École d'été Partie 8

85Report
École d'été Partie 8

Partie 8 - Cindy et Daryl progressent

Cindy tremblait presque, elle était tellement excitée de parler à Daryl de sa conversation avec sa mère. Merde, elle était maintenant sous pilule ! Son rendez-vous chez le médecin consistait en un coup d'œil rapide et une sensation de ses seins et de son vagin et elle prenait la pilule ! Maintenant, elle serait à l'abri d'une grossesse et Daryl pourrait filmer ses affaires où il voulait. Il serait tellement heureux.

Daryl quant à lui était tout aussi excité. Bien qu'il ait été embarrassé de voir sa mère le voir jouir, en particulier sur son propre visage, il était ravi d'avoir des préservatifs et ravi de savoir comment les utiliser correctement. Cindy serait surprise et, espérons-le, heureuse.

Il est arrivé chez elle et a frappé. Elle ouvrit la porte avec un grand sourire et le serra dans ses bras. "J'ai tellement de choses à te dire." Il sourit alors qu'elle pressait ses seins contre son torse. Il est aussi devenu instantanément dur. Elle le remarqua, gloussa et le poussa à bout de bras. "Daryll. Je viens de t'embrasser ! Tu es déjà dur ?" Elle n'était pas du tout offensée et s'assura qu'il le voyait sur son visage.

Daryl n'était pas vraiment gêné mais avait toujours l'impression qu'il devait s'excuser. "Dieu Cindy, je suis désolé. Vraiment, je ne peux pas le contrôler beaucoup.

Cindy a utilisé ses excuses pour enchaîner sur ses nouvelles. "Eh bien, vous n'aurez pas besoin de le contrôler quand je vous parlerai de ma mère et moi."

Daryl pouvait dire qu'elle s'empressait de parler, alors il n'a pas parlé de ses nouvelles. Elle le conduisit dans sa chambre et ferma la porte. Ils s'assirent sur le lit et s'embrassèrent profondément et passionnément pendant un moment. Quand il essaya d'aller plus loin, elle gloussa et s'éloigna. "Pas avant que je te le dise, espèce de mauvais garçon." Sur ce, elle raconta toute l'histoire. Elle n'a rien laissé de côté, y compris la partie rasage. Enfin, elle est arrivée aux pilules contraceptives.

« Putain de merde Cindy. C'est tellement cool ! Êtes-vous sur eux maintenant?

"Oui, mais aujourd'hui c'est mon premier jour et le médecin a dit qu'ils ne travailleraient pas avant 30 jours."

"C'est bon Cindy. Je veux dire que nous sommes encore en train d'apprendre le sexe. Cela ne signifie pas que nous devons encore aller jusqu'au bout. Heck, nous ne voudrons peut-être jamais.

Cindy le regarda avec un regard "Ouais..bien". Daryl se mit à rire et lui lança un regard qui disait "Garçon, c'était une chose stupide à dire".

"J'adore m'amuser avec toi Daryl. Je suis tellement mouillé et excité quand nous faisons des trucs. Je ne sais pas si nous irons très bientôt jusqu'au bout, mais j'y pense beaucoup.

Daryl sortit les préservatifs qu'il venait de recevoir. "Je suppose que moi aussi."

Cindy a haleté "Où les avez-vous trouvés ? Sont-ils vraiment ce que je pense qu'ils sont ?

Daryl en mit un dans sa main. Elle examina le petit paquet en le regardant alternativement. « Puis-je l'ouvrir ? Je n'en ai jamais vu.

"Bien sûr. Je n'en ai jamais vu avant ce matin non plus.

Alors qu'elle ouvrait le paquet, elle lui demanda à nouveau. « Où as-tu trouvé ces Daryl ? »

Rougissant profondément, il baissa les yeux pour qu'elle ne puisse pas voir ses yeux. «Ma mère est venue me voir pendant que j'étais… tu sais… et elle m'a vu jouir. Ça m'a frappé au visage et elle s'est mise à rire.

Cindy le regardait avec de grands yeux et riait même si elle savait que cela devait être terriblement embarrassant pour lui. "Oh mon Dieu Daryl, je suis désolé d'avoir ri mais je peux certainement voir où cela aurait pu être drôle. Je suis sûr qu'elle sait que tu fais ça.

« Ouais, et elle a essayé de me faire sentir mieux après. Elle pensait que nous pourrions aller plus loin que nous ne l'avons fait, alors elle m'a donné ça.

Toujours en riant, Cindy examina de plus près l'objet étranger qu'elle tenait. Il était étroitement enroulé, à l'exception d'un petit bout souple qui s'étendait comme le col d'un ballon, seulement beaucoup plus fin. L'anneau était dur et elle devina que c'était ce qui le maintenait en place. Elle voulait le voir sur lui, juste pour voir vraiment, pas parce qu'elle voulait qu'il fasse quoi que ce soit. Ils étaient dans sa chambre et personne n'était à la maison. « Daryl, sais-tu comment utiliser ça ? »

"Bien sûr."

"Pensez-vous que vous me montreriez comment le mettre sur vous."

"Je suppose. Je veux dire, c'est un peu étrange de retirer mon pénis et tout ça. Je veux dire que je ne suis même pas dur.

Cindy s'approcha de lui en tenant toujours le préservatif. Elle pressa son corps contre le sien et posa ses hanches contre les siennes alors qu'elle l'embrassait profondément. Elle sentit immédiatement la montée dans ses casseroles et interrompit le baiser en disant dans un murmure. "Est ce que ça aide?"

"Oh ouais! Pourrions-nous peut-être tous les deux nous déshabiller ?

Cindy rougit légèrement. Elle était toujours nerveuse à l'idée d'être nue avec lui, mais pourtant elle aimait son corps et en particulier son pénis. "D'accord."

Ils se sont tous les deux déshabillés et comme d'habitude, ils se sont juste tenus l'un en face de l'autre et ont examiné visuellement leurs différences évidentes. Elle était belle pour lui. Une femme dans tous les sens du terme. Ses seins étaient ronds et doux. Ils ressortaient fermes et hauts et étaient surmontés de petits mamelons roses dressés. Son ventre était plat et descendait jusqu'à sa chatte légèrement couverte qui brillait de son excitation. Elle regardait sa bite qui était à pleine attention et elle adorait juste comment c'était si gros et dur. Elle pouvait le voir vaciller au rythme de son cœur et seule sa plus grande force de volonté l'empêchait de l'envelopper dans sa main. Elle savait qu'elle était trempée et s'en fichait un peu.

« Waouh Cindy ! Tu es si belle!" Daryl dit doucement.

Cindy est restée silencieuse alors qu'elle avançait et prenait sa bite dans sa main. Elle passa sa main le long de sa longueur et sentit la peau glisser de haut en bas. "Tu es si dur !"

Il était tellement excité que ses attouchements étaient tout simplement trop. Il est venu avec un gémissement et a tiré plusieurs énormes impulsions de sperme. Elle a tenu bon, mais n'a pas pu s'empêcher de rire alors que son sperme couvrait sa main et coulait sur son ventre. "Mon Dieu! Vous êtes un tel chien de corne! Elle se serra contre lui et ils s'embrassèrent passionnément. Elle le sentit commencer à s'adoucir et enroula ses bras autour de son cou, éloignant son corps de lui pour qu'elle puisse regarder cette incroyable fonction masculine. Ce n'est que lorsqu'il fut complètement flasque qu'elle parla. "Oh mon. Ça devient vraiment plus petit, n'est-ce pas? Eh bien, je suppose que je vais devoir te faire bander à nouveau si tu veux me montrer comment mettre ce truc.

Elle se pencha et ramassa sa culotte et essuya ses mains en prenant note de la texture chaude et collante de son sperme. Elle a ensuite essuyé les grosses cuillerées de son ventre et à sa grande surprise, elle a pris une cuillerée sur son doigt et l'a portée à son nez. Après l'avoir senti, elle le regarda dans les yeux et y toucha timidement sa langue. Ses sourcils levés l'ont incitée à dire "Mmmm, un peu salé, mais pas mal ou quoi que ce soit."

Après avoir essuyé son pénis, elle se mit à genoux et le regarda dans les yeux. « Je veux te regarder de plus près, d'accord ? » Il hocha simplement la tête, lui faisant confiance. De son côté, Cindy tenait son seul pénis semi-dur et l'examinait un peu. Elle ne l'avait pas vu autrement qu'en pleine érection et était très intéressée par cette nouvelle chose plus douce. Elle l'a doucement pressé et agité, ravie de la texture et de la flexibilité. C'était vraiment un morceau d'anatomie fascinant avec sa peau lisse et lâche et sa tête spongieuse. Elle se demandait avec humour comment les garçons marchaient ou s'asseyaient avec des choses comme ça qui sortaient. Et puis il y avait ses couilles !

Ses couilles pendaient légèrement couvertes de poils duveteux. Ils étaient un peu froissés et l'un était légèrement plus bas que l'autre. Elle les prit doucement dans sa main et sentit la texture. Elle pouvait sentir ses testicules rouler dans sa main et pensa à nouveau à quel point c'était très intéressant. "Est-ce que ça te fait mal quand je fais ça ?" demanda-t-elle en le regardant.

Il était aux anges et sa bite avait répondu de manière appropriée. Cindy regarda attentivement sa queue grandir juste devant ses yeux. "Mon Dieu, c'est incroyable", pensa-t-elle. Bientôt, ce fut à nouveau dur comme de la pierre. « Putain, ça fait vraiment du bien Cin. Ne t'arrête pas, mais frotte ma bite aussi.

Cindy gloussa et leva les yeux vers lui. "Ohh non. Tu vas encore gicler et je veux essayer de te mettre ce truc avant que tu redeviennes doux.

Elle a ramassé le préservatif et a vu qu'il était à peu près explicite. En le plaçant au bout de sa queue, elle a essayé de le faire rouler, mais a constaté qu'il était si serré qu'il ne roulerait pas facilement et qu'elle avait peur de lui faire mal. Elle le regarda d'un air interrogateur. Il lui sourit et couvrit sa main de la sienne. "Vous devez utiliser beaucoup de pression pour le faire rouler." Il l'aida à le rouler jusqu'en bas et lui relâcha la main. Elle frotta légèrement sa main de haut en bas sur sa hampe à quelques reprises, puis recula d'un pas et regarda simplement. Avec un petit rire, elle a dit "Ça a l'air si malheureux tout enfermé comme ça."

"Bien sûr."

Il enleva le préservatif, ce qu'elle remarqua être une corvée en soi, et il le jeta sur son visage la faisant hurler. « Daryl, espèce de cochon ! »

Daryl rit de sa réaction et la prit rapidement dans ses bras. Ses seins pressés contre lui et elle gémit de contentement. Ils ont commencé une série de baisers sérieux et de grincements et à un moment donné, il a senti l'humidité de sa chatte contre sa jambe. Il se pencha à deux mains et prit ses fesses dans ses mains en les écartant pour qu'il puisse atteindre profondément sa fente avec ses doigts. Elle était trempée et gémissait alors qu'il faisait glisser son doigt le long des lèvres de sa chatte. Quand son doigt traçait la zone de son anus, son souffle était aspiré. Il le remarqua et inclua plus délibérément son anus dans son jeu. Elle a également remarqué son attention anale et lors d'un passage, elle l'a senti pousser doucement sur cette ouverture. Elle haleta et le regarda d'un air suppliant. « Daryl, qu'est-ce que tu fais ? »

"Dis-moi juste d'arrêter et j'arrêterai." Il murmura. Elle se contenta de blottir son nez dans sa gorge et respira en haletant rapidement alors que son majeur traçait une ligne d'avant en arrière de l'arrière de sa chatte à son anus. Elle pouvait se sentir se rapprocher de plus en plus de l'orgasme et ne pouvait pas y croire. "Oh mon Dieu Daryl ! C'est tellement bon. Ne vous arrêtez pas ! Je pense que je vais jouir ! À cela, il est devenu courageux et a atteint plus loin pour pouvoir glisser son doigt dans sa chatte. Elle était maintenant très proche. "Ne t'arrête pas, ne t'arrête pas... ahhhh, oh putain..."

« Daryl ! Oh merde, oh merde !" Elle a littéralement écrasé son visage contre son épaule pendant qu'elle jouissait. Une fois qu'elle se détendit un peu, il retira son doigt et ramena ses mains pour juste frotter ses fesses.

Cindy était faible à cause de son orgasme. Elle était aussi très gênée. Daryl frotta son trou du cul avec son doigt. Elle ne pouvait pas croire qu'il ferait cela et pourtant, au milieu de la passion, elle ne voulait pas qu'il s'arrête. Elle s'éloigna de lui, s'accroupit en position accroupie et serra ses genoux.

« Cindy… qu'est-ce qui ne va pas ? Est ce que je t'ai blessé?"

Elle lui sourit assurément et ne put s'empêcher de remarquer que son érection s'était adoucie. Il était encore plus qu'à moitié dur, et semblait maintenant épais et beau. « Je me repose juste un peu. Vous y êtes vraiment allé cette fois. Dieu Daryl, tu as mis ton doigt en moi ! Tu as même appuyé sur mon trou de cul !

"J'ai juste fait ce qui me semblait juste. Je t'ai en quelque sorte écouté et j'ai senti la façon dont tu bougeais. Tu as l'air d'aimer ça.

« J'ai bien aimé. Je suis juste un peu gêné d'avoir aimé ton doigt sur mon trou du cul. C'est tellement sale. Je me sens comme une salope.

"Pas du tout! Rappelez-vous le livre Cin. Il a dit que beaucoup de filles comme cet endroit se touchaient. Il a des nerfs qui vous aident à jouir. C'est normal Cin. Vous n'êtes pas une salope ! Ne pensez jamais cela.

Articles similaires

Mon cousin préféré, ma salope préférée - Pt. 2

Le lendemain matin, je me suis réveillé pour trouver la chambre vide, Erin s'était réveillée et était partie avant moi. C'était le milieu de la matinée et je me suis dit que j'allais m'habiller et me diriger vers la maison. J'étais inquiet de ce qu'Erin ressentait à propos de la nuit dernière maintenant, et de la façon dont nous essaierions de garder notre conversation normale après ce qui s'était passé. Je savais que j'avais tout apprécié la nuit dernière, en fait, jusqu'à ce que cela arrive, je n'avais pas réalisé à quel point je voulais mon propre cousin mineur, aussi terrible...

199 Des vues

Likes 0

Danse lente_(0)

Une fois dans une vie, vous rencontrez un partenaire très puissant et fort - celui qui peut vous emporter en un clin d'œil... celui qui promet d'être le plus amant mémorable que vous ayez jamais eu. Beaucoup de gens cherchent en vain pour trouver un tel amour - le mien est entré dans mon bureau un jour. J'étais assis à mon bureau, travaillant dur... et il m'est arrivé de lever les yeux pour voir le l'homme de mes rêves attendant devant le bureau de mon patron. L'aura de puissance qui rayonné de cet homme était suffisant pour me faire arrêter de...

74 Des vues

Likes 0

La salope de crack - II_(0)

Le lendemain, Laura avait de nouveau besoin de crack. Son petit-ami avait appelé ce matin-là pour lui faire savoir qu'il était attaché à Chicago et qu'il ne serait pas à la maison avant plusieurs jours. Elle lui avait dit de rentrer à la maison dès qu'il le pourrait car elle avait besoin de plus d'épicerie. Elle n'avait pas encore avoué son habitude à son petit ami parce qu'elle avait peur de le perdre s'il l'apprenait. Cependant, elle ne savait pas combien de temps elle pourrait encore le tromper. Après qu'il ait raccroché, elle a appelé son dealer pour avoir du crack...

503 Des vues

Likes 0

Le collectionneur en ligne

Le collecteur J'ai pressé le tissu dans son petit visage mignon. Mon pouce m'a piqué, hier j'avais mordu un petit bout de peau à côté de mon ongle et maintenant le chloroforme me piquait. Elle n'était pas encore sortie. Elle se débattait toujours, mais plus de toute sa force. Une protestation étouffée vint de derrière le chiffon. Ses yeux me regardaient avec peur. Me suppliant, me suppliant de la laisser partir. Je caresse une mèche de cheveux de son front. - N'aie pas peur, chérie, dis-je. « Juste souffle. Prenez encore quelques respirations profondes. Je sais que le chloroforme ne fonctionne pas...

495 Des vues

Likes 0

SALLE HIRSTMERE : LA MAÎTRESSE D'ESCRIME

Droit d'auteur : Lesley Tara, 2010 Parer! – fente ! – parer ! – nos lames ont fait un bruit métallique aigu lorsqu'elles se sont heurtées. Puis je me suis trop engagé dans une attaque et j'ai laissé une ouverture, que Miss Champney n'a pas tardé à exploiter. À la vitesse de l'éclair, la pointe de son fleuret a heurté le col rembourré de ma tunique protectrice et notre combat d'entraînement était terminé. Je n'ai pas été déçu qu'elle ait gagné - elle est mon entraîneur et m'avait testé sur de nouvelles feintes qu'elle avait démontrées plus tôt lors de la...

461 Des vues

Likes 0

Messagerie instantanée Bro/Sis

Cette histoire ne ressemble à aucune autre histoire que vous ayez jamais lue. C'est un rôle réel que moi et mon petit ami avons joué. Je l'ai un peu nettoyé, donc il y a moins de fautes d'orthographe. S'il vous plaît ne laissez pas de commentaires sur la mauvaise grammaire et l'orthographe. Il s'agit d'une véritable conversation par messagerie instantanée. Juste au cas où vous ne le sauriez pas, lol = éclat de rire. Quand il y a un ensemble de deux parenthèses, comme ça ((mot)), c'est moi et lui qui sortons du rôle. J'espère que vous apprécierez l'histoire parce qu'elle...

360 Des vues

Likes 0

Action ou Vérité : Édition Voisins

Action ou Vérité : Édition Voisins Personnages: Famille noire - Les Johnson Mari : Thomas 40 ans, 6', 200 lbs, bite de 12 pouces Épouse : Jasmine 35 ans, 5' 7 150 livres, poitrine 44DD, taille 34 pouces, butin 48 pouces. Fille : Kelly 14 ans, 5' 2, 95 livres, bonnet 32C, taille 18 pouces, butin 28 pouces. Fils : Marcus 15 ans, 6' 3, 195 livres, bite de 12 pouces Grand-mère Pam 64 ans, 5' 8, 240 livres, 44F de poitrine, 52 pouces de butin Famille blanche : les Smith Père : Jim 38 ans, 5' 11, 175 livres, bite...

346 Des vues

Likes 0

Plaisirs d'été, première partie

J'aurais 12 ans le dernier jour avant les vacances d'été. J'avais hâte de passer beaucoup de temps dans notre ranch et de profiter des collines et des journées d'été paresseuses avec ma nouvelle amie Janet. Janet et moi nous étions rencontrés la dernière semaine d'école. Nous avons frappé si tout de suite. C'était une belle blonde, mesurant 1,50 m avec un corps qui ne voulait tout simplement pas s'arrêter. J'avais découvert que regarder d'autres filles commençait vraiment à m'exciter et je pensais qu'elle serait cette personne spéciale dans laquelle je pourrais vraiment entrer. Nous avions passé quelques nuits chez nous mais...

301 Des vues

Likes 0

Reproduction interspécifique

Cette histoire n'est basée sur aucun événement ou personne réel. Tous les personnages et toutes les parties de l'histoire sont complètement fictifs. Discrétion des téléspectateurs recommandé. Huff, huff, a~ah... Une voix masculine dérivait d'une porte de chambre fissurée. Ngh, hein, hein, euh... La voix masculine grondait, soufflait, se tendait même un peu. A part sa voix, il y avait juste du calme. Il semblait être au milieu de la matinée, avec la lumière du soleil provenant du côté est de la maison de style ranch. La chambre était du côté est et un rayon de soleil jaillissait de la porte de...

211 Des vues

Likes 0

Putain de filles de théâtre

Le programme de théâtre de mon collège n'a jamais été particulièrement cool. Il a tendance à attirer une foule plus ringard et retiré, ainsi que le vieil archétype de l'acteur gay enflammé. Cela fait de moi une sorte d'aberrant. Je ne suis certainement pas le gars le plus cool du campus, mais j'ai un cercle social assez large et j'ai certainement l'air un peu plus athlétique que la plupart de nos hommes. Même si je ne ressemble pas à un enfant de théâtre traditionnel, j'adore la scène et cela a toujours été mon activité parascolaire préférée depuis le lycée. Je ne...

231 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.