VENGEANCE! Étape 4 - Faire faillite

877Report
VENGEANCE! Étape 4 - Faire faillite

Après avoir eu Jessi, j'ai pensé qu'elle aurait été comme Shannon et en aurait parlé à quelqu'un, mais elle ne l'a pas fait. Elle était là le lendemain dans la peur qu'être seule à la maison ne soit pas sûre et en même temps elle craignait probablement de montrer des signes de faiblesse en ne venant pas et en révélant qu'elle était profondément affectée. Cependant, j'ai aimé ce qui s'est passé quand elle est revenue. Elle était timide et essayait d'agir comme elle-même, me couvrant complètement et m'ignorant comme toujours, ces gens ne savaient pas qu'elle avait peur de moi plutôt qu'elle se sentait mieux que moi, je ne pouvais pas la blâmer mais j'étais damné fier. Elle a même trouvé une excuse pour expliquer pourquoi elle était si contusionnée et cognée, ouais, quiconque lui demanderait la ferait répondre en disant "Je ... je viens de tomber dans les escaliers, c'est tout!". Cela lui avait fait aussi mal, sinon pire, que Shannon, après tout, Jessi était plus une garce mais pas aussi salope, et cela l'avait dégradée encore plus. Dieu, j'étais fier de ce que j'avais fait, et je pensais que j'avais fini, mais j'ai vite compris que j'avais tort.

Il s'est avéré qu'une fille qui traînait avec la clique preppy m'avait vu sortir Jessi de l'école, et elle m'avait approché à ce sujet très tôt. Elle a demandé ce que nous faisions et pourquoi j'avais fait ce que j'avais fait, quoi que ce soit. Elle a menacé de dire au principal ce qui s'était passé, mais avec un sourire narquois, j'ai inventé un mensonge sur le fait d'avoir eu besoin de lui parler en privé et je ne l'ai pas forcée, repoussant l'idée qu'elle le voyait dans une mauvaise perspective. Elle m'a juste en quelque sorte époustouflé et m'a lancé un regard noir. Je n'y ai pas beaucoup pensé, elle n'avait pas l'air du genre à... vous savez... dire quelque chose et le FAIRE vraiment, l'un de tous les types de conversation. Je n'étais pas sûr cependant, je veux dire que je ne connaissais même pas le nom de la fille, elle était à côté d'un parfait étranger pour moi, ayant simplement été une personne que j'ai vue dans les couloirs de temps en temps, c'était la première fois que nous avons parlé, et j'espérais le dernier par agacement. Je n'ai pas pu m'empêcher de remarquer sa beauté, si ce n'était pas pour s'habiller preppy, elle serait canon, elle ferait sûrement une super gothique avec une attitude différente. Elle avait de longs cheveux châtain clair avec des reflets blonds et un bronzage léger et naturel. Ses seins étaient fermes mais pas plus qu'un petit C. Elle n'avait pratiquement pas de graisse sur elle et faisait à peu près ma taille et je PENSE qu'elle avait les yeux vert émeraude, mais je n'ai pas eu un assez bon regard, je m'en fichais assez.

Puis, vers 13 h 30, Jessi a été appelée au bureau, le directeur adjoint a voulu lui parler de quelque chose. Je savais qu'il s'agissait de son départ la veille vers la fin de l'école mais je n'étais pas sûr si cette petite fille preppy l'avait dit ou non, je ne voulais pas prendre le risque d'être pris avant de pouvoir finir ce que je voulais à faire. J'allais pour le tout maintenant, et j'étais royalement énervé. Je forçais mon esprit à croire que la fille avait tout dit, et si elle ne l'avait pas fait, Jessi craquerait sous la pression, alors je ne laissais RIEN me retenir maintenant, non, j'en avais marre de toute cette merde. Avant qu'ils ne puissent m'appeler au bureau, ils prenaient toujours environ 45 minutes à une heure pour parler à un enfant de choses comme ça Je me suis rapidement précipité dans un couloir sombre, presque toujours vide qui sortait du couloir J'avais toujours vu ça petite fille preppy marche à cette heure de la journée. Le couloir dans lequel je me cachais menait à une salle d'étude qui n'était utilisée que pendant la 3e et la 5e période, donc je n'étais pas inquiète de la présence de quiconque. De plus, juste au cas où je serais pris, je savais que la salle d'étude avait une porte à l'arrière qui s'ouvrait sur la même zone que celle dont j'avais sorti Shannon lors de mon deuxième assaut, jusqu'aux bois. J'ai attendu que la fille preppy passe avec ses amis et qu'elle fasse partie d'un si grand groupe de filles preppy bavardant que je savais qu'elle ne serait pas remarquée si elle tombait de la surface de la terre, du moins pour ce moment compte tenu des préparatifs coincés ensemble, et tout le monde les détestait, donc personne ne surveillerait leur petit groupe social et ils seraient tellement occupés à se parler que disparaître ne ferait aucune différence. Juste au moment où ils passaient dans le couloir où je me trouvais, j'ai attrapé le poignet de la fille avec force et l'ai tirée avec moi, sortant mon couteau et le tenant contre son ventre, me tournant pour que les gens ne voient pas le couteau et on dirait que j'étais juste marcher avec elle, juste au cas où quelqu'un aurait des soupçons. Elle cria presque jusqu'à ce qu'elle se fige à la vue du couteau, ce qui avait été le plan.

Alors que je me frayais un chemin avec elle dans le petit couloir vide, il tournait à environ 10 pieds plus bas, je lui ai chuchoté "Que tu leur aies dit ou non ce que j'ai fait, tu es un trop grand risque pour passer et en plus, tu as menacé moi; personne ne me menace s'il n'est pas puni... sévèrement." Ses yeux s'écarquillèrent et elle commença à se retourner et à s'enfuir de moi, mais j'ai juste positionné le couteau pour qu'il pointe davantage vers elle pendant qu'elle bougeait, et avant que le couteau ne puisse la transpercer, elle s'est arrêtée et a soupiré, me laissant la prendre avec une réticence minimale. Je souris à sa coopération craintive. Nous avons atteint la porte de la salle d'étude et j'ai remarqué que la lumière était allumée, mais j'ai pensé qu'elle avait été laissée allumée par erreur pendant que le professeur de la salle d'étude déjeunait. Génial, c'était juste ma chance que le professeur ait décidé de déjeuner dans sa chambre et il nous a remarqué moi et la fille dès que nous nous sommes précipités. Son œil a attiré le couteau et il s'est immédiatement levé en criant "Qu'est-ce qui se passe sur elle!?". J'ai souri et non seulement claqué la porte, mais l'ai également verrouillée en utilisant le verrou tournant sur le bouton. Je poussai la préparation sur une chaise près du bureau des professeurs et restai à le regarder. Il m'énervait avec ses cris : "C'est un gamin à problème majeur, pas seulement à l'école mais c'est aussi un CRIME assez sérieux !" par exemple, merde comme ça. J'ai décidé de le confondre avec un sourire, et honnêtement, je devenais un peu amusé par sa naïveté. Je suis resté silencieux et lui ai finalement répondu en lui lançant mon couteau, qui a tourné comme une scie sauteuse dans les airs et, pour ma chance, la lame s'est enfoncée dans son cou. Il fit quelques bruits de gargarisme avec sa bouche légèrement saignante alors que le sang commençait à couler de façon assez excessive. Un jet de sang avait jailli lorsque le couteau avait touché son cou et en quelques secondes, sans pouvoir rester en équilibre ou parler, il trébucha au sol, mourant assez rapidement. Comme si je m'en souciais, ce n'était pas mon premier meurtre de sang-froid et la vue de chair et de sang tranchés m'excitait énormément. Je me suis penché et avec une petite force, j'ai arraché le couteau de sa gorge, qui a jailli un peu plus librement une fois qu'il est sorti. Il y avait une grande mare de sang sur le sol autour de son cou, pas grande comme en général, mais pour juste un coup de couteau dans le cou, c'était certainement le cas.

Je me tournai pour voir la fille me regarder avec horreur, se redressant lentement et reculant un peu. Alors que je la regardais froidement, j'ai léché la lame pour la nettoyer, et à l'instant où ma langue a goûté le sang, elle s'est retournée et a couru comme un diable vers la porte. Elle a essayé de l'ouvrir et s'est rendu compte que je l'avais verrouillé, mais avant qu'elle ne puisse le déverrouiller manuellement, j'étais assez près pour avoir une bonne chance de la frapper avec le couteau, ce que j'ai fait. La lame la frappa dans le même style que le professeur, mais à l'arrière de la cuisse. Elle tomba au sol et cria un peu de douleur. Cette pièce était suffisamment éloignée du reste des salles de classe pour que je me sente assez en sécurité pour que personne ne l'entende et ne vienne se précipiter à son secours. Elle pleurait déjà, principalement de douleur et de peur de mourir. Elle attrapa le couteau et essaya de le retirer aussi, mais la douleur du couteau glissant contre sa chair intérieure était trop forte pour elle, et elle lâcha prise pour rester allongée là comme un animal blessé. Sa peur et la vue d'elle essayant misérablement de rassembler la force et le courage d'extraire la lame étaient inestimables. Je me suis ensuite agenouillé et sans pitié ni souci de ses sentiments, j'ai tordu la lame, mutilant ses muscles intérieurs et lui causant une grande douleur qui a provoqué un bon cri. J'ai arraché la lame de sa cuisse et j'ai souri en la tenant contre mes lèvres. Dans un mélange d'immense douleur et de malaise de me voir lécher à nouveau la lame pour la nettoyer, elle ne put s'empêcher de vomir un peu sur le côté, je me contentai de glousser.

Je m'agenouillais maintenant le plus près possible d'elle, souriant diaboliquement et gardant mes yeux concentrés sur elle. J'ai parlé doucement et très calmement, car à partir de ce moment-là, la plupart de mes mots ont également été : "Voulez-vous vivre ?". Ses yeux s'écarquillèrent légèrement, ayant simplement appris directement qu'elle POURRAIT être tuée ce jour-là. Elle gémit et resta silencieuse. Sur le même ton, un peu plus pressé je répétais : "Voulez-vous vivre ?". Avec quelques tremblements nerveux et des gémissements encore existants, elle a lentement hoché la tête pour m'assurer qu'elle le voulait. J'ai souri et me suis lentement tenu devant elle, mes yeux brillant froidement mais mes lèvres montrant un sourire, j'ai parlé à nouveau, "Tu peux si tu le souhaites... tant que tu me suces la bite.". Ses yeux s'écarquillèrent et elle se mordit la lèvre, détournant les yeux et secouant la tête sans hâte. Je lui lançai un regard furieux et m'accroupis à ses côtés, jetant mon couteau au sol juste hors de sa portée et fis courir lentement ma main le long de sa cuisse, la reposant de manière à ce que mes doigts reposent légèrement sur sa blessure ouverte. J'ai souri et demandé doucement, "Êtes-vous sûr?". Elle gémit et hocha la tête un peu plus vite, ne me regardant jamais plus d'une seconde. Je lui lançai un regard noir et poussai lentement mes doigts dans son entaille comme si c'était sa chatte. Je pouvais sentir le sang couler autour de mes doigts et presser mes doigts contre ses muscles intérieurs, elle criait de douleur à cause de ça tout le temps. Je lui ai demandé si elle allait reconsidérer et à ma grande surprise, elle a toujours refusé. Cette fille n'était définitivement pas une salope au même titre que les deux premières filles, elle se souciait beaucoup de sa fierté cependant, un peu trop à mon goût en fait.

Je me suis levé et j'ai fouillé la pièce avec mes yeux, elle me regardait maintenant et me regardait alors que je léchais mes doigts nettoyés du sang. Elle s'est sentie encore malade mais n'a pas vomi, cependant, elle était confuse sur ce que je cherchais. Je me déplaçai lentement à travers la pièce, ayant maintenant trouvé ma cible et ayant passé outre toute crainte qu'elle s'échappe. Sa blessure était bien trop intense pour être tolérée par quelqu'un avec une si faible tolérance à la douleur, encore moins déverrouillée, ouverte et sortie par une porte suffisamment éloignée pour pouvoir l'aider. Je me suis arrêté devant une trancheuse à papier, j'ai atteint le joint où la lame était connectée et j'ai commencé à la dévisser avec une certaine force car je n'avais pas d'outil pour le faire. J'ai retiré la lame de la planche à découper et l'ai tenue par le manche, l'étudiant attentivement tandis que je faisais lentement courir mes doigts sur le bord, apprenant qu'elle était juste assez tranchante pour laisser une petite coupure sur chacun de mes doigts. Alors que je léchais les coupures, je me tournai et tins fermement mon arme nouvellement acquise dans ma main, la fixant avec un sourire légèrement irrité. Elle glapit à la vue de la lame de peur alors que j'avançais vers elle un peu plus vite que je ne m'étais éloigné. Elle recula le plus possible jusqu'à la porte et lutta pour atteindre la poignée de la porte, mais échoua. Alors que je m'arrêtais juste devant elle, je levai la lame au-dessus de mon épaule gauche et la balançai fort. J'ai entendu le cliquetis du métal contre le bois et j'ai pensé un moment que j'avais manqué ou mal entendu. Alors que le film blanc et nuageux de colère s'est dissipé de mes yeux, j'ai souri avec joie à son corps maintenant mou, nouvellement couvert de sang ainsi qu'à la lame assortie. Il n'y eut aucun bruit pendant un moment, puis rapidement sa tête roula sur son corps et sur le sol jusqu'à mes pieds, laissant une traînée de sang derrière elle tout le long du chemin.

Je portai la lame à mes lèvres et la léchai lentement, aimant l'idée qu'il y avait beaucoup plus de sang sur cette lame que sur le couteau. Je laissai tomber la lame maintenant propre sur le sol éclaboussé de sang et me penchai pour saisir la chemise ensanglantée de son corps d'une main, mon autre main courant vers le bas pour frotter doucement mon jean en toile. J'ai éloigné le corps du mur et je l'ai placé devant moi. Alors que je défaisais mon pantalon et retirais ma bite, je saisis le corps avec les mains du corps de chaque côté alors que je poussais lentement ma bite dans la gorge maintenant ouverte sur laquelle la tête maintenant coupée reposait autrefois vivante. J'ai commencé à enfoncer ma bite dure dans son moignon de cou, c'était agréable et le sang et l'humidité du corps ont permis une lubrification naturelle parfaite. J'ai souri et mordu ma lèvre doucement alors que je poussais mes hanches durement vers l'avant. La sensation des parois intérieures de sa gorge poussant contre mon arbre gonflé et palpitant était incroyable et meilleure que je ne l'avais espéré. C'était sans aucun doute un sentiment unique, mais c'était génial. Je saisis fermement les côtés de son corps dans mes mains alors que je baisais son cou durement, gémissant doucement tout le temps de bonheur alors que je sentais ma libération approcher. Je ne voulais pas encore jouir, et dans mon extase, mon apogée montait rapidement, alors avec réticence, je me suis glissé hors de son cou, déplaçant le corps presque d'une manière agitée pour qu'il puisse tomber à plat sur le sol.

Je me suis agenouillé de façon à chevaucher le cadavre sans tête de ma victime alors que je caressais ma bite couverte de sang et lancinante. J'ai attrapé la tête coupée du sol une fois que j'ai retiré ma main de ma bite et l'ai soulevée au niveau des yeux par les cheveux. Doucement, j'ai embrassé les lèvres mortes, puis j'ai utilisé les cheveux pour essuyer une partie du sang de mon sexe. J'ai remis ma main sur ma bite désireuse et j'ai recommencé à la frotter. J'ai tendu la main et j'ai attrapé ma grande machette comme une arme, la prenant juste dans une main avant que mon autre main ne soit occupée à me branler. J'ai soulevé la lame pour que sa pointe soit tournée vers le bas et je l'ai poussée vers le sud, profondément dans l'estomac du corps de la fille. J'ai souri dans un sourire de diable excité et j'ai retiré ma main de ma bite. J'ai pris le manche de la lame à deux mains et, comme un marteau, je l'ai enfoncé rapidement. Il frappa la tête avec force et le regarda se séparer au centre, les deux moitiés tombant sur le côté et se balançant légèrement. J'ai souri et j'ai jeté la lame sur le côté du cadavre, maintenant mon plaisir allait commencer. Dans ma main gauche j'ai pris la moitié gauche de la tête par la face externe, mon sexe ferme dans l'autre. J'ai lentement glissé ma langue contre l'étrange, mais pas mauvais goût de matière grise alors que je commençais à me branler sur son ventre ouvert. Doucement, j'ai enfoncé mes dents dans le cerveau et j'ai commencé à m'en nourrir, mon visage et mes lèvres couverts de choses qui feraient vomir quelqu'un à la pensée, et ma main a continué à caresser rapidement et fermement ma bite. Alors que je me régalais rapidement de son crâne ouvert, je léchais mes lèvres et continuais à me nourrir, en me branlant fort et en construisant très rapidement.

Enfin, après avoir nettoyé le côté du crâne, je l'ai laissé tomber sur le sol et j'ai gémi en commençant à jouir fort, en pulvérisant principalement dans l'estomac. Juste au moment où je terminais mon auto-graduation, j'ai entendu un clic comme si une serrure claquait, et levant les yeux avec un léger regard choqué, la porte s'ouvrit lentement, je savais que j'allais être découvert .....

Articles similaires

Mon rêve de toi

Je me retrouve soudain à nager dans un lac rempli de brume… sans vraiment me souvenir comment j'y suis arrivé, dans ce lieu de magie et de mystère… des banderoles vertes de mousse et de vieilles branches, écrivant les histoires de leurs belles fleurs autrefois épanouies sur le chaud, clair l'eau. Je peux entendre l'écho de douces vagues clapotant sur les rives d'une plage lointaine quelque part au loin. La nuit est lumineuse avec des étoiles radieuses et une pleine lune rougeoyante. Je nage autour du lac, profitant de la chaleur et de la vapeur qui enveloppent mon corps nu. Je...

454 Des vues

Likes 0

À propos de Missy - 1

Présentation : (janvier 2005) Dans l'histoire Mail order sex slave postée sous son nom, Cathy a utilisé mon prénom pour le personnage principal. Missy n'est pas un nom rare, donc je n'aurais pas dû être offensé, et je ne l'ai pas été. En fait, j'aimerais penser qu'elle m'avait en quelque sorte en tête, car l'idée d'apparaître dans une histoire porno m'excite comme le fait de montrer ma chatte quand je suis sur une plage nudiste avec Katlin (et parfois Cathy). Mais je ne ressemble pas beaucoup à la jeune fille de l'histoire, que ce soit en âge ou en apparence. - Bien à...

152 Des vues

Likes 0

Mon nouveau frère Zane

L'école était sur le point de finir. C'était l'été de ma première année de lycée, et les examens finaux arrivaient juste après le bal. Le bal était une autre histoire, donc je vais sauter les détails là-bas. J'étais sur le point d'avoir 17 ans en juin, donc de loin l'un des plus jeunes de la classe, même si je n'en avais pas l'air. Je suis grand avec des cheveux blonds, des yeux bleus doux et un grand sourire. Et un bronzage. Je vis dans la Floride ensoleillée et chaude, donc c'est une évidence, je suppose. Mon nom est Tyler. J'ai deux...

263 Des vues

Likes 0

Ma meilleure amie soeur II

Salut Joe Joe saute de son lit et regarde par la fenêtre Que diable! Joe fixe Maryse appuyée sur le rebord de sa fenêtre, arborant un large sourire. Je jure que tu es aussi mauvais que ton frère Aw allez Joe, tu ne veux pas dire ça, n'est-ce pas? « Si je dis oui ? Tant pis… Elle laisse ça pendre. Joe secoue la tête et réalise soudain qu'il n'est vêtu que de son boxer Que fais-tu ici? Maryse feint un regard blessé Je viens juste te voir bien sûr, ça fait deux semaines que je ne t'ai pas vu Ouais...

82 Des vues

Likes 0

L'amour au deuxième regard

Remarque : Il s'agit d'une participation au concours non officiel du 1er mai 2010 sur le forum Sex Stories. Si le paragraphe d'ouverture vous semble familier, c'est pourquoi. Le léger brouillard ajoutait de l'humidité à l'air. La fraîcheur de la nuit s'enroula autour d'elle comme une serviette mouillée, envoyant un frisson le long de sa colonne vertébrale. Elle avait de la chance de connaître si bien la région, sinon elle aurait pu facilement se perdre. Elle regarda à travers les arbres la maison où il vivait, souriant légèrement à la seule bougie électrique allumée à la fenêtre de la cuisine. Elle savait qu'elle ne...

1.2K Des vues

Likes 0

Meg : un amour indéniable

Meg était mon amour, nous avions tous les deux quatorze ans. Il y a des années, j'ai posé les yeux sur elle pour la première fois, elle était belle. Et elle l'est toujours. À 14 ans, j'ai organisé une fois une fête chez moi. Oh boy, je ne m'attendais pas à ce que ça se termine comme ça. Mes parents étaient donc absents pour le week-end. Mon amie Anna avait un frère aîné qui pouvait nous procurer de l'alcool. La nuit précédente, il a apporté 5 caisses, deux caisses de Natural (il a insisté pour les nouveaux buveurs), 2 caisses de...

536 Des vues

Likes 0

Les dernières vacances d'été-Chapitre 2

Laissons ces deux amants tranquilles. J'ai dit. Venez, excusez le jeu de mots, rejoignez-nous sur la véranda quand vous aurez fini. Meg et moi nous sommes dirigés vers la cuisine pour préparer un pichet de Vodka Martinis à emporter sur la terrasse. Nous nous sommes assis ensemble sur le canapé. Eh bien, qu'en pensez-vous? J'ai commencé. Meg a eu un regard contemplatif sur son visage. Eh bien, c'était une surprise pour Matt. Il n'avait aucune idée de ce qui se passait. Il a résisté pendant une minute mais il a finalement compris. Je ne pense pas qu'il pensait que nous ferions...

300 Des vues

Likes 0

Quadruplés-Partie 2

À la demande générale, je continue cette histoire. J'espère que vous aimez les aventures continues des Quad, que vous les trouvez excitantes et amusantes à lire. Je me suis réveillé le lendemain matin et je suis allé m'étirer quand j'ai senti un corps chaud et doux à côté de moi. Roulant sur le côté, j'ai remarqué le beau visage de ma sœur Stacy, et les activités nocturnes précédentes me sont revenues. Laisse-moi expliquer. Stacy et moi, ainsi que notre frère et notre sœur, Shane et Stéphanie, sommes des quadruplés. Au fait, je m'appelle Shawn. La nuit précédente, nous étions allés au...

102 Des vues

Likes 0

Journaux de travail

***** Premier extrait de journal : « Suite à la menace d'un procès pour harcèlement sexuel, la deuxième menace de ce type portée contre moi par deux assistants personnels distincts, les poursuites en RH, à la lumière de mes compétences et de mes résultats, ont décidé de me donner une dernière chance avant qu'ils ne soient obligés de prendre des mesures supplémentaires. actions disciplinaires. Dans un effort pour réduire la probabilité d'un scénario répété, ils ont décidé de m'attribuer un assistant personnel qui, à leur avis, ne serait pas à mon goût. Cependant, ils n'ont pas pris en compte à quel point je...

1.2K Des vues

Likes 0

Oh, Ollie Présentation

Mon meilleur ami, Oliver, était le genre de gars dont n'importe quelle fille deviendrait folle. Puisqu'il était un joueur clé dans l'équipe d'athlétisme de notre école, il avait facilement le corps pour faire baver les filles, mais ce n'est pas ce qui retenait leur attention. Oliver était gentil, mais pas un push-over, intelligent, mais pas un je-sais-tout, protecteur, mais pas jaloux, et juste une personne formidable dans l'ensemble. Ses yeux noisette étaient toujours remplis d'émotion et il savait toujours quoi dire. C'est ce qui a fait revenir les filles. Moi, d'un autre côté, je n'étais pas le genre de fille avec...

432 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.