Sexe et tabagisme avec une prostituée et sa fille

455Report
Sexe et tabagisme avec une prostituée et sa fille

Elle a dit qu'elle s'appelait Karen, mais je savais que tout le monde avait deux ou trois noms dans la ville du crack. C'était une fille noire mince, il était difficile de dire son âge, mais je devinais qu'elle était dans la fin de la vingtaine. Elle portait un short juste un peu trop serré pour son cul ferme et un sweat-shirt découpé qui cachait presque une paire de seins potelés.

J'avais environ quelques centaines de dollars sur moi pour acheter du crack. Ce n'était pas le sexe que j'étais
après tant que c'était le rocher. J'ai toujours aimé avoir une fille avec moi quand je fumais. Nous nous sommes retrouvés avec une boule de rock huit et sommes allés dans un appartement qu'elle a dit être le sien. Avant de déverrouiller la porte de l'endroit, elle m'a dit qu'il fallait se taire, qu'elle y avait sa petite sœur. J'étais d'accord avec ça, je voulais juste me défoncer de toute façon, je n'imaginais pas trop parler. L'endroit était correct, un canapé en lambeaux et une petite table de cuisine avec deux chaises dépareillées, style magasin d'aubaines.

Nous nous sommes assis l'un à côté de l'autre à la table, et j'ai cassé quelques morceaux de ma boule 8 et les ai posés sur la table, empochant le reste. Je me suis tranquillement mis à fumer du crack - en coupant un bon morceau, en le plaçant sur le garçon de corvée, en le faisant fondre avec le briquet. J'allumai le briquet et le portai au bout du tuyau de verre. J'ai tiré doucement sur le tuyau, de sorte que la flamme a à peine touché l'extrémité du tube. Je pouvais voir la fissure fondue devenir liquide, puis se transformer en une épaisse fumée blanche alors que je l'aspirais. J'ai continué à inspirer jusqu'à ce que mes poumons soient pleins, puis j'ai commencé à expirer doucement par le nez. Ça m'a frappé comme un train de marchandises, comme ça le fait toujours la première fois après avoir été abstinent pendant un moment. J'ai expiré et je volais haut. J'ai mis un autre morceau et lui ai tendu la pipe. Pendant qu'elle l'allumait et inhalait avidement, je relevais son haut et exposais ses seins, berçant et pesant chacun à son tour, puis serrant les mamelons. Je me préparais une autre bouffée, la fumais, puis lui passais la pipe pendant que je m'allongeais sur ses genoux et suçais l'un de ses mamelons. Il est devenu de plus en plus long dans ma bouche alors que je le tétais doucement. Nous nous sommes passés la pipe, allumant et fumant la pierre. C'était du bon rock. Je l'avais déshabillée et j'ai travaillé sa chatte avec mes doigts pendant que je suçais ses mamelons. Nous parlions tranquillement de tout et de rien du tout. Elle allait se redresser et trouver un travail, j'allais quitter cette ville pour de bon. Elle travaillait dans un bureau, j'avais ma propre entreprise de construction. Elle aimait le rituel de fumer du crack, j'aimais me faire sucer la bite pendant que je prenais une bouffée.

Vous perdez la notion du temps en fumant cette merde. Finalement, les derniers morceaux de ce que j'avais sorti se trouvaient sur la table. Je lui ai demandé si elle voulait me sucer la bite pendant que je faisais une pipe. Elle ne répondit pas mais se leva de sa chaise et s'agenouilla devant moi. Je suppose qu'elle pensait qu'elle me devait une pipe puisque c'était mon argent qui payait tout ce que nous fumions. Elle a commencé sur ma bite, l'amenant à une érection de bonne taille en un rien de temps. Ses grosses lèvres lisses glissèrent de haut en bas sur mon sexe tandis que ses mains caressaient mes couilles. J'ai ramassé la pipe en verre et j'ai mis un gros morceau dessus. Sa bouche produisait l'effet désiré, et je pouvais sentir le sperme monter dans mes couilles alors qu'elle prenait ma bite dure dans sa gorge. J'ai allumé la pipe et j'ai pris une profonde bouffée.

L'euphorie m'a frappé lorsque ma bite a commencé à jaillir des gouttes collantes de sperme dans la bouche de la fille et dans sa gorge. J'ai tiré ma charge par à-coups chauds et me suis installé dans la chaise, mon corps tremblant alors qu'elle donnait ses derniers coups de langue à ma bite. Elle a tout avalé, et s'essuyant la bouche avec l'épaule de sa chemise, elle s'est rassise et s'est préparée une autre bouffée. Après avoir tout fumé sur la table, je lui ai demandé si ça irait si je m'écrasais sur son canapé pendant un moment. Elle a dit qu'elle allait sortir et trouver plus de drogue, mais je pouvais rester si je le voulais.

Elle a franchi la porte et je me suis installé sur le canapé dans une position semi-fœtale. Je n'ai même pas essayé de dormir, ça n'aurait servi à rien de toute façon avec toute la cocaïne dans mon système. Il me restait encore environ la moitié de la boule 8 dans ma poche, ma cachette secrète que je ne voulais pas partager. J'ai décidé de le laisser reposer là pendant un moment, sachant que je le voudrais plus tard. je
supposons qu'elle en ait caché un morceau ou deux sur elle et que c'est pourquoi elle est partie si vite.

Je m'installai pour me détendre sur le canapé et allumai la télé. Quelques minutes ou heures plus tard, j'ai entendu une porte s'ouvrir. J'ai regardé la porte d'où j'étais venue mais elle était fermée. Une voix de fille a parlé, demandant qui j'étais et qu'est-ce que je foutais là-bas. Je me tournai pour voir une jolie jeune fille noire à la peau claire, âgée d'environ 14 ou 15 ans, debout dans l'embrasure de la porte de ce qui devait être la chambre. J'ai dit que j'étais une amie de sa sœur et qu'elle venait de sortir un moment. Elle a dit que ce n'était pas sa sœur, c'était sa mère. Elle regarda vers la table où se trouvaient toutes les preuves de ce que nous avions fait. Quand elle s'est approchée de la table, j'ai eu une vue complète de son corps. Elle était jeune et athlétique, ses seins dépassaient comme des pointes sous le t-shirt surdimensionné qui tombait presque jusqu'à mi-cuisse et pendait sur une épaule. Ses cheveux noirs bouclés étaient coiffés de tresses serrées qui tombaient jusqu'à la nuque.

Elle a ramassé la pipe en verre sur la table et m'a demandé si j'avais quelque chose à mettre dedans. Je n'ai pas répondu tout de suite et elle s'est dirigée vers le canapé. Ses grands yeux sombres regardèrent dans les miens alors qu'elle glissait sa douce main sur ma joue. Je devenais de nouveau dur rien qu'en regardant son visage. J'ai commencé à fouiller dans ma poche mais elle m'a arrêté et m'a dit qu'elle le découvrirait par elle-même. Elle a glissé sa main sur le devant de mon jean et a cherché les rochers. Sa main effleura ma bite d'une manière si évidente mais toujours innocente venant d'une si jeune fille.

Elle a souri et m'a pris la main, m'amenant à la table où la pipe était toujours posée, refroidie depuis peu de son utilisation précédente. J'ai sorti trois gros morceaux de ma poche et les ai posés sur la table. Elle m'a fait asseoir sur une chaise puis s'est placée sur mes genoux, ses petits seins à quelques centimètres de ma bouche. Elle m'a demandé si nous pouvions passer un accord. Elle a dit que sa mère n'aimait pas qu'elle fume du crack, mais si je la laissais faire, elle ferait n'importe quoi pour moi. Elle a remué son cul sur mon entrejambe et je savais qu'elle pouvait sentir à quel point j'étais dur.

Je lui ai coupé un morceau de roche et je l'ai placé dans le tuyau pour elle. Elle prit la pipe et le briquet et le porta à sa bouche. J'ai glissé ma main sous la grande chemise qu'elle portait et j'ai senti ses petits seins fermes, pinçant les mamelons jusqu'à ce qu'ils durcissent. J'ai caressé son ventre plat alors qu'elle s'illuminait et j'ai déplacé ma main dans sa culotte pendant qu'elle inspirait. Elle a pris une profonde bouffée et l'a tenue, regardant dans mon visage et pointant vers ma bouche. J'ouvris la bouche et elle plaça ses lèvres ouvertes sur les miennes, exhalant la douce fumée âcre dans mes poumons pendant que j'inhalais. Mon doigt a trouvé sa fente légèrement poilue et a frotté l'humidité qui s'y formait, elle a légèrement écarté ses cuisses, permettant à mes doigts un meilleur accès.

Sa langue s'élança contre ma lèvre inférieure alors qu'elle écartait sa bouche, et elle sourit alors que ses yeux s'embuaient à cause de l'euphorie de la fumée. Je l'ai relevée et j'ai tiré sa culotte jusqu'à ses pieds, en même temps elle a tiré sa chemise par-dessus sa tête, me révélant son corps. Ses petits mamelons noirs montaient haut sur ses seins et une petite tache de poils pubiens noirs profonds couvrait sa chatte chaude. J'ai laissé tomber mon pantalon jusqu'à mes chevilles et j'ai relâché ma bite, qui était à nouveau dure comme de la pierre. Je me suis assis sur la chaise et elle m'a chevauché, posant sa petite chatte sur le bout de ma bite.

D'une main, j'ai mis en place un coup pour moi-même tandis que l'autre guidait ses hanches alors qu'elle s'abaissait lentement sur mon arbre. Elle ne pouvait pas entrer grand-chose au début. Elle a dû se lever puis s'enfoncer plusieurs fois avant que ma bite ne soit enfoncée profondément dans sa chatte. J'ai porté la pipe à ma bouche alors qu'elle se relevait et s'allumait alors qu'elle redescendait. La sensation de sa chatte glissant sur ma bite combinée à la ruée vers la roche a créé un bien plus
effet intense que la bouche de sa mère n'avait pu produire. Je me détendis contre la chaise, presque immobilisé par les sensations. Elle s'est retournée pour faire face à la table, gardant toujours ma bite enfouie dans sa chatte. Quand elle s'est penchée pour préparer un autre coup, je pouvais voir son cul s'ouvrir, son petit œil brun plissé me faire un clin d'œil. J'ai poussé un pouce dans son trou du cul alors qu'elle prenait la pipe. Elle s'est relevée, se retirant presque complètement de ma bite, puis elle a mis la pipe à ses lèvres. Elle alluma, inspira profondément et se replongea. Quand elle a expiré, j'ai pris la pipe, mis dedans
un gros morceau, et fait fondre la roche dans l'omble. Inspirant lentement, la fumée blanche et dense emplit mes poumons.

Nous nous sommes levés et sommes allés vers le canapé. Je voulais goûter sa petite chatte avant que sa mère ne rentre à la maison. Elle s'allongea sur le canapé, écartant les jambes de sorte qu'un pied soit sur le sol et l'autre suspendu au bras du canapé. J'ai récupéré la pipe, puis je me suis glissée en position et j'ai levé mon visage vers sa douce petite chatte. J'ai mis un gros morceau de crack sur le charbon, et je l'ai mis sur le briquet, en le regardant fondre. Puis j'ai mis la pipe dans sa bouche et j'ai tenu le briquet pour elle alors qu'elle prenait une grosse bouffée. Elle inspira profondément, puis alors qu'elle commençait à planer, elle se pencha en avant et nous nous embrassâmes et elle expira un flot de fumée dense dans mes poumons. Sa langue a sondé ma bouche. Mes oreilles bourdonnaient alors que je me penchais vers elle et lui tenais la chatte ouverte. J'ai inséré ma langue et j'ai pu goûter ses jus sucrés. J'ai finalement expiré et j'ai commencé à passer ma langue sur son clitoris puis à l'enfoncer dans son trou. Des jus frais coulaient du plus profond de sa chatte. A part se faire sucer la bite en fumant, s'il y a quelque chose de mieux que de manger une jeune chatte en faisant du crack, je ne sais pas ce que c'est. Pendant que j'enfonçais ma langue dans sa chatte, elle chargea un autre gros morceau de roche blanche au bout du tuyau et le fit fondre. Elle a tenu la pipe vers moi et l'a allumée pendant que je suçais avidement, obtenant une énorme bouffée de fumée de crack profondément dans mes poumons. Alors que je me précipitais, j'ai enfoncé ma langue encore et encore profondément dans sa chatte. Paume vers le haut, j'ai inséré deux doigts en elle, poussant fort contre son point G, ma langue travaillant toujours son clitoris. Elle a gémi et a commencé à jouir, et alors que je retirais ma main, elle a fait gicler son jus à un pied en l'air; J'ai bu tout ce que j'ai pu attraper de son doux nectar.

Enfin je ne pouvais plus attendre. Je devais baiser sa chatte consentante. Je l'ai ramenée à la table et je l'ai penchée pour que son cul soit en l'air et que sa chatte s'ouvre de manière invitante. À l'aide d'une tige de métal, j'ai poussé le tuyau pour consolider le caviar brun gluant qui recouvrait l'intérieur du tuyau sur le charbon, puis j'ai allumé, en inhalant avidement la fumée blanche dense. C'était plus fort que tout ce que j'avais fumé ce jour-là, et j'ai commencé à me précipiter en mettant ma bite engorgée contre sa petite fente humide. Alors que je planais, j'ai poussé profondément en elle, aussi loin que je pouvais aller, et j'ai commencé à lui enfoncer ma bite durement et rapidement, mon ventre faisant des bruits de claquement sur les joues de son cul. Elle tourna la tête pour que sa joue soit à plat sur la table, ses yeux vitreux me regardant. Je pouvais voir un petit filet de salive s'écouler de sa bouche ouverte alors que je la percutais. Je me suis arrêté pour installer une autre pipe, j'ai pris une grosse bouffée, puis je me suis penché sur elle et j'ai insufflé la riche fumée dans ses poumons. Je ne pouvais pas tenir plus longtemps, j'avais besoin de jouir et je pouvais aussi sentir le début tremblant de son propre orgasme. J'ai commencé à tirer ma charge alors que la fumée m'envoyait dans l'euphorie. J'ai pompé dedans et dehors, éjaculant d'énormes liasses de sperme dans sa jeune chatte lisse. Elle a laissé échapper un "Ooh" fort et a dit: "Je jouis, je jouis, Ooh, j'adore sentir ta bite tirer dans ma chatte." Elle frissonna une fois, deux fois, puis revint. Quand j'ai fini de tirer ma charge dans sa chatte serrée d'adolescente, je me suis effondré sur son dos pendant qu'elle jouait avec la tête lisse de ma bite contre sa chatte douce. Je la sentis frissonner à nouveau, puis son corps se détendit sous le mien et je m'effondrai sur son dos.

Articles similaires

L'amour au deuxième regard

Remarque : Il s'agit d'une participation au concours non officiel du 1er mai 2010 sur le forum Sex Stories. Si le paragraphe d'ouverture vous semble familier, c'est pourquoi. Le léger brouillard ajoutait de l'humidité à l'air. La fraîcheur de la nuit s'enroula autour d'elle comme une serviette mouillée, envoyant un frisson le long de sa colonne vertébrale. Elle avait de la chance de connaître si bien la région, sinon elle aurait pu facilement se perdre. Elle regarda à travers les arbres la maison où il vivait, souriant légèrement à la seule bougie électrique allumée à la fenêtre de la cuisine. Elle savait qu'elle ne...

1.2K Des vues

Likes 0

Fin de l'école

C'était la fin de l'école, la fin d'une vie, la fin d'une époque. Le temps intermédiaire où la petite écolière se transformait en la femme qu'elle voulait être Randy et moi avions joué pendant des mois et j'étais profondément amoureux, mais en même temps inquiet d'être tombé trop amoureux de lui. Randy avait plus de quelques années de plus que moi, je venais d'avoir dix-sept ans. Il avait tout ce que les autres petits garçons n'avaient pas de voitures, de vélos, d'argent, de cartes de crédit et une magnifique bite coupée de sept pouces et demi que j'aimais…. nous étions en...

1.3K Des vues

Likes 0

Journaux de travail

***** Premier extrait de journal : « Suite à la menace d'un procès pour harcèlement sexuel, la deuxième menace de ce type portée contre moi par deux assistants personnels distincts, les poursuites en RH, à la lumière de mes compétences et de mes résultats, ont décidé de me donner une dernière chance avant qu'ils ne soient obligés de prendre des mesures supplémentaires. actions disciplinaires. Dans un effort pour réduire la probabilité d'un scénario répété, ils ont décidé de m'attribuer un assistant personnel qui, à leur avis, ne serait pas à mon goût. Cependant, ils n'ont pas pris en compte à quel point je...

1.2K Des vues

Likes 0

La vengeance est à moi

J'ai rencontré Sue il y a quelques années, elle avait la chance d'avoir une excellente silhouette et à l'âge de 36 ans, elle s'était bien gardée, j'aime beaucoup d'hommes qui ont essayé de sortir avec elle, mais elle n'en avait rien, disant toujours qu'elle avait une amie régulière avec qui elle sortait et je n'avais aucune chance. J'ai trouvé intéressant qu'elle n'ait jamais amené son amie à aucune de nos sorties de club de célibataires, et en tant qu'organisatrice, j'ai pu voir beaucoup de nos partenaires membres, mais jamais Gaynors. Sue était une allumeuse sexuelle, elle savourait l'opportunité de me faire...

1.2K Des vues

Likes 0

DOUBLE EN-TÊTE

Je n'avais pas eu un homme qui me suce depuis des semaines et l'idée de trois autres personnes qui regardent un autre homme me sucer, puis baiser une dame plus âgée pendant qu'elles regardent semble excitante - n'est-ce pas le but du sexe - l'excitation et le plaisir ? Nous nous sommes mis d'accord sur les termes et conditions et j'ai insisté sur l'absence de pénétration masculine de mon corps. J'étais à la fin de mon adolescence lorsque j'ai réalisé pour la première fois que j'avais une bite beaucoup plus grosse que les autres garçons de mon âge. Au moment où...

1.1K Des vues

Likes 0

Une nouvelle maîtresse 2

J'ai savouré le goût du sperme de Maîtresse Natasha dans ma bouche tout le chemin du retour. Ma femme dormait quand je suis rentré à la maison et je me suis glissé dans le lit à côté d'elle sans me laver ni me rincer la bouche. J'ai gardé ma routine hebdomadaire comme toujours, sauf les deux fois où ma femme et moi avons baisé, j'ai attendu qu'elle me crie dessus pour jouir en elle (juste pour rester obéissante à Maîtresse Natasha). Bien sûr, je ne pouvais penser qu'à Natasha toute la journée et toute la nuit pendant toute une semaine. Jeudi...

814 Des vues

Likes 0

L'esclavagiste obtient son souhait 15

L'esclavagiste obtient son souhait 15 Judy a gardé les yeux bien baissés alors que nous étions assis à ma table de cuisine en train de boire du café. Rachel et Reese étaient tous les deux à une réunion de Narcotiques Anonymes. Joey les avait conduits. Judy avait un collier autour du cou, des bottes à talons hauts et un plug anal de trois pouces de diamètre logé fermement dans son rectum. Je ne sais pas trop ce que je ressens à ce sujet, Judy, dis-je. «Je suis un peu confus à ce sujet aussi. Mais sachant ce que Tory a fait...

722 Des vues

Likes 0

MA FEMME ET HOMME NOIR

Ma femme et moi ne sommes jamais sortis avec une autre race que la nôtre et nous n'y avons jamais pensé. Ma femme ne supporte pas les hommes noirs. Elle pense qu'ils sont grossiers et dégoûtants un peu de la même façon je pense. Cependant, quand je regarde du porno sur satellite et que je viens à travers un black en train de désosser une nana blanche avec son énorme bite, je m'arrête pour regarder un peu. Je suis étonné de la taille de certaines de ces bites noires. Un jour j'ai vu un black chaud fille et j'ai dit à...

746 Des vues

Likes 0

Maître agréable

Quelques semaines plus tard, je me suis réveillé tôt pour aider mes sœurs à préparer le petit-déjeuner. Je me retournai pour voir Maître Arik me fixer. Je clignai rapidement des yeux, sentant mon cœur battre sauvagement à la surprise de le voir réveillé. Il sourit lentement alors que je m'asseyais; les couvertures exposant mes seins et mes mamelons durcissant à l'air frais. Il tendit la main et roula doucement mes mamelons entre ses doigts. « Viens ici, dit-il d'une voix rauque. Je me suis rapproché un peu plus et il m'a fait signe de chevaucher son corps couché. J'ai soulevé une...

648 Des vues

Likes 0

Il y a un loup dans la bergerie...

*la non-fiction* C'était le premier jour de cours. Je n'étais pas nerveux; c'est une école technique de nerd, donc je me sentais bien. Je m'appelle TK, et je n'étais en aucun cas préparé pour les cours ce semestre ... bien sûr, j'ai étudié et réussi la classe mais j'ai échoué au test le plus important .... Dans mon deuxième cours, j'ai vu ce mec grand, en quelque sorte heurté par lui, qui ne se souciait pas vraiment de son existence. ...homme Si je n'étais pas amoureuse de lui, je sais que j'étais amoureuse de sa démarche... ses vêtements, à peu près...

372 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.