël tout le temps !"

"Eh bien," lui dis-je, "tu mérites d'avoir Noël tout le temps."

J'ai jeté un coup d'œil à ma femme et elle avait l'air d'avoir mis en place une pièce d'un puzzle et l'image devenait plus claire.

J'ai demandé à ma femme si elle aimerait du vin avec le dîner.

"Merlot." Elle déclara simplement et partit apporter le reste du repas.

J'ai versé deux verres et les ai mis à notre place.

Beth a apporté un petit rôti avec des pommes de terre et des carottes. Je lui ai tenu sa chaise, puis je me suis assis en bout de table avec Honey à ma gauche et Bethany à ma droite.

Honey inspectait son assiette en la tournant d'un côté à l'autre. Elle a tapé dessus avec ses doigts. "Nous n'en avons pas comme ça, les nôtres sont en plastique." Elle s'arrêta et s'éclaira. "Mais nous avons des fourchettes comme celle-ci mais elles ne sont pas si brillantes et elles ne correspondent pas."

La plupart du temps, nous avons mangé en silence, à l'exception des éloges occasionnels que Honey faisait sur la cuisine de Beth et des commentaires étonnés de la petite fille sur l'opulence de son environnement. J'ai été surpris et ravi qu'elle comprenne les bonnes manières à table, même s'il était clair qu'elle n'était pas habituée à les utiliser.

Beth semblait un peu plus à l'aise, mais je pouvais dire qu'elle avait hâte de mettre Honey au lit et de me traîner jusqu'aux confins de notre chambre.

Quand nous avons fini, Honey a aidé à nettoyer. Elle était étonnée qu'il y ait en fait une "machine" qui lave la vaisselle.

Ensemble, nous avons emmené Honey dans sa chambre. Beth la borda et l'embrassa sur le front.

"Le sucre m'embrasse comme ça parfois", dit la petite fille d'un ton neutre, "mais maman ne l'a jamais fait. Je me suis toujours demandé pourquoi ?

Puis elle m'a regardé : « Je sais que tu n'es pas le président parce qu'il est noir, donc tu dois être quelqu'un de très important pour avoir une maison comme celle-ci et une belle femme comme Miss Beth.

Je lui ai souri et dit. « Non, ma chérie, je ne suis pas quelqu'un de spécial. Je suis juste un homme très chanceux. Bonne nuit."

Alors que ma femme quittait la pièce, elle m'a pris la main et m'a drogué. J'ai juste réussi à fermer la porte en trébuchant après elle.

Elle m'a poussé à travers la porte de notre chambre et je me suis assis sur le bord du lit.

Elle a fermé la porte et a mis ses mains sur ses hanches et a dit: "D'accord, enculé de suceur de bite."
(je n'ai jamais baisé ma mère non plus)

J'ai tapoté le lit à côté de moi et elle s'est déplacée à contrecœur et s'est assise là où je l'avais indiqué.

Je vais juste raconter ce qui s'est passé ce matin et ensuite nous pourrons décider quoi faire.

Quarante minutes plus tard, elle était assise dans ce que je supposais être un silence stupéfait.

Lentement, elle leva les yeux vers moi "J'ai une question", a-t-elle déclaré calmement tout en cherchant profondément dans mes yeux……. Qu'est-ce qui, dans ta grosse tête stupide, croyait que tu ne tomberais PAS amoureux de cette petite fille ? Je suis déjà amoureux d'elle et je t'ai vu à table, alors je sais que toi aussi.

J'étais choqué! Et en même temps, je savais qu'elle avait absolument raison. Je n'avais même pas pensé que je pourrais tomber amoureux de Honey. Elle allait être juste un petit jouet de baise pour que je puisse jouer avec, pourtant j'étais tombé amoureux d'elle, pas en tant qu'amante ou femme, mais en tant que fille. J'avais déjà pensé à elle comme à MA fille !

"Hein." ai-je poussé avec consternation.

"Attends, j'ai menti !" s'exclama Beth. J'ai deux questions. « Comment pensiez-vous que je laisserais un CHIEN rester ici ?

"Je ne l'ai pas fait, j'espérais."

"Eh bien, il ne peut pas." déclara-t-elle catégoriquement.

"D'accord," dis-je, "je le ramènerai vendredi quand je visiterai Jeb et je lui prendrai son téléphone portable.

Elle me regarda à nouveau durement. « Alors, vous prévoyez de continuer avec cette adoption à moitié foutue ? … Vous savez », a-t-elle déclaré, « plus elle reste longtemps ici, plus nous allons nous attacher à elle. Comment diable pourrons-nous l'abandonner au bout d'un mois beaucoup moins d'un an ? »

« Eh bien », ai-je demandé, « Qu'est-ce que vous voulez faire ? »

« Je ne sais pas, mais je peux te dire ce que je ne veux pas faire. Je ne veux pas la renvoyer chez ce vieux proxénète bâtard de père. Je ne veux pas que l'État la prenne et la mette, elle et sa sœur, dans ce putain de cluster qu'ils appellent DCF. Je ne veux pas qu'elle finisse dans la rue, à tirer des tours et à se faire défoncer. C'est ce que je ne veux pas qu'on fasse.

"Alors que reste-t-il ?"

Nous nous sommes assis en silence pendant plusieurs minutes.

"Je suppose que nous la gardons", soupira Beth, "mais pas de putain jusqu'à ce que nous ayons mis les choses au clair."

"Es-tu sûr?" J'ai demandé.

« Non, mais je ne vois rien d'autre à faire ; en plus, comme je l'ai dit, je suis déjà amoureuse de la petite garce.

"Non, je parlais de la baise." la taquinai-je en lui souriant.

Elle m'a donné un coup de poing dans le bras et je l'ai embrassée tendrement. Nous nous sommes allongés et je me suis blotti derrière elle, j'ai mis mon bras sur elle et j'ai pris sa poitrine en coupe.

Nous sommes restés allongés comme ça pendant quelques minutes, aucun des deux n'avait sommeil.

Je lui ai chuchoté à l'oreille : « Vous avez dit clairement que vous n'aimez pas les chiens, mais vous ne m'avez jamais dit pourquoi vous avez un problème avec eux ? »

Elle gisait là, silencieuse, immobile. J'étais presque sûr qu'elle ne dormait pas, mais je n'étais pas sûr. Si elle ne dormait pas, alors soit elle faisait semblant de l'être, soit elle essayait de décider si elle voulait me dire la réponse à ma question. Puis elle a parlé.

«Quand j'avais sept ans, mon connard de frère a ramené à la maison un chien errant au cul moche. Je n'ai aucune idée de ce que c'était, putain de chien, mais c'était putain d'ÉNORME. J'en avais peur. Le bâtard me sautait dessus et me léchait le visage. Je criais et mon frère suceur de bite se tenait là et se moquait de moi.

« Un jour, le chien m'a attrapé par la taille et a commencé à me bosser. Je ne savais pas ce qu'il faisait, parce que je ne connaissais rien au sexe. Je pensais que le bâtard essayait de me mordre, parce que quand j'ai essayé de sortir de sous lui, il m'a grogné. Ma tête de bite de frère a juste ri et m'a traité de chienne de chienne. Je n'avais aucune idée de ce que c'était à l'époque, mais je savais que quoi que ce soit, c'était probablement méchant. Le chien a fini par tirer sa charge sur mes jambes, puis s'est allongé sous un arbre et s'est léché.

« J'ai pleuré tout le chemin de la maison et j'ai raconté à ma mère ce qui s'était passé. Elle m'a réconforté et a obligé mon frère à se débarrasser du méchant animal.

"Depuis ce jour, j'ai eu une peur mortelle de tous les putains de chiens, surtout les gros."

« Envisageriez-vous d'essayer de vaincre votre peur des chiens ? »

"J'ai peur." À ce moment-là, c'était si je parlais à un enfant de sept ans.

J'ai lâché sa poitrine et j'ai mis mon autre bras autour d'elle et je l'ai serrée fort. "D'accord, pensez-y."

We lay there awhile longer, and then I got up and asked Beth if she wanted anything, that I was going to the kitchen to get something to drink. She asked me to bring her some water.

When I opened my bed room door a red mop of hair fell into the room at my feet.

Honey had fallen asleep outside our door and was now scrambling to get up.

“I don’t like sleeping alone,” she whimpered. I picked her up and put her on my hip like a little baby.

“What do you say Beth? Can sleep in our bed?”

My wife smiled and nodded.

“I’m going to get something to drink you want something?” I asked the pre-teen.

“Can I have some more yoo-hoo?”

“Sure pumpkin. Let’s go make some.”


“She sat at the island counter in the kitchen as I mixed her chocolate milk.

She was staring at me with those piercing green eyes. After a moment she said, “Do you really love me?”

I laughed, “you rascal, How long were you out side of that door?”

“Right after you closed it.” She said candidly. “So, do you?”

“Yes, as hard as it as for me to believe, I love you more than I thought could be possible in such a short time. I love you as if you were my own daughter.”

“I don’t understand,” She said after taking a sip of her milk. “My daddy is my father and he never told me he loved me.”

“Well I can’t speak for your father, but I can assure you that Beth and I both love you and we think you are an adorable little girl.”

“I’m not so little.” She defended. “I can fuck a twenty two inch donkey dick. It hurts a little but I can make that shaggy old fucker cum buckets.”

I ruffled her hair, “I never doubted that you could.”

After finishing her milk she rinsed out her glass and put it in the machine that washes dished. I took her hand in mine and we brought Beth’s water to her.

Honey crawled into the bed between my wife and I and snuggled down in the covers.


I woke up to Beth groaning. “Are you all right?” I asked alarmed.

“Oh, fuck! Beth exclaimed. “This little cunt has a fucking magic mouth.”

That’s when I noticed a large bump under the covers. I pulled the blanket and sheet back only to find a nine year old cunt sucking, red headed leech attached to my wife’s pussy.

“Jesus H. Christ! Uuuhhhhhhhhhhhh aaahhhhhhhhhh, Damm that was good.”

Bethany hauled Honey up by the ears and kissed her all over her sloppy face. I think we’re going to keep you forever.

“Ok,” Honey said. “Can he fuck me now?”

“Only if I watch.” My wife told the little slut.


Over the next few days, Beth and Honey tried their best to grant the clothing industry a stimulus package all of their own.

I acquired the necessary cell phones and discussed the situation with a friend of mine who is a judge. With his help I was able to get documentation stating that I was Honey’s legal guardian. With that I would be able to enroll the little girl into school in September. He said it would be fine unless Jeb or Honey’s mother contested it. Part of the price for all of his help was that he and several of his subordinates would get to take Honey to his cabin for an extended weekend. I was a little concerned about letting Honey spend three days with six or seven horney men, but then I figured that they were all adults, so if she hurt them I wasn’t going to worry about it.

Honey fucked and sucked Boner inside the barn. My wife watched from inside the Grand Cherokee. Then Bethany helped Honey blow one of our horses. Then my wife tried it. Unlike Honey, who drank almost everything the stallion could give her. Beth had equine sperm all over her and everything else within twenty feet of the animal. Her only comment was that she never thought a horse could cum that much. “It was like a fucking fire hose!”

Friday rolled around and we piled into the black Cherokee, along with pile of boxes that that nearly blocked my vision from the rear view mirror out back window. In these boxes were gifts that Honey and Beth had bought for Sugar.

Boner was not going with us this trip. The big dog had accepted his new home with an ease that surprised me. I no longer kept him tied up and he would chase our cars to the end of the drive, but would stop at the road and then return to the barn.

Beth was getting more comfortable around the yellow mutt but would not allow him to get close enough for him to touch her. ‘Time,’ I thought, ‘all things change with time.’

For most of the hour trip we happily chatted and played driving games. As we turned onto the last paved stretch of rural road before reaching the dirt road that led to the Sweet residence drive way, two police cars and an ambulance rushed around us as I pulled to the side of the road. Honey speculated that something must have happened to old Miss Veronica.

“She’s been feeling poorly since her husband passed a couple years ago,” the little girl explained matter-of-factly.

“How old is Miss Veronica?” Beth asked.

“About two hundred I guess.” Honey responded as serious as a nine year old can be.

Dust was in the air as we pulled onto the Sweet’s old rutted driveway and when we rounded the big tree we were met with flashing red and blue lights.

We were stopped by a Berrien County Sherriff’s deputy as we approached the old shack. An ambulance was out by the barn and I could just make out an old rusty tractor on the other side of the emergency vehicle. The dogs were excitedly barking and running in all directions.

I rolled down my window and the deputy stuck his head into the coolness of the air-conditioned car.

“What’s going on officer?” J'ai demandé.

“Thar’s been an accident.” He replied. “What’s your business here?” The deputy asked, in his slow Georgia drawl.

“We are friends of Mr. Sweet and we were just dropping buy for a visit.”

I didn’t want to say anything about Honey being Jeb’s Daughter unless I was forced too.

The uniformed officer eyed me suspiciously. He obviously knew Jeb and the thought of him having friends like the ones in this brand new Jeep Grand Cherokee were pretty unlikely.

Honey shouted. “Is my sister ok Dwayne?”

“Honey, Is that you? I didn’t recognize you all prettied up like that.” The young officer said in surprise.

“Dwayne!” Honey yelled again. “IS SUGAR HURT?” The tiny girl demand in a voice that expected an answer.

“No, no, Sugars just fine Honey.” The man paused, “It’s your daddy Honey. He got drunk and decided to do some plowing. We think he was getting off the tractor when he must have bumped the shift lever and jammed it in gear. The big wheel rolled over him and then he got caught up in the plowing rig and was drug all the way from the north pasture. It’s pretty nasty. The tractor finally stopped when it ran into the barn. That’s when Sugar heard the noise and found him. She had to run all of the way over to the Baker’s to use their phone. I think he was kilt as soon as the big wheel ran over him so he probably didn’t suffer too much.”

By now Honey was trying to climb over Beth to get out of the car. I grabbed her by the arm and held her back.

“I don’t think it would be a good idea for you to see your father right now.” I told her earnestly.

“Fuck my father!” She screamed at me and jerked her arm from my grasp. “I want to see Sugar!”

Beth opened the door and the little girl dove from the car and ran toward the dilapidated shack. Just then Sugar exited through the screen door and the two embraced.


A lieutenant with the Berrian Sheriff’s Department who was on the scene and in charge of the investigation spoke with a Barrien County judge after my friend, who is a Lowendes County judge called the magistrate and greased the way for Beth and I to take Honey and Sugar with us until the next of kin could be notified.

The ride home was not nearly as exuberant as the drive out.

To be continued.

Articles similaires

Melissa enseigne la classe et se fait instruire

Cette journée n'allait pas être amusante. Comment Melissa a-t-elle été choisie pour enseigner ce cours ? Une collègue était tombée malade à la dernière minute et elle devait le remplacer. Il y avait d'autres personnes qui connaissaient l'entreprise mieux qu'elle. Elle allait juste devoir sourire et le supporter car la décision avait déjà été prise. Melissa avait été choisie pour donner une conférence sur son entreprise à un groupe de recrues potentielles du lycée local. Melissa est arrivée à l'école bien plus tôt qu'elle ne l'aurait dû pour s'assurer qu'elle pouvait aménager la salle à son goût. Elle a été autorisée à...

135 Des vues

Likes 0

L'amour au deuxième regard

Remarque : Il s'agit d'une participation au concours non officiel du 1er mai 2010 sur le forum Sex Stories. Si le paragraphe d'ouverture vous semble familier, c'est pourquoi. Le léger brouillard ajoutait de l'humidité à l'air. La fraîcheur de la nuit s'enroula autour d'elle comme une serviette mouillée, envoyant un frisson le long de sa colonne vertébrale. Elle avait de la chance de connaître si bien la région, sinon elle aurait pu facilement se perdre. Elle regarda à travers les arbres la maison où il vivait, souriant légèrement à la seule bougie électrique allumée à la fenêtre de la cuisine. Elle savait qu'elle ne...

112 Des vues

Likes 0

Mon Konstantine et moi -

Me revoilà donc, perdu dans mes pensées, excluant tout le monde. C'est l'une de ces humeurs qui s'insinuent si lentement, comme une nuit de champagne, une seule bougie et une liste de lecture qui pourrait donner envie à un tour de poignet lors d'un défilé arc-en-ciel de lui trancher les poignets. Au début, vous pensez que vous avez juste envie de champagne, juste parce qu'il a un goût si doux et que c'est la boisson de choix des toasts aux moments de célébration, alors comment pourrait-il être sombre. Et bien sûr, la bougie symbolise un sentiment de romance, de passion et...

86 Des vues

Likes 0

Le cocu - partie 2

Synopsis de la partie 1. Sandy et Ben étaient un couple marié très inexpérimenté. Tous deux venaient de familles religieuses très strictes. En raison de la dette de jeu de Ben, Sandy a dû baiser Rex, le bookmaker de Ben, pour le tirer d'affaire. Rex avait un énorme pénis, quelque chose que ni Ben ni Sandy n'avaient jamais vu auparavant. La bite de Rex a rendu Sandy folle, lui donnant des orgasmes que Ben ne pourrait jamais produire. Sandy aimait tellement baiser Rex qu'elle a insisté pour qu'à l'avenir elle soit autorisée à le baiser au moins deux fois par semaine...

94 Des vues

Likes 0

Le lit conjugal

Elle a été mariée jeune. Elle avait quinze ans lorsqu'elle épousa un homme de trente-cinq ans, son nom était Rohan. Elle avait peur de lui, et il était excité par elle. Elle était petite, avait des courbes bien placées. Ses seins étaient assez gros pour son corps et étaient souvent affichés bien en évidence en haut de son corsage. Elle s'appelait Anna. Anna n'avait pas peur de son futur mari au début, mais tout a changé lors de leur nuit de noces. Elle se tenait dans sa robe alors qu'il la regardait. Inspecter chaque centimètre de son corps. Elle frissonna, aucun...

78 Des vues

Likes 0

La luxure partie 2

Partie 2 En rentrant de la salle de gym, je pouvais remarquer l'humidité qui sortait de ma chatte. J'étais vraiment excité parce que finalement, des choses comme ça ne me semblaient plus aussi mal. Savoir que mon mari approuvait tout ce que je faisais était un énorme plaisir pour moi. Quand je suis rentré chez moi, il n'y avait personne. Je suis monté à l'étage, je suis monté sur le lit et j'ai regardé les deux vidéos que j'avais dans mon téléphone. Les deux étaient extrêmement explicites et m'ont rendu si chaud que j'ai dû sortir mon vibromasseur et me masturber...

71 Des vues

Likes 0

Partage de Kate

« Voulez-vous un autre verre ? » Non merci mec, répondis-je avec un geste dédaigneux de la main. Je pense que j'ai fini pour la nuit. « Ah allez ! » Ryan a aiguillonné. Ne sois pas une chatte! J'ai juste ri et secoué la tête devant la persistance de mon ami. « Très bien », ai-je répondu dans la résolution. Mais seulement si Kate en a un aussi. Ryan pencha la tête en direction de sa petite amie qui était assise sur le canapé à côté de moi, ses jambes repliées sous son corps. Son expression révélait son désir que nous continuions tous les trois notre nuit à...

106 Des vues

Likes 0

Un tour à l'épicerie

[b][/b] vous êtes une femme mariée de 23 ans, enceinte de 7 mois et à l'épicerie. L'apparence est des cheveux blonds légèrement bouclés, des yeux bleus, des seins DD, 5 pieds de haut avec un ventre de femme enceinte très rond. Un chemisier blanc boutonné, une jupe crayon noire et des talons aiguilles noirs. les critiques sont les bienvenues, soyez gentils s'il vous plaît et merci! Quoi qu'il en soit, profitez-en! ;) Vous entrez dans l'épicerie après une longue journée de travail au bureau ; vous êtes fatigué, vous avez mal aux pieds et le pire de tout... vos seins ont...

95 Des vues

Likes 0

Fin de l'école

C'était la fin de l'école, la fin d'une vie, la fin d'une époque. Le temps intermédiaire où la petite écolière se transformait en la femme qu'elle voulait être Randy et moi avions joué pendant des mois et j'étais profondément amoureux, mais en même temps inquiet d'être tombé trop amoureux de lui. Randy avait plus de quelques années de plus que moi, je venais d'avoir dix-sept ans. Il avait tout ce que les autres petits garçons n'avaient pas de voitures, de vélos, d'argent, de cartes de crédit et une magnifique bite coupée de sept pouces et demi que j'aimais…. nous étions en...

28 Des vues

Likes 0

Les Chroniques d'Erica Bradson Chapitre 1

Un conte hardcore de Pervosuxx HARD PASSION : Les Chroniques d'Erica Bradson. Chapitre 1 Énorme changement ! Je m'appelle Erica Bradson, j'ai 48 ans et je suis mariée à mon mari Daniel depuis 23 ans. J'ai trois enfants, Emma l'aînée a 19 ans, mon fils Brian a 18 ans et mon plus jeune Peter a 14 ans. Nous avons toujours été considérés comme la famille parfaite, mon mari Daniel a travaillé dans une société pharmaceutique appelée Binarex Implants & Co, mon fille aînée Emma est partie à l'université à l'âge de 18 ans, mon fils Peter est au lycée à partir de...

44 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.