Ma vie secrète Vol-02 Chapitre 01 - Louise

154Report
Ma vie secrète Vol-02 Chapitre 01 - Louise

MA VIE SECRÈTE PAR WALTER

2IEME VOLUME

Chapitre I

Louise sapée.—Soupçons.—Conférences sur la virginité avec illustrations vivantes.—Droguée pour inspection.—Hésitation de Camille.—Elle s'absente.—La maison de G.. d. n s.... e.—imprimés Baudy.—une sensation, un reniflement et un baiser.—faire du shopping.—jarretières.—dîner et après.

Je me suis mis au travail pour entrer chez Louise, sans aucun scrupule, cela me semblait la chose la plus naturelle au monde. J'avais lu des articles sur la méchanceté de la séduction, mais mes associés m'avaient appris que chaque fille voulait baiser et qu'elle le désirait secrètement, haute ou basse, riche ou pauvre, c'était pareil. Quant aux domestiques et aux femmes des classes les plus humbles, ils prenaient tous des bites en silence et étaient fiers d'avoir un gentilhomme pour les couvrir. Telle était l'opinion des hommes de ma classe de vie et de mon âge. Mon expérience avec les domestiques de ma mère le corroborait ; et ainsi entrer dans Louise semblait à la fois naturel et approprié.

Je suppose qu'il n'y a qu'une seule manière de commencer habituellement par une femme. Il faut d'abord se rendre agréable, puis successivement familier, attachant, câlin, lâche, audacieux, hautain, déterminé, puis au besoin farouche, voire violent. Cet ordre vient naturellement à la chasse à la chatte d'homme et se termine par une baise. Il ne s’ensuit pas que si les premières étapes se déroulent facilement, la dernière garantira le succès. Parfois, la femme a peur, se met en garde contre elle-même et contre l'homme, et l'occasion est perdue. Ce cours m'était devenu familier à la maison et j'ai commencé. Personne dans la maison, sauf Camille et Madame Boileau, ne parlait français ; il n'y avait personne d'autre pour parler, donc ma conversation était acceptable. Au bout d'une semaine, je l'avais embrassée à sa plus grande satisfaction. Aucune femme forte et saine de dix-huit ans n’est autrement que gratifiée par les baisers d’un jeune homme. L'argent que je connaissais maintenant en disait long, et je le donnai à celle qui n'avait peut-être jamais eu cinq shillings à elle. Elle m'a embrassé dans le passage sombre, je l'ai serrée dans mes bras et j'ai poussé sa chatte dehors, elle a couru à l'étage en colère, mais l'avait oublié le lendemain.

La regarder et le désir me rendaient excité, puis si elle était proche, la chatte de Camille en profitait. La fille nous regardait quand nous entrions dans la chambre. Elle s'est disputée avec sa maîtresse et lui a dit de rentrer chez elle. Camille a dit qu’elle le pourrait ; mais ne parlant que français et sans argent, comment le pourrait-elle ? À ce moment-là, à cause du changement de climat et de vie, elle tomba malade.

Nous avons été très gentils avec elle. Je lui ai tout apporté. Un jour qu'elle dormait, Camille la découvrit en partie et me montra ses membres nus ; ils étaient si beaux et m'excitaient tellement, que sans Camille, je crois que je l'aurais ravie. Elle se rétablit bientôt, et je lui dis que si je ne l'avais pas bientôt, je cesserais de la voir. "Qui a gêné?" demanda Camille. Elle était là, je pourrais l'avoir.

Puis j'ai eu une crise suspecte. Tout ce que le vieux major m'avait raconté sur les hommes vendus et recueillis par des femmes qui n'étaient pas vierges me revint à l'esprit. La fille ne sortait jamais que quelques minutes à la fois pour aller chercher des choses, mais d'autres hommes ont vu Camille, et certains auraient pu voir et avoir la fille. Camille l'avait emmenée une fois en fiacre ; elle aurait pu être chez un homme. Alors j'ai dit que je ne donnerais pas l'argent à moins de voir d'abord sa chatte vierge. Au bout d'un jour ou deux, Camille a accepté que je lui donne dix livres et jure de ne jamais le révéler à la jeune fille.

Je pensais quand même que j'étais dupe, alors j'ai fait appel à mon ancien camarade de classe, qui avait l'habitude de dire : « Arrache-lui la chatte et montre-lui ton concombre. Il avait participé à ce foutu match et venait d'être nommé chirurgien assistant dans un hôpital ; il était célibataire et toujours aussi débauché. « M. . ", dis-je, " as-tu déjà vu une virginité ? "Beaucoup", répondit-il, "je les ai disséqués, et si les filles ont quelque chose qui ne va pas avec leur ventre ou leur chatte, on regarde, cela ne les dérange pas d'aller voir un médecin. Si une fille a des hémorroïdes, je la fais venir et j'ouvre les cones vierges de plusieurs belles femmes, en leur posant des questions tout le temps, si elles sentent ceci ou cela. Ils disent oui ou non, ce que je savais bien sûr qu'ils diraient, mais ils pensent que je suis très intelligent en leur demandant. Certains aiment les doigts d’un jeune médecin sur leurs parties intimes, même s’ils disent y être opposés. Les assistants n’ont cette chance qu’avec les pauvres, les classes supérieures ont des hommes mariés plus âgés.

Je lui ai demandé de m'en expliquer une sur une femme, et il l'a fait. Nous sommes rentrés chez nous avec les mêmes femmes ; ils furent étonnés, car au lieu de nous arracher la queue, nous nous contentâmes tous les deux de les palper et de les regarder, et il me fit une conférence complète. C'était un spectacle étrange de le voir expliquer la situation d'une virginité, moi tenant une bougie pour mieux voir. Une des filles éclata de rire, les autres crurent qu'elles avaient des maladies lorsqu'elles apprirent qu'il était médecin et il leur donna des conseils.

Je ne parle pas des maux de leurs chattes. Nous n'avons baisé aucune des femmes.

A force de lectures, de ses ************ions, de ses croquis et de ce qu'il me faisait remarquer sur trois connes différentes, je me suis senti satisfait de connaître une vierge et j'ai raconté à Camille ce que j'avais fait. Elle a alors eu la gentillesse de me montrer sur sa propre chatte où se trouvait sa virginité, pour autant qu'elle s'en souvienne. Elle était tout à fait sûre pour Louise et expliquait que les filles étant avec leurs parents en France étaient bien surveillées ; que les connards lâches d'une ville étaient tous pris par les femmes mariées, ce que je ne croyais pas.

Une nuit où je devais le voir, j'ai attendu le signal d'une fenêtre, de deux lumières, je me suis précipité à travers la route et Camille m'a laissé entrer. Nous sommes entrés dans la chambre de Louise. Là, la jeune fille gisait en chemise de nuit sur le lit, insensible. « Il faut faire vite », dit Camille. Puis elle jeta rapidement les vêtements de la jeune fille au-dessus de son corps, écarta doucement ses jambes et tint ouvertes les lèvres du con de la jeune fille. C'était tel qu'on m'avait décrit. Mon excitation était effrayante. C'était une femme aux membres splendides, qui paraissait avoir vingt-cinq ans au lieu de dix-huit. Ses poils de con, d'un noir de jais, croustillants et épais comme sur la tête d'une négresse, remontaient jusqu'aux hommes et descendaient jusqu'aux lèvres. La bande vermillon au milieu suffisait à rendre fou n’importe quel homme. J'ai tendu la main pour la toucher, mais Camille l'a retirée. "Non, non", dit-elle d'une voix étouffée, "tu dois y aller, tu me l'as promis." "Laisse-moi baiser alors." "Non, partez tout de suite." Elle m'a tiré vers la porte, la fille respirait fort. Fou de désir, j'ai sorti ma queue. "Viens, tu as promis, elle ne doit nous voir ni l'un ni l'autre." "Un coup d'oeil de plus alors." Camille ouvrit à nouveau les lèvres de sa chatte.

Ce faisant, Louise poussa un gémissement et se retourna d'un côté en ouvrant de grands yeux. Camille a éteint la lumière et m'a entraîné dans le salon. « Vous devez y aller », dit-elle. Je voulais la baiser, mais elle ne me laissait pas faire.

J'ai rencontré une femme dans Regent Street, il pleuvait beaucoup. Même si j'hésitais encore à sortir avec des femmes étranges et homosexuelles, je suis rentré chez elle avec elle, je l'ai jetée à terre avec ses vêtements. À l'instant où j'ai vu sa chatte, et presque avant de pouvoir retirer ma queue, je l'ai passée sur ses fesses et ses cuisses. Elle a fait remarquer: "Vous le vouliez, et ne vous y trompez pas." Je suis parti, je suis descendu à l'Opéra Italien. Des foules de femmes marchaient sous la Colonade, elles portaient alors souvent des robes basses pour marcher. Je suis allé dans une maison de maître avec une et je l'ai baisée en pensant à la motte aux cheveux noirs et aux lèvres entre les cuisses de Louise inconsciente.

Je n'ai jamais su ce que Camille avait donné à la fille. Elle a dit qu'elle l'avait enivrée avec du champagne. Louise a dit le lendemain qu'elle s'était enivrée de champagne, mais elle n'a jamais su que je l'avais vue ce soir-là. Je crois qu'on lui avait donné autre chose pour la rendre insensible. Il y eut un mouvement convulsif dans son corps lorsqu'elle se retourna ; avant elle, ses membres semblaient morts, sa respiration ressemblait à un gémissement, sa poitrine se soulevait de façon pénible, elle ouvrit les yeux mais ne vit rien. Plus je réfléchissais, moins je comprenais l'agitation de Camille, d'habitude si calme.

J'avais vu la chatte vierge de la fille et je me souvenais de l'apparence de la chatte, du ventre, des cuisses et de la fente. Le trou du con alors que je tenais la bougie à proximité semblait être couvert, à l'exception d'une petite perforation juste assez grande pour y passer un petit doigt, correspondant à la déclaration ************* de mon ami chirurgien ; pourtant il me semblait en avoir moins souvenir que de tout le reste de son corps. C'était confus, étrange, comme les restes d'un rêve dans mon esprit. Les soupçons s'étaient tellement emparés de moi que je n'étais nullement sûr de n'avoir pas fini. J'ai payé les dix livres à Camille. Lorsqu'elle les eut reçus, elle dit qu'elle s'attendait quand même aux cinquante livres, que l'inspection du con était un préliminaire qu'elle n'avait pas négocié. Je pensais que j'étais trompé et je l'ai dit. Nous nous sommes disputés, mais j'étais tellement idiot, j'avais tellement envie de m'approcher de cette fille, simplement parce qu'elle était vierge, que j'ai fini par y consentir.

La jeune fille ne pouvait pas se lever le lendemain. Je l'ai vue seule dans son lit ; elle a dit qu'elle avait été malade après avoir mangé quelque chose et qu'elle avait bu du champagne. Je l'ai caressée, et malgré ses efforts, j'ai mis la main sur ses seins et jusqu'au milieu de son ventre, j'ai parlé avec véhémence, j'ai arraché ma queue, j'ai été repoussé et je lui ai donné un souverain. Camille est revenue et je l'ai baisée. Je me souviens avoir dit à Camille qu'il y avait une merveilleuse ressemblance de visage, de couleur de cheveux, d'yeux, de membres et même de con, entre elle et sa servante. Camille rit et dit que les deux familles avaient toujours été considérées comme très semblables et liées.

Louise est devenue curieuse de mon intimité avec Camille. « Étais-je son amant ? Est-ce que je l’aimais ? "Oui, je l'avais été, mais je ne l'étais plus maintenant." "Pourquoi suis-je venu là-bas?" "Pour te voir, ma chérie."

Lorsque Louise est arrivée pour la première fois, Camille a pris soin de ne pas m'exposer ses propres jambes ou ses seins. Avant cela, par temps chaud, elle avait l'habitude d'être seins nus, une chemise et des pantoufles étant souvent ses seuls vêtements. Maintenant, elle s'est remise à s'habiller et a commencé à parler ouvertement. Elle avait raconté à Louise comment elle gagnait sa vie et avait parlé de gagner de l'argent en baisant, alors elle me l'a dit mais elle ne me laissait pas prendre de libertés avec elle devant Louise. Elle est sortie, me laissant seul avec elle, prenant mon argent à son retour. Je me demande maintenant comment j'ai supporté tout cela, comment j'ai senti qu'on me trompait, qu'on jouait avec moi, et pourtant les choses se sont déroulées comme je le décris. Trois semaines s'étaient écoulées, voire plus, et pourtant je n'avais jamais senti le con de Louise. Alors j'ai dit à Camille qu'elle me ridiculisait. Louise se comportait drôlement envers Camille, disait qu'elle le ferait ou non, et un jour ils eurent une dispute, au cours de laquelle Louise fit remarquer avec insolence à propos de quelque chose qu'elle voulait, que Camille ferait bien de ne pas montrer la pointe de son nez dans le village plus. Quand j'étais seul, je disais à Camille : je n'aurais pas la fille que je supposais. Qui m'a gêné ? "Aide-moi." "Comment?" Étant d’humeur canaille, j’ai dit : « Enivrez-la, et ensuite je l’aurai. » Non, il ne faut jamais dire que cela s'est passé dans son appartement ; si une femme laisse un homme de son plein gré, tant mieux ; s’il la rencontrait honnêtement et honnêtement, tant mieux ; une femme pouvait faire ce qu'elle voulait, — il était naturel d'avoir un homme ; — si Louise aimait ça, ce n'était pas son affaire ; mais elle ne voulait pas qu'on l'enivre.

J'ai dit qu'elle gênait toujours. Elle a dit qu'elle devait vivre là-bas. "Vous voudriez que je parte hors de la ville pendant quinze jours." J'ai dit : "C'est la meilleure chose que vous puissiez faire." Elle a dit qu'elle ne pouvait pas.

J'ai insisté, et finalement elle a accepté de partir dix jours, je lui ai payé, je pense, quinze livres pour son logement. Elle est partie, et j'ose dire, est allée chez un ami proche, je ne l'ai jamais su. Elle a dit qu'elle était désolée d'avoir amené la fille à Londres. Louise ne devait pas savoir que j'étais au courant de son départ. Les derniers mots qu'elle m'a dit ont été : "Je suppose que quand tu l'auras, tu me quitteras." J'ai répondu que je n'avais pas une telle intention, et moi non plus ; mais une femme gay est un bon juge de l’avenir.

Il me faut maintenant décrire les logements de plus près. Le rez-de-chaussée était occupé par un marchand de draps ; il n'y avait pas de magasin, mais aux fenêtres il y avait des balles de tissu, une plaque signalétique en laiton était sur la porte intérieure, le toit de la maison était le magasin du marchand de tissu. L'homme était rarement en Angleterre, l'entrée du magasin à cause de la grêle était toujours verrouillée et je n'ai jamais vu plus d'un homme y entrer.

Le premier étage qu'avait Camille. Au deuxième étage se trouvait une vieille femme grincheuse nommée Boileau ; elle s'occupait de la maison. Je ne voyais presque jamais la vieille femme, sauf lorsqu'elle ouvrait la porte, et alors elle ne me parlait ni ne me regardait. Jusqu'à l'arrivée de Louise, Camille avait eu une servante française. Quelques années plus tard, il s'avéra que le magasin de laine était utilisé par les étrangers pour forger des billets étrangers ; le commerce du tissu n’était qu’un masque. Camille était là depuis deux ans.

Camille est partie. Le même jour, j'étais à la maison. Madame, dit Louise, était partie depuis dix jours à la campagne et avait laissé dire que personne ne devait entrer. Je suis monté en disant que je viendrais quand je voudrais, que comme Camille était partie, nous pourrions faire ce que nous voudrions. . Elle m'a regardé durement.

"Je pense que Madame est partie avec un homme", dis-je, "elle va se faire bien baiser." Elle m'avait entendu parler grossièrement et connaissait ce mot en anglais et en français. Ensuite, nous avons pris le petit déjeuner ensemble et je lui ai fait l'amour.

Louise était vaniteuse comme un paon et aimait excessivement son ventre. Quand elle buvait une coupe de champagne, elle l'avalait aussi vite qu'elle le pouvait. Cette faiblesse et ce penchant chez toute femme la place à la merci d'un homme qui dépensera son argent ; et bien que je ne voyais pas alors les avantages de l’argent aussi clairement qu’aujourd’hui, je l’ai utilisé instinctivement.

" C'est joyeux ", dis-je, " nous irons dîner, puis nous irons au théâtre, nous ferons ensuite ce que nous voudrons. " Ses yeux brillaient, mais elle craignait d'y aller, car « Madame était un tel démon lorsqu'elle était offensée. » « Qui le saurait ? Les gens dans la maison ne sauraient pas ce que nous faisions », répondis-je.

Il n'était pourtant que midi. « Personne ne peut nous interrompre, déjeunons ici, je vais chercher le vin. Un restaurateur français envoyé un déjeuner chaud. Je suis allé chercher du champagne, puis j'ai pensé à quelque chose qui ne m'était pas venu à l'esprit auparavant.

Camille avait comme dit un gros album plein de photos voluptueuses. Lorsqu'elle est allée chercher Louise, je lui ai demandé de me le laisser jusqu'à son retour. Elle a dit : « Je vous le mettrai en gage pour dix livres. » J'ai prêté cette somme. Depuis son retour, elle ne l'avait pas demandé, pensant peut-être que je demanderais mes dix livres. Je connaissais maintenant bien l'effet des images éclatantes sur la luxure excitante, alors je suis allé le chercher. Nous déjeunions et buvons du champagne, elle riait, causait, refusait de s'asseoir avec moi, mais enfin elle se sentait tout à fait à l'aise avec moi et, pour la première fois, parlait librement de sa maîtresse, qu'elle craignait. Elle montrait beaucoup de simplicité et beaucoup de vulgarité, car c'était une paysanne tout à fait vulgaire ; mais ça ne me dérangeait pas de lui lever la chatte.

Le bien vivre réchauffe le corps et stimule l'excitation ; il y a cinquante fois plus de danger à laisser un jeune couple ensemble le ventre plein de bonne nourriture, que lorsqu'ils sont vides. Une douce chaleur, une sensation de plénitude, un léger gonflement, remontent le long de la tige de la queue de l'homme, le bouton est tendre et voluptueux ; une douce humidité distille dans le con de la femme, de la chaleur et une sensation de volupté, du clitoris au trou du cul, l'envahit. Tous deux sont alors prêts à baiser et ne sont empêchés de le faire que par diverses raisons sociales qui déterminent nos actions dans la vie de tous les jours. Tel était notre état lorsque, en nous embrassant et en riant, nous rangeions les choses. Puis nous nous sommes assis côte à côte sur le canapé, mon bras autour de sa taille.

J'ai produit le livre que j'avais apporté avec moi. Je me souvenais comment, en les parcourant avec Sarah ou Susan, les images de ma « Fanny Hill » les mettaient dans un état d'exaltation qu'il me restait à apaiser. Susan disait qu'il lui suffisait de regarder les photos pendant une minute pour lui donner envie de « s'oublier ». J'ai sorti le livre du journal ; c'était un grand livre carré qui attira immédiatement son attention. "Qu'est-ce que c'est?" elle a demandé. "Des photos." "Oh! montre-moi." "Viens donc." Elle s'est assise sur mes genoux, j'ai mis mon bras gauche autour de sa taille. "Embrasse-moi." Elle l'a donné. "Maintenant, laisse-moi regarder." J'avais posé ma main droite sur sa cuisse à l'extérieur de ses vêtements et je pensais quelle belle chance j'avais de la rejeter sur le canapé, mais j'ai ouvert la première page. C'était une belle et grande impression colorée (comme je m'en souviens bien) représentant une chambre à coucher. Sur le lit étaient agenouillées côte à côte, deux jeunes femmes, leurs jupons jetés sur le dos et montrant leurs fesses jusqu'à la taille. A proximité se tenait une femme d'âge moyen qui les regardait ; à travers la porte se trouvaient les têtes de deux hommes qui regardaient les affiches, la convoitise était sur leurs visages. L'une des filles avait des fesses beaucoup plus grosses que l'autre, les deux connes étaient visibles, les cheveux de l'une noirs, de l'autre clairs. C'était un pari sur celui qui avait le plus beau postérieur, la femme qui devait décider disait : « Marie a gagne, ell a la plus vonde et la plus belle ».

Louise a poussé un « oh ! comme surprise, son visage est devenu rouge sang, elle a retourné la couverture et a éclaté de rire, a essayé de s'éloigner de moi, mais je l'ai tenue fermement, alors elle a mis sa tête par-dessus mon épaule et a ri, Je ris avec elle. "Tu as un cul aussi beau que le noir", dis-je. "Il n'y a plus rien de pareil, regarde à travers." J'ai rouvert le livre; sous ses yeux, il y avait l'image d'une femme déshabillée, allongée au bord du lit, les jambes ouvertes, le majeur sur le con ; à ses côtés un homme, pantalon baissé, la queue raide et au bout cramoisi, une main sur la cuisse de la femme, et regardant intensément son con.

"Je veux faire ça avec toi", dis-je. « Fi c'est fait ! c’est méchant », dit-elle en repoussant violemment le livre. Il tomba par terre, et au même instant elle tenta de se relever. Je l'ai tenue fermement et je l'ai tirée vers le grand canapé, ses jambes s'envolant, j'ai jeté ses vêtements devant, montrant sa belle paire de cuisses, et la minute suivante, j'avais la bouche et le nez enfouis dans les cheveux, l'embrassant et le reniflant, mes mains errant partout où je pouvais sentir la chair chaude.

Avec un cri, puis un autre, elle se retourna

(ce faisant, mon nez frottait son clitoris), ses jupons tombèrent, elle traversa la pièce jusqu'à sa chambre et verrouilla la porte.

Je me suis levé en criant : « Quelle belle forme, quelles cuisses, comme les poils de ta chatte sont noirs, comme mon nez s'est frotté dessus ; laisse-moi le revoir, laisse-moi te baiser, aie pitié de moi. Tout ce qui s'imposait à un homme dont la queue était prête à se déverser dans sa culotte, je l'ai dit, mais en vain, elle n'a pas répondu. Je suis retourné au canapé et j'ai réfléchi à ce que je devais faire. Bientôt, je l'ai entendue bouger, je me suis glissé vers la porte et j'ai entendu le bruit d'une piddle. "Tu sors de cette chère chatte", dis-je, "comme j'aimerais pouvoir le sentir." Le hochet s'est arrêté et je suis retourné vers le canapé.

Je lui avais dit que je la sortirais et je l'avais appelée pour qu'elle se prépare, elle n'a jamais répondu. Quelques minutes après, j'avais envie de chier ; il fallait descendre dans une cour. Je pensais : « Si elle m’entend descendre, elle sortira ; – ah ! si elle le fait, il y a le livre, je me demande si elle va le regarder. Je l'ai ouvert sur une photo qu'elle n'avait pas vue, déchirant des petits morceaux de journal, je les ai placés entre des pages adjacentes, de sorte que si on les ouvrait, les morceaux devaient tomber, puis j'ai dit : « Je descends ; si tu ne sors pas, j’irai sans toi.

Je suis resté quelque temps dans la merde, je suis monté tranquillement et j'ai entendu sa porte se fermer alors que je montais les escaliers. Quand je suis entré dans la pièce, j'ai regardé le livre ; il était tel que je l'avais placé, mais deux morceaux de papier étaient tombés. "Louise, Louise, tu as regardé le livre." « Vous mentez », dit-elle rapidement. "Vous l'avez fait, j'ai mis des morceaux de papier dedans, et ils sont tombés, donc vous devez l'avoir fait." «Je ne l'ai pas fait», dit-elle.

"Je voulais t'emmener voir les magasins, au théâtre, si tu ne réponds pas, j'irai seul et dînerai seul." "Je ne viendrai pas alors." "Ne fais pas ça", dis-je avec colère, puis je suis allé dans la chambre de Camille et je me suis lavé. « J'y vais, tu viens ? Dans une minute, je serai parti sans toi ».

« Promettez-vous de ne pas être méchant » (le terme français). «Je n'ai pas été méchant», dis-je. Elle cédait; Je savais qu'elle était folle de sortir avec moi. "Promettez-vous de cesser de parler ainsi." "Pas pour toujours; comment le pourrais-je quand j’ai vu ce que j’ai. "Je n'ai pas de bottes, seulement mes chaussures épaisses." "Entrez-les." "Camille en a laissé une paire, elles sont trop grosses et il y a un trou dedans." Mais elle a fini par les mettre. Habillée, elle ressemblait à un étrange mélange de paysanne et de servante, qui avait enfilé certaines des affaires de sa maîtresse. J'avais honte de sortir avec elle ; elle a vu dans l'expression de mon visage quelque chose qui blessait son orgueil. "Tu n'aimes pas sortir avec moi", dit-elle, et en s'asseyant, de grosses larmes lui montèrent aux yeux, "mais je suis plus beau que Madame, mes pieds sont plus petits quoique ma jambe soit plus grosse; mes chaussures sont honteuses, elle ne m'a pas permis d'avoir des bottes comme les siennes, elle a dit qu'elle me renverrait chez moi ; elle ne rentrera plus chez elle si je leur parle d’elle. Ainsi, elle bavardait en colère, jusqu'à s'épuiser, son orgueil blessé, très excité par le festin, par le livre bavard et mon baiser sur sa chatte. Elle parlait si vite dans son français provincial que je pouvais à peine comprendre ce qu'elle disait.

Je me fichais de ce que je dépensais, pour pouvoir dépenser Louise. "Je suis fier de marcher avec toi et je t'achèterai une paire de bottes." Elle sursauta de joie. "Mais tu me laisseras faire une chose." "Quoi?" "Laisse-moi sentir ta jambe, qui, selon toi, est si grosse." « Volontiers, dit-elle, il n'y a pas de mal à sentir une jambe ; dans mon pays, nos vêtements arrivent juste en dessous de nos genoux », et ainsi, en plaisantant, en nous embrassant et en promettant de me laisser mettre les bottes, nous sommes sortis en taxi.

Je l'ai emmenée chez un bottier et je l'ai ajustée à la perfection ; elle était ravie et, dans le fiacre, ne faisait que lever les pieds pour les regarder. Elle m'a laissé palper ses jambes, après avoir serré ses jupons jusqu'au genou ; Je voulais aller plus haut, « Non, non », dit-elle ; mais j'ai poussé vers le haut, jusqu'à ses cuisses.

Je lui ai acheté un bonnet, mais il fallait le retoucher et le renvoyer chez elle le soir ; Je suis descendu du taxi et suis entré dans un magasin sans elle, j'ai acheté (en devinant la taille) des bas de soie blancs et des jarretières voyantes, sans le lui dire. Ensuite, je lui ai acheté des gants, un collier et une ou deux autres choses, puis nous sommes allés dîner.

Au fur et à mesure que j’achetais chaque article successif, j’exprimais mes désirs assez grossièrement. Je l'ai sentie dans le taxi et j'étais tellement excitée que j'ai sorti ma bite, la gardant couverte de mon mouchoir, la retirant de temps en temps car je pensais que la vue de la bite l'exciterait. « L'omnibus, l'omnibus » s'écria-t-elle soudain. M'oubliant moi-même et tout sauf mes désirs, j'avais exposé mon doodle excité juste au moment où un omnibus passait, et alors que je levais les yeux, le conducteur se moquait de moi. Je suis allé à l'hôtel N….n, puis je viens d'ouvrir et j'ai commandé un dîner ; là, les cols, les manchettes, les gants et autres objets, elle les enfilait, les regardait et les déposait, afin de pouvoir les voir en dînant. Des gants qu'elle n'avait jamais mis de sa vie auparavant. L’attente du bonnet la remplissait de joie ; elle était sûre qu'il était plus beau que tous ceux qu'elle avait jamais vu Madame porter ; ne pensais-je pas qu'elle serait plus belle que Madame, si elle était aussi bien habillée ? elle était folle d'orgueil et me racontait encore que Madame avait refusé de lui acheter les choses qu'elle voulait ; disant qu'un domestique ne pouvait pas être autorisé à les porter. Ce grief était profondément ancré dans son esprit. Pendant ce temps, parler, rire, plaisanter, dire parfois : « fi ! Fi! donc », parfois, « oh ! méchant!" Parfois en m'embrassant, parfois en me disant « tais-toi », elle mangeait un bon dîner, buvait plus de champagne qu'elle ne le pensait, devenait de plus en plus bavarde, tandis que moi devenais de plus en plus obscène.

À suivre Vol 02 Ch 02

Faits saillants du Vol 2 CHAPITRE II.—Déshabillage.—Bas et jarretières de soie.—L'attaque.—Déjoué à l'extérieur.—Une batterie.—Une culasse.—Une virginité coriace.—Triomphant.—Preuves sanguinaires.—La deuxième entrée .—Mon prépuce.—Vingt-quatre heures de baise.—Gamahuching.—Six jours de plaisir.—Camille revient.

-------------------------

Remarques;

1. Lors de ma visite à Londres pour mes études où nous avions une vieille maison ancestrale, je suis tombé sur un trésor familial. Entre autres choses, j'ai également trouvé une montagne de livres, de journaux intimes et de notes dans le trésor qui contenait des livres classiques, séculaires, érotiques, des romans et des magazines probablement collectés par mes ancêtres. Ils sont tous intemporels et précieux. C’est une lecture incontournable pour tous les amateurs d’érotisme.

2. Parmi la collection susmentionnée, présentant un récit étonnant publié pour la première fois en 1888, My Secret Life, de "Walter", se trouve le mémoire d'un gentleman.

3. Le livre My Secret Life a été écrit par « Walter ». L'identité de "Walter" est inconnue. les auteurs originaux sont donc morts depuis longtemps ou inconnus.

4. My Secret Life, de « Walter », est le mémoire d'un homme décrivant le développement sexuel et les expériences de l'auteur dans l'Angleterre victorienne. Il fut d'abord publié dans une édition privée de onze volumes, aux frais de l'auteur, dont un index imparfait, paru sur sept ans à partir de 1888 environ.

5. Le travail consistant à avoir 11 volumes contenant un total de 184 chapitres en dehors de l'introduction et de la préface.

6 Tous les caractères doivent être lus à partir de 18 ans.

7. Mes sincères excuses à l'auteur du roman et aux lecteurs pour avoir édité ou modifié le contenu destiné aux mineurs, le cas échéant, afin de le rendre adapté à la publication à l'époque moderne.

Articles similaires

Aventures de la fille exhibitionniste, partie 4

Résumé des parties précédentes : Kadri, débutant à 11 ans en situation d'exhibitionnisme et qui est ensuite devenu accro au sexe, était pensif après un échec à se retrouver nu dans une petite ville. Elle réfléchit à ses manières, mais décida de continuer. Maintenant à 13 ans, elle planifie sa plus grande aventure nue. Si j'ai bien compris, Kadri voulait essayer son exhibitionnisme dans une autre ville, mais au début, elle devait lire des livres pour l'école et se préparer dans d'autres matières. „J'ai un plan pour la dernière semaine de vacances. Peut-être que cela aura plus de succès », a-t-elle déclaré. Kadri...

532 Des vues

Likes 0

M'enseigner la partie 2

M'enseigner Partie 2 : Le lendemain Je ne me souviens pas m'être levé de Kay, ou avoir remis mes vêtements, ou être allé dans ma chambre et m'être bordé, donc je ne peux que supposer que Kay a fait ces choses pour moi. Je me suis allongé sur le dos dans mon lit, clignant des yeux dans la lumière du soleil qui se renforce, me souvenant des 2 derniers jours, qui s'étaient écoulés à la vitesse de la lumière. Je me suis souvenu de ma première, puis de ma deuxième rencontre avec Doe, puis de ma petite séance de câlins avec...

543 Des vues

Likes 0

Je suis devenu le jouet sexuel de ma belle-sœur coquine.

Ma femme, Jan, était allée à une convention sur un sujet lié à son travail et serait partie pendant trois jours. C'était tout simplement parfait pour moi. Après avoir quitté le travail, j'ai récupéré ma petite amie, Judy, et je l'ai ramenée à la maison avec moi pour passer le temps pendant lequel ma femme allait être absente. Je lui ai dit de ne pas emporter de vêtements supplémentaires car elle serait nue la plupart du temps. Nous étions bien dans la première nuit et nous nous sommes bien amusés. J'avais étalé une couverture sur le sol du salon devant la...

529 Des vues

Likes 0

Ma voisine enceinte, partie 3

Je me suis assis à la table de pique-nique lundi matin et j'ai essayé de lire le journal en attendant Shelly. Mes pensées sont revenues à dimanche et j'ai commencé à avoir une érection alors que j'anticipais d'enrouler mes lèvres autour de ses mamelons durs et de boire le délicieux lait de ses seins succulents. Je savais aussi qu'elle était excitée comme l'enfer et ne pouvait penser qu'au chat sauvage attendant d'être déchaîné lorsque je glissais ma bite dure dans sa longue chatte affamée de bite. Environ une demi-heure plus tard, j'ai entendu Mike partir et j'attendais Shelly à tout moment...

347 Des vues

Likes 0

Le premier amour de Sarah

Merrie England, au XVIIe siècle... La lumière du soleil scintillait sur le ruisseau ondulant alors qu'il serpentait entre les prairies de Caisterdale pour passer sous le vieux pont de pierre à côté de l'église du village. Sarah était assise au bord du ruisseau, le visage dans l'ombre, inconsciente de la scène, regardant au loin sans voir, un livre à la main mais perdue dans ses pensées. Elle entendit des sabots claquer sur le chemin de gravier. Ah Miss Haverthorpe, un dernier jour de liberté ? » demanda une voix familière. Elle leva les yeux, John, le fils de Lord Caisterdale, son...

321 Des vues

Likes 0

Souvenirs II

C'est une belle matinée dans le désert de l'Arizona. Le soleil brille, il y a une légère brise et la température est idéale pour être nu. Ma dame et moi sommes assis sur la terrasse de nos amis et profitons des oiseaux, des lapins et de la vue magnifique sur le désert. Nous regardons vers l’ouest et nous pouvons voir un corps de bronze grand et mince qui marche lentement vers nous. Au fur et à mesure que la personne se rapproche, nous pouvons voir que c'est notre ami Al qui est sorti pour sa promenade matinale et sa visite. Il...

137 Des vues

Likes 0

Question d'un fils curieux, deuxième partie

C'est la deuxième partie d'une série évoluant sur le sexe entre un garçon de dix-huit ans et son père. Si vous n'avez pas lu le premier ; Je vous conseille de le faire. La première histoire était un mélange entre la première et la troisième personne. Celui-ci sera entièrement à la troisième personne. Lorsque James s’est réveillé pour la première fois dans le lit de son père, il s’est demandé comment il était arrivé là. Il se souvint alors qu'il y a à peine neuf heures, lui et son père avaient eu le meilleur sexe oral que James ait jamais eu...

145 Des vues

Likes 0

Petit Daniel

Intro : cette histoire est basée sur des événements réels, mais les lieux ont été modifiés pour la protection des autres. Je m'appelle Tommy et je mesure environ 5 pi 3 po pour 145 livres et, à mon avis, pas gay mais totalement bi. J'ai 16 ans maintenant et cette histoire parle d'événements réels qui se sont produits quand j'avais 14 ans. N'importe comment à l'histoire. Quand j'avais 12 ans, ma mère est décédée et mon père a recommencé à sortir ensemble et apparemment il avait mauvais goût envers les filles parce qu'elles étaient soit A : laides comme l'enfer, B : Chaudes comme...

1.2K Des vues

Likes 0

Cueilleurs de pommes

ATTENTION : Ceci est une histoire d'amour. Cueilleurs de pommes Chaque saison de cueillette, il m'est toujours difficile de réaliser qu'il y a vraiment un besoin de main-d'œuvre jetable et bon marché. Les travailleurs migrants répondent à un besoin précieux. Ces nomades modernes voyagent de culture en culture à la saison des récoltes jusqu'à la côte. Ils peuvent cueillir des haricots verts une semaine, des bleuets frais la semaine suivante et des pommes mûres un mois plus tard. Ils se présentent juste. Vous n'avez pas à leur dire quand le fruit est mûr ou même à leur demander de venir. Ils...

1.1K Des vues

Likes 0

Quadruplés-Partie 2

À la demande générale, je continue cette histoire. J'espère que vous aimez les aventures continues des Quad, que vous les trouvez excitantes et amusantes à lire. Je me suis réveillé le lendemain matin et je suis allé m'étirer quand j'ai senti un corps chaud et doux à côté de moi. Roulant sur le côté, j'ai remarqué le beau visage de ma sœur Stacy, et les activités nocturnes précédentes me sont revenues. Laisse-moi expliquer. Stacy et moi, ainsi que notre frère et notre sœur, Shane et Stéphanie, sommes des quadruplés. Au fait, je m'appelle Shawn. La nuit précédente, nous étions allés au...

893 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.