Journaux de travail

1.1KReport
Journaux de travail

*****

Premier extrait de journal :

« Suite à la menace d'un procès pour harcèlement sexuel, la deuxième menace de ce type portée contre moi par deux assistants personnels distincts, les poursuites en RH, à la lumière de mes compétences et de mes résultats, ont décidé de me donner une dernière chance avant qu'ils ne soient obligés de prendre des mesures supplémentaires. actions disciplinaires. Dans un effort pour réduire la probabilité d'un scénario répété, ils ont décidé de m'attribuer un assistant personnel qui, à leur avis, ne serait pas à mon goût. Cependant, ils n'ont pas pris en compte à quel point je serais à ses goûts.

*****

Ayesha tambourina avec irritation des doigts contre le coin de son bureau alors que la représentante des RH quittait son bureau, comme un zèbre fuyant un lion qui venait de demander poliment d'arrêter de manger son troupeau, la laissant avec une tempête au-dessus de sa tête. Susan, son assistante la plus récente, avait été un petit corps parfait, serré, parfaitement présenté, doux et timide. Juste le genre de fille qu'Ayesha convoitait.

Une fête de bureau fatidique et quelques coups de victoire en trop et, comme cela s'était produit avec son ancien assistant personnel, Ayesha était devenue «un peu flirteuse». Au moins, c'était sa formulation, cela sonnait mieux au tribunal par rapport à la formulation que Susan avait présentée, "acculée, coincée et forcée dans un baiser profond". Ayesha avait pensé que Susan avait été dedans jusqu'à un certain point. À ce moment-là, Ayesha s'était réveillée le lendemain matin avec une migraine, une douleur à la noix causée par un genou rapide et trois appels manqués des RH.

Cependant, Ayesha a eu de la chance, elle était si bonne dans son travail qu'ils ne pouvaient pas se permettre de se débarrasser d'elle. En fin de compte, le fait est que les règlements à l'amiable que les deux demandeurs avaient coûtés à son entreprise s'élevaient à moins qu'ils ne le feraient s'ils la perdaient et étaient obligés de la recruter à nouveau pour son poste. Malgré cela, ils lui avaient dit qu'un troisième procès de ce genre et ils seraient obligés de l'abandonner de toute façon, de peur que des nouvelles ne commencent à couler sur ses ébats. Même si elle ne savait pas s'ils s'en tiendraient vraiment à leur politique des trois coups à cet égard, elle n'imaginait pas ses chances si elle les poussait.

Et donc elle s'assit, ruminant et attendant l'arrivée de son nouvel assistant personnel. Le fléau de sa vie, tant professionnellement que personnellement. Un homme.

Alex se tenait dans l'une des salles de bain du bureau, se regardant dans le miroir, prenant quelques profondes inspirations alors qu'il se calmait. Il connaissait Ayesha, ou Mme Jones, comme il devrait l'appeler. Ses escapades et son implication constante avec les RH étaient devenues en quelque sorte une légende du bureau, même si personnellement, cela ne le rendait que jaloux, car il avait déménagé dans le bureau dans son rôle de PA pour l'un des autres directeurs qu'il avait toujours fait l'effort supplémentaire de voler. un coup d'œil à elle chaque fois qu'il le pouvait.

Même s'il devait se l'admettre, il ne pouvait plus y avoir de contraste entre eux.

Il se tenait à un modeste cinq pieds huit, comparé à son imposant six deux. Il avait un corps mince, mais pas tonique. Elle était un peu plus lourde, une femme ronde avec une forme douce qui l'attirait, ses seins, ses hanches et ses fesses sensiblement plus gros que ceux de pratiquement toutes les femmes à prédominance maigre de l'organisation et certainement, au moins pour lui, le la plus attrayante. Là où sa peau était claire, la sienne était foncée, là où ses cheveux étaient blonds, les siens étaient noirs. Là où il était timide et introspectif, elle était directe et extravertie.

Mais néanmoins, malgré toutes leurs différences, sans même connaître son nom, elle avait élu domicile dans son cœur, ce qui le mettait en désaccord avec lui-même. Il savait qu'elle s'intéressait aux femmes et il savait que c'était quelque chose qu'il ne serait jamais. Malgré tous les désirs réprimés qu'il pouvait avoir flottant dans son esprit.

Tout cela signifiait qu'aujourd'hui n'était pas seulement le début d'un nouvel emploi et d'une nouvelle journée de travail pour Alex, mais d'une opportunité. Bien qu'il n'y ait peut-être aucune chance de romance avec elle, il serait au moins à ses côtés pendant des heures chaque jour, l'aidant dans son travail, capable de lui parler, d'apprendre à la connaître, peut-être de la laisser apprendre à le connaître. S'il avait de la chance et qu'il jouait bien ses cartes, peut-être qu'ils pourraient devenir amis. À tout le moins, il le savait, elle le valoriserait en tant qu'assistant. Il n'était pas du tout fier, mais il savait qu'il était bon dans ce qu'il faisait.

Il passa une main dans ses cheveux blonds courts, s'assurant qu'ils étaient aussi élégants que possible avant d'appliquer son plus chaleureux des sourires professionnels, essayant de rayonner de confiance alors qu'il ajustait son costume, quittant la salle de bain et se dirigeant vers le bureau légendaire de Mme Jones.

Ayesha leva les yeux de son ordinateur portable alors qu'un jeune homme frappait à la porte de son bureau avant de pousser la porte, lui souriant chaleureusement alors qu'il s'avançait vers son bureau avec une démarche professionnelle, chaque pas et chaque mouvement mesuré.

« Mme Jones ? Je suis Alex, j'ai été désigné comme votre nouveau PA. J'espère que je pourrai me prouver que je suis précieux pour vous. dit-il, chaleureux et amical, debout, les mains jointes derrière lui, presque comme au garde-à-vous alors qu'il se présentait à elle pour inspection.

Elle le regarda avec un œil critique, alors qu'elle ne pouvait pas nier qu'il y avait une certaine féminité chez le jeune homme, il y en avait beaucoup trop peu pour attirer toute son attention.

Elle laissa échapper un léger soupir, manquant déjà des filles délicates qu'elle avait chassées et hocha la tête, arborant un léger sourire fatigué. "Ouais ouais, c'est bon de te rencontrer Alex." dit-elle, essayant de cacher sa déception dans sa voix, adoptant un ton professionnel, "Je suis sûre que nous nous entendrons... Super." elle hocha un peu la tête, même si sa voix était encore visiblement incertaine.

Avec le tribunal, les réunions avec les RH et maintenant un nouveau PA qui ne lui ont pas fourni le plaisir pour les yeux dont elle était sûre que c'était la moitié du but d'avoir un PA, pour des raisons de moral, bien sûr, elle se sentait plus qu'un peu épuisée.

Alex but à la vue d'elle avec un rapide coup d'œil avant de sourire en s'éloignant de son bureau, "Je vais juste m'installer sur le bureau juste devant votre porte Mme Jones, si vous avez besoin de quelque chose, vous n'avez qu'à demander. "

Elle hocha la tête plaintivement et marmonna un remerciement sans conviction avant de le regarder se retirer vers la porte. Son cul allait bien, supposa-t-elle. Mais rien d'enthousiasmant.

Alors qu'il fermait la porte la laissant seule dans son bureau, elle se renversa dans son siège et sortit son dossier personnel, son dossier et son CV, elle sentit que si elle allait devoir travailler avec lui, elle devrait au moins voir de quoi il parlait. En raison du malheur de son sexe, il n'aurait pas été son premier choix, en vérité, il n'avait même pas été son dixième, Ayesha aurait choisi une femme PA totalement incompétente plutôt qu'un homme, mais ces jours étaient passés. maintenant donc elle devait le juger sur des mérites autres que cela. Heureusement, son dossier semblait venir avec des recommandations élogieuses.

Elle lut les notes sur lui, essayant d'évaluer le niveau de travail qu'elle pourrait entreprendre pour le sortir de ses cheveux et le laisser s'installer dans son nouveau rôle.

Certaines parties de son dossier semblaient se lire comme une conférence de mots à la mode. Motivé, passionné, motivé, proactif.

Elle ne put s'empêcher de sourire narquoisement à ce dernier. Un PA proactif ? Qu'est-ce que ça voulait dire ? Ce n'était pas comme si une assistante publique pouvait faire le travail d'Ayesha avant qu'elle ne le lui ait donné.

Alors qu'elle secouait la tête, lisant la liste et commençant à croire que l'intégralité de la carrière de cet homme avait été construite sur Buzzword Bingo, il frappa à sa porte, l'ouvrant.

Elle cligna des yeux et leva les yeux de son ordinateur portable, les sourcils froncés, surprise de le voir si tôt sans lui avoir demandé de revenir. Elle écarta les lèvres pour parler, puis les referma, remarquant la grande tasse blanche qu'il portait à la main, de en s'enroulant.

Il se dirigea vers Ayesha, souriant poliment en le déposant à côté d'elle, ne disant pas vraiment un mot avant de se tourner pour partir.

Alors qu'il arrivait à la porte, elle parla, sa voix suspicieuse : « Café, lait, deux sucres ?.. »

Il regarda par-dessus son épaule, inclinant légèrement la tête, une main tenant la porte, « Oui, Mme Jones ? »

Elle hésita, lorgnant le mug puis lui à son tour. « ..Comment saviez-vous comment je l'ai pris ? Comment as-tu su que j'en voulais un ?

Il sourit alors, un sourire éclatant et contagieux qu'elle se retrouva presque à lui renvoyer. « Oh…                                           . il haussa les épaules, « Si tu as besoin de moi pour quoi que ce soit… » il hocha la tête sans dire le reste et ferma la porte derrière lui, la laissant une fois de plus à son dossier et à son café.

Ayesha prit la tasse fumante dans ses mains et sentit la chaleur s'infiltrer jusqu'à ses doigts, ses lèvres charnues formant un sourire alors qu'elle laissait l'odeur du café remplir son esprit. « Mm.. Un assistant personnel proactif.. Cela pourrait être intéressant. »

*****

Deuxième extrait de journal :

« Les compétences, le dévouement et le dévouement d'Alex m'ont impressionné au cours de ses premières semaines à travailler à mes côtés. Il ne m'a pas fallu longtemps pour réaliser son attirance évidente pour moi, qui était franchement adorable en soi, ne serait-ce que pour la difficulté avec laquelle il essayait de le cacher, mais la façon dont cela s'est manifesté a certainement attiré mon attention. Au cours de toutes mes années de travail, je n'avais jamais eu d'assistant personnel aussi disposé à faire un effort supplémentaire, prêt à m'aider et aussi rapide qu'il me fournissait ce dont j'avais besoin avant que j'aie le sens de le demander. Alors que professionnellement notre partenariat avait un impact évident sur le rendement et la qualité de mon travail, personnellement, je devais admettre une affection croissante pour lui. Bien que ce ne soit toujours pas à mes goûts sexuellement, je ne me souvenais pas de la dernière fois que quelqu'un avait été si heureux juste de me voir et si désireux de plaire. C'était juste ma chance qu'Alex ait un fil conducteur dans sa vie qui mènerait à ce que je voulais, et je n'ai pas pu m'empêcher de tirer dessus.

*****

"Non. Non non non non, putain ! Non!" Ayesha jura avec un désespoir croissant alors qu'elle fixait le petit cercle en rotation au centre de son écran grisé. Elle pouvait encore voir les mots écrits dessus, une page de quarante sur son ordinateur portable apparemment gelé.

Elle serra les dents et regarda autour d'elle, impuissante, son ordinateur portable l'avait déjà fait une ou deux fois auparavant, ce qui lui faisait toujours perdre tout ce qu'elle était en train de faire. Elle n'y avait pas beaucoup pensé auparavant, cela lui avait coûté quelques petits brouillons d'e-mails, mais c'était juste plus un inconvénient que quelque chose de majeur, et son service informatique lui avait assuré qu'ils avaient résolu.

Et pourtant, elle était assise là, sur le point de perdre près d'une journée de travail, due demain, à cause du vide qu'était un crash de PC. Oui, elle était coupable de travailler à domicile et oui, elle était coupable de travailler après les heures de bureau, mais elle devait l'être pour garder une longueur d'avance et dans sa précipitation, elle avait souvent négligé de faire des arrêts.

"Putain putain putain putain .." Répéta-t-elle, regardant sévèrement l'ordinateur portable, incapable de rester immobile alors que sa panique commençait à s'installer.

Elle sortit son téléphone et regarda l'heure, onze heures. La dernière technicienne aurait quitté le bureau il y a des heures, elle était morte dans l'eau et elle le savait, une sensation de naufrage s'installant dans sa poitrine.

Ayesha se mordit la lèvre et ouvrit sa liste de contacts, désespérée et sans réfléchir, ayant juste besoin de secours, là, bien en vue en haut, se trouvait Alex.

Au cours des dernières semaines, il s'était montré ingénieux et serviable dans toutes les situations qu'elle avait rencontrées, si quelqu'un pouvait l'aider, elle était vraiment certaine que ce serait lui.

Alex laissa échapper un faible gémissement alors que son téléphone sonnait à côté de lui sur sa table de chevet. Clignant des yeux avec lassitude, il ramassa le téléphone, balayant vers la droite avec son doigt pour répondre alors qu'il écrasait paresseusement le téléphone sur le côté de son visage.

"Mm..Alex oui salut."

« Alex ? ! C'est Ayesha !

Sa voix et le ton qu'elle tenait le tira rapidement du sommeil, la panique dans sa voix était à peine contrôlée « A-Ayesha ? Qu'est-ce qui ne va pas?"

« C'est mon ordinateur portable, il est tombé en panne et je n'ai pas enregistré ce document sur lequel j'ai travaillé toute la journée, y a-t-il un moyen de le récupérer ? »

Alex s'assit un peu dans son lit, se frottant la tête, essayant de mettre de l'ordre dans ses pensées, « Je euhh… je veux dire… Ouais ? Probablement, mais je ne pouvais pas vraiment vous en parler. Si euh.. Vous me donnez une heure pour que je puisse vous rencontrer au bureau ?

"Trop longtemps, j'ai votre adresse, je serai là dans vingt minutes."

Alex ouvrit la bouche pour répondre mais le téléphone se tut, elle avait raccroché.

Il cligna des yeux et bougea son téléphone, fixant l'écran, remarquant l'heure, il n'était au lit que depuis une heure environ avant qu'elle ne sonne, mais quand même, elle venait ici ? Maintenant?

Il balança ses jambes hors du lit et frotta ses cheveux blond sable, se leva avec lassitude et bougea pour enfiler un short alors qu'il regardait autour de sa chambre, il devrait ranger un peu avant qu'elle n'arrive. Malgré la propreté de son appartement, il y avait des objets de nature plus personnelle qu'il ne pouvait pas lui permettre de voir.

Ayesha a passé un meilleur temps qu'elle ne l'avait prévu, jetant sa voiture dans les rues en direction d'Alex et de son appartement, elle avait basé son estimation du temps qu'il lui faudrait pour s'y rendre sur ses temps de trajet habituels et elle n'avait ni pris en compte compte de sa propre anxiété ou du manque de circulation dans les rues nocturnes.

Elle se sentait comme un chauffeur d'ambulance, se référant au code de la route comme plus de directives avec un patient vital, espérons-le pas en phase terminale, assis à côté d'elle, un petit cercle tournant de façon inquiétante alors qu'elle mordillait sa pleine lèvre sombre.

C'était à cause de sa vitesse qu'Alex n'avait réussi qu'à balayer brièvement son appartement au moment où il entendit un coup pas si poli à sa porte, haussant les sourcils à une horloge sur le mur alors qu'il notait à quelle vitesse elle était arrivée ici. Il s'est approché de la porte et a brièvement vérifié le judas, confirmant que c'était bien Ayesha avant de laisser la porte s'ouvrir.

« Ayesha, c'était rapide, je-. » Il cligna des yeux alors qu'elle mettait un ordinateur portable dans ses mains, la femme la plus grande se tenant au-dessus de lui, les deux partageant un moment pendant qu'ils s'évaluaient l'un l'autre.

Elle se tenait grande et sombre dans la lumière de son appartement, son costume de bureau habituellement impeccable et négligé, ses longs cheveux noirs plus qu'un peu ébouriffés et dépourvus de leur queue de cheval habituelle.

Lui aussi avait l'air loin de la portée habituelle de la propreté professionnelle qu'il s'efforçait de maintenir en sa présence, ses cheveux ébouriffés de son oreiller, ses yeux lourds de sommeil et dans sa hâte de ranger les choses, simplement vêtu d'un caleçon gris uni. , affichant son corps svelte et sa peau blanche et chaude.

Même dans l'état de manque de sommeil d'Alex, il avait appris à bien connaître Ayesha. « ..Il y a une bouteille de whisky sur le placard, des verres au-dessus. Laisse-moi ça. il hocha la tête, essayant de sourire de manière rassurante et fut récompensé par le sourire soulagé d'Ayesha, épuisé mais reconnaissant.

Il la regarda se retirer dans sa cuisine, ses yeux collèrent momentanément les larges hanches d'Ayesha, balançant son cul épais de manière séduisante vers lui alors qu'elle marchait, une main passant dans ses cheveux alors qu'elle laissait échapper un long soupir. H

e baissa les yeux sur l'ordinateur portable dans ses mains, se mordant la lèvre en observant le petit cercle. Il se déplaça pour s'asseoir sur son canapé, repliant ses jambes confortablement sous lui, toujours seulement dans son boxer gris mais pas trop dérangé par ça, il savait qu'elle ne le serait pas.

Ayesha entra dans la cuisine et s'appuya sur le comptoir, fixant la bouteille de whisky alors qu'elle essayait de rassembler ses pensées et de calmer ses angoisses. Son ordinateur portable était entre les mains compétentes d'Alex, il ne lui avait pas encore fait défaut et elle avait confiance en lui.

Elle prit un verre et se versa une grosse mesure, le renversant avant d'en verser un autre.

En fait, s'il ne pouvait pas récupérer le fichier, elle était sûre qu'il n'aurait pas été récupérable. Ni sa faute, ni sa faute, sauf pour avoir oublié de sauvegarder le fichier. Cela devrait simplement être attribué à un accident très malheureux, un accident, sans aucun doute, qu'elle paierait au cours des prochaines semaines au travail. Mais tel était le travail parfois. Et même dans le pire des cas, elle aurait Alex à ses côtés, l'aidant à sortir du trou dans lequel elle s'était creusée.

Alors que cette pensée l'aidait à se détendre, elle a profité de l'occasion, prenant une gorgée plus délicate du whisky cette fois, notant en fait les saveurs et les épices au lieu de simplement le rejeter, pour observer la maison d'Alex maintenant son attention était libérée de la panique de l'avoir ordinateur portable à lui, se trouvant par nature curieuse à son sujet et à la façon dont il vivait en dehors du travail.

Elle était franchement abasourdie. Elle s'était attendue à un baccalauréat étant donné son jeune âge et son statut de célibataire. Mais à sa grande surprise, la cuisine de son assistante personnelle était plutôt impeccable. Elle aurait soupçonné, dans des circonstances différentes, que s'il avait su avant son arrivée qu'il aurait nettoyé en profondeur tout l'appartement à son profit, mais elle était arrivée avec peu ou pas d'avertissement. La vaisselle était propre, les surfaces impeccables, tout était joliment décoré avec une belle palette de couleurs pastel qui se complétaient les unes les autres.

Avalant une autre gorgée de whisky, elle se dirigea vers le grand réfrigérateur, sa curiosité la conduisant toujours alors qu'elle l'ouvrait, jetant un coup d'œil à l'intérieur.

Il était bien approvisionné, et pas seulement avec des repas et des collations allant au micro-ondes comme les siens, non, des produits authentiques. Viandes, produits laitiers, fruits et légumes.

À en juger par quelques boîtes de restes qu'elle avait repérés, il semblait plus que capable de cuisiner avec le mélange d'ingrédients. Elle haussa les sourcils en regardant à l'intérieur d'une des boîtes révélant une sélection de cookies. Il semblait qu'il cuisinait aussi, pas moins.

L'image d'Alex qu'elle avait dans la tête, le jeune homme au travail modeste, gentil et bien présenté qui, selon elle, vivait de plats à emporter et passait des soirées à regarder Netflix et à naviguer sur le Web se reformait tranquillement dans son esprit en quelque chose de complètement différent.

Pinceant les lèvres, elle ferma le réfrigérateur et remplit son verre, retourna dans son salon et avec un autre profond soupir s'assit sur l'une des chaises, son cadre grinçant légèrement, lui rappelant, à son grand dam, que son régime était ça ne se passait pas aussi bien qu'elle l'avait espéré, comme jamais.

Il ne détourna pas les yeux de son ordinateur portable lorsqu'elle entra, ses sourcils légèrement plissés alors qu'il travaillait sur la machine, lui donnant l'occasion de se détendre dans son fauteuil, de savourer son whisky et de l'observer à nouveau dans cette nouvelle lumière.

Elle avait souvent rejeté son apparence, il était propre, bien présenté et professionnel au travail, comme elle s'y attendrait d'un assistant personnel, mais en le voyant tel qu'il était maintenant, elle pouvait voir ces racines beaucoup plus profondément.

Ses ongles, par exemple, étaient toujours propres, coupés et soignés, comme elle pouvait s'y attendre. Cependant, elle pouvait le voir aussi, ce qui impliquait qu'il ne les gérait pas dans le cadre de son uniforme ou pour le bien de quelqu'un d'autre que le sien.

Il était, comme toujours, rasé de près, comme elle s'y attendrait d'un assistant personnel. Mais il était 23 heures. À moins qu'il ne se rase avant de se coucher, ce dont elle doutait, elle supposa qu'il n'avait tout simplement pas poussé les poils du visage. Elle remarqua d'après ce qu'elle put voir, que le reste de son corps était également dépourvu de poils, donnant à son corps svelte un aspect plus féminin.

Elle fronça un peu les sourcils à ses propres pensées. Elle était attirée par les femmes, elle le savait pertinemment. Mais qu'est-ce qui l'attirait exactement chez les femmes ? Alors qu'elle était assise là, berçant son whisky et le regardant, elle réalisa que de nombreux aspects qu'elle recherchait chez un partenaire étaient présents chez Alex.

Son corps, bien que torse plat, hanches étroites et court de tout ce qu'elle décrirait comme un butin, était mince et lisse avec une peau impeccable, son visage tout en arborant des aspects masculins était néanmoins attrayant, avec ses yeux brillants, ses cheveux clairs et ses lèvres charnues.

Elle sirota son whisky. Il était mignon et prenait soin d'elle, et pouvait clairement prendre soin de lui-même.

Elle baissa les yeux sur les couleurs miel chaudes de son whisky, le regardant avec méfiance. Les deux dernières fois qu'elle avait bu en compagnie de ses PA, elle avait perdu un peu de contrôle et, finalement, perdu les deux PA à la suite de ses actions ultérieures.

Elle se demanda si c'était tout cela, l'alcool la poussant à nouveau à faire bouger quelqu'un qu'elle n'aurait pas l'habitude de faire. Elle leva les yeux vers lui une fois de plus et se retrouva à le fixer, ses pensées se contredisant. C'était un lui, mais en regardant au-delà, elle vit quelque chose qu'elle aimait.

Après quelques minutes, elle sentit une montée d'une autre sorte, s'éclaircissant la gorge un peu maladroitement pour briser leur silence. » demanda-t-elle, levant les yeux vers lui, assise avec ses jambes repliées sous lui, une pose particulièrement féminine qu'elle nota.

"Oh euh, deuxième porte à gauche." Dit-il, indiquant la direction d'un geste poli de la main, sans lever les yeux de son écran.

Elle hocha la tête et posa son whisky, debout et bougeant comme il l'avait indiqué.

Elle entra dans la salle de bain et verrouilla la porte derrière elle, soulevant le siège de ses toilettes et libérant son membre flasque, le soulevant d'une main et commença à se soulager.

Elle jeta un coup d'œil autour d'elle, espérant plus d'indices sur qui semblait être un métrosexuel en herbe.

Il avait toute une gamme de savons, dont la plupart arboraient des titres résolument fruités et elle remarqua qu'elle ne l'avait jamais remarqué portant une sorte d'eau de Cologne ou d'après-rasage, renforçant encore sa théorie selon laquelle il n'avait pas besoin de se raser.

Le rideau de la baignoire et de la douche était tiré, l'obscurcissant et elle retrouva sa curiosité en hausse, se demandant s'il aurait aussi des bombes de bain, ou peut-être une rangée de bougies parfumées tapissant le mur.

Elle acheva de se soulager et se mit à l'écart, tirant la chasse d'eau pour masquer le bruit d'elle tirant le rideau de douche.

Ayesha cligna des yeux. Gelée de surprise, ses lèvres charnues se pinçant tandis que ses sourcils se levaient.

Elle s'était attendue à quelques petites choses, mais elle ne s'était pas attendue à ce qu'un coq en silicone soit ventousé contre le mur, un élément dont il ne s'était pas souvenu dans le balayage rapide d'Alex était coincé en place. Avec désinvolture et sans commentaire ni même pensée, elle a déplacé le rideau de douche à l'endroit où il était, se lavant les mains et quittant la salle de bain.

Alex leva les yeux alors qu'Ayesha revenait de la salle de bain, s'asseyant à sa place et regardant vers lui. Son expression était difficile à lire, un mélange grisant de beaucoup d'émotions semblait-il, il essaya de lui donner un autre sourire rassurant mais son expression resta inchangée.

Elle continua à le regarder alors qu'il regardait de nouveau son ordinateur portable, essayant, une fois de plus, de comprendre ce qu'il fallait faire de lui depuis que sa deuxième illusion de qui il était avait été brisée.

Elle l'observa pendant plusieurs minutes, son esprit passant en revue toutes les informations qu'elle avait glanées à son sujet. Ses manières, sa présentation, son mode de vie, ses gestes, ses poses, ses choix de mots. Elle formait une image plus complète de lui maintenant dans son esprit.

« Nouveau short ? » demanda-t-elle avec désinvolture.

Il leva les yeux, surpris non seulement de l'entendre faire la conversation, mais aussi de l'ouverture qu'elle avait apparemment décidé de prendre.

« Euh… Oui. Première fois.

Elle le regarda clairement, le voyant maintenant tel qu'il était. Elle se pencha en avant, posant ses coudes sur ses genoux, adoptant une position presque corporative. Elle savait maintenant qui était Alex et elle savait maintenant ce qu'elle voulait. Après tout, elle n'était pas arrivée là où elle était en laissant les opportunités lui filer entre les doigts.

« Je suppose que vous portez habituellement des sous-vêtements pour femmes, n'est-ce pas ? » demanda-t-elle légèrement.

Il s'arrêta dans son travail, la regardant avec de grands yeux, comme un cerf pris dans les phares. Elle pouvait le voir essayer de l'évaluer, essayer de comprendre si elle ne faisait que plaisanter.

"JE.."

« Vous le faites bien, n'est-ce pas ? » insista-t-elle, n'ayant pas le temps pour les excuses qu'elle était sûre qu'il concoctait.

Il rougit de couleur, de gêne et de honte. Toute la réponse dont elle avait besoin, vraiment.

"Excellent." Dit-elle, semblant soulagée alors qu'elle se renversait dans sa chaise, adoptant une pose détendue.

« Qu-quoi ? » L'expression de confusion sur son visage alors qu'il parlait la fit sourire d'un air narquois.

"Excellent!" elle a répété: "Pendant une seconde, j'ai eu peur de commencer à tomber amoureuse d'un vrai homme." Elle sourit, finissant son whisky et posant le verre vide.

« Je… je pense que j'ai besoin que tu m'expliques ce que tu veux dire… » répondit Alex, l'air plus qu'un peu perdu, son embarras, sa confusion et sa honte étant mis en évidence par sa pose d'expression et sa voix. Il n'était certainement pas un joueur de poker.

Elle lui sourit, chaleureuse et sincère, les yeux brillants. « Laissez-moi vous emmener dîner dehors, demain soir. Toi et moi, pas de travail, juste... Nous.

« D-d'où cela vient-il ? » Son air de perplexité fit s'élargir son sourire narquois.

« Tu n'es pas intéressé ? »

"Bien sur que je le suis!" Il dit, puis s'éclaircit la gorge, essayant de contenir son impatience, un rougissement rampant sur ses joues, "Euh, je le suis, oui, mais.. Pourquoi ?"

"Tu m'as eu. Tu sais? Je ne veux pas seulement dire au travail, vous ne faites pas que le travail que je vous dis. Si j'ai un rapport difficile, vous m'aiderez non seulement comme vous le pouvez, mais vous apporterez un verre, tu me feras sourire pour garder le moral. Tu me feras me sentir mieux avec ça, et moi-même. Cela et je n'obtiens pas vraiment les gens qui me regardent comme vous le faites.

Il se mordit la lèvre, la regardant, elle avait l'air plus échevelée qu'elle ne l'était souvent, bien sûr, mais c'était Ayesha. Grand, sombre, beau.

« Comme je le fais ? . » a-t-il demandé, incertain.

"Comme si tu voulais me voir sans mes vêtements." taquina-t-elle.

Son rougissement s'accentua mais la confusion dominait toujours son expression "Je pensais que tu étais... Tu sais ?..." Il a demandé, timidement, mais n'a rencontré que le silence, l'obligeant à continuer, "Eh bien, tu sais... Une lesbienne."

Elle laissa échapper un petit rire : « Je suppose que ce n'est pas un secret avec mon dossier, hein… Eh bien, la sexualité n'est pas en noir et blanc. Toi plus que tout le monde, tu devrais le savoir... Et je suis sûre que je peux toujours être lesbienne, en quelque sorte, puisqu'au fond tu veux être une femme. dit-elle, elle était sûre d'avoir raison, mais c'était toujours un pari.

"P-qu'est-ce qui te fait penser ça." demanda-t-il, défensif, honteux.

Elle pinça les lèvres et adopta un ton doux : « Juste une combinaison de plein de petites choses… Vous savez, comment vous vivez, comment vous vous habillez, comment vous vous comportez, comment vous vous présentez. Vous semblez apprécier la féminité et fuir le masculin.

"Cela pourrait signifier n'importe quoi, je pourrais juste vouloir garder les choses propres et bien rangées", a-t-il protesté. « Je pourrais être complètement hétéro ! »

« Ensuite, il y a le gode collé au mur de votre douche… » elle le regarda avec un sourire narquois enjoué.

« .....Oh.. Eh bien.. Je »

"Oui. Oh." Elle a ri.

Il resta silencieux pendant quelques longs instants, essayant de trouver un moyen de tout nier, de se sauver, mais n'en vit aucun. Tout ce qu'elle avait dit était vrai et par son expression confiante, elle le savait.

Il a plutôt essayé de retravailler les choses dans sa tête, a essayé de comprendre les complexités d'une relation avec Ayesha. Il la trouvait attirante et adorait ses moindres caprices, c'était en un sens un rêve devenu réalité pour lui, mais il ne pouvait s'empêcher de le remettre en question. Il ne pourrait jamais lui fournir la femme qu'elle désirait sexuellement et il savait qu'elle ne pouvait pas lui fournir la partie qu'il désirait sexuellement. Ils n'auraient pas pu être plus incompatibles à cet égard. Mais elle le voulait tout de même. Et il ne pouvait pas le laisser filer.

« Tu n'es pas rebuté par… Tous ces trucs que tu viens de dire ? » demanda-t-il avec hésitation.

Elle secoua la tête : "Le contraire, ça veut dire que je suis intéressée." a-t-elle dit, ce qui n'a fait que l'embrouiller davantage, «Je pense qu'il y a une réelle opportunité entre vous et moi. Alors, qu'en est-il ? Vous voulez sortir avec votre patron ? »

Il en avala un peu et hocha la tête, un sourire sincère, quoique timide, se formant. « Je le veux, oui, si vous voulez bien de moi. »

Ils se regardèrent pendant quelques longs instants, ne sachant pas comment procéder.

"Oh," il se mordit la lèvre et ferma l'ordinateur portable, le lui tendant. « J'ai reçu le fichier, je vous l'ai envoyé par e-mail et j'en ai sauvegardé une copie. »

Ayesha eut un large sourire alors, cette soirée avait été impeccable, "Eh bien, si ce n'est pas la deuxième meilleure nouvelle que j'ai entendue de toute la journée."

*****

Troisième extrait de journal :

"Alex s'est vraiment ouvert à moi au cours des dernières semaines depuis notre premier rendez-vous fatidique. Il était si mignon, si timide et réservé, regardant autour du restaurant toute la soirée comme un suricate comme si nous serions découverts à tout moment. Encore quelques rendez-vous et beaucoup plus de rencontres au travail et en dehors et il est presque devenu mon ombre, restant à mes côtés toute la journée au travail et demeurant dans mes bras toute la nuit. J'aurais pensé qu'il en aurait marre de moi, de mon attitude et du manque de quelque chose de physique en dehors des câlins mais il ne semble que de plus en plus attaché à moi avec chaque jour qui passe. Je sais que le manque de sexe le dérange. Il a été très ouvert et honnête au sujet de ses désirs et de ses fantasmes, allant jusqu'à parler de gode ceinture et de sa volonté de me faire plaisir du mieux qu'il peut, mais je continue de le remettre à plus tard. Il ne connaît même pas encore la vérité sur moi, quelque chose que j'ai vraiment eu du mal à cacher. Je veux tellement faire avec lui, mais avant de pouvoir le laisser réaliser ce que je suis vraiment, je dois l'aider à réaliser ce qu'il est vraiment.

*****

Comme il le faisait souvent, Alex s'assit recroquevillé sur le luxueux canapé coûteux de la maison d'Ayesha, sa tête reposant sur la plénitude de sa poitrine alors qu'il la câlinait, un bras drapé sur son ventre, appréciant la douceur de sa forme sous lui alors qu'elle le caressait à travers ses vêtements d'une main oisive, les deux profitant d'une émission sur Netflix venant de terminer entre eux un délicieux repas qu'Alex avait préparé dans la maison désormais impeccable d'Ayesha.

Elle avait été incroyablement anxieuse la première fois qu'il était venu, craignant qu'il ne soit rebuté par la façon dont elle avait vécu, avec de petits tas de dégâts, des plats toujours à faire, un flot apparemment constant de boîtes à emporter passant par la porte, mais il venait de s'installer naturellement, sa maison s'étant transformée de la garçonnière qu'elle avait supposée, la sienne aurait ressemblé à la maison impeccable et bien présentée qu'il attendait d'elle.

"Tu sais..." dit-elle doucement, lui donnant une légère pression, "J'ai réfléchi..."

« Uh oh. » il a souri un peu, se penchant et l'embrassant sur les lèvres, doux et doux, affectueux. "Devrais-je m'inquiéter?"

Elle l'embrassa en retour, profitant du bref moment intime alors qu'elle souriait, "Oh haha ​​.. Sérieusement, je l'ai fait, à propos de nous."

« Mm ? »

« Avez-vous remarqué que vous aviez changé ces dernières semaines ? » demanda-t-elle, curieuse.

"Non?" il pencha la tête.

"Juste la façon dont vous agissez, la façon dont vous vous comportez."

Il secoua la tête, visiblement inconscient.

"Quand il n'y a que toi et moi, surtout à la maison, tu as joué le rôle.. Eh bien.. Comme une fille. Plus parlé doucement, plus de rires, plus de balancement dans votre démarche.

Il haussa un peu les épaules en la regardant. "Quand il n'y a que moi et toi et moi pouvons être plus... moi."

« Alors quand nous sommes au travail, qui êtes-vous ? »

Il haussa à nouveau les épaules, détournant le regard. " Qui je dois être pour ne pas avoir de regards bizarres, je suppose. "

Elle se mordit la lèvre et pencha la tête pour la regarder à nouveau : « Je n'aime pas ça. Je veux que tu sois qui tu es, tout le temps.

Il secoua la tête, l'air un peu résigné. — Je ne peux pas, tu le sais. Les gens au travail me jugeraient, mes amis me quitteraient si je… faisais ça.

« Si vos amis vous ont quitté pour être ce que vous êtes réellement, alors ils n'étaient pas vraiment vos amis, n'est-ce pas ? Et ne vous inquiétez pas pour les gens de travail. Je peux y voir.

"Je veux dire.. Mais je ne pouvais toujours pas." il soupira.

"Pourquoi?"

Il n'a pas répondu.

« Sois ma petite amie, Alex. Oublie ce que je veux, tu sais que c'est ce que tu veux.

Il ne répondit toujours pas, le regard distant.

“What's wrong?..” she asked gently, her hand caressing him reassuringly, biting her full lip as she noticed a tear on his face.

“You know I want to... But I just can't...” He said, voice tiny, “I can’t just take that first step, I’ve been trying all my life.. But..” he shook his head, tears falling to his shirt as he tried to control himself, “But every time I think I can, I get too scared, I back off, I just.. Just push it back deep down inside of me.” he said, releasing a shaky sigh, feeling the tears fall down his cheeks as he spoke, “I can’t live my life as a woman…”

“Don’t push it down anymore Alex. Don’t you see how much happier you are when you’re not pretending to be someone you aren’t? Just, be who you want to be. Isn’t it that easy?” She said, voice soft.

He sniffed some, using the back of his hand to wipe at his reddened eyes, letting out a despairing little laugh. “That's easy for you to say, being normal..”

She bit her lip a little. She could’ve revealed herself now, used her tool as a tool to sway his judgement, but she wanted him to take this step for himself, not for her.

“Alex.. You’ve done so much for me, so, so much. You’ve made me realise there's a life outside of work worth living, and I want to live that with you. The real you. The giggly, hip-swaying doting girl you know you really are…” she explained, looking down at him with a warm gaze.

He looked up at her, the conflict obvious, his voice shaky and broken, “I.. I’m scared to, Ayesha.”

She smiled and gave him a soft squeeze, her arm around him now, holding him to her curvy form. “I know you are.. But I promise, swear even, that I’ll be here for you. I’ll help you every step of the way, you can become who you really are and you can do it as my girlfriend.” she bit her lip, feeling her own heart strings pulling a little, “Let me spend my life with you, Alexis.”

He swallowed some and remained silent for several long, tense moments, looking up into her dark eyes, searchingly.

Finally, he looked down, his cheeks blushing gently and he shook his head.

Ayesha felt her heart sink, he mustn't be ready yet, she thought.

“Not Alexis... Alexa.. I think it’s prettier.. Suits me a little better, don't… Don't you think?” he said, softly.

She felt her heart skip a beat and her expression warmed significantly, her arms tightening around him.

“I love it.. And I love you, Alexa.”

Alexa blushed brightly and pressed his face to Ayesha’s bust, holding her tight and squeezing as she hugged him tightly. “I love you too.”

Ayesha smiled and held him close, caressing his hair lightly, holding him comfortingly to her body. “So what do you want to do first?..” Ayesha asked, querying.

“I.. I don't know where I should start. Could… Could you show me?” He asked, looking up.

Ayesha pursed her lips some as she thought, “Mm… Short term? Tomorrow we’ll get you a makeover.. New wardrobe, new hairstyle, makeup, shoes..” she grinned, excitement growing, “Long term, hormones.. We’ll talk about that soon enough.”

Alexa nodded softly, smiling some, while the worry of the changes to come was still written across his face, Ayesha knew with her by his side, he would be committed to the path that now lay before him.

*****

Diary Except Four:

“His first makeover couldn’t have gone any better, I think. Not only did it make him look simply stunning, but it gave him his first day out in the world as Alexa. I gave him the day off of work and had him picked up by an image consultant I had worked with early in my career whom I had stayed in contact with. I consider her to be a close and personal friend and I knew she would be the one to help Alexa remove the cracked mask of masculinity he was so used to wearing. I knew that by the time I returned home that evening from work the real Alexa would be waiting for me and I knew he would be anxious. I assumed it would be a difficult moment, that he would be flighty, afraid even and looking for excuses to backtrack, how wrong I was. I had wanted to show him that embracing who he was would be rewarded, and I knew how to reward him, with a gift he didn’t know I could give. While he didn’t need that persuading, it hadn’t stopped me from sharing.”

*****

Ayesha bit her lip as she fumbled with the keys in the lock of her door, she had had a difficult day at work without her PA on hand, evidence of her absolute reliance on her beloved partner, but it had been made all the worse by the impatience permeating her every thought.

She knew that when she got home Alexa would be there for her for the first time. She had received texts throughout the day from her friend, reporting on his progress, asking Ayesha to text Alexa little snippets of encouragement whenever the consultant felt it was needed.

Ayesha took a deep breath and pushed open the door to her home, stepping inside and looking around. She was met with a light but pleasant air of perfume that floated through her apartment, a new scent she didn’t recognise but that instantly got her attention.

While the absence of sex between the two of them had been the only point of tension in an otherwise perfect relationship, If the last message she had received from her friend was anything to go off of, ‘So perfect’, all that would change tonight.

“Alexa? Love?” she asked as she looked around her home, feeling butterflies in her stomach at the expectation, despite asking her friend a few times throughout the day for pictures displaying Alexa’s transformation as it happened, none had been forthcoming, her friend believing it would be best if she just saw the end result in person.

“Um.. Hi..”

Ayesha turned towards the bedroom, her eyes going wide as her heart skipped a beat, standing in the doorway before her was an image of her dreams given form, the person she had grown to love combined with the look of the women of her fantasies.

Standing in the doorway, a little anxious as he leaned against the frame stood Alexa, her Alexa, but like she had never seen him before, a true trap.

Ayesha had expected her friend to have accentuated Alexa’s femininity with clothing, but he wore only a simple pale pink silken negligee, it served to make him look smaller and weaker than he was, more vulnerable. The fragile look certainly did the trick, seeming to make him look all the softer and more girlish.

The major changes were elsewhere, he had the most flawless and complimentary makeup on that Ayesha had ever seen, drawing attention away from the more masculine edges the shape of his face had to offer and towards his more womanly aspects. His lips, for example, were a bright, ruby red, a gorgeous shade that stood out on his otherwise light skin.

His hair too had been lengthened, it was still the lovely light blonde that Aye loved and she couldn’t tell whether it was a wig or extensions, but either way, it was simply divine, shoulder length and full of bounce, framing his face and falling about his cheeks in an attractive way.

The most noticeable change, however, was Alexa’s demeanour. Despite his anxiety and fears, everything about her body language screamed femininity. His stance showing off his hips, one arm up against the door, an expression of desire across his features, where Ayesha had expected Alexa to have spent the day clothes shopping it seemed he had spent most of it being tutored on the art of being a woman.

Ayesha swallowed, staring thoughtlessly for a few long moments and knew tonight would be the first night of their true future together. This was the person she loved and by the end of the night they would both know who they really were underneath all the pretending.

Alexa must’ve recognised something in Ayesha’s expression, some hint that things had changed, he had never been pushy towards Ayesha, but he knew everything was different now.

He tilted his head and smirked a little, playful even as he blushed, “..Wanna fuck?..”

Ayesha blinked and nodded, stepping forward towards Alexa and circling her hands around the smaller boys body, tracing her fingertips across the warm silk of his lingerie as she leaned into kiss him, warm and passionate, their bodies pressing together as Alexa felt the taller woman's breasts and curves, warm full and enticing against him.

“Come on..” Ayesha said, taking Alexa by the hand. “You’ve shown me you.. It’s time I show you the real me..”

Alexa bit his lip, heart racing as he was pulled into the bedroom alongside Ayesha, looking up at her with a curious expression.

“The real you?..” Alexa asked, tentative.

“Mmhm..”

Ayesha smirked some as they stood before the base of her bed, her back to it and Alexa before her. “Undress me..” she said, simply.

Alexa bit his lip but nodded, excited and curious as he stepped forward, helping Ayesha shrug her jacket off and began to unbutton her white shirt, revealing more and more of the woman's dark skin, her full breasts pressed together and up by her half cup bra, the softness of her orbs spilling out over the top as they were freed from the shirt.

Ayesha smirked as Alexa helped her off with her shirt and got to work on the front of her pants, already Ayesha could feel her own arousal. Something she had spent so long denying and forcing back, to hide the truth from Alexa, would finally be not only set free but, she was sure, sated, at last.

Alexa’s brow furrowed as she worked on the belt, hook and zip of Ayesha’s work pants, feeling the bulge and clearly, judging by his expression, not figuring it out, as his hands worked, however, Ayesha knew he would discover the truth soon enough.

In anticipation of this very moment, before leaving the office, she had made her way to the bathrooms and removed her underwear, going commando. It wasn’t as comfortable, but it would, Ayesha knew, make for a more dramatic reveal.

Alexa bit his lip as he finally finished fighting the buttons, looking up at Ayesha with a questioning expression as he tugged the pants down eager and curious.

Everything Alexa had been waiting for was instantly rewarded as the thick, dark shaft all but sprang free of its confines, already hard, it all but fell into his hand causing him to gasp in surprise as the warmth hit him.

He instinctively closed his hand around the thick shaft but took a half step back just from the shock of it, his mouth agape as he stared down at her free member, in all its glory.

“O-oh my god.. You.. You have a..” He breathed, hardly able to believe it, unable to piece the full implications together in his mind.

“Didn’t I tell you we were perfect for each other?” She smirked slightly, taking a half step forward and reaching down, placing her hand on his, urging it back and forwards as she let her pants fall to the floor, making him stroke her hard cock, letting him feel and explore it.

“Your first one?” she asked, though she suspected from his expression she knew the answer.

He nodded, confirming her suspicions as he was quick to follow her physical instructions, his hand moving up and down her cock, stroking her steely length, eyes wide with wonder as he felt her, explored her.

“Kneel..” Ayesha said after a few moments had passed, biting her lip as she watched him, without hesitation, sink to his knees in an almost dreamlike trance, his eyes fixated on her length.

She released his hand, moving her hands to gently work over the soft curves of her own body, enjoying the sensation of being free from from the confines of her work clothes and further enjoying the knowledge that before her knelt the person she loved, who, at her reveal, wasn’t in the least put off. If anything, she knew, this only served to drive and multiply Alexa’s interests in her.

Alexa had never been shy about his fantasies and desires, there hadn’t been much point in that given that Ayesha had seen a thick dildo stuck to his shower wall the first time she had shown a returned interest in him. So Ayesha knew with a certainty that the reveal that she had a cock would be a massive boon for the two of them, the assumed barrier of sexual incompatibility he held melting between them in an instant.

Part of Ayesha wished, as she watched Alexa stroke and feel her cock, small delicate fingers tracing over her skin, feeling the texture, the warmth, the reality of it, that she had done this that first night, but that would’ve been too soon, it would’ve made, then Alex, just another victim of her prevailing arousal. By waiting she hadn’t just secured herself a gorgeous, long-term fucktoy, but a lover.

“What do you want me to do?..” He asked, blushing as he looked up at her, his uncertainty simply adorable as she caressed his hair.

“Take a wild guess sweetheart.” she said, a teasing edge to her tone as she smirked, caressing him.

He blushed and nodded understanding, from his position it couldn’t really have been made more obvious for him.

He leaned forward and raised her cock with one hand, leaning down under the hefty shaft to kiss at her dark, smooth balls, letting his tongue wash out from between red lips to glide over the cum-filled orbs.

They both moaned in unison at the action, her head tilting back at the pleasure of finally having him go to work on her, him at the lewdness of what he was doing, his tongue exploring every inch of her soon to be glistening nutsack, lifting each of the heavy orbs on his tongue, as if weighing them before kissing them, leaving red little lipstick marks on her ebony skin.

Slowly he began to kiss up her shaft, though one hand still tenderly caressed her balls, the boy had skills, he doubtless had enough practice on toys and she was curious to see how well that would translate into playing with the real thing.

As his tongue slid up under the sensitive head of her cock, his lips parting and her engorged tip sinking into the hot, wet heat of his mouth she bit her full lip. It translated well.

He closed his eyes and focused solely on the actions at hand, his mind a white haze of lust and desire as he set about sating so many of his own fantasies and wants, even as his own throbbing shaft went ignored, as he knew going forward, it often would. Their dynamic, after all, was not about the pleasure of his cock, but the pleasure of hers, and how he could fulfil its needs.

He started to bob his head on her cock, sucking as he moved, his full, lush and vibrant lips travelling along the increasingly wet length of her ebony shaft as he, for the first of many times to come, began to worship her length with his mouth, giving her his first blowjob.

“My god Alexa.. That feels so good.. You have no idea how long I waited for this..” she purred, biting her lip as she looked down over the full swell of her breasts and the curve of her body to watch as he went down on her, his hands resting in his lap, his little negligee tenting visibly, though he was so focused on her own cock she noticed he didn’t even seem to care that his own was neglected.

He looked up at her as he wrapped one hand around the base of her cock, stroking her off into his warm wet mouth, the tip of her cock help between his lips, doting on it with his eager tongue as he met her gaze. He wanted to impress her, wanted to help her realise just how good he would be to her in the coming days, months and he hoped, years.

He braced himself and took a deep breath, moving his hands across the smooth skin of her soft thighs to grope and squeeze at her thick, rear, enjoying the feeling of the doughy cheeks between his fingertips.

He leaned forward and pulled on her, feeling the hot, hard length of her cock completely fill his mouth and slide across his tongue, his lips stretching around her girth, but he refused to stop there.

Ayesha let out a gasp as she watched, in one long, slow movement he took her cock into his throat, she watched as his lips pressed down to the very base of her veiny shaft, hilting her hard member inside him entirely.

She couldn’t help but move her hands to grip his head, grinding her hips forward, feeling his face press into the softness of her curvy body and her heavy balls pressing into his chin as she felt his tongue, even depressed as it was by her thick pole filling him, lick out between his lips to probe at her balls.

She held him there, grinding into his face for a few long moments, lost in the pleasure of his actions until his squeezing hands, groping and fondling her thick ass began to pat against her, a universal sign that he was running low on precious air.

“You can’t breathe dick?..” she said, her voice heavy with amusement and lust as she held him for a few moments longer before releasing his head.

He leaned back and gasped, the gleaming cock popping free from his plush lips as he panted hard, recapturing his breath and giving her a naughty grin, triumphantly seeing a ring of red lipstick around the base of her cock, “A-ah.. I could.. Show you a trick.. Or two..” he panted softly.

She smirked playfully and helped him to his feet, capturing him in a hot, needy embrace, their bodies pressing together, her cock rubbing against his thigh as she caught him up in a kiss, her tongue delving into his mouth, tasting herself on him, but not caring.

They shared a deep, passionate kiss, his hands caressing over the thickness of her dark body as they made out, tongues dancing in unison before she broke the kiss, smirking playfully too.

“Mm.. I’m sure you could.. But with such a skillfully lubed cock like this is would be impolite not to make love to you..” She winked then turned, pulling him towards and past her, laying him gently down on the bed as she stood at the edge, hands moving around behind her to unhook her bra, tossing it aside.

Alexa bit his lip and swallowed, eying the full heavy breasts of his love with desire as they spilled free of the bra, each heavy orb proud and full on her chest, tipped by a darker, hard nipple. As he stared he scooted up the bed, giving her room to join him.

She didn’t need more invitation than that. Kicking the rest of her clothes free of her body she crawled forward onto the bed, her full breasts gliding up over the skin of his stomach as she moved over on top of him, his legs spreading for her.

She caught him in another kiss, one hand supporting her, holding herself up as the other gripped the base of her lipstick stained and spit coated cock, feeding it between his pale white cheeks, seeking her target.

Ayesha was keen and knew he wouldn’t need any prepping, given the toys he usually took, while he technically was a virgin, her size wouldn’t be a new barrier for them to face.

He moaned into the kiss as he felt the thick mushroom tip bump up against his star. He expected her to go slow, but the urgency and lust dominating her mind had given her other plans.

She leaned forward, resting more of her weight onto him as her cock spread his star, her slick length starting to fill him as his moans intensified, his back arching and his hands gripping the sheets of the bed as the pleasure filled him.

She broke the kiss, both their lips parted as they panted, each lost in the new sensations dominating their little worlds, Ayesha lost in the sensations of the beautiful deviant beneath her, accepting, and becoming with each passing day more and more her perfect woman, Alexa of the dominant, controlling and perfect Ayesha, his boss, his lover, his savior from the lie he had been living. It was so perfect for them both.

It might not have been new for Alexa, to have a thick shaft sliding deep into his little love hole, but having a dildo press into him was an entirely different, and an entirely inferior experience to having a real cock, attached to a real person fill him.

Ayesha spared no quarter as she urged her hips forward, not slowing her conquest until every last inch of her hungering shaft was buried to the hilt inside the squirming Alexa, their eyes meeting as they joined for the first time.

She held herself deep inside him, remaining still for a few long moments, experiencing the sensations of his body wrapped around her thick dark cock, squeezing and milking her with its tight heat.

Alexa, however, squirmed desperately, his heart hammering in her chest as he looked up at her, eyes half lidded, face flushed, his long blonde hair splayed across her pillows, his voice coming out soft but desperate, impatient, “P-please, fuck me?”

She panted softly, his words all the encouragement she needed. She bit her lip and moved to kneel between his legs, a dark hand on each of his soft milky thighs, gripping them as she looked down at him, still in his beautiful negligee, his own smaller cock hard against his stomach as she adjusted herself, starting to move herself forward and backward, gliding her huge shaft in and out of his boy-pussy.

“A-ah, ah, ah!” he started to gasp, the sensations not merely limited to his ass as had been with his dildos but to his whole body which bounced with each thrust, his whole world shaking as she started to fuck him.

She looked down at him, his expression one of unmistakable pleasure as she slammed her cock into him, again and again, her own full breasts bouncing and jiggling enticingly with each movement of her body.

They coupled together, their thoughts and concerns, anxieties and fantasies melting away as all rational thought deserted them, their actions being reduced solely to base instincts, each passing moment making their physicality more heated and frantic.

In a sudden shift she took his legs, pulling them up and over her shoulders, relying on his flexibility as she leaned forward, her heavy breasts grazing against his chest as her hands gripped his wrists, serving to both support her and pin him as she settled into a fast and frantic pace, the length of her ebony cock powering into and out of his ass as she fucked him, her full balls slapping time and time again into his raised ass as pleasure coursed through her body, beginning to rise and overwhelm her.

She wanted the experience to last, but it had been so long and the build up to great, no matter how much she wanted to hold back and make their first experience longer, she knew there would be many, many more such opportunities to come.

They stared into each other's eyes as her breath began to noticeably quicken, her thrusts becoming shorter, sharper and more desperate.

“A-alexa..” she gasped, her voice betraying just how close she was.

“P-please!” he begged between feminine gasps, not needing to expand, they both knew what he wanted, it was what they both wanted.

She grunted, beads of sweat forming on her skin as she hilted herself, grinding herself balls deep inside her lover's sweet ass as her cock throbbed and pulsed, the pleasure peaking and pushing her to the first of many orgasms with her darling Alexa.

They both gasped, lips locking in a hot and messy kiss as her cock pulsed, sending rope after rope of hot, sticky seed deep into his body.

He moaned into the kiss, feeling the sensations of a cock climax inside of him for the first time, Ayesha marking him as her own, and him knowing it was true. He took her cock and cum with glee, feeling for the first time in his life that he truly belonged.

She was the only person in the world for him, she would make him who he was destined to be, make Alexa into a reality. He would service and love her, take care of her as she would take care of him. Together, in their moment of shared ecstasy, they knew they completed one another.

She let his legs once more fall to the bed beside her so she could better lay on him, resting her soft body atop his as they kissed, her cock still pulsing inside of him, depositing every last drop of seed she had to offer.

Even as they reluctantly broke the kiss they didn’t speak, they didn’t need words, it had been perfect for them both and as Ayesha’s cock began to soften, their hands lovingly caressing one another she knew this was the beginning of the rest of their lives.

*****

Diary Except: Five

“It had been several months since my last entry and things couldn’t have been more different, or better. Alexa, my love had almost completed her transition, she still worked as my PA and, to mixed reactions from HR, was open about our ongoing relationship. While I still got involved in office scandals, it was no longer a case of HR receiving complaints of my sexual harassment, but more often than not, noise complaints coming from my office. I really should’ve invested sooner in a gag for Alexa, she was and is a very vocal lover, just because we were at work seldom meant we could keep our hands off one another. Even after all those months had passed our relationship was nothing short of absolute perfection.

*****

“You working on a report?” Came a soft feminine voice from the doorway and Ayesha looked up, smiling.

In the doorway stood her lover,

Articles similaires

Alors, que veux-tu faire ?

C'était notre rendez-vous habituel du samedi soir. John et moi-même, nos meilleurs amis Tammy et Roger, et le frère de Roger, Brad, passons tous les samedis soirs à essayer un nouveau restaurant. Ce soir, c'était un nouvel endroit italien et nous avons passé un moment merveilleux. Après être revenus chez nous après le dîner, nous étions assis à essayer de penser à quelque chose à faire. Normalement, nous louions une vidéo, mais il pleuvait à verse, donc personne ne voulait repartir, et il n'y avait pas de bons films à la télé. « Alors, que veux-tu faire ? » Jean a demandé. Je ne...

308 Des vues

Likes 0

L'amour au deuxième regard

Remarque : Il s'agit d'une participation au concours non officiel du 1er mai 2010 sur le forum Sex Stories. Si le paragraphe d'ouverture vous semble familier, c'est pourquoi. Le léger brouillard ajoutait de l'humidité à l'air. La fraîcheur de la nuit s'enroula autour d'elle comme une serviette mouillée, envoyant un frisson le long de sa colonne vertébrale. Elle avait de la chance de connaître si bien la région, sinon elle aurait pu facilement se perdre. Elle regarda à travers les arbres la maison où il vivait, souriant légèrement à la seule bougie électrique allumée à la fenêtre de la cuisine. Elle savait qu'elle ne...

1.1K Des vues

Likes 0

Le voyage en camping_(7)

Je m'appelle Jimmy et j'ai 11 ans. J'ai commencé à traverser la puberté il y a 3 mois et j'ai été extrêmement excitée. Un jour, j'ai décidé d'inviter mon ami à un voyage de camping dans les bois. Il s'appelait Michael et il avait 10 ans et demi, il avait les cheveux châtain foncé et il était très petit. Il a décidé de m'accompagner quelques jours. J'ai apporté la tente et il a apporté la nourriture et l'eau. J'ai aussi apporté mon golden retriever. Le camping était à environ un mile de là, et il y avait un lac là-bas. Il...

557 Des vues

Likes 0

Karma : le point de vue d'Olyvia_(0)

Parfois, il est difficile de savoir qui va finir par être la victime… Le soleil commence tout juste à se coucher sur la cime des arbres du quartier. Je sors le miroir de mon sac à main pour appliquer une nouvelle couche de rouge à lèvres alléchant. Satisfaite du reflet, je fourre le couteau de mon sac à main dans mon soutien-gorge, je jette le sac sous le siège et je sors sur le parking de l'école. Je me suis garé à l'arrière pour que la voiture ne soit pas visible de la route. Je sais que le collège ne garde...

309 Des vues

Likes 0

Partage de Kate

« Voulez-vous un autre verre ? » Non merci mec, répondis-je avec un geste dédaigneux de la main. Je pense que j'ai fini pour la nuit. « Ah allez ! » Ryan a aiguillonné. Ne sois pas une chatte! J'ai juste ri et secoué la tête devant la persistance de mon ami. « Très bien », ai-je répondu dans la résolution. Mais seulement si Kate en a un aussi. Ryan pencha la tête en direction de sa petite amie qui était assise sur le canapé à côté de moi, ses jambes repliées sous son corps. Son expression révélait son désir que nous continuions tous les trois notre nuit à...

1.1K Des vues

Likes 0

Une soirée de sorcière

Les démons y tourbillonnent et les esprits tourbillonnent. Ils chantent leurs chansons à Halloween. « Venez vous amuser », crient-ils. Mais nous ne voulons pas y aller, alors nous courons de toutes nos forces Et oh nous n'irons pas à l'intérieur de la maison hantée ce soir -Jack Prelutsky, La maison hantée *** Ce qui s'est passé dans cette ville le soir d'Halloween était secret et les enfants n'ont jamais été autorisés à le savoir. Les parents ont envoyé leurs petits dans les villes voisines pour des tours ou des friandises, et les adolescents ont fait des pèlerinages ailleurs dans le...

773 Des vues

Likes 0

Empire perdu 33

0001 - Tempro 0003 - Conner 0097 - As 0101 - Shelby (vaisseau-mère) 0125 - Lars 0200 - Hélène 0301 - Rodrick 0403 - Johnathon 0667 - Marco 0778 - janvier 0798 - Céleste 0908 - Tara 0999 - Zân 1000 - Xérès Grandir -------- Lucie Les yeux de Derrick étaient écarquillés, il avait déjà fini Conner et travaillait déjà sur celui d'Ace ? Regardant autour de lui, Derrick appela, « Mary ? J'espère vraiment que tu gardes un œil sur moi ! Oui Sire, fit la voix de Mary dans les airs. Je vous ai toujours sur la piste monsieur...

738 Des vues

Likes 0

Il y a un loup dans la bergerie...

*la non-fiction* C'était le premier jour de cours. Je n'étais pas nerveux; c'est une école technique de nerd, donc je me sentais bien. Je m'appelle TK, et je n'étais en aucun cas préparé pour les cours ce semestre ... bien sûr, j'ai étudié et réussi la classe mais j'ai échoué au test le plus important .... Dans mon deuxième cours, j'ai vu ce mec grand, en quelque sorte heurté par lui, qui ne se souciait pas vraiment de son existence. ...homme Si je n'étais pas amoureuse de lui, je sais que j'étais amoureuse de sa démarche... ses vêtements, à peu près...

225 Des vues

Likes 0

La roseraie 4

Beth se mordit nerveusement la lèvre inférieure alors que Brian conduisait sa forme nue vers l'appareil sur le côté gauche de la clairière, un chevalet modifié avec un banc supérieur d'environ deux mains de large et recouvert de cuir souple rembourré. Ses pieds en acajou massif portaient des ancres auxquelles les poignets et les chevilles de Beth étaient attachés après avoir posé son corps nu sur le banc face contre terre. L'angle des jambes du banc écarta les jambes de Beth pour révéler sa chatte et son trou de cul, et c'est ce dernier qui attira l'attention de Riff. Elle ne...

18 Des vues

Likes 0

Danse lente_(0)

Une fois dans une vie, vous rencontrez un partenaire très puissant et fort - celui qui peut vous emporter en un clin d'œil... celui qui promet d'être le plus amant mémorable que vous ayez jamais eu. Beaucoup de gens cherchent en vain pour trouver un tel amour - le mien est entré dans mon bureau un jour. J'étais assis à mon bureau, travaillant dur... et il m'est arrivé de lever les yeux pour voir le l'homme de mes rêves attendant devant le bureau de mon patron. L'aura de puissance qui rayonné de cet homme était suffisant pour me faire arrêter de...

643 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.