Femdoms sales: forcé oral-partie 5

76Report
Femdoms sales: forcé oral-partie 5

Après ma « location » et la manière phénoménale dégoûtante dont j'avais été utilisé par mes hôtes, je suis tombé au niveau d'utilisation le plus bas dans le manoir de Madame. Il y a cinq niveaux de classement utilisés par la Madame commençant au moment de la capture au niveau cinq, et s'étendant vers le bas à mesure que l'esclave devient plus habile et consommé par le service oral quotidien requis. Le classement d'un esclave est indiqué par une étiquette attachée à une oreille... une couleur différente pour chaque niveau.

Le niveau cinq est jaune... niveau quatre vert... niveau trois rouge... niveau deux bleu et niveau un marron.

Je portais maintenant l'étiquette brune et j'étais maintenant considéré par le personnel comme la forme la plus basse d'esclave oral possible, et je serais traité comme un chien à partir de ce moment. C'était scandaleux que je sois utilisé si injustement et avec un tel désir immonde, mais jusqu'à ce que je sois libéré ou échappé, je devais exister dans ce monde.

--------------------------------------------

Je portais un collier de chien à tout moment et, lorsqu'il était utilisé et transporté dans le manoir, j'avais une laisse attachée pour signifier ma position abyssale sur l'échelle sociale ici.

Le matin après mon retour du statut de «location», j'ai été emmené pour mon «petit-déjeuner» dans les salles de conditionnement.

La nourriture qui a été expulsée des modèles répondait à tous mes besoins nutritionnels et commençait à avoir plus d'attrait pour moi, et j'ai commencé à apprécier l'odeur et le goût désagréables en la mangeant. J'avais développé un fétichisme puissant à cet égard, un peu comme celui acquis pour le fromage limburger ou d'autres aliments similaires en termes de funky aromatique. Presque tout peut devenir érotique et désirable dans des conditions appropriées.

----------------------------------------

Après mon séjour dans la salle de conditionnement, on m'a donné une dose d'aphro 10, leur aphodisiaque le plus puissant, et emmené dans une autre zone de l'immense manoir... une que je n'avais jamais visitée auparavant. L'aphro 10 faisait des choses désagréables au receveur... et avec une drogue sexuelle extrêmement puissante, contenait des éléments de contrôle de l'esprit qui brisaient complètement toutes les conventions morales et augmentaient la libido à des niveaux inouïs, produisant une pulsion intensément érotique qui obligeait à se comporter sexuellement comme un animal.

Nous sommes entrés dans une salle de bain pour femmes et quatre esclaves se sont assises sur les toilettes ouvertes pour se soulager. Le bruit de leurs efforts remplissait la pièce et l'odeur familière de la nature flottait dans l'air après la chasse d'eau des toilettes.

La Madame me regardait lorsque j'entrais, les bras croisés et un rictus mécontent sur son joli visage. Les gardes m'ont amenée vers elle.

"Tu dois aller aux toilettes, merde, et tu ferais mieux d'être à la hauteur !" Pendant que tu t'amusais ailleurs, tu as négligé tes devoirs ici." Elle me contrôlait complètement, ainsi que les autres esclaves à ce stade. Je lui ai accroché chaque mot et développais une telle envie de sucer le connard mon asservissement obscène devenait secondaire, j'avais pensé à la supplier plus d'une fois, en dehors du service qu'elle me demandait normalement chaque jour.

Ils m'ont relâché les mains et sont restés là avec la télécommande de choc et les tasers prêts.

La Madame attrapa une de mes oreilles et m'entraîna jusqu'au premier tabouret. Elle m'a poussé vers le bas en me pinçant fort, et je me suis agenouillé à côté de la femme en sachant très bien ce qui allait arriver. Puis elle m'a tiré derrière elle et a mis mon visage dans son cul. Ses fesses parfaitement formées sortaient lorsque mon nez s'y frottait... et j'embrassai le contour de son cul... très bien révélé contre sa jupe moulante. « Embrasse mon pet », grogna-t-elle, « embrasse-le vraiment bien.

J'étais comme un automate à présent, et mon nez enfoncé vers l'intérieur, enfoui dans sa crevasse arrière. J'ai inspiré profondément, et en même temps elle a poussé un pet très fort et obscène, et j'ai embrassé sa chatte à plusieurs reprises, en gémissant de plaisir. Elle ne s'est pas arrêtée là et a cassé le vent plusieurs fois en déplaçant son cul contre mon visage alors que je cherchais de l'air.

Quand elle a fini, elle m'a tirée et m'a regardé. « Je ne peux pas te dire à quel point tu me dégoûtes ! elle a craché, "tu es un lâche et une merde de poulet et tu m'as permis de te faire toutes ces choses... et maintenant tu es accro à nos abus, et tu me bouffes le cul... les gardes sont dégoûtés par vous, nos clients sont dégoûtés par vous... et vous savez quoi, votre séjour ici ne fait que commencer !"

Elle m'a tiré vers la première esclave et m'a serré l'oreille.

"Nous n'avons plus de papier toilette", a-t-elle déclaré, "et nous devons trouver une solution". « Avez-vous des idées ? Je savais ce qu'elle voulait et savais mieux que d'hésiter ou de refuser tout ce qu'elle suggérait. La jolie esclave se leva et se tourna vers moi en écartant les fesses.

Une couche brune de merde fraîche couvrait ses renfoncements intérieurs et son trou du cul était recouvert d'une couche plus épaisse. Je levai les yeux vers la dominatrice Madame et poussai rapidement vers l'intérieur, enfonçant mon nez dans l'anus poilu de la femme. La merde a couvert mon visage alors que j'enfonçais ma langue profondément dans son trou arrière, et je l'ai mangé rapidement, avalant la crème brune avec beaucoup d'empressement. J'étais au point où je ne ressentais plus grand-chose, et j'étais dévoré par un besoin insatiable de satisfaire mes envies torrides.

J'ai nettoyé son dos taché de merde et j'ai mangé son trou du cul profond et bien formé avec voracité pendant que la Madame regardait attentivement mon travail, toujours accroché à mon oreille. Quelque part au fond de mon esprit, je ressentais une honte profonde et insoluble, et une amertume indescriptible envers la Madame... mais c'était actuellement au-delà de ma capacité d'assimilation, et la seule chose qui me préoccupait maintenant était de satisfaire mon animal enragé. Besoins.

Je nettoyai rapidement le pet torride et passai au suivant. Un anneau d'excréments entourait ma bouche maintenant et j'ai poussé ma longue langue dans le port d'évacuation arrière de la femme suivante, en mangeant de la merde alors qu'elle sortait. J'ai embrassé son cul de haut en bas et partout après avoir englouti son épaisse pâte brune, et j'ai rampé sans cérémonie jusqu'aux deux derniers esclaves attrayants.

Ils savaient qu'il ne fallait pas me parler mais avaient leurs mains à l'intérieur de chaque fesse les écartant largement. Ils appréciaient à fond mon attention orale obscène sur leurs toilettes intimes, je pouvais le dire, et je gémis en mangeant plusieurs des longs pets qui s'échappèrent dans ma bouche.

La Madame m'a giflé le cul plusieurs fois pour m'humilier encore plus, et m'a forcé à finir mon dernier repas sale, et avec les esclaves qui regardaient, m'a de nouveau tiré par les oreilles à l'arrière des tabourets.

"Lèche ces tabourets, nettoie-toi, putain d'écœurant, nettoie l'arrière et sous le couvercle."

J'ai baissé la tête et mon nez a touché le dossier du tabouret alors que
ma langue a glissé sous la partie arrière, léchant en dessous pour capturer le léger dépôt brun là-bas, et il avait une saveur et une consistance légèrement différentes, peut-être laissées là par plusieurs utilisateurs au fil du temps. J'ai également léché la tache sur le dos et je me suis déplacé vers le tabouret suivant en regardant la Madame alors qu'elle regardait mon travail.

Elle fronça les sourcils avec mépris, même si j'essayai désespérément de lui plaire, et me frappai à nouveau le cul quand j'eus fini. "Tu as pris ton temps sale bâtard !" siffla-t-elle en respirant fortement, "tu dois faire ton travail plus vite !" Je l'ai regardée dans les yeux et j'ai hoché la tête comme un robot, et je commençais à implorer de plus en plus son approbation.

Mon respect de moi-même avait disparu depuis longtemps, remplacé par la vilaine envie que je commençais à ressentir régulièrement... et je pouvais à peine ressentir du regret ou de la colère. Elle m'avait astucieusement conditionné pour que je profite de mes habitudes indescriptibles ici, et elle était très fière de me voir me débattre avec ce dilemme.

Finalement, les gardes m'ont menotté et m'ont emmené... et m'ont poussé seul dans les douches, pour me nettoyer. J'étais encore enragé de luxure... et mon repas sans nom n'avait fait qu'enflammer mes besoins. J'ai supplié les gardes de me laisser sucer leurs trous du cul... ayant désespérément besoin de sentir leurs ouvertures arrière géniales... mais ils m'ont humilié... alors que je me branlais devant eux.

"Ferme ta putain de gueule bâtard !" cria l'un d'eux, "Je ne te laisserais pas approcher de mon trou du cul maintenant... mais je vais te dire ce que tu es une merde... tu peux nettoyer le fond de notre chaussures si vous nous en priez." "Nous nous sommes promenés dans les douches des femmes toute la journée et je parie qu'il y a de délicieuses friandises pour vous là-bas."

J'avais tellement chaud que j'ai hoché la tête rapidement, les suppliant de me libérer, branlant ma bite, et ils m'ont poussé brutalement au sol et ont tenu leurs chaussures à côté de mon visage.

Alors que l'une d'elles me touchait la bouche avec le bas de sa chaussure, je lapai et tournai ma langue autour, nettoyant les cendres et autres objets obscurs là-bas... le goût était un peu salé et l'odeur rappelait celle du fromage limburger . J'ai trouvé d'autres taches sous la voûte de sa chaussure et les ai nettoyées consciencieusement.

Après avoir nettoyé le dessous de leurs chaussures, j'ai fini ma douche en me branlant et j'ai tiré sur ma bourre juste avant qu'ils ne me menottent et ne m'emmènent.

Ils me traitaient avec de plus en plus de répulsion et de mépris maintenant, et j'étais incapable de contrôler mes envies sexuelles à ce stade.

Ils ont attaché une laisse à mon col et l'ont tiré brutalement alors qu'ils m'emmenaient, et à travers le manoir, croisant plusieurs autres groupes dans les couloirs. Je ne voyais personne avec une désignation d'esclave inférieure à la mienne, et je me demandais si j'étais le seul à ce niveau méprisable.

--------------------------------------------------

Le lendemain, une fois ma routine terminée, les gardes m'ont emmenée dans une pièce à côté du bureau de Madame et m'ont laissé debout, les mains menottées derrière un mur. La pièce contenait plusieurs caméras vidéo entourant ce qui semblait être une petite salle de spectacle. En peu de temps, la Madame est apparue, vêtue d'un short court blanc serré et d'un pull jaune.

Elle était accompagnée de trois des gardiens et de deux autres femmes qui étaient là pour faire fonctionner les caméras vidéo. J'étais dans un état second de ma dose habituelle d'aphro 10 et mon pénis se détachait fermement alors que je me déplaçais nerveusement d'un pied à l'autre.

Les trois gardiens portaient également des shorts très serrés et des pulls de différentes couleurs. Leurs culs parfaitement formés m'ont immédiatement excité, et je me suis léché les lèvres en les regardant se pencher pour enlever leurs chaussures. La laisse pendait à mon col, et la Madame l'a attrapée et a tiré brutalement... "Pourquoi pensez-vous que vous êtes ici pour cochon ?" dit-elle en tirant vers le bas sur mes couilles.

Je n'avais pas l'habitude de parler en leur présence et j'ai brièvement hésité, cherchant les mots justes. "Je suis toujours content de faire ce que tu veux," murmurai-je, "Je ferai tout ce que tu voudras."

Elle m'a regardé attentivement, soufflant dans mon oreille... "Je veux que tu rampes et que tu montres à la caméra quelle merde tu es... tu es une merde n'est-ce pas ?" Je ne pouvais pas la regarder directement et parlais d'une voix monocorde... "Oui Madame... je suis une merde!"

Elle a ri brièvement et m'a libéré du mur avec mes mains toujours menottées derrière. "Allumez-les", a-t-elle crié aux deux caméramans... "et gardez-les allumées". Elle a tiré sur la laisse et m'a craché ses mots avec un ton sarcastique dans la voix. « Monte sur le putain de sol et rampe pour moi, connard ! Je suis tombé à genoux puis je me suis allongé sur le sol de mon côté. J'ai commencé à me frayer un chemin jusqu'au centre en me tortillant d'avant en arrière alors qu'elle tenait ma laisse et que les autres femmes se tenaient là en souriant, les mains sur les hanches.

Je me suis allongé au centre près d'un drain dans le sol et j'ai levé les yeux vers eux avec des yeux vitreux.

La Madame m'a offert le dessous de son pied... "Lèche-le !", dit-elle en me couvrant la bouche et le nez... "Lèche-le propre, et je veux dire très propre !" Les autres ont continué à me regarder comme si j'étais un insecte, et j'ai levé les yeux vers Madame alors que ma langue commençait à nettoyer entre ses orteils.

Ses yeux brillaient de désir, alors que j'enlevais les résidus de fromage... Je soupçonnais qu'elle avait délibérément négligé de nettoyer ses pieds pendant plusieurs jours... juste pour mon plaisir. J'ai avalé le fromage salé des orteils et j'ai sucé chaque orteil pendant que ma langue continuait sur sa semelle.

J'étais en fait assez excité par l'odeur et le goût à ce moment-là et j'ai lapé ma langue avec voracité quand elle m'a présenté son autre pied. J'ai léché habilement entre ses orteils, et le résidu piquant a couvert ma bouche et mon nez pendant que je l'avalais.

Une par une, les femmes m'ont poussé leurs pieds non lavés au visage et j'ai continué à manger la substance malodorante emprisonnée entre leurs orteils. Les gardiens ont beaucoup apprécié cela, m'assurant qu'ils avaient tous parcouru tout le complexe sans chaussures ce jour-là.

Le dessous de leurs pieds était sale, mais j'étais dans une frénésie maintenant, et je les nettoyais avec empressement, avalant le résidu sans nom. J'avais les trois pieds dans le visage à la fois. Et je passais de l'un à l'autre en avalant et en grognant de plaisir alors qu'ils m'étouffaient la bouche et le nez. Ma bouche et mon visage étaient maintenant sales, couverts de saleté et d'autres substances obscènes.

Ils ont tous enlevé leurs shorts et leurs culottes et la Madame m'a tiré à genoux juste au-dessus du drain. Elle a tiré mes cheveux brutalement et a poussé mon visage dans sa chatte poilue. Elle avait un énorme buisson et mon nez était enfoui jusqu'à la garde dans son humidité géniale. Elle me regarda dans les yeux alors qu'elle frottait sa fente marécageuse sur tout mon visage.

"Tu aimes cette odeur de fils de pute qui suce la chatte ?" Je la regardai et gémis alors qu'elle étalait sa féminité épuisante sur mon visage. L'odeur âcre m'a envoyé dans une frénésie et ma langue a plongé dans son trou du cul torride, libérant l'excrétion drainante à l'intérieur. J'ai avalé la morve claire et visqueuse de la chatte et elle a coulé de mon menton pendant que je lui faisais un cunnilingus.

Ma langue lapait très rapidement dans et hors de son trou torride et elle baissa les yeux avec luxure alors qu'elle tenait fermement ma tête dans ses mains. « Mange-moi, putain ! » "Comment est-ce que tu aimes cette odeur de bâtard de bouche de toilette?" "Tu es né pour manger la chatte et le trou du cul ! C'est la seule chose pour laquelle tu es bon ! Oui, tu vois de quoi je parle, n'est-ce pas cochon ?"

Elle a commencé à gémir bruyamment et a forcé mon visage trempé dans son énorme monticule de poils de chatte et bientôt elle a sursauté sauvagement, me regardant avec un dégoût consommé, et un épais filet de liquide clair a éclaboussé ma bouche et tout mon visage. "Oh putain... putain... putain !" Elle a crié . « Mange-le, espèce de bâtard ! »

J'ai levé les yeux vers elle avec une grande humiliation et j'ai avalé une bouchée de la substance gluante parfumée alors qu'elle m'injuriait.

J'ai avalé toute sa charge et ce que j'ai raté a coulé sur le sol, disparaissant dans les égouts. Puis elle a tenu mes cheveux douloureusement et une banderole de pisse chaude a rempli ma bouche et m'a éclaboussé le visage. Elle a levé les yeux de plaisir alors qu'elle lavait le jus de sa chatte avec de la pisse, et tremblait sensiblement quand elle a finalement relâché ma tête.

Les trois autres gardiens se sont alors approchés pour leur tour et ils se sont tenus au-dessus de moi de tous les côtés avec leurs trous de baise poilus à côté de ma tête. Je pouvais sentir leurs fortes odeurs vaginales, et elles ont commencé à envelopper mon visage avec leurs chattes puantes, d'abord l'une, puis l'autre, et j'ai été échangée, allant d'une chatte funky à l'autre.

Ils avaient aussi des fentes vaginales extrêmement poilues, et j'ai commencé à ramasser des poils de chatte dans ma bouche, incapable de les expulser, et alors que la crème épaisse et dégoûtante couvrait mon visage et suintait dans mon œsophage, j'ai avalé consciencieusement, en mangeant des poils et tout.

"Gardez votre langue en mouvement, vous sucez la chatte, fils de pute !" dit l'un d'eux en me baisant le nez. "Mange ma chatte... bâtard !" dit une autre alors qu'elle m'attirait vers son hairpie dégoulinant. « Tu me regardes quand tu manges du putain de cochon ! » dit le troisième... "Je veux ta longue langue jusqu'au bout de mon tunnel !"

Ils ont commencé à gémir et à grogner en m'échangeant et en m'utilisant, et avant longtemps ils sont devenus de plus en plus insistants et je pouvais dire qu'ils approchaient de l'orgasme. Les deux femmes avec les caméras vidéo étaient maintenant venues et capturaient toute l'action en gros plan ... et alors que les trois gardiens commençaient à se branler violemment ... ils ont eu une vue rapprochée des trois banderoles de cuntslime qui m'ont frappé le visage et la tête .

Ils m'ont tiré les cheveux frénétiquement, secouant ma tête d'avant en arrière alors que leur féminité liquide malodorante était expulsée dans ma bouche ouverte et sur tout mon visage...

L'odeur était irrésistible alors que j'avalais la crème mélangée pour fentes... et j'avalais plusieurs bouchées de la boue dégoûtante, alors que des gouttes de celle-ci coulaient et coulaient dans le drain en dessous.

Finalement, ils ont satisfait leurs sales besoins et m'ont regardé, tenant toujours ma tête entre eux. En quelques instants, l'un d'eux a forcé ma bouche sur son urètre et a arrosé l'intérieur de ma cavité buccale avec un jet salé de pisse chaude. Le liquide parfumé a lavé le jus de chatte, et quand elle m'a éloigné, a lavé mon visage alors qu'il coulait sur le sol.

Les deux autres me tenaient fermement la tête alors que l'un d'eux pissait dans ma bouche... et l'autre pissait partout sur ma tête. Les déchets liquides chauds m'ont envahi alors que j'en buvais davantage, et bientôt j'ai vu les dernières gouttes d'urine dorée s'écouler de leurs chattes poilues et descendre dans le drain.

Ils m'ont relâché et ont trébuché en arrière... ayant totalement évacué leur désir obscène... et j'ai été lavé avec un tuyau par la Madame alors que je m'agenouillais de honte au-dessus du trou d'évacuation gargouillant.

La Madame m'a légèrement arrosé la tête et le visage, puis tout mon corps pendant que je m'agenouillais et attendais. Quand elle a fini, elle m'a essuyé et s'est tenue à me regarder.

« Regarde-toi espèce de bâtard ignorant... regarde ce que tu nous as laissé te faire. Espèce de putain de crapule, tu le mérites. Elle m'a ensuite regardé attentivement, s'arrêtant pour l'effet. "Je vais te louer à nouveau quand j'aurai trouvé le bon client... Je ne veux que le bon client pour toi cochon !"

« Une chose que tu dois savoir cochon », se moqua-t-elle de moi... « Au cours des prochaines décennies, un million de personnes vous verront dans toute votre splendeur être utilisé comme la merde que vous êtes, parce que nous allons vendre et distribuer cette vidéo dans le monde entier... et croyez-moi, nous nous débrouillons très bien avec toutes nos vidéos. Tu vas être une star !"

Ils m'ont ramené à ma cellule en me narguant pendant que nous marchions, et ont brutalement tiré ma laisse juste pour me dégrader.
-----------------------------------------

J'étais engourdi par la honte et la luxure, mais j'ai dormi profondément toute la nuit... après avoir été utilisé d'une manière si épuisante.

-------------------------------------

Je n'ose pas penser à ce qu'elle a dit... ou je ne serais pas capable de maintenir suffisamment d'estime de soi pour fonctionner... mais savoir que j'ai été forcé dans tout cela m'a donné un peu de force, et l'estime de soi que J'ai eu besoin.

Malheureusement, mes besoins étaient devenus si forts maintenant que j'avais constamment soif de libération... et que j'avais en fait commencé à attendre en prévision de mes séances avec les maîtresses cruelles.

La pensée de l'évasion était devenue un lointain souvenir maintenant... ils m'avaient endommagé et façonné de telle manière que j'étais en effet devenu leur esclave... et un esclave de leur traitement horriblement dégoûtant.

D'une manière ou d'une autre, je savais que je serais libre, avec le temps... mais je me demandais si je serais à nouveau le même... et capable de fonctionner normalement dans le monde réel.

Je me suis juré de ne jamais perdre espoir.

Articles similaires

École d'été Partie 8

Partie 8 - Cindy et Daryl progressent Cindy tremblait presque, elle était tellement excitée de parler à Daryl de sa conversation avec sa mère. Merde, elle était maintenant sous pilule ! Son rendez-vous chez le médecin consistait en un coup d'œil rapide et une sensation de ses seins et de son vagin et elle prenait la pilule ! Maintenant, elle serait à l'abri d'une grossesse et Daryl pourrait filmer ses affaires où il voulait. Il serait tellement heureux. Daryl quant à lui était tout aussi excité. Bien qu'il ait été embarrassé de voir sa mère le voir jouir, en particulier sur...

802 Des vues

Likes 0

Il y a un loup dans la bergerie...

*la non-fiction* C'était le premier jour de cours. Je n'étais pas nerveux; c'est une école technique de nerd, donc je me sentais bien. Je m'appelle TK, et je n'étais en aucun cas préparé pour les cours ce semestre ... bien sûr, j'ai étudié et réussi la classe mais j'ai échoué au test le plus important .... Dans mon deuxième cours, j'ai vu ce mec grand, en quelque sorte heurté par lui, qui ne se souciait pas vraiment de son existence. ...homme Si je n'étais pas amoureuse de lui, je sais que j'étais amoureuse de sa démarche... ses vêtements, à peu près...

362 Des vues

Likes 0

Barbe sort

L'aventure de Barb Chapitre 1 Barb avait été élevée dans une maison d'église. Au début de son adolescence, elle a entendu les histoires de certains des enfants avec qui elle allait à l'école sur le sexe. Coq, sexe oral, MST et bien sûr les bébés. Elle n'y a pas beaucoup réfléchi. Elle était issue d'une famille religieuse et bien sûr, elle n'aurait jamais eu de relations sexuelles avant le mariage. Au cours de son adolescence, elle a remarqué l'augmentation de ses sens lorsqu'il s'agissait de regarder et d'être avec des garçons et des hommes. Sa sexualité s'éveillait. Elle remarqua leur odeur...

322 Des vues

Likes 0

Petit Daniel

Intro : cette histoire est basée sur des événements réels, mais les lieux ont été modifiés pour la protection des autres. Je m'appelle Tommy et je mesure environ 5 pi 3 po pour 145 livres et, à mon avis, pas gay mais totalement bi. J'ai 16 ans maintenant et cette histoire parle d'événements réels qui se sont produits quand j'avais 14 ans. N'importe comment à l'histoire. Quand j'avais 12 ans, ma mère est décédée et mon père a recommencé à sortir ensemble et apparemment il avait mauvais goût envers les filles parce qu'elles étaient soit A : laides comme l'enfer, B : Chaudes comme...

329 Des vues

Likes 0

Les garçons riches aiment 17

J'ai décidé d'écrire le reste de mon histoire, veuillez noter que mon histoire ne concerne pas uniquement le sexe en disant que cette partie contient du sexe et que la personne qui a écrit ce commentaire dit qu'elle se fait passer pour moi et harvey quand il se branle ! Quand Harvey et moi avons fait face à la classe, nous avons écouté pendant environ 20 minutes, puis Harvey a tapoté sur son bureau pour attirer mon attention. Je l'ai regardé et il se frottait lui-même à travers son jean. J'ai tendu la main avec ma tête et j'ai chuchoté besoin...

221 Des vues

Likes 0

Le lit conjugal

Elle a été mariée jeune. Elle avait quinze ans lorsqu'elle épousa un homme de trente-cinq ans, son nom était Rohan. Elle avait peur de lui, et il était excité par elle. Elle était petite, avait des courbes bien placées. Ses seins étaient assez gros pour son corps et étaient souvent affichés bien en évidence en haut de son corsage. Elle s'appelait Anna. Anna n'avait pas peur de son futur mari au début, mais tout a changé lors de leur nuit de noces. Elle se tenait dans sa robe alors qu'il la regardait. Inspecter chaque centimètre de son corps. Elle frissonna, aucun...

1.2K Des vues

Likes 0

Fin de l'école

C'était la fin de l'école, la fin d'une vie, la fin d'une époque. Le temps intermédiaire où la petite écolière se transformait en la femme qu'elle voulait être Randy et moi avions joué pendant des mois et j'étais profondément amoureux, mais en même temps inquiet d'être tombé trop amoureux de lui. Randy avait plus de quelques années de plus que moi, je venais d'avoir dix-sept ans. Il avait tout ce que les autres petits garçons n'avaient pas de voitures, de vélos, d'argent, de cartes de crédit et une magnifique bite coupée de sept pouces et demi que j'aimais…. nous étions en...

1.2K Des vues

Likes 0

Devenir la reine du bal ; chapitre 3

Chapitre 3 Le lendemain matin, je me suis réveillé au son de cette chanson rock discordante qui sortait de mon téléphone. J'étais encore un peu groggy car je ne m'étais endormi que tard à cause de ma séance de masturbation géniale. Levant lentement la tête, j'ai attrapé le téléphone et j'ai éteint l'alarme. Bâillant, j'ai balancé mes jambes du lit et me suis dirigée vers ma commode. Eh bien, pensai-je, il est temps de voir quel genre de tenue je peux trouver qui ne donnera pas à Beth une crise cardiaque. En fouillant dans les choses pendant un moment, j'en ai...

1.2K Des vues

Likes 0

Ma famille 7 réécrit

Ma famille 7 Réécrire. Nous avons quitté ma tante Jenny vers dix heures le lendemain matin. Elle m'a laissé conduire pour qu'elle puisse me sucer la bite en chemin. Elle m'a dit que j'allais lui manquer et espérait que je viendrais visiter ses vacances de Noël et amener Ester. Je voudrais encore manger sa belle chatte. Je lui ai assuré que j'essaierais, au moins pendant trois ou quatre jours. Quand nous avons dépassé l'un des gros semi-remorques alors qu'elle me faisait une pipe, le gars a failli sortir de la route en essayant de regarder. Quand je suis venu, elle a...

943 Des vues

Likes 0

Plaisirs d'été, première partie

J'aurais 12 ans le dernier jour avant les vacances d'été. J'avais hâte de passer beaucoup de temps dans notre ranch et de profiter des collines et des journées d'été paresseuses avec ma nouvelle amie Janet. Janet et moi nous étions rencontrés la dernière semaine d'école. Nous avons frappé si tout de suite. C'était une belle blonde, mesurant 1,50 m avec un corps qui ne voulait tout simplement pas s'arrêter. J'avais découvert que regarder d'autres filles commençait vraiment à m'exciter et je pensais qu'elle serait cette personne spéciale dans laquelle je pourrais vraiment entrer. Nous avions passé quelques nuits chez nous mais...

992 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.