L'ascension et la chute d'un garçon appelé Rave

524Report
L'ascension et la chute d'un garçon appelé Rave

Je vais être franc, je suis dyslexique, mon orthographe va être mauvaise et ma grammaire tout simplement mauvaise, mais comme je n'ai appris à lire qu'à 14 ans, je m'en fiche. Si vous ne voulez pas le lire, ne le faites pas, mais si vous ne le souhaitez pas, dites-moi à la fin d’apprendre à épeler. Il s’agissait plus d’écrire quelque chose pour moi-même que pour n’importe qui d’autre. Oh et si vous le lisez et que j'ai utilisé le mauvais mot encore et encore, faites-le-moi savoir, une fois, j'ai remis un projet avec des éléments pratiques au lieu de particules à chaque fois et il est toujours agréable de savoir quand je me trompe. Cordialement Rave
************************************************** ********************************

Le domaine était tout ce que je connaissais, j'y suis né il y a 12 ans et je n'ai jamais passé une nuit à dormir ailleurs. Tout ce que je connaissais, c'était ces rues, mes écoles, toutes situées dans le quartier, la plupart des gens ici ne travaillaient pas, la plupart des gens d'ici ne partaient jamais. Ma mère était partie quand j'avais un an, elle ne m'avait pas emmené avec elle, je ne pouvais pas lui en vouloir, tout ce que les gens ici voulaient, c'était sortir, peu le faisaient. Mon père était resté, m'avait élevé du mieux qu'il pouvait et travaillait 12 heures par jour dans un emploi sans issue au salaire minimum juste pour me garder en vêtements. Il a fait de son mieux mais je n’étais pas un bon enfant, personne dans le domaine n’était un bon enfant mais j’étais pire, je ne me souviens pas d’une époque où je n’avais pas de problèmes.

Les Dead Heads étaient mon gang, je courais avec eux depuis plus d'un an mais ce n'est qu'il y a 3 semaines que j'ai lancé les dés, pris le coup et suis devenu un vrai membre. J’en étais encore blessé mais je m’en fichais, c’est le prix à payer pour nous rejoindre. Nous avons couru dans la rue en direction du parc.

On l'appelait parc mais c'était en réalité un terrain boueux au milieu du domaine avec un arbre et une balançoire. Le parc était le champ de bataille préféré des gangs qui se battaient actuellement sur le domaine. Les Dead Heads étaient l'un des 6 gangs du domaine, nous étions le plus petit mais nous étions durs. Nous sommes arrivés dans le coin est et nous sommes opposés à l'ouest, ils s'appelaient The Hell Boys, ils avaient attaqué un de nos gars la semaine dernière et nous étions ici pour régler cette dette aujourd'hui. Nous avions 47 garçons ici, ils en avaient 58, nous avions tous les deux environ deux douzaines de filles à surveiller. Les règles étaient simples, il fallait battre ou chasser tous les autres gangs pour gagner, je ne savais pas quel était le prix mais cela aurait été organisé par les patrons au préalable.

Les membres les plus âgés et les plus forts ont pris le milieu du gang autour de notre patron, le grand méchant Bob ou B3 pour nous. J'étais plus proche du flanc gauche, j'ai choisi le garçon que j'allais viser et j'ai passé ma main le long de la cicatrice sur mon biceps gauche pour avoir de la chance. C'était la première frayeur que j'ai eu, j'avais 7 ans et je l'avais courtisé au sommet d'une clôture en grillage, il avait tellement saigné mais depuis, j'ai eu de la chance. J'en avais ajouté bien d'autres au fil de l'année en tant que casse-cou et voyou mais c'était mon premier. La plupart d’entre nous portaient encore notre uniforme scolaire, car nous n’avions pas d’autres vêtements, alors pour différencier chaque gang, nous avons utilisé de la peinture pour le visage. Des spirales rouges couvraient le côté droit de mon visage, le même que les autres, là où étaient nos marques et j'étais fier de les porter. Les Hell Boys avaient deux bandes noires allant du coin de chaque œil jusqu'au menton. Leur patron faisait une sorte de discours, cela durait depuis un certain temps, alors nous avons attendu.

En finissant, Bob s'est avancé, il n'était pas stupide mais il était simple, il n'a dit que trois mots "TIME FOR WARR !!!"

« GUERRERRRR !!! » est venu le cri de toutes nos gorges et nous avons chargé.

Les Hell Boys sont venus à notre rencontre. J'ai ressenti la montée d'adrénaline que j'attendais alors que le monde semblait ralentir alors qu'il frappait mon cerveau et que mon corps bougeait avec sa propre volonté. Ma vision a commencé à se brouiller et à prendre une teinte rouge, toute peur et tout doute m'ont quitté et tout ce que je pouvais, c'est ma rage et ma joie de combat.

Je me suis déplacé vers la gauche pour obtenir le meilleur angle sur ma cible, il m'avait vu arriver et a corrigé sa propre course pour me rencontrer. Il avait peut-être un an et demi de croissance, non, mais je m'en fichais, ce soir j'étais imparable et il tomberait face à moi. Son premier swing était bâclé en haut et j'en ai pleinement profité, je l'ai laissé regarder par-dessus mon épaule et je me suis rapproché. Ma droite retrouva ses abords exposés encore et encore jusqu'à ce que je sente quelque chose craquer et bouger sous le coup. Je reculai alors qu'il s'affaissait de douleur, mes bras seraient une masse de bleus à cause de ses coups en retour mais j'avais gagné. Je m'avance pour le tuer, le mettant à genoux avec un coude sur le crâne et un second le mettant sur le dos. Cela m’a coûté cher car je n’ai pas vu le poing venir.

C'était rapide et violent, la douleur s'épanouit au centre de mon visage, ma vision vacillait et il me fallut toute ma volonté pour garder mes jambes sous moi. Je ne tomberais pas ! J'esquive le prochain poing plus par chance que par habileté. Puis le sang de mon nez a touché mes lèvres. J'aime le goût du sang, c'est le goût de la violence et il a du pouvoir, tu peux en boire plus d'une pinte avant d'être malade et ton sang est différent du goût des autres peuples. Je n'ai jamais su pourquoi mais c'est le cas. . Le sang a ramené le monde au point et j'ai laissé ma douleur remplir ma rage et j'avais l'impression de pouvoir voler. Il avait un pied sur moi, avait peut-être 16 ans et avait l'air fort, mais il était sur les flancs et non au milieu, donc il devait y avoir quelque chose qui n'allait pas chez lui.

J'ai sauté en arrière de son prochain swing pour me donner plus d'espace pour respirer. Alors qu'il me poursuivait, il était clair de voir pourquoi il se battait ici, il tenait tout son poids sur sa jambe gauche, devant presque traîner sa droite. J'ai dansé sur sa droite, le forçant à essayer de tourner sur sa jambe faible, j'ai choisi mes coups, j'étais trop jeune pour vraiment le blesser comme ça mais je pouvais le mettre en colère. Frustré, il s'est déplacé trop vite, exposant sa jambe gauche avec tout son poids dessus, je n'avais pas besoin d'une seconde chance. J'ai sauté et j'ai cogné mes deux pieds contre l'intérieur de sa rotule. Si ça ne marchait pas, je serais par terre avec un garçon en colère au-dessus de moi, il fallait que ça marche. Le genou est assez bon pour supporter la force vers le bas mais pas sur le côté, son genou avec tout son poids sur le dessus et tout mon poids sur le côté s'est cassé, il s'est replié sous lui dans la mauvaise direction. Cela n'a rien à voir avec le bruit de la rupture d'une charnière humaine, c'est quelque part au milieu de papier déchiré, de céleri cassé et de brindilles cassées, mais je n'ai entendu aucun de ces sons, tout ce que j'ai entendu, c'était le hurlement d'agonie d'un animal. sortant de sa bouche. Cela semblait durer éternellement, attirant les regards de la moitié des gens présents, mais peu à peu, cela devint à peine plus qu'un gémissement.

J'ai forcé mes jambes sous moi et je me suis levé et j'ai laissé échapper mon propre rugissement de haine, de rage et de douleur et leur flanc droit s'est enfui de nous. Certains d'entre nous se sont mis à leur poursuite, d'autres étaient déjà en bas, j'étais l'un des quatre qui ont tourné et se sont dirigés vers le centre.

La bagarre là-bas se terminait, les Hell Boys reculaient surtout en essayant de rester à l'écart du Big Bad Bob, il mesurait 6'6 et était construit comme une maison que personne ne pouvait lui barrer la route. Puis j'ai vu le couteau, c'était à l'époque où Chavs était encore Scallis autour de nous avant que tout le monde en portait un, ce n'était pas qu'ils étaient hardcore, c'était qu'un couteau était faible, seuls les gens qui ne pouvaient pas en avoir besoin un couteau. Personne n'était derrière Bob, son cousin rapide Eddy était censé être là mais c'était un lâche et il se sentait derrière dès qu'il pensait que personne ne le verrait.

On m'a dit que j'ai hurlé comme un loup, que j'ai traversé le parc en courant, renversant 4 gars et j'ai sauté en écrasant mes deux genoux dans la poitrine du porte-couteau avant qu'il ne puisse se rapprocher avec Bob alors qu'il descendait, il m'a coupé le coup droit et Je l'ai battu jusqu'à ce qu'il perde connaissance et j'avais ri. Tout ce dont je me souviens, c'était d'une bouffée de rouge, d'un fracas de corps et d'une douleur sourde dans mon bras droit. Le monde me revenait comme un bruit, c'était la première fois que je perdais complètement le contrôle et c'était bien de devoir y travailler.

"Bon garçon Rave" J'ai levé les yeux vers Bob, puis vers le désordre que j'avais fait avec le garçon sous moi. Il respirait toujours mais il avait l’air de ne pas vouloir le faire. Les Hell Boys se sont dispersés, il n'y avait que nous. Qui diable était Rave ? Il m'a fallu une seconde pour venir à moi, j'étais Rave, eh bien, je m'appelais Greg mais je m'appelais Rave depuis aussi longtemps que je me souvienne. Je ne sais pas qui me l’a donné mais c’était mon nom. J'ai recherché un Bob.

"Oui, c'est déjà Boss", j'ai souri en retour. Nous avions gagné.

Mon corps était en désordre, j'étais couvert d'ecchymoses, mes deux jointures étaient coupées, j'avais une entaille de six pouces à l'avant-bras droit et même avec le goût amer de la fin de mon mois, je tremblais encore à cause de l'adrénaline.

J'entendais les sirènes des ambulances du parc en arrière-plan alors que je me frayais un chemin vers l'ancien YMCA. À moins que certains ne meurent, la police ne se soucierait pas de la bagarre, ce n’étaient que des enfants du domaine après tout.
Le YMCA avait quitté le domaine il y a plus de 10 ans et leur bâtiment était devenu la base de Dead Heads, il y avait toujours de l'eau et de l'électricité mais je ne sais pas comment. Le rez-de-chaussée avait un petit hall d'entrée, une immense salle commune avec désormais des canapés tout autour et des matelas posés au milieu du sol, une grande salle à manger qui contenait encore deux longues tables et une cuisine qui était vraiment plus moderne. un bar maintenant. La plupart des gars qui pouvaient encore marcher étaient revenus ici et gisaient désormais dans la salle commune. Des filles se déplaçaient entre eux, pansant les blessés et flirtant avec les autres. Je me dirige vers eux car j'avais besoin de quelqu'un pour s'occuper de mon bras. Les gens ont commencé à me remarquer, ceux qui ne m'avaient pas vu dans le combat et, maintenant que d'autres personnes dans la salle le lui ont dit, quelques-uns se sont avancés pour me féliciter mais la plupart sont restés en retrait. Attirer l’attention sur moi, c’était commenter que le rapide Eddy n’avait pas gardé sa place et qu’il était peut-être un lâche, mais il était un choix vicieux et détenait le pouvoir en tant que parent de Bob.

J'ai été arrêté avant de pouvoir voir mon bras aussi. Le garçon s’appelait Caïn et était connu comme la main gauche de Bob.

«On vous a demandé quand vous êtes entré», dit Caïn, «à l'étage maintenant».

Je n’ai pas discuté, j’ai juste suivi. L’étage était spécial : si vous ne faisiez pas partie du cercle restreint, vous ne montiez pas sans invitation. Là où six dortoirs contenaient chacun quatre lits superposés, mais les choses y entraient et en sortaient maintenant, vous entendiez des rumeurs sur ce qui s'y passait lors des fêtes de la nouvelle lune et à quel point les choses pourraient empirer si vous veniez ici pour être puni. Il y avait un petit bureau et une grande salle de douche au bout du couloir, c'était devenu la salle du « trône » du patron et c'était là que je me dirigeais.

La pièce était entièrement carrelée de blanc, il y avait encore des pommes de douche, des lavabos et des toilettes autour des murs, mais des chaises, des tables, des coussins de sol et même un lit étaient également présents. Je m'attendais à ce que la salle soit pleine des meilleurs gangs et des filles, mais il n'y avait que quatre personnes à l'intérieur. Bob se tenait avec un groupe de voyous d'élite. Lacy, le bras droit de Bob, était un animal qui passait la moitié de son temps à combattre des gens qui se moquaient de son nom, Taz, un garçon à la voix douce qui était connu pour devenir fou dans les combats et Mark que nous connaissions tous. était le prochain sur la liste si Bob s'éteignait, mourait ou se faisait piquer. Caïn a fermé la porte et s'est tenu le dos contre elle, j'étais coincé dans une pièce avec les 5 gros frappeurs de mon gang, et j'espérais comme si je n'allais pas me faire battre.

"Vous avez bien fait aujourd'hui et, plus important encore, vous avez bien vu", a déclaré Mark.

J’avais pensé à me vanter, à agir dur, mais ce ne serait pas bien, ni ici, ni maintenant.

« Je n’ai pas essayé de le faire et je ne m’en souviens pas. Tout ce que j'ai, ce sont des morceaux et bien… euh… »

« Rougeur » termina Caïn derrière moi.

"Comment sais-tu ce que j'ai vu?"

« Nous le savons tous parce que cela nous arrive. Il est difficile pour quelqu'un de se perdre dans la brume rouge, mais cela arrive. Quand nous le voyons, nous en prenons soin car il peut noyer un garçon » explique Taz « nous vous apprendrons à en profiter, à l'utiliser et surtout à le contrôler. C'est si tu le veux ? J'ai fait un vague signe de tête.

Bob sourit à cela. "Bien maintenant, demandons à quelqu'un de réparer ce bras."

Avec ce Caïn parti chercher l'autre, c'était rapide, Eddy et deux de ses copains et les trois gars de Dave appelés Dave qui travaillaient comme des muscles pour le gang et étaient traités comme une seule personne, le reste où les filles étaient toutes jolies, la plupart étaient blondes et certains étaient nus. Ils ont adoré le garçon qui avait été blessé, certains ont regardé dans ma direction et ont chuchoté qui j'étais. Les deux filles assises à côté de Bob se sont levées et se sont approchées de moi. L’un d’eux était la fille actuelle de Bob, c’était toujours un poste de courte durée et ne détenait aucun pouvoir réel, et elle redeviendrait celle d’un autre garçon tôt ou tard. L’autre était une autre affaire, elle était la fille la plus puissante du gang.

Elle s'appelait Bex et elle était la petite sœur de Bob et le fantasme d'Eddy, il l'aurait déjà violée si Bob ne l'avait pas tué parce que Bob aimait sa sœur. Elle avait deux à 16 ans, deux ans de moins que Bob et le même âge qu'Eddy. Elle n'était pas de loin la plus jolie fille mais elle était proche de la plus sexy, sa poitrine était petite mais bien formée et elle avait un vrai six- un sac pour un ventre qui descendait presque parfaitement jusqu'à ses hanches. Elle gardait ses cheveux courts et coiffés, ils étaient actuellement roses mais cela pouvait changer de jour en jour. Le fait qu'elle puisse m'emmener dans un combat était également plus excitant que je ne l'admettais publiquement.

"Allez on va te panser" ordonne Bex

Ils m'ont emmené dans l'un des dortoirs, la chambre avait ce qui ressemblait à un lit d'hôpital dans un coin avec des étriers de contention dessus, l'autre mur avait assez de matériel médical pour reconstituer un corps ou étant donné les contraintes sur le lit, en démonter un, Au centre de la pièce se trouvait une chaise en métal boulonnée au sol et des menottes attachées de chaque côté de la chaise. Bex m'a dit d'enlever ma chemise pour ne pas mettre de sang dessus lorsqu'elle me regarnirait le nez. Elle a regardé mon corps avec quelque chose que je n'avais jamais vraiment vu auparavant, je sais maintenant que c'était du désir. J'ai une silhouette mince mais avec ma vie, cela n'est pas resté ainsi longtemps, j'étais peut-être encore un peu plus qu'un garçon mais mon corps était dur et musclé et elle aimait ça. Elle a utilisé ses deux pouces pour remettre mon nez en place et le sang a coulé le long de ma poitrine pendant que l'autre fille me réparait les jointures. Elle m'a poussé sur la chaise et l'autre fille lui a donné une aiguille et du fil. J'ai senti la piqûre et la traction alors qu'elle me suçait le bras.

"Je t'ai vu me protéger mon frère" dit-elle comme si elle parlait à un petit enfant

"Les gens n'arrêtent pas de me dire ça"

"Je pense que tu étais très courageux"

"Les gens n'arrêtent pas de me dire ça aussi"

"Et je pense que tu devrais avoir une récompense" Elle s'avança et m'embrassa durement. Je savais que le brassard était en place avant qu'elle ne le ferme. Elle m'a regardé, j'ai maintenu un contact visuel pendant que je descendais mon autre poignet jusqu'au deuxième brassard et la laissais l'attacher.

"Très peu de mes objets de jeu s'installent si volontiers sur ma chaise. Rave, tu sais ce que je vais te faire ?" elle a demandé

"J'ai entendu des rumeurs, je pense que c'est le seul moyen de découvrir la vérité, et cela pourrait même être amusant", ai-je dit.

Elle avait un bol plein d'eau sale qu'elle utilisait pour essuyer le sang et peindre mon visage.

"Maintenant, laisse-moi te regarder" elle m'a attrapé sous le menton et m'a tiré la tête c'était et ça "tu n'es pas si moche, n'est-ce pas ?"

J'ai gardé la bouche fermée en essayant de garder un contact visuel quand je le pouvais, en essayant de ne montrer aucune peur. Elle a attrapé mon pantalon mais allait trop vite, il lui a fallu trois tentatives pour le baisser, les laissant en tas à mes pieds. Ma bite, qui se raidissait régulièrement, s'est libérée. J'avais atteint la puberté, vous aussi, avant de pouvoir lancer les dés pour vous inscrire et j'étais beaucoup plus grand que la plupart des autres garçons de mon âge, mais je savais toujours que cela grandirait et j'étais toujours plutôt petit. Si Bex avait un problème de taille, elle ne le dit pas, elle se mordit la lèvre inférieure et laissa échapper un bourdonnement à sa vue.

"Tu peux partir maintenant Kate" dit-elle à l'autre fille

"Je ne peux pas, Bob m'a dit de rester et de regarder"

"Mon frère a dit quoi" Bex s'est retourné contre la fille qui a paniqué et a commencé à babiller alors elle l'a giflée "Pourquoi diable mon frère veut-il que tu me regardes le baiser" alors elle allait me baiser.

"Il a dit que le garçon était dangereux et que vous ne devriez pas être laissé seul à jouer avec lui", a déclaré Kate. Bex s'est retourné contre moi et m'a attrapé à la gorge.

«Tu es blessé, nu, enchaîné à une chaise et je t'étouffe la vie. Dis-moi, es-tu un garçon dangereux", grogna-t-elle

"Très" Je lui souris en retour, elle lâcha prise, lui tenant la main comme si je l'avais mordue "mais si je te faisais du mal, ça mettrait fin au plaisir, n'est-ce pas ! Maintenant, qu'est-ce que j'entends à propos de toi en train de me baiser ?

"Tu vois, je suis en sécurité" Bex rit mais elle ne fit aucun geste pour renvoyer Kate.

Elle a commencé par un profond baiser passionné, elle a sucé légèrement en attirant ma langue dans sa bouche, la sienne bougeait comme un éclairage, j'ai essayé de faire la même chose avec la mienne mais je manque de compétences et d'expériences pour le faire très bien mais celle de Bex est plus que compensée. pour ça. Alors qu'elle interrompait le baiser, elle m'a mordu violemment la lèvre inférieure, pendant une seconde j'ai cru qu'elle avait cassé la peau. Elle a commencé à me lécher le cou, me faisant frissonner le dos, ce n'était pas quelque chose que j'avais vu comme érotique auparavant, mais je ne pouvais pas m'empêcher de gémir. Puis elle a commencé à me mordre, en me mordant légèrement les oreilles, le cou et le long de la clavicule. Puis elle est passée à mes mamelons en utilisant ses dents et sa pince pour me forcer à gémir davantage.

Elle s'est arrêtée et s'est levée, j'ai tiré sur les poignets alors que j'essayais de la suivre, frustré par la perte de sa bouche. Elle rit et passa son haut par-dessus sa tête. Sa poitrine était petite mais bien formée et contrastait nettement avec les muscles du haut de son corps et de son abdomen. J'ai toujours trouvé quelque chose de très sexy chez une fille portant juste son pantalon et je pense que c'est là que tout a commencé. Ses mamelons étaient minuscules en compression contre son sein et je voulais les sucer.

Elle a allumé une cigarette en revenant vers moi. Cette fois, elle m'a embrassé, elle a soufflé de la fumée dans mes fentes, cela m'a fait vomir, ce qu'elle a aimé, alors elle a recommencé. Après environ quatre baisers, je m'y suis habitué alors elle est revenue à mes mamelons, je m'amusais mais elle essayait juste de les rendre plus sensibles. Elle a pris une autre bouffée de cigarette et a enfoncé l'extrémité rouge et brûlante dans ma chair, juste à côté de mon mamelon droit. C'était une agonie mais je ne crierais pas devant elle. Je l'ai regardée et j'ai souri en montrant mes dents. Elle a recommencé mais cette fois je m'y attendais, la douleur ne fait qu'ajouter à mon excitation, cette fois un gémissement de douleur. Elle gémit en réponse à mon masochisme.

Elle m'a giflé et s'est levée, baissant son pantalon et sa culotte. Ses poils pubiens avaient été teints dans la même nuance de rose que sa tête. Elle a commencé à se masturber frénétiquement en regardant ma bite dressée désormais douloureuse.

"J'espère que tu dureras parce que je dois descendre maintenant" dit-elle.

Elle m'a dispersé en utilisant sa main pour aligner ma bite puis s'est assise. Elle a englouti ma bite dans sa chatte chaude et dégoulinante d'un seul coup et a commencé à me chevaucher. Il m'a fallu toute ma volonté pour ne pas jouir tout de suite, je devais me concentrer sur autre chose que sur la belle fille qui me baisait et sur le plaisir que je ressentais. Je regarde la cigarette à moitié fumée traverser la pièce, Kate ayant l'air marquée près de la porte, l'unique goutte de sueur coulant entre la poitrine de Bex et entre les muscles de son pack de six et vers elle... NON ! Cela n’aidait pas. Elle m'a attrapé les cheveux et m'a tiré la tête en arrière. J'ai laissé mes yeux se fermer et je n'ai pensé à aucune pensée sexuelle.

Je pouvais la sentir se rapprocher, sa respiration se mettre en forme et haleter. Elle était proche mais j'étais plus proche, je ne jouirais pas en premier. J'ai arraché ma tête, perdant quelques cheveux dans le processus. Ma bouche était au niveau de sa poitrine alors je les ai attaqués, les léchant et les embrassant, puis j'ai trouvé un de ces petits tétons et j'ai commencé à le sucer, la faisant crier de plaisir. J'étais toujours en train de le perdre, alors j'ai décidé de prendre une page de son livre de jeux et de mordiller son mamelon sensible avec mes dents.

Cela l’a poussée à bout et elle m’a emmené avec elle. Son corps s'est tendu et elle hurle de délice, sa chatte contractée autour de ma bite qui m'a poussé. C'était l'orgasme le plus intense de ma jeune vie alors que j'envoyais giclée après giclée au plus profond d'elle. Un sourire de joie était sur ses lèvres alors qu'elle descendait, elle passa ses deux bras autour de mon cou et haleta tandis que je me détendais en elle. Elle s'est levée et je suis sorti d'elle, laissant le mien et son sperme couler à l'intérieur de sa jambe. Elle a défait le brassard gauche et j'ai fait mon mouvement alors qu'elle passait au suivant. Ma main droite s'est libérée en un instant, j'avais ramassé le brassard avec l'aiguille utilisée pour me coudre le bras, j'ai frappé ma main autour de sa gorge et j'ai emmêlé mes jambes avec elle alors que je me levais, et elle est allée à reculons avec moi. au-dessus d'elle. Kate inspira pour appeler à l'aide. Elle s'est arrêtée quand j'ai embrassé Bex, plus profondément et plus fort avec mon corps libre.

"Je t'ai dit que j'étais dangereux" dis-je alors que nous nous séparions et je la lâchai.

Elle était allongée là, sans haleter alors que je m'habillais au-dessus d'elle. Je suis redescendu vers elle et je l'ai embrassée légèrement sur le front.

"C'était quand même amusant, peut-être que nous pourrions fumer une autre cigarette bientôt" Ses yeux s'illuminèrent, je ne pense pas qu'elle ait donné envie à beaucoup de garçons de jouer deux fois. Je me dirigeai vers la porte et me tournai.

"Je vous verrai bientôt Maîtresse" son corps poussa un frémissement involontaire de plaisir quand je prononçai ce mot.

J'ai fait un signe de tête à Caïn en descendant les escaliers, les choses étaient en l'air.

Articles similaires

Le couple soumis

Seth regarda l'adresse devant lui. C'était le bon endroit. Le jeune homme avait trouvé une publication sur un site social BDSM représentant un couple soumis qui souhaitait se laisser dominer par un maître. Il s'appelait John, 32 ans et propriétaire d'un magasin. Elle s'appelait Mary et avait 27 ans. Mary était enseignante. Après quelques discussions en ligne, ils sont allés prendre un verre pour voir s'il y avait une connexion. La boisson fut un succès et après avoir discuté de certaines limites strictes et d'un mot vide, il accepta d'être leur maître. Il se tenait maintenant devant leur maison. Sa maison...

630 Des vues

Likes 0

Michael baise le cousin Taylor. Contes de Michael Sutton Partie I

Omega Sagas - Les contes de Michael Sutton, surprise de retour à la maison, partie 1 Clause de non-responsabilité: C'est ma première histoire, alors s'il vous plaît continuez avec elle. C'est surtout de la fiction. Les personnages sont basés sur de vraies personnes, mais la plupart des événements de l'histoire sont fictifs. Le collège et la ville sont destinés à être fictifs. L'emplacement de la ville est basé sur la vraie ville de Montpellier, ID. et les deux lacs sont réels. Je ne suis pas de la partie ouest des États-Unis, donc je me suis excusé auprès de quiconque, pour toute...

1K Des vues

Likes 0

Tondre M. Lewis_(0)

Je ne me suis jamais considérée comme le genre de fille jolie, une fille qui faisait tourner les têtes et attirait l’attention des garçons. Je suppose qu'on pourrait dire que j'étais un garçon manqué, cachant ma nature féminine. C'est pourquoi, lorsque M. Lewis a commencé à s'intéresser, j'étais simplement dans un rêve. Tout a commencé un printemps. M. Lewis était mon voisin et j'ai tondu sa pelouse pour lui, compte tenu de son grand âge. Il me remerciait toujours avec une conversation et un verre de thé glacé. Un jour, j'avais fini de tondre sa pelouse, mes parents étaient absents pour...

412 Des vues

Likes 0

Chat érotique

Fille : Je promets que je reviendrai quand je pourrai et que la conversation ne sera peut-être pas aujourd'hui. Awe j'ai besoin de dormir mes parents viennent aujourd'hui et passent la nuit .. Et je sais que tu n'es pas là donc je vais t'écrire une petite chose visuelle que je veux faire l'amour le matin mais mon partenaire dort. Partenaire c'est vous ;) Homme : Ma bite est dure maintenant bébé.. Continue [b]girl : Nous sommes juste allongés dans notre lit et je suis nue depuis la veille. Vous portez un boxer. Je me réveille et je vois que tu me tournes le...

2K Des vues

Likes 0

Errer

Je n'ai jamais été quelqu'un de très sociable. Je n'ai jamais fait partie des personnes invitées à toutes les fêtes bruyantes. Je ressemble plus au gars qui vit en face de ces gens et souhaite qu'ils le gardent. J'ai cependant envie de me promener tard dans la nuit, et parfois je rejoins une fête juste pour avoir quelque chose à faire. C'était un jeudi, un vendredi si on voulait être technique, puisqu'il était minuit passé. Je me promenais dans un quartier près de ma chambre de dortoir. La seule lumière était fournie par les lampadaires et la demi-lune dans le ciel...

1.5K Des vues

Likes 0

Fin de l'école

C'était la fin de l'école, la fin d'une vie, la fin d'une époque. Le temps intermédiaire où la petite écolière se transformait en la femme qu'elle voulait être Randy et moi avions joué pendant des mois et j'étais profondément amoureux, mais en même temps inquiet d'être tombé trop amoureux de lui. Randy avait plus de quelques années de plus que moi, je venais d'avoir dix-sept ans. Il avait tout ce que les autres petits garçons n'avaient pas de voitures, de vélos, d'argent, de cartes de crédit et une magnifique bite coupée de sept pouces et demi que j'aimais…. nous étions en...

2.3K Des vues

Likes 0

Bi Bi 2 - Les vacances

Après plusieurs samedis passés avec Ron et Becky, j'avais pris l'habitude d'apprécier d'être lié par Ron. Sue, ma femme, a apprécié les attentions des deux. À tel point que nous nous sommes tous réunis pour planifier des vacances. L'idée des vacances est née lorsque Sue et Becky ont découvert qu'elles étaient en vacances en même temps. Je soupçonne qu'ils l'ont planifié. Alors Ron et moi avons organisé nos vacances pour s'intégrer à eux. Nous avions prévu deux semaines dans une station balnéaire. En fait, encore une fois, Sue et Becky ont fait la planification. Ron et moi venons d'être d'accord. L'hôtel...

2K Des vues

Likes 0

L'esclavagiste obtient son souhait 15

L'esclavagiste obtient son souhait 15 Judy a gardé les yeux bien baissés alors que nous étions assis à ma table de cuisine en train de boire du café. Rachel et Reese étaient tous les deux à une réunion de Narcotiques Anonymes. Joey les avait conduits. Judy avait un collier autour du cou, des bottes à talons hauts et un plug anal de trois pouces de diamètre logé fermement dans son rectum. Je ne sais pas trop ce que je ressens à ce sujet, Judy, dis-je. «Je suis un peu confus à ce sujet aussi. Mais sachant ce que Tory a fait...

1.7K Des vues

Likes 0

En forêt avec un adolescent

J'étais en route pour rencontrer la fille. Je ne l'avais jamais vue auparavant, je n'avais discuté avec elle que quelques fois sur Internet. Mais je savais qu'elle était jeune - seulement 16 ans, et elle savait que j'avais plus de dix ans de plus qu'elle... A part ça, je n'avais même jamais vu une photo d'elle, même si elle m'avait dit qu'elle était très de petite taille. Nous avions convenu de nous retrouver à un arrêt de bus, en bordure du centre-ville. C'était une chaude journée d'été et j'arrivais à pied. J'avais bu quelques bières pour calmer mes nerfs. Lorsque j'ai...

1.1K Des vues

Likes 0

Je suis devenu le jouet sexuel de ma belle-sœur coquine.

Ma femme, Jan, était allée à une convention sur un sujet lié à son travail et serait partie pendant trois jours. C'était tout simplement parfait pour moi. Après avoir quitté le travail, j'ai récupéré ma petite amie, Judy, et je l'ai ramenée à la maison avec moi pour passer le temps pendant lequel ma femme allait être absente. Je lui ai dit de ne pas emporter de vêtements supplémentaires car elle serait nue la plupart du temps. Nous étions bien dans la première nuit et nous nous sommes bien amusés. J'avais étalé une couverture sur le sol du salon devant la...

804 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.