Karma : le point de vue d'Olyvia_(0)

464Report
Karma : le point de vue d'Olyvia_(0)

Parfois, il est difficile de savoir qui va finir par être la victime…

Le soleil commence tout juste à se coucher sur la cime des arbres du quartier. Je sors le miroir de mon sac à main pour appliquer une nouvelle couche de rouge à lèvres alléchant. Satisfaite du reflet, je fourre le couteau de mon sac à main dans mon soutien-gorge, je jette le sac sous le siège et je sors sur le parking de l'école. Je me suis garé à l'arrière pour que la voiture ne soit pas visible de la route. Je sais que le collège ne garde pas de caméras dans les lots, c'est donc un endroit parfait pour laisser la voiture de fuite puisque le quartier est littéralement juste derrière la propriété de l'école. Je colle les clés sous la voiture sous la porte du conducteur, recule d'un pas et vérifie le reflet de tout mon corps dans le verre teinté. Mes boucles blondes jusqu'aux épaules encadrent un joli visage jeune et des yeux bleus innocents, mais ce qui rend mon opération si facile, c'est mon corps. Aucun mec ne s'inquiète pour une petite fille de 5'3. C'est s'ils ne regardent jamais les 34 DD, la petite taille et les fesses serrées qui m'ont rendu si populaire à l'école. Une chose que j'ai apprise, c'est que si vous pouvez distraire la tête d'un homme assez longtemps, l'autre ne verra jamais la menace venir. J'ajuste ma mini-jupe à carreaux noire, rouge et blanche et les hauts de cuisse blancs pour qu'ils soient droits. En resserrant les jarretelles pour que tout reste bien en place, je vérifie une dernière fois le reflet. Faisant le dernier ajustement consistant à défaire un autre bouton sur mon haut blanc et à rentrer la cravate à carreaux assortie entre mes seins, je commence à marcher vers l'ouverture d'Evergreen Estates à la recherche du match de ce soir.
Dans la rue, à l'ombre des arbres, cela semble plus proche de la nuit que du crépuscule, mais la visibilité est toujours correcte alors je garde les yeux ouverts. La rue est déserte et mes talons hauts résonnent sur la route principale. Je peux voir des familles s'asseoir pour dîner dans certaines maisons, des enfants regarder la télévision dans d'autres. Soudain, je sors de ma surveillance alors que j'entends un coup de feu toucher le sol à un mètre de moi et je tombe presque à la renverse sous le choc. Je vois la tache verte sur le trottoir et lève les yeux vers la direction d'où elle vient. Trois garçons sont assis sur le toit d'une des plus petites maisons de la rue. Celui qui est appuyé contre la cheminée avec un large sourire narquois tient le pistolet à bille de peinture. Il est douloureusement évident qu'il est le flirt du groupe à partir du coup "juste à côté" et du sourire narquois. Il a une corpulence moyenne avec une tignasse de cheveux blonds bouclés et sales, mais le menton plus pointu et les longues jambes le trahissent à environ 18 ans. Pas vraiment mon type, mais je pouvais voir où il pourrait être un peu joueur dans son école . Ehh, il ferait l'affaire, mais les gars coincés se battent davantage et je n'ai pas vraiment le temps pour ça ce soir. Le garçon à côté de lui est plus difficile à évaluer. Il a la carrure d'un homme; avec les épaules larges et les muscles des bras plus larges. Ses cheveux noirs qui effleurent à peine le haut de ses sourcils et le regard sérieux qui marque son visage font de lui une alternative drastique à son pote. Même ses vêtements, pantalons habillés et un gilet de costume sur un bouton partiellement défait, le font paraître plus âgé que ses amis vêtus de tee-shirt. La seule chose qui trahit son âge, c'est le visage juvénile d'un joli garçon. Je suppose qu'il avait environ 16 ans. Le dernier garçon correspond à tous les clichés de nerd qui ont été créés. Il est plus maigre que la plupart des modèles de piste avec des lunettes épaisses et une habitude nerveuse distincte de se gratter les ongles. Alors que mes yeux viennent vers lui, il incline la tête, laissant les cheveux bruns en désordre me cacher son visage. Oh ouais ça va être trop facile.
"Puis-je vous aider?" J'appelle les garçons, peignant ma voix et mon visage avec juste un peu d'irritation.
Le sourire narquois du flirt blond grandit lorsqu'il répond: "Nous n'aimons tout simplement pas les intrus."
Je ris juste un peu. "Vous ne tireriez pas sur une femme innocente et non armée, n'est-ce pas?" Je fais un pas de plus vers la cour pour qu'ils puissent voir ma douce moue séduisante et peut-être apercevoir le regard méchant dans mes yeux. De mon nouveau poste, je pense attraper le sérieux qui fait un sourire narquois mais c'est allé trop vite pour que j'en sois sûr.
Les autres garçons s'assoient et continuent de laisser le blond parler, "Comment savons-nous que tu n'es pas armé?"
J'essaie d'établir un contact visuel avec le nerd parce que je sais qu'il serait le plus facile à manipuler, mais il cache toujours son visage, alors je me retrouve à fixer les yeux sur le garçon du milieu alors que je réponds: "Eh bien, tu peux toujours me fouiller." Je souris à la toux choquée qui s'échappe du blond. "Ou puisque tu es tout là-haut, je pourrais juste te montrer." Sur ce, je vérifie dans les deux sens pour m'assurer que la rue est toujours déserte et je commence à me déshabiller juste là.
Comme c'est prévisible pour les adolescents, même le nerd prend la peine de lever la tête pour regarder attentivement mes doigts se déplacer gracieusement le long de ma chemise, défaisant un bouton à la fois. Je peux voir leurs yeux se fixer sur mon décolleté alors que mon soutien-gorge en dentelle blanche apparaît. Ces frissons familiers commencent à courir dans mes nerfs; il y a quelque chose de délicieusement addictif à avoir ce genre de pouvoir sur les hommes. Ne détournant jamais les yeux de leurs regards lubriques, je défais ma chemise, la laissant tomber le long de mes bras jusqu'à mes coudes pour tout révéler (sauf le couteau dans mon soutien-gorge). Je me retourne tout en soulevant ma jupe pour dévoiler le string assorti, les bretelles jarretelles, et bien sûr mon cul nu. Je suis accueilli par un tableau de visages choqués alors que je termine le virage. Le nerd a l'air d'avoir une crise cardiaque, la langue du blond est pratiquement pendante, et même le sérieux a perdu son visage impassible à cause d'une mâchoire lâche et d'une expression légèrement intimidée. Hmm peut-être qu'il est assez innocent et inattendu pour être une cible facile aussi.
Dans leur silence stupéfait, je commence à me redresser comme si de rien n'était. Pendant que je boutonne encore ma chemise, je dis : "Maintenant que nous savons que je suis propre, pouvez-vous arrêter de me tirer dessus ?" Je n'attends pas de réponse mais je continue : « En fait, j'aurais besoin d'aide. Mon amie habite dans ce quartier mais c'est comme un labyrinthe ici et elle ne m'a donné qu'un nom de rue. Est-ce que l'un d'entre vous connaît assez bien cet endroit pour m'emmener à Springfield Rd. ? »
Étonnamment, le nerd essaie en fait de se porter volontaire mais la blonde l'interrompt. L'argument devient tellement amusant que j'essaie de ne pas rire pour voir le sérieux descendre. Ce n'est que lorsqu'il a traversé la cour en me disant qu'il connaissait cet endroit comme sa poche et qu'il m'emmènerait que je l'ai remarqué. Au fur et à mesure qu'il se rapproche, je le regarde mieux. J'avais définitivement raison à propos de la construction et il mesure environ 6 pieds. Ses cheveux plongent à la manière des stars de cinéma classiques des années 1950 et sa démarche dégage un air de puissance et de sophistication. Si ce n'était pas une opération, c'est le genre de gars avec qui je rentrerais à la maison, mais c'est pour ça que je dois jouer comme il faut. Il pourrait se battre plus que ce que j'avais espéré avoir à affronter ce soir cependant.
Le garçon sérieux s'approche, affichant un magnifique sourire charmant, et prend ma main et l'embrasse. « Le nom est Steel. Jack Steel.
Obligation? Il cite Bond. J'ai eu tort; ce gamin va être aussi facile que les autres.

*****

Alors que nous laissons derrière nous ses amis grincheux sur le toit, nous quittons la route principale pour nous enfoncer davantage dans le quartier. J'ai choisi Springfield Rd. parce que c'est près du cœur de l'endroit et je sais que cela lui donnera une chance de devenir vraiment sombre. Nous sommes à mi-chemin lorsque le soleil se couche complètement. J'attendrais normalement plus longtemps, mais tous ses plaisants bavardages charmants et son évitement complet du sujet de mon spectacle de rue me rendent nerveux. Je n'ai jamais vu un mec me voir pratiquement nue et ne pas faire de passes. Ce n'est pas normal et cela m'inquiète de savoir à quel point je contrôle la situation. Habituellement, je le conduisais dans un endroit plus isolé sous l'implication du sexe, puis je bougeais. Apparemment, avec celui-ci, je vais devoir y aller et espérer que ça marche.
Alors que j'essayais de trouver un moyen de le rapprocher des bois, une voiture démarre sur la route et il me tire hors de la rue. Alors qu'il marche à côté de moi dans l'herbe, je sors le couteau de mon soutien-gorge, le pousse contre l'arbre et place la lame contre sa gorge. Pendant un moment, je perds ma concentration alors que l'odeur de son eau de Cologne domine mes sens, mais je suis déterminé à ne pas gâcher ça. Je suis allé trop loin. Je plie mon coude sur son épaule, bloquant la lame de la vue. Alors que je serre la lame, j'écrase mon corps contre le sien et me dresse sur la pointe des pieds pour lui murmurer à l'oreille. "Tu ferais mieux d'écouter bien garçon si tu veux vivre." Je pousse la lame assez fort pour le frapper à peine pour souligner mon point de vue : "Ouais, je sais, tu aurais dû accepter l'offre foudroyante." Je peux le sentir se tendre alors que mes lèvres effleurent son lobe d'oreille. "De toute évidence, vous vivez dans ce quartier, ce qui signifie que vous êtes aisé, alors vous allez me ramener chez vous et me rapporter tout l'argent que vos parents ont autour. N'essayez pas non plus de faire l'idiot; Je sais que les enfants riches n'ont aucun problème à accéder à l'argent de leurs parents. Juste pour le narguer, je fais glisser ma langue dans le creux derrière son oreille et alors que je m'éloigne, je vois la colère bouillir dans ses yeux et un tremblement traverser son corps. Pendant un moment, je me perds dans ces yeux noirs déchaînés et je peux sentir l'humidité commencer à s'accumuler entre mes jambes mais je dois me concentrer. Rompant le contact visuel, je vois un couple marcher dans la rue juste à temps.
Je déplace rapidement la lame autour de sa nuque vers l'autre côté, utilisant mon autre bras pour l'empêcher de voir. Aux regards indiscrets, nous apparaissons simplement comme un jeune couple dans une étreinte amoureuse. Gardant la menace claire, je me penche pour l'embrasser doucement afin d'empêcher l'autre couple de se méfier. Ses lèvres sont chaudes, douces et réellement obéissantes. Il joue bien le jeu en m'embrassant en retour, mais après son moment de surprise, il m'en donne un à moi. Il enroule ses bras autour de ma taille et de mon dos, me serrant plus fort alors qu'il m'embrasse passionnément. Son pantalon est bombé contre moi et la chaleur de ses mains transperce mes vêtements. Je peux goûter sa douce haleine et je dois me battre pour continuer à respirer normalement alors que sa langue explore ma bouche. Ses dents attrapent ma lèvre inférieure entre elles. Lentement, ils ratissent ma lèvre, laissant derrière eux une douleur qui n'a d'égale que celle derrière ma culotte trempée. Je peux sentir que je me perds alors je romps le baiser pour voir que le couple est presque hors de vue sur la route. Aurions-nous pu nous embrasser si longtemps ? Merde, ça n'arrive pas, c'est moi qui contrôle ici. Je dois rétablir ma domination.
Poussant la lame encore plus fort contre sa gorge, je murmure : « Maintenant, Jack, tu devrais savoir qu'il ne faut rien essayer de stupide. Je ne joue pas aux jeux d'enfants. Je te promets que je te tuerai. Tes amis ne savent pas qui je suis et personne d'autre ne sait même que tu es sorti avec moi. Enfer dans ces bois, le temps qu'ils retrouvent ton corps, je serai de l'autre côté du pays. Me comprenez-vous?" Je prends le regard froid et haineux comme un oui et continue de lui expliquer le plan. Son regard sombre et infaillible n'arrête pas d'envoyer des frissons dans mon corps, mais je n'ose pas le laisser le voir.

*****

Nous redescendons dans la rue principale. Ironiquement, il vit dans la troisième maison du quartier et nous ne faisons que revenir en arrière. Je le fais marcher avec son bras autour de mes épaules pour que je puisse me blottir contre lui et garder la lame près de son rein. Son eau de Cologne continue de menacer ma concentration, mais je gagne la bataille. Nous finissons par croiser à nouveau ses amis sur le toit. La crainte sur leurs visages est difficile à déchiffrer. Je ne peux pas dire si c'était parce qu'il n'est pas revenu seul en général ou parce que son bras était autour de moi. Ils commencent à crier à Jack, mais je le pousse avec la pointe de la lame et il les fait signe de partir. J'embrasse sa joue en le narguant, "Smart boy," je murmure. Il ne me regarde même pas en réponse. Jack continue simplement, ne manquant jamais une étape dans sa file d'attente anxieuse pour sa maison.
Il m'emmène dans sa maison jusqu'à sa porte arrière en marmonnant quelque chose à propos de ses parents qui sont à l'étage. Je m'en fous; Je veux juste l'argent pour pouvoir prendre la route et la prochaine ville. Il m'ouvre la porte arrière comme un gentleman mais le dégoût se dégage de son expression. Je me surprends à penser à lui laissant cette agression sur mon corps. Penser à ce que cet homme grand, puissant et beau pourrait me faire. Je sens pratiquement ses mains fortes ravager ma forme alors qu'il me plaque contre le mur, son désir et sa haine maîtrisant tout regard pour moi alors qu'il arrache ma chemise… Merde ! Ressaisis-toi fille. C'est juste une marque, souviens-toi de ça.
Je prends une profonde inspiration pour me stabiliser et franchis la porte. Immédiatement devant moi se trouve un escalier menant à l'étage suivant, qui semble sombre et silencieux, à ma droite se trouve une salle de bain et à gauche une pièce dont la porte est fermée. Jack arrive derrière moi en fermant la porte. Dans la petite entrée, sa taille est encore plus importante. Il semble être partout autour de moi. Je suis soudainement très reconnaissant pour le couteau parce que dans un espace aussi exigu avec nulle part où courir, je n'aurais pas une prière dans un combat avec lui.
Son murmure sexy et profond remplit la pièce : « Ils gardent l'argent dans un coffre-fort dans la pièce à votre gauche. La combinaison est 2-7-1-2. Je me tourne pour voir cette même lueur captivante dans ses yeux mais je souris en faisant courir ma main sur son visage.
"Merci mon amour, c'était amusant." Je lui fais un clin d'œil et lui envoie un bisou.
Je me tourne vers la porte, le soulagement traversant mon corps. C'était tellement plus facile que ça aurait pu l'être. Juste avant d'ouvrir la porte, je m'arrête car j'entends un petit rire et Jack marmonne quelque chose. Cela ressemblait à "Oh, croyez-moi, le plaisir ne fait que commencer", mais pourquoi diable dirait-il cela? Je le regarde et il se tient exactement de la même manière : une main dans sa poche, l'autre passée dans sa ceinture en cuir, appuyé contre le mur, ces yeux sombres ne me quittant jamais. Putain, qu'est-ce que c'est que ce garçon qui me fait perdre la tête comme ça ? Je dois récupérer cet argent et sortir d'ici.
Je tourne la poignée de la porte, j'entre et j'ai juste le temps de regarder le lit, la télévision et les bandes dessinées. Juste au moment où je me retourne avec le couteau pour essayer de sortir de ce piège, j'aperçois ce regard lubrique à la seconde où son poing touche mon menton et je m'effondre sur le sol en ne voyant rien d'autre que du noir.

*****

Je commence à me réveiller, me secouant pour reprendre conscience. Le bleu monte déjà sur mon menton, je le sens. J'essaie d'ouvrir les yeux mais la luminosité soudaine me fait très mal. Dieu, je suis si étourdi. Quel est ce bruit? Merde, c'est moi qui gémis ? Je dois me lever. Attends, pourquoi suis-je allongé sur le sol ?... Au moment où il me frappe là où je suis, ce même parfum enivrant remplit à nouveau mon esprit et je suis parfaitement conscient de ses mains retenant mon poignet au-dessus de ma tête et de lui épinglant moi en chevauchant mes hanches. Je m'entends à nouveau gémir et j'essaie d'ouvrir les yeux, mais la sensation soudaine du côté large d'une lame d'acier froide pressée contre ma joue me fait geler sur place. Je ne respire même pas alors qu'il le passe sur mon visage, sur l'ecchymose tendre, contre mon cou tendu, et s'arrête finalement avec la pointe jouant autour du creux à la base de ma gorge.
Sa voix profonde remplit mon esprit alors qu'il se penche à côté de mon oreille. La chaleur de son souffle me fait trembler alors que j'essaie faiblement de libérer mes mains de son emprise, "Allez salope, je m'impatiente et je veux que tu te réveilles pour chaque seconde." Sa langue chaude lèche le creux derrière mon oreille, exactement comme la mienne lui avait fait. Je détourne rapidement la tête en essayant de m'échapper mais l'effort est vain. Il n'essaie même pas de le poursuivre. Au lieu de cela, son rire méchant remplit la pièce alors que je commence enfin à ouvrir les yeux et à m'adapter. Je vois Jack assis sur moi. Ces yeux sombres remplis de convoitise se fixent sur les miens alors qu'il pousse la lame plus fort contre ma gorge. Un sourire narquois est peint sur son visage et je le déteste pour ça. Le fils de pute s'amuse trop comme ça. Je ne suis le jouet de personne. Je dois trouver un moyen de sortir d'ici. Je cherche dans la pièce quelque chose, n'importe quoi qui pourrait être utile quand il recommencera à parler.
"C'est drôle, le grand méchant taquin d'un voleur n'aime pas être taquiné en retour." Ce putain de sourire narquois sur son beau visage ne faiblit jamais et son arrogance me rend fou.
Je sais que je ne devrais pas mais je ne peux pas m'en empêcher. « Ferme ta gueule de gamin », dis-je en lui crachant dessus.
Sa main frappe mon visage si vite que je ne la vois même pas venir. La piqûre brûle profondément dans ma joue et il l'aggrave en attrapant brutalement mon visage, y enfonçant ses doigts. Le sourire narquois est finalement remplacé par cette rage familière alors qu'il répond: "Salope, tu ferais mieux d'apprendre ta place." La lame est poussée si brutalement contre ma gorge qu'elle me fait mal et je repousse le cri. Je ne lui donnerai pas cette satisfaction. J'essaie de libérer mes mains mais sa prise se resserre et il les claque contre le parquet, envoyant une douleur dans mes bras alors qu'il continue : « Vous pensiez que vous pouviez me contrôler ? Une petite salope comme toi ? Dis moi que c'est une blague. Tu es à ma merci maintenant et tu ferais bien de réfléchir à tout d'abord parce que je te promets que je n'ai pas plus de scrupules à te tuer que tu en as à propos de moi. Il laisse tomber ma tête, la laissant claquer contre le plancher de bois. Le choc m'a de nouveau étourdi et étourdi.
Merde, c'est allé trop loin. Mais je ne vois pas vraiment d'échappatoire donc autant accepter l'arrestation. Je peux peut-être séduire le flic. "Très bien Jack," je marmonne, "tu t'es bien amusé. Appelle déjà tes parents ou les flics, d'accord ? »
Je ne sais pas pourquoi, mais pour une raison quelconque, son rire semblait plus sombre cette fois-ci, l'humour dans ses yeux encore plus menaçant que la rage. Son plaisir dans ma déclaration me confond jusqu'à ce qu'il arrête finalement de rire assez longtemps pour parler. « Appeler mes parents ? Oh, d'accord, bien sûr. Le sourire narquois ne quitte jamais son visage alors qu'il crie à plusieurs reprises pour que ses parents ne répondent pas, puis se retourne vers moi. "Oh putain, c'est vrai, mes parents ne sont pas en ville. Merde. Eh bien, il y a la police, sauf que vous avez cette ecchymose sur votre visage, ces yeux innocents; oh et ouais tu es une petite salope chaude qui vient de séduire les flics. Il laisse tomber le couteau, le remplaçant par sa main puissante. En le fléchissant pour jouer avec les effets qu'il a sur mes voies respiratoires, il poursuit: «Je ne suis pas stupide, salope. Je ne te laisse pas t'en tirer comme ça. Tu pensais pouvoir me voler ? Tu pensais que tu pouvais utiliser ton corps pour me tromper ? Eh bien, je vais utiliser ton corps pour te voler. Vous devez apprendre ce qui arrive aux petites putes qui pensent qu'elles sont plus intelligentes qu'elles ne le sont vraiment.
Sa main se referme si étroitement autour de ma gorge, mes yeux reviennent dans ma tête à cause du manque d'air. Je sens le bâillonnement pris sous sa main et je commence à voir des taches alors qu'une sensation de picotement se propage dans tout mon corps. Je suis sur le point de m'évanouir quand enfin il me lâche. Alors que je suis prise et faible dans ma quinte de toux, je sens sa main sur mes poignets remplacée par quelque chose de lisse et serré. Je sais que je devrais essayer de me battre à ce stade, c'est ma meilleure chance de m'échapper mais je suis tellement mou. Je ne pense pas que je pourrais bouger si je le voulais. Je ne remarque même pas que mes yeux sont toujours fermés jusqu'à ce qu'une autre gifle se connecte à mon visage me ramenant à. L'ecchymose pique encore plus à cause des nouveaux abus.
Je me réveille avec un nouveau bruit sec et silencieux. Je baisse les yeux pour voir les yeux affamés de Jack qui regardent attentivement son travail. Il prend mon couteau et fait sauter les boutons de ma chemise un par un. Instinctivement, je vais baisser brusquement mes mains pour l'arrêter, mais elles bougent à peine dans ma nouvelle retenue. Anxieusement, je tends mon cou pour regarder vers le haut et par-dessus, seulement pour découvrir que mes poignets sont attachés ensemble et au bas de son lit avec sa ceinture. Choqué, je baisse les yeux et vois que son pantalon est défait et ouvert, sa bite dure et déchaînée se tendant contre ses sous-vêtements. Finalement, son petit discours s'enfonce, me remplissant d'effroi. Il n'y a pas grand-chose que je puisse faire à mains nues contre un homme aussi fort en général et certainement pas dans cette position, mais je dois essayer.
Je commence à me débattre sauvagement, essayant de mettre mes jambes devant son torse pour lui donner des coups de pied. Cela n'arrive pas; Je ne me fais pas violer par une marque. Je ne me fais pas violer par un enfant. Sûrement pas. J'ai une jambe assez haute pour la placer devant sa hanche et je lui lance mon talon avec toute la force que je peux rassembler. Il tombe en avant en criant "Putain". Il place tout son poids sur une main qu'il pose sur mon torse, tenant mon cœur immobile alors qu'il retient mes jambes sous ses cuisses. Son sourire narquois arrogant revient avec son contrôle, alors qu'il m'assomme à nouveau. Je sais qu'il peut lire la terreur et la connaissance dans mes yeux et ce bâtard en profite à chaque seconde. Qu'est-il arrivé à la main qui embrasse l'adolescent fan de Bond ?
Il retourne à son projet, travaillant rapidement sur les boutons de ma chemise. Déchirant la chemise ouverte, de ma poitrine et de ma jupe, il est évident que sa maîtrise de soi narquoise commence à vaciller alors que son désir prend le dessus. L'acier froid de la lame remonte sur mon ventre et descend, d'avant en arrière tandis que son autre main serre ma poitrine. Ses doigts chauds jouent avec la dentelle le long de la ligne du bonnet. Je ne peux pas détacher mon regard de son visage. Ces yeux sombres et lubriques qui dévorent avidement mon corps, l'humidité sur ses lèvres et la détermination brute dans son expression, tout cela m'excite plus que je ne l'ai jamais été auparavant. La sensation de ses mains sur ma poitrine est écrasante. Non non Non! Il me viole, je n'apprécierai pas ça. Je ne lui donnerai pas ça.
Je commence à remuer mon torse en essayant de me dégager de sous lui mais c'est inutile. Jack me regarde juste avec cette arrogance dégoûtante, se délectant de mon inconfort. Alors qu'il glisse le couteau sous le milieu de mon soutien-gorge et le coupe pour qu'il tombe en révélant mes seins nus, il recommence à me narguer: "Mmmmm ils sont magnifiques, je vais te donner cette pute." Le couteau encercle l'aréole de mes mamelons, rendant mon souffle saccadé. « Tu aimes ça, n'est-ce pas salope ? Tu aimes que je t'attache et t'utilise ? Son grognement résonne sur les murs alors qu'il me gifle à nouveau : « C'est dommage. Je vais juste devoir faire plus mal, salope.
Il fait rapidement glisser le couteau sur mon torse ; assez dur pour piquer mais pas pour me couper. Je laisse échapper un cri de douleur et je vois son érection se contracter dans son sous-vêtement en réponse. Jack coupe mes jarretelles et mon string, me frappant délibérément avec la lame pour me faire crier. J'essaie de retenir les cris, mais je n'y arrive pas. Je perds une autre bataille aussi; ma culotte est trempée, et il ne manque pas ce fait. « Sale putain de salope. Tu veux ça. Ta chatte en dégouline. Vous voulez être blessé et utilisé. Il enfonce le côté large de la lame dans ma cuisse, ne me faisant pas mal mais me faisant hurler un autre cri. "C'est vrai putain, crie. Personne d'autre que moi ne peut t'entendre, et j'aime entendre ces cris. Jack se penche, faisant courir sa langue entre mes seins, mon cou et dans ma bouche. Alors qu'il enfonce sa langue profondément dans ma gorge, j'ai failli m'étouffer. Son agressivité me submerge. Pour me défendre, je lui mords la langue, le faisant crier. Jack recule et me donne un coup de poing dans l'estomac, me blessant.
Il se contente de sourire narquoisement et de me cracher du sang, maculant mon visage : « Tu ne comprends pas, salope, n'est-ce pas ? J'aime mes jouets fougueux. Je me fiche de ce que vous faites; Je vais t'utiliser comme je veux jusqu'à ce que j'en ai fini avec toi. Ses yeux parcourent lentement mon corps, prenant ma poitrine, mon ventre et ma chatte nue partiellement couverte par ma jupe. « Et honnêtement salope, je m'impatiente. Vous n'apprenez pas très bien votre leçon, alors je vais aller droit au but et prendre ce que je veux. Tu voulais me voler salope alors je vais te voler. Je vais prendre ta virginité.
Je commence à rire, seulement pour être interrompue par sa poigne sur ma gorge. « Qu'est-ce qu'il y a de si drôle, salope ? »
Je laissai mon sourire le ronger, refusant de répondre jusqu'à ce qu'il me frappe à nouveau dans le ventre. D'une voix rauque, je réponds: "Tu es trop tard pour ce bâtard", mais mon sourire narquois s'estompe avec le début de son rire.
« Espèce de salope stupide. Pensais-tu vraiment que je pensais que tu étais vierge ? Je vais prendre ta virginité chérie, mais pas celle à laquelle tu penses. Sur ce, il me tape sur le cul et ça me frappe. Anal? Non, non, non, cela ne se produit pas. Tirant désespérément sur mes liens, je commence à crier à l'aide, priant pour que ses voisins puissent m'entendre.
Jack se déshabille lentement en souriant et en me regardant combattre les contraintes, appréciant mes cris. Même si je me déteste pour ça, je ne peux pas m'empêcher de remarquer son corps. Ses bras musclés et ses larges épaules se prolongent dans un torse fort et stable. Alors que son pantalon tombe, je peux clairement voir les muscles de ses mollets et de ses cuisses. Bien qu'une fois ses sous-vêtements enlevés, sa bite distrait du reste. Il a l'air d'environ 7 pouces et c'est le plus épais que j'ai vu. Je ne pense pas pouvoir mettre complètement la main dessus. Enfin pour couronner le tout, il est courbé pour faire pratiquement la moitié d'un "c". Sans que rien ne le touche, sa bite se contracte et je brise enfin mon regard pour voir un regard satisfait sur son visage. Je vais parler, mais comme un éclair, il tombe entre mes jambes et enfonce ma culotte en ruine dans ma gorge. J'essaie de les recracher mais ils sont trop profonds. Je peux goûter ma propre humidité sur le string alors qu'ils pénètrent dans ma bouche.
Je le sens commencer à frotter la tête de sa bite contre ma chatte humide alors qu'il murmure; "Maintenant, je vais être gentil et devenir un peu lisse avant de prendre ce beau cul." Jack commence à peine à pousser et je peux sentir cette tête bulbeuse chaude se déplacer dans le jus lisse à mon ouverture.
Gémissant dans un mélange d'effroi et de désir, je ferme les yeux en attendant anxieusement mais il attrape violemment mon visage, exigeant que je le regarde. Alors que j'ouvre les yeux et rencontre ce regard brûlant, il claque toute sa bite en moi. Je rejette ma tête en arrière en essayant de crier, mais la culotte me gêne. Son énorme bite lancinante me déchire. La façon dont il martèle ma chatte serrée est écrasante. Sa taille est douloureuse, me faisant presque monter les larmes aux yeux, mais la façon dont il se sent est époustouflante. Ma chatte tremble, tendue contre lui. Je suis sorti de ma conscience bienheureuse par ses dents qui s'enfoncent dans mon cou et ses mains qui piaffent chaque centimètre de mon corps. Je peux sentir ses ongles s'enfoncer dans mon dos et mon cul alors que je me débat contre lui, cédant finalement et rencontrant sa poussée. Ses grognements et ses gémissements remplissent la pièce, rivalisant uniquement avec mes cris étouffés et le son de ses couilles qui claquent contre moi.
Les frissons aigus commencent à courir dans mes veines alors que ses lèvres atteignent mes mamelons. Ne changeant jamais dans son rythme violent, Jack réussit à me rendre étourdi. Je peux sentir mon sang battre à mesure que la pression monte. Tous mes sens sont surchargés. Le son de sa bite massive abusant de ma chatte, l'odeur du sexe mélangée à son eau de Cologne, la vue de son corps sexy se déplaçant au-dessus de ma forme tremblante et le feu glacial qui brûle dans mes nerfs partout où il me touche font tous mon battement de pouls dans ma tête. Mon esprit est tellement assombri par le plaisir et la douleur que je ne réalise même pas qu'il arrive jusqu'à ce que je m'y perde. Je commence à crier au-delà de la culotte alors que mon dos se soulève du sol et que mes bras se heurtent à la ceinture dans les lancers vicieux de mon orgasme. Je peux sentir ma chatte se serrer si fort que ça doit lui faire mal, mais Jack reste stable sans jamais ralentir. Il continue de battre ma chatte tendre avec sa bite au point que j'ai les larmes aux yeux, mis les convulsions ne s'arrêteront pas. Mon sperme chaud coule de mon entrejambe dans la fente de mon cul alors que je m'effondre sur le sol à la suite de mon orgasme. Finalement, il se retire, toujours aussi dur et palpitant.
Il se lève mais je suis perdu dans une vague de plaisir sur le sol. Le coup de pied sec dans mes côtes me ramène douloureusement à la réalité. Je lève les yeux alors qu'il s'accroupit à côté de moi et me saisit à nouveau par la gorge. J'ai du mal à me concentrer et à comprendre ses mots alors que je m'étouffe: «Tu es plus une salope que je ne le pensais. Je viens de te violer et tu es venu sur moi comme une putain de pute. Je ne sais même pas pourquoi je suis surpris. Riant en regardant mon visage, Jack fait courir son doigt sur le chemin de mon jus jusqu'à mon trou du cul. Je me tortille, essayant de m'éloigner, suppliant à travers le bâillon, mais je peux dire qu'il est perdu dans son désir alors que sa bite se contracte à nouveau. Son doigt joue autour de mon bourgeon. Je sais qu'il traîne ça pour me tourmenter et je ne veux pas lui donner cette satisfaction. Allongé aussi immobile que possible, je ferme les yeux et essaie de me concentrer sur autre chose mais la peur monte toujours en moi. Dès qu'il essaie d'enfoncer son doigt, je le perds. Crier si fort que la culotte a failli sortir, je m'oppose en jetant un genou vers son torse.
Jack attrape mon genou et me repousse au sol. Je sais que la peur est apparente sur mon visage mais je ne peux pas m'empêcher de fixer ces yeux sombres, en conflit entre la rage et la luxure. Je suis tellement hypnotisé qu'au début je ne remarque pas ses mains fiévreuses sur ma taille, mais aussi vite que son sourire revient, je me retrouve soudain face contre terre sur le parquet. Ses cuisses fortes sont tendues sur les miennes et ses grandes mains puissantes serrent mes joues. Dieu non, non, non. Cela ne peut pas arriver. Mes fesses sont écartées sauvagement et je peux sentir sa tête pousser contre mon ouverture. Je me déteste pour ça mais je commence à pleurer.
Étonnamment, la pression diminue lorsque je le sens allongé sur mon dos, ses lèvres sont donc à côté de mon oreille. Je tremble de peur alors que son souffle chaud et rauque m'inonde, "Tu es venue salope, maintenant c'est mon tour. Mais j'ai une dernière chose à faire avant. Sur ce, il tend la main et retire ma culotte de ma bouche en chuchotant: "J'ai besoin d'entendre ces cris d'agonie."
Soudain, il enfonce sa bite dans mon cul et la douleur est bouleversante. Mes cris doivent secouer sa maison. C'est comme si un feu me déchirait alors que son énorme bite s'enfonçait en moi. Je sais que mon corps doit se tordre de douleur mais il ne ralentit jamais. Jack parle mais je ne peux pas distinguer les mots. Je ne peux rien ressentir d'autre que la douleur et sa bite lancinante qui me possède. Ses mains s'enfoncent dans ma taille, me repoussant dans ses poussées. J'essaie de me concentrer sur la ceinture qui me coupe le poignet pour me distraire du feu.
Enfin, après ce qui semble être une éternité, la douleur commence à s'estomper. Ses poussées arrivent toujours fort et vite, mais je commence à en profiter davantage. Le rythme régulier de sa bite dure comme du roc glissant dans et hors de mon cul serré devient addictif. Je ne suis sorti de mon nouveau plaisir que lorsque ses gémissements remplissent la pièce. Le rythme de Jack s'accélère à mesure que sa respiration devient moins profonde. Soudain, son biceps s'enroule autour de ma gorge, écrasant ma trachée. Sa voix remplit ma tête alors que je commence à voir des taches, "Oh mon Dieu, ton cul est si serré. Je vais être honnête avec toi putain; c'est tout ce à quoi je pense depuis que j'ai vu ce cul parfait dans la rue. J'ai passé toute la marche à essayer de trouver un moyen de te connaître, de sortir avec toi et de t'avoir. Mais grâce au fait que tu es une salope de criminel sans valeur, je n'avais pas besoin d'attendre. Il ponctue son point avec une dernière poussée profonde dans mon cul et son sperme chaud explose dans mon canal au moment où je perds connaissance.

*****

Une brise froide souffle sur ma peau nue alors que je reprends conscience. En raison de la lune claire, je peux voir assez bien. I look down to find I’m lying in a pile of sand, dressed in my ruined clothes. Through the dark I can see the fencing and school. I look back to the pile of sand and realize it’s a pitching mound; I’m on the middle school baseball field. There’s something wet tied around my thigh and after a few minutes my numb fingers finally manage to untie it. Three hundred dollars in cash and a note falls away from my leg as I free the knot. I lift the saturated fabric into the moonlight and see it’s my ruined thong. After securing the money, I finally bother to look at the note.
I figured it was a fair trade slut. One thief to another.
PS Since I let you keep your life as a souvenir, I kept your knife as my own.
-J.S.

Articles similaires

L'amour au deuxième regard

Remarque : Il s'agit d'une participation au concours non officiel du 1er mai 2010 sur le forum Sex Stories. Si le paragraphe d'ouverture vous semble familier, c'est pourquoi. Le léger brouillard ajoutait de l'humidité à l'air. La fraîcheur de la nuit s'enroula autour d'elle comme une serviette mouillée, envoyant un frisson le long de sa colonne vertébrale. Elle avait de la chance de connaître si bien la région, sinon elle aurait pu facilement se perdre. Elle regarda à travers les arbres la maison où il vivait, souriant légèrement à la seule bougie électrique allumée à la fenêtre de la cuisine. Elle savait qu'elle ne...

1.2K Des vues

Likes 0

Fin de l'école

C'était la fin de l'école, la fin d'une vie, la fin d'une époque. Le temps intermédiaire où la petite écolière se transformait en la femme qu'elle voulait être Randy et moi avions joué pendant des mois et j'étais profondément amoureux, mais en même temps inquiet d'être tombé trop amoureux de lui. Randy avait plus de quelques années de plus que moi, je venais d'avoir dix-sept ans. Il avait tout ce que les autres petits garçons n'avaient pas de voitures, de vélos, d'argent, de cartes de crédit et une magnifique bite coupée de sept pouces et demi que j'aimais…. nous étions en...

1.3K Des vues

Likes 0

Journaux de travail

***** Premier extrait de journal : « Suite à la menace d'un procès pour harcèlement sexuel, la deuxième menace de ce type portée contre moi par deux assistants personnels distincts, les poursuites en RH, à la lumière de mes compétences et de mes résultats, ont décidé de me donner une dernière chance avant qu'ils ne soient obligés de prendre des mesures supplémentaires. actions disciplinaires. Dans un effort pour réduire la probabilité d'un scénario répété, ils ont décidé de m'attribuer un assistant personnel qui, à leur avis, ne serait pas à mon goût. Cependant, ils n'ont pas pris en compte à quel point je...

1.2K Des vues

Likes 0

La vengeance est à moi

J'ai rencontré Sue il y a quelques années, elle avait la chance d'avoir une excellente silhouette et à l'âge de 36 ans, elle s'était bien gardée, j'aime beaucoup d'hommes qui ont essayé de sortir avec elle, mais elle n'en avait rien, disant toujours qu'elle avait une amie régulière avec qui elle sortait et je n'avais aucune chance. J'ai trouvé intéressant qu'elle n'ait jamais amené son amie à aucune de nos sorties de club de célibataires, et en tant qu'organisatrice, j'ai pu voir beaucoup de nos partenaires membres, mais jamais Gaynors. Sue était une allumeuse sexuelle, elle savourait l'opportunité de me faire...

1.2K Des vues

Likes 0

DOUBLE EN-TÊTE

Je n'avais pas eu un homme qui me suce depuis des semaines et l'idée de trois autres personnes qui regardent un autre homme me sucer, puis baiser une dame plus âgée pendant qu'elles regardent semble excitante - n'est-ce pas le but du sexe - l'excitation et le plaisir ? Nous nous sommes mis d'accord sur les termes et conditions et j'ai insisté sur l'absence de pénétration masculine de mon corps. J'étais à la fin de mon adolescence lorsque j'ai réalisé pour la première fois que j'avais une bite beaucoup plus grosse que les autres garçons de mon âge. Au moment où...

1.1K Des vues

Likes 0

Une nouvelle maîtresse 2

J'ai savouré le goût du sperme de Maîtresse Natasha dans ma bouche tout le chemin du retour. Ma femme dormait quand je suis rentré à la maison et je me suis glissé dans le lit à côté d'elle sans me laver ni me rincer la bouche. J'ai gardé ma routine hebdomadaire comme toujours, sauf les deux fois où ma femme et moi avons baisé, j'ai attendu qu'elle me crie dessus pour jouir en elle (juste pour rester obéissante à Maîtresse Natasha). Bien sûr, je ne pouvais penser qu'à Natasha toute la journée et toute la nuit pendant toute une semaine. Jeudi...

814 Des vues

Likes 0

L'esclavagiste obtient son souhait 15

L'esclavagiste obtient son souhait 15 Judy a gardé les yeux bien baissés alors que nous étions assis à ma table de cuisine en train de boire du café. Rachel et Reese étaient tous les deux à une réunion de Narcotiques Anonymes. Joey les avait conduits. Judy avait un collier autour du cou, des bottes à talons hauts et un plug anal de trois pouces de diamètre logé fermement dans son rectum. Je ne sais pas trop ce que je ressens à ce sujet, Judy, dis-je. «Je suis un peu confus à ce sujet aussi. Mais sachant ce que Tory a fait...

722 Des vues

Likes 0

MA FEMME ET HOMME NOIR

Ma femme et moi ne sommes jamais sortis avec une autre race que la nôtre et nous n'y avons jamais pensé. Ma femme ne supporte pas les hommes noirs. Elle pense qu'ils sont grossiers et dégoûtants un peu de la même façon je pense. Cependant, quand je regarde du porno sur satellite et que je viens à travers un black en train de désosser une nana blanche avec son énorme bite, je m'arrête pour regarder un peu. Je suis étonné de la taille de certaines de ces bites noires. Un jour j'ai vu un black chaud fille et j'ai dit à...

746 Des vues

Likes 0

Maître agréable

Quelques semaines plus tard, je me suis réveillé tôt pour aider mes sœurs à préparer le petit-déjeuner. Je me retournai pour voir Maître Arik me fixer. Je clignai rapidement des yeux, sentant mon cœur battre sauvagement à la surprise de le voir réveillé. Il sourit lentement alors que je m'asseyais; les couvertures exposant mes seins et mes mamelons durcissant à l'air frais. Il tendit la main et roula doucement mes mamelons entre ses doigts. « Viens ici, dit-il d'une voix rauque. Je me suis rapproché un peu plus et il m'a fait signe de chevaucher son corps couché. J'ai soulevé une...

648 Des vues

Likes 0

Il y a un loup dans la bergerie...

*la non-fiction* C'était le premier jour de cours. Je n'étais pas nerveux; c'est une école technique de nerd, donc je me sentais bien. Je m'appelle TK, et je n'étais en aucun cas préparé pour les cours ce semestre ... bien sûr, j'ai étudié et réussi la classe mais j'ai échoué au test le plus important .... Dans mon deuxième cours, j'ai vu ce mec grand, en quelque sorte heurté par lui, qui ne se souciait pas vraiment de son existence. ...homme Si je n'étais pas amoureuse de lui, je sais que j'étais amoureuse de sa démarche... ses vêtements, à peu près...

372 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.