Papa et fille Emily

144Report
Papa et fille Emily

Il était tard et j'étais fatigué. La journée s'éternisait, je travaillais tard et je devais ensuite emmener ma femme à l'aéroport - le trafic et la météo n'aidaient pas du tout. J'ai éteint la lumière du salon et me suis dirigé vers ma propre chambre. Emily s'était couchée plus tôt, j'ai remarqué que sa porte n'était pas bien fermée, alors j'ai passé la tête juste pour m'assurer que tout allait bien avant d'aller me coucher.

Quelque chose n'allait pas... il a fallu à mes yeux une seconde pour s'adapter à la faible lumière avant de réaliser que ma fille était allongée sur le dos, les pieds remontés jusqu'aux fesses et les genoux écartés. Elle était nue jusqu'à la taille et glissait rapidement le bout de son doigt entre son vagin et son clitoris. J'ai soudain réalisé qu'elle se masturbait et que je faisais intrusion. J'ai peut-être émis un son subtil en reprenant mon souffle, j'ai rapidement reculé et j'ai tiré la porte vers son ancienne position.

Je me précipitai vers ma chambre aussi silencieusement que possible. Je ne sais pas si j'étais plus gêné pour elle ou pour moi. Je sais que si j'avais été surpris en train de me masturber à 14 ans, j'aurais été mortifié. J'espère qu'elle ne m'a pas vu ou entendu ; le petit-déjeuner pourrait être inconfortablement calme demain.

J'ai poussé ma porte pour la fermer mais je ne l'ai pas verrouillée, j'ai pensé que ce n'était pas nécessaire. Emily était soit occupée avec elle-même, soit si j'avais remarqué, elle se cachait probablement dans le placard en essayant de se plonger dans un trou noir où elle n'aurait pas à me faire face plus tard. J'ai jeté ma chemise sur une chaise et j'étais en train d'enlever mon pantalon quand j'ai réalisé que j'avais une trique. Cela m'a surpris parce que je n'avais jamais vu ma fille de manière sexuelle, bien sûr, j'avais remarqué que ses seins se développaient et que ses hanches et ses jambes se remplissaient, mais je l'ai toujours pris au cours naturel des choses. Mais ensuite, je venais de la voir exposée et en train de commettre un acte sexuel personnel et mon corps y avait réagi.

Je venais juste de sortir de mon pantalon quand j'entendis Emily derrière moi, "Papa ?" Elle m'a surpris et je me suis retourné pour faire face au bruit inattendu, elle était entrée dans ma chambre au moment où je m'y attendais le moins. Immédiatement, j'ai réalisé que mon érection faisait sortir mon boxer et qu'Emily regardait mon entrejambe, j'ai fait de mon mieux pour tenir mon pantalon devant moi mais c'était trop tard ; Je pourrais tout aussi bien utiliser un drap plein de trous pour protéger ma fille de ma propre exposition sexuelle. Emily regarda rapidement le sol et recula d'un pas contre le mur.

« Emmy ?

"Euh," balbutia-t-elle un instant, "Papa, est-ce que tu peux me masturber ?"

La question ironique de la nuit, avant son arrivée, c'est exactement à cela que je réfléchissais. Nous avons toujours eu des journées portes ouvertes en termes de questions posées, notre devise aurait pu être La seule question stupide est celle qu'on ne pose pas. Je savais que je lui devais une réponse : "Eh bien Emmy, c'est tout à fait naturel de faire les choses qui nous font du bien. L'important est de ne pas se laisser emporter par ça, comme d'en faire des excès."

J'ai vu qu'elle regardait à travers sa frange, essayant d'apercevoir à nouveau mon entrejambe. "Euh papa, tu m'as vu, n'est-ce pas ?" Elle m'a posé une question plutôt directe et quelque peu embarrassante, et elle a dû lui reconnaître son courage.

"Je ne voulais pas le dire chérie, c'était vraiment un accident. Je ne veux pas que tu sois mal à l'aise, c'est naturel..."

"Puis-je voir le tien?" Lâcha-t-elle.

"Oh." J'ai été pris au dépourvu. Normalement, je ne serais pas trop préoccupé par cette question si elle avait été posée dans une situation différente et probablement pas contre l'idée non plus, mais je ne voulais pas l'exposer à la sexualité adulte, à savoir mon érection. "Ce serait un peu gênant, chérie."

"Papa, je veux juste voir, tu sais, un garçon."

"Je sais chérie," j'essayais de la laisser tomber doucement, "c'est juste que..."

"Mais papa, tu m'as vu, c'est juste."

Je l'ai regardée debout, elle portait un de ces tee-shirts surdimensionnés qui lui descendaient jusqu'à mi-cuisse. Je ne voulais pas me demander ce qu'elle portait en dessous, mais j'ai remarqué que ses tétons se pressaient contre le tissu fin de la chemise, sans soutien-gorge. J'ai eu le sentiment qu'elle n'allait pas céder et j'ai décidé que je pouvais juste lui montrer un peu et qu'elle ne verrait pas mon érection complète. Tenant toujours mon pantalon devant moi, j'ai tiré la ceinture de mon boxer pour que mon érection vienne se poser contre mon ventre, puis j'ai tiré un peu la ceinture vers le bas pour exposer environ un centimètre de mon pénis. J'ai baissé un peu le pantalon pour qu'elle puisse voir.

"Papa, tu es tout pour moi." Elle s'est plainte.

Oh bon sang, cette fille allait devenir avocate un jour. J'ai laissé tomber mon pantalon sur le sol et j'ai baissé la bande de mon boxer jusqu'à ce qu'elle n'expose que la tige. J'entendis sa plainte sous la forme d'un reniflement. Très bien, j'ai baissé mon short pour qu'elle puisse aussi voir mes couilles.

Je l'ai vue fixer mon érection et pendant un instant, j'ai eu l'impression qu'elle voulait me tendre la main. "C'est bon", lui ai-je dit, "tu peux le toucher." Je ne m'attendais pas à ma réaction face à sa main autour de la tige de mon pénis. C'était peut-être la douceur de sa main ou sa chaleur, peut-être parce que c'était ma fille mais je me sentais devenir plus dur. Je doute qu'elle ait remarqué ou ressenti la différence, mais j'étais très dur et mes couilles commençaient à me faire mal à cause de la tension. J'allais avoir besoin de jouir après tout ça.

Quelque part entre le chagrin et cette tension sexuelle survoltée, j'ai perdu mes inhibitions. J'ai fermé ma main sur la sienne et je l'ai déplacée d'avant en arrière, puis je l'ai lâchée, elle a continué à me caresser pendant un moment avant que je l'arrête en posant à nouveau ma main sur la sienne. "Veux tu en voir plus?"

"Ouisss." Sa voix était basse et haletante, je vis que ses tétons étaient maintenant bien visibles à travers son tee-shirt.

J'ai pressé mes jambes l'une contre l'autre pour que mon boxer tombe. J'ai gardé ma main serrée sur la sienne et je me suis tourné vers le lit, elle a été obligée de se retourner avec moi pendant que je la maintenais en place puis j'ai appuyé sur son épaule pour qu'elle s'assoie sur le lit. Je me tenais devant elle, ma main serrée sur la sienne tandis que mon érection était face à son visage. J'ai relâché mon emprise sur elle mais elle a continué à me tenir. "Suce-le chérie."

Elle ne détournait jamais les yeux de l’objet de son intérêt. Je l'ai vue ouvrir un peu la bouche et faire une pause, puis elle m'a pris dans sa bouche. Elle était mouillée et chaude d'une manière qui ne pouvait que faire du bien, je pouvais sentir sa langue lisse juste sous la tête de mon pénis. En gros, elle me tenait juste dans sa bouche mais ça faisait du bien ; Je me suis avancé un peu pour qu'elle en prenne plus, puis je lui ai répété de le sucer. Elle l’a fait. En me suçant, sa langue s'est resserrée contre moi, j'ai de nouveau déplacé sa main le long de moi puis je l'ai lâchée, elle a continué toute seule. Elle me branlait dans sa bouche. La pression en moi montait rapidement, j'étais sur le point de me demander si j'allais jouir dans sa bouche ou me retirer et la laisser éclabousser sur elle quand j'ai décidé d'arrêter. Je me suis éloigné d'elle et j'ai senti l'air frais de la pièce mélangé à son souffle chaud sur la tête de mon pénis. "Assez de ça pour l'instant chérie, je veux que tu t'allonges sur le lit."

Elle recula jusqu'à ce que sa tête touche l'oreiller, elle respirait fort. Ses jambes étaient légèrement écartées, son tee-shirt s'était un peu remonté et je pouvais voir qu'elle ne portait pas de culotte. Sa chatte était mouillée. Je me suis assis sur le lit à côté de ses hanches et j'ai doucement caressé sa jambe, passant de son genou à mi-cuisse ; à chaque fois, je laissais ma main monter plus haut jusqu'à ce que ses hanches commencent à se soulever par anticipation. J'ai dû pousser un peu pour mettre ma main entre ses jambes et prendre son monticule dans ma main, elle a encore ouvert ses jambes pour me donner accès. J'ai laissé ma main reposer là un instant puis j'ai glissé le bout de mon majeur entre ses lèvres vaginales humides, il est entré facilement. J'ai imité ce que je l'avais vue faire : déplacer mon doigt le long de sa fente d'un bout à l'autre. Elle gémit d'une voix basse et grave à laquelle je ne m'attendais pas de son petit corps. "C'est mieux quand quelqu'un d'autre le fait, n'est-ce pas ?"

Elle ne pouvait que gémir à nouveau en réponse. Ses hanches correspondaient maintenant au rythme du bout de mon doigt. Elle essayait de se presser contre moi pour augmenter la pression mais je me retenais, je la taquinais intentionnellement, faisant délibérément monter la pression pour qu'elle jouisse fort. Cela n'a pris que quelques instants, puis elle a attrapé ma main avec les siennes et m'a serré contre elle pendant qu'elle jouissait. J'ai laissé mon doigt la pénétrer juste assez pour pouvoir sentir ses contractions, elle a essayé d'appuyer davantage pour avoir plus de moi en elle mais je ne l'ai pas laissé arriver. Je l'ai tenue dans ma main pendant que les spasmes disparaissaient, tout ce qu'elle pouvait dire c'était : "Oh papa..."

Elle m'a surpris en se tournant sur le côté et en se penchant vers moi, avant que je m'en rende compte, elle m'avait à nouveau dans sa bouche. Je lui saisis les épaules et l'arrêtai. "Attends chérie, pas encore." Elle m'a regardé et je me suis penché pour l'embrasser, un doux bisou d'abord puis j'ai glissé ma langue dans sa bouche. Je lui ai fait un baiser lent et sensuel, je l'ai senti retomber dans mes bras. "Allonge-toi chérie. Non attends, enlève ça." J'ai commencé à relever l'ourlet de sa chemise. Elle attrapa la chemise et la glissa facilement par-dessus sa tête, elle la laissa tomber au sol. "Là, maintenant allonge-toi."

Je la regardais, ma fille, nue dans mon lit. Elle était belle. J'ai pris un de ses seins en coupe et j'ai laissé mon pouce glisser d'avant en arrière sur le mamelon. Elle fit un bruit qui montrait visiblement que c'était agréable pour elle. J'ai laissé mes doigts parcourir son ventre et j'ai de nouveau pris son monticule dans ma main. Cette fois, ses jambes étaient déjà ouvertes et ma main glissa facilement en position. Elle se courba le dos en réponse. "Ça faisait du bien quand tu m'as sucé Emmy. C'était très bien. Je veux te montrer ce que ça fait pour toi."

Je suis descendu entre ses jambes et j'ai glissé un bras sous et autour de l'une d'elles pour le maintenir contre moi, j'ai utilisé ma main libre pour la caresser, effleurant son clitoris et son bas et son dos pour répandre son humidité le long de sa petite rose. lèvres. J'ai enfoncé mon pouce dans la peau du haut de sa cuisse pour qu'elle s'ouvre et que je puisse voir son sexe caché, puis j'ai pressé la largeur de ma langue contre elle et l'ai léchée. Elle s'est appuyée sur moi durement et je l'ai refait, puis j'ai sucé son clitoris à tour de rôle et j'ai poussé ma langue en elle aussi loin que possible. Chaque fois que je faisais cela, elle poussait aussi fort qu'elle le pouvait, essayant de m'enfoncer plus profondément en elle. Je tenais fermement sa jambe contre moi, la restriction de celle-ci provoquait une augmentation considérable de sa tension. J'ai recommencé à sucer son clitoris jusqu'à ce que je sache qu'elle allait à nouveau avoir un orgasme, quand elle l'a fait, je l'ai rouverte et j'ai regardé ses contractions pendant qu'elle arrivait.

Je suis resté là un moment, la laissant récupérer. Je l'ai embrassée sur le haut de ses cuisses ou sur son clitoris ; une ou deux fois, j'ai glissé à nouveau ma langue en elle. Lorsqu'elle s'est détendue, je lui ai demandé : « Veux-tu ressentir davantage ? Elle m'a regardé, ses yeux étaient rêveurs, enfumés, ils avaient un regard lointain, elle a laissé échapper un long "Unnnnnnn..." J'ai pris ça comme un positif. Je me suis approché entre ses jambes et je me suis allongé sur elle pendant un moment, me demandant si j'allais m'intégrer en elle, mais une fois que je lui ai touché la tête de mon pénis et qu'il a commencé à glisser facilement, l'inquiétude a disparu. Au moment où elle m'a senti entrer en elle, elle a commencé à pousser contre moi, j'ai pressé mes cuisses contre les siennes pour l'empêcher. Lentement, peu à peu, je l'ai pénétrée, cela la rendait folle - elle voulait maintenant une pénétration complète. Je l'ai prolongé le plus longtemps possible. Finalement, j'étais complètement en elle, elle était plus mouillée et plus chaude que n'importe quelle femme que j'avais jamais connue. Au lieu d'entrer et de sortir d'elle, je me suis enfoncé plus profondément en elle, en poussant contre son col et en appuyant mon os pubien sur son clitoris. Elle s'est battue en dessous de moi, elle s'est battue pour obtenir et prendre davantage. Je l'ai poussée aussi loin que possible et je me suis tenue là. Puis je l'ai sentie commencer à avoir un orgasme, "Fais-le chérie, jouis sur moi. Jouis sur moi bébé."

Elle a poussé un petit cri en finissant, je me suis un peu détendu et je l'ai laissée reprendre son souffle. Je l'ai embrassée doucement et lui ai dit à quel point elle était belle, à quel point elle se sentait merveilleusement bien, à quel point je l'aimais. Je l'ai sentie se détendre sous moi puis je lui ai dit : "J'ai besoin de jouir chérie, je suis prêt à éclater." Elle hocha la tête et m'attira près d'elle.

"Attends, j'ai besoin de toi au dessus. Je dois me retirer de toi quand je jouis." J'ai mis mes bras autour d'elle et je me suis retourné pour qu'elle s'allonge sur moi. "Assieds-toi chérie." Son poids m'a poussé plus profondément en elle, j'ai soulevé mes hanches contre elle et j'ai poussé plusieurs fois. Cela n'a pas pris longtemps. "Maintenant." Je l'ai soulevée pour pouvoir me retirer, mon érection est retombée contre mon ventre et a commencé à sortir. Elle l'a regardé avec fascination puis m'a doucement pris dans sa main et m'a branlé pendant que j'avais fini. J'étais essoufflé, j'avais joui assez fort pour que mes couilles me fassent mal, mais dans le bon sens.

Je lui ai demandé de prendre un mouchoir, elle en a eu quelques-uns et m'a nettoyé. "Je veux que tu dormes ici ce soir, chérie."

"D'accord." Elle avait l’air très intéressée par ça.

"Je veux coucher avec toi pendant que je suis en toi, bébé."

Cela l'a beaucoup séduite. J'étais très dur, mon érection n'était pas sur le point de baisser, elle a joué un peu avec moi en partie par curiosité naturelle et en partie parce que je pense qu'elle voulait que je me sente bien. Elle m'a jeté un coup d'œil et je lui ai dit de s'asseoir à nouveau sur moi et de me faire entrer en elle. Je l'ai laissée tout faire, elle avait hâte de me guider à nouveau vers elle. Elle était trempée et j'étais encore assez dur, je me suis glissé en elle facilement, nous nous sommes tous les deux poussés l'un contre l'autre. Sa chaleur et son humidité m'ont donné envie de l'allonger à nouveau et de la baiser de manière insensée, mais au lieu de cela, je l'ai tirée sur moi et nous sommes restés allongés là ensemble. Je ne me souviens pas quand nous nous sommes endormis.

Quand je me suis réveillé, j'étais encore partiellement en elle. Mon érection avait diminué, mais réalisant que j'étais en elle et que je sentais toujours sa chaleur et son humidité, elle a remonté. J'ai poussé un peu et j'ai recommencé à la pénétrer et le mouvement l'a réveillée, elle a rendu la pareille et m'a enfoncé à nouveau profondément en elle. J'ai commencé à la pousser mais elle m'a arrêté. "Attends papa, tu as fait tellement de choses pour moi la nuit dernière... laisse-moi faire ça." Elle a glissé vers le haut et s'est éloignée de moi puis s'est retournée et m'a pris dans sa bouche, cette fois elle ne m'a pas tenu là, elle me suçait avec l'intention de me faire jouir dans sa bouche. Je me suis penché et je l'ai sentie, elle a ramené ses hanches vers moi pour que je puisse glisser un doigt en elle. J'ai commencé à jouir dans sa bouche, je l'ai sentie avaler alors que j'éclatais, seulement un instant plus tard, ses jambes se sont serrées contre ma main alors qu'elle revenait.

Je l'ai ramenée vers moi et nous nous sommes tenus l'un l'autre puis nous nous sommes endormis ensemble.

Articles similaires

Aventures de la fille exhibitionniste, partie 4

Résumé des parties précédentes : Kadri, débutant à 11 ans en situation d'exhibitionnisme et qui est ensuite devenu accro au sexe, était pensif après un échec à se retrouver nu dans une petite ville. Elle réfléchit à ses manières, mais décida de continuer. Maintenant à 13 ans, elle planifie sa plus grande aventure nue. Si j'ai bien compris, Kadri voulait essayer son exhibitionnisme dans une autre ville, mais au début, elle devait lire des livres pour l'école et se préparer dans d'autres matières. „J'ai un plan pour la dernière semaine de vacances. Peut-être que cela aura plus de succès », a-t-elle déclaré. Kadri...

532 Des vues

Likes 0

M'enseigner la partie 2

M'enseigner Partie 2 : Le lendemain Je ne me souviens pas m'être levé de Kay, ou avoir remis mes vêtements, ou être allé dans ma chambre et m'être bordé, donc je ne peux que supposer que Kay a fait ces choses pour moi. Je me suis allongé sur le dos dans mon lit, clignant des yeux dans la lumière du soleil qui se renforce, me souvenant des 2 derniers jours, qui s'étaient écoulés à la vitesse de la lumière. Je me suis souvenu de ma première, puis de ma deuxième rencontre avec Doe, puis de ma petite séance de câlins avec...

543 Des vues

Likes 0

Je suis devenu le jouet sexuel de ma belle-sœur coquine.

Ma femme, Jan, était allée à une convention sur un sujet lié à son travail et serait partie pendant trois jours. C'était tout simplement parfait pour moi. Après avoir quitté le travail, j'ai récupéré ma petite amie, Judy, et je l'ai ramenée à la maison avec moi pour passer le temps pendant lequel ma femme allait être absente. Je lui ai dit de ne pas emporter de vêtements supplémentaires car elle serait nue la plupart du temps. Nous étions bien dans la première nuit et nous nous sommes bien amusés. J'avais étalé une couverture sur le sol du salon devant la...

529 Des vues

Likes 0

Ma voisine enceinte, partie 3

Je me suis assis à la table de pique-nique lundi matin et j'ai essayé de lire le journal en attendant Shelly. Mes pensées sont revenues à dimanche et j'ai commencé à avoir une érection alors que j'anticipais d'enrouler mes lèvres autour de ses mamelons durs et de boire le délicieux lait de ses seins succulents. Je savais aussi qu'elle était excitée comme l'enfer et ne pouvait penser qu'au chat sauvage attendant d'être déchaîné lorsque je glissais ma bite dure dans sa longue chatte affamée de bite. Environ une demi-heure plus tard, j'ai entendu Mike partir et j'attendais Shelly à tout moment...

347 Des vues

Likes 0

Le premier amour de Sarah

Merrie England, au XVIIe siècle... La lumière du soleil scintillait sur le ruisseau ondulant alors qu'il serpentait entre les prairies de Caisterdale pour passer sous le vieux pont de pierre à côté de l'église du village. Sarah était assise au bord du ruisseau, le visage dans l'ombre, inconsciente de la scène, regardant au loin sans voir, un livre à la main mais perdue dans ses pensées. Elle entendit des sabots claquer sur le chemin de gravier. Ah Miss Haverthorpe, un dernier jour de liberté ? » demanda une voix familière. Elle leva les yeux, John, le fils de Lord Caisterdale, son...

321 Des vues

Likes 0

Souvenirs II

C'est une belle matinée dans le désert de l'Arizona. Le soleil brille, il y a une légère brise et la température est idéale pour être nu. Ma dame et moi sommes assis sur la terrasse de nos amis et profitons des oiseaux, des lapins et de la vue magnifique sur le désert. Nous regardons vers l’ouest et nous pouvons voir un corps de bronze grand et mince qui marche lentement vers nous. Au fur et à mesure que la personne se rapproche, nous pouvons voir que c'est notre ami Al qui est sorti pour sa promenade matinale et sa visite. Il...

137 Des vues

Likes 0

Question d'un fils curieux, deuxième partie

C'est la deuxième partie d'une série évoluant sur le sexe entre un garçon de dix-huit ans et son père. Si vous n'avez pas lu le premier ; Je vous conseille de le faire. La première histoire était un mélange entre la première et la troisième personne. Celui-ci sera entièrement à la troisième personne. Lorsque James s’est réveillé pour la première fois dans le lit de son père, il s’est demandé comment il était arrivé là. Il se souvint alors qu'il y a à peine neuf heures, lui et son père avaient eu le meilleur sexe oral que James ait jamais eu...

145 Des vues

Likes 0

Petit Daniel

Intro : cette histoire est basée sur des événements réels, mais les lieux ont été modifiés pour la protection des autres. Je m'appelle Tommy et je mesure environ 5 pi 3 po pour 145 livres et, à mon avis, pas gay mais totalement bi. J'ai 16 ans maintenant et cette histoire parle d'événements réels qui se sont produits quand j'avais 14 ans. N'importe comment à l'histoire. Quand j'avais 12 ans, ma mère est décédée et mon père a recommencé à sortir ensemble et apparemment il avait mauvais goût envers les filles parce qu'elles étaient soit A : laides comme l'enfer, B : Chaudes comme...

1.2K Des vues

Likes 0

Cueilleurs de pommes

ATTENTION : Ceci est une histoire d'amour. Cueilleurs de pommes Chaque saison de cueillette, il m'est toujours difficile de réaliser qu'il y a vraiment un besoin de main-d'œuvre jetable et bon marché. Les travailleurs migrants répondent à un besoin précieux. Ces nomades modernes voyagent de culture en culture à la saison des récoltes jusqu'à la côte. Ils peuvent cueillir des haricots verts une semaine, des bleuets frais la semaine suivante et des pommes mûres un mois plus tard. Ils se présentent juste. Vous n'avez pas à leur dire quand le fruit est mûr ou même à leur demander de venir. Ils...

1.1K Des vues

Likes 0

Quadruplés-Partie 2

À la demande générale, je continue cette histoire. J'espère que vous aimez les aventures continues des Quad, que vous les trouvez excitantes et amusantes à lire. Je me suis réveillé le lendemain matin et je suis allé m'étirer quand j'ai senti un corps chaud et doux à côté de moi. Roulant sur le côté, j'ai remarqué le beau visage de ma sœur Stacy, et les activités nocturnes précédentes me sont revenues. Laisse-moi expliquer. Stacy et moi, ainsi que notre frère et notre sœur, Shane et Stéphanie, sommes des quadruplés. Au fait, je m'appelle Shawn. La nuit précédente, nous étions allés au...

893 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.