Esclave des Amazones

178Report
Esclave des Amazones

Se faire capturer, c'est nul. Cela a tendance à impliquer des choses comme vous pisser de terreur, tandis que des Amazones terrifiantes tiennent leurs lances à mort sur votre pomme d'Adam, vous laissant trop peur pour avaler.

Se faire faire prisonnier, c'est chiant. Cela implique des marches menottées interminables et des coups de fouet cruels chaque fois que vous trébuchez ou vacillez.

Être vendu en esclavage craint. Cela implique de se tenir nu sous le soleil brûlant, pendant que les Amazones marmonnent et se moquent de vous, tandis que votre gorge se dessèche et qu'une fine couche de poussière vous recouvre.

Le début d'être un esclave n'était pas si mal.

La poussière des marchés a été lavée. Les marques laissées par mes coups de fouet étaient en cataplasme. J'ai été oint d'huiles parfumées et vêtu de robes simples. Je ne pouvais pas m'empêcher d'être nerveux, car les hommes qui me baignaient tressaillaient à chaque bruit fort et gardaient les yeux résolument baissés.

Les démarrages peuvent être trompeurs.

Après avoir été baigné, j'ai été marqué.

Les autres esclaves m'ont conduit fermement dans une autre pièce. C'était de la pierre nue et ça sentait la sueur et la douleur. Les seuls accessoires étaient une cheminée et un ensemble de stocks. Je n'aimais pas le look de cela, mais il y en avait trois et un seul de moi. J'ai été forcé de m'agenouiller devant les stocks, puis de force à l'intérieur. Je luttais contre eux, mais le bois était aussi inflexible que les esclaves.

Les esclaves ont alimenté la cheminée, ou du moins je pense qu'ils l'ont fait. Il était derrière moi, et tellement caché de ma vision. Mais j'ai senti de la chaleur dans mon dos. Ils ont enlevé mon peignoir en partant. J'ai remarqué que leurs dos – laissés à nu par les pagnes qui constituaient tout leur vêtement – ​​portaient tous des marques.

J'ai eu des sueurs froides.

La femme qui m'avait acheté entra dans la pièce. Elle était féroce et cicatrisée et ne portait pas plus que les esclaves. Comme toutes les Amazones, il y avait une masse de tissu cicatriciel là où se trouvait son sein gauche. Un torc doré entourait chacun de ses biceps et ses deux oreilles étaient reconstituées avec des clous de fer.

Je résolus de supporter vaillamment ma douleur. Si elle pouvait survivre à l'ablation de son sein, je pourrais sûrement supporter le marquage sans crier.

C'était une belle pensée.

Elle m'a encerclée plusieurs fois en restant silencieuse. Je ne l'avais jamais entendue parler. Ses esclaves avaient marchandé mon prix, tandis qu'elle regardait impassible.

"Te briser sera agréable."

Sa voix était profonde et grave. Cela m'a rappelé le grondement sourd des chars sur la terre battue. C'était la voix d'une femme avec de la violence jusque dans ses os.

Defiance semblait intelligent à l'époque. J'ai riposté à la première insulte à moitié cuite qui m'est venue à l'esprit.

"Presque autant de plaisir que de briser votre hymen sera sans aucun doute."

Elle n'a pas discuté, n'a pas fanfaronné, elle a simplement souri. C'était beaucoup plus effrayant que l'alternative.

Elle s'est légèrement tournée et j'ai vu ce que j'avais raté auparavant. Il y avait une marque et une canne dans sa main gauche.

"Te briser sera certainement agréable."

Elle marchait derrière moi. J'ai entendu un tintement étouffé, ce qui devait être elle mettant la marque dans le feu. Mon courage a fui.

« Écoutez, il y a sûrement un malentendu. Je suis important, tu pourrais me racheter !

« Vous m'offrez de l'argent, mais à quoi ça sert par rapport au plaisir ? L'argent peut acheter du plaisir, certainement. Mais vous me demandez d'échanger le plaisir que j'aurai maintenant avec le plaisir que j'aurai peut-être à l'avenir. Cela ne semble pas solide.

"Pour ce que vous obtenez pour moi, vous pourriez en acheter une douzaine comme moi!"

"Peut-être. Mais si tu vaux tant, ils te voudront toujours même si je te brise. Et si tu mens, au moins j'aurai eu le plaisir de te briser.

"S'il te plaît! Ne fais pas ça !"

Ma voix craquait. J'étais terrifié.

Je sentis sa main sur mon cul. Elle le caressa doucement.

"Ce n'est peut-être pas nécessaire. Dis-moi que tu veux être mon esclave. Fais-moi croire que tu veux me servir. Ensuite, je pourrais décider que vous n'avez pas besoin d'être marqué.

Je ne l'avais pas en moi. J'étais terrifié, mais je ne pouvais pas supplier. Pas comme ça. Pas encore.

"Non? Alors je suppose que tu viens de me faire perdre mon temps. Vous apprendrez bientôt qu'il y a une punition sévère pour cela.

Il n'y avait aucun avertissement du coup sur mon cul, juste l'éclosion soudaine de la douleur. Ça faisait plus mal que tous les coups de fouet que j'avais reçus lors de ma marche forcée ici. Il m'a coupé le souffle. Je n'ai pas pu m'empêcher de crier.

« Après chaque coup, vous direz ‘Merci maître, c’était un, un autre s’il vous plaît’, ‘Merci maître, c’était deux, un autre s’il vous plaît’’ et ainsi de suite. Si vous en manquez un, vous recommencerez. Je pourrais arrêter une fois que tu auras compté jusqu'à dix. Ou je pourrais décider de continuer jusqu'à ce que la marque soit prête. Si vous m'impressionnez, je serai plus miséricordieux. Alors impressionne-moi.

Je serrai les dents en préparation du prochain coup. Il n'est pas venu. Elle a recommencé à me caresser doucement le cul et malgré moi, je n'ai pas pu m'empêcher de pousser dans sa main. J'étais blessée et effrayée et le contact était réconfortant. Dès que je me suis détendu en elle, le coup suivant est venu.

J'ai retenu mon cri et j'ai étouffé: "Merci maître, c'était deux, un autre s'il vous plaît!"

Il n'y avait aucun réconfort après ce coup. Juste une demi-douzaine de coups de plus en l'espace d'une seconde, chacun aussi fort que le premier l'avait été. Je ne pouvais rien dire. Je ne pouvais que me débattre et crier. La douleur n'était plus comme si elle était dans ma peau, elle se sentait à l'intérieur de moi. J'aurais fait n'importe quoi pour qu'elle arrête.

« Vous n'avez pas compté un et vous pensiez pouvoir passer directement à deux ? DÉMARRER. PLUS DE."

Et puis la main est revenue, me réconfortant et même si je savais que c'était un piège et un mensonge, je n'ai pas pu m'empêcher de le laisser faire. Et donc le coup suivant m'a pris par surprise.

J'ai crié, mais j'ai réussi à chuchoter puis croasser : "Merci maître, c'était un, un autre s'il vous plaît !"

"Bien."

Elle m'a encore réconforté après ce coup.

Les quelques minutes qui suivirent furent un cauchemar d'agonie et de réconfort, de signaux confus, de ma résistance s'effondrant et de ma perte de foi en mon propre esprit. Après chaque coup, j'acceptais son réconfort. Après chaque coup, je la remerciais et lui redemandais, malgré chaque impulsion me disant que je devais crier, supplier, lui demander d'arrêter. J'étais terrifié à l'idée que si je faisais des erreurs, elle prolongerait ma torture.

Après quinze coups, il y eut une pause. Elle a caressé et frotté mon cul avec ses deux mains. Je me suis vraiment détendu, me sentant en sécurité.

"Qu'as-tu appris?"

"Tu es mon maître," répondis-je instantanément.

Elle m'a attrapé le cul, arrachant la chair striée. "Tu es plus intelligent que ça ! QUEL. AVOIR. TOI. APPRIS!"

Je gémis de douleur.

« Je suis impuissant. Je ne peux pas t'arrêter. Je dois faire ce que vous dites, même si cela me semble mal. Si la seule façon d'éviter la douleur future est de vous demander de la douleur maintenant, je le ferai.

Elle s'est remise à me réconforter.

"Bien."

Elle a caressé et caressé doucement mon cul pendant plusieurs minutes, puis s'est déplacée vers mon arbre. J'ai rapidement eu une érection et j'ai commencé à gémir. Je ne pouvais pas m'empêcher de ressentir de l'affection pour elle. Je ne pouvais pas forcer mon cerveau à réaliser que la personne qui me faisait du bien était la même qui me torturait.

« Si tu me supplie de te marquer, si tu me convaincs que tu as vraiment appris ta place, alors je n'aurai plus besoin de te punir pour l'instant. Penses-tu pouvoir le faire?"

"Oui Maître!"

"Alors mendier."

« S'il vous plaît, je veux que vous me marquiez. Je veux que tout le monde sache que je suis ta propriété ! Je veux savoir que je suis ta propriété, que l'évasion est impossible, que je ferai tout ce que tu demanderas parce que j'ai trop peur et que je suis brisé pour résister.

Je lui ai dit frénétiquement tout ce que je pensais qu'elle voulait entendre, tout en me disant que je ne faisais que mentir, que ce n'était pas vrai.

Je ne sais pas à qui d'entre nous je mentais.

Elle m'a caressé si doucement que je l'ai suppliée de me torturer et je n'ai pas pu m'empêcher de profiter du plaisir, je n'ai pas pu m'empêcher de vouloir être caressé.

"Ma meilleure vie est d'être ton esclave ! Tu sais ce que je veux et ce dont j'ai besoin ! Tu sais que je suis mauvais et que je dois être puni. Le monde est effrayant, s'il vous plaît laissez-moi être votre esclave.

Elle retira sa main. « Vous avez bien fait. Je suis convaincu. Tu porteras ma marque et tu seras exposée pour que tout le monde puisse la voir à ma fête ce soir.

"Oui maître, merci maître !"

J'ai senti la chaleur de la marque avant qu'elle ne me la pousse dans le dos, mais je n'ai rien dit. Je me suis tenu immobile. Je ne pouvais pas supporter d'être puni davantage après le marquage. Qu'il en soit ainsi, pensai-je. Cela, je peux le supporter, mais pas plus.

J'ai eu tort, bien sûr. Je pensais que les coups avaient ressemblé à du feu, mais c'était du feu. Le feu sous ma peau, le feu de plus en plus profond, la douleur si pure qu'elle chassait tout de mon esprit, tout sauf la douleur et mon cri et la pure lumière blanche des nerfs poussés au-delà de ce qu'ils pouvaient endurer.

* * *

Je me suis réveillé un temps indéterminé plus tard. J'étais allongé sur une dalle. Ce n'était pas la pièce dans laquelle j'avais été baigné à l'origine, mais cette pièce contenait également une baignoire. Mes mains et mes jambes étaient menottées, attachées avec des chaînes.

Un autre esclave regardait. Il m'a vu remuer et m'a aidé à prendre le bain. Il faisait un froid à couper le souffle, un baume bienvenu sur le nœud de l'agonie dans mon dos et le réseau de marques sur mes fesses.

J'ai de nouveau été lavé et des huiles ont été appliquées. Puis l'esclave me ramena à la dalle. J'étais conforme. Je gardais les yeux baissés.

Il a placé un bandeau sur mes yeux, un bâillon dans ma bouche et m'a bouché les oreilles avec de la cire. Je ne pouvais ni voir ni entendre. Il m'a doucement conduit à travers la maison, me dirigeant avec ses mains.

Après quelques minutes de marche, il a tiré sur mon épaule pour m'arrêter. Je ne savais pas où nous étions et je n'avais aucune idée de mon environnement.

Je le sentis attacher quelque chose aux chaînes de mes poignets, puis elles furent lentement tirées au-dessus de ma tête, jusqu'à ce que la pression dans mes épaules me tire sur la pointe des pieds. Mes jambes ont immédiatement commencé à me faire mal. J'étais épuisé, mais il n'y avait pas de consolation à trouver. Je devais soit placer le poids douloureusement sur mes épaules (pas seulement douloureux mais atroce là où il étirait la peau récemment marquée sur mon dos), soit garder mes jambes engagées pour maintenir le poids.

Rien ne s'est passé pendant une durée indéterminée. Puis j'ai commencé à être conscient des courants d'air qui suggéraient que des gens passaient devant moi. Je grimaçai de honte. J'étais nu, exposé, et n'importe qui pouvait voir les preuves de ma punition et de mon marquage. C'est ce que mon maître avait voulu dire par être exposé.

Le temps a passé et j'ai dérivé dans un état de fugue. J'avais deux options pour la douleur et je basculais entre elles chaque fois que l'une devenait écrasante. Le manque d'indices externes rendait impossible de savoir depuis combien de temps j'étais suspendu ici. Cela aurait pu être une journée, ou cela aurait pu être un quart d'heure.

J'ai bientôt souhaité que l'ennui soit resté. Les gens ont commencé à me toucher. Certains ont passé leurs doigts autour de ma marque, m'incitant à crier dans mon bâillon. D'autres m'ont donné des coups de poing, m'ont coupé le souffle et m'ont tordu les épaules. J'avais envie de crier, de hurler, de supplier, mais mon bâillon étouffait tout. Je sentis bien les larmes sortir de mes yeux, mais elles étaient absorbées par le tissu qui couvrait mes yeux.

La douleur était forte, mais les taquineries étaient insupportables. Les gens touchaient constamment ma bite, jusqu'à ce qu'elle soit douloureusement dressée, jusqu'à ce que je pousse désespérément dans chaque main qui la touchait, ayant tellement besoin d'être libérée que je ne ressentais pas de honte, seulement un besoin animal.

J'ai senti des lèvres l'enserrer et j'ai frénétiquement pompé mes hanches. Mais juste avant ma libération, j'ai reçu un coup de poing dans les reins. Je suis tombé en avant et j'ai crié dans mon bâillon alors que les muscles de mes épaules protestaient et que ma marque était étirée. Celui qui m'avait dans sa bouche m'a donné une morsure dure, ajoutant à la douleur avant de me recracher. J'ai crié et j'ai fait rage, mais la seule manifestation visible de cela était mon tremblement silencieux.

J'imaginais une foule d'Amazones m'entourant, se moquant de moi, riant de mon impuissance.

* * *

L'éternité s'est passée ainsi, la fréquence de mes violations ralentissant à mesure que la nuit avançait. Chaque acte m'a donné une certaine idée du temps, mais moi aussi, ils se sont tous mélangés, me laissant tout aussi confus qu'avant.

Mais après une éternité, mes bras ont été relâchés et j'ai été conduit dans une autre chambre. Ici, j'ai été forcé sur mon front et enchaîné, écarté. Mon bandeau et mon bâillon ont été retirés, tout comme la cire. Je suis resté ainsi quelques minutes. J'en ai profité pour respirer librement et broyer frénétiquement contre la table, dans l'espoir d'être libéré.

J'ai été arrêté par le bruit de pas à l'extérieur et je suis resté immobile, dans la peur et la honte. Je ne voulais pas qu'on me voie réduit à un tel état animal.

"J'espère que vous avez apprécié ma fête."

C'était la voix de mon maître et une centaine d'émotions me sont venues à l'esprit, mais elle m'a caressé les cheveux et elles se sont toutes évanouies derrière le confort. Elle était mon maître. Elle savait mieux. Elle s'occuperait de moi.

"Tu as bien fait aujourd'hui, alors j'aimerais te donner une récompense." Elle a tiré sur mes cheveux et je me suis retrouvé à regarder droit dans les plis de son sexe.

"Lécher!" Elle a commandé, donc je l'ai fait. J'étendis ma langue et lapai sa fente humide.

Elle a tenu mes cheveux fermement et a secoué ma tête selon ses caprices. J'ai gardé mon cou léger et j'ai adhéré, la laissant prendre le contrôle, me délectant du sentiment d'être utile et du manque de contrôle, du manque de douleur.

J'ai léché jusqu'à ce que ma langue soit fatiguée, mais je n'ai pas osé m'arrêter. Bientôt, ses jambes se contractèrent et sa respiration devint rapide. "Bon esclave, oui, bon esclave."

Je brillai devant les louanges et redoublai d'efforts. Ses gémissements sont devenus plus forts, ses mouvements plus violents.

Je sentis un frisson la parcourir et elle détourna brusquement la tête. Elle a juré pendant quelques secondes et je me suis tendu, pensant que j'avais fait une erreur et que je serais puni. Mais quand elle releva douloureusement ma tête pour que je la regarde, elle souriait.

« Tu es particulièrement doué pour ça. Avez-vous de la pratique ? »

Je baisse les yeux, craignant de mal répondre. Je voulais qu'elle recommence à me caresser la tête. Je ne voulais pas rencontrer ses yeux d'une intensité terrifiante.

"Pas de maître."

"Eh bien, vous en aurez beaucoup maintenant. Je suis très heureux esclave. Je suppose que vous méritez une autre récompense.

Elle quitta la pièce une minute puis revint. Elle s'est assise à côté de moi sur la dalle et a continué à me caresser les cheveux. J'ai réagi comme un chien, dans la mesure où mes chaînes m'ont laissé faire.

« Tu es heureux d'être mon esclave, n'est-ce pas ? »

"Oui Maître! Je veux juste te faire plaisir.

Les mots ne ressemblaient plus à un mensonge.

Elle n'arrêtait pas de me caresser les cheveux. J'ai entendu un autre esclave entrer, marmonner quelques choses puis partir.

Le Maître a changé sa position pour qu'elle soit près de mes hanches et m'a tiré un peu sur le côté. Ça me faisait mal aux épaules, mais je ne me suis pas plaint.

D'une main, couverte de quelque chose d'huileux, elle a commencé à me caresser la hampe. L'autre main caressa mes fesses pendant quelques instants. J'ai commencé à gémir de ses efforts.

"Aimes-tu ça, esclave?"

"Oui Maître!"

J'ai été taquiné toute la journée. J'étais désespéré de venir. Je me suis maintenu dans un contrôle rigide cependant. Je savais que lui taper dans la main serait la mauvaise chose à faire.

Son autre main revint sur mon cul, tout aussi grasse que la première. Il a lentement cherché mon trou du cul. J'ai senti une pression dessus, alors qu'elle commençait à insérer un doigt. J'avais envie de tressaillir, mais je me suis tenu tranquille. Je ne pouvais pas la laisser s'arrêter.

« Je veux t'utiliser jusqu'à ce que tu viennes. Voulez-vous que?"

"Oui Maître!"

Dieux m'aident, mais ce n'était plus du tout un mensonge.

Son doigt a exploré l'intérieur de moi, tandis que son autre main caressait ma hampe.

"Je veux que tu me supplies de te faire jouir."

« S'il vous plaît maître, faites-moi venir ! Je veux que tu sois le seul à me faire jouir ! Je veux que tu contrôles mon corps. S'il vous plaît, faites-moi venir maître !"

Elle a fait quelque chose avec la main à l'intérieur de moi et soudain tout ce que j'ai pu ressentir était du plaisir. J'ai gémi et gémi et gémi.

"Vous avez ma permission de venir."

Je suis content qu'elle m'ait donné la permission, parce que rien ne m'arrêtait. Elle a continué à faire cette chose à l'intérieur de moi et a continué à me caresser la hampe et je venais, Dieu m'aide, j'avais un orgasme si fort qu'il chassait chaque pensée de ma tête; c'était la même clarté pure que l'image de marque.

Pendant que je récupérais, elle a continué à me caresser doucement. Bientôt, elle berçait ma tête en elle et me faisait dire que j'étais à elle. J'en suis venu à le croire, alors. Elle me possédait, corps et esprit et je ne laisserais jamais cela changer.

Articles similaires

Nerd fils et maman

Nerd fils et maman Une maman et son fils Nerdy, une histoire en quatre parties de devenir une salope de sperme. Janet Bigs était une veuve de 38 ans, elle avait les cheveux roux, une paire de seins 38E et un cul qu'elle gardait serré en s'entraînant trois jours par semaine. Janet était une MILF. Son fils Wally était un petit garçon pour son âge, mais étant en deuxième année au lycée, il lui restait encore plusieurs années à grandir. Wally était le cerveau de la classe, alors les enfants lui demandaient toujours de l'aide pour leurs devoirs. Il a essayé...

2 Des vues

Likes 0

La salope de crack - II_(0)

Le lendemain, Laura avait de nouveau besoin de crack. Son petit-ami avait appelé ce matin-là pour lui faire savoir qu'il était attaché à Chicago et qu'il ne serait pas à la maison avant plusieurs jours. Elle lui avait dit de rentrer à la maison dès qu'il le pourrait car elle avait besoin de plus d'épicerie. Elle n'avait pas encore avoué son habitude à son petit ami parce qu'elle avait peur de le perdre s'il l'apprenait. Cependant, elle ne savait pas combien de temps elle pourrait encore le tromper. Après qu'il ait raccroché, elle a appelé son dealer pour avoir du crack...

503 Des vues

Likes 0

SALLE HIRSTMERE : LA MAÎTRESSE D'ESCRIME

Droit d'auteur : Lesley Tara, 2010 Parer! – fente ! – parer ! – nos lames ont fait un bruit métallique aigu lorsqu'elles se sont heurtées. Puis je me suis trop engagé dans une attaque et j'ai laissé une ouverture, que Miss Champney n'a pas tardé à exploiter. À la vitesse de l'éclair, la pointe de son fleuret a heurté le col rembourré de ma tunique protectrice et notre combat d'entraînement était terminé. Je n'ai pas été déçu qu'elle ait gagné - elle est mon entraîneur et m'avait testé sur de nouvelles feintes qu'elle avait démontrées plus tôt lors de la...

463 Des vues

Likes 0

La complexité de deux jumeaux

Descriptions des personnages : Jamie & Naomi : 15 ans. Sein 36B. Hauteur 5 6. Cheveux blonds. Yeux bleu pâle. Lillian « Lily » : 18 ans. Sein 34C. Hauteur 5 7. Cheveux bruns. Yeux marrons. « J'ai vu Lily embrasser son petit ami », m'avait dit Naomi. — Alors, ai-je haussé les épaules. Même si nous étions des jumeaux identiques, j'étais le garçon manqué, ce qui signifiait que je n'avais pas l'intention d'écouter ses potins. Je pensais juste- ma sœur a arrêté de parler au milieu de sa phrase. J'ai regardé à temps juste pour attraper son bond. Elle avait l'avantage...

432 Des vues

Likes 0

Fin de l'école

C'était la fin de l'école, la fin d'une vie, la fin d'une époque. Le temps intermédiaire où la petite écolière se transformait en la femme qu'elle voulait être Randy et moi avions joué pendant des mois et j'étais profondément amoureux, mais en même temps inquiet d'être tombé trop amoureux de lui. Randy avait plus de quelques années de plus que moi, je venais d'avoir dix-sept ans. Il avait tout ce que les autres petits garçons n'avaient pas de voitures, de vélos, d'argent, de cartes de crédit et une magnifique bite coupée de sept pouces et demi que j'aimais…. nous étions en...

536 Des vues

Likes 0

Journaux de travail

***** Premier extrait de journal : « Suite à la menace d'un procès pour harcèlement sexuel, la deuxième menace de ce type portée contre moi par deux assistants personnels distincts, les poursuites en RH, à la lumière de mes compétences et de mes résultats, ont décidé de me donner une dernière chance avant qu'ils ne soient obligés de prendre des mesures supplémentaires. actions disciplinaires. Dans un effort pour réduire la probabilité d'un scénario répété, ils ont décidé de m'attribuer un assistant personnel qui, à leur avis, ne serait pas à mon goût. Cependant, ils n'ont pas pris en compte à quel point je...

522 Des vues

Likes 0

Messagerie instantanée Bro/Sis

Cette histoire ne ressemble à aucune autre histoire que vous ayez jamais lue. C'est un rôle réel que moi et mon petit ami avons joué. Je l'ai un peu nettoyé, donc il y a moins de fautes d'orthographe. S'il vous plaît ne laissez pas de commentaires sur la mauvaise grammaire et l'orthographe. Il s'agit d'une véritable conversation par messagerie instantanée. Juste au cas où vous ne le sauriez pas, lol = éclat de rire. Quand il y a un ensemble de deux parenthèses, comme ça ((mot)), c'est moi et lui qui sortons du rôle. J'espère que vous apprécierez l'histoire parce qu'elle...

363 Des vues

Likes 0

Monter une grosse bite noire

Je suis sorti tard le soir un samedi. J'avais été dans une boîte de nuit avec quelques amis, et ils étaient ivres. J'étais sobre, je ne bois pas. (C'est probablement pourquoi ils m'ont demandé de les accompagner, afin que je puisse les ramener à la maison et les éviter.) Alors, nous avons tous sauté dans mon SUV rouge et impeccable (je suis un peu un monstre propre, un endroit de saleté et je flippe.) Et déposé mes amis chez eux. A bientôt, Kate !! Je vais juste aller regarder du porno parce que je suis toujours tellement excitée quand je suis...

372 Des vues

Likes 0

Putain de filles de théâtre

Le programme de théâtre de mon collège n'a jamais été particulièrement cool. Il a tendance à attirer une foule plus ringard et retiré, ainsi que le vieil archétype de l'acteur gay enflammé. Cela fait de moi une sorte d'aberrant. Je ne suis certainement pas le gars le plus cool du campus, mais j'ai un cercle social assez large et j'ai certainement l'air un peu plus athlétique que la plupart de nos hommes. Même si je ne ressemble pas à un enfant de théâtre traditionnel, j'adore la scène et cela a toujours été mon activité parascolaire préférée depuis le lycée. Je ne...

234 Des vues

Likes 0

Le collectionneur en ligne

Le collecteur J'ai pressé le tissu dans son petit visage mignon. Mon pouce m'a piqué, hier j'avais mordu un petit bout de peau à côté de mon ongle et maintenant le chloroforme me piquait. Elle n'était pas encore sortie. Elle se débattait toujours, mais plus de toute sa force. Une protestation étouffée vint de derrière le chiffon. Ses yeux me regardaient avec peur. Me suppliant, me suppliant de la laisser partir. Je caresse une mèche de cheveux de son front. - N'aie pas peur, chérie, dis-je. « Juste souffle. Prenez encore quelques respirations profondes. Je sais que le chloroforme ne fonctionne pas...

499 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.