Les Filles de Salomon : Chapitre de Mina

898Report
Les Filles de Salomon : Chapitre de Mina

Note de l'auteur:

Tout d'abord, permettez-moi de remercier tous les lecteurs qui ont lu et commenté mes histoires. Maintenant, en bas, vous remarquez que la section des commentaires a été désactivée. C'est parce qu'un tas de perdants attardés pensent que la section des commentaires est pour eux d'annoncer les numéros de téléphone et à quel point ils sont vraiment pathétiques. Aux perdants qui font ça, et je n'ai pas besoin de vous nommer, vous savez qui vous êtes, j'espère que vous attrapez la peste, vous êtes trop stupide pour continuer à vivre.

Pour tous les autres merci d'avoir lu. Si vous avez des critiques constructives sur l'histoire ou des idées que vous aimeriez voir dans une future histoire, n'hésitez pas à me contacter en MP avec le lien sur ma page de profil. Toutes les idées qui m'ont été envoyées seront prises en considération, à l'exception de l'action d'homme à homme. Donc, pour ceux qui m'ont envoyé des demandes pour cela, désolé, mais je ne peux pas le faire. Je n'ai rien contre les homosexuels mais je ne suis pas et n'écrirai pas à ce sujet désolé de décevoir. Ceci est le cinquième épisode de cette histoire pour donner un sens à certains des éléments qu'il contient, lisez les chapitres précédents.





AVERTISSEMENT CETTE HISTOIRE PEUT ÊTRE OFFENSANTE POUR CERTAINS LECTEURS, LISEZ LES ÉTIQUETTES ET NE CHIENNEZ PAS PLUS TARD SI VOUS LISEZ QUELQUE CHOSE QUE VOUS N'AIMEZ PAS !







Les Filles de Salomon : Chapitre de Mina








Anthony s'éveilla à la douce sensation de seins doux dans ses paumes et à la chaleur d'un dos féminin pressé contre sa poitrine. Au fur et à mesure que les événements revenaient dans son esprit, il pétrissait distraitement les globes mous. Patricia s'est réveillée avec une douleur satisfaisante. A la sensation de ses caresses, elle gémit de protestation.

"Tu n'en as pas eu assez hier soir," gémit-elle mais se pencha en avant pour augmenter la pression sur ses seins.

"Je pourrais y aller encore quelques fois," lui murmura-t-il à l'oreille tout en frottant son érection entre ses jambes. A la sensation de sa queue frottant son entrée, elle frissonna d'excitation. Le resserrement de ses muscles le fit cependant grimacer de douleur. Remarquant son inconfort, Anthony s'arrêta et recula, la retournant sur le dos.

« As-tu trop mal ? » demanda-t-il. Elle hocha la tête mais arbora un air de regret sur son visage à l'admission.

"Avant, je pouvais y aller toute la nuit puis toute la matinée du lendemain aussi," dit-elle en soupirant. Lui lançant un regard impressionné, Anthony sortit du lit et regarda l'horloge. En raison des vacances, il n'y aurait plus d'école pour les filles ni de travail pour Patricia jusqu'à la semaine prochaine. Il entra dans la salle de bain et inséra le bouchon dans la baignoire. Il commença à remplir la baignoire d'eau chaude. En revenant dans l'autre pièce, il s'arrêta devant la porte quelques instants pour admirer le corps souple de Patricia au soleil. Elle s'allongea sur le lit en le regardant avec des yeux voilés. Elle avait un bras plié derrière sa tête avec son autre main posée sur son ventre plat, traçant des cercles autour de son nombril. Marchant vers le lit, Anthony se pencha et pressa ses lèvres contre elle. Se reculant, il la prit dans ses bras. Elle hurla de surprise au mouvement soudain et enroula ses bras autour de son cou. Revenant dans la salle de bain, il entra dans l'eau chaude et s'y baissa pour s'y asseoir avec elle sur ses genoux. Il tendit la main et ouvrit les robinets lorsque la baignoire fut pleine, tandis qu'elle se penchait en arrière et languissait contre lui.

"J'ai lu quelque part que ça soulageait la douleur," dit-il en lui tirant les cheveux derrière l'oreille. Elle soupira de plaisir tandis qu'ils se trempaient dans l'eau chaude. Une fois leur bain terminé, ils retournèrent dans la chambre pour découvrir que le lit avait été fait pendant qu'ils étaient sous la douche et que les vêtements de Patricia étaient propres et pliés sur la commode d'Anthony. Après s'être habillés, ils se dirigèrent vers la cuisine pour le petit déjeuner.

"Bonjour," dit Sar-Rah en se détournant de la poêle de bacon qu'elle venait juste de finir de faire frire lorsqu'elle les entendit entrer dans la cuisine. Elle était vêtue d'un bas de pyjama en soie noire et d'un haut en string spaghetti noir. En soulevant le bacon du poêle, elle le déposa sur une manique sur la table alors qu'elle se dirigeait vers eux. Marchant vers Anthony, elle enroula ses bras autour de son cou et attira sa bouche vers la sienne et l'embrassa passionnément. Anthony gémit à la sensation de son corps doux et la serra contre lui. Il pouvait goûter le bacon qu'elle avait grignoté pendant qu'elle cuisinait. Sar-Rah l'embrasse jusqu'à ce que ses poumons commencent à protester contre le besoin d'air avant de se retirer pour reprendre son souffle.

« Je pensais que tu serais encore au moins vingt minutes, » lui dit-elle d'un air joueur, sa respiration toujours saccadée.

"Nous aurions été plus longs mais Patricia était trop endolorie ce matin pour continuer," dit-il et qui se tenait derrière lui rougit à ses mots. Sar-Rah lui sourit par-dessus son épaule et lui fit un clin d'œil alors qu'elle commençait à frotter son corps de haut en bas comme un chat.

"Mon pauvre bébé," roucoula Sar-Rah dans son oreille, "Pas étonnant que tu sois si heureux de me voir," dit-elle en se frottant contre son érection. Il grogna profondément dans sa poitrine à ses taquineries alors que le désir inondait son corps. Elle continua son mouvement sensuel contre lui tout en riant de lui. Saisissant son cul, il la souleva du sol et la recula jusqu'à ce qu'elle soit coincée contre la porte du réfrigérateur. Elle enroula ses jambes autour de sa taille et son attitude plaisante disparut pour être remplacée par un regard affamé.

Patricia se tenait juste à l'intérieur de la porte de la cuisine, figée par le désir et le choc de ce dont elle était témoin. Elle n'entendit même pas Liz et Eliza sortir de la chambre de Liz portant toutes deux des hauts assortis à Sar-Rah mais aucune d'elles ne s'était souciée des bas, Liz portait des culottes noires et Eliza portait du blanc. Les deux femmes s'avancèrent à côté de Patricia alors qu'elle se tenait transpercée par la vue devant elle. Anthony avait maintenant Sar-Rah penchée devant lui, ses paumes appuyées contre la porte du réfrigérateur. Il défit sa fermeture éclair et libéra son érection, elle gémit doucement quand il la taquina en frottant le bout contre sa chatte lisse et sans poil.

"Ne me taquine pas s'il te plait," le supplia-t-elle. Elle cria de surprise et de plaisir quand il s'enfonça soudainement profondément en elle. Il commença à s'enfoncer en elle rapidement et fort tandis que ses bras enserraient son corps et ses mains épinglaient les siennes au réfrigérateur. Inhabitué à ce qu'il soit si sauvage et agressif, Sar-Rah a trouvé sa libération en quelques instants, mais Anthony ne s'est pas arrêté ni même ralenti. Ses jambes commencèrent à trembler et ses genoux cédèrent mais avant qu'elle ne puisse baisser de plus d'un pouce, les mains d'Anthony saisirent ses coups. La soulevant en position, il a continué son martèlement. Ses jambes ne la retiendraient toujours pas alors que l'orgasme après que l'orgasme ait déchiré son corps. Sentant son orgasme approcher, il commença à écraser son bassin contre le sien à chaque poussée essayant de la faire basculer une fois de plus avant qu'il n'atteigne son apogée. Ses muscles intérieurs ondulèrent et se tendirent avec un autre orgasme et il força sa bite dans son tunnel serré jusqu'à ce qu'il touche le fond.

"Mienne," grogna-t-il dans son oreille alors qu'il venait en elle. Elle frissonna et ses hanches firent de petites secousses involontaires, le traire, à ses mots possessifs. Lorsque son apogée s'est terminée et qu'elle a pu à nouveau se tenir debout, il a relâché sa hanche et a attrapé ses bas et sa culotte en position d'où ils étaient, regroupés autour de ses genoux. Embrassant la nuque alors qu'elle appuyait son front contre la surface froide devant elle alors qu'elle se prélassait dans la rémanence de leur amour et laissait sa respiration revenir à la normale. Anthony se replaça et referma son pantalon avant de se rappeler qu'ils avaient de la compagnie.

"Désolé, à propos de ça Patricia, je ne sais pas ce qui m'a pris," dit-il en se tournant vers elle et sursauta de surprise. Leur audience était passée de un à trois. La chaleur inonda son visage et celui de Sar-Rah alors qu'elle se tournait pour faire face aux observateurs de leur émission. Les trois femmes dans l'embrasure de la porte lui lançaient des regards prédateurs. Aucun d'eux ne parlait et leurs regards le faisaient trembler alors il s'avança et donna à Eliza et Patricia un baiser torride sur la bouche. Il se dirigea vers Liz et l'embrassa sur la joue.

"Après le départ de Patricia", lui murmura-t-il à l'oreille lorsqu'il la sentit se tendre alors qu'elle ne recevait pas le même traitement que les deux autres femmes. Il se dirigea vers la table, s'assit et commença à remplir son assiette des nombreux plats que Sar-Rah avait préparés. Les autres le rejoignirent et bientôt ils riaient et parlaient ensemble tout en mangeant.

"Eh bien, je dois y aller. Je vous verrai la semaine prochaine à l'école mesdames," dit Patricia quand ils eurent fini de manger. Debout, elle se dirigea vers la porte d'entrée en faisant signe à Anthony de la suivre. Enfilant ses chaussures, elle se tourna vers lui et le prit dans ses bras, se pencha et l'embrassa.

"Merci pour cette nuit fantastique," dit-elle doucement.

"De rien," dit-il en lui souriant. Elle eut un petit rire puis ébouriffa ses cheveux et se tourna et partit. Anthony la regarda sortir de l'allée puis se retourna vers la cuisine. Il aida Sar-Rah à faire la vaisselle puis se dirigea vers sa chambre. Se dirigeant vers son bureau où il avait donné un coup de pied dans son pantalon la nuit précédente pour récupérer son portefeuille et ses clés, il regarda le bureau et s'arrêta. La bouteille avait encore une fois changé de couleur, c'était maintenant un orange vif.

"Liz, Sar-Rah, Eliza viens ici," cria-t-il dans le couloir. Quand ils entrèrent dans sa chambre, il attrapa Liz et l'attira dans un baiser passionné avant de la relâcher.

"C'était pour avant", lui dit-il.

« De quoi aviez-vous besoin Anthony ? » demanda curieusement Sar-Rah alors qu'Eliza les regardait tous les deux avec amusement. Se raclant la gorge, Anthony désigna la bouteille sur son bureau. Ils regardèrent tous dans la direction qu'il indiquait mais ne semblaient pas comprendre ce qu'il voulait qu'ils voient. Liz remarqua quelque chose en premier.

"Hey Anthony, quand tu l'as eu de cette vente de garage, cette bouteille était violette", a-t-elle dit. A ses mots, les yeux de Sar-Rah et d'Eliza s'illuminèrent de compréhension.

"On dirait que la bouteille est suffisamment chargée pour libérer une autre des Filles de Salomon," dit Anthony en se dirigeant vers le bureau et en ramassant la bouteille.

"Je me demande qui il laissera sortir cette fois", a spéculé Sar-Rah.

"A en juger par nous deux et l'ordre dans lequel nous semblons être libérés, du plus jeune au plus âgé, je devrais dire Jasmine," lui dit Eliza. Anthony fouilla dans son bureau et sortit un couteau de poche et coupa le bout de son pouce juste là où il l'avait fait pour libérer Eliza et fit couler une goutte de sang sur le nouveau symbole sur le sceau. Reposant la bouteille une fois de plus sur son bureau, il enleva le bouchon et se retira pour se tenir à côté des autres. Ils ont tous regardé avec fascination la fumée monter dans une femme.

"Jasmine," murmura Eliza alors que la fumée commençait à prendre forme. Après quelques instants devant eux se tenait une belle beauté de cinq pieds dix pouces. Ses seins étaient gros et ses hanches rondes tandis que le reste d'elle était mince et ferme. Elle avait de longs cheveux argentés qui lui tombaient dans le dos en un rideau scintillant et ses yeux, bien que pas encore débarrassés de l'étourdissement magique, étaient turquoises. Elle avait la même peau bronzée que ses sœurs mais si elles étaient passées dans la rue, Anthony n'aurait pas su qu'elles étaient apparentées.

"Pourquoi ne vous ressemble-t-elle pas," demanda Anthony à Eliza.

"Des mères différentes," répondit-elle. La brume s'est finalement dissipée et les yeux de Jasmine se sont concentrés et elle a regardé rapidement autour de la pièce, ses yeux fixés sur lui alors qu'elle commençait à parler rapidement, dans cette langue étrangère que Sar-Rah et Eliza avaient d'abord utilisée, à Sar-Rah et Eliza. Anthony se tenait là et les regarda effrayer plusieurs fois pendant la conversation que Sar-Rah ou Eliza leur faisait signe. Au bout d'un moment, le flux de mots ralentit et Jasmine se déplaça pour se tenir devant Anthony. Elle passa son regard d'un air évaluateur de ses pieds à son visage.

"Je suis Jasmine, mais tu peux m'appeler Mina," dit-elle en le regardant dans les yeux.

"Je suis Anthony, c'est un plaisir de vous rencontrer", a-t-il déclaré.

« Si je dois avoir un beau mari, au moins ton beau, lui dit-elle. Anthony regarda Sar-Rah d'un air interrogateur.

"En fait, d'après ce que m'a dit Sar-Rah, et peut-être qu'il y a eu un malentendu, vous n'avez pas besoin de m'épouser, mais seulement pour que tout le monde soit libre. Vous auriez tous besoin de coucher avec moi pour me transformer en un Haut Djinn. , mais ce n'est pas vraiment nécessaire pour que tu sois libre", lui dit Anthony.

"Ils ont besoin de coucher avec toi pour être complètement libres aussi", intervint Sar-Rah, "ils seront libérés si seulement je t'épouse. Mais quand tu mourras, l'énergie que tu as déjà reçue d'Eliza et de moi-même nous reviendra. et nous, ainsi que tous les autres qui seront libérés, serons ramenés dans la bouteille. Donc, à moins que votre transformation en Haut Djinn ne soit terminée, ce qui terminera le sort, nous ne serons libres que jusqu'à ce que vous périssiez.

"Je suis désolé," dit Anthony à Mina.

"Pourquoi tu t'excuses auprès de moi," lui demanda-t-elle.

"Je ne sais pas vraiment, je me sentais juste comme je le devrais."

"D'accord," dit Liz depuis la porte, "alors quels sont les plans pour aujourd'hui?"

"J'allais essayer d'entrer en contact avec les gobelins aujourd'hui," lui dit Anthony, "j'allais aussi demander à Sar-Rah de construire un laboratoire et une usine attachés au sous-sol. Vous avez dit que vous vouliez faire du shopping aujourd'hui alors J'allais vous demander de les emmener avec vous après qu'ils aient fini avec ça pour que vous ayez de la compagnie et qu'ils puissent obtenir tout ce qu'ils veulent. Puisque Mina est ici maintenant, je vais l'emmener avec moi, tant qu'il n'y a pas de plaintes, alors nous peuvent apprendre à se connaître. Je n'aurai pas besoin d'un traducteur puisqu'Eliza m'a appris toutes les langues.

À tous les signes d'approbation, il demanda à Sar-Rah de changer les vêtements de Mina en quelque chose qu'elle pourrait porter à l'extérieur. Remettant à chacune des filles un chéquier pour le nouveau compte, il leur a dit que les cartes de débit pour chacune d'entre elles arriveraient la semaine prochaine. Prenant la main de Mina, il la conduisit jusqu'à la porte d'entrée et se dirigea vers l'arrêt de bus. Mina regarda Anthony pendant qu'ils marchaient. Eliza avait transféré toutes les connaissances qu'elle pouvait souhaiter sur le monde moderne, alors ils lui ont également raconté tout ce qui s'était passé depuis la libération de Sar-Rah.

"Eh bien, vous pouvez me demander tout ce que vous voulez et je répondrai sincèrement," dit Anthony à Mina alors qu'ils attendaient le bus.

"Depuis combien de temps êtes-vous amoureux de votre sœur", lui a-t-elle immédiatement demandé. Il sursauta à sa question et regarda furtivement autour de lui pour s'assurer que personne n'était assez près pour l'entendre. Il se rapprocha d'elle et gloussa.

"Aller droit à la gorge avec la première question, hein? Je répondrai comme promis mais ne dites pas que ma sœur dit Liz pour que les gens autour de nous ne comprennent pas que j'ai une relation avec mon frère. Maintenant, pour combien de temps J'ai été amoureux de Liz, je ne sais pas vraiment. Au début, c'était moi, ma mère et mon père. Ma mère était gentille et belle, chaleureuse et douce, et elle ressemblait exactement à Liz maintenant. Quand ma mère est morte Je me suis occupé de ma sœur parce que ma mère m'a toujours dit, en tant qu'homme de la famille, de prendre soin de votre sœur. Je l'aimais aussi comme un morceau de ma mère qui est resté après le départ de ma mère.

Le bus est arrivé et ils sont montés à bord en trouvant des sièges à l'arrière où il pouvait regarder quiconque s'approchait suffisamment d'eux.

"A mesure que le temps passait et que je continuais à la protéger et à prendre soin d'elle, j'ai commencé à la voir comme sa propre personne, pas seulement comme une extension de ma mère. Elle est devenue une personne un peu comme ma mère. Elle est belle, gentille et attentionnée, je sais qu'elle s'inquiète tout le temps pour moi. Quand elle avait douze ans, je suis tombée gravement malade et je me suis effondrée alors qu'elle était à l'école et je n'ai pas pu aller la chercher dans le bus comme je le faisais habituellement avant. Au moment où elle est rentrée à la maison, elle était malade d'inquiétude. Appelant un médecin près de la maison qui avait été ami avec ma mère, elle a essayé de me mettre au lit, mais étant si petite et seulement douze ans, elle ne pouvait pas me faire bouger alors elle s'est assise là avec ma tête dans elle genoux et a attendu le médecin. Lorsque le médecin est arrivé, il l'a aidée à me mettre au lit et lui a donné le médicament pour ma maladie et lui a dit qu'il faudrait quelques jours avant que j'aille mieux. Elle ne m'a pas quitté pendant trois jours, elle a appelé à l'école et, se faisant passer pour notre père, leur a dit que toute la famille était malade et qu'elle n'irait pas à l'école tant qu'elle n'irait pas mieux. Elle m'a préparé de la soupe, c'était horrible et m'a aidé à aller aux toilettes quand j'en avais besoin. Elle a passé des heures à essuyer la sueur de mon corps et de mon torse. Elle m'a lu quelques-uns de mes livres et quand elle ne lisait pas, elle parlait constamment. Sa douce voix mélodique était mon seul réconfort dans ma maladie. Ces trois jours ont fait que mon sentiment est passé de l'aimer à être amoureux d'elle, elle est la seule personne à part ma mère qui a pris soin de moi."

"Alors pourquoi n'as-tu pas fait un pas vers elle avant," lui demanda Mina.

"Tout d'abord, je ne savais pas qu'elle nourrissait les mêmes sentiments pour moi jusqu'à ce soir-là, Sar-Rah m'a bandé les yeux et je ne voulais pas qu'elle en vienne à me détester. Deuxièmement, elle est la seule famille qu'il me reste à mentionner et elle est dépendant de moi, je ne voudrais jamais la mettre mal à l'aise avec moi. Enfin et surtout, elle était trop jeune avant, elle n'était qu'une enfant", a-t-il déclaré.

Rassurée par ses paroles et l'amour sur son visage quand il parlait de Sar-Rah et de sa sœur, elle s'appuya contre lui et se blottit plus près de lui sur le siège. Passant son bras autour de ses épaules, il la serra contre lui alors que le bus les rapprochait de leur destination. Le bus s'est arrêté au parc central de la ville. Un morceau de terre de cinq par dix milles au centre de la ville, c'était une petite forêt. L'ensemble du parc était entouré d'un mur de pierre de trois pieds pour empêcher une voiture de sauter le trottoir et de pénétrer dans le parc. Des sentiers pour les vélos et la marche parcouraient le parc tandis qu'il y avait trois places pour se rassembler à l'intérieur où les chemins convergeaient tous les uns vers les autres. Leur destination était la place située au centre du parc.

"Et ici, je pensais que tous les arbres avaient disparu", a déclaré Mina.

"Dans le monde entier par rapport au nombre qu'il y avait, ils sont presque tous partis", a répondu Anthony. Lui souriant, il lui prit la main et l'entraîna sur le chemin qui les mènerait là où ils voulaient aller. Ils marchaient la plupart du temps en silence, ne faisant qu'occasionnellement des commentaires sur leur environnement. Arrivés sur la place et une heure plus tard, ils se dirigèrent vers la grande fontaine au centre. La statue qui se dressait dessus fit éclater de rire Anthony tandis que Mina gloussa. Là, sur un bloc de marbre noir se tenait un gobelin de marbre blanc. Il se tenait là avec sa main placée sur son aine pour tenir son pantalon ouvert alors que l'eau jaillissait du vide ouvert. L'effet global donnait l'impression que le gobelin prenait une fuite éternelle dans le bassin en dessous. Après que son rire se soit calmé, Anthony se dirigea vers le côté nord de la fontaine et commença à chercher le glyphe que Liz lui avait décrit alors qu'il expliquait à Mina ce qu'ils cherchaient.

"C'est ici," lui cria Mina à quelques mètres sur sa gauche. S'avançant, il regarda sa trouvaille et s'agenouilla devant. Passant sa main dessus, il prononça le mot absurde dont Liz lui avait dit qu'il invoquerait un gobelin pour lui parler. Son professeur d'art lui avait fait répéter un tas de fois jusqu'à ce qu'elle puisse le répéter parfaitement et Liz avait fait en sorte qu'Anthony fasse de même. Après avoir fait cela, Anthony s'assit sur le rebord de la fontaine pour attendre.

"Et maintenant," demanda Mina en s'asseyant à côté de lui.

"Maintenant, nous attendons Liz a dit qu'on lui avait dit que cela pourrait prendre un peu de temps avant que le messager n'arrive."

Ils s'assirent et regardèrent le soleil de l'après-midi jouer sur l'eau de la fontaine. Quelques minutes après leur arrivée, une joggeuse se précipita dans le square et sortit par un chemin opposé à celui par lequel elle était entrée. Peu de temps après son départ, Anthony a remarqué un scintillement dans les arbres. Il montait et descendait mais ne s'approchait pas de la place pour que ce soit le messager qu'ils attendaient. Alors qu'il se rapprochait de la créature scintillante et étincelante, il commença à entendre des cris perçants de peur. Accélérant son pas, il se dirigea rapidement vers les cris de panique. Ce qu'il a vu a fait bouillir son sang instantanément et le monde s'est teinté de rouge avec sa rage. Dix pieds dans les bois sur le sol à l'extérieur de ce qui ressemblait à une petite hutte de paille, trois petits hommes retenaient une petite femme ailée vêtue d'une robe blanche flottante. Hors de la maison, un quatrième homme a traîné par les bras deux petites filles ailées qui se débattaient. Les quatre hommes mesuraient peut-être six pouces et les trois femelles ailées étaient encore plus petites. L'un des trois hommes tenant la plus grande fée, Anthony devina qu'elle était une fée, déchira le haut de sa robe découvrant ses seins et il se pencha et les attrapa brutalement. Alors que son cri de douleur et de désespoir perçait ses oreilles, Anthony grogna avec colère au plus profond de sa poitrine et se précipita en avant. Avant même qu'ils ne sachent ce qui se passait, il était sur celui qui tenait les deux plus petites fées. Saisissant la tête du petit homme, il souleva l'homme qui était incapable de garder son emprise sur les filles dans sa panique. Anthony lança la petite créature aussi fort qu'il le pouvait dans la forêt, sans se soucier de savoir si le petit homme avait survécu ou non à sa leçon de pilotage. Restant à genoux, pour ne pas écraser les deux fées libérées par accident, Anthony se pencha en avant et donna un petit coup au petit homme qui avait agressé la plus grande fée dans le torse, il fut soulevé de ses pieds et jeté dans le sous-bois d'un arbre voisin. Les deux autres petites créatures coururent vers les arbres, voyant le sang sur la fée alors qu'elle essayait de maintenir sa robe fermée, enragé encore plus Anthony. Ramassant une pierre à portée de main, il la lança sur les silhouettes en fuite. Il a frappé celui de gauche, qui a crié de douleur sous le coup et est tombé. Son compagnon continua sans un regard en arrière.

"Ça va," demanda Anthony à la petite femme ailée alors qu'elle attirait les deux plus petites filles vers elle tout en essayant de maintenir sa robe fermée en même temps. Mina se tenait derrière lui et le regardait essayer de calmer les fées. Soudain, un bruit provenant des broussailles près de l'arbre où le deuxième assaillant avait atterri attira l'attention d'Anthony juste à temps pour voir le petit bâtard lancer ce qui ressemblait à un javelot dans le dos des fées. La main d'Anthony bondit en avant et encercla les trois fées agenouillées juste à temps pour que le javelot s'enfonce d'un pouce dans le dos de sa main. Avec un maudit Anthony arracha le petit projectile et le lança sur la créature qui cria d'agonie alors que son épaule était clouée à l'arbre derrière elle.

"Ça va," demanda Mina à Anthony. Elle se déplaça devant lui en prenant soin d'éviter les fées au sol alors qu'elle prenait sa main endommagée dans la sienne et l'examinait.

"C'est bon," murmura-t-il distraitement en fouillant dans sa poche arrière. Confus à ses actions, Mina a lâché sa main quand il a sorti son portefeuille. La chaleur de sa gentillesse l'inonda lorsqu'il sortit un paquet de mouchoirs de son portefeuille et en tendit un à la fée.

"Désolé, ils sont un peu vieux mais ils sont propres," lui dit Anthony en enroulant le mouchoir autour de sa poitrine comme une serviette. Elle le regarda avec inquiétude dès qu'elle eut fini.

« Vous n'allez pas nous faire de mal, n'est-ce pas ? » demanda-t-elle doucement. Maintenant qu'elle n'était plus en détresse, sa voix aiguë et perçante ressemblait à des carillons éoliens.

"Non, je ne vais pas non plus te blesser ou essayer de te capturer et de t'étudier," dit Anthony en lui souriant gentiment. Il regarda autour de lui la destruction de sa petite clairière et la porte d'entrée de sa petite hutte semblait avoir été enfoncée. Il examina le dos de sa main, qui palpitait toujours de douleur comme si le javelot était toujours enfoncé dans sa chair.

"Je vous suggérerais de déménager dans un endroit moins violent, cependant. Les survivants de ce petit raid reviendront probablement avec des renforts bientôt", a déclaré Anthony à la petite femme. Sa tête se tourna vers la femme avec une secousse quand il l'entendit sangloter. Alors que la fée éclatait en sanglots, Anthony fit frénétiquement signe à Mina de l'aider. Sa détresse face aux larmes de la petite femme aurait été mignonne sans sa détresse évidente.

"S'il te plaît, ne pleure pas," la supplia Anthony, "dis-moi juste ce qui ne va pas et j'essaierai de t'aider. Juste s'il te plaît, ne pleure pas."

"Nous n'avons nulle part où aller," dit la fée entre deux sanglots en s'accrochant aux deux plus petites. "Mon compagnon est mort il y a plusieurs années et je n'ai pas pu en trouver un nouveau pour combattre les trolls."

« Des trolls », demande Anthony confus.

"Ces choses que vous combattiez auparavant étaient des trolls. Les lutins et les fées sont la même espèce, les Fey, mais les fées sont des femmes et les lutins sont des hommes. Donc, ces trois-là sont des fées alors que son mari décédé était un lutin. Les lutins ont un taux de natalité beaucoup plus faible puis les fées donc il y a beaucoup plus de fées que de lutins. Les trolls sont les trolls femelles inverses ayant un taux de natalité extrêmement faible. Les trolls et les fées peuvent se croiser pour que les trolls fassent la guerre aux fées pour capturer leurs femmes. Cependant, vous avez vu la façon dont ils ont agi la plupart des trolls sont sauvages comme ça. Pas tous, mais la plupart des bandes de trolls errants sont vicieux comme ça. Si vous voulez rencontrer un troll civilisé, vous devrez trouver l'une de leurs fermes cachées ", lui expliqua Mina.

"Tu pourrais venir avec nous. Je te protégerais," dit Anthony à la fée. Elle leva les yeux vers lui d'un air incertain tout en caressant les cheveux des deux autres. Anthony n'avait toujours pas pu voir clairement leurs petits visages parce qu'ils les maintenaient à regarder le sol et à éviter ses yeux.

"Votre parole que vous ne nous ferez aucun mal de toute façon," leur a-t-elle demandé. Alors qu'Anthony était sur le point de répondre, Mina attrapa son bras et le serra fort pour l'arrêter.

"Soyez très prudent avant de donner votre parole aux Fey, cela les engage aussi bien que vous," l'avertit-elle et le relâcha à son hochement de tête. Se retournant vers la fée, il considéra sa question un moment avant de parler.

"Je promets de ne pas vous faire de mal à tous les trois tant que vous ne me blessez pas ou ne me mettez pas sciemment en danger, ni à qui que ce soit que je revendique comme mien," dit-il en la regardant. Elle le regarda pendant un moment alors qu'elle réfléchissait à son offre.

"D'accord," dit-elle en se levant. Alors qu'elle se levait, son aile droite s'affaissait légèrement et elle grimaçait en bougeant. Elle le replia sur son dos mais lorsqu'elle le relâcha encore une fois, il s'étendit et tomba, la faisant à nouveau grimacer de douleur. Les deux petits s'accrochaient encore à ses jupes.

"Comment t'appelles-tu mon petit," demanda Anthony en baissant sa main vers le sol devant eux pour qu'ils puissent continuer. Hésitant un instant, la fée prit l'autre et grimpa sur sa paume. Debout, Anthony retourna à la fontaine et s'assit une fois de plus sur la lèvre et installa les trois fées sur ses genoux.

"Je m'appelle Sunshine, et ces deux-là sont mes filles Moonlight et Wind", a-t-elle dit pour pouvoir s'asseoir sans exercer de pression sur son aile endommagée. Les ailes de libellule translucides sur le dos des trois fées scintillaient de toutes les couleurs qu'il pouvait imaginer.

"Pourrais-tu replier ton aile en place," lui demanda Anthony en portant l'ourlet de sa chemise à sa bouche. Alors qu'elle obéissait lentement à sa demande, il mordit l'un des points de l'ourlet et donna un coup sec en le déchirant. En tirant lentement sur le fil pour ne pas le casser, il réussit à faire un brin de huit pouces avant qu'il ne se casse. Tandis que Sunshine maintenait son aile en place, il enroula doucement le dard autour et autour de son petit corps et attacha fermement son aile à son dos.

"Quand nous rentrerons chez moi, Sar-Rah pourra probablement vous procurer un vrai pansement et raccommoder vos vêtements. Jusque-là, cela devra faire l'affaire. Ce n'est pas trop serré, n'est-ce pas", a-t-il demandé en la voyant s'agiter avec le des ficelles enroulées autour d'elle.

"Non, ça va, c'était très attentionné de ta part, merci," lui dit Sunshine.

"Pas de problème du tout, je trouve que j'aime aider les belles demoiselles en détresse," lui dit-il. Il sourit quand son visage rougit sensiblement. La fée a été sauvée d'un embarras supplémentaire lorsqu'un homme vert à la taille haute est apparu à la lisière des bois, attirant toute leur attention. Il avait un visage plat et un grand nez pointu avec des oreilles de huit pouces de long et les pointes pointues collées bien au-dessus du sommet de sa tête verte et chauve. Une paire de crocs dépassait de sa mâchoire supérieure pour surplomber sa lèvre inférieure même si sa bouche était fermée et qu'aucune de ses autres dents n'était visible. Il les regarda avec des yeux jaunes emplis de haine. Il était vêtu d'un pantalon marron et d'une petite chemise blanche. Donnant doucement les fées à Mina, Anthony se leva et s'approcha de la petite créature.

"Qu'est-ce que tu veux humain," demanda le gobelin d'un ton bourru avant qu'Anthony n'ait eu la chance de parler.

"Je souhaite faire un marché avec votre clan. Alors je veux parler avec votre reine," dit Anthony au gobelin.

"Attendez ici et je transmettrai votre demande à la reine."

Anthony recula vers le rebord de la fontaine alors que le gobelin disparaissait une fois de plus dans les arbres.

"Quel est ton aspect de toute façon ? Je voulais te le demander plus tôt mais ça m'est sorti de l'esprit," demanda-t-il à Mina.

"C'est une création non vivante. Cela signifie que je peux invoquer n'importe quelle substance dans le monde mais elle ne peut pas être vivante. Je pourrais même invoquer un autre vous qui serait une copie exacte de vous mais qui serait complètement mort. Plantes et les animaux seraient les mêmes », lui a dit Mina. Il lui sourit de bonheur.

"C'est la capacité parfaite pour mes besoins actuels," lui dit-il. Le gobelin réapparut à l'orée de la forêt et lui fit signe Anthony.

"La reine a accepté de vous accorder une audience. Si vous êtes poli et ne causez aucun trouble dans notre royaume, vous et tous ceux qui vous accompagnent serez libres de partir sains et saufs, par décret de la reine", lui dit le gobelin alors que dès qu'il était à portée de voix. Anthony fit signe aux autres de le rejoindre. Quand ils furent tous là, le gobelin retourna dans les bois avec Anthony et les autres derrière lui. Le gobelin les conduisit dans une grotte puis à l'intérieur. Ils suivirent un tunnel qui descendait progressivement dans la terre en serpentant d'avant en arrière. Après ce qui semblait être une heure, mais la montre d'Anthony indiquait qu'il n'y avait qu'une demi-heure, ils ont commencé à voir des lumières brillantes devant eux. Ils passèrent devant des salles remplies de gobelins qui ressemblaient tellement à leur guide qu'Anthony n'aurait pas pu les distinguer. Ils passèrent devant des forges où les gobelins martelaient du métal chauffé au rouge et des pièces où les gobelins à l'intérieur chantaient d'une voix discordante tout en buvant dans des gobelets en métal martelé. Ils ont continué jusqu'à ce qu'ils arrivent à un ensemble de portes métalliques massives bloquant le tunnel. Devant les portes se tenaient huit gobelins vêtus d'une armure de plaques. Leur guide s'arrêta devant les gardes.

"Ceux qui ont obtenu une audience avec la reine", a déclaré le guide en leur faisant un signe de retour. Le garde les regarda chacun d'eux et fit un signe de tête aux autres. Ils se retournèrent tous et commencèrent à ouvrir les portes. Il leur fallut tous pour ouvrir les portes à quatre gobelins par porte. Lorsque les portes s'ouvrirent, le garde auquel le messager, qui s'était évanoui par le chemin qu'ils étaient venus tandis que les portes s'étaient ouvertes, leur fit signe de continuer. Un des gardes les précédait et un autre les suivait, laissant six à la porte. Ils marchèrent dans un hall, visiblement creusé dans la roche, pendant quelques minutes avant d'entrer dans une grande salle du trône. À l'extrémité de leur entrée se trouvait un trône d'or au sommet d'un dias.

"Wow," dit Anthony en continuant d'avancer en suivant le garde. Il se gratta le dos de la main là où l'arme du Troll avait percé sa peau alors qu'elle commençait à brûler maintenant. Son regard tomba sur la silhouette sur le trône. Il s'était attendu à ce que la reine ressemble aux autres gobelins qu'ils avaient vus jusqu'à présent, mais ce n'était pas le cas. Elle s'allongea sur le trône un gobelet d'argent à la main alors qu'elle les regardait approcher. Ses yeux étaient jaunes et sa peau verte et elle ne lui montait qu'à la taille mais à part ces trois similitudes, elle ne ressemblait en rien aux autres gobelins, elle était plutôt adorable d'une manière exotique. Her short hair was fire engine red and shimmered in the torched light that lit the room. Her small delicate hands had black finger nails. She grinned at Anthony's appraisal of her and he noticed another similarity between her on the other goblins, she had fangs in both her upper and lower jaw where her canine teeth should have been.

"Welcome to my realm humans. My messenger said you had a deal to offer me. What is it," she asked.

"Thank you for allowing me to put forth my proposal. But first why do you keep calling us human," Anthony asked her. She narrowed her eyes at him before studying them closer.

"You're not human," she asked unable to sense anything from him to say he wasn't.

"Well as for me that is a little complicated," he said scratching at the back of his hand," however Mina here is a genie and the fairies don't even come close to looking human."

"What do you mean it's complicated," she said narrowing her glittering yellow eyes at him. He had back his first impulse to be flippant.

"Well tanks to a spell after a number of events happen I will be a High Djinn and since two of those events have occurred I am at the moment two sevenths of a High Djinn to technically I am human but I'm not completely human."

"Let's here your proposal," the queen said leaning back in her throne.

"Yes, well it is...," Anthony's words trailed off as he became dizzy and the room spun around in his vision. He couldn't hear anything and his vision began to dim. The last thing he felt before he slipped into the blackness was his knees slamming into the floor.

"Anthony what's wrong," Mina shout as she rushed forward and grabbed him before his face could hit the floor of the cave. The queen was on her feet watching.

"Look at his hand," Sunshine voice shrill with distress sound from her shoulder where she and her daughters were seated clutching her shirt. The back of Anthony's hand had a bump that looked like an insect bite in the center. What was really alarming was the black color slowly creeping along his veins outward from the wound.

"What do we do," Mina asked the fairy who shook her head with sorrow. The queen swiftly came down the steps to look at his hand. Gripping it in hers she examined the wound for a few moments before gesturing to the two guards. Take him to a guest room and summon a shaman to remove the poison and heal him. The guards easily hefted Anthony's inert form between the two of them and carried him from the room. When Mina made to follow after the queen grabbed her arm and stopped her.

"There is nothing you can do for him and we must speak. How did he come to be infected with Troll venom?"

"He saved these fairies," Mina told the queen and then related the tale of what had happened as they waited for her messenger. Sunshine spoke up to verify the story when Mina was done telling it. The queen moved over to a set of chairs off to the side of the room and motioned for Mina to take one as she took another.

"Do you know what his proposal for my clan was? If not please tell me the story of how a human became the companion of a Djinn and how he is becoming a Djinn," the queen requested.

"As to his proposal I don't know much about it or him other then that he is a good man. I only just met him today. As for the other that I can tell you," Mina said. She told the queen everything that Sar-Rah, Eliza, Liz had told her of how the events before her release had played out. The queen listened without interrupting and wondered what the strange human wanted from her and her people. As Mina finished relaying the story a hunched white bearded goblin entered the room leaning heavily on a staff twice the short creatures own height.

"My Queen, the human has had the poison removed but magic in his body is not allowing for mine to enter him and heal him. So while he will not die from the poison he has a fever that should pass in the night. If everything goes well he should be well by tomorrow."

"Thank you shaman you have done well," the queen said to the old goblin and he left the room. The queen stood and motioned for Mina to follow her. She led them back into the tunnels to a door. Opening the door they found Anthony tucked into a canopied bed in a lavishly furnished room. The queen allowed them to enter before telling them not to leave the room until they were summoned the next day. Placing one of the pillows form the bed on the night stand next to it she lowered Sunshine, Moonlight, and Wind onto it before crawling into the bed next to Anthony.

"Goodnight," she said to the fairies and was answered with a chorus of good nights. Curling her body around his hot one she wrapped her arm around his muscled chest and clung to him until she drifted off to sleep.Solomon's Daughters: Mina's Chapter








Anthony woke to the soft feeling of soft breasts in his palms and the warth of a female back pressed to his chest. As the events flowed back into his mind he absently kneaded the soft globes. Patricia came awake feeling satisfyingly sore. At the feeling of his carressing she moaned in protest.

"Didn't you get enough last night," she whined at him but leaned forward to increase the pressure on her breasts.

"I could go a few more times," he whispered in her ear while he rubbed his erection between her legs. At the feeling of his cock rubbing her entrance she shivered in arousal. The clenching of her muscles however caused he to wince in pain. Noticing her discomfort Anthony stopped and pulling back turned her onto her back.

"Are you too sore," he asked. She nodded but wore a regetfull look on her face at the admission.

"I used to be able to go all night then all the next morning too," she said sighing. Giving her an impressed look Anthony rolled out of the bed and looked at the clock. Due to a holiday there would be no more school for the girls or work for Patricia until next week. He walked into the bathroom and inserted the stopper into the tub. He began filling the tub with hot water. Walking back into the other room he paused at the door for a few moments to admire Patricia's lithe body in the sunlight. She lazed on the bed watching him with hooded eyes. She had one arm bend behind her head with her other hand resting on her flat stomach, tacing circles around her navel. Walking over to the bed Anthony leaned down and pressed his lips to her. Pulling back he lifted her into his arms. She shieked in surprise at the sudden movement and wrapped her arms around his neck. Walking back into the bathroom he stepped into the hot water and lower him self to sit in it with her on his lap. He reached over and turned of the taps when the tub was full, while she leaned back and languished against him.

"I read somewhere this helps with the soreness," he said to her pulling her hair back behind her ear. She sighed with pleasure while they soaked in the hot water. After there bath was finished they reurned to the room to find the bed had been made while they were in the shower and Patricia's clothes were clean and folded on top of Anthony's dresser. After dressing they headed into the kitchen for breakfast.

"Good morning," Sar-Rah said turning from the pan of bacon she was just finished frying as she heard them enter the kitchen. She was dressed in black silk pajama bottoms and a black spagetti string top. Lifting the bacon from the stove she deposited it on a pot holder on the table as she moved towards them. Walking up to Anthony she wrapped her arms around his neck and pulled his mouth down to hers and kissed him passionately. Anthony moaned at the feel of her soft body and pulled her tight against him. He could taste the bacon she had nibbled on as she cooked. Sar-Rah kisses him until her lungs began to protest at the need for air before she pulled back to catch her breath.

"I thought your would be at least another twenty minutes," she said to him playfully her breathing still ragged.

"We would have been longer but Patricia was to sore this morning to continue," he said and who had been standing behind him blushed at his words. Sar-Rah grinned over his shoulder at her and winked as she began to rub her body up and down his like a cat.

"My poor baby," Sar-Rah coo-ed into his ear, "No wonder your so happy to see me," she said grinding against his erection. He growled deep in his chest at her teasing as lust flooded his body. She continued her sensuous motion against him as she giggled at him. Seizing her ass he liftted her from the floor and moved her back until she was pinned against the fridgerator door. She wrapped her legs around his waste and her joking demeanor vanished to be replaced by a hungry look.

Patricia stood just inside the kitchen door frozen in lust and shock at what she was witnessing. She didn't even hear as Liz and Eliza exited Liz's room both wearing tops matching Sar-Rah but niether of them had bothered with the bottoms, Liz wore black panties and Eliza wore white. The two wemon moved up beside Patricia as she stood transfixed by the sight infront of her. Anthony now had Sar-Rah bent over infont of him her palms braced against the door of the fridge. He undid his zipper and freed his erection, she moaned sweetly when he teased her by rubbing the tip against her smooth, hairless pussy.

"Don't tease me please," she begged him. She cried out in surprise and pleasure as he suddenly slammed hilt deep into her. He began thrusting into her fast and hard while his arms braketted her body and his hands pinned hers to the fridge. Unused to him being so widely and agressive Sar-Rah found her release in mere moments but Anthony did not stop or even slow. Her legs began to shake and her knees gave out but before she could dropp more then an inch Anthony's hands seized her hits. Lifting her back into position he continued his pounding. Her legs still would not hold her as orgasm after orgasm racked her body. Feeling his orgasm arroaching he began to grind his pelvis against hers with each thrust trying to drive her over the edge one more time before he climaxed. Her inner muscles rippled and tensed with another orgasm and he forced his cock into her tight tunnel until he bottomed out.

"Mine," he growled into her ear as he came in side her. She shuddered and her hips made little involuntary jerks, milking him, at his possessive words. When his climax ended and she could once again stand on her own again he released her hip and grabbed her bottoms and panties back into postion from where they were, bunched up around her knees. Kissing the back of her neck as she leaned her forhead against the cool surface in front of her while she basked in the after glow of their love making and allowed her breathing to return to normal. Anthony situated himself and zipped up his pants before remembering that they had company.

"Sorry, about that Patricia I don't knpw what came over me," he said turning to her and jerked in surprise. Their audience had grown from one to three. Heat flooded his and Sar-Rah's faces as she turned to face the observers of their show. All three of the women in the doorway were giving him predatory looks. None of them spoke and their stares at him were beening to make him twitch so he walked forward and gave Eliza and Patricia a scorching kiss on the mouth. Liz he moved to and kissed her on the cheek.

"After Patricia is gone," he whispered into her ear when he felt her tense when she did not recieve the same treatment as the other two women. He moved to the table, and sat, and began loading his plate from the many dishes that Sar-Rah had made. The others joined him and soon they were laighing and talking together as they ate.

"Well, I have to be going. I will see you ladies next week at school," Patricia said when they finished eating. Standing she started for the front door montioning Anthony to follow. Slipping on her shoes she turned to him and pulled him into her arms and leaned down and kissed him.

"Thank you for the fantastic night," she said softly.

"Your welcome," he said grinning up at her. She gave a short laugh then ruffled his hair and turn and left. Anthony watched her pull out of the drive way then turned back to the kitchen. He helped Sar-Rah with the dishes and then headed for his room. Walking over to his desk were he had kicked his pants the night before to retrieve his wallet and keys he looked at the desk and paused. The bottle had once again changed colors, it was now a vibrant orange.

"Liz, Sar-Rah, Eliza come here," he yelled down the hall. When they walled into his room he grabbed Liz and pulled her into a pasionate kiss before he released her.

"That was for before," he said to her.

"What did you need Anthony," Sar-Rah asked curiously as Eliza looked at the two of them with amusement. Clearing his throat Anthony pointed at the bottle on his desk. They all looked in the direction he pointed but didn't seem to understand what he wanted them to see. Liz noticed something first.

"Hey Anthony when you got it from that garage sale that bottle was purple," she said. At her words Sar-Rah's and Eliza's eye lit with understanding.

"It looks like the bottle is charged enough to release another of Solomon's Daughters," Athony said walking over to the desk and picking up the bottle.

"I wonder who it will let out this time," Sar-Rah speculated.

"Judging by the two of us and the order in which we seem to be freed, youngest to oldest, I would have to say Jasmine," Eliza told her. Athony reached into his desk and pulled a pocket knife out and cut the pad of his thumb right were he had done so to release Eliza and dripped a drop of blood onto the new symbol on the seal. Setting the bottle once more onto his desk he pulled the stopper free and retreated to stand next to the others. They all watched in fascination as the smoke built into a woman.

"Jasmine," Eliza whispered as the smoke began to take shape. After a few moments before them stood a beautiful five foot ten inch beauty. Her breast were large and her hips round while the rest of her was slim and firm. She had long silver hair that fell down her back in a shimmering curtain and her eyes, though not yet clear of the magic daze, were turquiose. She had the same tanned skin as her sisters but if they passed on the street Anthony wouldn't have known.

"Why doesn't she look like you two," Anthony asked Eliza.

"Different mothers," she replied. The mist finally cleared and Jasmine's eyes focus and she looked rapidly around the room, her eyes fixed on him as she began rapidly speaking, in that foriegn laguage Sar-Rah and Eliza had first used, to Sar-Rah and Eliza. Anthony stood there and watched as they spook several times during the conversation Sar-Rah or Eliza would gesture toward them. After a while the flow of words slowed and Jasmine moved to stand in front of Anthony. She ran her gaze appraisingly from his feet to his face.

"I am Jasmine, but you may call me Mina," she said looking him in the eye.

"I'm Anthony, it is a pleasure to meet you," he said.

"If I have to have a husband fine, at least your handsome," she said to him. Anthony looked questioningly at Sar-Rah.

"Actually from what Sar-Rah told me, and maybe there was a miscommunication, you don't need to marry me only see does for everyone to be free. All of you would need to sleep with me to turn me into a High Djinn, but that isn't exactly need for you to be free," Anthony told her.

"They need to sleep with you to be completely free as well," Sar-Rah interjected, "they will be released if only I marry you. But when you die the energy that you have already recieved from Eliza and myself will return to us and we along with any of the others that are freed will be dragged back into the bottle. So unless your transformation to High Djinn is completed which will complete the spell we are only free until you perish."

"I'm sorry," Anthony said to Mina.

"Why are you apologizing to me," she asked him.

"I don;t really know I just felt like I should."

"Alright," said Liz from the doorway, "so what are the plans for today?"

"I was going to try and make contact with the goblins today," Anthony told her, "also I was going to ask Sar-Rah to make a lab facility and factory attached to the basement. You said you wanted to go shopping today so I was gonna ask you to take them with you after they finish with that so you have some company and they could get anything they want. Since Mina is kere now I'll take her with me, as long there are no complaints, so we can get to know each other. I won't need a translater since Eliza taught me every language."

At all the nods of approval he had Sar-Rah change Mina's clothes into something she could wear outside. Handing each of the girls a checkbook for the new account he told them that debit cards for the each of them would arrive next week. Taking Mina's hand he led her to the front door and started off to the bus stop. Mina watched Anthony as they walked. Eliza had transfered all the knowledge she could want about the modern world, so they also told her of everything that had happened since Sar-Rah's release.

"Well you can ask me anything youwant and I'll anawer truthfully," Athony said to Mina as they waited for the bus.

"How long have you been in love with your sister," she immediately asked him. He jerked at her question at looked around furtitively to make sure no one was close enough to overhear. He moved closer to her and chuckled.

"Going straight for the throat with the first question huh? I'll answer as promised but don't say sister say Liz so people around us won't catch the fact that I have a relationship with my sibling. Now as for how long I have been in love with Liz, I don't really know. At first it was me and my mother and father. My mother was kind and beautiful, warm and soft, and she looked exactly like Liz does now. When my mother died I looked after my sister because I my mother always said as a man of the family to take care of your sister. I also loved her as a piece of my mother that remained after my mother was gone."

The bus arrived and they boarded finding seats in the back where he could watch anyone who came near enough to them.

"As time went on and I continued to protect and take care of her I began to see her as her own person, not just an extension of my mother. She grew into a person much like my mother. She is beautiful, kind, and caring, I know she worries about me all the time. When she was twelve years old I got badly sick and collapsed while she was at school and couldn't go pick her up on the bus like I usually did before. By the time she got home she was worried sick. Calling a doctor near the house who had been friends with my mother she tried to get me to the bed but being so small and only twelve she couldn't budge me so she sat there with my head in her lap and waited for the doctor. When the doctor arrived he helped her get me to the bed and gave her the medicine for my sickness and told her it would be a few days before I was better. She didn't leave my side for three days, she called into school and pretending to be our father told them that the whole family was sick and she wouldn't be in school until she was better. She cooked soup for me, it tasted horrible, and helped me to the bathroom when I needed it. She spent hours wiping the sweat for my body and torso. She read a few of my books to me and when she wasn't reading she talked constantly. Her soft melodic voice was my only comfort in my sickness. Those three days caused my feeling to change from loving her to being in love with her."

"So why didn't you make a move on her before," Mina asked him.

"First of all I didn't know she harbored the same feelings for me until that night Sar-Rah blindfolded me and I did not want her to come to hate me. Secondly she is the only family I have left worth mentioning and she is reiant on me, I would never want to make her uncomfortable around me. Last but not least she was too young before, she was only a child," he said.

Reassured by his words and the love on his face when he spoke of Sar-Rah and his siter she leaned against his side and snuggled in closer to him on the seat. Putting his arm around her shoulders he held her to him as the bus brought them closer to their destination. The bus pulled to a stop at the city's central park. A five by ten mile chunk of land dead center of the city it was a small forest. The entire park was surrounded by a three foot stone wall to keep a car from jumping the curb and driving into the park. Trails for bikes and walking ran through out the park while there were three squares for gathering inside were the paths all converged on one another. Their destination was the squared located in the center of the park.

"And here I thought all the trees were gone," Mina said.

"Worldwide compared to the number that there used to be, they are almost all gone," Anthony replied. Smiling at her he took her hand and pulled her onto the path that would lead them to where they wanted to go. They walked mostly in silence only occationally making comments about their surroundings. Arriving at the square and hour later they headed to the large fountain in the center. The statue that stood on it made Anthony burst into laughter while Mina giggled. There on a block of black marble stood a white marble goblin. It stood there with its hand placed on its groin to hold open its trousers as water shot from the open void. The over all effect made it look like the goblin was taking an eternal leak into the basin below. After his laughter subsided Anthony walked to the northern side of the fountain and began searching the basins edge for the gliph Liz had descrubed to him as he explained to Mina what they were searching for.

"It is here," Mina called out to him from a few feet to his left. Walking over he looked at her find and knelt in front of it. Running his hand over it he spoke the nonsensical word that Liz had told him would summon a goblin to talk to him. Her art teacher had made her repeat it a bunch of times until she could repeat it back perfect and Liz had made Anthony do the same. After doing this Anthony took a seat on the lip of the fountain to wait.

"What now," Mina asked sitting down next to him.

"Now we wait Liz said that she was told that it may take a little while for the messenger to arrive."

They sat and watched as the afternoon sun played over the water in the fountain. A few minutes after they arrived a jogger ran into the squared and exited on a path opposite from the one she had come in on. Shortly after her departure Anthony noticed a glitter in the trees. It bobbed up and down but came no closer to the square that this might be the messenger they were waiting for. As he came closer to the bobbing sparkling creature he began to here high pitch shierks of fear. Picking up his pace he moved quickly toward the cries of panic. What he saw brought his blood to a boil instantly and the world became tinted in red with his rage. Ten feet into the woods on the ground outside what looked like a little straw hut three little men held down a small winged woman wearing a flowing white dress. Out of the house a four man dragged two small struggling winged girls by their arms.

The four men were made six inches tall and the three winged females were even smaller. One of the three men holding down the larger fairy, Anthony guessed she was a fairy, ripped open the top of her dress baring her breasts and he leaned down and roughly grabbed them. As her scream of pain and despair peirced his ears Anthony growled angrily deep in his chest and rushed forward. Before they even knew what was happening he was upon the one who had hold of the two smaller fairies. Grabbing the little mans head he lift the man who was unable to keep his grip on the girls in his panic. Anthony tossed the little creature as hard as he could into the forest uncaring wether the little man survived his flying lesson or not. Staying on his knees, so as not to crush the two feed fairies by accident Anthony leaned forward and flicked the small man who had been assaulting the larger fairy in the torso he was lifted from his feet and flung into the underbrush of a near by tree. The other two small creatures ran for the trees, seeing the blood on the fairy as she tried to hold her dress closed enrage Anthony further. Picking up a stone close at hand he lobbed it at the fleeing figures. It struck the one on the left, who cried out in pain at the blow and fell. His companion continued on with out a backward glance.

"Are you okay," Anthony asked the small winged woman as she pulled the two smaller girls to her while trying to hild her dress closed at the same time. Mina stood behind him and watched as he tried to calm the fairies. Suddenly a noise from the brush near the tree were the second assailant had land drew Anthony's attention just in time to see the little bastard throw what looked like a javelin at the fairies back. Anthony's hand shot forward and encircled the three kneeling fairies just in time for the javelin to embed itself an inch in the back of his hand. His a cursed Anthony ripped free the tiny projectile and hurled it back at the creature it cried out in agony as it's shoulder was nailed to the tree behind it.

"Are you okay," Mina asked Anthony. She moved around in front of him carelful to avoid the fairies on the ground as she took his damaged hand into hers and examined the it.

"It is fine," he murmured absently and hes dug around in his back pocket. Confused at his actions Mina released his hand when he pulled out his wallet. Warth at his kindness flood her when he pulled out a packet of tissues from his wallet and handed one to the fairy woman.

"Sorry, they are a little old but they are clean," Anthony said told her as she wrapped the tissue around her chest like a towel. She looke dup at him in trepidation as soon as she finished.

"Your not going to hurt us are you," she asked soflty. Now that she was no longer distressed her shrill peircing voice sounded like wind chimes.

"Nope not going to hurt you or try to capture and study you either," Anthony said smiling kindly down at her. He looked around at the destruction of her little clearing and the front door of her little hut appeared to have been kicked in. He examined the bacl of his hand, which still pulsed with pain as if the javelin was still embedded in his flesh.

"I would suggest you move to some place less violent, however. The survivors of this little raid will probably return with reinforments soon," Anthony told the tiny woman. His head turn back to the woman with a jerk when he heard her sob. As the fairy broke into racking sobs Anthony motioned franically to Mina to help him. His distress at the small woman's tears would have been cute if not for her obvious distress.

"Please don't cry," Anthony begged her, "just tell me what is wrong and I w

Articles similaires

Alors, que veux-tu faire ?

C'était notre rendez-vous habituel du samedi soir. John et moi-même, nos meilleurs amis Tammy et Roger, et le frère de Roger, Brad, passons tous les samedis soirs à essayer un nouveau restaurant. Ce soir, c'était un nouvel endroit italien et nous avons passé un moment merveilleux. Après être revenus chez nous après le dîner, nous étions assis à essayer de penser à quelque chose à faire. Normalement, nous louions une vidéo, mais il pleuvait à verse, donc personne ne voulait repartir, et il n'y avait pas de bons films à la télé. « Alors, que veux-tu faire ? » Jean a demandé. Je ne...

1.3K Des vues

Likes 0

Mon chien et moi

+J'ai créé un compte ici pour raconter une histoire vraie de ce qui s'est passé il y a quelques années. Je l'ai fait uniquement pour raconter une histoire, mais si vous le souhaitez, je peux en écrire davantage+. Tout a commencé le jour de mon 12e anniversaire. Mon père sait que je veux un chiot depuis toujours, alors le jour de mon anniversaire, il m'a offert un adorable petit chiot golden retriever. Il avait environ 2 mois à l'époque et était TELLEMENT MIGNON ! Quoi qu'il en soit, je ne vais pas vous ennuyer avec les détails. Environ un an et demi...

688 Des vues

Likes 0

Lust in Translation, (ou Playboy et le dieu Slime).

Dans le fil CAW 24, Pars001 a demandé : Peut-il aussi avoir un thème de mystère de science-fiction ou de romance extraterrestre? Après tout, je suis étrange Ma réponse était : Que diriez-vous des négociations de traité entre la race extraterrestre et les humains. Le traité final doit être consommé par le sexe entre un extraterrestre et un humain. Pour des points supplémentaires, dites-le du point de vue humain et extraterrestre. BTW : Ce n'est pas une idée entièrement originale. Je devais essayer celui-ci. — Le président a regardé la page Web, sa couleur bleue sursaturée lui faisait mal aux yeux, mais c'était...

712 Des vues

Likes 0

Esclaves sexuels kidnappés_ (1)

Le visage de Sara était couvert de larmes et on pouvait voir l'expression douloureuse sur son visage. Elle était allongée ligotée sur le sol de sa maison. Elle avait un bâillon dans la bouche, le gardant ouvert. Elle était encore habillée. Ses bras étaient relevés très haut derrière elle. Ses poignets avaient été étroitement liés, fixés avec une lourde corde de chanvre. Une barre d'écartement était attachée entre ses genoux; il mesurait plus d'un mètre de long, la gardant ouverte et écartée. Une corde était attachée à chaque cheville, l'autre extrémité attachée à ses poignets liés. La corde avait été tendue...

694 Des vues

Likes 0

BEV LA FEMME DE L'HÔTEL

BEV LA FEMME DE L'HÔTEL Il y a des années, j'ai travaillé dans le nettoyage d'un hôtel local. C'était juste avant que je rencontre Barry et j'étais encore excitée même à l'époque. Je suis passé par une phase de port de bas et de bretelles et je le fais encore maintenant quand nous allons nous balancer et pour lui dans la chambre. Je vais raconter autant que je peux depuis le matin, cela s'est passé dans un hôtel 5 étoiles en Australie. .................................................. .................................................. ................................................ Aujourd'hui était une journée lente et ennuyeuse, peu de chambres étaient occupées, il ne faudrait donc...

641 Des vues

Likes 0

Annie et le loup

Ma vie n'a jamais été particulièrement facile, mes parents sont morts dans un accident de voiture alors que j'avais seulement trois ans, donc je ne comprenais pas complètement les perdre, mais cela ne rendait pas plus facile de ne pas les avoir. J'ai fini par être confiée aux soins de ma grand-mère, une femme d'environ 90 ans, elle a fait de son mieux pour m'élever et je n'ai pas demandé grand-chose, alors quand il s'agissait de vêtements, j'ai eu des robes simples, volumineuses et un peu trapues. Les robes volumineuses m'offraient un avantage : cacher mon corps. Je n'ai jamais été...

340 Des vues

Likes 0

...

195 Des vues

Likes 0

Le cocu - partie 2

Synopsis de la partie 1. Sandy et Ben étaient un couple marié très inexpérimenté. Tous deux venaient de familles religieuses très strictes. En raison de la dette de jeu de Ben, Sandy a dû baiser Rex, le bookmaker de Ben, pour le tirer d'affaire. Rex avait un énorme pénis, quelque chose que ni Ben ni Sandy n'avaient jamais vu auparavant. La bite de Rex a rendu Sandy folle, lui donnant des orgasmes que Ben ne pourrait jamais produire. Sandy aimait tellement baiser Rex qu'elle a insisté pour qu'à l'avenir elle soit autorisée à le baiser au moins deux fois par semaine...

2.3K Des vues

Likes 0

Putain de filles de théâtre

Le programme de théâtre de mon collège n'a jamais été particulièrement cool. Il a tendance à attirer une foule plus ringard et retiré, ainsi que le vieil archétype de l'acteur gay enflammé. Cela fait de moi une sorte d'aberrant. Je ne suis certainement pas le gars le plus cool du campus, mais j'ai un cercle social assez large et j'ai certainement l'air un peu plus athlétique que la plupart de nos hommes. Même si je ne ressemble pas à un enfant de théâtre traditionnel, j'adore la scène et cela a toujours été mon activité parascolaire préférée depuis le lycée. Je ne...

1.9K Des vues

Likes 0

Obsession vidéo amateur partie 2

J'étais devenu de plus en plus obsédé par le visionnage de ces films et j'ai découvert que je regardais furtivement une montre à chaque occasion, cela incluait de les regarder à la maison même lorsque la femme (Tracy) était là. La vie à la maison n'était pas excitante, j'avais été assez occupée par le travail et je n'étais normalement pas à la maison jusqu'à tard, le résultat de cela était à peu près que Tracy et moi n'avions pas passé beaucoup de temps ensemble, et même si nous nous entendions bien , nous n'avons pas pu passer autant de temps de...

2K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.