La plus longue histoire/blague du monde

560Report
La plus longue histoire/blague du monde

La blague la plus longue
dans le monde
* * *
Perdu dans le désert


Donc, il y a un homme qui rampe dans le désert.

Il avait décidé d'essayer son SUV lors d'un petit voyage à travers le pays, s'était beaucoup amusé à survoler les badlands et à travers le sable, s'était perdu, avait heurté un gros rocher, puis il n'avait pas pu le redémarrer. Il n'y avait pas de tours de téléphonie cellulaire à proximité, donc son téléphone portable était inutile. Il n'avait pas de famille, ses parents étaient morts quelques années auparavant dans un accident de voiture, et ses quelques amis n'avaient aucune idée qu'il était ici.

Il est resté avec la voiture pendant environ un jour, mais sa seule bouteille d'eau s'est épuisée
et il commençait à avoir soif. Il pensa qu'il connaissait peut-être la direction du retour, maintenant qu'il avait prêté attention au soleil et pensé qu'il avait compris où était le nord, alors il décida de commencer à marcher. Il a pensé qu'il n'avait qu'à parcourir environ 30 milles et il serait de retour dans la petite ville où il avait fait le plein d'essence en dernier.

Il pense à marcher la nuit pour éviter la chaleur et le soleil, mais en se basant sur
à quel point il faisait noir la nuit précédente, et étant donné qu'il n'a pas de lampe de poche, il a peur de se casser une jambe ou de marcher sur un serpent à sonnette. Donc,
il met de la crème solaire, met le reste dans sa poche pour une nouvelle application
plus tard, apporte un parapluie qu'il avait à l'arrière du SUV avec lui pour donner
lui un peu d'ombre, verse le liquide lave-glace dans sa bouteille d'eau
au cas où il deviendrait aussi désespéré, apporte son couteau de poche au cas où il trouverait un cactus qui semble contenir de l'eau, et se dirige vers le
direction qu'il pense être la bonne.

Il marche toute la journée. À la fin de la journée, il a vraiment soif. il est
a transpiré toute la journée et ses lèvres commencent à se fissurer. Il a réappliqué la crème solaire deux fois et a essayé de rester sous le parapluie, mais il se sent toujours brûlé par le soleil. Le liquide lave-glace qui clapote dans la bouteille de sa poche devient vraiment tentant maintenant. Il sait que c'est principalement de l'eau et un peu d'éthanol et de colorant, mais il sait aussi qu'ils y ajoutent une sorte de poison pour empêcher les gens de le boire. Il se demande quel est le poison, et
si le poison serait pire que de mourir de soif.

Il continue, essayant d'arriver à cette petite ville avant la nuit.

À la fin de la journée, il commence à s'inquiéter. Selon sa montre, il a marché au moins 3 milles à l'heure pendant plus de 10 heures. Cela signifie que si son estimation était juste, il devrait être proche de la
ville. Mais il ne reconnaît rien de tout cela. Il a dû traverser le lit d'un ruisseau asséché à un ou deux kilomètres en arrière, et il ne se souvient pas l'avoir traversé en SUV. Il se dit qu'il s'est peut-être un peu éloigné de sa direction et que le lit du ruisseau asséché se trouvait juste à côté de son chemin. Il se dit qu'il est proche, et qu'après la tombée de la nuit, il commencera à voir les lumières de la ville au-dessus d'une de ces collines, et ce sera tout ce dont il aura besoin.

Alors qu'il devient assez sombre pour qu'il commence à trébucher sur de petits rochers et autres,
il trouve une place et s'assied pour attendre la nuit complète et les lumières de la ville.

Le noir complet vient avant qu'il ne le sache. Il a dû s'assoupir. Il se tient en arrière
vers le haut et tourne tout autour. Il ne voit que des étoiles.

Il se réveille le lendemain matin en se sentant absolument nul. Ses yeux sont gommeux et sa bouche et son nez semblent pleins de sable. Il a tellement soif qu'il ne peut même pas avaler. Il a à peine dormi parce qu'il faisait si froid. Il avait oublié à quel point il faisait froid la nuit dans le désert et ne l'avait pas remarqué la veille parce qu'il était dans sa voiture.

Il connaît la règle des trois - trois minutes sans air, trois jours sans eau, trois semaines sans nourriture - puis tu meurs. Certaines personnes peuvent le faire un peu plus longtemps, dans les meilleures situations. Mais la chaleur du désert et devoir marcher et transpirer n'est pas la meilleure situation pour se passer d'eau. Il pense que, à moins qu'il ne trouve de l'eau, c'est son dernier jour.

Il se rince la bouche avec un peu de liquide lave-glace. Il attend un moment après avoir recraché ce petit morceau, pour voir si sa bouche s'engourdit, ou s'il se sent étourdi ou quelque chose comme ça. Sa bouche est-elle engourdie ? Est-ce juste dans
son esprit? Il n'est pas sûr. Il ira un peu plus loin, et s'il ne le fait toujours pas
trouver de l'eau, il essaiera de boire un peu de liquide.

Ensuite, il doit faire face à sa prochaine question plus difficile - dans quelle direction va-t-il à partir d'ici? Continue-t-il à marcher dans la même direction qu'hier (en supposant qu'il sait toujours de quelle manière il s'agit) ou essaie-t-il une nouvelle direction ? Il ne sait pas quoi faire.

En regardant les collines et les dunes autour de lui, il pense savoir dans quelle direction il se dirigeait auparavant. Juste par un sentiment, il se pointe un peu à gauche de celui-ci et commence à marcher.

Au fur et à mesure qu'il marche, la journée se réchauffe. Le désert, trop froid quelques heures auparavant, redevient bientôt un four. Il transpire un peu au début, puis s'arrête. Il commence à s'inquiéter à ce sujet - lorsque vous arrêtez de transpirer, il sait que vous avez des problèmes - généralement juste avant le coup de chaleur.

Il décide qu'il est temps d'essayer le liquide lave-glace. Il ne peut pas attendre
plus longtemps - s'il s'évanouit, il est mort. Il s'arrête à l'ombre d'un grand
rock, sort la bouteille, l'ouvre et prend une gorgée. Il lentement
l'avale, le faisant durer aussi longtemps qu'il le peut. Il se sent si bien dans son sec
et la gorge craquelée qu'il ne se soucie même pas du mauvais goût. Il prend
une autre bouchée, et la fait durer aussi. Lentement, il boit la moitié de la bouteille.
Il se dit que puisqu'il en boit, autant boire assez pour
faire une différence et s'empêcher de s'évanouir.

Il a cessé de s'inquiéter de la dénaturation du liquide lave-glace. Si ça le tue,
ça le tue - s'il ne le buvait pas, il mourrait de toute façon. en plus il est beau
sûr que la substance avec laquelle ils dénaturent le liquide est juste conçue pour vous rendre malade - leur façon d'empêcher les winos d'acheter du liquide d'essuie-glace bon marché pour la teneur en éthanol. Il peut supporter de vomir, s'il en vient à cela.

Il marche. Il marche dans le désert chaud, sec et sans vent. Sable, rochers, collines,
dunes, occasionnellement des cactus maigres ou des buissons séchés. Aucun signe d'eau.
Parfois, il verra un petit mouvement d'un côté ou de l'autre, mais tout ce qui a bougé est généralement parti avant qu'il ne puisse fixer ses yeux dessus. Probablement des oiseaux, des lézards ou des souris. Peut-être des serpents, bien qu'ils bougent généralement plus la nuit. Il prend soin de rester à l'écart des mouvements.

Au bout d'un moment, il commence à chanceler. Il n'est pas sûr si c'est la fatigue, la chaleur
un accident vasculaire cérébral l'a finalement attrapé, ou peut-être qu'il s'était trompé et que la dénaturation du liquide d'essuie-glace était pire qu'il ne le pensait. Il essaie de se stabiliser et de continuer.

Après plus de marche, il arrive à une grande étendue de sable. C'est bon! Il
sait qu'il est passé sur une étendue de sable dans le SUV - il se souvient avoir fait
beignets dedans. Ou du moins, il pense qu'il s'en souvient - il devient patraque
assez et assez fatigué pour qu'il ne soit plus sûr de ce dont il se souvient ou s'il
il hallucine. Mais il pense s'en souvenir. Alors il s'y lance,
essayant de se rendre de l'autre côté, en espérant que cela le rapproche de la ville.

Il se dirigeait vers une ville, n'est-ce pas ? Il pense qu'il l'était. Il n'est plus sûr. Il ne sait même plus depuis combien de temps il marche. Est-ce encore le matin ? Ou s'est-il déplacé dans l'après-midi et le soleil se couche-t-il à nouveau ? Ce doit être l'après-midi - il semble que cela fait trop longtemps qu'il n'a pas commencé.

Il marche dans le sable.

Au bout d'un moment, il arrive à une grande dune dans le sable. C'est mauvais. Il ne fait pas
se souvenir de toutes les dunes lors de la conduite sur le sable dans son SUV. Ou du moins il
ne pense pas s'en souvenir. C'est mauvais.

Mais, il n'a pas d'autre direction à suivre. Trop tard pour faire marche arrière maintenant. Il chiffre
qu'il atteindra le sommet de la dune et verra s'il peut voir quelque chose de
là qui l'aide à trouver la ville. Il continue de remonter la dune.

A mi-hauteur, il glisse dans le mauvais pied du sable pour le deuxième ou le troisième
temps, et tombe à genoux. Il n'a pas envie de se relever - il va
juste retomber. Alors, il continue de remonter la dune sur ses mains et ses genoux.

En rampant, si sa gorge n'était pas aussi sèche, il rirait. Il est enfin
arrivé à l'image éculée d'un homme perdu dans le désert - rampant à travers
le sable sur ses mains et ses genoux. Ce serait l'image parfaite, imagine-t-il, si seulement ses vêtements étaient plus en lambeaux. Les gens rampant dans le désert
dans les dessins animés avaient toujours des vêtements en lambeaux. Mais les siens ont duré sans aucun
déchire jusqu'à présent. Quelqu'un trouvera probablement son cadavre desséché à moitié enterré dans le sable dans des années, et ses vêtements seront toujours en bon état -
secouez le sable, et un bon lavage, et ils seraient à nouveau portables. Il souhaite que sa gorge soit assez humide pour rire. Il tousse un peu à la place, et ça fait mal.

Il arrive enfin au sommet de la dune de sable. Maintenant qu'il est au sommet,
il se débat un peu, mais parvient à se lever et à regarder autour de lui. Tout ce qu'il voit
est du sable. Du sable, et encore du sable. Derrière lui, à environ un mile de distance, il pense qu'il
voit le sol rocailleux qu'il a quitté pour se diriger vers ce sable. Devant lui, plus
dunes, plus de sable. Ce n'est pas là qu'il a conduit son SUV. Ceci est l'enfer. Ou assez proche.

Encore une fois, il ne sait pas quoi faire. Il décide de boire le reste de l'essuie-glace
fluide tout en le découvrant. Il sort la bouteille et retire le
casquette, quand il regarde sur le côté et voit quelque chose. Quelque chose dans le sable. Au bas de la dune, à l'écart, il aperçoit quelque chose d'étrange. C'est un terrain plat, dans le sable. Il arrête d'enlever le bouchon de la bouteille et essaie de regarder de plus près. La zone semble être circulaire. Et il fait sombre - plus sombre que le sable. Et, il semble y avoir quelque chose au milieu, mais il ne peut pas dire ce que c'est. Il regarde aussi dur qu'il le peut, et peut toujours dire de
ici. Il va devoir descendre là-bas et regarder.

Il remet la bouteille dans sa poche et commence à trébucher sur la dune.
Après quelques pas, il se rend compte qu'il est en difficulté - il ne pourra pas garder son équilibre. Après quelques autres pas glissants et chancelants, il tombe et commence à dévaler la dune. Le sable est si chaud quand son corps le frappe que pendant une minute, il pense qu'il a pris feu en descendant - comme une épave de voiture de cinéma qui s'enflamme alors qu'elle passe au-dessus de la falaise, avant même qu'elle ne touche le sol. Il ferme les yeux et la bouche, couvre son visage de ses mains et attend d'arrêter de rouler.

Il s'arrête, au pied de la dune. Après une minute ou deux, il trouve assez
l'énergie nécessaire pour essayer de s'asseoir et d'enlever le sable de son visage et de ses vêtements. Quand
il éclaircit suffisamment les yeux, il regarde autour de lui pour s'assurer que la tache sombre
dans le sable, il était toujours là et il ne l'avait pas simplement imaginé.

Alors, voyant que la grande tache sombre et plate sur le sable est toujours là, il commence
ramper vers elle. Il se levait et marchait vers elle, mais il ne semble pas
avoir l'énergie de se lever et de marcher tout de suite. Il doit être en phase finale
de déshydratation, il figure, comme il rampe. Si cet endroit dans le sable ne le fait pas
avoir de l'eau, il n'en fera probablement jamais ailleurs. C'est son dernier
chance.

Il se rapproche de plus en plus, mais ne peut toujours pas voir ce qu'il y a au milieu de la
zone sombre. Ses yeux ne se concentrent plus tout à fait pour une raison quelconque. Et soulever
sa tête haute pour regarder demande tellement d'efforts qu'il renonce à essayer. Il a juste
continue de ramper.

Enfin, il atteint la zone qu'il avait vue depuis la dune. Il lui faut une minute pour ramper dessus avant de se rendre compte qu'il n'est plus sur le sable - il rampe maintenant sur une sorte de pierre sombre. Pierre avec une sorte de marquage dessus - un motif taillé dans la pierre. Il est trop fatigué pour se lever et essayer de voir quelle est la tendance - alors il continue de ramper. Il rampe vers le centre,
où ses yeux flous voient encore quelque chose au milieu de la pierre sombre
zone.

Son esprit, étrangement détaché, constate que soit ses mains et ses genoux sont tellement brûlés par le sable qu'ils ne ressentent plus la douleur, soit que ce
pierre, au milieu d'un désert brûlant avec un soleil battant et punitif
au-dessus de la tête, ne semble pas être chaud. C'est presque cool. Il considère mentir
vers le bas sur la belle surface fraîche.

Pierre froide et sombre. Pas bon signe. Il doit avoir des hallucinations. il est
probablement au milieu d'un carré de sable, déjà couché face contre terre et
mourir, et juste imaginer tout ça. Un mirage du désert. Bientôt le
de belles femmes portant des cruches d'eau viendront et commenceront à lui donner
un verre. Alors il saura qu'il est parti.

Il décide de ne pas s'allonger sur la pierre froide. S'il va mourir ici
au milieu de cette hallucination, il veut au moins voir ce qu'il y a dans le
centre avant qu'il ne parte. Il continue de ramper.

C'est la troisième fois qu'il entend la voix avant de réaliser ce qu'il est
audience. Il jurerait que quelqu'un vient de dire : « Salutations, voyageur.
pas bien paraître. Vous m'entendez?"

Il arrête de ramper. Il essaie de lever les yeux d'où il est sur ses mains et
genoux, mais c'est trop d'effort pour lever la tête. Alors il essaie quelque chose
différent - il se penche en arrière et essaie de s'asseoir sur la pierre. Après quelques
secondes, il retrouve son équilibre, évite de tomber sur le visage, se redresse et
essaie de concentrer ses yeux. Flou. Il se frotte les yeux avec le dos de ses mains
et essaie à nouveau. Mieux cette fois.

Ouais. Il peut voir. Il est assis au milieu d'une grande étendue plate et sombre
de Pierre. Juste à côté de lui, à environ un mètre de distance, se trouve un poteau blanc ou
poteau d'environ deux pouces de diamètre et dépassant d'environ quatre ou cinq pieds
hors de la pierre, à un angle.

Et enroulé autour de cette tige blanche, la queue avec un hochet flottant dessus et
semblant être prêt à commencer à cliqueter, c'est ce qui doit être long de quinze pieds
serpent à sonnettes à dos de diamant du désert, le regardant directement.

Il regarde le serpent en état de choc. Il n'a pas l'énergie de se lever et
fuyez. Il n'a même pas la force de ramper. C'est ça, son
dernière demeure. Quoi qu'il arrive, il ne pourra pas
déménager de cet endroit.

Eh bien, au moins mourir d'une morsure de ce monstre devrait être plus rapide que
mourir de soif. Il affrontera sa fin comme un homme. Il a du mal à s'asseoir un
un peu plus droit. Le serpent continue de le regarder. Il lève une main et fait signe
dans la direction du serpent, faiblement. Le serpent regarde la main pendant un
moment, puis se remet à regarder l'homme, le regardant dans les yeux.

Hmmm. Peut-être que le serpent n'avait aucun intérêt à le mordre ? Il n'avait pas encore secoué -
c'était bon signe. Peut-être qu'il n'allait pas mourir d'une morsure de serpent après tout.

Il se souvient alors qu'il avait levé les yeux lorsqu'il avait atteint le centre ici
parce qu'il croyait avoir entendu une voix. Il était encore très patraque - il était
susceptible de s'évanouir bientôt, le soleil tapait toujours sur lui même s'il était
maintenant sur pierre fraîche. Il n'avait toujours rien à boire. Mais peut-être avait-il
effectivement entendu une voix. Cette pierre n'avait pas l'air naturelle. Ce blanc non plus
poteau sortant de la pierre. Quelqu'un a dû construire ça. Peut être
ils étaient encore à proximité. C'est peut-être lui qui lui a parlé. Peut-être que ce serpent
était même leur animal de compagnie, et c'est pourquoi il ne mordait pas.

Il essaie de se racler la gorge pour dire "Bonjour", mais sa gorge est trop sèche. Tous
qui sort est un son de toux ou de respiration sifflante. Il n'y a aucun moyen qu'il s'en aille
pouvoir parler sans rien boire. Il sent sa poche, et le
bouteille avec le liquide lave-glace est toujours là. Il sort la bouteille en tremblant,
perdant presque l'équilibre et tombant sur le dos dans le processus. Ce n'est pas
bien. Il ne lui reste plus beaucoup de temps, selon ses calculs, avant de passer
dehors.

Il enlève le couvercle de la bouteille, parvient à porter la bouteille à ses lèvres,
et verse une partie du liquide dans sa bouche. Il le traîne, puis
l'avale. Il tousse un peu. Sa gorge va mieux. Peut-être qu'il peut parler
maintenant.

Il essaie à nouveau. Ignorant le serpent, il se tourne pour regarder autour de lui, espérant
repérer le propriétaire de cet endroit, et croasser, "Bonjour? Y a-t-il quelqu'un ici?"

Il entend, de son côté, "Salutations. Qu'est-ce que tu veux ?"

Il tourne la tête, dos au serpent. C'est là que le son avait semblé
venir de. La seule chose à laquelle il peut penser, c'est qu'il doit y avoir un
haut-parleur, caché sous le serpent, ou peut-être intégré à ce poteau. Il décide
pour essayer de demander de l'aide.

« S'il vous plaît », croasse-t-il à nouveau, se sentant soudainement étourdi, « J'aimerais ne pas être
plus soif. J'ai été longtemps sans eau. Pouvez-vous m'aider?"

Regardant dans la direction du serpent, espérant voir où était la voix
venant de cette époque, il est choqué de voir le serpent reculer, ouvrir sa
bouche et parler. Il l'entend dire, alors que le vertige le prend et qu'il
tombe en avant, la tête la première sur la pierre, "Très bien. J'arrive."

Une douleur lancinante traverse son épaule. Soudain, il est réveillé. Il s'asseoit
et attrape son épaule, grimaçant à la douleur lancinante. Il est momentanément
désorienté alors qu'il regarde autour de lui, puis il se souvient - le ramper à travers le
sable, la zone sombre de la pierre, le serpent. Il voit le serpent, encore enveloppé
autour du poteau blanc incliné, le regardant toujours.

Il tend la main et sent son épaule, là où ça fait mal. Il se sent légèrement humide.
Il retire ses doigts et les regarde - du sang. Il sent son épaule
encore une fois - sa chemise a ce qui ressemble à deux trous - deux trous de perforation -
ils correspondent aux deux points douloureux sur son épaule. Il avait été
mordu. Par le serpent.

"Ça ira mieux dans une minute." Il lève les yeux - c'est le serpent qui parle. Il
ne l'avait pas rêvé. Soudain, il s'aperçoit qu'il n'a plus le vertige. Et plus
surtout, il n'a plus soif - du tout !

"Suis-je mort? Est-ce l'au-delà? Pourquoi me mordez-vous dans le
vie après la mort?"

"Désolé pour ça, mais j'ai dû te mordre", dit le serpent. "C'est ainsi que je
travail. Tout passe par la morsure. Considérez cela comme une médecine naturelle."

« Tu m'as mordu pour m'aider ? Pourquoi n'ai-je plus soif ?
boire avant de me mordre? Comment ai-je bu suffisamment alors que j'étais inconscient pour ne pas être
plus soif ? Je n'ai pas bu depuis plus de deux jours. Eh bien, sauf pour
le liquide d'essuie-glace... tiens-le, comment diable un serpent peut-il parler ?
Es-tu réel? Êtes-vous une sorte d'animation Disney ?"

"Non," dit le serpent, "je suis réel. Aussi réel que toi ou n'importe qui d'autre, de toute façon. Je
ne t'a pas donné à boire. Je t'ai mordu. C'est comme ça que ça marche - c'est ce que je fais. je
mordre. Je n'ai pas de mains pour te donner à boire, même si j'avais juste de l'eau
assis par ici."

L'homme resta assis, stupéfait, pendant une minute. Il était là, assis au milieu de la
désert sur une pierre étrange qui devrait être chaude mais qui ne l'était pas, parlant à un
serpent qui pouvait répliquer et qui venait de le mordre. Et il se sentit mieux. Pas
super - il était toujours affamé et épuisé, mais beaucoup mieux - il n'était pas
plus soif. Il avait recommencé à transpirer, mais seulement un peu. Il se sentait
chaud, sous ce soleil, mais il commençait à baisser dans le ciel, et la fraîcheur
pierre sous lui était un soulagement qu'il pouvait remarquer maintenant qu'il n'était plus
mourir de soif.

"Je pourrais suggérer que nous nous occupions de ce méthanol que vous avez maintenant dans votre
système avec la prochaine requête, " continua le serpent. " Je peux deviner pourquoi vous
l'ai bu, mais je ne suis pas sûr de la quantité que vous avez bue ou de la quantité de méthanol qui restait
dans le liquide lave-glace. Ce truc est méchant. Ça te rendra aveugle en un jour ou
deux, si vous en buviez suffisamment."

"Ummm, n-prochaine requête ?" Dit l'homme. Il a remis sa main sur sa douleur
l'épaule et s'éloigna un peu du serpent.

"C'est comme ça que ça marche. Si tu veux, bien sûr," expliqua le serpent. "Toi
recevoir trois demandes. Appelez-les souhaits, si vous le souhaitez. » Le serpent sourit à sa
sa propre plaisanterie, et l'homme s'écarta un peu plus du spectacle des crocs.

"Mais il y a des règles," continua le serpent. « La première demande est gratuite.
deuxième exige un accord de secret. La troisième exige la liaison de
responsabilité." Le serpent regarde l'homme sérieusement.

"Au fait," dit soudain le serpent, "je m'appelle Nathan. Vieux Nathan,
Samuel m'appelait. Il m'a donné le nom. Avant cela, la plupart des Bound
avait l'habitude de m'appeler 'Serpent'. Mais ça a vieilli, et Samuel ne supportait pas
pour ça. Il disait que tout ce qui pouvait parler avait besoin d'un nom. Il était grand dans
des noms. Tu peux m'appeler Nate, si tu le souhaites." Encore une fois, le serpent sourit. "Désolé
si je ne propose pas de secouer, mais je pense que vous pouvez comprendre - mon tremblement sonne
un peu menaçant." Le serpent secoua un peu son hochet.

"Umm, mon nom est Jack," dit l'homme, essayant d'absorber tout cela. "Jack
Samson.

"Puis-je vous poser une question?" dit soudainement Jack. "Qu'est il arrivé au
poison... euh, dans ta morsure. Pourquoi est-ce que je ne meurs pas maintenant ? Comment as-tu fais ça?
Qu'est-ce que tu veux dire par c'est comme ça que tu travailles ?"

"C'est plus qu'une question", sourit Nate. "Mais je vais quand même essayer de répondre
tous. D'abord, oui, vous pouvez me poser une question." Le sourire du serpent devient
plus large. "Deuxièmement, le poison est en vous. Il vous a changé. Vous n'avez plus besoin
boire. C'est ce que vous avez demandé. Ou bien, techniquement, vous avez demandé de ne pas
plus soif - mais « plus » est un terme tellement vague. j'ai décidé de faire
c'est permanent - maintenant, tant que vous vivez, vous ne devriez pas avoir besoin de boire beaucoup à
tous. Votre corps conservera l'eau très efficacement. Tu devrais être capable de
obtenir suffisamment de la nourriture que vous mangez - un peu comme une créature du désert.
Vous avez été changé.

"Pour la troisième question," poursuit Nate, "tu es toujours en train de mourir.
effets de ce méthanol dans votre système, vous êtes un homme - et les hommes sont mortels.
Dans votre état actuel, je ne vous donne pas plus d'environ 50 ans.
En supposant que vous sortez de ce désert, vivant, bien sûr. » Nate semblait immensément
amusé de son propre humour, et continua son large sourire.

"Quant à la quatrième question," dit Nate, l'air plus sérieux en ce qui concerne Jack.
pourrait dire, comme Jack travaillait juste maintenant sur sa capacité à lire
émotions de serpent parlant des traits du visage du serpent, "vous devez d'abord être d'accord
de faire une deuxième demande et d'être lié par le secret, ou je ne peux pas dire
toi."

"Attends," plaisanta Jack, "n'est-ce pas là que tu dis que tu pourrais me le dire, mais tu
faut-il me tuer ?"

"Je pensais que c'était sous-entendu." Nate a continué à avoir l'air sérieux.

"Hummm... ouais." Jack se pencha un peu en arrière en se rappelant à nouveau qu'il était
parler à un reptile venimeux de quinze pieds avec une réputation d'avoir un
mauvais caractère. "Alors, qu'est-ce que c'est que ce truc 'Bound by Secrecy', et pouvez-vous vraiment
arrêter les effets du méthanol ?" Jack réfléchit une seconde. "Et, qu'est-ce que
tu veux dire du méthanol, de toute façon? Je pensais que ces jours-ci, ils utilisaient de l'éthanol dans les essuie-glaces
liquide, et juste le dénaturer?"

"Ils peuvent, je ne sais pas vraiment", a déclaré Nate. "Je ne suis pas sorti dans un
alors que. Peut-être qu'ils le font. Tout ce que je sais, c'est que ton haleine sent le méthanol et
sur cette bouteille dans ta poche. Et la couleur bleue du liquide lorsque vous
l'a sorti pour en boire, laissez-moi deviner que c'était du liquide d'essuie-glace. je suppose
qu'ils colorent encore le liquide lave-glace en bleu ? »

"Oui, ils le font," dit Jack.

« J'ai pensé, » répondit Nate. "Quant à être lié par le secret - avec le
l'accomplissement de votre prochaine demande, vous serez tenu de ne rien dire de moi,
cet endroit, ou toute information que je vous dirai après cela, lorsque vous
décide de retourner vers ton espèce. Tu n'auras pas le droit de parler de moi,
écrire sur moi, utiliser la langue des signes, charades, ou même agir d'une manière qui
amener quelqu'un à deviner correctement sur moi. Vous serez tenu au secret. De
bien sûr, je vous demanderai également de promettre de ne pas me trahir, et comme je suis
en devinant que vous êtes un homme de parole, vous ne testerez jamais la reliure
de toute façon, donc tu ne le remarqueras pas." Nate a dit la dernière partie avec une confiance totale.

Jack, qui s'était toujours vanté d'être un homme de parole, se sentait
peu nerveux à ce sujet. "Ummm, hé, Nate, qui es-tu? Comment as-tu su
ce? Êtes-vous, euh, omniscient, ou quoi?"

Eh bien, Jack, dit tristement Nate, je ne peux pas te dire ça, à moins que tu fasses le
deuxième demande. » Nate détourna les yeux pendant une minute, puis regarda en arrière.

"Euh, eh bien, d'accord," dit Jack, "qu'est-ce que c'est que cette deuxième demande ? Que puis-je
demander? As-tu le droit de me le dire ?"

"Bien sûr!" dit Nate, s'illuminant. "Vous êtes autorisé à demander des modifications. Modifications
à toi. Ils sont comme des souhaits, mais ils ne peuvent que vous affecter. Oh et
avant que tu demandes, je ne peux pas te donner l'immortalité. Ou l'omniscience. Ou
omniprésence, d'ailleurs. Bien que je puisse être capable de te rendre gazeux
et pourtant rester en vie, et alors vous pourriez vous répandre dans l'atmosphère et
sorte d'être omniprésent. Mais à quoi ça servirait - tu ne serais toujours pas
omniscient et ne pouvait donc toujours se concentrer que sur une chose à la fois. Pas très
utile, du moins à mon avis." Nate s'arrêta lorsqu'il réalisa que Jack était
le regardant.

"Eh bien, de toute façon," continua Nate, "je suggérerais probablement de te donner un
bonne santé. Cela annulerait le méthanol maintenant dans votre système, vous seriez
immunisé contre la plupart des poisons et des maladies, et vous auriez tendance à vivre très longtemps
temps, sauf accident, bien sûr. Et vous aurez même tendance à
bien se remettre des accidents. Cela a toujours semblé être un bon choix pour un
demande-moi."

« Guérir de l'empoisonnement au méthanol, hein ? dit Jack. "Et gardez-moi en bonne santé pendant un
longue durée? Hmmm. Cela ne sonne pas mal. Et ça doit être une demande
à propos d'un changement pour moi? Je ne peux pas demander à être riche, n'est-ce pas ? Parce que ce n'est pas
vraiment un changement pour moi?"

"Bien," acquiesça Nate.

"Puis-je demander à être un génie et en bonne santé en permanence ?" demanda Jack, avec espoir.

"Cela prend deux demandes, Jack."

"Oui, je m'en doutais," dit Jack. "Mais je pourrais demander à être un génie? Je pourrais
devenir le scientifique le plus intelligent du monde ? Ou le meilleur athlète?"

"Eh bien, je pourrais te rendre très intelligent," admit Nate, "mais ça ne
font nécessairement de vous le meilleur scientifique du monde. Ou, je pourrais te faire
très athlétique, mais cela ne ferait pas nécessairement de vous non plus le meilleur athlète.
Vous avez entendu le dicton selon lequel 99% du génie est un travail acharné ? Eh bien, il y a des
vérité à cela. Je peux te donner le talent, mais je ne peux pas te faire travailler dur. Il
Tout dépend de ce que vous décidez d'en faire."

"Hummm," dit Jack. "Ok, je pense avoir compris. Et je reçois une troisième demande,
après celui-ci ?"

"Peut-être," dit Nate, "ça dépend de ce que tu décides alors. Il y a plus
règles pour la troisième demande dont je ne peux vous parler qu'après la deuxième
demande. Tu sais comment ça se passe." Nate avait l'air d'avoir haussé les épaules, s'il avait
épaules.

"Ok, eh bien, puisque je préfère ne pas être aveugle dans un jour ou deux, et permanent
la santé ne semble pas mauvaise, alors considérez que ma deuxième demande. Officiellement.
Dois-je signer avec du sang ou quelque chose ?"

"Non," dit Nate. "Tends juste ta main. Ou ton talon." Nate sourit. "Ou
quelle que soit la partie que vous voulez que je morde. Je dois encore te mordre. Comme je l'ai dit,
c'est comme ça que ça marche - le poison, tu sais", a déclaré Nate en s'excusant.

Jack grimaça un peu et sentit son épaule, là où était la dernière bouchée. Hé, ça
ne faisait plus mal. Comme l'avait dit Nate. Cela a fait que Jack se sente mieux
sur l'affaire mordant. Mais toujours, immobile pendant qu'un quinze pieds
le serpent a planté ses crocs en toi. Jack se leva. Ignorant à quel point c'était bon de
pouvoir à nouveau se tenir debout, et la faim commençant à ronger son estomac, Jack
essayé de décider où il voulait se faire mordre. Bien que sachant qu'il
ne ferait pas mal longtemps, Jack savait que cela n'allait pas être facile.

"Hey, Jack," dit soudain Nate, regardant derrière Jack vers les dunes derrière lui.
lui, "c'est quelqu'un d'autre qui monte là-bas?"

Jack se retourna et regarda. Qui d'autre pourrait être ici au milieu de
nulle part? Et ont-ils apporté de la nourriture ?

Attendez une minute, il n'y avait personne là-bas. Qu'était-ce que Nate...

Jack laissa échapper un beuglement en sentant deux crocs s'enfoncer dans son derrière, à travers
son jean...

Jack s'assit prudemment, privilégiant sa fesse plus tendre. "J'aurais
décida finalement Nate. J'étais juste en train d'y penser. Tu n'avais pas à
trompez-moi comme ça."

"Je fais ça depuis longtemps, Jack," dit Nate avec confiance. "Toi
les humains ont du mal à rester immobiles et à se laisser mordre par un serpent -
surtout un à ma taille. Et d'ailleurs, admettez-le - ça ne fait que quelques
minutes et ça ne fait déjà plus mal, n'est-ce pas ? C'est à cause de la
avantage pour la santé avec celui-ci. Je t'avais dit que tu guérirais rapidement maintenant."

"Ouais, bon, quand même," dit Jack, "c'est le principe du truc. Et personne
aime être mordu dans le cul! Tu n'aurais pas pu avoir mon mollet ou
quelque chose à la place?"

"Plus de viande dans les fesses humaines typiques", a répondu Nate. "Et moins de chance que tu
accidentellement me donner un coup de pied ou bouger à la dernière seconde."

"Ouais, c'est vrai. Alors, dis-moi tous ces merveilleux secrets que je qualifie maintenant
entendre, répondit Jack.

"D'accord," dit Nate. "Voulez-vous d'abord poser des questions, ou voulez-vous que je
commence juste à parler ?"

"Juste parler," dit Jack. "Je vais m'asseoir ici et essayer de ne pas penser à la nourriture."

"On pourrait aller essayer de te préparer de la nourriture d'abord, si tu veux,"
répondit Nate.

« Hé ! Tu ne m'as pas dit que tu avais de la nourriture par ici, Nate ! Jack bondit.
"Qu'avons-nous ? Suis-je à distance de marche de la ville ? Ou pouvez-vous par magie
concocter de la nourriture avec vos autres pouvoirs ?" Jack criait presque avec
excitation. Son estomac grondait depuis des heures.

"Je pensais plutôt que je pouvais faire sortir quelque chose de son trou et mordre
pour vous, et vous pourriez l'écorcher et le manger. En supposant que vous ayez un couteau,
c'est-à-dire, " répondit Nate, avec le sourire auquel Jack commençait à s'habituer.

"Ugh," dit Jack en se rasseyant. "Je pense que je vais passer. Je peux durer un peu
plus longtemps avant que je sois assez désespéré pour manger du rat du désert, ou quoi que ce soit d'autre
est-ce que vous découvrez ici. Et il n'y a rien à brûler - je devrais le manger cru.
Non merci. Parle juste."

"Ok," répondit Nate, souriant toujours. "Mais je ferais mieux de me dépêcher, avant de commencer
me regardant comme de la nourriture.

Nate recula un peu, regarda autour de lui pendant une seconde, puis continua.
"Toi, Jack, tu es assis au milieu du Jardin d'Eden."

Jack regarda autour de lui le sable et les dunes puis se retourna vers Nate
avec scepticisme.

"Eh bien, c'est le mieux que je puisse comprendre, de toute façon, Jack," dit Nate. "Se lever
et regarde le symbole sur le rocher ici. » Nate fit un geste autour de l'obscurité.
pierre sur laquelle ils étaient tous les deux assis avec son nez.

Jack se leva et regarda. Sculpté dans la pierre dans un bas-relief était un
représentation d'un grand arbre. Le poteau incliné autour duquel Nate était enroulé
sortait du tronc de l'arbre, juste en dessous où les branches principales
a quitté le camion pour tendre la main à travers la pierre. C'était très bien fait - c'est
ressemblait plus à un arbre avait été réduit à presque deux dimensions et
enfoncée dans la pierre qu'elle ne l'était comme une sculpture.

Jack fit le tour et regarda les détails dans la lumière déclinante du
soleil couchant. Il aurait aimé l'avoir regardé pendant que le soleil était plus haut dans la
ciel.

Attendez! Le soleil se couchait! Cela signifiait qu'il allait devoir passer un autre
nuit ici! Arrgh !

Jack regarda un peu à travers le désert, puis revint et
se tenait à côté de Nate. "Dans toute cette excitation, j'ai presque oublié, Nate," dit
Jack. "Où est-ce que ça revient à la ville ? Et à quelle distance ? Je vais finir par
je dois rentrer - je ne suis pas sûr de pouvoir survivre en mangeant cru
créatures du désert pour longtemps. Et même si je le peux, je ne suis pas sûr d'en avoir envie."

"C'est à environ 30 miles par là." Nate a pointé, avec le hochet sur sa queue
ce temps. Pour autant que Jack puisse en juger, c'était une direction perpendiculaire à
la façon dont il allait quand il rampait ici. "Mais c'est à 30 milles
à vol d'oiseau. C'est environ 40 par la façon dont un homme marche. Tu devrais être
capable de le faire en une demi-journée environ avec votre endurance améliorée, si vous vous dirigez
sortir tôt demain, Jack.

Jack regarda dans la direction indiquée par le serpent pendant quelques secondes de plus, et
puis se rassit. Il commençait à faire noir. Il ne pouvait pas faire grand-chose pour se diriger
dehors en ce moment. Et en plus, Nate était sur le point d'aborder l'intéressant
truc. « Jardin d'Eden ? Du mieux que vous pouvez l'imaginer ? »

"Eh bien, ouais, du mieux que Samuel et moi pouvions le comprendre de toute façon," dit Nate. "Il
J'ai pensé que l'histoire était juste un peu mélangée. Tu sais, serpent, dans un
'arbre', offrant des 'tentations', faisant des affaires. Ce genre de choses. Mais il
n'a jamais pu comprendre comment les Hébreux ont découvert cet endroit à partir de
à travers l'océan. He worried about that for a while."

"Garden of Eden, hunh?" said Jack. "How long have you been here, Nate?"

"No idea, really," replied Nate. "A long time. It never occurred to me to
count years, until recently, and by then, of course, it was too late. Mais je
do remember when this whole place was green, so I figure it's been thousands
of years, at least."

"So, are you the snake that tempted Eve?" said Jack.

"Beats me," said Nate. "Maybe. I can't remember if the first one of your
kind that I talked to was female or not, and I never got a name, but it
could have been. And I suppose she could have considered my offer to grant
requests a 'temptation', though I've rarely had refusals."

"Well, umm, how did you get here then? And why is that white pole stuck out
of the stone there?" asked Jack.

"Dad left me here. Or, I assume it was my dad. It was another snake - much
bigger than I was back then. I remember talking to him, but I don't remember
if it was in a language, or just kind of understanding what he wanted. Mais
one day, he brought me to this stone, told me about it, and asked me to do
something for him. I talked it over with him for a while, then agreed. j'ai
been here ever since.

"What is this place?" said Jack. "And what did he ask you to do?"

"Well, you see this pole here, sticking out of the stone?" Nate loosened his
coils around the tilted white pole and showed Jack where it descended into
the stone. The pole was tilted at about a 45 degree angle and seemed to
enter the stone in an eighteen inch slot cut into the stone. Jack leaned
over and looked. The slot was dark and the pole went down into it as far as
Jack could see in the dim light. Jack reached out to touch the pole, but
Nate was suddenly there in the way.

"You can't touch that yet, Jack," said Nate.

"Why not?" asked Jack.

"I haven't explained it to you yet," replied Nate.

"Well, it kinda looks like a lever or something," said Jack. "You'd push it
that way, and it would move in the slot."

"Yep, that's what it is," replied Nate.

"What does it do?" asked Jack. "End the world?"

"Oh, no," said Nate. "Nothing that drastic. It just ends humanity. I call it
'The Lever of Doom'." For the last few words Nate had used a deeper, ringing
voice. He tried to look serious for a few seconds, and then gave up and
grinned.

Jack was initially startled by Nate's pronouncement, but when Nate grinned
Jack laughed. "Ha! You almost had me fooled for a second there. What does it
really do?"

"Oh, it really ends humanity, like I said," smirked Nate. "I just thought
the voice I used was funny, didn't you?"

Nate continued to grin.

"A lever to end humanity?" asked Jack. "What in the world is that for? Why
would anyone need to end humanity?"

"Well," replied Nate, "I get the idea that maybe humanity was an experiment.
Or maybe the Big Guy just thought, that if humanity started going really
bad, there should be a way to end it. I'm not really sure. All I know are
the rules, and the guesses that Samuel and I had about why it's here. je
didn't think to ask back when I started here."

"Rules? What rules?" asked Jack.

"The rules are that I can't tell anybody about it or let them touch it
unless they agree to be bound to secrecy by a bite. And that only one human
can be bound in that way at a time. That's it." explained Nate.

Jack looked somewhat shocked. "You mean that I could pull the lever now?
You'd let me end humanity?"

"Yep," replied Nate, "if you want to." Nate looked at Jack carefully. "Do
you want to, Jack?"

"Umm, no." said Jack, stepping a little further back from the lever. "Why in
the world would anyone want to end humanity? It'd take a psychotic to want
that! Or worse, a suicidal psychotic, because it would kill him too,
wouldn't it?"

"Yep," replied Nate, "being as he'd be human too."

"Has anyone ever seriously considered it?" asked Nate. "Any of those bound
to secrecy, that is?"

"Well, of course, I think they've all seriously considered it at one time or
another. Being given that kind of responsibility makes you sit down and
think, or so I'm told. Samuel considered it several times. He'd often get
disgusted with humanity, come out here, and just hold the lever for a while.
But he never pulled it. Or you wouldn't be here." Nate grinned some more.

Jack sat down, well back from the lever. He looked thoughtful and puzzled at
the same time. After a bit, he said, "So this makes me the Judge of
humanity? I get to decide whether they keep going or just end? Me?"

"That seems to be it," agreed Nate.

"What kind of criteria do I use to decide?" said Jack. "How do I make this
decision? Am I supposed to decide if they're good? Or too many of them are
bad? Or that they're going the wrong way? Is there a set of rules for that?"

"Nope," replied Nate. "You pretty much just have to decide on your own. It's
up to you, however you want to decide it. I guess that you're just supposed
to know."

"But what if I get mad at someone? Or some girl dumps me and I feel
horrible? Couldn't I make a mistake? How do I know that I won't screw up?"
protested Jack.

Nate gave his kind of snake-like shrug again. "You don't. You just have to
try your best, Jack."

Jack sat there for a while, staring off into the desert that was rapidly
getting dark, chewing on a fingernail.

Suddenly, Jack turned around and looked at the snake. "Nate, was Samuel the
one bound to this before me?"

"Yep," replied Nate. "He was a good guy. Talked to me a lot. Taught me to
read and brought me books. I think I still have a good pile of them buried
in the sand around here somewhere. I still miss him. He died a few months
ago."

"Sounds like a good guy," agreed Jack. "How did he handle this, when you
first told him. What did he do?"

"Well," said Nate, "he sat down for a while, thought about it for a bit, and
then asked me some questions, much like you're doing."

"What did he ask you, if you're allowed to tell me?" asked Jack.

"He asked me about the third request," replied Nate.

"Aha!" It was Jack's turn to grin. "And what did you tell him?"

"I told him the rules for the third request. That to get the third request
you have to agree to this whole thing. That if it ever comes to the point
that you really think that humanity should be ended, that you'll come here
and end it. You won't avoid it, and you won't wimp out." Nate looked serious
encore. "And you'll be bound to do it too, Jack."

"Hmmm." Jack looked back out into the darkness for a while.

Nate watched him, waiting.

"Nate," continued Jack, quietly, eventually. "What did Samuel ask for with
his third request?"

Nate sounded like he was grinning again as he replied, also quietly,
"Wisdom, Jack. He asked for wisdom. As much as I could give him."

"Ok," said Jack, suddenly, standing up and facing away from Nate, "give it
to me.

Nate looked at Jack's backside. "Give you what, Jack?"

"Give me that wisdom. The same stuff that Samuel asked for. If it helped
him, maybe it'll help me too." Jack turned his head to look back over his
shoulder at Nate. "It did help him, right?"

"He said it did," replied Nate. "But he seemed a little quieter afterward.
Like he had a lot to think about."

"Well, yeah, I can see that," said Jack. "So, give it to me." Jack turned to
face away from Nate again, bent over slightly and tensed up.

Nate watched Jack tense up with a little exasperation. If he bit Jack now,
Jack would likely jump out of his skin and maybe hurt them both.

"You remember that you'll be bound to destroy humanity if it ever looks like
it needs it, right Jack?" asked Nate, shifting position.

"Yeah, yeah, I got that," replied Jack, eyes squeezed tightly shut and body
tense, not noticing the change in direction of Nate's voice.

"And," continued Nate, from his new position, "do you remember that you'll
turn bright purple, and grow big horns and extra eyes?"

"Yeah, yeah...Hey, wait a minute!" said Jack, opening his eyes,
straightening up and turning around. "Purple?!" He didn't see Nate there.
With the moonlight Jack could see that the lever extended up from its slot
in the rock without the snake wrapped around it.

Jack heard, from behind him, Nate's "Just Kidding!" right before he felt the
now familiar piercing pain, this time in the other buttock.

Jack sat on the edge of the dark stone in the rapidly cooling air, his feet
extending out into the sand. He stared out into the darkness, listening to
the wind stir the sand, occasionally rubbing his butt where he'd been
recently bitten.

Nate had left for a little while, had come back with a desert-rodent-shaped
bulge somewhere in his middle, and was now wrapped back around the lever,
his tongue flicking out into the desert night's air the only sign that he
was still awake.

Occasionally Jack, with his toes absentmindedly digging in the sand while he
thought, would ask Nate a question without turning around.

"Nate, do accidents count?"

Nate lifted his head a little bit. "What do you mean, Jack?"

Jack tilted his head back like he was looking at the stars. "You know,
accidents. If I accidentally fall on the lever, without meaning to, does
that still wipe out humanity?"

"Yeah, I'm pretty sure it does, Jack. I'd suggest you be careful about that
if you start feeling wobbly," said Nate with some amusement.

A little later - "Does it have to be me that pulls the lever?" asked Jack.

"That's the rule, Jack. Nobody else can pull it," answered Nate.

"No," Jack shook his head, "I meant does it have to be my hand? Could I pull
the lever with a rope tied around it? Or push it with a stick? Or throw a
rock?"

"Yes, those should work," replied Nate. "Though I'm not sure how complicated
you could get. Samuel thought about trying to build some kind of remote
control for it once, but gave it up. Everything he'd build would be gone by
the next sunrise, if it was touching the stone, or over it. I told him that
in the past others that had been bound had tried to bury the lever so they
wouldn't be tempted to pull it, but every time the stones or sand or
whatever had disappeared."

"Wow," said Jack, "Cool." Jack leaned back until only his elbows kept him
off of the stone and looked up into the sky.

"Nate, how long did Samuel live? One of his wishes was for health too,
right?" asked Jack.

"Yes," replied Nate, "it was. He lived 167 years, Jack."

"Wow, 167 years. That's almost 140 more years I'll live if I live as long.
Do you know what he died of, Nate?"

"He died of getting tired of living, Jack," Nate said, sounding somewhat
sad.

Jack turned his head to look at Nate in the starlight.

Nate looked back. "Samuel knew he wasn't going to be able to stay in
society. He figured that they'd eventually see him still alive and start
questioning it, so he decided that he'd have to disappear after a while. Il
faked his death once, but changed his mind - he decided it was too early and
he could stay for a little longer. He wasn't very fond of mankind, but he
liked the attention. Most of the time, anyway.

"His daughter and then his wife dying almost did him in though. He didn't
stay in society much longer after that. He eventually came out here to spend
time talking to me and thinking about pulling the lever. A few months ago he
told me he'd had enough. It was his time."

"And then he just died?" asked Jack.

Nate shook his head a little. "He made his forth request, Jack. There's only
one thing you can ask for the fourth request. The last bite.

After a bit Nate continued, "He told me that he was tired, that it was his
time. He reassured me that someone new would show up soon, like they always
had.

After another pause, Nate finished, "Samuel's body disappeared off the stone
with the sunrise."

Jack lay back down and looked at the sky, leaving Nate alone with his
memories. It was a long time until Jack's breathing evened out into sleep.

Jack woke with the sunrise the next morning. He was a little chilled with
the morning desert air, but overall was feeling pretty good. Well, except
that his stomach was grumbling and he wasn't willing to eat raw desert rat.

So, after getting directions to town from Nate, making sure he knew how to
get back, and reassuring Nate that he'd be back soon, Jack started the long
walk back to town. With his new health and Nate's good directions, he made
it back easily.

Jack caught a bus back to the city, and showed up for work the next day,
little worse for the wear and with a story about getting lost in the desert
and walking back out. Within a couple of days Jack had talked a friend with
a tow truck into going back out into the desert with him to fetch the SUV.
They found it after a couple of hours of searching and towed it back without
incident. Jack was careful not to even look in the direction of Nate's
lever, though their path back didn't come within sight of it.

Before the next weekend, Jack had gone to a couple of stores, including a
book store, and had gotten his SUV back from the mechanic, with a warning to
avoid any more joyriding in the desert. On Saturday, Jack headed back to see
Nate.

Jack parked a little way out of the small town near Nate, loaded up his new
backpack with camping gear and the things he was bringing for Nate, and then
started walking. He figured that walking would leave the least trail, and he
knew that while not many people camped in the desert, it wasn't unheard of,
and shouldn't really raise suspicions.

Jack had brought more books for Nate - recent books, magazines, newspapers.
Some things that would catch Nate up with what was happening in the world,
others that were just good books to read. He spent the weekend with Nate,
and then headed out again, telling Nate that he'd be back again soon, but
that he had things to do first.

Over four months later Jack was back to see Nate again. This time he brought
a laptop with him - a specially modified laptop. It had a solar recharger,
special filters and seals to keep out the sand, a satellite link-up, and a
special keyboard and joystick that Jack hoped that a fifteen-foot
rattlesnake would be able to use. And, it had been hacked to not give out
its location to the satellite.

After that Jack could e-mail Nate to keep in touch, but still visited him
fairly regularly - at least once or twice a year.

After the first year, Jack quit his job. For some reason, with the wisdom he
'd been given, and the knowledge that he could live for over 150 years,
working in a nine to five job for someone else didn't seem that worthwhile
any more. Jack went back to school.

Eventually, Jack started writing. Perhaps because of the wisdom, or perhaps
because of his new perspective, he wrote well. People liked what he wrote,
and he became well known for it. After a time, Jack bought an RV and started
traveling around the country for book signings and readings.

But, he still remembered to drop by and visit Nate occasionally.

On one of the visits Nate seemed quieter than usual. Not that Nate had been
a fountain of joy lately. Jack's best guess was that Nate was still missing
Samuel, and though Jack had tried, he still hadn't been able to replace
Samuel in Nate's eyes. Nate had been getting quieter each visit. But on this
visit Nate didn't even speak when Jack walked up to the lever. He nodded at
Jack, and then went back to staring into the desert. Jack, respecting Nate's
silence, sat down and waited.

After a few minutes, Nate spoke. "Jack, I have someone to introduce you to."

Jack looked surprised. "Someone to introduce me to?" Jack looked around, and then looked carefully back at Nate. "This something to do with the Big Guy?

"No, no," replied Nate. "This is more personal. I want you to meet my son."
Nate looked over at the nearest sand dune. "Sammy!"

Jack watched as a four foot long desert rattlesnake crawled from behind the
dune and up to the stone base of the lever.

"Yo, Jack," said the new, much smaller snake.

"Yo, Sammy" replied Jack. Jack looked at Nate. "Named after Samuel, I
assume?"

Nate nodded. "Jack, I've got a favor to ask you. Could you show Sammy around
for me?" Nate unwrapped himself from the lever and slithered over to the
edge of the stone and looked across the sands. "When Samuel first told me
about the world, and brought me books and pictures, I wished that I could go see it. I wanted to see the great forests, the canyons, the cities, even the
other deserts, to see if they felt and smelled the same. I want my son to
have that chance - to see the world. Before he becomes bound here like I have been.

"He's seen it in pictures, over the computer that you brought me. But I hear that it's not the same. That being there is different. I want him to have
ce. Think you can do that for me, Jack?"

Jack nodded. This was obviously very important to Nate, so Jack didn't even
joke about taking a talking rattlesnake out to see the world. "Yeah, I can
do that for you, Nate. Is that all you need?" Jack could sense that was
something more.

Nate looked at Sammy. Sammy looked back at Nate for a second and then said,
"Oh, yeah. Ummm, I've gotta go pack. Back in a little bit Jack. Nice to meet
ya!" Sammy slithered back over the dune and out of sight.

Nate watched Sammy disappear and then looked back at Jack. "Jack, this is my
first son. My first offspring through all the years. You don't even want to
know what it took for me to find a mate." Nate grinned to himself. "But
anyway, I had a son for a reason. I'm tired. I'm ready for it to be over. je
needed a replacement."

Jack considered this for a minute. "So, you're ready to come see the world,
and you wanted him to watch the lever while you were gone?"

Nate shook his head. "No, Jack - you're a better guesser than that. You've
already figured out - I'm bound here - there's only one way for me to leave
here. And I'm ready. It's my time to die."

Jack looked more closely at Nate. He could tell Nate had thought about
this - probably for quite a while. Jack had trouble imagining what it would
be like to be as old as Nate, but Jack could already tell that in another
hundred or two hundred years, he might be getting tired of life himself.
Jack could understand Samuel's decision, and now Nate's. So, all Jack said
was, "What do you want me to do?"

Nate nodded. "Thanks, Jack. I only want two things. One - show Sammy around
the world - let him get his fill of it, until he's ready to come back here
and take over. Two - give me the fourth request.

"I can't just decide to die, not any more than you can. I won't even die of
old age like you eventually will, even though it'll be a long time from now.
I need to be killed. Once Sammy is back here, ready to take over, I'll be
able to die. And I need you to kill me.

"I've even thought about how. Poisons and other drugs won't work on me. And
I've seen pictures of snakes that were shot - some of them live for days, so
that's out too. So, I want you to bring back a sword.

Nate turned away to look back to the dune that Sammy had gone behind. "I'd
say an axe, but that's somewhat undignified - putting my head on the ground
or a chopping block like that. No, I like a sword. A time-honored way of
going out. A dignified way to die. And, most importantly, it should work,
even on me.

"You willing to do that for me, Jack?" Nate turned back to look at Jack.

"Yeah, Nate," replied Jack solemnly, "I think I can handle that."

Nate nodded. "Good!" He turned back toward the dune and shouted, "Sammy!
Jack's about ready to leave!" Then quietly, "Thanks, Jack."

Jack didn't have anything to say to that, so he waited for Sammy to make it
back to the lever, nodded to him, nodded a final time to Nate, and then
headed into the desert with Sammy following.
Over the next several years Sammy and Jack kept in touch with Nate through
e-mail as they went about their adventures. They made a goal of visiting
every country in the world, and did a respectable job of it. Sammy had a
natural gift for languages, as Jack expected he would, and even ended up
acting as a translator for Jack in a few of the countries. Jack managed to
keep the talking rattlesnake hidden, even so, and by the time they were
nearing the end of their tour of countries, Sammy had only been spotted a
few times. While there were several people that had seen enough to startle
them greatly, nobody had enough evidence to prove anything, and while a few
wild rumors and storied followed Jack and Sammy around, nothing ever hit the
newspapers or the public in general.

When they finished the tour of countries, Jack suggested that they try some
undersea diving. They did. And spelunking. They did that too. Sammy finally
drew the line at visiting Antarctica. He'd come to realize that Jack was
stalling. After talking to his Dad about it over e-mail, he figured out that
Jack probably didn't want to have to kill Nate. Nate told Sammy that humans
could be squeamish about killing friends and acquaintances.

So, Sammy eventually put his tail down (as he didn't have a foot) and told
Jack that it was time - he was ready to go back and take up his duties from
his dad. Jack, delayed it a little more by insisting that they go back to
Japan and buy an appropriate sword. He even stretched it a little more by
getting lessons in how to use the sword. But, eventually, he'd learned as
much as he was likely to without dedicating his life to it, and was
definitely competent enough to take the head off of a snake. It was time to
head back and see Nate.

When they got back to the US, Jack got the old RV out of storage where he
and Sammy had left it after their tour of the fifty states, he loaded up
Sammy and the sword, and they headed for the desert.

When they got to the small town that Jack had been trying to find those
years ago when he'd met Nate, Jack was in a funk. He didn't really feel like
walking all of the way out there. Not only that, but he'd forgotten to
figure the travel time correctly, and it was late afternoon. They'd either
have to spend the night in town and walk out tomorrow, or walk in the dark.

As Jack was afraid that if he waited one more night he might lose his
resolve, he decided that he'd go ahead and drive the RV out there. It was
only going to be this once, and Jack would go back and cover the tracks
afterward. They ought to be able to make it out there by nightfall if they
drove, and then they could get it over tonight.

Jack told Sammy to e-mail Nate that they were coming as he drove out of
sight of the town on the road. They then pulled off the road and headed out
into the desert.

Everything went well, until they got to the sand dunes. Jack had been
nursing the RV along the whole time, over the rocks, through the creek beds,
revving the engine the few times they almost got stuck. When they came to
the dunes, Jack didn't really think about it, he just downshifted and headed
up the first one. By the third dune, Jack started to regret that he'd
decided to try driving on the sand. The RV was fishtailling and losing
traction. Jack was having to work it up each dune slowly and was trying to
keep from losing control each time they came over the top and slid down the
other side. Sammy had come up to sit in the passenger seat, coiled up and
laughing at Jack's driving.

As they came over the top of the fourth dune, the biggest one yet, Jack saw
that this was the final dune - the stone, the lever, and somewhere Nate,
waited below. Jack put on the brakes, but he'd gone a little too far. The RV
started slipping down the other side.

Jack tried turning the wheel, but he didn't have enough traction. He pumped
the brakes - no response. They started sliding down the hill, faster and
faster.

Jack felt a shock go through him as he suddenly realized that they were
heading for the lever. He looked down - the RV was directly on course for
il. If Jack didn't do something, the RV would hit it. He was about to end
humanity.

Jack steered more frantically, trying to get traction. It still wasn't
working. The dune was too steep, and the sand too loose. In a split second,
Jack realized that his only chance would be once he hit the stone around the
lever - he should have traction on the stone for just a second before he hit
the lever - he wouldn't have time to stop, but he should be able to steer
away.

Jack took a better grip on the steering wheel and tried to turn the RV a
little bit - every little bit would help. He'd have to time his turn just
right.

The RV got to the bottom of the dune, sliding at an amazing speed in the
sand. Just before they reached the stone Jack looked across it to check that
they were still heading for the lever. They were. But Jack noticed something
else that he hadn't seen from the top of the dune. Nate wasn't wrapped
around the lever. He was off to the side of the lever, but still on the
stone, waiting for them. The problem was, he was waiting on the same side of
the lever that Jack had picked to steer towards to avoid the lever. The RV
was already starting to drift that way a little in its mad rush across the
sand and there was no way that Jack was going to be able to go around the
lever to the other side.

Jack had an instant of realization. He was either going to have to hit the
lever, or run over Nate. He glanced over at Sammy and saw that Sammy
realized the same thing.

Jack took a firmer grip on the steering wheel as the RV ran up on the stone.
Shouting to Sammy as he pulled the steering wheel, "BETTER NATE THAN LEVER," he ran over the snake.



THE END


* * * *

* * * *

* * * *

* * * *


PLEASE READ:

This joke was also a  personality profile test...

  It was the subject of a recent Educational Psychology Master's Thesis, soon to be published, which investigated the way that someone responds to a webpage such as this  correlates to certain personality tendencies.

The research confirmed a statistically significant correlation which strongly suggests a

Articles similaires

Le pari de Mac et Lisa

Je m'appelle Steve McKenzie, presque tout le monde m'appelle Mac. Je possède ma propre entreprise de construction qui a très bien fonctionné pour moi. À 45 ans, je peux profiter des fruits de 20 années difficiles de création d’entreprise. Je suis un gars assez grand. Je mesure environ 6'2 260. J'ai fait la moitié de ma taille en travaillant dans la construction la majeure partie de ma vie et l'autre moitié en concourant en tant qu'homme fort amateur. Mais maintenant que je suis le patron et que je suis un peu plus âgé, une bonne partie de ma taille vient des...

156 Des vues

Likes 0

Mon rêve de toi

Je me retrouve soudain à nager dans un lac rempli de brume… sans vraiment me souvenir comment j'y suis arrivé, dans ce lieu de magie et de mystère… des banderoles vertes de mousse et de vieilles branches, écrivant les histoires de leurs belles fleurs autrefois épanouies sur le chaud, clair l'eau. Je peux entendre l'écho de douces vagues clapotant sur les rives d'une plage lointaine quelque part au loin. La nuit est lumineuse avec des étoiles radieuses et une pleine lune rougeoyante. Je nage autour du lac, profitant de la chaleur et de la vapeur qui enveloppent mon corps nu. Je...

1.3K Des vues

Likes 0

Journaux de travail

***** Premier extrait de journal : « Suite à la menace d'un procès pour harcèlement sexuel, la deuxième menace de ce type portée contre moi par deux assistants personnels distincts, les poursuites en RH, à la lumière de mes compétences et de mes résultats, ont décidé de me donner une dernière chance avant qu'ils ne soient obligés de prendre des mesures supplémentaires. actions disciplinaires. Dans un effort pour réduire la probabilité d'un scénario répété, ils ont décidé de m'attribuer un assistant personnel qui, à leur avis, ne serait pas à mon goût. Cependant, ils n'ont pas pris en compte à quel point je...

2.1K Des vues

Likes 0

Leçons apprises_(2)

J'entre dans la classe et prends place au milieu de la classe. Ma copine, Lacy, prend place à côté de moi. « Quoi de neuf fille ? » Elle demande. Hé! dis-je avec enthousiasme, peut-être trop avec enthousiasme. Ok déversement. « Renverser quoi ? Qui est-il? Qui est qui? dis-je avec un sourire narquois. La cloche sonne et un homme entre en fermant la porte derrière lui. Sauvé par le gong. Je pense à moi. Je regarde l'homme. Il est grand avec des cheveux blonds sales, des yeux bleus et très beau. Sexy je dois dire. Bonjour la classe. Je suis M. Miller. Je remplacerai...

1.8K Des vues

Likes 0

Je suis le maître des marionnettes Chapitre un : Fille à pièces

Je suis le maître des marionnettes Chapitre un : Clock Work Girl Je m'appelle Damien, à ce stade j'avais dix-sept ans pour un grand total de douze heures et jusqu'à présent ça craignait. Peut-être que dix-sept c'est nul en général, peut-être que tous ceux qui y sont allés seront d'accord avec moi. Je veux dire, vous êtes toujours considéré comme trop jeune pour faire quoi que ce soit d'amusant, mais putain, vous êtes assez proche pour que cela n'ait pas vraiment d'importance. On attendait toujours de moi que j'écoute mes parents (pas que je le fasse de toute façon), que je...

1.4K Des vues

Likes 0

Ma bête Intro

Beaucoup de gens peuvent trouver cela dérangeant, mais j'ai une question pour eux; L'as tu essayé? Ceci est mon histoire sur la façon dont j'ai été introduite pour la première fois dans le monde de la bestialité. Grandir dans une maison avec un seul parent signifiait que ma mère devait travailler deux emplois pour payer les factures, ce qui signifie que j'étais seul à la maison la plupart du temps. Maintenant, je ne dirais pas que je vivais dans un mauvais quartier, juste que vous ne pourriez jamais être trop prudent. Alors, qu'est-ce que ma mère a eu pour nous protéger...

1.1K Des vues

Likes 0

Utiliser Sara - Partie 2

Utilisation de Sara partie 2. Après avoir dormi le mieux que j'avais dormi depuis des années, je me suis réveillé plus excité que la nuit dernière. Je ne peux pas m'empêcher de penser à hier soir. Je ne peux même pas croire que ma femme a accepté. Non seulement elle l'a accepté, mais elle semble l'apprécier. J'ai regardé et j'ai trouvé ma femme qui dormait encore. Je me suis faufilé dans le sous-sol pour vérifier mon nouveau jouet. Je l'ai trouvée toujours attachée à la table où je l'avais laissée et éveillée. Elle a commencé à plaider pour qu'on la laisse...

1K Des vues

Likes 0

Teeny Popper.

La semaine dernière, la fille de mon voisin est venue chez moi pour me voir à propos de quelque chose et m'a vu coucher avec ma petite amie au bord de la piscine. Je n'étais pas au courant de cela à l'époque, mais elle est revenue pour obtenir ce qu'elle voulait après le départ de ma fille - elle attendait qu'elle parte. Nous étions maigres et nous avons eu des relations sexuelles ensemble la plupart du temps - j'ai 26 ans et ma fille un an environ plus jeune. Holley la fille d'en face a 17 ans. Quand elle est revenue...

739 Des vues

Likes 0

Le professeur d'algèbre 3 - Le concours

Veuillez noter et commenter (récapitulatif : Phillip est un étudiant noir à Colleens, ses professeurs, classe. Lisa et Kerri sont des camarades de classe et font partie d'un tutorat après l'école. Colleen et Phillip se retrouvent attirés et commencent à s'entendre après les cours. Lisa et Kerri ont enregistré les bouffonneries de la classe.) Kerri et Lisa se sont précipitées dans la chambre de Kerri pour télécharger et regarder leurs vidéos. Les filles étaient collées à l'écran vidéo pendant qu'elles regardaient. Kerri sortit sa boîte de JOUETS de sous le lit. Faites votre choix, ou devrais-je dire piquer. Kerri a ri...

534 Des vues

Likes 0

Guillaume et Ann Ch. 16

Guillaume et Anne Chapitre 16 L'école recommençait après les vacances d'hiver lorsque Natalie a dit à Ann qu'elle avait besoin de la voir. Ann était maintenant enceinte de 3 mois et un léger renflement était la seule indication qu'elle portait un enfant. Il serait difficile de dire qu'un bébé grandissait en elle, mais dans les couloirs de l'école, Ann et William se promenaient comme des amoureux typiques du lycée. Ils se tenaient la main, s'embrassaient quand ils le pouvaient, se blottissaient même dans le parking avant et après l'école. C'était mignon de voir ce grand garçon senior si épris de ce...

553 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.