École d'été Partie 8

1.9KReport
École d'été Partie 8

Partie 8 - Cindy et Daryl progressent

Cindy tremblait presque, elle était tellement excitée de parler à Daryl de sa conversation avec sa mère. Merde, elle était maintenant sous pilule ! Son rendez-vous chez le médecin consistait en un coup d'œil rapide et une sensation de ses seins et de son vagin et elle prenait la pilule ! Maintenant, elle serait à l'abri d'une grossesse et Daryl pourrait filmer ses affaires où il voulait. Il serait tellement heureux.

Daryl quant à lui était tout aussi excité. Bien qu'il ait été embarrassé de voir sa mère le voir jouir, en particulier sur son propre visage, il était ravi d'avoir des préservatifs et ravi de savoir comment les utiliser correctement. Cindy serait surprise et, espérons-le, heureuse.

Il est arrivé chez elle et a frappé. Elle ouvrit la porte avec un grand sourire et le serra dans ses bras. "J'ai tellement de choses à te dire." Il sourit alors qu'elle pressait ses seins contre son torse. Il est aussi devenu instantanément dur. Elle le remarqua, gloussa et le poussa à bout de bras. "Daryll. Je viens de t'embrasser ! Tu es déjà dur ?" Elle n'était pas du tout offensée et s'assura qu'il le voyait sur son visage.

Daryl n'était pas vraiment gêné mais avait toujours l'impression qu'il devait s'excuser. "Dieu Cindy, je suis désolé. Vraiment, je ne peux pas le contrôler beaucoup.

Cindy a utilisé ses excuses pour enchaîner sur ses nouvelles. "Eh bien, vous n'aurez pas besoin de le contrôler quand je vous parlerai de ma mère et moi."

Daryl pouvait dire qu'elle s'empressait de parler, alors il n'a pas parlé de ses nouvelles. Elle le conduisit dans sa chambre et ferma la porte. Ils s'assirent sur le lit et s'embrassèrent profondément et passionnément pendant un moment. Quand il essaya d'aller plus loin, elle gloussa et s'éloigna. "Pas avant que je te le dise, espèce de mauvais garçon." Sur ce, elle raconta toute l'histoire. Elle n'a rien laissé de côté, y compris la partie rasage. Enfin, elle est arrivée aux pilules contraceptives.

« Putain de merde Cindy. C'est tellement cool ! Êtes-vous sur eux maintenant?

"Oui, mais aujourd'hui c'est mon premier jour et le médecin a dit qu'ils ne travailleraient pas avant 30 jours."

"C'est bon Cindy. Je veux dire que nous sommes encore en train d'apprendre le sexe. Cela ne signifie pas que nous devons encore aller jusqu'au bout. Heck, nous ne voudrons peut-être jamais.

Cindy le regarda avec un regard "Ouais..bien". Daryl se mit à rire et lui lança un regard qui disait "Garçon, c'était une chose stupide à dire".

"J'adore m'amuser avec toi Daryl. Je suis tellement mouillé et excité quand nous faisons des trucs. Je ne sais pas si nous irons très bientôt jusqu'au bout, mais j'y pense beaucoup.

Daryl sortit les préservatifs qu'il venait de recevoir. "Je suppose que moi aussi."

Cindy a haleté "Où les avez-vous trouvés ? Sont-ils vraiment ce que je pense qu'ils sont ?

Daryl en mit un dans sa main. Elle examina le petit paquet en le regardant alternativement. « Puis-je l'ouvrir ? Je n'en ai jamais vu.

"Bien sûr. Je n'en ai jamais vu avant ce matin non plus.

Alors qu'elle ouvrait le paquet, elle lui demanda à nouveau. « Où as-tu trouvé ces Daryl ? »

Rougissant profondément, il baissa les yeux pour qu'elle ne puisse pas voir ses yeux. «Ma mère est venue me voir pendant que j'étais… tu sais… et elle m'a vu jouir. Ça m'a frappé au visage et elle s'est mise à rire.

Cindy le regardait avec de grands yeux et riait même si elle savait que cela devait être terriblement embarrassant pour lui. "Oh mon Dieu Daryl, je suis désolé d'avoir ri mais je peux certainement voir où cela aurait pu être drôle. Je suis sûr qu'elle sait que tu fais ça.

« Ouais, et elle a essayé de me faire sentir mieux après. Elle pensait que nous pourrions aller plus loin que nous ne l'avons fait, alors elle m'a donné ça.

Toujours en riant, Cindy examina de plus près l'objet étranger qu'elle tenait. Il était étroitement enroulé, à l'exception d'un petit bout souple qui s'étendait comme le col d'un ballon, seulement beaucoup plus fin. L'anneau était dur et elle devina que c'était ce qui le maintenait en place. Elle voulait le voir sur lui, juste pour voir vraiment, pas parce qu'elle voulait qu'il fasse quoi que ce soit. Ils étaient dans sa chambre et personne n'était à la maison. « Daryl, sais-tu comment utiliser ça ? »

"Bien sûr."

"Pensez-vous que vous me montreriez comment le mettre sur vous."

"Je suppose. Je veux dire, c'est un peu étrange de retirer mon pénis et tout ça. Je veux dire que je ne suis même pas dur.

Cindy s'approcha de lui en tenant toujours le préservatif. Elle pressa son corps contre le sien et posa ses hanches contre les siennes alors qu'elle l'embrassait profondément. Elle sentit immédiatement la montée dans ses casseroles et interrompit le baiser en disant dans un murmure. "Est ce que ça aide?"

"Oh ouais! Pourrions-nous peut-être tous les deux nous déshabiller ?

Cindy rougit légèrement. Elle était toujours nerveuse à l'idée d'être nue avec lui, mais pourtant elle aimait son corps et en particulier son pénis. "D'accord."

Ils se sont tous les deux déshabillés et comme d'habitude, ils se sont juste tenus l'un en face de l'autre et ont examiné visuellement leurs différences évidentes. Elle était belle pour lui. Une femme dans tous les sens du terme. Ses seins étaient ronds et doux. Ils ressortaient fermes et hauts et étaient surmontés de petits mamelons roses dressés. Son ventre était plat et descendait jusqu'à sa chatte légèrement couverte qui brillait de son excitation. Elle regardait sa bite qui était à pleine attention et elle adorait juste comment c'était si gros et dur. Elle pouvait le voir vaciller au rythme de son cœur et seule sa plus grande force de volonté l'empêchait de l'envelopper dans sa main. Elle savait qu'elle était trempée et s'en fichait un peu.

« Waouh Cindy ! Tu es si belle!" Daryl dit doucement.

Cindy est restée silencieuse alors qu'elle avançait et prenait sa bite dans sa main. Elle passa sa main le long de sa longueur et sentit la peau glisser de haut en bas. "Tu es si dur !"

Il était tellement excité que ses attouchements étaient tout simplement trop. Il est venu avec un gémissement et a tiré plusieurs énormes impulsions de sperme. Elle a tenu bon, mais n'a pas pu s'empêcher de rire alors que son sperme couvrait sa main et coulait sur son ventre. "Mon Dieu! Vous êtes un tel chien de corne! Elle se serra contre lui et ils s'embrassèrent passionnément. Elle le sentit commencer à s'adoucir et enroula ses bras autour de son cou, éloignant son corps de lui pour qu'elle puisse regarder cette incroyable fonction masculine. Ce n'est que lorsqu'il fut complètement flasque qu'elle parla. "Oh mon. Ça devient vraiment plus petit, n'est-ce pas? Eh bien, je suppose que je vais devoir te faire bander à nouveau si tu veux me montrer comment mettre ce truc.

Elle se pencha et ramassa sa culotte et essuya ses mains en prenant note de la texture chaude et collante de son sperme. Elle a ensuite essuyé les grosses cuillerées de son ventre et à sa grande surprise, elle a pris une cuillerée sur son doigt et l'a portée à son nez. Après l'avoir senti, elle le regarda dans les yeux et y toucha timidement sa langue. Ses sourcils levés l'ont incitée à dire "Mmmm, un peu salé, mais pas mal ou quoi que ce soit."

Après avoir essuyé son pénis, elle se mit à genoux et le regarda dans les yeux. « Je veux te regarder de plus près, d'accord ? » Il hocha simplement la tête, lui faisant confiance. De son côté, Cindy tenait son seul pénis semi-dur et l'examinait un peu. Elle ne l'avait pas vu autrement qu'en pleine érection et était très intéressée par cette nouvelle chose plus douce. Elle l'a doucement pressé et agité, ravie de la texture et de la flexibilité. C'était vraiment un morceau d'anatomie fascinant avec sa peau lisse et lâche et sa tête spongieuse. Elle se demandait avec humour comment les garçons marchaient ou s'asseyaient avec des choses comme ça qui sortaient. Et puis il y avait ses couilles !

Ses couilles pendaient légèrement couvertes de poils duveteux. Ils étaient un peu froissés et l'un était légèrement plus bas que l'autre. Elle les prit doucement dans sa main et sentit la texture. Elle pouvait sentir ses testicules rouler dans sa main et pensa à nouveau à quel point c'était très intéressant. "Est-ce que ça te fait mal quand je fais ça ?" demanda-t-elle en le regardant.

Il était aux anges et sa bite avait répondu de manière appropriée. Cindy regarda attentivement sa queue grandir juste devant ses yeux. "Mon Dieu, c'est incroyable", pensa-t-elle. Bientôt, ce fut à nouveau dur comme de la pierre. « Putain, ça fait vraiment du bien Cin. Ne t'arrête pas, mais frotte ma bite aussi.

Cindy gloussa et leva les yeux vers lui. "Ohh non. Tu vas encore gicler et je veux essayer de te mettre ce truc avant que tu redeviennes doux.

Elle a ramassé le préservatif et a vu qu'il était à peu près explicite. En le plaçant au bout de sa queue, elle a essayé de le faire rouler, mais a constaté qu'il était si serré qu'il ne roulerait pas facilement et qu'elle avait peur de lui faire mal. Elle le regarda d'un air interrogateur. Il lui sourit et couvrit sa main de la sienne. "Vous devez utiliser beaucoup de pression pour le faire rouler." Il l'aida à le rouler jusqu'en bas et lui relâcha la main. Elle frotta légèrement sa main de haut en bas sur sa hampe à quelques reprises, puis recula d'un pas et regarda simplement. Avec un petit rire, elle a dit "Ça a l'air si malheureux tout enfermé comme ça."

"Bien sûr."

Il enleva le préservatif, ce qu'elle remarqua être une corvée en soi, et il le jeta sur son visage la faisant hurler. « Daryl, espèce de cochon ! »

Daryl rit de sa réaction et la prit rapidement dans ses bras. Ses seins pressés contre lui et elle gémit de contentement. Ils ont commencé une série de baisers sérieux et de grincements et à un moment donné, il a senti l'humidité de sa chatte contre sa jambe. Il se pencha à deux mains et prit ses fesses dans ses mains en les écartant pour qu'il puisse atteindre profondément sa fente avec ses doigts. Elle était trempée et gémissait alors qu'il faisait glisser son doigt le long des lèvres de sa chatte. Quand son doigt traçait la zone de son anus, son souffle était aspiré. Il le remarqua et inclua plus délibérément son anus dans son jeu. Elle a également remarqué son attention anale et lors d'un passage, elle l'a senti pousser doucement sur cette ouverture. Elle haleta et le regarda d'un air suppliant. « Daryl, qu'est-ce que tu fais ? »

"Dis-moi juste d'arrêter et j'arrêterai." Il murmura. Elle se contenta de blottir son nez dans sa gorge et respira en haletant rapidement alors que son majeur traçait une ligne d'avant en arrière de l'arrière de sa chatte à son anus. Elle pouvait se sentir se rapprocher de plus en plus de l'orgasme et ne pouvait pas y croire. "Oh mon Dieu Daryl ! C'est tellement bon. Ne vous arrêtez pas ! Je pense que je vais jouir ! À cela, il est devenu courageux et a atteint plus loin pour pouvoir glisser son doigt dans sa chatte. Elle était maintenant très proche. "Ne t'arrête pas, ne t'arrête pas... ahhhh, oh putain..."

« Daryl ! Oh merde, oh merde !" Elle a littéralement écrasé son visage contre son épaule pendant qu'elle jouissait. Une fois qu'elle se détendit un peu, il retira son doigt et ramena ses mains pour juste frotter ses fesses.

Cindy était faible à cause de son orgasme. Elle était aussi très gênée. Daryl frotta son trou du cul avec son doigt. Elle ne pouvait pas croire qu'il ferait cela et pourtant, au milieu de la passion, elle ne voulait pas qu'il s'arrête. Elle s'éloigna de lui, s'accroupit en position accroupie et serra ses genoux.

« Cindy… qu'est-ce qui ne va pas ? Est ce que je t'ai blessé?"

Elle lui sourit assurément et ne put s'empêcher de remarquer que son érection s'était adoucie. Il était encore plus qu'à moitié dur, et semblait maintenant épais et beau. « Je me repose juste un peu. Vous y êtes vraiment allé cette fois. Dieu Daryl, tu as mis ton doigt en moi ! Tu as même appuyé sur mon trou de cul !

"J'ai juste fait ce qui me semblait juste. Je t'ai en quelque sorte écouté et j'ai senti la façon dont tu bougeais. Tu as l'air d'aimer ça.

« J'ai bien aimé. Je suis juste un peu gêné d'avoir aimé ton doigt sur mon trou du cul. C'est tellement sale. Je me sens comme une salope.

"Pas du tout! Rappelez-vous le livre Cin. Il a dit que beaucoup de filles comme cet endroit se touchaient. Il a des nerfs qui vous aident à jouir. C'est normal Cin. Vous n'êtes pas une salope ! Ne pensez jamais cela.

Articles similaires

Une histoire de salope...l'introduction

S'il vous plaît, lisez d'abord… Je suis une nypho de 38 ans, une salope, une salope, qui adore baiser. Mon thérapeute m'a conseillé de canaliser mes pulsions par d'autres moyens que d'écarter les jambes. Ces histoires, qui j’espère que vous apprécierez… sont réelles. (Ma chatte ne demande qu'à être touchée, quelque chose me dit que j'écrirai nue.) La plupart de mes histoires ne seront pas aussi longues. Si vous recherchez simplement la partie sexuelle pour pouvoir descendre, effectuez une recherche par mot pour le mot ALLAITEMENT. Cependant, j'espère que vous prendrez le temps de lire mon histoire car elle est destinée...

662 Des vues

Likes 0

Tondre M. Lewis_(0)

Je ne me suis jamais considérée comme le genre de fille jolie, une fille qui faisait tourner les têtes et attirait l’attention des garçons. Je suppose qu'on pourrait dire que j'étais un garçon manqué, cachant ma nature féminine. C'est pourquoi, lorsque M. Lewis a commencé à s'intéresser, j'étais simplement dans un rêve. Tout a commencé un printemps. M. Lewis était mon voisin et j'ai tondu sa pelouse pour lui, compte tenu de son grand âge. Il me remerciait toujours avec une conversation et un verre de thé glacé. Un jour, j'avais fini de tondre sa pelouse, mes parents étaient absents pour...

407 Des vues

Likes 0

Jeux informatiques_(1)

Mandy Wilson était assise misérablement sur le siège passager tandis que la voiture de sa mère Carol suivait le gros camion de déménagement hors de Londres. Oh pour l'amour du ciel, remontez le moral, expira la femme plus âgée. Mandy, nous y allons et c'est tout ce qu'il y a à faire. Les mots ont simplement fait affaisser Mandy plus bas sur le siège et croiser ses bras de plus en plus étroitement sur une poitrine tout en courbes jusqu'à ce que ça fasse mal. Tu peux être un si petit bébé parfois, observa Carol. Mandy a répondu avec un grognement...

320 Des vues

Likes 0

Errer

Je n'ai jamais été quelqu'un de très sociable. Je n'ai jamais fait partie des personnes invitées à toutes les fêtes bruyantes. Je ressemble plus au gars qui vit en face de ces gens et souhaite qu'ils le gardent. J'ai cependant envie de me promener tard dans la nuit, et parfois je rejoins une fête juste pour avoir quelque chose à faire. C'était un jeudi, un vendredi si on voulait être technique, puisqu'il était minuit passé. Je me promenais dans un quartier près de ma chambre de dortoir. La seule lumière était fournie par les lampadaires et la demi-lune dans le ciel...

1.5K Des vues

Likes 0

Cueilleurs de pommes

ATTENTION : Ceci est une histoire d'amour. Cueilleurs de pommes Chaque saison de cueillette, il m'est toujours difficile de réaliser qu'il y a vraiment un besoin de main-d'œuvre jetable et bon marché. Les travailleurs migrants répondent à un besoin précieux. Ces nomades modernes voyagent de culture en culture à la saison des récoltes jusqu'à la côte. Ils peuvent cueillir des haricots verts une semaine, des bleuets frais la semaine suivante et des pommes mûres un mois plus tard. Ils se présentent juste. Vous n'avez pas à leur dire quand le fruit est mûr ou même à leur demander de venir. Ils...

1.3K Des vues

Likes 0

REBONDISSANT

Karen tapota Steffi sur l'épaule et lui dit que Miss Peters voulait la voir tout de suite dans son bureau. Steffi a fini de boutonner son chemisier et a demandé : A-t-elle dit ce qu'elle voulait ? Non, répondit Karen alors qu'elle se dépêchait de sortir du vestiaire, elle n'avait pas l'air bouleversée ou quoi que ce soit, elle veut juste te voir ! Mon Dieu, marmonna Steffi, c'est l'heure du déjeuner et on me retient après le cours de gym, alors qu'elle ramassait sa serviette et ses vêtements de sport et les fourrait dans son sac à dos. Karen a...

1.1K Des vues

Likes 0

Chantage à la soumission

J'ai compris, a déclaré Cassey en courant dans la cuisine. J'ai eu l'emploi! C'est super! dit Jason. Il a étreint sa fiancée, plein de joie à la nouvelle. Cassey cherchait désespérément un nouvel emploi. N'importe quoi pour s'éloigner de l'endroit où elle travaillait sous la direction de sa patronne cauchemardesque, Veronica. Quand tu commences? a demandé Jason. Le sourire de Cassey a disparu. Dès que j'aurai ma référence... dit Cassey à voix basse. De Véronique? a demandé Jason. Cassey hocha la tête. Mais tu sais ce qu'elle va dire... dit Cassey. C'est pour ce travail, vous êtes allé derrière son dos...

1.1K Des vues

Likes 0

Oui Monsieur, je ferai tout ce que vous voudrez Partie 5 ; Le père de mon copain

Chapitre 6; J'ai séduit le père de mon copain. Comment vous habillez-vous pour séduire le père de votre petit ami ? Je me suis dit en me préparant ce matin-là dans mon nouvel appartement chic que Gene m'a fourni pour célébrer ma décision de « rester ». À quoi je pensais? Eh bien, je faisais deux de mes choses préférées dans le monde entier, gagnant une somme d'argent obscène, bien plus que ce qu'on m'avait promis, et baisant de manière obscène ! Je devenais définitivement une salope hardcore. Il me soutenait pratiquement. J'ai installé tout le matériel vidéo et tout était prêt. Gene regardait...

1K Des vues

Likes 0

En forêt avec un adolescent

J'étais en route pour rencontrer la fille. Je ne l'avais jamais vue auparavant, je n'avais discuté avec elle que quelques fois sur Internet. Mais je savais qu'elle était jeune - seulement 16 ans, et elle savait que j'avais plus de dix ans de plus qu'elle... A part ça, je n'avais même jamais vu une photo d'elle, même si elle m'avait dit qu'elle était très de petite taille. Nous avions convenu de nous retrouver à un arrêt de bus, en bordure du centre-ville. C'était une chaude journée d'été et j'arrivais à pied. J'avais bu quelques bières pour calmer mes nerfs. Lorsque j'ai...

1.1K Des vues

Likes 0

Le club des dames noueuses

Le club des dames noueuses Par Drakon Kate se tenait sur son balcon, admirant la vue pittoresque sur la côte centrale de la Californie. Elle avait apprécié cette vue depuis aussi longtemps qu'elle se souvenait et même maintenant, à cinquante-cinq ans, elle lui coupait encore le souffle. Ses cheveux corbeau jusqu'à la taille flottaient dans la brise fraîche de la fin de l'après-midi alors qu'elle passait en revue la longue liste de choses qui devaient être faites avant l'arrivée de ses invités, mais le réglage de la sérine la faisait réfléchir. Le domaine de plus de trois cents acres que ses...

585 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.