L'étudiant, le conseiller et le bibliothécaire

858Report
L'étudiant, le conseiller et le bibliothécaire

C'était une mauvaise soirée. Dîner avec Brad et la pire dispute de leur relation. Une très mauvaise soirée. Assez mauvais pour que Lisa pense qu'elle devrait abandonner les garçons !

Lorsque Lisa est arrivée à l'école le lendemain matin, après son rendez-vous chez le médecin, Joan n'a pas tardé à la retrouver avant le début de son premier cours.

"Lisa, pourriez-vous s'il vous plaît entrer dans mon bureau quelques secondes ?" Joan lui a demandé dans le couloir bondé. Ensemble, ils se retirèrent dans le bureau d'orientation de Joan, celui sans aucune fenêtre vers l'extérieur. Joan ferma la porte derrière elle, sans la verrouiller.

"Comment c'était?" demanda la conseillère d'orientation à l'adolescente sexy, essayant de garder toute trace d'inquiétude hors de sa voix.

"Arrête de t'inquiéter, Joan." Lisa a répondu: "Les tests étaient négatifs. Vous voyez, je savais qu'il n'y aurait pas de problème."

"Quand vous avez dix-huit ans, c'est une hypothèse facile à faire." fut tout ce que Joan put répondre.

« En plus, » dit Lisa avec ce ton charmeur et séducteur que sa voix pouvait prendre, « j'ai juste adoré la visite. Ils m'accordent toujours un traitement spécial là-bas.

"Vraiment?" dit Joan en s'installant dans sa chaise derrière le bureau. "Et tout cela gratuitement? C'est un gentil docteur. Je devrais aller le voir."

« Ouais, tu devrais. Et sa réceptionniste est plutôt cool aussi !

Mon Dieu, pensa Joan, est-ce que cette salope a baisé le docteur et sa réceptionniste dans leur bureau ? Si c'était quelqu'un d'autre que Lisa, elle saurait qu'ils mentaient. Mais c'est ce qu'elle sous-entendait, non pas par ses mots mais par le ton de la voix avec laquelle ils étaient prononcés.

"Voulez-vous me dire les détails?" demanda Jeanne.

« Bien sûr, mais peut-être plus tard, chez toi ? répondit Lise. "Je dois aller en classe bientôt." Son sourire était méchant et séduisant. Joan sentit le petit démon se déchaîner en elle. Elle regarda la fille souriante et sexy et se souvint du sexe furieux qu'ils avaient eu entre eux et avec John. Elle pouvait sentir son propre miel commencer à couler de cette pensée. Elle regarda la porte fermée mais non verrouillée. Le démon commença à la piquer doucement avec son petit trident.

"Oui. Plus tard, chez moi. Vers dix heures ce soir." a-t-elle dit à Lisa, qui s'est levée pour partir avec un "Oui, madame" et un sourire diabolique.

"Pas encore." dit Jeanne. "S'asseoir." Lisa se rassit.

"Montre-moi tes seins." Joan a chuchoté, assez fort pour Lisa, mais avec un peu de chance pour que personne à l'extérieur ne l'entende.

La fille décomplexée n'a pas hésité, ni même regardé la porte déverrouillée. Elle a simplement sorti son chemisier de son pantalon et l'a soulevé pour révéler ses magnifiques seins sans soutien-gorge, tendus et fiers dans la jeunesse, leurs mamelons bruns et debout.

"Tellement jolie." dit Jeanne. "Maintenant, effleurez votre mamelon gauche et rendez-le aussi dur que possible."

Lisa a fait exactement cela, mais de manière sexy et séduisante, fidèle à sa nature. L'index de sa main droite frotta, pinça et effleura son mamelon gauche jusqu'à ce que le plaisir le fasse se lever dans toute sa gloire crépue.

"Est-ce que ça fait couler ton miel dans ta chatte, vilaine fille?" demanda Jeanne.

"Oui, Mlle Chen." Lisa a répondu de la voix soumise qui a fait picoter et gonfler la chatte de Joan.

"Je ne pense pas pouvoir attendre jusqu'à dix heures ce soir. Remettez votre chemisier et retrouvez-moi à la bibliothèque trente minutes après la fin des cours, aujourd'hui." Jeanne a commandé. Lisa a répondu: "Oui, madame" de cette voix soumise qu'elle, étant une jeune chose avisée, savait avoir excité Joan plus que n'importe quoi. Elle a remis le chemisier dans sa chemise et s'est glissée vers la porte, laissant Joan se demander comment diable elle allait passer la journée avec la tête pleine de mauvaises pensées à propos de baiser Lisa dès que possible. Son temps serait bien dépensé, du point de vue de l'école, si elle se masturbait juste ici à son bureau avant que la journée ne commence vraiment, mais elle ne se voyait tout simplement pas expliquer cela au conseil scolaire lors de son audition de licenciement, elle a donc dû attendre. Qu'une étudiante montre ses seins ne serait-ce qu'une minute était un risque suffisant pour courir, au moins une matinée.

-=*=-

Marsha Long regarda l'horloge sur le mur de la bibliothèque, sa bibliothèque. Trois heures quarante cinq. Plus que quinze minutes jusqu'à ce que son temps officiel soit écoulé. Et, pensa-t-elle avec joie, plus que cinq jours avant la fin de l'école, et cinq jours de plus pour le personnel, et puis il était temps d'aller à la plage ! Les plages étaient l'une des choses qu'elle aimait en Amérique. Les eaux du Pacifique étaient chaudes, pas comme dans son Angleterre natale, et vous pouviez vous asseoir là toute la journée et profiter du soleil, et lorgner les filles dans leurs bikinis étriqués, en pensant tout le temps à ce que vous leur feriez si vous pourriez les avoir seuls pour un peu de temps privé.

Non pas qu'elle le fasse souvent, bien sûr, car pour elle, la carrière devait passer en premier. Sa famille n'était pas riche, et seule la mort de son oncle riche avait fourni l'argent pour obtenir une éducation en Amérique. Elle avait étudié la bibliothéconomie à l'UCLA, et c'était le premier emploi pour l'ambitieuse jeune de vingt-cinq ans. Elle était déterminée à faire un excellent travail et à progresser dans le monde.

Elle marcha parmi les ordinateurs de la bibliothèque, s'assurant que chacun était redémarré et prêt pour le lendemain. C'était l'une de ses dernières tâches, et elle termina alors que les concierges terminaient de passer l'aspirateur, éteignaient les machines bruyantes et fermaient la porte de la bibliothèque. La paix enfin. Elle éteignit les lumières principales et s'installa dans le cube au coin le plus éloigné de la grande bibliothèque (pour un lycée) et se connecta.

Ses amis du collège lui avaient laissé un compte ouvert sur l'ordinateur de l'université. C'était un moyen de contourner le bloc que l'école avait sur l'accès à Internet. De cette façon, elle pouvait se connecter à la machine UNIX et utiliser TIN pour parcourir les groupes de discussion que les étudiants de Claremont ne pourraient jamais voir. L'une de ses préférées était alt.sex.stories.

Bien sûr, il était difficile de trouver quoi que ce soit d'intéressant au milieu de l'horrible sJoan et des scories qui avaient envahi sa maison l'année dernière, et qui ne faisait qu'empirer. Mais vous pouviez toujours trouver la pépite occasionnelle, il vous suffisait d'y travailler plus dur. Le groupe de discussion modéré était plus agréable, mais il n'y avait pas autant d'histoires là-bas. Vous étiez moins susceptible de trouver une bonne histoire lesbienne réaliste, et c'était ce qu'elle préférait vraiment, surtout une avec beaucoup de baisers sexy.

Les codes étaient utiles et elle en a regardé plusieurs avec un code FF. Les deux premiers étaient un tarif assez standard; mais la troisième, même si FF n'était qu'une des combinaisons, avait des possibilités. Il s'agissait d'un lycée sexy et d'un employé de l'école, et l'ambiance était salope tout en restant positive et sexy. Plusieurs écrans dans l'histoire, au moment où la fille était allongée sur les genoux de la femme plus âgée avec son cul levé pour une fessée, Marsha était accro. La fessée, quand une fille le fait à une autre, était l'un de ses petits défauts. Elle pouvait sentir sa chatte picoter et son jus couler pendant qu'elle lisait.

Jésus et Marie, alors que la fille recevait une fessée, elle devait confesser ses péchés, et l'un d'eux devenait excité pendant qu'elle recevait une fessée ! La conversation était sale sans être humiliante. Finalement, la fille s'est fait doigter jusqu'à l'orgasme, à la fois dans le cul et dans la chatte, puis a dû manger la femme plus âgée juste là dans sa chaise. Il y avait quelque chose à propos d'un homme qui regardait, mais Marsha n'était pas intéressée par cette partie.

Au moment où elle a terminé l'histoire, son sang anglais était en ébullition. Rarement quelque chose l'avait rendue si excitée si vite ! Elle s'était forcée à garder son doigt sur sa chatte, parce qu'elle ne se sentait tout simplement pas à l'aise de baisser son pantalon dans sa propre bibliothèque. Elle aurait aimé porter une robe aujourd'hui, les robes étaient plus faciles à remonter pour se rendre au bon endroit.

Il était temps d'aller, une fois de plus, dans la salle de stockage AV. Avant, pendant quelques autres périodes de désespoir après l'école, Marsha avait décidé que la petite pièce à côté de la bibliothèque, dont même les concierges n'avaient pas la clé, était l'endroit parfait pour l'intimité. Le matériel audiovisuel coûteux y était stocké, et seuls le directeur et quelques autres employés avaient une clé. Elle en avait un, car en tant que bibliothécaire, elle contrôlait qui avait accès à l'équipement audiovisuel.

Elle traversa la bibliothèque sombre, silencieuse et vide et se dirigea rapidement vers la porte sans fenêtre. Silencieusement, elle glissa sa clé dans la serrure et se tourna, puis tout aussi silencieusement elle se glissa à l'intérieur et ferma la porte. Elle ne savait pas pourquoi elle était si silencieuse ; c'était juste de l'instinct, puisque sa mission était une auto-satisfaction non autorisée, il semblait naturel d'être sournois. Ne prendre aucun risque au-delà de ce qui est nécessaire était l'une de ses devises.

Elle s'était à peine retournée pour descendre jusqu'à la petite chaise à l'arrière quand elle l'entendit.

« Oooohh ! » chuchota à moitié une voix féminine aiguë. A l'oreille avertie, le ton ne disait qu'une chose : le sexe ! Quelqu'un faisait l'amour dans la salle audiovisuelle ! Marsha s'en rendit compte avec un choc qui lui fit oublier sa propre excitation. Mais comment? Personne n'avait de clé sauf quelques adultes. Ce devait être des enfants, peut-être qu'ils s'étaient faufilés plus tôt dans la journée, s'étaient cachés et étaient maintenant en train de baiser sans vergogne.

Prudemment, la bibliothécaire décida de vérifier avant d'intervenir, car elle savait qu'elle devait le faire. Vous ne pouviez pas être trop prudent : peut-être que plusieurs garçons violaient une fille (bien que le son en soit un de plaisir et non de douleur), en tout cas, mieux vaut voir dans quoi vous vous embarquez avant de vous lancer. Elle a soigneusement pris quelques pas vers l'endroit d'où elle pensait que le cri venait, au fond de la pièce derrière des classeurs. "Ooooooo oui" entendit-elle à nouveau alors qu'elle se rapprochait. C'était sûr que quelqu'un s'amusait beaucoup.

Alors qu'elle s'approchait suffisamment pour voir autour des armoires qui cachaient l'action, partiellement, elle ne pouvait voir que deux jambes manifestement féminines, sur une couverture étalée pas moins, mais curieusement, elles étaient pointées les genoux vers le bas, pas vers le haut, et elles étaient pas propagé.

"Oh oui, petite salope, oui." la voix aiguë haleta dans une sorte de chuchotement, comme si elle essayait de réduire le bruit. Marsha a fait un autre pas prudent, et cela a révélé les grandes lignes de ce qui se passait. Bien qu'aucun haut du corps n'ait été révélé, vous pouviez voir un cul superbement sexy sur la fille dont le ventre était sur la couverture, et vous pouviez voir les mollets et les pieds d'une autre femme ? -- de chaque côté du cul. Les jambes étaient écartées et les genoux pliés. Avec un choc et un frisson, Marsha réalisa qu'il s'agissait de deux filles.

Le bibliothécaire se détendit quelque peu. Sans garçons, il y avait moins de menace physique. De nos jours, vous ne pouviez pas simplement faire irruption parmi des étudiants engagés dans des activités illégales ou immorales sans courir le risque de faire partie de ces activités d'une manière très désagréable. Mais qui étaient les filles, et y avait-il un garçon qu'elle n'avait pas encore vu ?

Un autre pas tranquille plus près. La pièce n'était éclairée que par deux lucarnes et la lumière était adéquate mais pas brillante. Mais une fois qu'elle a vu la tête de la fille qui la léchait, elle a reconnu instantanément la crinière rouge de Lisa Cunningham. Pas de surprise là-bas. Lisa était bien connue des étudiants et des professeurs comme étant à la fois bisexuelle et promiscuité. Secrètement, Marsha avait en fait invité Lisa à de nombreuses orgies privées dans l'espace fantasmatique de son cerveau. Ensemble, dans l'obscurité de son appartement, seule dans son lit, la bibliothécaire avait fantasmé presque toutes les mauvaises combinaisons que deux filles pouvaient avoir avec Lisa comme copilote. Maintenant, elle voyait la vraie chose.

Marsha pouvait sentir ses émotions changer. L'excitation avec laquelle elle s'était glissée dans cette arrière-salle avait commencé à revenir. Deux filles qui se lèchent l'une l'autre ! À quel point elle aurait souhaité avoir le courage, ou la stupidité, de pouvoir rencontrer Lisa ou quelques-unes des autres étudiantes bisexuelles ou lesbiennes. Son con lui avait dit oui un millier de fois, mais son cerveau l'emportait toujours. Maintenant, tout ce qu'elle pouvait faire était de regarder.

Qui était l'autre ? Le bibliothécaire fit un pas en avant, essayant de voir autour des armoires. Mais c'était risqué. Elle remarqua un petit tabouret près d'elle et le tira avec précaution. Elle s'est levée dessus, lentement, et a pu avoir une vue d'en haut sur les armoires de la scène de sexe lesbien vigoureux à moins de quinze pieds de là dans la pièce faiblement éclairée.

L'autre fille était blonde et avait l'air beaucoup plus âgée. Sa tête était détournée, mais bientôt, dans son agonie de plaisir, elle la tourna face vers le haut. Puis Marsha a eu son deuxième choc en autant de minutes : Joan Chen, la conseillère d'orientation ! Sainte Marie Mère de Dieu ! Alors qu'elle, Marsha, avait été une bonne employée, Joan, apparemment conservatrice, s'entendait avec la fille la plus sexy de l'école ! Elle sentit une pointe d'envie se mêler au choc. C'était encore plus choquant, étant donné non seulement que personne n'aurait pu soupçonner la bonne Miss Chen d'inconduite sexuelle, mais aussi que Joan sortait manifestement avec le tout aussi conservateur John Renfield. Maintenant, Marsha la regardait non seulement avoir des relations sexuelles avec un étudiant, du même sexe, mais aussi tromper son petit ami en plus.

Je devrais m'éclipser d'ici, pensa Marsha. Pas besoin de se mêler de cela; c'est entre Joan et Lisa. Oui : c'est ce qu'elle pensait, mais ce n'est pas ce qu'elle a fait. Elle ne bougea pas du tabouret. Ses yeux captèrent la scène obscène, mais son corps ne réagit que pour se tenir là et faire repartir les vannes entre ses jambes.

"Jésus-Christ, petite pute lécheuse de chatte, tu vas me tuer avec cette douce langue." Joan haleta et grogna alors que la tête de Lisa se balançait de haut en bas entre ses jambes écartées. L'adolescent n'était pas subtil. Sa langue glissa et effleura le clitoris dur de la femme plus âgée, ne s'arrêtant que pour plonger profondément à l'intérieur et ramasser le miel débordant qui tombait en cascade de la fente brûlante des conseillers d'orientation désespérément excités.

"La langue me baise jusqu'à ce que je jouis sur ton visage." Joan jura violemment. Un homme aurait pu comprendre à tort que cela signifiait mettre sa langue dans son vagin, mais Lisa savait que ce qu'elle voulait dire était de la faire descendre rapidement. Elle plissa ses douces lèvres sexy autour du petit nœud dur de plaisir, et en même temps, elle le suça et le lava avec sa langue. Le but était d'induire l'orgasme, et l'acte oral expert a bien fait son travail.

Marsha a regardé de son perchoir ravi, à peine cligner des yeux, alors que le corps athlétique de la sexy Joan commençait son sperme. D'abord, ses orteils se recroquevillèrent, puis ses jambes fléchirent et ses hanches se soulevèrent de la couverture. Sa tête s'est cambrée aussi loin que possible, alors que les yeux bien fermés, elle a commencé à haleter "oui oui putain oui ooooooohhhhhhhhhhhhhh". Ses hanches commencèrent à se courber presque violemment contre le visage incrusté de l'adolescente en train de sucer. Marsha pouvait voir les seins et le cul de Lisa trembler alors que son corps absorbait les chocs que les reins de la femme plus âgée lui administraient. Elle l'a pris sans se plaindre, tenant son visage serré contre la chatte spasmodique.

"Aaaaaggggghhhhhh!" Joan s'est gargarisée et ses hanches ont fait deux autres soulèvements de la couverture avant de se calmer. Sa poitrine pompait de l'air alors que la sexy Lisa semblait lécher et embrasser doucement la fente humide ouverte. Finalement, l'adolescente quitta son nid de plaisir et posa sa tête sur le haut de la cuisse de Joan étendue. Tout le visage de la fille était brillant et lisse avec le miel de sperme de Joan, il couvrait même son joli petit nez de carlin arrondi.

"Dieu, Joan, je pensais que tu allais me casser le nez." Lisa sourit à travers ses lèvres couvertes de sperme. Elle commença à les lécher comme un chat léchant les restes de lait de sa bouche.

Joan ne pouvait parler que par rafales. "Tu me fais jouir si fort... chérie, tu ferais mieux de t'en aller... ou d'en subir les conséquences."

"Mais tu m'as dit que tu voulais que je garde ma langue dans ta chatte aussi loin que possible quand tu viendrais." Lisa lui a rappelé.

"C'est exact." Jeanne a répondu. Quoi, la fille voulait-elle qu'elle ait du sens vingt secondes après l'un des spermes les plus époustouflants de sa vie ?

Marsha était enracinée à sa place. Maintenant que les femmes n'étaient plus distraites par leur activité sexuelle, elles pouvaient éventuellement entendre le moindre mouvement qu'elle faisait. Elle se tenait immobile comme une statue, mais ses yeux continuaient à fixer la couverture et les deux femmes. Lisa était entièrement nue, elle n'avait même pas de chaussettes. Joan, d'autre part, portait toujours sa robe, mais elle était remontée jusqu'à sa taille, et sa culotte, ses chaussures et ses chaussettes gisaient sur le sol avec le chemisier, le pantalon et d'autres vêtements de Lisa.

La poitrine de Joan finit par retrouver une respiration normale, et elle appuya sa tête sur un bras, pour regarder le visage couvert de taches de rousseur de Lisa encadré par les cheveux roux, toujours reposant sur une cuisse, toujours recouverte du miel spécial de Joan. La femme plus âgée étendit son autre bras vers le visage souriant et passa tendrement ses doigts sur le côté renversé de la tête de l'adolescente, près de son oreille.

"Ça ne te dérange pas vraiment si je t'appelle des choses comme salope et pute quand on baise, n'est-ce pas chéri?" demanda doucement Joan.

"Non, je veux être ta salope, et ta pute. Je veux me donner complètement à toi, comme je ne l'ai jamais fait à personne d'autre. Tu as mon corps et mon âme. Je ferai n'importe quoi pour toi, et n'importe quoi avec toi , et n'importe quoi pour toi."

"C'est gentil bébé. Et John aussi, tu feras tout ce que nous te demanderons ?"

"Oui, je le ferai. Si tu veux, je ferai n'importe quoi avec n'importe qui, et je laisserai n'importe quoi me faire."

"Douce Lisa, en tant que conseillère, je dois te dire que c'est une promesse que tu ne devrais jamais faire à personne, pas même à moi, ni à aucun autre amant. Tout couvre trop. Je ne voudrais pas que tu sois blessée, maintenant ou dans l'avenir. Il y a beaucoup de gens là-bas qui feront semblant de vous aimer seulement pour vous abuser. Hommes et femmes. Mais je veux que vous sachiez qu'avec moi, et avec John, vous serez en sécurité et ne serez jamais blessé. comprendre?"

"Je te fais confiance, c'est pourquoi j'ai fait l'offre." Lisa a répondu

Marsha a commencé à se sentir mal à l'aise. C'était une chose de regarder les deux baiser, mais d'une manière ou d'une autre, cela semblait une invasion encore pire de leur vie privée d'écouter leur conversation intime. De plus, elle apprenait des choses qu'elle n'était pas sûre de vouloir savoir : comme ça, Renfield était aussi dans le coup. Dieu, quelle dépravation. Et elle était tout aussi dépravée, vraiment, alors qu'elle se tenait immobile, une Tomasina lorgnante, sa propre chatte laissant échapper du miel à cause de l'excitation qu'elle ressentait. Elle voulait sortir et partir, mais craignait que le moindre bruit ne les avertisse de sa présence. S'ils recommençaient simplement le sexe, elle partirait sous le couvert de leur distraction une fois qu'ils y seraient entrés.

"Joan, j'ai encore été méchante." entendit-elle dire Lisa.

« De quelle manière ? demanda Jeanne.

"J'ai encore laissé un homme jouir dans ma chatte."

"Qui était-ce?"

"C'était le Dr Kelly. Il m'a injecté son sperme quand je suis allé à mon rendez-vous."

"Tu es une très vilaine fille, Lisa."

"C'est encore pire, Mlle Chen. Non seulement il a tiré sa charge chaude de sperme dans ma chatte, mais il a tiré une autre charge sur mon visage. Et sa réceptionniste Wendy a également tiré son sperme de sa chatte sur mon visage, deux fois, la deuxième fois pendant que le Dr Kelly tirait sur le sien.

« As-tu protesté contre ça, vilaine fille ? Joan pouvait sentir sa propre chatte monter en flèche alors que les mots chauds se déversaient. Dieu, cette fille a-t-elle jamais été une salope chaude et une trouvaille précieuse.

"Non, Miss Chen, je suis tellement coquine que je le suppliais. Je voulais que sa grosse bite longue soit fourrée en moi. Je voulais qu'il jouisse sur et en moi. Quand j'ai vu Wendy tirer du jus quand elle est venue, je Je voulais ça aussi. Je l'ai bu, Miss Chen.

"Alors il a une grosse bite, et tu la voulais. Et tu dis que cette fille de Wendy tire du jus de sa chatte quand elle jouit ? Tu me mens, vilaine fille ?"

"Non, Mlle Chen, je n'avais jamais vu ça auparavant, mais elle jouit presque comme un homme, sauf que son sperme est clair et a le goût de sperme de fille, et gicle de son trou de chatte." Joan n'avait jamais vu cela non plus, mais elle en avait entendu parler et lu.

"Tu as été une mauvaise fille, Lisa. Penses-tu que tu as besoin d'une punition ?"

"Oui, Miss Chen, je le sais. Mon cul a besoin d'être fessée, pour expier les ennuis dans lesquels je continue de me mettre."

"D'accord, il y a une chaise là-bas. Apportez-la ici et installez-la directement sur la couverture." Jeanne a commandé. Pourquoi il y avait cette chaise dans la salle de stockage AV, elle ne le savait pas. Elle ne pouvait pas non plus imaginer que Marsha l'ait mis là, pour s'asseoir pendant qu'elle se masturbait après l'école après avoir lu de vilaines histoires de fessées lesbiennes.

Marsha qui regardait ne pouvait s'empêcher de ressentir un frisson incroyable dans son corps alors qu'elle réalisait que la jeune fille sexy allait être fessée. La fessée était l'un de ses frissons secrets. Elle n'était pas vierge, elle avait eu des filles, et elles l'avaient eue. Mais elle était toujours excitée par l'idée d'être fessée. Et au cours de ses vingt-cinq ans, elle n'avait jamais ressenti une aussi forte poussée de désir qu'elle ressentait maintenant. Elle ne pouvait pas partir et rater cette chance unique.

En dessous d'elle, Lisa, nue, alla chercher la chaise et la posa sur la couverture. Joan se leva et s'assit dedans. Lisa, soumise et sans instruction, s'est allongée sur ses genoux avec son cul appétissant levé pour sa punition.

« Debout, mauvaise fille. Jeanne a commandé. Lisa se dressa sur la pointe des pieds. « Maintenant, combien de coups pour vos péchés ? »

"Dix coups, Mlle Chen?" demanda Lisa de sa voix soumise.

"Je pense que quinze ans. Cinq pour le sperme des médecins dans ta chatte, et cinq pour son sperme dans ton visage, et cinq pour le sperme de Wendy dans ton visage. Tu es d'accord ?"

"Oui, Mlle Chen."

"Maintenant, coquine, cette fois je veux que tu lèves ton cul vers la main qui te donne la fessée. Chaque fois que je te donne une fessée, ton cul va tomber. Tu dois le soulever, demander le suivant, est-ce clair ?"

Lisa ressentit une bouffée de luxure à cette nouvelle tournure. Elle mendiait la fessée en levant le cul. Elle a dit "Oui, Miss Chen", et a relevé ses fesses pour le premier coup délicieux.

Claque! Le premier coup a atterri, provoquant la piqûre de plaisir à traverser le corps de l'adolescente sexy. Elle ne savait pas pourquoi ce kink était si excitant, mais c'était pour elle. Même la douleur était comme du plaisir, tant que Joan ne la frappait pas trop fort, et elle savait qu'elle ne le ferait pas.

« Maintenant, à quoi ça sert, mauvaise fille ? » demanda Jeanne.

"Pour avoir laissé le Dr Kelly tirer son sperme en moi." Lisa a répondu

"Relève ton cul." Jeanne a commandé. Lisa l'a fait. Battre! Le cul sursauta et se trémoussa sous le coup. "Non," dit Joan, "pas pour la location, Lisa, pour quoi?"

"Pour avoir voulu, Mlle Chen. Je suis si mauvais que je le voulais. Je l'ai supplié. Je voulais sa bite et son sperme. Je voulais aussi jouir, si mal. J'en avais besoin, Mlle Chen." Elle a dit cela en levant son cul avec soumission pour un autre coup. Le miel coulait librement de sa chatte, et de celle de Joan aussi. Ce jeu sexuel pervers les a excités tous les deux férocement.

Marsha était plus excitée qu'elle ne l'avait jamais été dans sa vie. Sa chatte ne se laisserait plus toucher. Elle descendit lentement ses deux mains vers son pantalon et déboutonna le haut. Soigneusement, elle ouvrit la fermeture éclair, jusqu'à ce qu'elle puisse mettre sa main dans le haut et sous sa culotte, dans les profondeurs chaudes et humides de sa chatte débordante. Son doigt s'est posé sur le nœud dur de son clitoris, où il a commencé à jouer doucement. Oh mon dieu, c'était si bon qu'elle voulait gémir, mais elle devait garder la bouche fermée. Mais pas ses yeux, qui ne quittaient jamais la scène méchante.

« Que s'est-il passé quand il est venu sur ton visage, salope ?

"Oh, Miss Chen, Wendy était sur moi dans un soixante-neuf, et il la baisait dans le cul, et ils étaient tous les deux prêts à jouir, et elle lui a demandé de se retirer et de tirer sur mon visage pendant qu'elle le faisait aussi, et il l'a fait, et ils ont tous les deux giclé leur sperme sur mon visage en même temps."

"Dieu, Lisa, c'est chaud." Joan avait perdu sa concentration sous le choc des mots sexy. « Tu voulais te faire enculer toi aussi, vilaine petite salope ?

"Oui, Miss Chen, j'aime me faire enculer, mais sa queue était si grosse que j'en avais peur."

"Tu aimes les choses dans ton petit cul chaud, n'est-ce pas ?" Joan a dit de manière séduisante, elle a mis son doigt dans sa bouche pour le mouiller avec de la salive, puis l'a mis dans le trou du cul de Lisa. "Tu veux mon doigt dans le cul, n'est-ce pas, vilaine fille?"

Oh, mon Dieu, pensa Marsha ; si elle met ce doigt dans son cul, je vais jouir ici.

"Oui, Mlle Chen, je suis une vilaine salope. S'il vous plaît, s'il vous plaît, s'il vous plaît, baisez-moi le cul avec un doigt et punissez-moi pour le vouloir."

Le doigt de Joan a commencé à pousser dans le cul serré de Lisa. Marsha tripotait furieusement. L'Irlandaise a joui plusieurs fois, bien sûr, mais jamais debout sur un tabouret tout en gardant la bouche totalement fermée. Et certainement, elle n'avait jamais compté avoir l'un des trois ou quatre meilleurs spermes les plus durs de sa vie dans cette position. Mais c'est arrivé. Son corps a commencé à se tendre délicieusement, et elle savait qu'elle ne pouvait pas l'arrêter. Ses yeux se plissèrent puis se fermèrent, alors qu'elle concentrait toute sa volonté disponible à se taire. Mais l'orgasme éclata en elle avec une telle force qu'elle crut qu'elle allait s'évanouir d'extase. Son corps était si serré avec un plaisir insupportable qu'elle pensait qu'elle était sur le point de se briser en deux. Et elle ne pouvait même pas respirer fort sans être entendue.

Elle était debout sur un tabouret et commençait à sentir ses jambes faiblir. Elle bougea son bras par réflexe pour se stabiliser, alors même que les vagues de plaisir la traversaient. L'effort pour garder le silence était tout ce que son esprit conscient pouvait supporter. Le bras a attrapé une bouteille que quelqu'un avait laissée sur le dessus de l'armoire.

ACCIDENT!!! Le son était fort et proche dans la petite pièce silencieuse. La tête de Joan se releva brusquement. Jésus! Quelqu'un était ici !

Pendant ce temps, Marsha avait la tête baissée alors qu'elle essayait de surfer silencieusement sur les vagues de l'extase. Mais son pantalon avait descendu sous ses hanches, et alors qu'elle essayait de s'accrocher après avoir entendu l'accident, le choc l'a juste fait tomber du tabouret et s'est claquée sur le cul sur le sol nu et dur, le pantalon maintenant baissé autour de ses genoux . Elle pouvait à peine entendre la commande chuchotée frénétiquement de Joan "Vite là-bas dans le coin!". Maintenant, je suis foutu de tout finir, était la pensée dans l'esprit de Marsha alors qu'elle était assise là, stupéfaite pendant un moment de plaisir et de douleur.

Lisa se précipita frénétiquement, attrapa la couverture et l'enroula autour d'elle, et se dirigea vers un coin où elle pourrait se cacher derrière une petite étagère. Alors qu'elle se penchait derrière elle, elle réalisa dans quel pétrin ils étaient probablement. Joan réfléchit rapidement. Quelqu'un était entré, et c'était quelqu'un avec une clé, quelqu'un d'important. Quel était l'accident et les coups de poing qui ont suivi ? Peut-être le principal, qui aurait peut-être déjà renversé quelque chose dans sa hâte de sortir et de trouver les formulaires nécessaires pour la renvoyer en disgrâce.

Le seul espoir était d'avancer, et de l'effrayer. Au moins, elle avait encore sa robe. Mais elle devait intercepter qui que ce soit avant qu'ils ne puissent revenir à la petite scène qui était encore incriminante, car dans sa hâte Lisa avait laissé ses vêtements éparpillés dans le désordre. Elle ne pouvait qu'espérer qu'il s'agissait d'un homme avec un mauvais nez – n'importe quelle femme pouvait sentir l'odeur du sexe qui flottait dans la pièce. Les chances de s'en sortir étaient faibles, mais elle devait essayer.

Joan chargea vers les armoires. Au coin de la rue, elle ne vit personne jusqu'à ce qu'elle baisse les yeux – pour voir, à sa grande surprise, la jeune bibliothécaire irlandaise aux cheveux bruns sur le sol, les cheveux en désordre, essayant de remonter son pantalon ! Une bouteille de verre brisée gisait en éclats sur le sol.

"Est-ce que vous allez bien?" fut tout ce que Joan put penser à dire. Mais alors même qu'elle le disait, le choc et la poussée d'adrénaline palpitante commençaient à se transformer en soulagement. Pas de directeur, seulement une fille de cinq ans plus jeune qu'elle et, incroyable, elle devait nous regarder. Pantalon remonté.

« Je suis tellement désolé ! Tellement désolé ! Marsha lâcha de confusion. Elle était encore plus agitée que Joan. Son cul lui faisait mal mais sinon elle pensait qu'elle n'avait rien cassé. "Je vais bien, je vais vraiment bien, oui, mais je suis désolé. J'ai juste... j'ai juste..." Marsha ne pouvait même pas penser à une excuse boiteuse et sans espoir. "Je devrais juste y aller maintenant..." continua-t-elle. Mais c'était même difficile de se lever, elle venait non seulement de tomber mais aussi de jouir avec un orgasme incroyable.

"Tiens, laisse-moi t'aider." Joan offrit sa main et tira la fille crachotante du sol. Marsha baissa les yeux sur son pantalon et le vit déboutonné et la fermeture éclair baissée. Dieu, comme c'est embarrassant. Elle rougit profondément et tenta à nouveau de s'excuser. Elle ne savait pas ce qui aurait l'air pire, boutonner et fermer le pantalon maintenant, ou sortir avec le pantalon défait.

"Que faisiez-vous?" demanda Jeanne. Joan et Marsha se connaissaient et parlaient des connaissances, mais en aucun cas des amis. Non que l'un n'aime pas l'autre.

« Je... » La voix de Marsha s'éteignit. Que pourriez-vous dire?

« Tu regardais, n'est-ce pas ? » La nature de Joan était de prendre le contrôle, et c'était la seule façon qu'elle voyait de le faire. Le bibliothécaire avait visiblement jeté un coup d'œil, et l'avait au moins vue donner une fessée et parler vulgairement à Lisa, et lui mettre un doigt dans le cul. Personne ne pouvait prétendre que ce n'était pas du sexe, et du sexe pervers en plus. Mais Marsha s'était rendue responsable en regardant et même, à première vue, en se masturbant en regardant. Joan a dû faire d'elle une co-conspiratrice.

Marsha ne put répondre pendant un moment. Elle regarda le sol. Malgré le fait qu'elle n'avait fait que regarder, alors que la plus grande Joan avait en fait donné une fessée et caressé et eu des relations sexuelles avec un étudiant, c'est Marsha qui avait l'impression d'avoir été prise en flagrant délit avec ses doigts dans la boîte à biscuits. Son langage corporel disait soumission. Joan se sentait mieux à chaque seconde qui passait. "Oui." finit-elle par admettre, la tête baissée.

À ce moment-là, Lisa avait émergé de derrière l'étagère, la couverture toujours enroulée autour d'elle, et s'était lentement approchée des deux adultes. Marsha leva les yeux. "Salut, Mlle Long." dit Lisa. Marsha n'a pas répondu.

"Qu'as-tu vu?" demanda Jeanne.

Marsha ne savait pas quoi dire. "Voulez-vous savoir?" elle a demandé.

"Oui, je veux savoir." Joan répondit fermement.

"J'ai tout vu, ou presque tout. J'ai vu Lisa, euh, avoir des relations sexuelles orales avec toi, et puis je t'ai vu lui donner une fessée." la bibliothécaire a répondu honnêtement, mais ensuite elle a commencé à retrouver son bon sens natif et a dit "Ne pouvons-nous pas simplement oublier cela? Vous avez eu tort de le faire, et j'ai eu tort de regarder, alors oublions-le tous les deux, d'accord?"

Marsha a dit cela, la tête baissée. Joan n'avait rien de tout cela. Elle mit son index sous le menton de l'Irlandaise et leva la tête pour lever les yeux. Les yeux bruns de Marsha rencontrèrent les yeux bleus de Joan. « Peux-tu l'oublier ? demanda la grande femme, "Et tu veux l'oublier ?"

La réponse a mis une bonne dizaine de secondes à venir. "Non, je ne peux pas vraiment l'oublier, et aussi... je n'en ai pas vraiment envie."

« Est-ce que tu te masturbais quand tu nous regardais ? demanda Jeanne. C'était audacieux, mais sa lecture de la fille était qu'elle serait plus en sécurité de leur côté, pas contre eux.

C'était une chose difficile à admettre, mais quand vous êtes littéralement pris avec votre pantalon baissé, mentir vous rend encore plus ridicule. "Oui." elle a admis.

Joan sentit la montée palpitante de l'adrénaline dans son corps, maintenant que la panique s'était apaisée. Il y avait quelque chose dans le fait d'être si près du bord qui vous faisait vous sentir si vivant. Avoir failli perdre son emploi dans une disgrâce humiliante, et pourtant avoir pris le contrôle et diriger les choses, s'occuper de ce jeune bibliothécaire qui, théoriquement, pouvait encore vous dévaster, c'était le pouvoir.

"Eh bien, c'était méchant, n'est-ce pas, Marsha?" Joan a utilisé exactement la même voix qu'elle avait utilisée pour dire la même chose à Lisa plus tôt. Elle savait que Marsha avait entendu ça. Elle savait que la bibliothécaire saurait ce que signifiait ce ton. Elle espérait juste qu'elle interprétait correctement le langage corporel. Mais en ce moment, elle se sentait si puissante qu'aucun pari qu'elle avait fait ne pouvait échouer.

Marsha se leva et entendit la voix, avec son invitation indubitable à se joindre à la fête. Mais son bon sens a dit non. Elle a hésité. "O-Oui, c'était inapproprié." Elle a essayé de paraître neutre.

Mais Joan savait quelle vis tourner. Elle savait, maintenant, le point auquel la fille lorgnante avait joui. "Quelle partie t'a rendu si sexy, Marsha ?"

"Ah, tout ça." Marsha jouait le jeu. If she was going to bolt, she already would have, Joan knew.

"No, it was the spanking wasn’t it?" Joan had a firm tone in her voice.

Marsha knew she was caught now. There was no point in denying it. She felt a release of tension in her body. She also felt the beginning of a new surge of arousal between her legs the moment she heard her voice say "Yes."

"That’s good, Marsha. That’s good that you admit it. Lisa and I admit our sexual desires, that’s why we get along so well. Isn’t that right, Lisa?"

"That’s right." Lisa replied. Marsha had almost forgotten her after looking into Joan’s blue eyes. She looked up to see the girl still standing about five feet away, still wrapped in the green blanket.

"Lisa, drop that blanket please, and let us see your gorgeous body." Joan requested. Lisa dropped the blanket instantly. She stood proud and upright in her nakedness.

"Have you ever seen anything more beautiful, more sexy?" Joan asked Marsha. "That’s a body made for pleasure, made for fucking, for tasting, for licking and rubbing. Turn around sweetie." Lisa spun around, enjoying the two pairs of lusty eyes on her body.

"What an ass that is, isn’t it?" Joan enthused. "Perfect for playing with, for kissing, for fucking. And...for spanking, isn’t it Marsha? How could anyone in their right mind resist?"

"Oh yes!" Marsha was no longer playing like the proper employee.

"Turns you on, doesn’t it? Nothing wrong with being turned on by such a girl as Lisa. Admit it, you’re wet right now, aren’t you?"

This is crazy, this is so kinky, this is soooooo exciting Marsha thought. In for a dime, in for a dollar as the Americans put it. She knew these two could not blackmail or otherwise harass her, because she had more on them than they had on her. She felt safe enough to say the final words of commitment: "Yes, Joan, my panties are soaking right now."

"Oh, Marsha, that is very, very naughty you know. First, you sneak in a peep on us in our private moments, and diddle your little clit until you cum, and now you’re ogling one of our students and admitting your cunt is leaking honey. Isn’t that naughty?"

Marsha felt the sudden whip of excitement as she realized what was happening. All she had to do was play along, and... and... that firm hand would be coming down on her reddened and upraised ass. Oui! "Very naughty, Joan. But I can’t seem to help it."

"I know you can’t, because you’re a naughty girl just like Lisa is, aren’t you?

And you know what we do to naughty girls, don’t you?"

"Yes, I do know, and I think I deserve it. I deserve it very much."

"Bend over, Lisa." Joan ordered, "And spread your pussy lips for us." Lisa did as ordered, spreading her legs wide and jutting out her ass at the two horny spectators, then reached back around and pulled her cheeks apart to reveal the pink wet slit between them. The action was incredibly slutty and arousing, not just the way she did it, but the unhesitating speed of it. She had not the slightest sense of shame at lewdly exposing her private parts for public viewing.

"I think you would deserve it even more if you got on your knees and licked that hot slit that is presented to you." Joan said, in a voice that barely concealed her own excitement.

Marsha did not answer, she just took two steps forward and dropped to her knees, clothes still on, and took the sexy ass in her hands, then without hesitation put her face between the two perfect mounds and extended her tongue. She lasciviously licked broadly and nastily up and down the fully exposed length of Lisa’s rear. The burst of pleasure made the young girl grab her knees for support.

God, I’ve found another one, Joan thought. Lisa must draw them like magnets:

girls who, some beneath staid exteriors, are just seething masses of sexual urges, waiting to be unleashed by the sexy body and even sexier manner of the teenaged fertility goddess. Men too, of course, but it was no wonder they dissolved in lust at her feet.

"That’s right, lick and suck it like a nasty slut." Joan ordered, but she didn’t really need to, Marsha had let her inhibitions go and was doing now what she’d dreamed about so many nights this long school year. Lick and suck the cunt of the luscious Lisa Cunningham. Joan let it go on and on, feeling the flow of her own honey let loose, hearing the moans begin in the throat of the deep-voiced young girl, feeling the keen excitement of knowing they were getting even kinkier on school property, that any minute someone with a key could unlock the door right behind them and nothing stood in the way of the intruder seeing everything. But Joan somehow felt invulnerable. The near-miss scare would have frightened off most people, but not her. She had to admit, she loved the edge. She loved being reckless.

Marsha was slurping noisily, trying, it seemed, to lick the teen clean even though the more she licked, the messier it got back there. "That’s enough." Joan ordered, and Marsha reluctantly stopped. "I know you both want to get your rocks off, but Marsha has been bad, and she must be punished. Come with me. Lisa, spread the blanket back down, and put the chair back on it."

Once the chair was on the blanket, Joan sat in it and ordered the librarian to pull down her pants. She did, without any hesitation. "Very good, Marsha. I like how fast your did that. Do you still feel the need for punishment?"

"Yes, I do. Very much." she meekly replied.

"Now, you have been naughty in three ways." Joan said to her, "First, you peeped and masturbated. Then, you licked Lisa’s cunt and ass. And third, you stopped before she came. Is that not three transgressions?" The absurdity of this did not escape Marsha, but she was far gone in lust, and agreed that she had. She knew it was only a kinky exciting game. A game she loved.

You must atone for all three at once." Joan said. "Lisa, lie down on this blanket, right here," she indicated a stop beside the chair where her victim’s face might be, "and spread your legs wide and open your cunt lips again." Lisa scrambled into position and did it.

"Now naughty girl," Joan was looking at Marsha as she spoke, " lay down over my lap with your ass up in the air and your lips in the pussy of the girl you left without her well-deserved cum. Will you do that?"

The Irish girl was so excited she could not speak. Her legs seemed to tremble. She could only nod yes, and then get into position. It was the lewdest, kinkiest, nastiest combination she’d ever dreamed of. And it was happening for real. But she had trouble reaching low enough to get to the offered wet slit, and Lisa had to solve the problem by gathering up a good part of the blanket and stuffing it under her ass. This raised it enough for Marsha to be able to properly lick her clit to orgasm.

"Now," Joan ordered, "You must raise your ass like Lisa did for every single whack. It is your way of begging for it, like it was hers. While you are spanked, you will eat pussy. The spanking will only stop once Lisa has cum on your mouth. Do you understand that?" Marsha could only nod yes from her position between the teenagers lewdly wide spread legs.

Whack! Joan’s hand came down on Marsha’s pretty white ass, making a red spot the side of her hand. The sharp, sexually thrilling sting popped through her body, reminding her to tend to Lisa’s clit. She puckered her lips, and began to suck, lick and lap at the hard nub of the sexy teen’s exposed and yearning clit.

Whack! the blow came again. Marsha licked harder. Lisa began to squirm and moan. It was incredible to her that she could control, by her own cum, the length of time the school librarian had to take her spanking. It was wickedly thrilling. She loved it, and showed it by deliberately wiggling and rubbing her cunt on the struggling woman’s face, spreading her hot girl honey all over it.

"You naughty nasty cunt licker." Joan muttered as she spanked the now more and more reddened ass before her. But Marsha could hardly hear. Her world consisted of only two things: the hard wet tangy clit of the squirming and moaning student in her mouth, and the hot hard pleasurable and painful stings of the ass whipping she was taking. She remembered to raise up her ass for every slap.

"Oh ,fuck, yes, god, don’t stop... yes... fuck, lick it, oh yeah." Lisa moaned and groaned out a string of obscenities. Joan had taught her how to talk dirty during sex, and do it good. Soon the pleasure of the tongue and lips on her clit peaked. She rose and hunched and groaned "yes, yes yes YES YES YES!! Fuuuuuuuuck!" as she came.

"Cum good, slut." Joan almost moaned, as she stopped spanking Marsha. Her hand hurt a little. But her cunt was tingling and letting the honey flow copiously. Marsha raised her ass up again for more. But Joan had a surprise for her.

The librarian was expecting another slap, but instead she felt a fingertip on her asshole, pushing in. "OH YES!" she almost yelled. "Bugger me!" Joan did. She had wet her finger, and pushed it in the tight ass without pause. Once she had it in up to the knuckle, she worked it around in circles. Marsha thought the sensation would just about kill her. She moaned and gasped "Awwwwwwwwww fuck me". But then, more fingers went pushing into her cunt. "Aggggggggah!" and she began to squirm her ass uncontrollably. When the hand that held the fingers that were in her began to saw them in and out, the sweet agony sent her over the peak of a crashing orgasm.

"Cum you horny bitch!" Joan grunted as the girl in her lap hunched and thrashed and moaned. The librarian had lost all control. She was a bundle of nerves, all raw and exposed. The fingers were still in her. "Gaaaaaaaa!" she groaned, and came again, right on top of the last one. Her body was humping like mad. Grunts and gasps escaped her lips. Eventually, she quieted a little.

When she did, still gasping but no longer hunching and moaning, Joan pushed her off her lap onto the floor unceremoniously. "Get up and lick me off, Lisa. Hurry... hurry!" Joan pulled up her dress to expose her sopping cunt and a puddle of wetness on the chair where she had been sitting.

Lisa, always game, rose up and crawled over the librarian sprawled on her side with her blouse and pants still on, but pulled down to expose her reddish whipped white ass. The teen dove right into the needy pussy of the older woman, and began to lick furiously at the exposed clit. Within seconds, Joan arched and bit her lip to keep from screaming as the cum tore through her like liquid fire. She hunched and thrust at Lisa, but by now the eighteen-year-old was used to Joan’s violent motions during orgasm, and held her tongue deep in the hot tangy hole as her mentor came violently.

Within a minute, the convulsive orgasms of the three women quieted. The room once again was still. Joan reached down lanquidly and hugged Lisa, and then they both fell together on the messed up blanket amid the strewn clothes and shoes and socks and debris, and wrapped their loving arms around the still prone Marsha, and hugged her and kissed her.

None cared that they were still in a high-risk zone, even if school was long since out. They were learning to love living on the edge. They were getting used to being reckless.

Articles similaires

Leçons apprises_(2)

J'entre dans la classe et prends place au milieu de la classe. Ma copine, Lacy, prend place à côté de moi. « Quoi de neuf fille ? » Elle demande. Hé! dis-je avec enthousiasme, peut-être trop avec enthousiasme. Ok déversement. « Renverser quoi ? Qui est-il? Qui est qui? dis-je avec un sourire narquois. La cloche sonne et un homme entre en fermant la porte derrière lui. Sauvé par le gong. Je pense à moi. Je regarde l'homme. Il est grand avec des cheveux blonds sales, des yeux bleus et très beau. Sexy je dois dire. Bonjour la classe. Je suis M. Miller. Je remplacerai...

2.2K Des vues

Likes 0

Rachel baise le couple

Rachel baise le couple Un jour, je suis allée à une soirée chez des amis où une jeune rousse qui dansait a attiré mon attention ; la voir danser m'excitait. Je me suis approché d'elle et j'ai commencé à danser aussi, bientôt nous dansions ensemble. Après avoir dansé pendant un moment, nous nous sommes assis et avons commencé à parler. Je me suis présentée comme Rachel, elle m'a dit qu'elle s'appelait Jennifer. Après un moment de conversation, Jennifer et moi avons remarqué que la fête s'éteignait et que les gens partaient. Jennifer a demandé si elle pouvait rentrer chez elle puisque...

1.3K Des vues

Likes 0

REBONDISSANT

Karen tapota Steffi sur l'épaule et lui dit que Miss Peters voulait la voir tout de suite dans son bureau. Steffi a fini de boutonner son chemisier et a demandé : A-t-elle dit ce qu'elle voulait ? Non, répondit Karen alors qu'elle se dépêchait de sortir du vestiaire, elle n'avait pas l'air bouleversée ou quoi que ce soit, elle veut juste te voir ! Mon Dieu, marmonna Steffi, c'est l'heure du déjeuner et on me retient après le cours de gym, alors qu'elle ramassait sa serviette et ses vêtements de sport et les fourrait dans son sac à dos. Karen a...

1.1K Des vues

Likes 0

Un jour jamais oublié - Partie 1

NOTE : Je suppose que vous pourriez appeler cette histoire un viol. Ce n'était pas grand-chose, mais cela m'a touché plus loin que n'importe quoi d'autre auparavant. Oui, cela m'est vraiment et vraiment arrivé. Lisez la suite, s'il vous plaît. Il n'y a pas beaucoup de sexualité dans la partie 1, mais dans les parties 2 + 3, IL Y EN A BEAUCOUP. Je n'avais aucune idée de ce qui m'attendait car j'ai désobéi aux souhaits de mon père et j'ai laissé la caravane quand il était au travail. Il ne le saura jamais... J'ai pensé innocemment en faisant un wheelie...

1.1K Des vues

Likes 0

BBW agent immobilier

Il était temps de bouger. J'avais gagné de l'argent grâce à de bons investissements et j'avais hérité d'un peu d'argent supplémentaire, alors j'ai décidé qu'une mise à niveau s'imposait. J'ai trouvé un agent immobilier local et j'ai pris rendez-vous pour parler à quelqu'un de la recherche de l'endroit idéal. La réceptionniste m'a donné rendez-vous pour le lendemain avec une femme nommée Jennifer. Quand je suis arrivé au bureau, la réceptionniste m'a fait entrer dans le bureau et m'a dit de m'asseoir et que Jennifer serait avec moi sous peu. Il ne fallut pas longtemps avant que la charmante Jennifer n'entre dans...

821 Des vues

Likes 0

Les rêves de Racos se réalisent !!!_(1)

Je m'appelle Raco et j'ai 15 ans Je ne suis pas sportif J'ai toujours été celui qui a aimé les livres et être à l'intérieur... Je suis dans le placard et personne ne sait que je suis gay n'a jamais eu de petite amie ou même J'ai embrassé une fille parce qu'elle ne m'intéresse tout simplement pas... mon père est parti la plupart du temps pour travailler sur des projets de construction hors de la ville et quand il est à la maison, il dort et il est difficile de le réveiller. ... ma mère ne nous prête pas beaucoup d'attention...

888 Des vues

Likes 0

Je suis devenu le jouet sexuel de ma belle-sœur coquine.

Ma femme, Jan, était allée à une convention sur un sujet lié à son travail et serait partie pendant trois jours. C'était tout simplement parfait pour moi. Après avoir quitté le travail, j'ai récupéré ma petite amie, Judy, et je l'ai ramenée à la maison avec moi pour passer le temps pendant lequel ma femme allait être absente. Je lui ai dit de ne pas emporter de vêtements supplémentaires car elle serait nue la plupart du temps. Nous étions bien dans la première nuit et nous nous sommes bien amusés. J'avais étalé une couverture sur le sol du salon devant la...

758 Des vues

Likes 0

L'Adonis du Tennis

Le score est de 40-15 et c'est encore une fois son point de championnat pour l'invincible Andy Cruise ! La foule a rugi d'approbation alors qu'Andy servait pour le championnat. Au service de son as de marque, l'adversaire ne pouvait que regarder le ciel avec un air résigné et accepter gracieusement la défaite. Pour Andy, c'était son 8e Grand Chelem en deux ans. Il était tellement habitué à gagner que c'était devenu une routine monotone. Pourtant, la vie avait été bonne pour lui et il en était toujours reconnaissant. Après la cérémonie de victoire, Andy est retourné au sanctuaire de sa...

376 Des vues

Likes 0

Rose, la maman seule

Rose Au cours des jours suivants, j'ai reçu des SMS des jumeaux. Helen me voulait plus que tout et était prête à me rencontrer n'importe où pour me le montrer. Rose m'a envoyé un SMS me demandant de me rencontrer et de discuter avant de me réunir avec l'une ou les deux de ses filles. Son deuxième texte m'a invité à la rencontrer. On m'a juste donné une adresse et une heure. Alors quand je suis arrivé, j’ai eu la surprise de me retrouver devant un salon de massage. Alors que je franchissais la porte, une jolie jeune femme hispanique m'a...

261 Des vues

Likes 0

Chambre Vierge

C'est la troisième histoire que j'écris pour ce site, et encore une fois, je m'excuse s'il y a des erreurs d'orthographe ou de grammaire, ou toute autre erreur d'ailleurs. J'aime beaucoup les commentaires et si vous souhaitez signaler des erreurs, faites-le de manière constructive, je ne réponds pas bien aux personnes qui critiquent ma ponctuation lorsque leur message est tapé en majuscules ou autre. Gardez à l’esprit que cette histoire est tout à fait vraie avec une très très petite quantité d’embellissement pour que l’histoire continue, alors ne postez pas en disant que cela ne pourrait jamais être vrai, car c’est...

263 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.