Esclaves sexuels kidnappés_ (1)

631Report
Esclaves sexuels kidnappés_ (1)

Le visage de Sara était couvert de larmes et on pouvait voir l'expression douloureuse sur son visage. Elle était allongée ligotée sur le sol de sa maison. Elle avait un bâillon dans la bouche, le gardant ouvert. Elle était encore habillée. Ses bras étaient relevés très haut derrière elle. Ses poignets avaient été étroitement liés, fixés avec une lourde corde de chanvre. Une barre d'écartement était attachée entre ses genoux; il mesurait plus d'un mètre de long, la gardant ouverte et écartée. Une corde était attachée à chaque cheville, l'autre extrémité attachée à ses poignets liés. La corde avait été tendue, forçant le corps de Sara à s'incliner fermement. Une corde avait été enroulée autour de son cou à l'aide d'un nœud coulant. L'autre extrémité était attachée à la barre d'écartement; cela tira la raillerie, forçant Sara à garder la tête haute. Quand elle était fatiguée, sa tête tombait ; la corde se resserrait sur son cou jusqu'à ce qu'elle commence à haleter. Elle serait obligée de relever à nouveau la tête haute, s'efforçant de maintenir la position. Sa fille Becky lui faisait face, également attachée et ligotée, les seins et la chatte arqués en l'air. Elle était presque nue, certains de ses vêtements, déchirés et en lambeaux, pendaient de son corps. Des larmes coulaient sur son visage alors qu'elle se tendait sous le bondage serré. Il y a seulement une heure qu'elle et Becky étaient en train de déjeuner. Cela semblait être des jours.

Michael regarda Sara et Becky se tortiller sur le sol. Ce sont ses dernières victimes. Sa profession était un esclavagiste. Bien que peu en savaient ou même croyaient qu'il existait aux États-Unis, il était plus courant que la plupart ne le pensaient. En fait, c'était la première semaine de formation pour un nouveau négrier, Steve par Michael. Michael est devenu esclavagiste il y a presque dix ans. Il était personnellement responsable de la capture et de la formation de plus d'une centaine d'esclaves. Il faut environ quatre semaines pour former un esclave une fois capturé. C'est un art. Il était très important pour la victime de perdre tout espoir et tout contrôle sur son corps dès que possible après sa capture. Une servitude serrée est impérative dès que la victime est capturée. Peu de temps après, la victime serait violée à plusieurs reprises. Sa chatte, sa bouche et son cul seraient tous violés, souvent violés en groupe. La victime serait forcée de ressentir l'impuissance de sa situation. Michael aimait capturer les combinaisons mère-fille. Ils apportent des prix plus élevés et il est plus facile de les contrôler en jouant les uns contre les autres. Chaque victime souffrirait plus de douleur et d'indignités pour épargner à l'autre le même sort. Michael aimait aussi forcer l'autre à voir les actes de perversion qu'il accomplirait sur l'autre, surtout quand ils violaient la fille devant la mère.

Les esclavagistes gagnaient beaucoup d'argent. Un jeune esclave pouvait être vendu plus de 200 000 dollars chacun ; une combinaison mère-fille pourrait se vendre 500 000 $. Mais il était également coûteux de capturer et de former un esclave. Cela a nécessité une planification considérable des habitudes des victimes avant la capture. Une fois capturées, les victimes sont emmenées dans l'une de ses « zones de détention ». Elle est formée dans cet établissement pendant la période de quatre semaines. La victime est ensuite livrée au client.

La plupart des acheteurs d'esclaves viennent de l'extérieur des États-Unis. Tous ne sont pas étrangers ; certains Américains vivant en dehors des États-Unis achètent des esclaves. Il est très coûteux de faire venir des victimes à l'extérieur des États-Unis et dans d'autres pays. Les agents des douanes coûtent cher à acheter. Beaucoup d'acheteurs sont des hommes d'affaires arabes et japonais, tous très riches et puissants. Ils aiment les femmes américaines. Les esclaves sont achetés pour être maltraités, à la fois mentalement et physiquement. Ils sont utilisés à des fins de divertissement, souvent pour les clients. Ils peuvent être utilisés lors de viols, de coups de fouet ou de torture. Elles sont souvent vendues pour devenir des prostituées lorsque les acheteurs s'ennuient et veulent un nouvel esclave intact.

Pour Sara, la journée avait commencé sans incident. Sara a 36 ans, des cheveux blonds mi-longs (naturels), une taille fine, des seins fermes de 36C, de gros mamelons, des hanches larges et un beau cul. Elle était divorcée depuis plus de 5 ans et prenait soin de son corps. Elle fréquentait occasionnellement mais n'avait pas réussi à trouver un "homme bon". Sa vie sexuelle est presque inexistante, cela fait plus de deux ans qu'elle n'a pas couché avec un homme, même si elle aimait se masturber. Sara aimait le sexe, le sexe oral seulement sous réserve et avait refusé la seule fois où son mari avait essayé de l'amener à la laisser la baiser dans le cul.

La fierté de sa vie était sa fille, Becky. Becky venait d'avoir dix-huit ans et avait obtenu son diplôme d'études secondaires. Elle avait été acceptée dans trois collèges mais n'avait pas décidé lequel fréquenter. Becky est une blonde comme sa mère (également naturelle). Ses cheveux sont plus longs, atteignant presque la moitié de son dos. Becky est plus mince que sa mère, elle a un corps athlétique. Elle a de longues jambes, un cul ferme et des seins 36C comme sa mère, également avec de gros tétons. Alors qu'elle n'était pas vierge, ayant perdu sa virginité sur le siège arrière d'une voiture il y a plus d'un an, sa vie sexuelle est limitée. Elle avait été baisée environ cinq fois, avait refusé le sexe oral (dégoûtant) et n'avait même jamais envisagé le sexe anal comme une option.

C'était l'heure du déjeuner et Sara et Becky venaient de s'asseoir dans la cuisine. On frappa à la porte. Sara s'attendait à ce que sa voisine, Jessica, lui apporte des catalogues que Sara voulait voir. Sara se leva et ouvrit la porte, sans prendre la peine de vérifier pour voir qui c'était. Alors que la porte s'ouvrait, elle vit brièvement quatre grands hommes pousser la porte, deux se dirigeant vers la cuisine, les deux autres l'attrapant rapidement et claquant la porte. Sara commença à crier mais une main sur sa bouche la fit rapidement taire. Elle entendit un cri étouffé dans la cuisine et elle sut que Becky subissait le même sort qu'elle.

Un corps derrière elle tenait ses bras épinglés à son côté, les grands bras étroitement autour de sa taille. Une autre main fut poussée rapidement sur sa bouche faisant taire son cri. Elle a commencé à hyperventiler, l'oxygène lui a été coupé par la main sur sa bouche.

"Donnez-moi le bâillon, faisons taire cette salope," entendit Sara derrière elle.

Elle vit une main se diriger vers sa bouche, un gros bâillon dedans. Il s'agissait d'un grand anneau avec des sangles qui en tombaient. L'anneau a été poussé vers sa bouche et les doigts sous son menton ont poussé fort sur son cou, forçant sa bouche à s'ouvrir. L'anneau a été rapidement enfoncé dans sa bouche et coincé dans ses dents du fond. Elle pouvait sentir un mécanisme commencer à ouvrir ses mâchoires de plus en plus larges. Sa mâchoire a commencé à lui faire mal à cause de la tension jusqu'à ce qu'elle s'arrête finalement, sa bouche maintenant un grand trou béant. Les sangles étaient attachées à l'arrière de sa tête et serrées fermement. La bouche de Sara était maintenant ouverte d'une largeur obscène, de la bave coulant sur son menton, seuls des bruits étouffés en sortaient.

«Nous ne serions pas en train de baiser sa bouche pendant un moment, de lui coller un bâillon de bite. Laissez-la s'habituer à avoir une bite dans la gorge pendant un moment.

Elle a vu la main revenir avec un gros objet en forme de pénis. Il a commencé à pousser dans sa bouche, poussant sa langue hors du chemin par la force brutale. Il a frappé le fond de sa bouche, juste à l'entrée de sa gorge quand il s'est arrêté. Elle sentit qu'il était verrouillé sur l'anneau dans sa bouche, scellant sa bouche hermétiquement. Elle ne pouvait respirer que par le nez. Les doigts attrapèrent son bruit et les pincèrent fermement. Elle a commencé à paniquer, incapable de respirer.

« Maintenant, écoute, salope. Si vous coopérez, je vous laisserai respirer. Si vous vous débattez, j'attendrai que vous vous évanouissiez et je ferai ce que je dois faire. Allez-vous coopérer ? Gémissez si vous voulez que je vous laisse respirer.

« GGGGRRR », gémit Sara à travers le bâillon. Elle a commencé à se sentir étourdie, son corps a commencé à devenir mou. "GGGGRRr," gémit-elle à nouveau, espérant qu'ils la laisseraient respirer. Elle a commencé à bâillonner lorsque l'objet enfoui dans sa bouche a commencé à pousser dans sa gorge alors qu'elle se débattait et gémissait. Elle a essayé de détendre sa gorge, permettant au bâillon de pénis de s'asseoir à l'entrée de sa gorge.

« Ouais, tu aimes cette bite dans ta gorge. Dès que nous vous aurons ligoté, je l'enfoncerai un peu plus profondément dans votre gorge. Il va falloir s'habituer à accepter de grosses queues dans la gorge. Attachons-la.

La main quitta sa bouche et Sara aspira de l'air par le nez, remplissant à nouveau ses poumons. Ses seins se soulevaient alors qu'elle continuait à remplir ses poumons. Elle a commencé à paniquer. Jusqu'à présent, sa seule préoccupation était la survie. Maintenant, elle commençait à s'inquiéter de ce qu'ils avaient l'intention de lui faire. On aurait dit qu'ils allaient la violer. Cela signifiait aussi qu'ils feraient probablement la même chose à Becky. Elle ne savait pas pourquoi ils leur faisaient ça. Les tueraient-ils ? Ils n'ont pas essayé de lui cacher leur identité et n'ont donc pas eu peur qu'elle les décrive aux autorités.

"Descente salope," des mains la poussèrent au sol.

Ses genoux touchèrent le sol et une main poussa sa tête vers le bas, la forçant à s'allonger à plat sur le sol. Ses bras étaient tirés derrière son dos. Elle sentit une corde épaisse et rugueuse être attachée autour de ses poignets et tirée fermement. Elle gémit de douleur alors que ses doigts commençaient à picoter à cause de l'étroitesse de la corde. L'extrémité de la corde a été tirée haut dans les airs, forçant Sara à se cambrer pour arrêter la douleur. Michael posa son pied sur le dos de Sara, la forçant au sol, la douleur revenant dans ses bras et ses épaules. C'était comme s'il allait lui briser les os.

« Écarte tes jambes ou je te casse les bras », lui ordonna Michael. Il tira sur ses bras tandis que son pied reposait sur son dos.

Sara gémit, « AAAGHHHH, MMMMMGGGHHH », le bâillon n'empêchant que les sons étouffés. Sara bâillonna à nouveau, le bâillon du pénis s'enfonçant dans sa gorge à cause de tous ses mouvements. Ses bras se brisaient sous l'effort. Elle commença à écarter les jambes, espérant arrêter la douleur.

"Plus, connard, je veux qu'ils soient largement répandus. J'ai une barre d'écartement de trois pieds à mettre entre vos genoux. Je veux qu'ils s'étendent jusqu'à ce qu'ils fassent mal, maintenant bougez », Michael leva à nouveau les bras.

« MMMGGGHH », grogna à nouveau Sara, ses jambes s'écartant plus largement. Elle a continué à les ouvrir, la douleur commençant dans son aine à cause de la propagation obscène. Elle sentit un bord de pied entre ses cuisses, frappant contre une cuisse, la forçant à s'ouvrir plus largement. Ses cuisses lui faisaient mal alors que ses jambes étaient écartées. Sara sentit des mains toucher ses genoux, la barre d'écartement attachée à ses genoux par des sangles. Ses genoux étaient verrouillés en place, incapables de se plier, ses jambes écartées, incapables de se fermer et de se protéger.

"AAAGGHHH," gémit Sara de douleur alors qu'ils commençaient à attacher des cordes à ses chevilles. L'autre extrémité de la corde était tirée vers ses poignets liés. Ils ont resserré la corde, inclinant son corps en arrière, sa tête et ses pieds s'élevant du sol.

«Steve, si vous attachez la corde fermement, comme ça, il y a une poulie attachée au centre de la corde. Une fois sécurisé, vous pouvez resserrer les cordes. N'oubliez pas que lorsque vous inclinez le corps si vous l'enclenchez trop loin, vous risquez de vous casser des os ou le dos.

Le corps de Sara lui faisait mal à cause de l'esclavage dans lequel ils la plaçaient. Elle pouvait entendre le bruit du cliquet et à chaque fois la douleur augmentait. Son corps avait l'impression qu'il allait se briser. "BBBRR", encore une fois, l'arc dans son corps augmente. Ses seins s'élevaient maintenant du sol. Seuls son ventre et son abdomen étaient soutenus. Ses jambes et le haut de son corps ont été tirés en arrière.

« Le but de la servitude est de faire en sorte que la victime se sente impuissante. En même temps, il est fait pour infliger le maximum de douleur. Au bout d'un moment, la victime fera tout pour sortir des cordes. Pendant la formation, la victime sera placée en servitude presque 24 heures sur 24. Nous nourrissons les victimes avec des intraveineuses. Cela le rend moins salissant, surtout lorsque vous voulez enculer la victime. Vous n'avez pas à vous soucier des lavements pour nettoyer la victime à chaque fois. Michael a continué à expliquer les procédures de formation d'un nouvel esclave à Steve.

"Juste une dernière chose et nous serons prêts à partir." Michael ramassa une autre corde et en glissa une extrémité sur sa tête, faisant un nœud coulant et l'attachant à son cou. Il tira la corde en arrière et alors qu'elle se resserrait, Sara devait relever la tête sinon la corde commencerait à l'étrangler. Michael l'a attaché à la barre d'écartement et l'a serré. Sara gémit à travers le bâillon du pénis. Michael a enclenché la corde, forçant Sara à lever la tête plus haut ou à commencer à s'étouffer. Elle devait maintenant garder la tête haute ou commencer à suffoquer. « Prends l'autre bout de Sara. Amenons-la dans la cuisine pour qu'elle puisse voir ce qui est arrivé à sa fille.

Becky avait subi presque le même sort. Elle avait entendu un remue-ménage à la porte après que sa mère soit allée répondre. Dès qu'elle s'est levée, deux hommes ont fait irruption à la porte. Le premier l'a rattrapée alors qu'elle se levait et lui a donné un coup de poing dans le ventre. Elle tomba au sol, tentant d'aspirer de l'air. Des mains l'attrapèrent et la tirèrent sur ses pieds. Elle lutta pour trouver de l'air, ses poumons tentant d'aspirer l'air expulsé par le coup de poing.

« Prends ton dernier souffle profond, connard. Justin attrapa la ouate qu'il avait dans la main. Il enfonça ses doigts dans sa bouche. "Ouvre, salope." Il lui ouvrit la bouche, ses doigts poussèrent dans sa bouche la faisant haleter à la façon dont elle était traitée. Il a commencé à pousser le tissu dans sa bouche, ses joues commençant à se gonfler à cause de la grande quantité de tissu enfoncée.

Becky cria alors que les doigts rugueux s'enfonçaient dans sa bouche. Elle sentit un chiffon sec être enfoncé, le tissu absorbant rapidement sa salive, sa bouche devenant sèche. Elle pouvait sentir ses joues commencer à se dilater alors que le tissu continuait d'être enfoncé dans sa bouche. "MMMMMDGGGHHHH", cria-t-elle, le tissu poussant maintenant plus loin dans sa bouche, se dirigeant vers sa gorge. Plus de tissu a été poussé et elle a commencé à être misérable alors qu'une partie du tissu commençait à glisser dans sa gorge. Elle sentit du ruban adhésif s'enrouler autour de sa bouche, empêchant la ouate de sortir. Sa bouche était bouchée, ses joues bombées, ses réflexes nauséeux continuant de s'étouffer avec le tissu au fond de sa bouche.

« Habitue-toi salope, ça va être là pour longtemps. Justin lui pinça fortement le nez. "C'est ce qui arrivera si vous n'obéissez pas."

Le corps de Becky a commencé à se cabrer, elle commençait à avoir des vertiges. Elle se débattait, les poumons haletants.

"Gémis si tu vas m'obéir, connard"

«MMMMGGG», cria-t-elle, «MMMMMGGHHH», s'il vous plaît, laissez-moi respirer à nouveau, a-t-elle prié. Elle sentit les doigts quitter son nez et elle aspira autant d'air qu'elle le put par le nez. Sa poitrine se souleva, ses poumons recommencèrent à se gonfler.

"A genoux" ses mains poussant Becky au sol. Ses poignets ont été attrapés et tirés en l'air.

Becky sentit une corde lourde et rugueuse enroulée autour de ses poignets et tirée fermement. Elle gémit de douleur alors que ses doigts commençaient à picoter à cause de l'étroitesse des cordes. Ses bras ont été tirés vers le haut, forçant ses seins à sortir alors que son corps était tendu. Elle sentit une main pousser sur sa cuisse droite, la forçant à écarter les jambes. Une gifle cette fois et une commande pour plus, la forçant à s'ouvrir pour eux. Elle sentit quelque chose se placer entre ses genoux. Une sangle était attachée à chaque genou et une barre était placée, empêchant ses genoux de se rapprocher.

"C'est une barre d'écartement entre vos jambes. Cela vous gardera ouvert pour nous. Nous aurons accès à votre chatte et à votre trou du cul et vous ne pourrez pas nous arrêter. Maintenant, nous devons te resserrer un peu, nous ne voulons pas que tu ailles nulle part. » Justin commença à tirer la corde de ses poignets au-dessus de sa tête et vers ses chevilles. Il attacha la corde à ses chevilles, tirant fermement.

Becky entendit un bruit et sentit les cordes se resserrer. Un autre bruit, encore plus serré. Son corps s'étira vers l'arrière, sa tête se redressant, regardant vers le plafond alors qu'elle était tirée en arrière. Son dos avait l'impression qu'il allait se casser alors qu'elle était forcée vers l'arrière, ses seins maintenant poussés vers le haut, visant le plafond.

Sara sursauta de surprise lorsqu'elle vit sa fille. Elle était étroitement attachée, le dos voûté, la tête tirée en arrière, les seins bombés. Des mains commençaient à courir sur son jeune corps, serrant ses seins, un regard peiné sur son visage. Sa bouche était coincée avec quelque chose, ne permettant que des grognements de douleur occasionnels. Ses joues étaient bombées.

« On dirait que ça va bien, Justin. J'aime la façon dont tu l'as attachée, ça met vraiment en valeur ce corps jeune et serré. Steve, il existe différentes méthodes pour former un esclave, en fonction de l'âge. Les jeunes filles, comme Becky, font mieux lorsqu'elles sont humiliées. Remarquez la façon dont elle se tortille alors que Justin passe ses mains sur son corps. Même si c'est douloureux pour elle de bouger, elle ne veut pas se soumettre. Si tu faisais ça à sa mère, elle le permettrait. Il va commencer à exposer son corps, d'abord ses seins, puis sa chatte et son cul. Il n'enlèvera pas tous ses vêtements, c'est beaucoup plus humiliant d'être partiellement déshabillé. Avant de partir, Justin va la masturber devant sa mère. Même si elle est liée, il la forcera à jouir. Quant à sa mère, les femmes plus âgées doivent être formées différemment. C'est pourquoi elle a le ring gag dans la bouche. Justin va la baiser dans sa bouche. Il a une très longue bite, elle rentrera bien dans sa gorge. Il a également tendance à tirer de grandes quantités de sperme. Elle sera forcée de l'avaler, le bâillon du pénis le repoussant dans sa gorge. D'après ce que je comprends de Sara, elle n'aime pas le sexe oral. C'est pourquoi nous allons le faire, surtout devant sa fille. Les femmes plus âgées sont meilleures comme esclaves de la douleur. Ils sont bons pour les coups de fouet et la torture.

Le corps de Becky lui faisait mal de partout. Elle était ligotée et étirée en arrière. L'un des hommes passait ses mains sur son corps, serrant ses seins. Elle se tortilla, essayant d'éviter les mains brutales qui pinçaient et tiraient sur ses seins. Elle ne pouvait faire que des bruits étouffés, le rembourrage de sa bouche empêchant tout bruit. Chaque fois qu'elle bougeait, la douleur se précipitait dans ses bras et ses jambes. Elle sentit son chemisier tiré, les boutons tombant sur le sol. Elle sentit l'air frais sur son ventre, elle savait qu'ils pouvaient voir son soutien-gorge. La servitude l'empêchait de voir ce qu'ils lui faisaient, elle ne pouvait que voir ses ravisseurs la regarder. Elle savait que sa mère avait été amenée et placée près d'elle. Une main passa sous son soutien-gorge et le tira vers le haut, ses seins se libérèrent, l'air frais rendant ses mamelons durs et dressés.

«MMMGGHHH», cria-t-elle dans le bâillon alors que des mains rugueuses attrapaient ses mamelons nus et commençaient à les tirer et à les tordre. "MMMGGHH, GGRRR," son corps essayant de se tordre mais ne fit qu'inciter une nouvelle douleur dans son corps lié. Elle sentit ses mamelons tirés de son corps, étirés, les doigts les tordant.

"De beaux seins et des pincements sur cette chienne", les doigts de Justin agressant son corps. Il descendit sa main sur son ventre, détacha son short, la fermeture éclair s'abaissa et les tira jusqu'à ce qu'ils n'aillent plus loin à cause de ses jambes écartées. « RRRIIIPPP », le short tomba au sol, un tas de chiffons.

Becky se tortilla dans les cordes alors que les mains descendaient sur son abdomen vêtu d'une culotte, courant sur son corps, vers sa chatte. La grande main saisit sa chatte et la serra fermement. Elle sentit un doigt pousser avec force entre les lèvres de sa chatte, poussant sa culotte dans sa chatte. «AAGGGHH», cria-t-elle, le doigt se déplaçant de haut en bas dans la fente de sa chatte, son humidité trempant sa culotte.

"La chatte prend son pied, sa culotte est trempée", a crié Justin aux autres. Ses doigts attrapèrent à nouveau sa chatte, serrant encore plus fort.

Becky se sentait humiliée, elle était abusée sexuellement et déshabillée et elle se mouillait. Elle ne pouvait pas voir le visage de sa mère, mais elle savait qu'elle regardait son humiliation. Elle entendit la déchirure de sa culotte, sa chatte maintenant nue. Les mains se tendirent à nouveau, courant cette fois sur son abdomen nu. Une main descendit plus bas, effleurant légèrement les poils clairsemés de sa chatte. Becky sentit un doigt se tendre et séparer les lèvres de sa chatte et glisser le long de sa chatte humide. Elle pouvait le sentir glisser tout le long, presque jusqu'à son anus avant de remonter à nouveau. Elle frissonna de peur lorsque le doigt commença à la masturber. Becky sentit sa chatte devenir plus humide alors que le doigt poussait le jus de sa chatte le long de sa fente. Deux doigts se déplaçaient maintenant le long de sa fente, écartant encore plus les lèvres de sa chatte. Ils ont atteint sa chatte et un doigt a commencé à entrer dans sa chatte serrée. "MMMGGG," gémit-elle dans sa bouche bâillonnée. Le bondage serré ne lui a pas permis de s'éloigner du doigt et il est entré lentement et avec force dans sa chatte, maintenant chaude et humide. "AAAGGGHH, MMMGGGGHHH", le doigt s'enfonça maintenant dans sa chatte serrée jusqu'à la deuxième jointure. La chatte de Becky était très petite et serrée. Elle n'avait été baisée que cinq fois et la bite de son petit ami était très petite. Elle pouvait le sentir se retirer puis se repousser, cette fois plus profondément.

« Cette chienne a une vraie chatte serrée. Elle n'a pas été beaucoup utilisée. Elle devrait apporter un joli sou », Justin continuant à faire courir son doigt dans sa chatte serrée. "J'ai hâte de mettre ma bite dans cette chienne et de la chevaucher pendant un moment. Je vais la détendre très vite. Il a retiré son doigt de sa chatte, il avait l'impression qu'il essayait de les saisir alors qu'il se retirait. Il repoussa, cette fois deux doigts l'écartant. Il pouvait l'entendre gémir de douleur alors que ses doigts épais s'enfonçaient dans sa chatte, la forçant à s'ouvrir largement de ses doigts qui se masturbaient. Becky résista à la servitude serrée, la douleur rayonnant à travers son corps alors que l'étranger la masturbait.

Becky pouvait sentir une autre paire de mains se tendre vers ses seins. Ils serrèrent fort la chair de ses seins, leurs doigts cherchant ses mamelons. Ils étaient encore durs et dressés. Les mains pincèrent durement les extrémités et commencèrent à tirer dessus, les étirant hors de son corps. Ses mamelons ont été tirés et pincés alors qu'elle sentait les doigts dans sa chatte pousser plus profondément, écartant sa chatte inutilisée pour s'ouvrir plus largement. Quand ils étaient jusqu'aux jointures, elle pouvait les sentir commencer à s'ouvrir, sa chatte s'efforçant d'accepter les doigts brutaux baisant sa chatte. "GGGHJHHHHH", cria-t-elle alors qu'ils ouvraient sa chatte, les ongles s'enfonçant dans les côtés de son délicat tractus de chatte. Les doigts retirés de son corps, sa chatte forcée de s'ouvrir alors qu'ils étaient maintenus écartés alors qu'ils étaient retirés de son corps. Quand ils étaient presque complètement sortis, ils se sont déplacés ensemble alors qu'ils sortaient de sa chatte. Ils se sont précipités à l'intérieur, la forçant à s'ouvrir à nouveau, son "GGGMMMMGHHH" étouffé sortant de ses lèvres alors qu'il était brutalement déchiré dans son corps. "GGGGRRRHHHH", gémit-elle alors qu'ils s'enfonçaient profondément dans sa chatte, les doigts battant contre son col de l'utérus alors qu'ils s'enfonçaient profondément. Elle pouvait les sentir se tordre et tourner à l'intérieur de son corps, les jointures frottant durement sur sa chatte. Ils se sont à nouveau retirés de sa chatte, ses lèvres se rapprochant lentement tandis que les doigts disparaissaient.

Elle sentit à nouveau le doigt courir le long de sa fente. Cette fois, il s'est déplacé plus lentement, courant sur son anus nu et exposé. Son petit anus avait l'air si petit et rose, en forme de petite étoile. Son corps continuait de la trahir, sa chatte trempée, coulant le long de ses cuisses à cause de la masturbation forcée, son corps tremblant alors qu'elle sentait le doigt courir sur son anus sans défense. Elle pouvait sentir le doigt mouillé courir dessus, chaque fois un peu plus de pression exercée sur le doigt, son anus forcé de s'ouvrir lentement. C'était étrange pour Becky alors que le doigt épais commençait à pénétrer dans son anus. Il a lentement commencé à se dilater, le doigt tournant légèrement, poussant en elle, son anus forcé à s'ouvrir. «AAAGGGGHHH, MMMFFFFF», son corps essayant de se branler, mais son esclavage serré la forçant à accepter le cruel ravissement de son trou du cul vierge. Son anus accepta le doigt et commença à le saisir fermement alors qu'il s'enfonçait plus profondément dans son corps. "GGGUUUUGGGGHHH", le doigt poussant sans relâche dans son anus, son muscle sphincter forcé s'ouvrit plus largement alors qu'il pénétrait dans son tractus anal, pénétrant dans son rectum. Deux doigts repoussés dans sa chatte, l'écartant à nouveau, cette fois avec un doigt poussant plus profondément dans son trou du cul. Elle ne s'était jamais sentie aussi rassasiée, les doigts enfoncés profondément dans son corps.

"Attrapez son clitoris, voyons si nous pouvons faire jouir cette chienne", ordonna-t-il. Des doigts cruels ont tiré sur son capuchon de clitoris et ont attrapé son clitoris dur et dressé. Il se détachait de plus de ½ pouce, ne demandant qu'à être utilisé.

Becky a résisté dans son bondage serré, son clitoris maintenant fermement saisi entre deux doigts, tirant et pinçant, deux doigts dans sa chatte rampant à l'intérieur d'elle comme de minuscules animaux et un doigt épais plongeant dans et hors de son trou du cul serré. Elle pouvait sentir un orgasme arriver. S'il vous plaît, ne me faites pas jouir devant eux, s'il vous plaît, pensa-t-elle. Les doigts continuaient leur masturbation de son corps tendre, la forçant à gémir de plaisir.

"Jouis pour nous, Becky, montre à ta mère quelle salope de sperme tu es", l'humiliation dépassant ses émotions alors que le doigt de Justin la baisait. Le corps de Becky a commencé à se cabrer dans le bondage serré, essayant de s'échapper, tout en acceptant les doigts qui la masturbaient près du corps vierge. Son trou du cul a aspiré le doigt profondément, le saisissant fermement alors que les deux doigts dans sa chatte continuaient leur masturbation implacable. Son clitoris était gonflé et dur, le doigt l'attrapant cruellement, la douleur ajoutant au plaisir.

"Je pense que la petite Becky va jouir pour nous", a déclaré Justin, ses deux doigts enfoncés profondément en elle. Il pouvait sentir la chatte de Becky les saisir fermement comme si elle ne voulait pas qu'ils partent.

"GGGHHHHRRR, AAWWWWW", gémit Becky, son premier sperme dépassant son corps. Alors qu'elle avait été baisée auparavant, elle n'avait jamais été amenée à un orgasme. Les garçons étaient trop intéressés à se faire plaisir et ne semblaient pas se soucier ou vouloir donner à Becky son plaisir. Son corps se cabra comme un cheval alors que le second sperme la submergea, son corps tremblant sous l'intensité. "GGGGGRRRRGGHHH", le bâillon l'empêchant de crier, le plaisir engloutissant son corps.

"Eh bien, maman, je pense que ta fille est une salope au sperme. Elle est attachée comme une putain de bondage et se fait masturber par quatre inconnus et elle jouit comme si c'était naturel. J'ai hâte de mettre ma bite dans sa chatte et de la violer durement. Justin regarda Sara, "maintenant c'est à ton tour de me sucer la bite, voyons si tu es autant une salope que Becky."

Justin se dirigea vers l'endroit où Sara était allongée, étroitement attachée. Sa tête était relevée, sa bouche grande ouverte par le bâillon. Ils en avaient retiré le bâillon de pénis, elle recevrait maintenant la vraie chose. Il déboucla sa ceinture et retira son pantalon. Il s'assit par terre devant Sara, son entrejambe à quelques centimètres de son visage. Il a baissé son short et sa bite de dix pouces en a jailli, giflant Sara au visage alors qu'elle était libérée. Sara essaya de bouger, mais la corde autour de son cou empêchait tout mouvement.

"Maintenant, Sara, je vais mettre ma bite dans ta bouche. Je veux que vous passiez votre langue dessus et que vous le baigniez. Justin se rapprocha, sa bite se déplaçant entre ses lèvres fendues et pénétra dans sa bouche chaude. Il l'a enfoncé sur plus de trois pouces et l'a maintenu là, attendant que Sara obéisse.

Baise-le, je ne ferai rien, pensa Sara. Elle s'est presque bâillonnée en sentant la bite dure entrer dans sa bouche. Elle n'avait jamais sucé de bite auparavant et elle n'allait pas le laisser être le premier.

"Je pensais que vous ne seriez pas trop coopératif, mais c'est ce que nous faisons bien. Motivation. C'est pourquoi nous aimons les combinaisons mère-fille. Cela le rend beaucoup plus facile." Justin se tourna vers Steve, "pourrais-tu montrer à Sara pourquoi elle va me lécher la bite avec sa langue."

Sara vit Steve se diriger vers Becky. Becky était toujours attachée en arrière, ses seins et sa chatte s'étaient ouverts pour eux. Elle vit un fouet dans la main de Steve. C'était un court fouet en cuir noir, un seul brin, mais qui avait l'air très dur. Sa langue se mit rapidement au travail, courant sur la bite de Justin mais il était trop tard. Elle ne pouvait que regarder Steve lever le fouet et l'amener durement sur la chatte écartée de Becky, frappant fort entre les lèvres de sa chatte.

Becky a crié dans son bâillon alors que la douleur la plus incroyable remplissait son corps alors que sa chatte avait l'impression d'être déchirée. "MMMMFFFF, AAAGGGHHHHH", cria-t-elle, son corps se débattant dans les cordes, la douleur intensifiée par la servitude. Oh, mon Dieu, pensa-t-elle, s'il te plaît, ne me refait plus ça, s'il te plaît, maman, fais ce que tu veux.

« C'est beaucoup mieux, Sara, tu dois apprendre à obéir. Ce sera beaucoup moins douloureux pour toi et Becky si je n'ai pas à me répéter. Justin sentit la langue de Sara courir sur sa queue, son liquide pré-éjaculatoire dégoulinant de la tête, alors qu'elle se comportait comme une pute française. Justin a commencé à pousser sa bite plus loin dans sa bouche alors que sa langue continuait à baigner sa bite.

"GGAAAGGGGGGHHH," Sara sentit la bite pousser dans le fond de sa bouche, ses réflexes nauséeux commençant alors qu'elle tentait d'entrer dans sa gorge. Il s'est retiré, seulement pour repousser à nouveau, cette fois encore plus profondément. "GGGAAAGGHH, AAAAHHHH", le coq la faisant bâillonner à nouveau, cette fois en restant dans sa gorge, son bâillonnement traire le coq. Elle sentit une main sur sa gorge, sentant la grosse bite maintenant au fond de sa gorge. Elle a commencé à avoir des vertiges alors qu'elle aspirait de grandes quantités d'air par le nez.

"Sara, tu as une si belle gorge serrée, tu expulses le sperme de ma bite." Justin a sorti sa queue de sa gorge, la gardant dans sa bouche. "La langue me baise ou c'est le fouet pour Becky."

Sara passa précipitamment sa langue sur sa bite, goûtant le sperme qui s'échappait de la tête. Il avait un goût salé et resta dans sa bouche, refusant de descendre. Elle savait qu'il jouirait bientôt et qu'il tirerait dans sa bouche et qu'elle serait forcée de l'avaler ou de s'étouffer avec. Elle a continué à masser sa bite, espérant le faire jouir bientôt, tout était mieux que sa bite dans sa gorge. Elle sentit le sexe pousser à nouveau, le haut-le-cœur et l'étouffement recommencèrent. Des larmes coulaient de ses yeux alors qu'elles s'enfonçaient plus profondément dans sa gorge, son bâillonnement presque constant maintenant.

"Cette chienne donne une bonne baise faciale, sa gorge suce le sperme de mes couilles." Justin enfonça à nouveau sa bite dans sa gorge, la tenant fermement par les oreilles alors qu'il la poussait plus loin qu'avant. Il était prêt à jouir. Il sortit sa queue de sa gorge et la laissa reposer sur sa langue. Il pouvait sentir sa langue recommencer à travailler sur sa bite, juste au moment où il commençait à jouir.

"CCCOOOFFF, GGAAGGGHHH", s'étouffa Sara alors que la première liasse de sperme sortait de la bite de Justin et pulvérisait dans sa bouche. Sa langue a baigné sa bite, le sperme au goût fétide la remplissant rapidement. Elle déglutit difficilement, la première charge allant dans son estomac, juste au moment où la charge suivante s'enfonça dans sa bouche. Encore une fois, sa bouche était remplie, une partie coulait sur son menton alors qu'elle avait du mal à avaler la grande quantité de sperme remplissant sa bouche. L'étouffement rendait la tâche difficile.

"Quelle bonne chatte tu es, Sara, tu n'aimes peut-être pas sucer des bites, mais tu fais vraiment du bon travail." Justin laissa Sara passer sa langue sur sa bite maintenant dégonflée alors qu'il la voyait toujours en train d'essayer d'avaler le sperme qu'il déposait dans sa bouche. Il sortit sa bite, sa langue la suivant alors qu'elle partait, ne voulant pas que Becky souffre de son refus.

Michael regarda ses deux nouveaux esclaves devant lui. Sara avec du sperme dégoulinant sur son menton et Becky avec son propre sperme coulant sur ses cuisses. « Regarde comment ils réagissent, Steve. La fille a été obligée de jouir et la mère a été forcée de sucer une bite et elles l'ont toutes les deux fait de leur plein gré. Ce sera un plaisir de les former. Let’s get them out of her and get them to their new home. There they will be raped, both vaginally and anally. There is no better way to get a woman’s attention than having a big cock up her asshole.

Rape Party

Michael was explaining to Steve on how to rape the victims the first time as they drove in the van to the holding area, a new facility about 2 hours from the city, in a deserted section of the county.

Steve was only partly listening to Michael, he was more interested in Sara and Becky. They had been thrown into the back of the van, Sara still hog-tied. Becky had been taken from her kneeling bound position and now was hog-tied like her mother. Sara was still clothed but Becky had only tattered remnants on her. Steve had to hold back on fucking them when they were in the house, his cock hard and erect. Michael said it was imperative that they be raped later, allowing them the time to think about what was going to happen to them and feel their helplessness of the situation. Steve rubbed the front of his pants, his hard cock straining the jeans he wore. He could see the frightened looks from Sara and Becky as they were forced to stare at him.

“One of the requirements of being a slaver is that you must have a large cock. As you know, it must measure at least 4 inches in diameter. In order to break the victims will, we take pleasure in causing as much pain, for as long as possible when popping each and every cherry, mouth, asshole or cunt. We fuck, especially assholes, dry or with just enough lube not to cause us damage. This sets the experience permanently in the victim’s mind and helps bring about the complete helplessness of the victim’s situation. I can see you that you can’t wait to rape them, especially little Becky, but we will soon be there and you will have your fun.” Michael watched Steve, the lust in his eyes in expectations of his first brutal rape.

Becky watched as Steve walked towards her, fear in her eyes. Her body was drawn into a bow, her head pulled back, her eyes forced straight ahead, her hair pulled tightly to her ankles. The strain of the bondage forced her breasts off of the floor, her weight supported on her stomach. She was almost naked. She could see a huge bulge in Steve’s pants. She knew that she was going to be raped, they had already forced her to cum for them. She did not know why they were doing this to her. She just dreaded what they intended to do.

Steve looked down at Becky. Her naked ass, her legs drawn tightly to her wrists. He had made sure she was bound tightly and knew that it was painful. She had a ball gag in her mouth, her lips stretched tightly around it, forcing her mouth open wide. He bent down until his face was in front of hers. His hand moved tenderly over her face, stroking her cheeks, wiping the tears running down her face. “You are such a lovely thing, Becky. Do you know what I am going to do to you?”

Becky moaned into her gag, she could not even move her head. The hand that caressed her cheek repulsed her. This was the same hand that had intimately entered her body and forced her to cum. She was afraid of him and what he could do to her. She was bound and helpless and unable to stop these evil men from doing anything to her body.

“In an hour we are going to be at your new home. You will spend a month with us where you will be trained to be a sex slave. After that, you will be sold to the highest bidder who will do what he wants with you. I am going to rape you when we arrive, in your pussy and your asshole. It will be very painful for you as you may have noticed, I have an extremely large cock. I will enjoy taking you brutally. I will do everything to make the experience as painful as possible for you. You will learn that you only purpose is life are to sexually service your masters.” Steve’s hand moved lower, grabbing her hanging breast, his large hand completely encircling the naked flesh, squeezing it. He could hear her moan in the gag as his fingers sought out her nipples and pinched them tightly. “You have very large nips, they make very good targets. I will enjoy punishing them in the future.”

Becky continued to squirm in her bondage, trying to escape. Every time she moved the pain increased, but she could not stay still and allow him to ravish her body.

Michael watched as Steve played with Becky. He knew that Steve would work out well as a slaver. He was cruel and thought of a woman as no more than a plaything for the male cock. Many women would regret meeting him, losing not only their future but also their virginity’s.

Sara felt the truck moving slower, it now traveling on a dirt road. Her body ached and her mouth could still taste the cum from her rape. She could see Becky out of the corner of her eye, one of them men roughly fondling her body as she squirmed to escape. She was so young and she was now being sexually molested and bound. Sara could not understand why this was happening to them. If seem like days ago when they were having breakfast. She only hoped that the police were looking for them and they would soon be able to return home.

The truck stopped in front of the building. It was a windowless, modern structure, seemingly out of place in the country. It looked more as if it belonged in a big city. High fences surrounded the grounds, with razor sharp barbwire sitting on the top. The sign said “International Services, Inc., Private Property, No Admittance Allowed.” A guard shack and a German shepherd dog sent out the message that no visitors were allowed.

The truck backed up to a loading dock, the cargo to be unloaded hidden from view. The doors being opened startled Sara and Becky. They could not see out the back but they knew their trip was ended. The pain began again as they were hauled up and taken out the truck. The men tossed them around like sacks of potatoes, paying no attention to the pain they caused them. They watched as they were hauled down a long hallway, white sterile walls and floors. They passed a number of doors until they reached the end of the hall. They were pushed into a room, this one stark and antiseptic. They gasped as they saw various pieces of furniture, all seem to have various methods of securing the victim securely to them. Becky and Sara knew that each would soon be bound to one of them to be raped.

“I want them facing each other, I enjoy raping them one at a time. The other can see what will soon happen to the other. Let’s start with Mother. Help me with her,” Michael ordered Steve. They grabbed up Sara and pulled her toward one of the pieces of furniture. This was a large aluminum structure. There was a lower piece consisting of two aluminum tubes running parallel about three feet apart. Straps ran along the tubes. The upper piece was a platform about two feet higher. This also had leather straps in the furthest corners. In the center of the platform were two large holes.

Sara was untied and before she could even try to stand and straighten she was hauled up to her feet. Michael’s hands moved quickly over her, ripping first her blouse, than her pants, lying in tatters at her feet. Her hands moved to cover herself but Steve slapped them down.

“Keep you hands down,” he ordered, slapping her hands again to reinforce his point.

Michael’s hand shot out and hooked into her bra in the front, pulling it out until it strained and began to tear. Sara cried out into the ring gag as it pulled on the skin until it finally tore and was pulled from her body. Her breasts heaved as they were finally released from their constraints. Michael made short work of her panties, the delicate fabric tearing easily. She was now naked. She felt hands push her over to the strange piece of furniture. Hands helped her kneel up on the tubes, her legs having to spread unnaturally to keep from falling. Thick leather straps were secured, first to her ankles, than to her knees, keeping her bound and spread tightly onto the apparatus. A hand on her back forced her forward, her upper body pushed down on the cold metal. She now understood the holes in it, her breasts hung down through the platform. They would be unprotected and vulnerable. Her arms were pulled forward, stretching her body until she felt the leather straps attached to them. She cringed in pain as they were tightened cruelly. Hand began to run over her ass and she now understood how naked and vulnerable she was. She was bound on her knees, her legs spread wide and she was sure her pussy and anus was exposed. She could feel the cool air rushing over them. She felt the fingers run between the cheeks of her ass, running over her anus and down to her pussy. She was dry, afraid of the rape she knew was coming. A rope was attached around her neck and tied to the table, forcing her down onto to it, looking to the side.

Steve grabbed the metal table and pushed it to the side of Sara. He grabbed Becky and started to untie her. Michael came over to help, pulling the last of the remnants of her clothes from her body, as she was untied. He pushed her over to the table forcing her to bend over it, Steve grabbed her wrists and pulled them to the other side, stretching her tightly. He secured the leather straps to her wrists, tying her tightly to the corners.

“MMMMGGG,” Becky groaned into the gag as she felt a hand grab her left ankle. She felt the cold steel attach to it and heard the metal clank as a metal cuff was attached and snapped tightly. Her leg was pulled out to the side, forcing her down on the table. The table was cold, her nipples hardening instantly as they were forced down on the metal table. A loud snap and she pulled her leg, the cuff banging noisily as she found herself securely bound. The hand returned to her right leg, the cold steel attaching another cuff. Her leg was pulled to the other side, her legs spreading obscenely. She could feel her pussy and ass cheeks spreading open. She tried to pull back on her right leg but the powerful hands were stronger, opening her up and she again felt the cuff banging and she knew she was now bound tightly. Her ass was thrust out, her pussy and anus spread open. She knew the only reason she was in this position was to be raped.

Sara watched as Becky was bound. She could see the tears running down her face, as she was bent over the table, naked and spread. Hands manipulated her body until she was in the position they wanted. Like her, they tied a rope around Becky’s neck and bound her tightly to the table, facing Sara. They stared at each other, the helplessness of their situation showing in their faces.

Steve walked in front of Becky. “You look so fuckable, little girl,” his hands stroking her head. He looked down at her tear stained face. “You’re going to be first. I’m going to rape your pussy, than my big fat cock is going up your asshole. I’m going to fuck you hard and long.”

Becky started whimpering, tears running down her face. He intended to hurt her with his cock and there was nothing she could do about it. She watched as he began to undress. First his shirt, than he started unbuckling his belt, the zipper next. She was forced to look at his fat cock bulging out of his shorts. He dropped his pants and stood before her, his cock hard and erect. His hand reached down and stroked his cock, it getting bigger and bigger. He hooked his hands in his shorts and let them drop to the floor. Becky gasped as his cock sprung free. It was huge, over four inches in diameter and had to be at least ten-inches long. It wasn’t a cock, it was a weapon. She watched as he stroked his cock, it seemed to get bigger.

Steve looked at the terrified look on her face as he stroked his cock and moved it toward her face. He rubbed the head of his cock over her lips, spread wide over the ball gag. His precum glistened on her lips. “You’ll suck my cock later. You’ll suck lots of cocks, but first I am going to bust your pussy open with my cock.”

Sara could see the distressed look on Becky’s face. The man had moved out of her view and Becky’s face took on the appearance of fright. She knew that Becky was about to be raped and she could not do anything about it.

Becky saw him move out of her view and knew that he was moving behind her. Her body jumped when she felt hands grasping her hips. They casually moved back over her ass, almost caressing her skin. She groaned, as the fingers became more urgent, squeezing her ass flesh tightly between his fingers. She could the fingers pulling her ass cheeks apart, the cool air rushing over her pussy and anus.

“Look at that juicy pussy, Steve, it looks so tight. You are going to have to earn your keep to fuck that pussy open. And that asshole, it’s just a tiny star. This bitch is going to be in a lot of pain when you fuck her, but it’s going to be the tightest pussy you ever felt.” Michael smiled as he spoke. He looked over at Sara. “Mommy won’t be as tight, but she will feel my cock tearing into her body.”

Steve fisted his cock, the bulbous head swelling larger. He moved forward and felt Becky squirm as he moved between her legs. He moved his cock head over her naked ass cheeks and began to rub it up a down, his precum leaking onto her flesh. He took a bottle of baby oil and put a small amount on his cock, rubbing it over the huge instrument. “This is for me, not you, bitch. It will make it a little easier to put my cock into you but it will wear off quickly. With the pain you will feel, I doubt you will get very wet, so it will be a hard fuck, but that is what I like.”

Becky could feel the huge cock moving over her flesh. She tried to move, but only succeeding in making his cock harder. She looked exceedingly sexy, her ass moving side to side, her pussy spread open. She could not just do anything, waiting for the rape of her pussy. She felt the head of the cock push between her legs, searching out her pussy, now spread open, seemingly begging to be raped. It pushed up against her pussy, a tiny opening in her body. The head felt massive.

Steve fisted his cock and placed it against her pussy, now spread wide before him. His fingers peeled back her pussy lips, her pink insides beckoning his cock. Her tiny opening widened, his cock beginning to push inside of her. He could see her pussy spreading wide under the brutal attack of his huge cock. It began to stretch wider, unable to stop the brutal rape. He pushed harder, watching Becky buck in her restraints, her body trying to escape. He continued to follow her moving ass, limited by the cuffs holding her spread open. His cock pushed her open more, her pussy clinging to the huge head as it began to tear, unable to take the cock. Her body lurched as her pussy tore, the pain increasing as the head of his cock was almost all the way in her pussy. Her painfully stretched pussy lips slipped over the head of his cock, grasping the huge head as if it wanted it in her.

Becky’s pussy felt like it was on fire. The huge cock was tearing her open as it continued its brutal rape. Her body jerked on the table, unable to stand the pain he was inflicting on her young body. She shrieked in the ball gag, only unintelligible sounds escaping through the ball gag. Her eyes were filled with tears as the cock pushed relentlessly into her near virgin body. She felt her pussy being filled, clinging to the cock like it was welcoming a lover, instead of accepting a rape. Her eyes opened wide, her poor pussy now tearing, unable to accept the huge cock, the pain shooting into her groin. She wished she would pass out, the only way she could escape the rape, but her body continued to be alert, the pain increasing as her pussy began to pass over the head of the cock, clasping tightly to the instrument of torture. She felt it stop, her body clinging to it, her movements still, hoping to avoid any additional pain.

Steve’s hands stroked over her ass, caressing her naked flesh like a lover, his cock now held tightly in her pussy. It felt like it was in a vise, her clasping flesh massaging his cock in response to the pain she was feeling. “How does that feel, Becky?” He watched her move her head, the rope preventing only minor movement, tears running down her face, gagged responses coming from her mouth. “Now that you got the head, you are going to get the next nine inches of cock in your pussy. Then we are going to get down to some serious fucking. If you think this is bad, wait until I get to your virgin asshole. I will already have cum once so it will be a long, hard ass raping.” Steve leaned down over Becky’s spread body, his chest on her back, his ass raised up high, his cock just inside her pussy. He began to push his hips in, his cock pushing inside her pussy, spreading the walls of her pussy open, her pussy clinging to every bump and ripple on his cock as it began it’s brutal descent into the depths of her pussy. His cock felt like it was rubbing against sandpaper, her pussy so dry, the pain not allowing her natural juices to flow. It hurt him, but it was hurting her a lot more. Her body jerked and bucked on the table, but his cock held her pinned down, spearing into her tender flesh like a pole. Two more inches of cock entered her body. He pulled it back out until only her pussy gripped the head, than pushed back in again, this time three inches of cock managed to bore into her body, pushing past all resistance. He could see blood covering his cock. At least there would be some lubrication now. Each time he would pull his cock out and then forcefully thrust back in, her back trying to arch to escape the brutal rape, but pinned down like a bug, unable to defend herself. He had never fucked anything so tight, most women would not let them fuck them, his cock too huge. Only whores, their pussies worn and battered allowed him a fucking. This cunt was almost a virgin and there was nothing she could do to stop him. He fucked hard, her body reacting. “You like my cock, Becky. You will get a lot more of it, so you might as well get used to it. You are going to become my little fuck toy.” Steve laughed and ruthlessly plunged into her pussy, changing the angle of his cock, forcing her pussy to stretch even more.

Sara saw Becky lift her head up and tears fill her eyes. She could hear mumbled screams coming from her gagged mouth. She knew that her rape had begun. She watched as her body slammed up and down on the table, the metal cuffs binding her legs clanging noisily as she tried to escape. This went on for long, terrible minutes. Than she was silent and still, tears running down her face. She figured that his cock must be in her now. Becky’s head raised up again, screams again muffled by the gag, her rape beginning again. She saw her body being buffeted forward, knowing that the cock was pushing into her, forcing her pussy to open and allow entrance to the large cock.

Becky could not believe how much pain the cock was giving her. She thought the tearing of her pussy was bad, but the continual rasping of the huge cock in her pussy was worse. Her pussy, than begin its descent until on the head grasped each time the cock would push deeper into her body. A few seconds reprieve and than it would begin its painful journey back down her unused pussy, pushing all resistance out of the way. Each time it would force itself deeper into her body, opening her pussy wide, the tearing and the burning becoming worse. She could feel every bump on his cock as it pushed into her body. The pain forced her pussy to involuntarily grasp the cock, the pain even worse. She knew that this was making his cock harder, but she could not stop her bodies’ natural reactions. Her pussy would squeeze the cock and than he would make it jump in her body, forcing a new batch of pain. The cock felt like it was going to come out her mouth, she had never felt anything that deep. She screamed again, the cock pushing in deeper.

Sweat was running down Steve’s body and landing on Becky’s back as the continual pumping of his cock in her body brought new anguish to his victim. It was hard to push his cock into her tight pussy, but each new muffled scream brought out a fresh batch of energy and a new enthusiasm to the next hard fuck. He laughed as his cock pushed in again, still only five inches of cock in her body. “You’ve got half of it now, cunt. You still got another five inches to go,” his hips pushing forward, another inch added to the fucking. He pulled it out and pushed it back in again, not allowing Becky’s pussy to grow accustomed to the cock. He felt her pussy expand to accept his cock and than shrink and grab at his cock as it pulled from her body. The body under him jerked and thrashed about as it received his painful instrument of torture. He pulled the cock out and than pushed back in again, now eight inches of hard cock filling her up. He continually buffeted her body, each time filling her tight pussy with more cock. A trace of blood covered his cock, he would force her to suck it clean when he finished, lubricating his cock for the rape. One last thrust, pushing with all of his strength, forced all ten inches of cock into her pussy, the head of his cock battering at her cervix. Her body jerked in pain, her cuffs clanging noisily in the room, her battered breathing and muffled screams the only discernable noise. His stomach hit her ass with a loud smack, his cock now fully in her. He paused in her pussy, her body grasping the tool tightly.

Becky felt so full. She could feel his stomach against her ass as his cock was now fully embedded in her pussy. She felt in pulsing her body, her pussy stretched tightly around it. Her body felt bruised as the last powerful push into her pussy beat against her cervix. The pain shot into her brain. She could not conceive that an individual could get so much enjoyment out of her pain. She could hear her own screams, but knew the ball gag prevented others from hearing only but muffled sounds. She could hardly breathe, the body lying on her back, the heavy weight sucking the breath out of her lungs. The cock twitched in her pussy, bringing a fresh batch of pain, as her pussy had to expand further to accept it. She could hear his voice.

“You ready for a good fucking now, Becky. Ta chatte est si serrée. It will be hard but I will make sure you get all of the cock you deserve.”

Becky felt the cock pull from her pussy, sucking her insides out as it dragged painfully from her body. She could feel every bump and bulge on his cock as it rasped over her stretched pussy tract. It felt like sandpaper on his cock as it dragged over her dry pussy, eliciting new pain through her body. It pulled from her body until only her pussy grasped the head. It paused for seconds and than Becky shrieked as the cock forcefully pushed back in, this time all ten inches forcing itself into her body. Her pussy stretched open again, painfully tearing and rasping as the cock bore into her body in one single, forceful thrust that sent his stomach slapping shamelessly against her ass cheeks. The wind was knocked out of her lungs as the head of his cock banged painfully against her cervix. The pain shot into her brain as the brutal rape of her pussy began. Before she could catch her breath, the cock was pulled out again and than back in again, all ten inches raping her painfully. Hands held her hips down, as the cock began its punishing rape of her body, pushing in and out, tearing her flesh in each painful thrust, opening her body to be used as a receptacle for his cum.

Steve pushed into her hard, forcing his cock into her defenseless body as he pummeled her. His cock tore into her flesh, his body slamming down on her back, his hips pumping his cock into her pussy relentlessly. He watched her head rear up each time his cock banged against her cervix, bottoming out in her pussy. He continued to rape her for long minutes, the blood on his cock increasing as he raped her hard and long. He could feel her body jerk in pain as he pumped his cock in and out, her pussy clinging to his cock as the rape continued. Five minutes and he continued to pump his cock into her painfully stretched pussy. He was trying to hold on as long as possible before he had to cum. He wanted her to feel the pain of his cock for a long time. “How do you like my cock, Becky,” he asked, his cock boring into her pussy at a different angle, forcing a new batch of pain as she was stretched wide. He pumped his cock into her relentlessly, a stroke taking only 5 seconds. The slapping of his stomach against her ass and her muffled sounds the only noise coming from the room as her rape continued.

Becky thought she was going to die. The initial rape of her pussy by the cock was bad enough, but not the continued fucking was taking a toll on her body. It was over ten minutes of his cock fucking into her body, it seemed like hours. Her pussy was being turned into raw meat as the hard cock continued to fuck deep into her body, tearing up her tender flesh. Her body continued to milk the cock, the painful thrusts forcing her pussy to clench and unclench on the huge cock. She felt his cock grow bigger, new pain added as she knew he was ready to cum. She felt one last powerful thrust, the cock feeling like it was going to shoot into her stomach and he bottomed out in her pussy and she felt the head grow bigger and begin to shoot out inside her. The first blast of hot cum filled her. At least it would add lubricant. The cock was pulled out and then pushed back in again, another hot blast of cum filling her pain filled pussy. It felt like gasoline was being poured inside of her pussy as he continued to pump his cock in her pussy and fill her full of his hot cum.

“What a hot pussy, hot do you like my cum, bitch. I am filling your sweet pussy so full,” Steve’s cock continuing to shoot her full as he pumped her pussy with his cock, not caring how much pain he was causing her. He pushed it in her pussy one last time and dumped the last of his cum in her. He pulled his cock out, covered in cum and blood, dripping on her ass as her pussy clung to it. He watched it leave her pussy, still stretched wide from the brutal rape. He slapped her ass hard, “great fuck, cunt. Give me a couple of minutes and I will do your asshole.”

Sara watched as Becky was continually raped before her. She could see the pain in her eyes as she was bucked about on the table. She could not understand how this was happening. It was only a few hours ago that it was break

Articles similaires

Le voyage en camping_(7)

Je m'appelle Jimmy et j'ai 11 ans. J'ai commencé à traverser la puberté il y a 3 mois et j'ai été extrêmement excitée. Un jour, j'ai décidé d'inviter mon ami à un voyage de camping dans les bois. Il s'appelait Michael et il avait 10 ans et demi, il avait les cheveux châtain foncé et il était très petit. Il a décidé de m'accompagner quelques jours. J'ai apporté la tente et il a apporté la nourriture et l'eau. J'ai aussi apporté mon golden retriever. Le camping était à environ un mile de là, et il y avait un lac là-bas. Il...

1.7K Des vues

Likes 0

REBONDISSANT

Karen tapota Steffi sur l'épaule et lui dit que Miss Peters voulait la voir tout de suite dans son bureau. Steffi a fini de boutonner son chemisier et a demandé : A-t-elle dit ce qu'elle voulait ? Non, répondit Karen alors qu'elle se dépêchait de sortir du vestiaire, elle n'avait pas l'air bouleversée ou quoi que ce soit, elle veut juste te voir ! Mon Dieu, marmonna Steffi, c'est l'heure du déjeuner et on me retient après le cours de gym, alors qu'elle ramassait sa serviette et ses vêtements de sport et les fourrait dans son sac à dos. Karen a...

989 Des vues

Likes 0

Teeny Popper.

La semaine dernière, la fille de mon voisin est venue chez moi pour me voir à propos de quelque chose et m'a vu coucher avec ma petite amie au bord de la piscine. Je n'étais pas au courant de cela à l'époque, mais elle est revenue pour obtenir ce qu'elle voulait après le départ de ma fille - elle attendait qu'elle parte. Nous étions maigres et nous avons eu des relations sexuelles ensemble la plupart du temps - j'ai 26 ans et ma fille un an environ plus jeune. Holley la fille d'en face a 17 ans. Quand elle est revenue...

821 Des vues

Likes 0

Punition de la femme adultère

*** Avis de non-responsabilité : cette histoire contient des thèmes forts de non-consentement. Je ne tolère aucun de ces actes dans la vraie vie et c'est un fantasme sombre - rien de moins, rien de plus.*** Miranda s'est réveillée dans un grand conteneur d'environ 8 pieds sur 40 de long. C'est tout ce qu'elle savait quand elle en était venue à tout ce avec quoi il l'avait droguée. Miranda Shaw était une belle jeune fille de 23 ans. Elle mesurait 5 pieds 4 pouces, était mince presque au point d'être petite, avec de longs cheveux anthracite, des yeux bruns, une peau pâle...

868 Des vues

Likes 0

Barbara dirige le gant, partie 1

Barbara Lewis était assise à la table de la cuisine de son appartement avec un air inquiet. Devant elle, sur la table, il y avait un tas de billets. Elle était en retard sur eux, certains même de plus de trente jours, et il lui fallait près de 1 000 dollars pour tous les rembourser. Elle n’avait aucune idée de la manière dont elle allait réaliser cet exploit. Eh bien, il y avait un moyen, mais elle n’était pas sûre de pouvoir le faire. Environ deux jours auparavant, son amie Lena lui avait parlé de ce lieu clandestin où elle s'était...

355 Des vues

Likes 0

Je fais juste le tour

Juste rouler Cette soirée a commencé comme toutes les autres nuits. Mes deux amis et moi sortions boire et rouler. J'avais quatorze ans et mon ami Jason en avait seize et Max en avait dix-huit. Max connaissait un gars qui nous achetait de la bière et du whisky sans poser de questions. C'était à mon tour d'acheter, alors j'ai donné à Max les deux vingt que j'avais gagnés en tondant la semaine dernière. Max était un grand gars, mesurant probablement environ six pieds deux pouces et pesait environ deux cents livres. Il avait une coupe courte et ne se rasait pas...

266 Des vues

Likes 0

La salope de crack - II_(0)

Le lendemain, Laura avait de nouveau besoin de crack. Son petit-ami avait appelé ce matin-là pour lui faire savoir qu'il était attaché à Chicago et qu'il ne serait pas à la maison avant plusieurs jours. Elle lui avait dit de rentrer à la maison dès qu'il le pourrait car elle avait besoin de plus d'épicerie. Elle n'avait pas encore avoué son habitude à son petit ami parce qu'elle avait peur de le perdre s'il l'apprenait. Cependant, elle ne savait pas combien de temps elle pourrait encore le tromper. Après qu'il ait raccroché, elle a appelé son dealer pour avoir du crack...

2K Des vues

Likes 1

Stéphanie - Juste quand les choses ont changé Pt 5

Quelques jours après son accouplement avec D, il a appelé et a fixé un rendez-vous pour ramener sa chienne pour qu'elle se reproduise. En raison de son emploi du temps chargé, Stéphanie a fixé l'heure juste après la fermeture des opérations normales. Stéphanie était excitée, car ce serait sa première fois avec une femme. Environ une heure après sa fermeture officielle, on a frappé à la porte du bureau. Elle pouvait à peine contenir son excitation lorsqu'elle ouvrit la porte pour D, sa femme et leur chien. Bonjour, je suis Stéphanie, je gère les chenils et facilite les élevages, dit-elle en...

2.3K Des vues

Likes 0

La soirée pyjama pt. 1

Prologue Mon nom est Alex. J'avais 14 ans et 5'10, au moment de cette histoire, et je vivais à Londres, en Angleterre. J'ai toujours été un geek et exclu de presque tous les groupes et sociétés. Cette histoire commence un vendredi fin juillet. C'était l'anniversaire de mes parents alors ils allaient à Cambridge pour une semaine. Ma sœur vivait avec son amie Joanna, alors j'ai demandé à mon amie Bella si je pouvais rester avec elle pour la semaine. Je restais presque toujours avec elle quand mes parents n'étaient pas à Londres et souvent quand ils l'étaient. Elle n'avait pas besoin...

1.7K Des vues

Likes 0

The Son of Lust Chapitre 19: Incitatif à la formation coquine de la sœur

Le fils de la luxure Chapitre dix-neuf : Incitation à la formation coquine d'une sœur Par mypenname3000 Droits d'auteur 2020 Remarque : Cette histoire a été commandée par Ultrasound 7 et m'a permis de la partager avec vous. Cela peut contenir des scénarios et des actes que je n'écrirais pas normalement. Il y aura un fort thème esclave sexuel/domination. J'empêcherai cela de violer n'importe quel canon établi dans le monde et j'ai développé la mythologie qui anime cette histoire. Kurtis – Ankush, le royaume de Naith J'ai eu deux semaines pour être bon pour le combat. Le lendemain, après avoir bien dormi...

1.9K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.